Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les réfugiés tibétains en Inde

 | 
Anne-Sophie Bentz

Chapitre 1. Histoires de la nation tibétaine

Texte intégral

  • 1 Voir, par exemple, AVEDON, In Exile from the Land of Snows ; BELL, Tibet, Past and Present ; DESHA (...)
  • 2 Voir SMITH, Tibetan Nation. Certes, les autres historiens vont également finir par prendre parti, (...)

1Ce chapitre a pour objectif de préciser le contexte historique dans lequel s’inscrit notre propos tout en s’intéressant à la manière dont l’histoire du Tibet a pu être utilisée à des fins nationalistes. Il s’agit donc moins de proposer une histoire du Tibet, ce qui a déjà été fait à de nombreuses reprises1, qu’une histoire de la nation tibétaine. Et la différence de formulation a son importance. Tandis que l’historien qui écrit une histoire du Tibet peut voir dans le Tibet aussi bien un pays, qu’une région, un Etat ou même une nation, et analyser les événements historiques indépendamment du statut exact du Tibet, l’historien qui veut écrire une histoire de la nation tibétaine choisit d’emblée un parti controversé. En effet, s’il décide de retracer l’histoire de la nation tibétaine, c’est bien qu’il admet ipso facto son existence, à la fois actuelle et passée, ce qui constitue, en soi, une prise de position qu’on pourrait qualifier de nationaliste2.

  • 3 Il est à noter que l’absence d’ouvrages rédigées en chinois ou en tibétain se justifie également p (...)

2Il s’agit par conséquent d’examiner de manière croisée les différentes histoires du Tibet écrites par des historiens, des journalistes ou encore des hommes politiques, ces différentes catégories n’étant pas mutuellement exclusives, afin de restituer les versions tibétaines de l’histoire du Tibet au sein de la pluralité des interprétations. C’est là en somme un travail d’investigation historique qui porte sur des sources secondaires, à savoir, la plupart des histoires du Tibet écrites par des auteurs tibétains, chinois et occidentaux. Or le nombre de sources secondaires est relativement limité, ce qui m’a permis de tendre à l’exhaustivité, dans la limite de deux critères, un critère de langue, c’est-à-dire que je ne considère ici que les ouvrages rédigés en anglais ou en français3, et un critère de couverture historique, puisque j’envisage seulement les ouvrages qui reviennent sur l’histoire du Tibet au sens large, ne serait-ce que dans les premiers chapitres. Mais, avant de s’intéresser aux différents types d’auteurs, il convient de s’interroger sur les différentes manières d’écrire l’histoire du Tibet, ce qui implique de considérer, entre autre chose, la place qu’occupe l’histoire chez les Tibétains.

I. Quelle histoire pour le Tibet ?

A. L’importance de l’histoire

  • 4 MILL, « Considerations on Representative Government » p. 380.
  • 5 MILL, « Considerations on Representative Government » p. 380.
  • 6 WEBER, Economy and Society, p. 397 et pp. 922-923.

3L’histoire, ou plus exactement, les antécédents ou les souvenirs politiques, constitue, on l’a vu, un des critères objectifs de l’existence de la nation. John Stuart Mill définit les antécédents politiques ainsi: « the possession of a national history, and consequent community of recollections; collective pride and humiliation, pleasure and regret, connected with the same incidents in the past »4. Il s’agit, pour lui, de la plus importante des causes qui président à ce qu’il appelle le sentiment de nationalité5. De même, Max Weber rejette tous les critères d’existence de la nation à l’exception notable de ce qu’il appelle indifféremment les souvenirs politiques communs ou les souvenirs d’une destinée politique commune6. Pour Ernest Renan également, l’histoire est, avec le consentement actuel, un critère indispensable à l’existence de la nation. C’est du moins ce qui transparaît de sa définition la plus connue, puisque des deux choses qui constituent la nation, il précise bien que l’une est dans le passé et que l’autre est dans le présent.

  • 7 KEDOURIE, Nationalism in Asia and Africa, p. 92.
  • 8 L’expression anglaise « a craving for “history” » peut admettre les deux traductions proposées ici (...)
  • 9 « this craving for “history” »[…] is essentially the same opium, the habit of which Asians and Afr (...)

4Pour Elie Kedourie c’est même une attirance pour le passé qui serait à la base de ces théories: « The appeal to the past, the idea that every nation is defined by its past and therefore must have a past to be defined by, underlies the doctrine of nationalism »7. Il est vrai que les mouvements nationalistes, loin de faire abstraction de l’histoire, comptent beaucoup sur elle pour faire admettre leurs revendications. Elie Kedourie explique ainsi la manipulation qui consiste pour les nationalistes à transformer l’histoire d’un pays, d’une région ou d’un Etat en une histoire nationale : « The past is always by definition the past of the “nation” all achievements “national” achievements, expressions of the “national” genius to be preserved, commemorated, or revived because they establish the “national” identity and foster pride in it ». Il évoque un besoin impérieux, ou une envie irrésistible, d’histoire qui s’empare des nationalistes, qu’ils soient originaires d’Europe, d’Asie ou d’Afrique8. Et ce besoin impérieux, cette envie irrésistible, est, pour lui, comparable à une drogue à laquelle s’adonnent les nationalistes9. Eric Hobsbawm ne dit pas autre chose:

  • 10 HOBSBAWM, Eric J., « Ethnicity and Nationalism in Europe Today », Anthropology Today, 8, n° 1 (Feb (...)

For historians are to nationalism what poppy-growers in Pakistan are to heroinaddicts: we supply the essential raw material for the market. Nations without a past are contradictions in terms. What makes a nation is the past, what justifies one nation against others is the past, and historians are the people who produce it. So my profession, which has always been mixed up in politics, becomes an essential component of nationalism10.

5Il paraît d’autant plus pertinent de parler de rapport de dépendance que la nation a besoin de son histoire de la même manière que les nationalistes ont besoin de l’histoire de leur nation – si la nation ne peut exister sans histoire, a fortiori les nationalistes ne peuvent exister sans nation et donc sans histoire nationale.

  • 11 Il s’agit des périphrases et des expressions utilisées respectivement par John Stuart Mill, Max We (...)
  • 12 RENAN, « Qu’est-ce qu’une Nation ? » p. 241.
  • 13 RENAN, « Qu’est-ce qu’une Nation ? » p. 241.
  • 14 RENAN, « Qu’est-ce qu’une Nation ? », p. 228. Il précise également, à propos de l’investigation hi (...)

6L’utilisation de périphrases comme « les antécédents politiques », « les souvenirs politiques communs » et « les souvenirs d’une destinée politique commune », « la possession en commun d’un riche legs de souvenirs » ou encore, plus simplement, « le passé »11 est pourtant révélatrice : il s’agit certes de l’histoire, mais de l’histoire en tant qu’elle constitue la mémoire de la nation. L’histoire est donc ici moins le cumul des événements que leur perception ou leur interprétation par les individus qui appartiennent, ou qui se disent appartenir, à la nation. En ce sens, l’histoire n’est rigoureusement qu’un passé recomposé, constitué d’« un héritage de gloire et de regrets à partager »12, pour reprendre l’expression d’Ernest Renan ; il faut donc que les individus qui composent la nation aient « souffert, joui, espéré ensemble »13. Or ce passé commun repose, pour Ernest Renan, autant sur la mémoire que sur l’oubli, volontaire ou non, des individus14. Ils oublient autant qu’ils se souviennent, et l’histoire, nécessairement subjective, qu’ils écrivent ne peut donc être que partielle et même erronée, car ils ont tendance à privilégier les événements qui sont susceptibles d’être interprétés dans le sens de l’existence passée, et donc présente, de la nation, et à laisser de côté les événements qui, d’une manière ou d’une autre, remettent en cause le projet national. L’histoire n’a pas à être fidèle à la réalité historique : ce n’est pas l’histoire comme enchaînement de faits bruts qui est visée dans les théories de la nation et du nationalisme, mais une histoire réflexive, c’est-à-dire une histoire interprétée dans un sens bien particulier par les nationalistes.

7Et l’importance de l’histoire est encore accrue dans le contexte particulier où se trouvent les réfugiés tibétains. L’exil, ajouté au sentiment que la nation est en danger, a certes tendance, comme je l’ai déjà évoqué, à renforcer le nationalisme, mais a aussi, pour les mêmes raisons, un effet sur l’importance de l’histoire. C’est un peu comme si, à défaut de pouvoir se prévaloir d’un espace commun, les nationalistes tibétains ne pouvaient plus que faire appel à une histoire partagée.

  • 15 SHAKABPA, Tibet : A Political History, p. xi.

8La mise en récit de l’histoire nationale permet ainsi deux choses : 1) souder la communauté tibétaine de l’exil, et 2) remédier à l’ignorance qui, selon les nationalistes tibétains, entoure encore le statut du Tibet après l’invasion chinoise. Et c’est bien une mission d’information que Tsepon Shakabpa se propose d’accomplir lorsqu’il écrit l’histoire du Tibet. Il énonce son intention dans la préface de son ouvrage Tibet: A Political History: « Owing to the results of this and other missions I have undertaken on behalf of my government and people, I realized that the world stood in need of information on Tibet’s historical and political status »15. Il passe en revue les raisons qui permettent d’expliquer la crise que traverse le Tibet :

  • 16 SHAKABPA, Tibet : A Political History, p. 324-325.

1. The world was not informed of the historical evidences of Tibet’s independence. 2. The world was not clearly informed of the true nature of the “priest-patron” relationship between the Sakya lamas and the Mongol khans, and later on, between the Dalai Lama and the Manchu emperors. 3. It was the policy of the British government of India and the Manchu Court of China to isolate Tibet from the rest of the world, which gave China the means by which to paint a false picture of Tibet’s international position and to obstruct Tibet from revealing its political independence. […] 4. This resulted in India implementing a soft policy towards China in regard to Tibet. […] It is important that the world be continuously informed of the question of Tibet and that Tibet should seek increasing support and lasting friendship from the freedom-loving nations of the United Nations16.

9Il entend ainsi proposer dans les différentes enceintes internationales une histoire du Tibet qui permette à tous les Etats de prendre des décisions à l’égard du Tibet en toute connaissance de cause. Mais, s’il le commence en 1951, son ouvrage ne paraîtra pourtant qu’en 1967, ce qui ne lui permet pas de remplir immédiatement, ou même rapidement, la mission qu’il s’était assignée.

B. L’historien tibétain, ou comment écrire l’histoire de sa nation ?

10Ce délai s’explique peut-être par le fait que les Tibétains se retrouvent face à des objectifs contradictoires qui les incitent à élaborer puis à utiliser, simultanément ou successivement, plusieurs interprétations différentes de l’histoire du Tibet.

  • 17 ANDERSON, Imagined Communities, p. 18.
  • 18 Par historien tibétain, je me réfère moins à des historiens tibétains particuliers qu’à une catégo (...)

11Benedict Anderson fait état de trois paradoxes de la nationalité qui sont censés mettre en perspective la définition de la nation. Le premier d’entre eux, qui a trait à l’histoire, repose sur la tension entre la modernité objective des nations aux yeux des historiens et leur ancienneté subjective aux yeux des nationalistes17. Ce paradoxe appelle deux questions qui ne sont que les pendants d’un même problème. Que se passe-t-il lorsque les historiens deviennent nationalistes ? Qu’advient-il des nationalistes qui décident d’écrire l’histoire de leur nation ? Il est patent que l’historien tibétain18 est pris de part en part dans le paradoxe évoqué par Benedict Anderson : si l’historien qu’il est, ou qu’il prétend être, doit admettre que la nation tibétaine est une création moderne, ou, du moins, qu’elle est apparue récemment, le nationaliste qu’il est devenu ne peut plus voir en elle qu’une réalité plus ancienne.

  • 19 HOBSBAWM, « Ethnicity and Nationalism in Europe Today », p. 3.

12Il n’y a toutefois pas que l’origine de la nation, c’est-à-dire le commencement de l’histoire de la nation, qui pose problème à l’historien tibétain ; le paradoxe de Benedict Anderson s’inscrit dans une problématique plus large qui se rapporte aux fonctions herméneutique et légitimante de l’histoire – deux fonctions qui paraissent d’emblée difficilement compatibles. L’historien doit avoir pour objectif unique la recherche de la connaissance : il fait œuvre historiographique. Le nationaliste, au contraire, est préoccupé de légitimité et de légalité : lorsqu’il relit, ou qu’il écrit, l’histoire de sa nation, il est incité à retenir exclusivement les interprétations dont la valeur extrinsèque peut effectivement lui permettre de prouver l’existence, légitime voire légale, de la nation. Pour parler avec Eric Hobsbawm: « Unfortunately the history that nationalists want is not the history that professional academic historians, even ideologically committed ones, ought to supply »19.

13En outre, l’historien tibétain est également confronté à deux visions de l’histoire qui semblent, elles aussi, difficilement conciliables : d’une part, la vision européenne ou occidentale et, d’autre part, la vision tibétaine, et, plus généralement, orientale. Alors que le mode de pensée européen a conduit les historiens occidentaux à envisager l’histoire de manière linéaire, sous la forme, sinon du progrès, du moins de la progression, la philosophie asiatique, particulièrement influencée par le bouddhisme, a amené les historiens orientaux à considérer l’histoire plutôt de manière cyclique. Et, si elle peut paraître trop tranchée, la distinction entre ces deux visions n’en demeure pas moins réelle et problématique, notamment parce que des notions telles que la modernité et la tradition viennent s’y superposer. En effet, l’idée d’une évolution linéaire de l’histoire, qui vient de la vision européenne, est également attachée à la notion de modernité, tandis que l’idée d’une répétition cyclique de l’histoire, qui est issue de la vision asiatique, est associée, elle, à la notion de tradition.

14L’historien tibétain se retrouve ainsi pris entre plusieurs oppositions qui se superposent et qui créent autant de tensions susceptibles d’aggraver encore une tendance que l’on pourrait qualifier de quasi schizophrène. Celles-ci fonctionnent toutefois comme des limites épistémologiques : elles constituent les extrémités polaires d’un spectre d’attitudes qu’adopte l’historien tibétain. Il convient, dès lors, de les envisager dans une perspective toujours fluide et dynamique pour comprendre l’interprétation de l’histoire du Tibet qu’il choisit de retenir.

C. Figures de l’historien

15Les historiens tibétains, suivant en cela une logique analogue à celle des historiens chinois, quoiqu’ils en arrivent à des conclusions diamétralement opposées, sont souvent amenés à arbitrer entre les différentes interprétations de l’histoire du Tibet dans une perspective nationaliste. C’est que, contrairement aux historiens occidentaux, les historiens tibétains et chinois peuvent a priori être qualifiés d’historiens nationalistes en tant qu’ils sont soumis aux tensions déjà mentionnées ici. Une idée qui est défendue notamment par John Powers – pour lui, leur version de l’histoire du Tibet constitue une partie intégrante de leur identité nationale. Il précise ainsi que:

  • 20 POWERS, John, History as Propaganda : Tibetan Exiles versus the People’s Republic of China, New Yo (...)

Tibetan histories generally construct a narrative in which China played at most a peripheral role until the mid-twentieth century, while Chinese sources paint a picture of Tibet in which the region was completely under the administrative and political control of various Chinese central governments from at least the thirteenth century and in which Tibetan culture is largely derived from China20.

  • 21 POWERS, History as Propaganda, p. 5.

16Deux interprétations concurrentes donc, qui révèlent les perceptions mutuelles des Tibétains et des Chinois sur de nombreuses questions ayant trait à la culture, à l’histoire et, plus largement, à l’imaginaire national21.

  • 22 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 13.
  • 23 Ce que rappelle Turrell Wylie dans l’avant-propos à l’ouvrage de Tsepon Shakabpa : « Mr. Shakabpa’ (...)
  • 24 Tenzin Gyatso en dit en effet que : « This is the first of its kind in English written by a Tibeta (...)
  • 25 SHAKYA, The Dragon in the Land of Snows.
  • 26 GUPTA et RAMACHANDRAN, History of Tibet.

17Reste à préciser les groupes auxquels les historiens présentés ici appartiennent. Qui sont les historiens tibétains ? Je me réfère ici principalement à Tsepon Shakabpa, qui a occupé le poste de secrétaire d’Etat aux Finances avant l’invasion du Tibet par la Chine et qui a participé à une mission commerciale destinée à obtenir les soutiens de plusieurs Etats occidentaux pour la cause du Tibet. Tsepon Shakabpa est l’historien tibétain par excellence, ou, comme le décrit Laurent Deshayes « la figure de proue de la nouvelle historiographie tibétaine, allégée du lest de l’histoire religieuse »22. Son histoire du Tibet est la première histoire écrite par un Tibétain pour des nonTibétains23. Et Tenzin Gyatso lui a, en quelque sorte, donné son approbation, ce qui en fait une version quasi officielle de l’histoire du Tibet24. J’entends également, par historiens tibétains, les auteurs anonymes du manuel d’histoire utilisé en Inde dans les écoles tibétaines, qui s’inspirent fortement de l’ouvrage de Tsepon Shakabpa. Mentionnons aussi Tsering Shakya25, un historien tibétain qui a étudié à la School of Oriental and African Studies de Londres et qui enseigne actuellement à la University of British Columbia (Canada). Il est vrai qu’il s’intéresse davantage à l’histoire contemporaine, mais il reprend tous les principaux éléments de l’histoire du Tibet dans son ouvrage The Dragon in the Land of Snows : A History of Modern Tibet since 1947. Figurent enfin, au nombre des historiens tibétains, et même s’ils devraient davantage être considérés comme des historiens tibétains assimilés eu égard à leur nationalité, S.P. Gupta et K.S. Ramachandran26, dont le bref ouvrage, qui leur a été commandité par le Tibetan Parliamentary and Policy Research Centre, suit en droite ligne la version officielle de Tsepon Shakabpa.

  • 27 FUREN, Wang, et WENQING, Suo, Highlights of Tibetan History, Beijing, New World Press, 1984.
  • 28 Disponible sur Internet à l’adresse suivante : http ://www.china.org.cn/ewhite/ tibet/index.htm.
  • 29 WEI, Jing (éd.), Hundred Questions About Tibet. Une version française des questions et des réponse (...)
  • 30 JIAWEI, Wang, et GYAINCAIN, Nyima, Le statut du Tibet de Chine dans l’histoire, p. 7.

18Je retiens, au premier rang des historiens chinois, Wang Furen et Suo Wenqing27, dont l’ouvrage, certes succinct, reprend les grandes lignes de l’histoire du Tibet telle que généralement vue par les Chinois. Je m’intéresse également au livre blanc intitulé « Tibet – Its Ownership and Human Rights Situation »28, dont certaines parties sont consacrées à l’histoire du Tibet. Il s’agit d’une publication du gouvernement chinois et, en ce sens, d’une expression de la position officielle chinoise sur l’histoire du Tibet. Je compte aussi, parmi les historiens chinois, Jing Wei, dont l’ouvrage, A Hundred Questions About Tibet29, s’apparente également à une publication officielle, et enfin, Wang Jiawei et Nyima Gyaincain, qui présentent leurs objectifs clairement dès l’introduction : « Qui n’apprécie pas les eaux limpides et un ciel clair et bleu ? Ce livre a été compilé afin de permettre aux lecteurs d’être informés clairement du statut souverain de la Chine sur le Tibet au cours de l’histoire, et ce, en faisant se déposer les eaux boueuses et en dissipant le brouillard »30.

  • 31 GOLDSTEIN, The Snow Lion and the Dragon, p. x.
  • 32 GOLDSTEIN, The Snow Lion and the Dragon, p. 4.

19Melvyn Goldstein estime que les historiens tibétains et chinois sont ainsi engagés dans une lutte pour le contrôle de la représentation de l’histoire, lutte qui a pour effet de passionner le débat et de faire de l’histoire un véritable champ de bataille : « History is a major battlefield, and the facts of the conflict have become obstrued by an opaque veneer of political rhetoric. Interested observers are deluged with contradictory claims and countercharges that render a dispassionate and objective assessment of the conflict excruciatingly difficult, even for specialists »31. Ce qui m’amène aux historiens occidentaux. Qui sont-ils? Melvyn Goldstein commence par une mise en garde: « Many writers on Tibet […] are no less passionnate than Tibetan and Chinese writers trying to persuade readers to their respective points of view. A number of Western academics who write about Tibet advocate for either the Chinese or the Tibetan position, and they often present the issues in absolute terms, as conflicts between truth and falsehood, good and evil, oppression and freedom (this is particularly true of pro-Tibet authors) »32. Les historiens occidentaux, même s’ils ne sont pas des historiens nationalistes, n’en sont pas moins, pour certains d’entre eux, des historiens passionnés de l’histoire du Tibet.

  • 33 Je considère ici que, en raison de leurs intentions clairement affichées, Thomas Laird et Gilles v (...)
  • 34 LAIRD, The Story of Tibet : Conversations with His Holiness the Dalai Lama.
  • 35 Van GRASDORFF, La nouvelle histoire du Tibet.
  • 36 « This book draws [...] on eighteen personal audiences with His Holiness the Dalai Lama in India b (...)
  • 37 Il présente ainsi son projet à Tenzin Gyatso : « What is lacking is a popular history of Tibet – a (...)

20Je retiens ici deux exemples d’historiens qui admettent parler pour les Tibétains33. Il s’agit de Thomas Laird34 et de Gilles van Grasdorff35. Thomas Laird écrit une histoire du Tibet qui s’appuie essentiellement sur une série d’entretiens avec Tenzin Gyatso, qu’il présente comme son ami36. Son intention, comme il l’explique en introduction, est d’écrire une histoire populaire du Tibet – et c’est d’ailleurs pour cela qu’il demande son aide à Tenzin Gyatso37. Gilles van Grasdorff, également un ami de Tenzin Gyatso, est un journaliste spécialiste du Tibet. Il prétend que c’est par devoir de mémoire envers les Tibétains qu’il s’est lancé dans l’écriture d’une nouvelle histoire du Tibet. Il se présente ainsi comme le porteparole de Palden Gyatso et de Tenzin Choedrak, et, plus généralement, comme le fidèle narrateur des Tibétains.

  • 38 BELL, Tibet, Past and Present.
  • 39 RICHARDSON, Tibet and its History.
  • 40 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet.
  • 41 GRUNFELD, Tom A., The Making of Modern Tibet, London, Zed Books, 1987.

21En revanche, les autres historiens occidentaux sur lesquels je m’appuie ici, et qui constituent la quasitotalité des historiens occidentaux qui, en français ou en anglais, se sont lancé dans la rédaction d’une histoire du Tibet, sont loin d’avoir tous des positions aussi tranchées. Charles Bell38, un agent britannique posté au Bhoutan, au Sikkim et au Tibet, a écrit une des premières histoires du Tibet disponibles en Occident. Hugh Richardson, un diplomate britannique en poste à Lhasa dans les années 1930 et 1940, a publié deux histoires du Tibet, l’une seule39, l’autre en collaboration avec David Snellgrove40. Je m’appuie également sur Tom Grunfeld41, un sinologue canadien, qui présente ainsi son ouvrage :

  • 42 GRUNFELD, The Making of Modern Tibet, p. 3.

I have made every effort to use materials from most, if not all, contending points of view. I therefore choose to call this book “disinterested and dispassionate history”, and I present it as an attempt at historical interpretation without political, religious, economic or emotional commitments to either side, but rather with a commitment to furthering historical understanding and even “truth” – knowing full well how fleeting and changeable that “truth” can be42.

  • 43 GOLDSTEIN, A History of Modern Tibet, 1913-1951 ; A History of Modern Tibet, 19511955 ; The Snow L (...)
  • 44 GOLDSTEIN, The Snow Lion and the Dragon, p. 4.
  • 45 SMITH, Tibetan Nation.
  • 46 Il a écrit deux histoires du Tibet, la première, seul, et la deuxième en collaboration avec Frédér (...)
  • 47 « L’intérêt que j’ai porté à cette histoire, où foisonnent mystiques et personnages ambigus, n’a p (...)
  • 48 POWERS, History as Propaganda.
  • 49 SPERLING, Elliot, The Tibet-China Conflict : History and Polemics, Washington, East-West Center Wa (...)

22Il a toutefois, en dépit de ses intentions désintéressées et dépassionnées, pu être considéré, en particulier par les historiens tibétains, comme un historien prochinois. Je retiens aussi Melvyn Goldstein, un anthropologue américain, un tibétologue également, qui a écrit à plusieurs reprises sur l’histoire du Tibet43. Il estime, lui aussi, tendre à une certaine objectivité: « The aim of this book is to peel away the layers of [the] veneer [of political rhetoric] »44. J’envisage les histoires du Tibet de Warren Smith45, un historien américain qui se présente comme un chercheur indépendant, mais qui, en choisissant de travailler sur l’histoire de la nation tibétaine, choisit d’emblée un parti controversé, et de Laurent Deshayes46, un historien français, l’auteur de la première histoire du Tibet en français, qui admet toutefois sortir de la voie académique classique47. Il y a enfin John Powers48, qui entreprend une analyse historiographique d’ouvrages écrits en anglais par des Tibétains et des Chinois, et Elliot Sperling49, qui propose une brève historiographie des positions chinoise et tibétaine sur le statut du Tibet.

II. L’histoire du Tibet

23L’histoire de la nation tibétaine, ou l’histoire nationale, ce n’est pas l’histoire du Tibet, mais une interprétation particulière de l’histoire du Tibet qui part d’une hypothèse audacieuse, à savoir, que la nation tibétaine, qui, pour les nationalistes tibétains, existe aujourd’hui, existait déjà dans le passé. Ce qui appelle un certain nombre de questions : quand commence l’histoire du Tibet ? Quand les nationalistes tibétains font-ils commencer l’histoire de la nation tibétaine ? Et dans quelle mesure ces deux commencements coïncident-ils ? L’historien tibétain est, suivant le paradoxe présenté par Benedict Anderson, en proie à une tension interne par rapport à la question de l’origine de la nation tibétaine. De quelle manière la résout-il ? J’examine ici les différents moments auxquels les historiens tibétains, chinois et occidentaux situent les commencements à la fois de l’histoire du Tibet et de l’histoire de la nation tibétaine. Il faut, pour cela, distinguer entre, d’une part, la préhistoire du Tibet et les mythes de l’origine et, d’autre part, l’histoire datée du Tibet.

A. Du mythe à l’histoire : aux origines du Tibet

24Il y a plusieurs commencements possibles à l’histoire du Tibet. Envisageons d’abord la préhistoire du Tibet pour remonter au plus près de l’origine en adoptant une approche historique, avant d’établir la manière dont les mythes parviennent à combler les lacunes de l’histoire, pour réconcilier l’origine de la nation tibétaine et le commencement de l’histoire du Tibet.

1. La préhistoire du Tibet

  • 50 GUPTA et RAMACHANDRAN, History of Tibet, p. 15.
  • 51 SHAKABPA, Tibet : A Political History, p. 23.

25Les historiens qui se sont lancés dans une histoire du Tibet ont évidemment cherché à appréhender la préhistoire du Tibet. Leur démarche était néanmoins d’emblée vouée à l’échec, pour des raisons indépendantes de leur volonté. Comme le précisent S.P. Gupta et K.S. Ramachandran: « Early history of Tibet, like that of any other ancient country of the world, is shrouded in mystery and mythical traditions »50. Il n’y a, comme nous le rappelle Tsepon Shakabpa, pas de preuves écrites qui peuvent venir étayer les théories historiques élaborées pour rendre compte de la période la plus ancienne de l’histoire du Tibet51. Les historiens se voient par conséquent obligés de se raccrocher à des découvertes archéologiques qui ne sont pas toujours significatives et de se lancer dans des spéculations pour rendre compte du commencement de l’histoire du Tibet.

  • 52 GUPTA et RAMACHANDRAN, History of Tibet, p. 14.
  • 53 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 11.

26Par exemple, des historiens comme S.P. Gupta et K.S. Ramachandran, mais aussi comme Wang Furen et Suo Wenqing, empruntent des raccourcis argumentatifs qui leur permettent de conclure de la manière qui les arrange. S.P. Gupta et K.S. Ramachandran estiment ainsi que: « It has now been fully established on recent archeological findings that the Tibetans were autochthonous and that they did not come from outside the country »52. Wang Furen et Suo Wenqing sont eux d’avis que les découvertes archéologiques datant du néolithique montrent bien que: « The Tibetan ancestors had opened up the land on the Tibetan Plateau and engaged in crop growing, livestock breeding and hunting » et que « It is invalid to assert that ancient Tibet was uninhabited and the Tibetans’ ancestors were immigrants from elsewhere »53; pour eux, l’hypothèse la plus plausible est donc que les ancêtres des Tibétains appartenaient aux tribus des Xiqiang et des Faqiang. Il est intéressant de noter que ces historiens, qui ont des objectifs différents – tandis que S.P. Gupta et K.S. Ramachandran veulent démontrer l’absence de liens à l’origine entre le Tibet et la Chine, Wang Furen et Suo Wenqing cherchent à prouver l’impossibilité d’une origine indienne des Tibétains –, en viennent à élaborer des théories historiques presque identiques, à savoir, que les Tibétains constituent depuis l’origine, ou, plus exactement, depuis aussi loin qu’on puisse remonter dans l’histoire du Tibet, une population autochtone.

  • 54 DESHAYES, Histoire du Tibet, pp. 40-41.
  • 55 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 21.
  • 56 STEIN, La civilisation tibétaine, p. 10.
  • 57 SMITH, Tibetan Nation, p. 10.

27D’autres historiens, comme Rolf Stein, Laurent Deshayes, Warren Smith, David Snellgrove et Hugh Richardson, sont plus prudents. Ils partent des mêmes découvertes archéologiques, sur des sites datant du paléolithique supérieur et sur de très riches sites néolithiques, mais n’arrivent pas aux mêmes conclusions. Laurent Deshayes ne peut que conclure par une question : « Les cultures préhistoriques étaientelles typiquement tibétaines, rattachées aux grands groupes de haute Asie et d’Asie centrale, ou encore à ceux de la Chine ? »54 David Snellgrove et Hugh Richardson se contentent de répéter une vague généralité sur l’origine des Tibétains qui serait à chercher parmi les tribus nomades des Qiang, ce en quoi ils rejoignent d’une certaine façon Wang Furen et Suo Wenqing55. Pour Rolf Stein, il est évident qu’il y avait alors plusieurs tribus différentes qui ont occupé simultanément ou successivement les différentes régions du Tibet56. Warren Smith, qui reprend sa démonstration, estime, lui aussi, qu’il y a bien eu plusieurs groupes ethniques qui ont contribué à la formation d’une identité tibétaine : il cite les Qiang, les Mon et les IndoEuropéens, parmi lesquels il distingue les Tokhariens et les Yuehchih57. Ces historiens n’ont apparemment pas les mêmes objectifs que S.P. Gupta et K.S. Ramachandran ou que Wang Furen et Suo Wenqing. Ils semblent attacher plus d’importance à la fonction herméneutique de l’histoire qu’à sa fonction légitimante : leurs analyses des découvertes archéologiques, et, plus généralement de la préhistoire du Tibet, s’en ressentent, et, si leurs conclusions restent prudentes, c’est bien qu’ils estiment que les preuves dont ils disposent ne sont pas assez concluantes pour leur permettre de retenir une seule théorie historique, celle que défendent à la fois S.P. Gupta et K.S. Ramachandran et Wang Furen et Suo Wenqing.

2. L’origine et la race : des critères controversés

  • 58 Barry Sautman retient une exception notable : Tenzin Gyatso aurait fait en 1993 la déclaration sui (...)
  • 59 Frank Dikötter note ainsi que : « The use of racial categories of analysis influenced many thinker (...)
  • 60 SAUTMAN, « Myths of Descent », pp. 92-93.

28Mais, au-delà des recherches archéologiques, l’étude de la préhistoire touche au problème de l’origine et donc, également, et bien qu’indirectement, à la question hautement controversée de la race. Les critères de race et d’origine se rejoignent notamment pour les tenants d’une approche racialiste, pour qui ce n’est qu’à l’origine qu’on peut avoir une chance de trouver une population préservée de tout métissage avec les populations voisines. Il s’agit là toutefois de deux critères qui posent aujourd’hui problème, ne seraitce que parce que les progrès de la science ont permis de bannir du discours scientifique le concept de race. Il a été établi que celle-ci ne pouvait être qu’une construction culturelle et, du reste, les spécialistes de la nation et du nationalisme ne s’y réfèrent dorénavant plus guère, lui préférant largement la notion d’ethnie. Il n’y a plus, somme toute, que les nationalistes pour trouver encore, parfois, un intérêt à l’utilisation de ce concept. Et, s’il est vrai que les nationalistes tibétains ne présentent que rarement le problème en ces termes58, la question de la race tibétaine reste très présente dans les travaux de chercheurs et d’intellectuels chinois qui s’efforcent justement de prouver l’appartenance de la population tibétaine à une prétendue race chinoise59. Barry Sautman, qui passe en revue les allégations de paléontologues, d’archéologues et d’anthropologues chinois mettant en avant un lien de sang et des similarités génétiques entre les Han et les Tibétains, s’attache ainsi à montrer que les études chinoises sont dénuées de fondement et relèvent avant tout de mythes racialistes. Il déconstruit, notamment, l’analyse de Fei Xiaotong, à la fois sociologue et anthropologue de renom, qui a été vice-président du comité permanent de l’Assemblée populaire nationale de 1988 à 199860.

  • 61 Voir PATEL, Srisha Tibetan Refugees in Orissa : An Anthropogenetic Study, Calcutta, Punthi Pustak, (...)
  • 62 PATEL, Tibetan Refugees in Orissa, p. 95.

29Mais c’est également une enquête anthropo-génétique de la scientifique indienne Srisha Patel sur les réfugiés tibétains de Chandragiri qui a permis d’ôter toute ambiguïté quant à l’éventuelle pertinence scientifique du concept de race tibétaine pure61. L’hypothèse que l’auteur cherche à vérifier correspond à une idée longtemps répandue, à savoir que les Tibétains, parce qu’ils ont toujours vécu isolés du reste du monde, peuvent constituer un groupe aux caractéristiques génétiques distinctes de celles des populations voisines et, plus largement, des autres populations asiatiques. Et la conclusion qu’elle tire de son analyse est sans appel : les Tibétains sur lesquels ont porté ses recherches constituent, à l’instar de la plupart des populations asiatiques, un groupe mongoloïde. Il s’agit là d’une conclusion minimale qui permet d’abandonner de manière définitive l’hypothèse de départ – les Tibétains ne sont pas génétiquement différents de leurs voisins, ou, du moins, ne le sont pas suffisamment pour conclure à l’existence d’un groupe qui posséderait des caractéristiques génétiques particulières, c’est-à-dire d’un sous-groupe du groupe mongoloïde. Ce qui incite Srisha Patel à penser que, malgré le relatif isolement du Tibet, il y a bien eu des mouvements de populations, dans la région et même au-delà : « It might be very reasonable to assess that the people of Tibet […] definitely at one time contributed to the population type of China, Korea, Manchuria and the Sub-Himalayan region of India »62.

  • 63 BELL, The People of Tibet ; BELL, Tibet, Past and Present, et STEIN, La civilisation tibétaine. Le (...)

30Il est également intéressant de noter que des spécialistes du Tibet comme Charles Bell et Rolf Stein, par exemple, préfèrent s’intéresser aux mythes de l’origine plutôt que de revenir sur l’origine historique réelle des Tibétains, ou, a fortiori, de parler d’une quelconque race tibétaine, arguant avec raison d’une méconnaissance inévitable et irrémédiable de la préhistoire du Tibet – de fait, leurs contributions au débat, qui sont, on l’a vu, minimes et décevantes, sont en cela même révélatrices de l’impasse où conduisent les questions de l’origine63.

3. Les mythes de l’origine

  • 64 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 41.
  • 65 STEIN, La civilisation tibétaine, p. 20.

31L’absence de preuves écrites, combinée à l’impossibilité d’apporter des preuves scientifiques, a ainsi deux effets sur les historiens : 1) elle peut les inciter à spéculer pour rendre compte du commencement de l’histoire du Tibet et à élaborer des théories historiques plus ou moins fantaisistes, 2) elle les encourage également à considérer avec attention les mythes et les légendes auxquels les Tibétains se réfèrent pour expliquer l’origine du Tibet – et donc, l’origine des Tibétains. Il est vrai que, plus on remonte au commencement de l’histoire, plus on s’éloigne de l’histoire à proprement parler et plus on s’approche du mythe. Il y aurait donc une tendance à renoncer aux théories historiques pour embrasser les mythes et les légendes, qui serait plus forte encore avec le Tibet, puisque, comme le reconnaît Laurent Deshayes, « à la question concernant l’origine de leur peuple et de leur royauté les Tibétains, vivant si près du ciel, ont toujours répondu par des mythes et des légendes »64. Et si on en croit Rolf Stein, une telle tendance pourrait même avoir du bon : lorsqu’il évoque les traditions, c’estàdire les mythes et les légendes, il précise aussi qu’« elles méritent d’autant plus d’être connues qu’elles admettent une sorte de vue rationnelle de l’évolution de la société »65.

  • 66 A l’exception de Wang Jiawei et Nyima Gyaincain. (JIAWEI et GYAINCAIN, Le statut du Tibet de Chine (...)

32Il est d’ailleurs significatif que les historiens qui écrivent une histoire du Tibet, qu’ils soient tibétains, chinois ou bien occidentaux, consacrent tous une partie de leur ouvrage aux mythes de l’origine66. Et, s’ils ne leur accordent pas toujours la même importance explicative ou s’ils n’y prêtent pas forcément la même foi religieuse, le fait qu’ils se sentent tous obligés de mentionner au moins les plus connus d’entre eux, montre bien qu’ils n’envisagent pas la déconnexion entre l’histoire du Tibet et les mythes de l’origine de manière tranchée.

33John Avedon présente de manière à la fois précise et concise le mythe le plus connu de l’origine des Tibétains :

  • 67 AVEDON, In Exile from the Land of Snows, 1984, p. 13.

Their land had once lain beneath a shallow sea, which indeed it had – the Sea of Tethys. With the water’s disappearance, a monkey and an ogress had come to dwell in its immensity. The monkey, an emanation of the Bodhisattva of Infinite Compassion, Chenrezi, was peaceful and contemplative. He lived, absorbed in meditation, in a cave. The ogress, on the other hand, was wrathful and stubborn – a cannibal with an insatiable sexual appetite. Her lonely cries carried across the countryside, summoning a mate. Hearing them, the monkey was filled with pity and rushed to her side, where he remained long enough to father six children: the first Tibetans67.

  • 68 On trouve, notamment chez Rolf Stein, des références à des « hommes-singes » ou à des êtres « mi-h (...)
  • 69 « Le singe ancêtre leur assigna pour habitat les forêts du sud où ils s’unirent à des singes femel (...)

34Rolf Stein en propose une version plus complète, qui vise également à expliquer le processus évolutif qui a permis à ces premiers Tibétains, qui ne pouvaient être déjà des hommes68, de s’humaniser. Chenrezig, le singe ancêtre, leur père, leur aurait apporté des graines, qu’ils auraient semées, ce qui leur aurait permis de créer les premiers champs, que Rolf Stein situe à Zotang, dans le Yarlung. Ils auraient alors commencé à s’humaniser, au sens propre de prendre une forme humaine comme au sens figuré de s’investir dans une activité proprement humaine, l’agriculture69. Rolf Stein fait ainsi le lien entre le mythe et une réalité historique avérée, puisque l’histoire datée du Tibet commence au Yarlung avec Songtsen Gampo.

35Plusieurs raisons permettent d’expliquer la popularité dont jouit le mythe du singe et de la démone des rochers, et pas seulement auprès des Tibétains. D’une part, il s’agit d’une transposition originale de la théorie darwinienne de l’origine simiesque des hommes, à laquelle John Avedon parvient à ajouter une théorie reconnue de l’apparition du monde selon laquelle l’eau qui recouvrait la terre se serait peu à peu retirée, permettant ainsi aux premiers hommes de vivre sur la terre. D’autre part, il s’agit d’une interprétation bouddhiste de l’origine des Tibétains, puisque, d’après le mythe, l’ancêtre des Tibétains serait Avalokitesvara, c’est-à-dire, dans le panthéon bouddhiste, le bodhisattva de la compassion, dont le Dalaï-Lama est aujourd’hui encore, pour les bouddhistes tibétains, une manifestation. Ce mythe a donc la particularité de tenir à la fois du bouddhisme, qui imprègne depuis plusieurs siècles maintenant le quotidien des Tibétains, et de théories qui, parce qu’elles possèdent une certaine résonance scientifique, font sens pour les Occidentaux. Ce qui explique en partie qu’il prenne une importance démesurée par rapport aux autres mythes de l’origine, qui, s’ils sont parfois mentionnés par les historiens occidentaux soucieux de présenter de manière exhaustive les diverses influences culturelles au Tibet, sont aujourd’hui presque délaissés par les historiens tibétains.

  • 70 Tandis que Tsepon Shakabpa, ainsi que Gupta et Ramachandran, le présentent comme une alternative p (...)
  • 71 David Snellgrove et Hugh Richardson citent des sources tibétaines qui présentent ce mythe (SNELLG (...)

36Le mythe de l’origine indienne des Tibétains, qui est lui aussi parfois évoqué, mérite pourtant d’être mentionné ici ; Tsepon Shakabpa, ainsi que S.P. Gupta et K.S. Ramchandran, mais aussi Wang Furen et Suo Wenqing70, y font référence. Un certain Rupati, un général de l’armée des Kaurava qui a été vaincu au cours de la grande guerre qui a opposé les Kaurava aux Pandava – guerre qui fait l’objet de la grande épopée indienne, le Mahabaratha – aurait fui au Tibet, et les descendants de ce Rupati et de ses hommes seraient les Tibétains d’aujourd’hui. Les autres mythes de l’origine, notamment ceux qui cherchaient à expliquer non plus seulement l’origine des Tibétains, mais l’origine de l’humanité, ne sont plus évoqués que rapidement par certains historiens occidentaux. David Snellgrove et Hugh Richardson retiennent ainsi le mythe de l’œuf, d’après lequel un œuf serait à l’origine de l’univers physique, du premier homme, des dieux et des démons71. Rolf Stein présente également le mythe des êtres célestes lumineux, qui reprend l’idée des âges successifs et la notion de dégénérescence progressive de l’humanité :

  • 72 STEIN, La civilisation tibétaine, p. 20.

Les hommes étaient d’abord des êtres célestes lumineux. Ils se sont peu à peu obscurcis et épaissis en même temps que se formait la terre, et précisément en goûtant d’abord à une crème sucrée qui était la pré-terre, puis à d’autres nourritures. […] C’est progressivement, par des querelles au sujet de la nourriture, que la société humaine est apparue avec ses inégalités de rois et de sujets, de riches et de pauvres72.

37Les mythes de l’origine se rattachent ainsi à des influences diverses, souvent religieuses – les mythes présentés sont, à l’exception du mythe des êtres célestes lumineux, d’influence bouddhiste, hindoue ou encore bön –, et la préférence donnée à l’un ou à l’autre mythe, et donc à l’une ou à l’autre influence, dépend fortement de la tendance du moment. Eu égard à l’emprise actuelle du bouddhisme sur les Tibétains, il n’est pas étonnant que le mythe du singe et de la démone des rochers soit aujourd’hui le plus populaire d’entre eux. Il a également l’avantage de représenter la nation tibétaine sous la forme d’une famille élargie qui possède une aura divine et sacrée du fait de son illustre ancêtre – le bodhisattva Avalokitesvara. Et, ce faisant, il satisfait le nationaliste qui sommeille en l’historien tibétain, puisqu’il s’agit d’une interprétation de l’histoire du Tibet qui va dans le sens de l’existence la plus ancienne possible d’une nation tibétaine à la fois unie et soudée. Mais ce mythe, de même d’ailleurs que les autres mythes de l’origine, s’inscrit dans une dimension atemporelle qui l’éloigne de l’histoire à proprement parler – ce qui incite tout de même l’historien tibétain à adopter à son encontre une distance critique minimale.

  • 73 Il est vrai que cette façon de voir les choses requiert, pour reprendre la distinction de Rogers B (...)

38Si l’origine du Tibet, de même que l’origine des Tibétains, se perd dans le mythe, une histoire datée du Tibet devient possible à partir du viie siècle. Il s’agit à présent de distinguer trois grandes phases de l’histoire du Tibet qui peuvent, en particulier pour l’historien tibétain, coïncider avec les trois grandes étapes de l’histoire de la nation tibétaine. Il y aurait d’abord son développement sur plusieurs siècles, puis, son avènement, qui passe par l’affirmation de son indépendance et, enfin, son déclin, précipité par l’invasion chinoise et confirmé par l’exil73.

B. Le développement de la nation tibétaine

39L’historien tibétain élabore et construit petit à petit la nation tibétaine au fil de l’histoire du Tibet : elle passe ainsi, au cours de son développement, par plusieurs étapes qui correspondent aux trois grandes phases de l’histoire du Tibet : l’empire tibétain, la tutelle mongole et le temps des Dalaï-Lamas.

1. L’empire tibétain : entre mythe et réalité

  • 74 Il s’agit même là, pour Hugh Richardson, du moment où les Tibétains apparaissent pour la première (...)
  • 75 Pour David Snellgrove et Hugh Richardson, Songtsen Gampo serait le premier roi mentionné dans les (...)
  • 76 Laurent Deshayes reprend brièvement les dynasties qui se sont succédé, de Nyatri Tsenpo, le premie (...)

40Hugh Richardson et David Snellgrove situent le moment où une histoire datée du Tibet devient possible au viie siècle74 : des chefs locaux décident alors de soutenir le seigneur qui règne dans la vallée du Yarlung, Songtsen Gampo, ce qui a pour effet de faire de lui un roi puissant – le premier roi historique de l’empire tibétain75. Mais, s’il correspond, on vient de le dire, au début de l’histoire datée du Tibet, l’empire tibétain sous le règne de Songtsen Gampo a toutefois la particularité de se situer dans le prolongement immédiat du mythe. Songtsen Gampo, bien qu’il soit le premier à être traité en des termes historiques précis, est d’emblée présenté comme le trente-troisième roi d’une dynastie, ou, parfois, d’une succession de dynasties76, plus connue sous le nom de rois de Yarlung, qui aurait déjà régné au Tibet pendant près d’un millénaire. Le fait est que les premiers rois appartenaient sans conteste au mythe, que les rois qui leur ont succédé s’en sont éloignés progressivement et que la transition des rois mythiques aux rois historiques reste incertaine.

  • 77 Il s’agit de la corde gmu que les historiens anglophones traduisent par « sky-rope ».
  • 78 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 23.
  • 79 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 28.
  • 80 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 24.

41Le mythe de l’origine de la royauté le plus connu et le plus populaire prête une origine céleste aux rois de Yarlung : Nyatri Tsenpo, le premier roi, serait descendu du ciel au moyen d’une corde céleste77, aurait régné sur le Tibet jusqu’à ce que son fils soit en âge de régner à son tour et serait remonté au ciel, toujours au moyen de la corde céleste. Les rois se seraient succédés ainsi jusqu’à ce que Drigum Tsenpo, au cours d’un duel, tranche par mégarde la corde qui le reliait au ciel, ce qui l’aurait obligé à rester sur terre – c’est à partir de ce moment-là que les premières tombes seraient apparues au Tibet. Il est évident que l’épisode offre une transition de choix du mythe à la réalité, des personnages mythiques et immortels devenant soudainement réels et mortels. Ce qui n’empêche pas l’origine divine du premier roi de se perpétuer : l’aura sacrée qu’elle lui confère s’étend également à ses descendants, sans exception, ce que traduisent d’ailleurs, pour David Snellgrove et Hugh Richardson, les appellations de « Divine Mighty One » (lha-btsan-po) et de « Divine Son » (lha-sras) que les Tibétains utilisent toujours pour les désigner78. Ce mythe est généralement repris par les historiens tibétains qui, même s’ils affichent une certaine distance par rapport à ce qui ne relève pas de l’histoire, continuent de lui attacher de l’importance – ils y voient aussi un moyen de prouver l’existence ancienne d’une nation tibétaine fière d’avoir été dirigée par des rois d’exception. David Snellgrove et Hugh Richardson, qui sont pourtant les premiers à dire que l’intérêt historique de ce mythe est limité, admettent d’ailleurs également que, pour rendre compte de la longévité de l’empire tibétain, « We may look again to that sacral quality by which the king became a religious symbol and the guarantor of the unity which was essential to national strength »79. Les chants et les légendes qui ont glorifié l’origine divine de la dynastie auraient contribué à assurer à ce mythe une certaine pérennité, ce qui se conçoit d’autant mieux que les premiers récits de ces légendes, qui datent du xive siècle, font état d’un sentiment d’émerveillement mêlé de fierté que les premiers habitants d’un Tibet uni auraient parfaitement pu ressentir80.

42Il est intéressant de voir que d’autres mythes de l’origine de la royauté font leur apparition au moment de l’avènement du bouddhisme au Tibet pour établir une sorte de continuité religieuse à partir de Songtsen Gampo. Le premier roi tibétain serait ainsi, pour certains, issu de ceux qui furent parmi les premiers disciples du Bouddha Sakyamuni, et, pour d’autres, rattaché au clan indien des Lichavi, et, par-delà, à Gautama Bouddha. Les Tibétains, ont donc deux mythes à leur disposition pour rappeler qu’il existe entre Songtsen Gampo et le Bouddha une relation qui s’apparente à une descendance spirituelle, ce qui, d’après eux, confère une aura sacrée et divine à l’empire tibétain. Ils ne s’en contentent pourtant pas et, au risque d’avoir à faire face à un problème de compatibilité entre les différents mythes auxquels ils ont recours, ils proposent également un autre mythe de l’origine de la royauté selon lequel Songtsen Gampo et ses descendants seraient des manifestations d’Avalokitesvara ; ils offrent ainsi, en plus d’une aura sacrée et divine, qui proviendrait non plus du Bouddha mais d’Avalokitesvara, le bodhisattva de la compassion, une transition commode entre l’origine des Tibétains telle qu’elle est présentée dans le mythe du singe et de la démone des rochers, l’empire tibétain tel qu’il apparaît dans l’histoire datée du Tibet et le temps des Dalaï-Lamas – puisque, pour eux, le Dalaï-Lama est lui aussi une manifestation d’Avalokitesvara. Ils utilisent donc, par l’intermédiaire des mythes bouddhistes, deux moyens pour conférer une aura sacrée et divine à l’empire tibétain, qui correspondent à deux utilisations différentes du bouddhisme. Tandis que la première fait directement appel au Bouddha en utilisant l’idée d’une descendance spirituelle, la seconde se fonde sur une interprétation bouddhiste de l’histoire du Tibet en reprenant l’idée d’une histoire cyclique qui se répète à travers les manifestations successives d’Avalokitesvara.

  • 81 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 99.

43Il n’en reste pas moins que le mythe de la manifestation d’Avalokitesvara est le plus connu et le plus populaire des mythes bouddhistes de l’origine de la royauté. Il est vrai que les Tibétains donnent ainsi une cohérence d’ensemble à l’histoire du Tibet. Et ils s’en servent d’autant plus que, comme le précise Laurent Deshayes : « A mesure que le bouddhisme s’est implanté, la croyance que le bodhisattva Avalokiteshvara est le saint patron du Tibet s’est répandue »81. Avalokitesvara est donc, pour les Tibétains, qu’ils soient ou non bouddhistes, bien plus que le bodhisattva de la compassion : il est le symbole du Tibet et le père de la nation tibétaine – le père au sens figuré, mais également au sens propre, puisque, d’après le mythe du singe et de la démone des rochers, le singe qui correspond à la manifestation d’Avalokitesvara est l’ancêtre des Tibétains.

  • 82 Hugh Richardson est toutefois d’avis que les historiens tibétains, eux-mêmes des lamas qui écrivai (...)
  • 83 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 99.

44Les mythes évoluent ainsi en fonction de l’intérêt du moment : les rois divins et miraculeux qui, grâce aux chants et aux légendes qui glorifiaient leur origine, émerveillaient les Tibétains, sont par la suite remplacés, dans les récits qui leur consacrent une biographie, par les rois de religion qui auraient ardemment soutenu la progression du bouddhisme au Tibet82. Pour Laurent Deshayes également, « l’ascendance divine et miraculeuse que la tradition leur prêtait s’estompe ; les empereurs “divins et miraculeux” deviennent des “rois de religion”, des tcheugyel »83.

  • 84 RICHARDSON, Tibet and its History, p. 28.
  • 85 Hugh Richardson, par exemple, annonce à propos de Songtsen Gampo : « His Chinese contemporary was (...)
  • 86 tsenpo en tibétain, tianzi en chinois
  • 87 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 49.
  • 88 Les chercheurs chinois utilisent les termes Tubo (voir JIAWEI et GYAINCAIN, Le statut du Tibet de (...)
  • 89 JIAWEI et GYAINCAIN, Le statut du Tibet de Chine dans l’histoire, p. 9. Voir, plus largement, le c (...)

45Mais, quel que soit le mythe qu’ils retiennent, les Tibétains peuvent se servir de l’empire tibétain pour montrer qu’une nation unie derrière des rois d’exception existait déjà au commencement de l’histoire datée du Tibet et, par extension, à l’origine du Tibet. Les Tibétains, dont apparemment personne n’avait encore entendu parler, font en effet leur apparition dans l’histoire du monde de manière soudaine et spectaculaire, au viie siècle, ce que Hugh Richardson résume ainsi : « They suddenly emerged as a formidable military power fighting their way into the confines of China and demanding a Chinese princess in marriage for their king »84. De nombreux historiens n’hésitent d’ailleurs pas à présenter l’empire tibétain à l’époque de Songtsen Gampo et de ses descendants comme un empire aussi puissant que l’empire chinois des Tang85. Laurent Deshayes, par exemple, voit en Songtsen Gampo un conquérant « qui hissa le Tibet au rang des grands empires asiatiques » ; il s’appuie sur les manuscrits de Dunhuang, dans lesquels Songtsen Gampo porte le titre d’empereur86, pour affirmer que « dès sa mise en place, le domaine conquis par Songtsen Gampo et ses descendants est donc reconnu comme un empire »87. Wang Jiawei et Nyima Gyaincain regrettent, quant à eux, que l’accent soit généralement mis sur les luttes entre les deux dynasties, celle des Tang et celle des Tubo88 – pour eux, il faut retenir des relations entre les Tang et les Tubo « les contacts amicaux [qui] ont donné une forte impulsion au développement social et ont fait augmenter la production, ce qui, en retour, a donné lieu à une prospérité économique, politique et culturelle »89. Hugh Richardson, qui ne dit pas autre chose, reprend pour mieux les analyser les deux événements politiques du règne de Songtsen Gampo qui méritent le plus d’être rapportés et commentés pour témoigner de la puissance de l’empire tibétain, à savoir, ses remarquables conquêtes militaires et son mariage avec une princesse chinoise.

  • 90 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 15. Voir, également, JIAWEI et GYAINCAIN, Le s (...)
  • 91 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 20.

46Le mariage de Songtsen Gampo avec la princesse Wengchen, la fille de l’empereur Taizong, fait l’objet d’interprétations contradictoires. Les historiens chinois n’y voient qu’une pratique courante à l’époque qui consistait pour un souverain à renforcer par un mariage une alliance avec un de ses vassaux – et Taizong aurait d’autant moins dérogé à cette pratique que Songtsen Gampo cherchait à se rapprocher des Tang dont il admirait la prospérité, la puissance militaire et le développement économique et culturel90. Les historiens tibétains, qui sont d’ailleurs rejoints par de nombreux historiens occidentaux, estiment, quant à eux, que les conquêtes de Songtsen Gampo ont fait de lui un roi tellement puissant et respecté que Taizong ne pouvait pas lui refuser sa fille en mariage sans risquer un nouvel affrontement et, probablement, une nouvelle défaite. La princesse Wengchen occupe ainsi une place importante aussi bien chez les historiens tibétains et que chez les historiens chinois, mais pour des raisons différentes. Pour les premiers, elle mérite une attention particulière parce qu’elle a beaucoup contribué à l’introduction et à la diffusion du bouddhisme au Tibet, notamment en rapportant de Chine une statue du Bouddha qui est aujourd’hui encore vénérée par les Tibétains et en convainquant Songtsen Gampo de faire construire à Lhasa un palais, le Jokhang. Pour les seconds, au contraire, et Wang Furen et Suo Wenqing91 sont à cet égard des exemples représentatifs, elle est avant tout une des premières personnes à avoir cherché à resserrer des liens d’amitié qui existaient déjà entre les Han et les Tibétains.

  • 92 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 32.
  • 93 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 32.
  • 94 Il est vrai que Wang Jiawei et Nyima Gyaincain, qui reprennent la même citation, en déduisent seul (...)
  • 95 SHAKABPA, Tibet : A Political History, p. 49.

47Il est vrai que les conquêtes de Songtsen Gampo, de même que celles de ses descendants, impressionnent même les plus puissants voisins des Tibétains. Hugh Richardson et David Snellgrove ne manquent d’ailleurs pas de s’en étonner: « It seems barely possible that from so secluded a beginning in the little Yarlung Valley, the Tibetans should have been able to sustain so vast a series of military enterprises […]; yet such was the case »92. Elles font de l’empire tibétain un des grands empires d’Asie centrale et, surtout, un rival sérieux de l’empire chinois, ce que traduisent les nombreuses batailles que se livrent les deux empires pendant plus de deux siècles. Leurs rivalités finissent toutefois par trouver une conclusion provisoire lorsque le roi Relpachen et l’empereur Muzong décident, en 821, de conclure entre les deux empires un traité de paix. Son texte était tellement important qu’ils ont décidé de le faire graver sur trois piliers qu’ils ont fait ériger à des endroits stratégiques – le premier, à Changan, aux portes du palais de Muzong, le deuxième, à Gugu Meru, sur la frontière entre les deux empires et le troisième, à Lhasa, devant la porte principale du Jokhang. Wang Furen et Suo Wenqing ne nient pas son importance, puisqu’ils parlent, eux aussi, d’un « Tang-Tufan Peace Pledge Monument » auquel ils dédient un chapitre entier, mais, pour eux, il s’agit d’un « Maternal Uncle-Nephew Peace Pledge Monument » dans lequel ils voient « a historical witness to the unity and friendship between Hans and Tibetans over a space of more than a millennium and […] to the close ties between ancient Tibet, as part of the motherland, and the central regime in interior China »93. Les historiens chinois, à l’instar de Wang Furen et Suo Wenqing94, voient ainsi dans le traité une relation de supériorité entre un souverain et un vassal, par l’intermédiaire de la référence à l’oncle maternel et au neveu. A l’inverse, les historiens tibétains, à commencer par Tsepon Shakabpa95, déduisent du traité une relation d’égalité entre un roi et un empereur, et, par extension, entre deux empires puissants et respectés, ce en quoi ils sont rejoints par les historiens occidentaux.

48Il va de soi que les historiens tibétains ont beau jeu de commencer l’histoire du Tibet à la naissance de Songtsen Gampo. Ils peuvent non seulement s’appuyer sur des événements historiques reconnus par d’autres historiens pour prouver l’indépendance passée du Tibet, et, par extension, l’existence d’une nation tibétaine unie et soudée, mais ils peuvent également voir dans le commencement de l’histoire datée du Tibet une première répétition du mythe de l’origine – à travers la re-manifestation d’Avalokitesvara – qui, pour eux, non seulement réaffirme l’unité de la nation tibétaine, mais encore offre d’emblée une cohérence interne à l’histoire du Tibet.

2. La tutelle mongole et la relation « patron-prêtre »

  • 96 RICHARDSON, Tibet and its History, p. 33.

49L’effondrement de l’empire tibétain et la fin de la dynastie des Tang mettent provisoirement un terme aux relations entre le Tibet et la Chine. Mais Hugh Richardson rappelle que: « The connection between Tibet and China was eventually re-established through the conquest of both countries by another Central Asian people – the Mongols »96. Il s’agit bien d’une nouvelle grande phase de l’histoire du Tibet, qui appelle, pour les historiens tibétains, un renouvellement de l’interprétation qu’ils avaient élaborée pour rendre compte des événements qui ont marqué la première grande phase de l’histoire du Tibet – l’empire tibétain. Ils développent ainsi, pour contrer la prétention des historiens chinois selon laquelle la Chine aurait hérité des Mongols ses droits et, en particulier, sa souveraineté, sur le Tibet, deux arguments qui constituent la substance de leur interprétation. Le premier consiste à nier la prétendue continuité de droits, et donc de souveraineté, entre les empires mongol et chinois, et le deuxième consiste à interpréter de manière favorable aux Tibétains la relation qui s’est établie puis imposée entre les khans mongols et les lamas tibétains.

  • 97 Hugh Richardson parle de « Mongol overlordship » (RICHARDSON, Tibet and its History), Laurent Desh (...)
  • 98 « Yuan Dynasty’s Administration of the Tibetan Areas » est le titre qu’ils donnent à leur chapitre (...)
  • 99 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 57.

50Wang Furen et Suo Wenqing, qui constituent un exemple paradigmatique de la position des historiens chinois, ne parlent pas, comme la plupart des historiens occidentaux présentés ici, de suzeraineté mongole97, mais d’administration yuan sur le Tibet98 – un glissement sémantique qui montre bien leur volonté de réduire les Mongols à la dynastie chinoise des Yuan et, subséquemment, d’assimiler les conquêtes mongoles à des conquêtes chinoises. Les Mongols auraient donc joué un rôle prépondérant dans l’unification de la Chine. Ce qui leur permet de conclure que: « In the brief space of half a century, they succeeded in subjugating the independent regimes and local forces, thus bringing the people of all nationalities under a central government »99.

  • 100 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 145.
  • 101 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 58.

51La soumission des Tibétains revêt pourtant un caractère particulier que les historiens tibétains mettent en avant pour interpréter de manière plus favorable les relations qui se sont développées entre les Mongols et les Tibétains. Elle ne résulte pas, pour Tsepon Shakabpa, d’une conquête à proprement parler, puisque, lorsque Gengis Khan leur a envoyé des émissaires, en 1207, les Tibétains, qui craignaient une invasion mongole et donc, leur propre extermination, se sont empressés d’accéder à toutes ses demandes. Ce que confirment David Snellgrove et Hugh Richardson: « The Tibetans in their innocence of the world around them succeeded in remaining the only country in central and northern Asia to escape the merciless scourge of the Mongols »100. Wang Furen et Suo Wenqing ne le nient pas, mais, pour eux, il s’agit moins d’un succès éclatant des Tibétains que d’une stratégie judicieuse des Mongols, et notamment de Gengis Khan – s’il a accepté de ne pas envoyer de troupes au Tibet en échange de l’allégeance des Tibétains, c’est parce qu’une telle entente lui permettait d’avoir des réserves d’hommes pour d’autres conquêtes101.

  • 102 SHAKABPA, Tibet : A Political History, pp. 61-62.
  • 103 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 148.
  • 104 SHAKABPA, Tibet : A Political History, pp. 61-64.

52La soumission du Tibet n’a pourtant pas duré longtemps : Tsepon Shakabpa rappelle ainsi que les Tibétains ont pris prétexte de la mort de Gengis Khan pour cesser de payer le tribut convenu, ce qui aurait incité son successeur Godan Khan à user de représailles102. Il aurait pourtant rapidement renoncé à ses projets pour mander à sa cour Sakya Pandita, un lama tibétain de la secte des Sakyapa dont la renommée était parvenue jusqu’à lui et qu’il aurait enjoint de lui enseigner les préceptes du bouddhisme – David Snellgrove et Hugh Richardson remarquent non sans ironie que : « It is somehow typical of Tibetan religious preoccupations that they should have assumed that the Mongols, murderous hordes that they then were, were primarily interested in learning something about Buddhism »103. Il l’investit pourtant de l’autorité temporelle sur le Trikor Chuksum, c’est-à-dire sur deux régions, le U et le Tsang, parfois considérées comme une seule région appelée U-Tsang, en échange des enseignements qu’il a reçus, tout en l’assurant de sa volonté pleine et entière de convertir au bouddhisme tous les Mongols qui sont sous ses ordres104. Sakya Pandita aurait alors exhorté les Tibétains à accepter la tutelle mongole dans une lettre dont l’interprétation est aujourd’hui encore controversée.

  • 105 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 104.
  • 106 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 59.
  • 107 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 60. Voir également ce qu’en disent Wang Jiawei (...)

53Si, pour Tsepon Shakabpa, une tutelle mongole purement théorique ne peut venir remettre en cause l’indépendance nouvellement acquise du Tibet, pour Laurent Deshayes, c’est plutôt l’inverse : le pouvoir central dont est à nouveau doté le Tibet reste très théorique et n’existe que par la volonté de Godan Khan105. Wang Furen et Suo Wenqing interprètent différemment encore la lettre de Sakya Pandita aux Tibétains. Il s’agit, pour eux, du fondement de l’administration yuan au Tibet: « It stated that Tibet had become a vassal territory of Mongolia and that the Mongol leader Go-dan had appointed Sa-skya and other officials to help govern Tibet »106. Ils en concluent que Sakya Pandita, parce qu’il a fait en sorte que le Tibet rejoigne la grande nation chinoise, a joué un rôle majeur dans l’unification de la Chine107.

  • 108 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 148.
  • 109 SHAKABPA, Tibet : A Political History, p. 72.
  • 110 KLIEGER, Tibetan Nationalism, p. 25.

54Peu après, Phagpa, le neveu que Sakya Pandita a amené avec lui à la cour mongole, gagne à son tour la confiance de Kublai Kahn, le successeur de Godan Khan – celuici l’investit de l’autorité temporelle sur le Chölka Sum, c’estàdire sur les trois régions tibétaines, le U, le Tsang et le Do (encore divisé en Amdo ou Do supérieur et Kham ou Do inférieur). David Snellgrove et Hugh Richardson admettent que: « From this time dates that peculiar relationship between Tibet and China, known as Yon-mChod, “Patron and Priest”, by which the ruler of Tibet in the person of the predominant grand lama was regarded as the religious adviser and priest of the Emperor, who in return acted as patron and protector »108. La relation « patronprêtre » qui s’établit entre Phagpa et Kublai Khan va rapidement acquérir une importance prépondérante puisque, comme le rappelle Tsepon Shakabpa, elle va servir de fondement à la relation bifide, à la fois politique et religieuse, qui se développe entre les Tibétains et les Mongols et, plus tard, entre les Mandchous et les Tibétains109. Son interprétation est donc déterminante. Les historiens tibétains ont tendance à y voir une relation d’égalité entre le « patron » et le « prêtre », les historiens chinois y voient une relation de supériorité du « patron » sur le « prêtre » et les historiens occidentaux, qui ne sont pas d’accord entre eux, hésitent constamment entre ces deux visions opposées. Comme le rappelle Christiaan Klieger: « The mchod-yon dyad [la relation « patronprêtre »] established between Tibet and the Mongol Empire has been interpreted differently by modern Tibetan refugee historians and by officials of the People’s Republic of China – each according to their own preconceptions and in accordance to the “novel” experience of presenting this material to the West for political consideration »110.

  • 111 SHAKABPA, Tibet : A Political History, p. 71.
  • 112 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 149.

55De telles différences s’expliquent notamment par le fait que cette relation ne se laisse pas facilement traduire en des termes occidentaux qui pourraient permettre de déduire de manière certaine les positions respectives, de supériorité, d’égalité ou d’infériorité, du « patron » et du « prêtre » au sein de la relation. Tsepon Shakabpa la présente comme « an example of the unique central Asian concept of the patron-lama relationship, in which the temporal support of the lay power is given in return for the religious support of the religious power »111. Il rappelle ainsi deux de ses caractères prédominants : la singularité, qui semble exclure d’emblée toute possibilité d’analogie – David Snellgrove et Hugh Richardson estiment pourtant qu’elle peut, à la limite, être comparée à la relation qui a pu exister en Europe entre le pape et le Saint empereur romain112 –, et l’origine géographique, qui semble empêcher toute tentative de reprise hors du contexte historique d’origine, à savoir, l’Asie centrale. Mais les historiens occidentaux, qui acceptent ces deux caractéristiques de la relation « patron-prêtre », n’hésitent pourtant pas, pour certains d’entre eux, à reprendre un vocabulaire médiéval ; le « patron » devient ainsi le seigneur ou le suzerain, tandis que le « prêtre » devient son vassal et, par extension, la relation entre la Chine et le Tibet devient une relation de suzeraineté, voire, de souveraineté.

  • 113 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 148.
  • 114 RICHARDSON, Tibet and its History, p. 34.
  • 115 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 125.
  • 116 « So we can see that the Yuan Dynasty exercised overall administration of the Tibetan areas and th (...)
  • 117 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 62.
  • 118 JIAWEI et GYAINCAIN, Le statut du Tibet de Chine dans l’histoire, p. 24, p. 27, pp. 28-29 et p. 34 (...)
  • 119 SHAKABPA, Tibet : A Political History, p. 71.

56David Snellgrove et Hugh Richardson, par exemple, estiment que: « [Phagpa] became in effect the Mongol’s vassal-ruler of Tibet, while Kublai himself became if not a convert, at least a powerful and devoted patron of Buddhism »113. Hugh Richardson généralise cette interprétation aux lamas de la secte des Sakyapa qui succèdent à Phagpa et aux khans mongols qui succèdent à Kublai Khan – pour lui, les Mongols sont effectivement devenus les suzerains du Tibet114. Il est vrai que le « prêtre », même s’il est le vice-régent, voire le roi, du Tibet, n’est pas libre de ses mouvements, puisqu’il est contraint de passer beaucoup de son temps à la cour mongole, où il doit servir de tuteur au « patron ». Laurent Deshayes, en revanche, rejette complètement l’analogie médiévale : « C’est une relation de personne à personne, non d’Etat à Etat ; cela ne suffit pas à établir au sens strict un lien de suzerain à vassal, du moins dans l’acceptation de l’Occident médiéval »115. Pour Wang Furen et Suo Wenqing, les lamas tibétains tels que Phagpa ne font qu’aider les Mongols, et, ensuite, la dynastie des Yuan, à administrer le Tibet. Ils exploitent donc eux aussi l’analogie médiévale qui est utilisée par des historiens occidentaux pour renforcer la légitimité de leur interprétation, mais ils aboutissent à des conclusions différentes – la suzeraineté s’est ainsi transformée, chez eux, en souveraineté totale116. Ce qui ne les empêche pas d’avoir une haute opinion de Phagpa: « Phags-pa played a role in strengthening the relations between Tibet and the central government in the hinterland and in promoting the cultural exchange and friendly contacts between Tibetans, Hans and Mongols »117. Wang Jiawei et Nyima Gyaincain résolvent la question en admettant, pour les empereurs chinois et les lamas tibétains, à partir de Godan Khan et Sakya Pandita, puis avec Kublai Khan et Phagpa, l’existence d’une relation entre un protecteur et un lama, tout en insistant sur l’existence concomitante d’une relation entre un souverain et un sujet – et, pour eux, la relation politique aurait été bien plus importante que la relation religieuse118. Tsepon Shakabpa parvient, lui, à une sorte de compromis. Il rejette l’analogie médiévale pour les successeurs de Kublai Khan et Phagpa mais admet qu’il existait une relation de suzerain à vassal entre Godan Khan et Sakya Pandita. Il estime ainsi qu’il y a eu un véritable changement dans les relations entre les khans mongols et les lamas tibétains sous le règne de Kublai Khan – pour lui, « a comparison of Godan’s letter to Sakya Pandita with that of Kublai to Phagpa will reveal that the first is an example of correspondence from lord to subject ; while the second is one of presentation from patron to lama »119. Il en conclut que le Tibet et la Chine étaient bien deux Etats indépendants au temps des Mongols.

  • 120 RICHARDSON, Tibet and its History, p. 36.
  • 121 Hugh Richardson affirme : « Recent Chinese arguments that the Ming emperors inherited from their M (...)
  • 122 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 153.
  • 123 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 153.
  • 124 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 71.
  • 125 Voir le chapitre 3 intitulé « La politique d’inféodation des Ming et le commerce relatif au tribut (...)

57Les historiens occidentaux, tibétains et chinois déduisent ainsi, à partir des mêmes événements, des relations différentes entre les lamas tibétains et les khans mongols et, subséquemment, entre le Tibet et la Chine. Mais comment interprètent-ils l’évolution de la relation « patron-prêtre » au moment de l’effondrement de la dynastie des Yuan – qui coïncide avec la perte d’influence des Sakyapa au Tibet ? Et, incidemment, l’évolution des relations entre le Tibet et la Chine ? Hugh Richardson résume le sentiment général : la Chine et le Tibet se sont finalement libérés du joug mongol, redevenant ainsi deux Etats indépendants, la Chine avec l’établissement de la dynastie des Ming et le Tibet avec la prise de pouvoir de Changchub Gyaltsen120. Tsepon Shakabpa affirme également que la prétention chinoise des droits sur le Tibet, que les empereurs Ming auraient hérités des empereurs mongols, doit être rejetée121. David Snellgrove et Hugh Richardson parlent d’indépendance du Tibet: « Tibet silently closed the period of nominal subjection to China under the Mongol Emperors, and made no move to take up any new relationship with the next Chinese dynasty »122. Changchub Gyaltsen aurait décidé d’effacer les traces de l’influence mongole et de restaurer la gloire de l’ancien Tibet, celui des rois de religion, en mettant fin à ce que David Snellgrove et Hugh Richardson appellent la relation d’infériorité du Tibet à la Chine par l’intermédiaire des Mongols123. Wang Furen et Suo Wenqing, qui admettent que l’administration ming sur le Tibet était beaucoup plus relâchée que l’administration yuan, n’en concluent pas moins que les Ming jouissaient sur le Tibet de la même souveraineté que les Yuan avant eux, la seule différence étant que, dans leur volonté de séparer la religion de la politique, les Ming ont supprimé le système du tuteur impérial introduit par les Yuan, mettant ainsi un terme à la relation « patronprêtre »124. Wang Jiawei et Nyima Gyaincain parlent eux de politique d’inféodation des Ming sur le Tibet125.

58Les historiens tibétains, qui ne sont pas nécessairement d’accord sur le fond avec les autres historiens présentés ici, s’accordent ainsi sur une interprétation moderne, c’est-à-dire exprimée en des termes occidentaux, de la relation « patron-prêtre » qui a existé entre les Mongols et les Tibétains. Mais le prolongement de la relation sous le temps des Dalaï-Lamas amène certains d’entre eux à redoubler l’interprétation moderne par une interprétation qui s’inspire à nouveau fortement de certains mythes de l’origine du Tibet.

3. Le temps des Dalaï-Lamas

  • 126 Voir, notamment, ce qu’en disent David Snellgrove et Hugh Richardson. (SNELLGROVE et RICHARDSON, A (...)
  • 127 David Snellgrove et Hugh Richardson rappellent que : « The Dalai Lamas now came to be consciously (...)
  • 128 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 147.
  • 129 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 125.

59La phase de l’histoire du Tibet qui commence avec Sonam Gyatso, le troisième Dalaï-Lama, et qui se poursuit avec Ngawang Lobsang Gyatso, le cinquième Dalaï-Lama, permet en effet aux historiens tibétains de revenir à une interprétation mythique de l’histoire qui avait déjà servi pour rendre compte de la phase de l’histoire du Tibet qui correspond à l’empire tibétain. Il y a trois raisons à cela : 1) la volonté de Ngawang Lobsang Gyatso de s’afficher en successeur des rois de Yarlung126 et d’établir ainsi une continuité permettant d’offrir une cohérence d’ensemble, depuis le commencement de l’histoire datée du Tibet, et même avant, jusqu’à un futur inconnu qui correspondrait à la disparition de l’institution des Dalaï-Lamas ; 2) la propagation du mythe selon lequel le Dalaï-Lama serait la manifestation d’Avalokitesvara, c’est-à-dire, également, et par extension, le père de la nation tibétaine. Et d’ailleurs, loin de le désavouer, les Dalaï-Lamas l’utilisent127. Ngawang Lobsang Gyatso ordonne ainsi la construction d’un palais pour les Dalaï-Lamas auquel il donne le nom de Potala ; or, comme le rappelle Laurent Deshayes, il s’agit là d’« une symbolique bouddhiste, car le « Potala » est d’abord le palais du bodhisattva Avalokiteshvara dans son domaine spirituel – le Dalaï-Lama, dans son palais de pierres, étant le reflet d’Avalokiteshvara veillant au bienêtre du monde dans son palais mystique »128. Il y a donc bien matière à renforcer encore la cohérence d’ensemble de l’histoire du Tibet en établissant une continuité entre le mythe de l’origine le plus populaire et les deux grandes phases de l’histoire que sont l’empire tibétain et le temps des Dalaï-Lamas. 3) la présence de la logique du mythe jusque dans la relation « patron-prêtre » – pour les bouddhistes tibétains, si le Dalaï-Lama est la manifestation d’Avalokitesvara, l’empereur chinois est celle de Manjushri. Laurent Deshayes explique ainsi : « Les rapports entre Phagpa et Kubilaï, puis entre les empereurs de Chine et les dirigeants tibétains, sont finalement ceux de deux bodhisattva : Avalokiteshvara, le protecteur du Tibet, est l’égal de Manjoushri, le maître de l’Empire du Milieu »129.

  • 130 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 183.
  • 131 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 184.
  • 132 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 86.

60Les historiens tibétains peuvent ainsi donner une cohérence d’ensemble à l’histoire du Tibet qui a la particularité de reposer, à travers les manifestations successives du DalaïLama, sur la présence continue du père de la nation. Il n’en demeure pas moins que la relation « patron-prêtre » peut aisément être interprétée indépendamment du mythe. Elle a certes été suspendue au moment de l’effondrement de la dynastie des Yuan, mais elle est reprise par Sonam Gyatso et Altan Khan, ce que David Snellgrove et Hugh Richardson résument ainsi: « Then bSod-nams rGya-mtsho took a step which was to produce the same situation as had existed under Saskya rule and was to transform his order from a purely religious to a political religious force of exactly the same kind as the others »130. Sonam Gyatso s’est rendu à une invitation d’Altan Khan, le chef de la tribu mongole des Tumed, qui était alors considéré, du moins par les historiens tibétains et occidentaux, comme le chef le plus puissant de toutes les tribus qui s’étaient établies dans les environs proches de la frontière chinoise. Ils ont échangé des titres honorifiques – Sonam Gyatso a reçu le titre de Dalaï-Lama à cette occasion – et, ce faisant, de l’avis de tous, ils ont décidé de réactiver la relation qui avait existé entre Phagpa et Kublai Khan131. Ont-ils agi par conviction ou par intérêt ? Les historiens chinois, à l’instar de Wang Furen et Suo Wenqing, sont d’avis qu’Altan Khan avait besoin du prestige du lamaïsme pour redresser la situation précaire dans laquelle il se trouvait, tandis que la secte des Gelugpa avait besoin d’un soutien militaire pour venir à bout de ses adversaires132. S’ils aiment croire que Sonam Gyatso et Altan Khan ont été motivés par des considérations bouddhistes – l’un espérait propager le bouddhisme et l’autre pensait renouer avec la religion de ses illustres prédécesseurs –, les historiens tibétains admettent toutefois qu’il y ait également pu avoir un intérêt politique, ce en quoi ils rejoignent les historiens occidentaux, pour qui le rapprochement entre Sonam Gyatso et Altan Khan relève à la fois de la conviction religieuse et de l’intérêt politique, quoiqu’à des degrés divers suivant les historiens considérés.

  • 133 Voir ce qu’en disent David Snellgrove et Hugh Richardson. (SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural Hi (...)
  • 134 RICHARDSON, Tibet and its History, p. 42.
  • 135 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 197.

61La reprise des relations entre le Tibet et la Mongolie a été confirmée lorsque Ngawang Lobsang Gyatso, qui jouissait déjà d’une certaine popularité auprès des Mongols133, et Gushri Khan, le chef de la tribu mongole des Qoshot, se sont rencontrés. Pour Hugh Richardson, il s’agit bien de: « An example of the purely Central Asian concept of Patron and Priest in which the temporal support of the lay power is given in return for the spiritual support of the religious power […] [which] had been the formal description of the bond between the Mongols Emperors of China and their Lama Viceregents for Tibet »134. Et, pour David Snellgrove et Hugh Richardson, il ne fait pas de doute que « Gushri and the Dalai Lama were able to enact the parts of patron and priest to their full satisfaction » ; ils suggèrent donc que tel n’était pas le cas avant135.

  • 136 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 198.
  • 137 Tsepon Shakabpa s’intéresse également aux raisons qui ont amené Shunzhi à inviter Ngawang Lobzang (...)
  • 138 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 198.
  • 139 Laurent Deshayes résume le débat ainsi : « Les chroniques chinoises et tibétaines ne font pas le m (...)
  • 140 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 90.
  • 141 JIAWEI et GYAINCAIN, Le statut du Tibet de Chine dans l’histoire, pp. 56-57.

62Et, avec l’arrivée au pouvoir de la dynastie des Qing en Chine, Ngawang Lobsang Gyatso trouve rapidement un nouveau partenaire pour la relation « patron-prêtre » en la personne de l’empereur Shunzhi – pour David Snellgrove et Hugh Richardson, « The dGe-lugs-pas and the Manchus became respectively rulers of Tibet and China at just about the same time, and it is important to note that relations between the two countries developed mainly in the form of diplomatic contacts between the dGe-lugs-pa hierarchs and the Manchu court »136. Shunzhi invite Ngawang Lobsang Gyatso à venir le voir en Chine. Leur rencontre fait l’objet de plusieurs interprétations divergentes qui sont néanmoins parfaitement en accord avec l’interprétation de la relation « patron-prêtre » retenue par les historiens envisagés ici. Hugh Richardson se contente de poser les termes du débat sans y prendre part : Ngawang Lobsang Gyatso doitil être considéré comme un souverain indépendant ou bien comme un vassal de l’empereur Shunzhi ? Et, par extension, le Tibet doit-il être considéré comme un Etat indépendant ou bien comme un Etat vassal de la Chine ? Tsepon Shakabpa137 est d’avis que Ngawang Lobsang Gyatso est un souverain indépendant, l’égal de Shunzhi – la preuve en est que ce dernier se serait expressément déplacé pour le rencontrer puis lui aurait serré la main plutôt que de le laisser se prosterner devant lui. David Snellgrove et Hugh Richardson abondent dans le même sens : pour eux, il s’agissait bien d’une rencontre entre deux souverains égaux138, mais Laurent Deshayes qui, à l’instar de Hugh Richardson, préfère ne pas se prononcer, présente simplement les deux interprétations en présence139. Wang Furen et Suo Wenqing estiment, eux, que Ngawang Lobsang Gyatso n’est ni plus ni moins que le vassal de Shunzhi – il se serait prosterné devant lui comme le faisaient tous les vassaux qui lui rendaient hommage et il aurait reçu de lui officiellement le titre de Dalaï-Lama ; pour eux, « it was this occasion that marks the inception of a new institution by which all generations of the Dalai Lama had to be confirmed by the central government »140. Wang Jiawei et Nyima Gyaincain font également état de la position inférieure de Ngawang Lobsang Gyatso par rapport à Shunzhi – une position d’infériorité qui serait due à la différence de hauteur des deux trônes141. Or, la rencontre est perçue par tous les historiens présentés ici comme le commencement de la relation « patron-prêtre » entre les Dalaï-Lamas et les empereurs de la dynastie des Qing. Son interprétation a donc également un effet sur l’interprétation de la nouvelle relation « patron-prêtre » c’est-à-dire, plus largement, sur l’interprétation des relations entre la Chine et le Tibet au temps des Dalaï-Lamas.

  • 142 Il est à noter que Wang Jiawei et Nyima Gyaincain voient deux relations, l’une religieuse, l’autre (...)

63Et celle-ci divise les historiens. Les historiens chinois et tibétains y voient un modèle pratique d’interprétation : elle leur permet d’envisager les relations entre la Chine et le Tibet au temps des Dalaï-Lamas de manière fixe et définitive. La différence étant que, pour les historiens tibétains, il s’agit indéniablement d’une relation entre deux souverains égaux et, surtout, indépendants, tandis que, pour les historiens chinois, il ne fait pas de doute qu’il s’agit encore et toujours d’une relation de suzerain à vassal, voire, de souverain à sujet142. Les historiens occidentaux la perçoivent en revanche comme une réalité historique qui n’a cessé d’évoluer : elle ne peut exister indépendamment de la personnalité des Dalaï-Lamas et des empereurs de la dynastie des Qing, ou même, du contexte historique général dans lequel elle se situe.

C. Vers l’avènement de la nation tibétaine

64Il convient dès lors, afin de mieux mettre en lumière les enjeux de l’interprétation, de montrer la manière dont ont été utilisés les deux modèles d’interprétation de la relation « patron-prêtre » proposés respectivement par les historiens tibétains et chinois en les comparant avec les interprétations de la relation « patron-prêtre » données par les historiens occidentaux. Je retiendrai ici deux exemples : 1) les invasions répétées des Dzungar et des Gurkha au Tibet, et 2) les traités internationaux qui portent, partiellement ou totalement, directement ou indirectement, sur le Tibet.

1. Le temps des invasions : la nation menacée

  • 143 SHAKABPA, Tibet : A Political History, p. 139. Voir également ce qu’en dit Laurent Deshayes. (DESH (...)
  • 144 RICHARDSON, Tibet and its History, p. 50.

65Lorsque les Dzungar ont envahi le Tibet, en 1717, l’empereur Kangxi a envoyé son armée à la rescousse des Tibétains. Il s’agit là, pour Tsepon Shakabpa, du devoir du « patron » à l’égard du « prêtre ». Il apprécie certes le fait que Kangxi a bien rempli son devoir à l’égard de Kelsang Gyatso, mais il précise que les troupes tibétaines de Khangchennas et Pholhannas avaient fait fuir les Dzungar avant même l’arrivée des soldats mandchous. Il ne s’agit pas d’une conquête : Kangxi a envoyé son armée au Tibet pour venger la mort de son allié Lhasang Khan et pour aider Kelsang Gyatso à récupérer son trône143. Il ne s’est pourtant pas contenté de contrer la menace qui pesait sur le Tibet : il en a profité pour y consolider son administration, en laissant à Lhasa une armée de 2000 hommes ainsi que deux commissaires impériaux, les ambans, qui servaient d’agents de liaison entre Pékin et Lhasa, ce qui fait dire à Hugh Richardson : « This was the foundation of nearly two centuries of Manchu overlordship of Tibet and it should be observed that it was brought about not by conquest of the Tibetans but by skilful opportunism, and that once again it was a non-Chinese Emperor of China who had established a connection with Tibet »144.

  • 145 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 218.

66Lorsque les Gurkha ont envahi le Tibet, à deux reprises entre 1788 et 1792, l’empereur Qianlong a, lui aussi, envoyé son armée pour venir en aide aux Tibétains. David Snellgrove et Hugh Richardson résument l’impression générale: « The Chinese arrived as friends and deliverers from the hated Dzungars, and the Emperor appeared as the true protector of the boy bsKal-bzang rGya-mtsho, who was duly installed as Dalai Lama »145. Tsepon Shakabpa, qui n’y voit pourtant toujours qu’un « patron » qui accomplit son devoir envers son « prêtre », poursuit ainsi son analyse :

  • 146 SHAKABPA, Tibet : A Political History, p. 169-170.

The main base for later Chinese claims of sovereignty over Tibet was the sending of military assistance by the Manchu Emperor, Ch’ien-lung, to Tibet to drive out the Gurkhas. It is to be noted, however, that the Manchus supplied imperial troops as an ally of long-standing and that the imperial troops did not enter Tibet to attack Tibetans or to conquer their country. The patron-lama relationship between the Dalai Lama and the Manchu Emperor was predicated on the mutual responsibilities of each. The patron was to provide temporal assistance; the lama, spiritual guidance146.

  • 147 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 100.
  • 148 RICHARDSON, Tibet and its History, p. 70.
  • 149 David Snellgrove et Hugh Richardson parlent de « an entirely new relationship between Tibet and Ch (...)
  • 150 David Snellgrove et Hugh Richardson parlent également de « the lightness and often the total non-e (...)
  • 151 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 219.

67Qianlong, comme Kangxi avant lui, ne s’est toutefois pas contenté de repousser les Gurkha. Il s’est servi de ce prétexte pour consolider son administration sur le Tibet, en imposant l’utilisation d’une urne d’or pour le choix des nouvelles incarnations de Dalaï-Lamas et en renforçant le contrôle de toutes les communications du Tibet avec les autres Etats. Wang Furen et Suo Wenqing évoquent à ce propos « the 29 article ordinance of government » : « The ordinance represented the height of the Qing administration of Tibet ; it embodied their absolute rule over the region »147 – il y a bien, pour eux, souveraineté chinoise sur le Tibet. Et Hugh Richardson admet également que: « Those changes have been interpreted as the imposition of full Chinese sovereignty on Tibet »148. David Snellgrove et Hugh Richardson, de même que Laurent Deshayes, sans aller aussi loin, n’hésitent pas à parler de tutelle ou de suzeraineté mandchoue sur le Tibet149. Ils modèrent toutefois leurs propos en précisant que la tutelle mongole a en fait été plus symbolique que réelle150. Et, pour David Snellgrove et Hugh Richardson, c’est Phola, le nouveau dirigeant du Tibet, qui a su tirer profit de la situation: « In his relations with China he shrewdly saw that as long as Tibetan policy did not endanger the wider interests of China in Central Asia, Chinese overlordship in Tibet could be reduced to a mere formality so far as internal affairs and even Tibetan relations with her Himalayan neighbours were concerned. […] Thus the substance of Tibetan independence was preserved thanks to Chinese protection but without fear of Chinese interference »151.

  • 152 Tsepon Shakabpa continue d’ailleurs d’utiliser ce modèle d’interprétation pour expliquer les réact (...)
  • 153 RICHARDSON, Tibet and its History, p. 57.

68Ces deux exemples permettent de comprendre la manière dont les modèles d’interprétation de la relation « patron-prêtre » établis respectivement par les historiens tibétains et chinois peuvent servir à expliquer plus largement les relations entre le Tibet et la Chine pour les périodes considérées. Tsepon Shakabpa, qui est ici représentatif des historiens tibétains, estime que le Tibet et la Chine sont deux Etats indépendants et que ce n’est pas l’intervention militaire de l’un pour venir en aide à l’autre qui peut remettre en cause leur relation ; bien au contraire, une telle intervention est prévue par la relation « patron-prêtre »152. Wang Furen et Suo Wenqing, qui parlent pour les historiens chinois, sont eux d’avis que le Tibet est bien une région chinoise qui, même si elle bénéficie de fait d’une autonomie plus grande que les autres régions en raison de son éloignement géographique, a besoin du soutien militaire de la Chine pour la préserver des invasions étrangères. Est établie à travers la relation « patron-prêtre » non pas une relation entre deux Etats indépendants, mais bien entre un Etat, la Chine, et l’une de ses régions, le Tibet. Hugh Richardson préfère, lui, renoncer provisoirement à la relation « patron-prêtre » et se contente de parler de cycle: « A military expedition followed by a re-organisation of the government at Lhasa, then a decline in the imperial interest and influence there, leading to an internal crisis calling for another expedition and another re-organisation – and so once more »153. Il est, en cela, assez représentatif des historiens occidentaux, pour qui la relation « patron-prêtre », alors même qu’elle peut ponctuellement servir à interpréter les relations entre la Chine et le Tibet, doit parfois aussi être abandonnée au profit d’une autre interprétation plus appropriée.

69Et du reste, pour les historiens occidentaux, une nouvelle interprétation semble être de rigueur dès lors que les grandes puissances commencent à s’intéresser au Tibet, soit à la fin du xixe siècle : lorsqu’ils négocient avec le Tibet, ou à son sujet, le Royaume-Uni et la Russie, entre autres, s’appuient en effet sur une analyse de type juridique, plaçant du même coup les relations entre la Chine et le Tibet sur le terrain de la modernité.

2. Le Grand Jeu : la nation tibétaine dans les traités internationaux

70Les traités internationaux qui portent sur le Tibet s’inscrivent plus largement dans le contexte de ce qu’on a appelé le Grand Jeu et qui, pour les besoins de l’analyse, peut être résumé à des rivalités entre le Royaume-Uni et la Russie à des fins de domination en Asie centrale. Ils constituent, en quelque sorte, les points de repère de la relation que le Tibet entretient avec la Chine à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle. Ils font de fait apparaître deux types de relations, à savoir, la dépendance du Tibet par rapport à la Chine, c’est-à-dire la suzeraineté ou la souveraineté de la Chine, et l’indépendance du Tibet, qui sont toutes deux fonction de l’interprétation retenue.

  • 154 « The Anglo-Chinese Convention Relating to Sikkim and Tibet » (1890) et « The Regulations Regardin (...)
  • 155 Certains historiens, à l’instar de Hugh Richardson, évoquent également la convention de Chefoo de (...)
  • 156 RICHARDSON, Tibet and its History, p. 77-78.
  • 157 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 224.
  • 158 SHAKABPA, Tibet : A Political History, p. 200.
  • 159 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 224.
  • 160 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 119.

71La convention de Calcutta signée en 1890 par le Royaume-Uni et la Chine, et, plus précisément par Lord Landsdowne, le gouverneur général d’Inde, et Sheng Tai, l’amban de Lhasa, de même que les accords additionnels de Darjeeling signés en 1893154, provoquent une forte réaction de rejet chez les Tibétains155. Hugh Richardson la résume ainsi: « The Tibetans actively obstructed the operation of a treaty which affected their interests but to which they had not given their consent ». Il est donc clair, pour lui, que: « The Chinese had been chiefly concerned with saving appearances and, even if they were genuinely anxious to do so, were quite incapable of compelling the Tibetans to accept what had been signed on their behalf »156. Mais les avis sont partagés. Laurent Deshayes estime que le Tibet a sa part de responsabilité, puisqu’« en laissant la Chine signer avec la Grande-Bretagne des accords le concernant, le Tibet a permis aux Mandchous de reprendre pied sur le haut plateau »157. Tsepon Shakabpa prend le parti de s’inscrire d’emblée dans la logique du droit international, ce qui lui permet de conclure que les clauses concernant le Tibet ne pouvaient entrer en vigueur parce que celui-ci n’avait pas pris part aux négociations – pour lui, le Tibet est un Etat indépendant et toutes les relations qu’il peut conclure avec d’autres Etats sont régies par le droit international158. Laurent Deshayes affirme, lui, que la relation « patron-prêtre » qui unissait le Tibet et la Chine évolue en entrant dans le droit international pour devenir une relation de souverain à vassal159. Wang Furen et Suo Wenqing s’enthousiasment pour la réaction d’indignation des Tibétains à l’égard de Sheng Tai. La bataille de Lungto n’est, pour eux, ni plus ni moins qu’une facette de la lutte héroïque que la nation chinoise menait à la fin du xixe siècle contre les puissances capitalistes qui tentaient de coloniser la Chine et, même si les Tibétains ont perdu contre les Britanniques, ce qu’ils attribuent à la politique du gouvernement des Qing, ils sont d’avis que les flammes de l’indignation qui brûlaient dans le cœur des Tibétains à cause de l’agression étrangère n’ont jamais pu être éteintes160.

72La convention de Calcutta de 1890 et les traités additionnels de Darjeeling de 1893 donnent donc lieu à deux interprétations diamétralement opposées. Tandis que les historiens tibétains veulent voir dans leur rejet par les Tibétains une démonstration claire de l’indépendance du Tibet – ils rejettent ces deux traités non parce qu’ils y sont opposés par principe, mais bien parce qu’ils n’ont pas été invités à prendre part aux négociations –, les historiens chinois parlent de deux traités inégaux que la Chine a été contrainte de signer avec le Royaume-Uni – ils s’empressent dès lors de saluer la réaction des Tibétains qu’ils veulent prendre pour une manifestation forte et spontanée de nationalisme chinois.

  • 161 RICHARDSON, Tibet and its History, p. 93.
  • 162 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 235.
  • 163 SHAKABPA, Tibet : A Political History, p. 217.
  • 164 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 128.

73La convention de Lhasa de 1904, qui conclut l’expédition Young-husband, constitue pour les Britanniques un changement dans la manière de traiter avec le Tibet. Pour Hugh Richardson: « The absence of Chinese participation in the Lhasa Convention brought it about that, whatever may have been the intentions of the negotiators, the treaty as signed was a clear acknowledgement of Tibet’s direct power to make treaties and it contained nothing whatsoever to suggest the suzerainty of, or even any special connection with, China »161. Il n’est pas le seul à reconnaître au Tibet un statut proche de l’indépendance, ou du moins, d’une indépendance de facto. Laurent Deshayes, par exemple, estime que « la convention reconnaît de facto l’Etat tibétain comme politiquement séparé et libre de toute tutelle chinoise, annulant ainsi les précédents accords établis en 1890 et 1893 »162. Il est également clair, pour Tsepon Shakabpa, que les Britanniques poursuivaient des négociations avec un Tibet libre et indépendant puisque la convention de Lhasa de 1904 ne fait mention ni de la Chine ni d’une quelconque autorité chinoise sur le Tibet163. Il n’y a que pour Wang Furen et Suo Wenqing que la convention de Lhasa de 1904, qu’ils définissent comme « an outcome of the Qing central government’s capitulationist policy as well as the vacillation and incompetence of the Tibetan local government », ne peut pas même entrer en vigueur, puisqu’elle n’a été ni signée ni approuvée par le gouvernement central à Pékin164.

74On le voit, la convention de Lhasa de 1904, comme la convention de Calcutta de 1890 et les traités additionnels de Darjeeling de 1893 avant elle, fait l’objet d’interprétations divergentes de la part des historiens chinois et tibétains. Pour les premiers, il ne s’agit que d’une nouvelle tentative du Royaume-Uni visant à saper les fondements de la souveraineté chinoise sur le Tibet, en conséquence de quoi elle ne mérite pas l’importance qu’on lui accorde, alors que, pour les seconds, les négociations directes que le Royaume-Uni mène avec le Tibet équivalent à une reconnaissance de l’indépendance du Tibet, ce qui les incite à leur accorder une importance exceptionnelle.

  • 165 Le traité de Pékin est un traité conclu entre le Royaume--Uni et la Chine le 27 avril 1906 par leq (...)
  • 166 RICHARDSON, Tibet and its History, p. 94.
  • 167 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 129. Wang Furen et Suo Wenqing précisent toute (...)
  • 168 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 238. Hugh Richardson précise également, à propos du traité de Péki (...)
  • 169 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 253.
  • 170 RICHARDSON, Tibet and its History, p. 94.

75Les traités de Pékin et de Saint-Pétersbourg, conclus respectivement en 1906 entre le Royaume-Uni et la Chine et en 1907 entre le Royaume-Uni et la Russie165, ont toutefois pour effet de modifier la convention de Lhasa de 1904 et de reprendre la logique des conventions de Chefoo de 1876 et de Calcutta de 1890. Hugh Richardson est ainsi d’avis que la barrière des relations directes avec le gouvernement tibétain, qui était tombée en 1904, est remise en place166. Wang Furen et Suo Wenqing estiment que le Royaume-Uni, qui abandonne provisoirement ses plans de conquête de la région, reconnaît avec le traité de Pékin de 1906 la souveraineté de la Chine sur le Tibet167, point de vue que partage Laurent Deshayes, pour qui « la suzeraineté, voire la souveraineté, de Pékin sur le Tibet est reconnue »168. Le traité de Saint-Pétersbourg de 1907 marque, lui, « la fin de la course au Toit du monde entamée au siècle précédent : aucun des deux signataires ne pourra obtenir concession au Tibet, aucun résidant ne sera installé à Lhasa, aucun placement financier tibétain ne pourra se faire en Grande-Bretagne ou en Russie »169, en somme, comme le remarque Hugh Richardson, les Britanniques y reconnaissent les droits chinois sur le Tibet – ils acceptent désormais de mener toute négociation avec le Tibet par l’intermédiaire du gouvernement central à Pékin170.

76Les traités de Pékin de 1906 et de Saint-Pétersbourg de 1907 prennent donc le contrepied de la convention de Lhasa de 1904. Si les historiens tibétains ne les mentionnent que brièvement, ce qui traduit bien leur volonté de diminuer leur importance, en particulier par rapport à la convention de Lhasa de 1904, les historiens chinois, qui y voient enfin la reconnaissance de la souveraineté de la Chine sur le Tibet, les évoquent avec enthousiasme.

  • 171 Thubten Gyatso a en effet prononcé un discours en 1913 qui constitue, pour les Tibétains, la décla (...)
  • 172 SHAKABPA, Tibet : A Political History, p. 252. Ce que confirme Laurent Deshayes : « le Dalai Lama (...)
  • 173 Hugh Richardson remarque à propos des participants à la conférence qu’ils étaient tous des envoyés (...)
  • 174 SHAKABPA, Tibet : A Political History, pp. 255-256.
  • 175 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 273.
  • 176 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 153.

77La conférence de Simla de 1914 est l’occasion de mettre le projet de reconnaissance de l’indépendance du Tibet171 par d’autres Etats à exécution ; comme le rappelle Tsepon Shakabpa, « The Tibetans were seeking confirmation of their independence and the acknowledgement of the Dalai Lama as the spiritual and temporal sovereign of Tibet ». Pour lui, c’est bien là ce que les Tibétains espèrent obtenir de la conférence172, qui réunit des représentants du Royaume-Uni (Henry McMahon, accompagné de Charles Bell), de la Chine (Ivan Chen) et du Tibet (Lönchen Shatra)173. Mais les désaccords entre la Chine et le Tibet étaient tels que la conférence s’est rapidement retrouvée dans l’impasse, en dépit des efforts de médiation de Henry McMahon, et, lorsque la convention a finalement été présentée pour signature aux représentants des trois Etats, la Chine a refusé de la signer, ce qui a fait l’objet de différentes interprétations. Si, pour Tsepon Shakabpa, il ne fait pas de doute que les Tibétains sont parvenus à leurs fins, puisque, d’après lui, « the ratification of the Convention by Great Britain and Tibet in effect eliminated Chinese claims of suzerainty over Tibet and reaffirmed Tibetan independence and treaty-making powers »174, ce que confirme Laurent Deshayes lorsqu’il affirme que « la convention de Simla est une étape vers la reconnaissance internationale de l’indépendance tibétaine »175, Wang Furen et Suo Wenqing restent persuadés que « the Simla Convention, unsigned by the Chinese government, became null and void and the Simla Conference has gone down in the annals as an ignominious deed by British imperialism »176.

78La convention de Simla de 1914 constitue ainsi, en quelque sorte, le point d’orgue de cette série de traités qui portent sur le Tibet. Tandis que, pour les historiens tibétains, elle vient confirmer magistralement l’indépendance du Tibet, un an après la déclaration d’indépendance de Thubten Gyatso, le treizième Dalaï-Lama, pour les historiens chinois, elle vient prouver les desseins impérialistes du Royaume-Uni à un moment où la Chine se trouve dans une période de transition particulièrement délicate.

79Il y a donc bien trois manières différentes d’interpréter ces traités. Les historiens tibétains et chinois partent de l’hypothèse que le statut du Tibet est clairement défini avant même que les traités ne soient signés – tandis que, pour les premiers, c’est un Etat indépendant, pour les seconds, il fait partie intégrante de la Chine. Il leur suffit, dès lors, d’interpréter les traités en fonction de cette hypothèse, ce qui leur permet de distinguer entre ceux qui la confirment et qui s’inscrivent donc dans la logique des choses et ceux qui l’infirment et qui ne sont donc pas dignes d’attention. Les historiens occidentaux, au contraire, déduisent le statut du Tibet de l’interprétation de ces traités. Il est donc parfaitement envisageable, pour eux, qu’il évolue d’un traité à l’autre, ce qui explique qu’ils se rapprochent, dans leurs différentes interprétations, tantôt des historiens tibétains, tantôt des historiens chinois.

  • 177 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 279.
  • 178 Suite à un différend avec le Dalaï-Lama. Et, même si la question de son retour s’est posée, le Pan (...)
  • 179 Thubten Gyatso meurt le 17 décembre 1933. La nouvelle incarnation du Dalaï-Lama est trouvée dans l (...)
  • 180 Un problème qui commence à la mort de Thubten Gyatso, lorsqu’il s’agit pour les Tibétains de trouv (...)

80L’histoire du Tibet après la convention de Simla de 1914, et jusqu’en 1951, est ponctuée de différends avec la Chine, qui se soldent par des armistices à répétition et des négociations de paix – Laurent Deshayes conclut d’ailleurs, à propos des armistices de 1918, que « plus que les accords de Simla, les conditions de la paix obtenue constituent une reconnaissance de fait de l’Etat tibétain »177 –, et de crises internes, notamment la fuite du Panchen Lama à Pékin178, la succession du Dalaï-Lama179 et le problème de la régence180. Y aurait-il là de quoi remettre en cause l’indépendance du Tibet, telle qu’elle a été reconnue dans la convention de Simla de 1914, c’est-à-dire également l’avènement de la nation tibétaine ? Tsepon Shakabpa consacre une partie d’un chapitre à analyser ce qu’il appelle « Further Proofs of Tibetan Independence ». Il y inclut, pêlemêle, la constitution d’une armée tibétaine, avec l’aide des Britanniques, la mise en circulation d’une monnaie tibétaine, l’utilisation de timbres tibétains et, surtout, la participation à la conférence pan-asiatique organisée à New Delhi en 1947, où le drapeau tibétain flotte aux côtés de ceux des autres délégations, et l’envoi d’une mission commerciale à laquelle il participe lui-même.

  • 181 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 302.
  • 182 182 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 267.

81Il est significatif que les historiens tibétains évitent de parler, dans leurs ouvrages et articles, de ce qu’ils considèrent comme la phase de déchéance de la nation tibétaine en concluant l’histoire du Tibet avec l’invasion chinoise de 1951 et l’exil du Dalaï-Lama en 1959 – deux événements auxquels ils ne consacrent que leur(s) dernier(s) chapitre(s) ou leur conclusion. Mais, si le Tibet était bien, pour eux, un Etat indépendant, duquel ils ont voulu déduire l’existence d’une nation tibétaine indépendante, un certain nombre d’indices font douter de la volonté des Tibétains de se constituer en nation, à commencer par le comportement des fonctionnaires tibétains éloignés de Lhasa, dont il est possible qu’ils agissaient par intérêt personnel plus que par conviction nationale181, et par la déclaration d’indépendance de Thubten Gyatso, dont Laurent Deshayes estime qu’elle se heurte à un problème non encore résolu, « une réalité : le Tibet ethnique et culturel auquel il fait référence n’est pas une nation, les populations vivant aux limites du plateau sont très hétérogènes ; les révoltés du Kham ne luttaient pas pour le Tibet, mais contre la Chine dont la politique lésait leurs intérêts »182. Il convient donc de conclure que, contrairement à ce que veulent laisser croire les historiens tibétains, la nation tibétaine, c’est-à-dire la possibilité théorique de l’existence d’une nation consubstantielle à un Etat indépendant, ne va pas de soi, même avant 1951. Et, s’ils ont parfois du mal à faire admettre qu’il ait pu exister un Etat tibétain indépendant, alors même que certains observateurs sont prêts à accepter l’idée d’une indépendance de facto à certaines périodes bien ciblées de l’histoire du Tibet, ils ont encore beaucoup plus de mal à faire croire à l’existence simultanée d’une nation tibétaine – de fait, et comme ils s’en rendent compte, la coïncidence entre l’Etat et la nation ne peut être aussi facilement établie. C’est dire aussi que les différentes phases de la nation tibétaine, du commencement à la déchéance, en passant par le développement et l’avènement, existent somme toute principalement par et pour les historiens tibétains.

82La conclusion de cette analyse permet de préciser notre hypothèse de départ. Dire qu’elle n’apparaît pas vraiment avant 1951 – dans le Tibet indépendant, pour les historiens tibétains –, mais seulement après 1951 – pour les historiens tibétains, dans le Tibet occupé –, c’est dire que la nation tibétaine, entendue ici au sens de Brubaker d’une forme institutionnalisée, apparaît au moment où commence l’histoire de ces deux Tibet que Laurent Deshayes qualifie de « Tibet d’exil » et de « Tibet chinois ». Ce qui revient à dire qu’elle est (re)créée par le nationalisme tibétain à un moment qui correspond au dédoublement de l’histoire du Tibet. Mais où est-elle (re)créée ? Et où va-t-elle se développer ? Elle apparaît certes dans l’exil, mais (ré)apparaît-elle simultanément au Tibet ? Et le nationalisme tibétain atil véritablement prise sur la (re)création de la nation tibétaine ? Il est patent qu’elle court, avec la division de son espace et le dédoublement de son histoire, le risque d’une séparation qui pourrait à terme se révéler fatale. Car dans une perspective nationale ou nationaliste, il ne peut y avoir qu’une seule nation.

83J’ai voulu montrer ici que le nationalisme tibétain ne se contente pas de créer la nation, mais crée aussi, par l’intermédiaire des historiens tibétains, l’histoire de la nation, ou, du moins, réinterprète l’histoire pour en faire une histoire nationale qui possède les caractéristiques de toute histoire nationale, et, notamment, des phases par lesquelles passerait la nation. Pourquoi ? Telle est la question qui reste en suspens et qui peut trouver un premier élément de réponse dans l’utilisation qui peut être faite de l’histoire.

III. L’utilisation de l’histoire

  • 183 The Question of Tibet and the Rule of Law ; Tibet and the Chinese People’s Republic ; Van WALT van (...)
  • 184 ALEXANDROWICZ-ALEXANDER, Charles Henry, « The Legal Position of Tibet », American Journal of Inter (...)
  • 185 TIEH-TSENG, Li, « The Legal Position of Tibet », American Journal of International Law, 50, n° 2 ( (...)
  • 186 RUBIN, Alfred P., « The Position of Tibet in International Law », China Quarterly, n° 35 (July-Sep (...)

84L’histoire, à condition d’être bien interprétée, peut devenir une arme stratégique redoutable, comme l’illustre la double stratégie de Tenzin Gyatso. Il a été établi que chacune des deux lignes de défense qu’il utilise comportait de graves lacunes : la qualification d’acte d’agression envers un Etat tiers suppose ainsi l’acceptation préalable par les autres Etats de l’existence effective, c’est-à-dire de l’indépendance, de cet Etat tiers – il s’agit là du vaste problème de la reconnaissance. Tenzin Gyatso doit donc au préalable apporter des preuves de l’indépendance, à la fois présente et passée, du Tibet, ce qui, compte tenu à la fois du flou qui entoure son histoire et de la volonté de nombreux Etats de ne pas se prononcer sur son statut, est particulièrement difficile. Les historiens, qu’ils soient tibétains, occidentaux ou chinois, ont ainsi eu à se prononcer sur le statut du Tibet – ils se basent sur les traités qui ont été conclus avec le Tibet, ou, simplement, sur le Tibet, par d’autres Etats, à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle. Il s’agit pourtant là d’une question qui est avant tout juridique et il est dès lors intéressant de voir ce que les juristes font de l’histoire du Tibet. Il y a certes eu les rapports de la Commission internationale des juristes, ainsi que les travaux de Michael Van Walt van Praag, mais d’autres auteurs se sont également penchés sur la question du statut du Tibet peu après son invasion par la Chine183. Charles Henry Alexandrowicz-Alexander, qui examine les allégations de la Chine par rapport au prétendu titre de suzeraineté sur le Tibet, défend ainsi l’idée que l’histoire des relations entre le Tibet et la Chine peut se diviser en plusieurs périodes : une phase d’indépendance mutuelle jusqu’au xviie siècle, une phase de suzeraineté chinoise à partir du xviiie siècle, une phase basée sur une interprétation revisitée de la relation de vassal à suzerain dans la deuxième moitié du xixe siècle – mais une relation progressivement minée par la conclusion d’un certain nombre de traités –, une phase caractérisée par les prémisses de l’indépendance tibétaine à la suite de l’effondrement de la dynastie mandchoue en 1911 – une indépendance interne, mais non externe, confirmée ultérieurement par les accords de Simla de 1914 –, une phase d’indépendance totale du Tibet entre 1931 et 1951 – c’est-à-dire que l’indépendance externe vient se superposer à l’indépendance interne –, et, enfin, depuis 1951, une phase où le Tibet est désormais considéré comme une province chinoise, suite à l’invasion du Tibet par la Chine. Il en conclut que: « If the history of Chinese suzerainty over Tibet is allowed to speak, China has no right and has violated the independence of Tibet »184. Tieh-Tseng Li entreprend de déconstruire ces arguments. Il part de l’idée que la Chine n’a jamais eu de revendications de suzeraineté sur le Tibet et que le concept de suzeraineté est un concept étranger introduit par les Britanniques et les Russes pour satisfaire des ambitions ad hoc – « As far as China is concerned, it has been her practice, through the centuries, to regard Tibet merely as another part of her domain, much like her other parts, and to allow it a large measure of autonomy ». Il revient également sur les prétendues prémisses de l’indépendance du Tibet que Charles Henry Alexandrowicz-Alexander situe en 1911 : la Chine avait, jusqu’à l’effondrement de la dynastie des Qing, maintenu le Tibet dans une position de vassalité et ce n’est pas parce qu’elle a eu des difficultés à reprendre le contrôle du Tibet après la révolution de 1911 que sa capacité légale s’en trouve affectée, d’autant moins qu’aucun autre Etat n’a entretemps revendiqué de souveraineté sur le Tibet et que le Tibet n’est pas non plus parvenu de lui-même à l’indépendance. Il remet ensuite en cause la validité des accords de Simla de 1914, dont Charles Henry Alexandrowicz-Alexander fait grand cas ; il s’appuie ici sur le fait que le Tibet, de par son statut, n’avait pas la capacité juridique lui permettant de signer, et encore moins de ratifier, un traité international. Il en conclut que: « The utmost that scholars can do is to classify Tibet as among entities of doubtful or unusual legal status »185. Mais le fait est que, depuis l’accord en dix-sept points de 1951, le statut du Tibet est clairement défini – l’article 1 stipule en effet que: « The Tibetan people shall unite, drive out imperial aggressive forces from Tibet, and return to the big family of the Motherland – the People’s Republic of China ». Ces deux points de vue antithétiques, celui de Charles Henry Alexandrowicz-Alexander et celui de Tieh-Tseng Li, encadrent d’une certaine manière les différents points de vue juridiques sur la question du statut du Tibet. Alfred Rubin, qui revient en détail sur les différents traités conclus sur le Tibet, s’intéresse lui aussi tout particulièrement aux accords de Simla de 1914, accords qui, d’après lui, ne confèrent pas au Tibet une indépendance totale par rapport à la Chine à cause des multiples références à une suzeraineté, certes indéfinie, de la Chine sur le Tibet. Il convient, dès lors, pour répondre à la question, de se pencher sur l’attitude des autorités tibétaines, ainsi que sur les positions d’Etats tiers quant au droit du Tibet de revendiquer une personnalité juridique distincte, même s’il est bien entendu, pour lui, que la reconnaissance d’Etats tiers reste sans effet juridique sur le statut du Tibet. Il reconnaît, en se fondant sur un faisceau de faits convergents, que, de 1912 à 1950, le gouvernement de Lhasa était effectivement en charge des affaires étrangères du Tibet, mais il ajoute qu’aucune déclaration des autorités tibétaines n’avait tenté d’affirmer l’indépendance du Tibet jusqu’en 19421943, date à laquelle une lettre envoyée au président Franklin Roosevelt précisait clairement son statut d’Etat indépendant ; la Chine rejette certes sans ambages les allégations du Tibet, mais les réactions d’Etats tiers, comme le Royaume-Uni et les Etats-Unis, sont alors, au mieux, ambiguës186. Il est patent qu’Alfred Rubin se refuse à aller plus loin dans les conclusions qu’il tire par rapport au statut du Tibet. Ce qui l’intéresse davantage, c’est la question de la légalité de l’intervention chinoise au Tibet en 1950. Les incursions chinoises au Tibet de 1950 constituent, pour lui, une atteinte au droit international – ce qui ne l’empêche pas d’entourer son affirmation des réserves qu’il juge nécessaires.

  • 187 HARRIS, Paul, « Tibet’s Legal Right to Autonomy », Far Eastern Economic Review, 171, n° 4 (May 200 (...)

85La question du statut du Tibet, ainsi que les questions y relatives, comme celle de la légalité de l’intervention chinoise en 1950, ont ponctuellement, bien que rarement, continué à intéresser les juristes. Force est toutefois de constater que, d’une part, les arguments avancés ne vont pas plus loin que les analyses des trois auteurs susmentionnés, à savoir, Charles Henry Alexandrowicz-Alexander, Tieh-Tseng Li et Alfred Rubin, et que, d’autre part, de nombreux juristes font montre d’une sympathie forte pour le Tibet plus que d’une volonté réelle de présenter des arguments juridiques objectifs – c’est le cas de Michael Van Walt van Praag, qui est devenu le conseiller juridique de Tenzin Gyatso, mais c’est également le cas, plus récemment, de Paul Harris187

86Le fait est que le pouvoir de l’histoire est encore accru lorsque ce sont les juristes qui s’y intéressent. Il y a comme un saut qualitatif par lequel l’histoire se fait droit : et la légitimité supérieure du droit vient renforcer la légitimité vacillante de l’histoire. C’est un peu comme si l’interprétation des juristes venait légitimer l’analyse des historiens.

Notes

1 Voir, par exemple, AVEDON, In Exile from the Land of Snows ; BELL, Tibet, Past and Present ; DESHAYES, Laurent, Histoire du Tibet, Paris, Fayard, 1997 ; DESHAYES, Laurent, et LENOIR, Frédéric, L’épopée des Tibétains, entre mythe et réalité, Paris, Fayard, 2002 ; GOLDSTEIN, Melvyn, A History of Modern Tibet, vol. 1, 1913-1951 : The Demise of the Lamaist State, Berkeley, University of California Press, 1989 ; A History of Modern Tibet, vol. 2, 1951-1955 : The Calm before the Storm, Berkeley, University of California Press, 2007 ; GUPTA, S.P., et RAMACHANDRAN, K.S., History of Tibet, New Delhi, Tibetan Parliamentary and Policy Research Centre, 1997 [1995] ; JIAWEI, Wang, et GYAINCAIN, Nyima, Le statut du Tibet de Chine dans l’histoire, Beijing, China Intercontinental Press, 2008 ; LAIRD, Thomas, The Story of Tibet : Conversations with His Holiness the Dalai Lama, New York, Grove Press, 2006 ; Hugh, Tibet and its History, Oxford, Oxford University Press, 1962 ; SHAKABPA, Tibet : A Political History ; SHAKYA, T., The Dragon in the Land of Snows ; SMITH, Tibetan Nation ; SNELLGROVE, David, et RICHARDSON, Hugh, A Cultural History of Tibet, Boston, Shambala, 1980 [1968] ; STEIN, La civilisation tibétaine ; Tibet, a Sovereign Nation for Centuries, Dharamsala, Tibetan Youth Congress, 1977 ; Van GRASDORFF, Gilles, La nouvelle histoire du Tibet, Paris, Perrin, 2006.

2 Voir SMITH, Tibetan Nation. Certes, les autres historiens vont également finir par prendre parti, mais ils ne partent pas, ou du moins, pas explicitement, avec un a priori.

3 Il est à noter que l’absence d’ouvrages rédigées en chinois ou en tibétain se justifie également par le fait que les auteurs tibétains et chinois, qui ont pour objectif de présenter, et même, de justifier, l’histoire du Tibet auprès des Occidentaux, écrivent souvent en anglais.

4 MILL, « Considerations on Representative Government » p. 380.

5 MILL, « Considerations on Representative Government » p. 380.

6 WEBER, Economy and Society, p. 397 et pp. 922-923.

7 KEDOURIE, Nationalism in Asia and Africa, p. 92.

8 L’expression anglaise « a craving for “history” » peut admettre les deux traductions proposées ici. (KEDOURIE, Nationalism in Asia and Africa, p. 53)

9 « this craving for “history” »[…] is essentially the same opium, the habit of which Asians and Africans have acquired from its European addicts » (KEDOURIE, Nationalism in Asia and Africa, p. 53)

10 HOBSBAWM, Eric J., « Ethnicity and Nationalism in Europe Today », Anthropology Today, 8, n° 1 (February 1992), p. 3.

11 Il s’agit des périphrases et des expressions utilisées respectivement par John Stuart Mill, Max Weber, Ernest Renan et Elie Kedourie.

12 RENAN, « Qu’est-ce qu’une Nation ? » p. 241.

13 RENAN, « Qu’est-ce qu’une Nation ? » p. 241.

14 RENAN, « Qu’est-ce qu’une Nation ? », p. 228. Il précise également, à propos de l’investigation historique, qu’à force de trop chercher, on finit par trouver ce qu’on ne cherchait pas et ce qu’on ne voulait surtout pas trouver. « L’oubli, et je dirai même l’erreur historique, sont un facteur essentiel de la création de la nation, et c’est ainsi que le progrès des études historiques est souvent pour la nationalité un danger. » (RENAN, « Qu’estce qu’une Nation ? », p. 227)

15 SHAKABPA, Tibet : A Political History, p. xi.

16 SHAKABPA, Tibet : A Political History, p. 324-325.

17 ANDERSON, Imagined Communities, p. 18.

18 Par historien tibétain, je me réfère moins à des historiens tibétains particuliers qu’à une catégorie idéale qui correspond, pour la version tibétaine, à la catégorie non moins idéalisée de l’historien nationaliste. De fait, la plupart des historiens tibétains mentionnés ici, et notamment ceux qui admettent produire une histoire tibétaine officielle, appartiennent à la catégorie idéale de l’historien tibétain – c’est, par exemple, le cas de Tsepon Shakabpa (SHAKABPA, Tibet : A Political History). Mais il n’est pas a priori exclu que des historiens non-tibétains puissent également être, au moins occasionnellement, inclus dans la catégorie idéale de l’historien tibétain ; je pense notamment à Gilles Van Grasdorff et à Thomas Laird, pour des raisons qui seront précisées ultérieurement. (Van GRASDORFF, La nouvelle histoire du Tibet ; LAIRD, The Story of Tibet)

19 HOBSBAWM, « Ethnicity and Nationalism in Europe Today », p. 3.

20 POWERS, John, History as Propaganda : Tibetan Exiles versus the People’s Republic of China, New York, Oxford University Press, 2004, p. 4.

21 POWERS, History as Propaganda, p. 5.

22 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 13.

23 Ce que rappelle Turrell Wylie dans l’avant-propos à l’ouvrage de Tsepon Shakabpa : « Mr. Shakabpa’s book is a unique contribution to our understanding of Tibet, because his work marks the first time that a Tibetan lay official of high rank has written a study of his own country’s political history. » (SHAKABPA, Tibet : A Political History, p. x)

24 Tenzin Gyatso en dit en effet que : « This is the first of its kind in English written by a Tibetan, and there is no doubt that it will be of immense value in presenting a true picture of Tibet, particularly, today, when there is a great need for it. » (SHAKABPA, Tibet : A Political History, p. xi)

25 SHAKYA, The Dragon in the Land of Snows.

26 GUPTA et RAMACHANDRAN, History of Tibet.

27 FUREN, Wang, et WENQING, Suo, Highlights of Tibetan History, Beijing, New World Press, 1984.

28 Disponible sur Internet à l’adresse suivante : http ://www.china.org.cn/ewhite/ tibet/index.htm.

29 WEI, Jing (éd.), Hundred Questions About Tibet. Une version française des questions et des réponses, assorties de nombreux commentaires, est disponible dans l’ouvrage collectif Le Tibet est-il chinois ? d’Anne-Marie Blondeau et de Katia Buffetrille. (BLONDEAU, Anne-Marie, et BUFFETRILLE, Katia (dir.), Le Tibet est-il chinois ?, Paris, Editions Albin Michel, 2002).

30 JIAWEI, Wang, et GYAINCAIN, Nyima, Le statut du Tibet de Chine dans l’histoire, p. 7.

31 GOLDSTEIN, The Snow Lion and the Dragon, p. x.

32 GOLDSTEIN, The Snow Lion and the Dragon, p. 4.

33 Je considère ici que, en raison de leurs intentions clairement affichées, Thomas Laird et Gilles van Grasdorff peuvent faire partie de la catégorie idéale de l’historien tibétain.

34 LAIRD, The Story of Tibet : Conversations with His Holiness the Dalai Lama.

35 Van GRASDORFF, La nouvelle histoire du Tibet.

36 « This book draws [...] on eighteen personal audiences with His Holiness the Dalai Lama in India between November 1997 and July 2000. [...] The final transcript, which runs more than 320 single-spaced pages, is the most important primary source for this book, which is in essence a series of conversations with His Holiness about the stroy of Tibet. » (LAIRD, The Story of Tibet, p. xvii)

37 Il présente ainsi son projet à Tenzin Gyatso : « What is lacking is a popular history of Tibet – aimed at modern Westerners and Chinese – that is accurate, concise, and easy to read. [...] I want to strip away the complexity and reveal the heart of the matter. I think that by focusing on your viewpoint of Tibetan history, this could be achieved. Most people will not read an academic history about Tibet, and they don’t care what I think about Tibetan history, but they do want to know what you think about this history. » (LAIRD, The Story of Tibet, pp. 1-2)

38 BELL, Tibet, Past and Present.

39 RICHARDSON, Tibet and its History.

40 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet.

41 GRUNFELD, Tom A., The Making of Modern Tibet, London, Zed Books, 1987.

42 GRUNFELD, The Making of Modern Tibet, p. 3.

43 GOLDSTEIN, A History of Modern Tibet, 1913-1951 ; A History of Modern Tibet, 19511955 ; The Snow Lion and the Dragon.

44 GOLDSTEIN, The Snow Lion and the Dragon, p. 4.

45 SMITH, Tibetan Nation.

46 Il a écrit deux histoires du Tibet, la première, seul, et la deuxième en collaboration avec Frédéric Lenoir. (DESHAYES, Histoire du Tibet, et DESHAYES, Laurent, et LENOIR, Frédéric, L’épopée des Tibétains, entre mythe et réalité)

47 « L’intérêt que j’ai porté à cette histoire, où foisonnent mystiques et personnages ambigus, n’a pas suivi un chemin académique. » (DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 13)

48 POWERS, History as Propaganda.

49 SPERLING, Elliot, The Tibet-China Conflict : History and Polemics, Washington, East-West Center Washington, 2004.

50 GUPTA et RAMACHANDRAN, History of Tibet, p. 15.

51 SHAKABPA, Tibet : A Political History, p. 23.

52 GUPTA et RAMACHANDRAN, History of Tibet, p. 14.

53 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 11.

54 DESHAYES, Histoire du Tibet, pp. 40-41.

55 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 21.

56 STEIN, La civilisation tibétaine, p. 10.

57 SMITH, Tibetan Nation, p. 10.

58 Barry Sautman retient une exception notable : Tenzin Gyatso aurait fait en 1993 la déclaration suivante, probablement en réaction aux allégations des chercheurs chinois qui font état d’une race commune : « Recent scientific studies of archaeological findings have revealed that the Tibetans and Chinese have been two distinct peoples since the dawn of human civilisation. There are clear evidences that the genesis of civilisations in China, Tibet and India are different. Based on this, the distinct existence of the Tibetan race is clear. » (Cité dans SAUTMAN, Barry, « Myths of Descent, Racial Nationalism and Ethnic Minorities in the People’s Republic of China », in DIKOTTER, Frank (éd.), The Construction of Racial Identities in China and Japan, London, Hurst & Company, 1997, p. 91)

59 Frank Dikötter note ainsi que : « The use of racial categories of analysis influenced many thinkers in China in the twentieth century. » (DIKOTTER, The Discourse of Race in Modern China, London, Hurst & Company, 1992, p. vii) Voir, plus largement, ce qu’en disent Frank Dikötter, Kaiwing Chow et Barry Sautman. (DIKOTTER, Frank, The Discourse of Race in Modern China ; DIKOTTER, Frank, « Introduction », in DIKOTTER, Frank (éd.), The Construction of Racial Identities in China and Japan, London, Hurst & Company, 1997, pp. 1-11 ; DIKOTTER, Frank, « Racial Discourse in China : Continuities and Permutations », in DIKOTTER, The Construction of Racial Identities in China and Japan, pp. 12-33 ; CHOW, Kai-wing, « Imagining Boundaries of Blood : Zhang Binglin and the Invention of the Han “Race” in Modern China », in DIKOTTER, The Construction of Racial Identities in China and Japan, pp. 34-52 ; SAUTMAN, « Myths of Descent », pp. 75-95)

60 SAUTMAN, « Myths of Descent », pp. 92-93.

61 Voir PATEL, Srisha Tibetan Refugees in Orissa : An Anthropogenetic Study, Calcutta, Punthi Pustak, 1980. Il s’agit d’une enquête menée par l’auteur de mai 1971 à juin 1972 parmi les réfugiés tibétains de Chandragiri, dans l’Orissa. Srisha Patel explique ainsi son approche : « The present sample of Tibetans is compared with other populations from Tibet, Turkestan, Mongolia, China and Korea, India and Nepal, as an attempt to find their similarities or dissimilarities with other groups of people of mongoloid stock. » (PATEL, Tibetan Refugees in Orissa, p. 69).

62 PATEL, Tibetan Refugees in Orissa, p. 95.

63 BELL, The People of Tibet ; BELL, Tibet, Past and Present, et STEIN, La civilisation tibétaine. Les conclusions de Charles Bell sont éloquentes : « We know very little of Tibet during those early days, but the general picture is that of a virile race of nomads, from time to time overrunning the territories of their neighbours » ; « Western science places the Tibetan race among the Mongolian family of nations, which, with their allied Turkish tribes, inhabited high Asia from time immemorial » (BELL, The People of Tibet, p. 10 ; BELL, Tibet, Past and Present, p. 21).

64 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 41.

65 STEIN, La civilisation tibétaine, p. 20.

66 A l’exception de Wang Jiawei et Nyima Gyaincain. (JIAWEI et GYAINCAIN, Le statut du Tibet de Chine dans l’histoire)

67 AVEDON, In Exile from the Land of Snows, 1984, p. 13.

68 On trouve, notamment chez Rolf Stein, des références à des « hommes-singes » ou à des êtres « mi-hommes mi-singes », bref, à des hommes aux caractéristiques simiesques prononcées. Rolf Stein précise par exemple que « les enfants de ce couple étaient mi-singes mi-hommes, déjà debout, mais couverts de poils, à la figure rouge et plate et, selon certaines versions, munis de queues (selon d’autres déjà sans queue) ». (STEIN, La civilisation tibétaine, p. 21)

69 « Le singe ancêtre leur assigna pour habitat les forêts du sud où ils s’unirent à des singes femelles et se multiplièrent. “En été, ils souffraient de la pluie et du soleil ; en hiver, de la neige et du vent ; ils n’avaient ni nourriture ni vêtement.” Mû de pitié, l’ancêtre, qui est le dieu Avalokitesvara, leur apporta les “six espèces de grains” (sarrasin, orge grossière, moutarde, etc., mais auparavant le même texte parle de cinq espèces : orge, blé, riz, sésame, pois). C’est ainsi que les premiers champs furent créés à Zotang, dans le Yarlung, et que les hommes-singes acquirent peu à peu la forme de l’homme. » (STEIN, La civilisation tibétaine, p. 21)

70 Tandis que Tsepon Shakabpa, ainsi que Gupta et Ramachandran, le présentent comme une alternative possible au mythe du singe et de la démone des rochers, Wang Furen et Suo Wenqing ne l’évoquent que pour mieux le rejeter.

71 David Snellgrove et Hugh Richardson citent des sources tibétaines qui présentent ce mythe (SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 57) :
« An egg formed of the five precious gems
Burst open by its own innate force
From the celestial womb of the empty sky. »
« The shell became protecting armour.
The tegument defending weapons,
The white became a strength potion for heroes,
The inner tegument became a citadel for them to dwell in, […]
From the very inner part of the egg
There came a man of magical powers. »

72 STEIN, La civilisation tibétaine, p. 20.

73 Il est vrai que cette façon de voir les choses requiert, pour reprendre la distinction de Rogers Brubaker, de retenir non pas ici la catégorie de l’analyse, mais la catégorie de la pratique – la nation tibétaine, envisagée du point de vue de l’historien tibétain, est ainsi plus une entité réelle qu’une simple présence discursive.

74 Il s’agit même là, pour Hugh Richardson, du moment où les Tibétains apparaissent pour la première fois en tant que peuple uni et distinct des peuples voisins. (RICHARDSON, Tibet and its History, p. 28) Il est patent que Wang Jiawei et Nyima Gyaincain commencent aussi leur histoire du Tibet à ce momentlà, c’estàdire à un moment où le doute n’est plus permis et où l’histoire du Tibet n’est plus faite que de certitudes. (JIAWEI et GYAINCAIN, Le statut du Tibet de Chine dans l’histoire) A noter que Rolf Stein situe le début de l’histoire datée du Tibet plutôt à la fin du VIe siècle. (STEIN, La civilisation tibétaine, p. 20)

75 Pour David Snellgrove et Hugh Richardson, Songtsen Gampo serait le premier roi mentionné dans les documents retrouvés dans les grottes de Dunhuang, en Chine, qui serait traité de manière historique. (SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 27)

76 Laurent Deshayes reprend brièvement les dynasties qui se sont succédé, de Nyatri Tsenpo, le premier roi mythique, jusqu’à Songtsen Gampo, le premier roi historique : la lignée des sept « Tri célestes » (gnam-gyi khri), dont Nyatri Tsenpo est le fondateur, les deux « Teng de l’espace intermédiaire » (bar-gyi lteng), auxquels est associé Drigum Tsenpo, la dynastie des six « Leg terrestres » (sa’i leg), la dynastie des « huit Dé » (lde brgyad) et les « cinq Tsen » (btsan lnga). (DESHAYES, Histoire du Tibet, pp. 43-46)

77 Il s’agit de la corde gmu que les historiens anglophones traduisent par « sky-rope ».

78 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 23.

79 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 28.

80 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 24.

81 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 99.

82 Hugh Richardson est toutefois d’avis que les historiens tibétains, eux-mêmes des lamas qui écrivaient alors que le bouddhisme gagnait en popularité, ont exagéré l’étendue du pouvoir de la religion à cette époque. (RICHARDSON, Tibet and its History, p. 30)

83 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 99.

84 RICHARDSON, Tibet and its History, p. 28.

85 Hugh Richardson, par exemple, annonce à propos de Songtsen Gampo : « His Chinese contemporary was the Emperor T’ai Tsung, founder of the T’ang dynasty, renowned for his energy and ability ; and Tibetan achievements should be viewed in the light of the strength and greatness of the Chinese Empire of the day. » (RICHARDSON, Tibet and its History, p. 29) Hugh Richardson et David Snellgrove estiment, aux aussi, que « his reign [...] was one of such exuberant military prowess and such personal prestige that it established the kingship on a firm basis and prepared it for two centuries of stable succession and almost imperial greatness ». (SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 27)

86 tsenpo en tibétain, tianzi en chinois

87 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 49.

88 Les chercheurs chinois utilisent les termes Tubo (voir JIAWEI et GYAINCAIN, Le statut du Tibet de Chine dans l’histoire) ou Tufan (voir FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History) pour se référer à l’empire de Songtsen Gampo.

89 JIAWEI et GYAINCAIN, Le statut du Tibet de Chine dans l’histoire, p. 9. Voir, plus largement, le chapitre 1 intitulé « Les relations entre les Han et les Tibétains durant les dynasties des Tang et des Song ». (JIAWEI et GYAINCAIN, Le statut du Tibet de Chine dans l’histoire, pp. 922)

90 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 15. Voir, également, JIAWEI et GYAINCAIN, Le statut du Tibet de Chine dans l’histoire, pp. 10-13. Il est à noter que Wang Jiawei et Nyima Gyaincain interprètent de la même façon le mariage qui a eu lieu un demisiècle plus tard entre la princesse chinoise Jincheng et l’empereur tibétain Tride Tsugtsen.

91 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 20.

92 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 32.

93 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 32.

94 Il est vrai que Wang Jiawei et Nyima Gyaincain, qui reprennent la même citation, en déduisent seulement, de manière plus vague, des liens politiques étroits et amicaux entre les dynasties Tang et Tubo. (JIAWEI et GYAINCAIN, Le statut du Tibet de Chine dans l’histoire, p. 15)

95 SHAKABPA, Tibet : A Political History, p. 49.

96 RICHARDSON, Tibet and its History, p. 33.

97 Hugh Richardson parle de « Mongol overlordship » (RICHARDSON, Tibet and its History), Laurent Deshayes évoque « les envahisseurs mongols » (DESHAYES, Histoire du Tibet) et David Snellgrove et Hugh Richardson consacrent leur chapitre 5 à ce qu’ils appellent également « Mongol overlordship » (SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet).

98 « Yuan Dynasty’s Administration of the Tibetan Areas » est le titre qu’ils donnent à leur chapitre 8. (FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History).

99 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 57.

100 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 145.

101 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 58.

102 SHAKABPA, Tibet : A Political History, pp. 61-62.

103 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 148.

104 SHAKABPA, Tibet : A Political History, pp. 61-64.

105 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 104.

106 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 59.

107 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 60. Voir également ce qu’en disent Wang Jiawei et Nyima Gyaincain. (JIAWEI et GYAINCAIN, Le statut du Tibet de Chine dans l’histoire, pp. 26-27)

108 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 148.

109 SHAKABPA, Tibet : A Political History, p. 72.

110 KLIEGER, Tibetan Nationalism, p. 25.

111 SHAKABPA, Tibet : A Political History, p. 71.

112 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 149.

113 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 148.

114 RICHARDSON, Tibet and its History, p. 34.

115 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 125.

116 « So we can see that the Yuan Dynasty exercised overall administration of the Tibetan areas and that it enjoyed full sovereignty over Tibet. » (FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 65)

117 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 62.

118 JIAWEI et GYAINCAIN, Le statut du Tibet de Chine dans l’histoire, p. 24, p. 27, pp. 28-29 et p. 34.

119 SHAKABPA, Tibet : A Political History, p. 71.

120 RICHARDSON, Tibet and its History, p. 36.

121 Hugh Richardson affirme : « Recent Chinese arguments that the Ming emperors inherited from their Mongol predecessors any claims on Tibet or that there was any recognition by the Tibetans of Chinese supremacy can therefore be dismissed as a mere pretence. » (RICHARDSON, Tibet and its History, p. 38) Tsepon Shakabpa est du même avis : « The allegation that the Chinese Emperors of the Ming Dynasty (1368-1644) inherited claim to Tibet from their Mongol predecessors is not valid historically. The Mongols, in building an empire, first gained control over part of Tibet and then, after many years, finally conquered China. Tibet gained its independence from the Mongols in the time of Changchub Gyaltsen (1302-64), and China gained hers in 1368 under the leadership of Chu Yüan-chang. » (SHAKABPA, Tibet : A Political History, p. 73)

122 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 153.

123 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 153.

124 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 71.

125 Voir le chapitre 3 intitulé « La politique d’inféodation des Ming et le commerce relatif au tribut ». (JIAWEI et GYAINCAIN, Le statut du Tibet de Chine dans l’histoire, pp. 35-49)

126 Voir, notamment, ce qu’en disent David Snellgrove et Hugh Richardson. (SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 198)

127 David Snellgrove et Hugh Richardson rappellent que : « The Dalai Lamas now came to be consciously identified as manifestations of this most popular of Tibetan Buddhist divinities. » (SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 200) Et Laurent Deshayes, qui voit lui aussi dans le Dalaï-Lama « celui qui est perçu comme l’émanation du saint patron du Tibet, Avalokiteshvara », ne fait que confirmer l’existence du mythe selon lequel le Dalaï-Lama serait la manifestation d’Avalokitesvara. (DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 146)

128 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 147.

129 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 125.

130 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 183.

131 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 184.

132 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 86.

133 Voir ce qu’en disent David Snellgrove et Hugh Richardson. (SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 194)

134 RICHARDSON, Tibet and its History, p. 42.

135 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 197.

136 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 198.

137 Tsepon Shakabpa s’intéresse également aux raisons qui ont amené Shunzhi à inviter Ngawang Lobzang Gyatso à plusieurs reprises : « According to the Tibetan tradition, the reason why the Manchu Emperor repeatedly extended invitations to the Dalai Lama was the prophecy of the third Dalai Lama made in 1578 that the descendants of Altan Khan would become supreme rulers of Mongolia and China in eighty years time. Since Tibetans consider the Manchus to be closely related to the Mongols, the truth of the prophecy seemed to be confirmed. In the Chinese tradition, however, the reason for the repeated invitations was the good relationship established by the third Dalai Lama with the Mongols. In addition, the fourth Dalai Lama was a Mongol, and this had brought the two peoples even closer together. By inviting the fifth Dalai Lama to China, the Manchu Emperor hoped to persuade him to use his religious influence with the Mongols to deter them from invading Chinese territory. » (SHAKABPA, Tibet : A Political History, p. 114)

138 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 198.

139 Laurent Deshayes résume le débat ainsi : « Les chroniques chinoises et tibétaines ne font pas le même récit du déroulement de la première rencontre officielle entre les deux chefs d’Etat. Selon les Mandchous, qui insistent sur la soumission du Tibet à la Chine, le Dalai Lama, après avoir refusé de se prosterner, aurait marqué une légère génuflexion devant le Fils du Ciel ; selon les chroniqueurs tibétains, pour lesquels les relations avec la Chine se faisaient sur un pied d’égalité, les deux hommes se seraient simplement serré la main. » (DESHAYES, Histoire du Tibet, pp. 152-153)

140 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 90.

141 JIAWEI et GYAINCAIN, Le statut du Tibet de Chine dans l’histoire, pp. 56-57.

142 Il est à noter que Wang Jiawei et Nyima Gyaincain voient deux relations, l’une religieuse, l’autre politique, qui se superposent, mais qui n’entraînent certainement pas de problème d’interprétation, comme en témoigne la conclusion : « En somme, l’histoire, c’est l’histoire. Les faits parlent d’eux-mêmes. La souveraineté de la Chine sur le Tibet inclut non seulement la relation bienfaiteur-lama entre l’empereur des Qing et le dalaï-lama, mais encore, ce qui est plus important, la relation bien établie entre un dirigeant et le dirigé, un fait que personne n’a le pouvoir de modifier. » (JIAWEI et GYAINCAIN, Le statut du Tibet de Chine dans l’histoire, p. 88)

143 SHAKABPA, Tibet : A Political History, p. 139. Voir également ce qu’en dit Laurent Deshayes. (DESHAYES, Histoire du Tibet, pp. 164-165)

144 RICHARDSON, Tibet and its History, p. 50.

145 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 218.

146 SHAKABPA, Tibet : A Political History, p. 169-170.

147 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 100.

148 RICHARDSON, Tibet and its History, p. 70.

149 David Snellgrove et Hugh Richardson parlent de « an entirely new relationship between Tibet and China » et précisent que « from this time onwards the Manchu emperor was technically the overlord of Tibet ; the relationship was based on no treaty or written document, and the Tibetans have persisted in envisaging it in terms of the traditional concept of “patron and priest” ». (SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 218) Laurent Deshayes, qui consacre son chapitre 6 à « la tutelle chinoise », estime, après l’invasion des Dzungar, qu’« il est clair que la Chine est maintenant l’autorité de tutelle » et conclut après l’invasion des Gurkha, dans une partie qu’il intitule « le protectorat chinois », que « la victoire tibéto-chinoise et la présence militaire mandchoue donnent à l’empereur l’occasion de rappeler sa tutelle sur le haut plateau – tutelle qui jusqu’alors était restée théorique » ; pour lui, « la place accordée au Dalai Lama n’est plus la même : l’empereur de Chine l’avait d’abord considéré comme un égal œuvrant dans le domaine spirituel ; à présent, le chef tibétain, dont le statut a été défini unilatéralement, est présenté comme un subordonné des empereurs mandchous ». (DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 166, p. 183 et p. 184)

150 David Snellgrove et Hugh Richardson parlent également de « the lightness and often the total non-existence of Chinese control in Tibetan affairs » et tiennent à préciser que, après l’invasion des Gurkha, « the changes existed mainly on paper, since this was, as it happens, the last occasion on which the Chinese were able to undertake their responsibilities of overlord and protector of the Tibetans, for after the death of the last great Emperor Ch’ien Lung, China entered upon one of the most ruinous centuries of her whole history ». (SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 218 et p. 226) Laurent Deshayes rappelle que, après l’invasion des Dzungar, « la tutelle chinoise reste pourtant symbolique car les commissaires impériaux se tiennent à l’écart des débats politiques ». (DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 174) Quant à Hugh Richardson, s’il prend le temps de préciser, à propos des changements imposés par les Mandchous au Tibet et de la prétendue souveraineté des Mandchous sur le Tibet, que « on paper they look something like that », c’est bien qu’il considère qu’en réalité la souveraineté mandchoue sur le Tibet n’est pas telle qu’on voudrait nous le faire croire. (RICHARDSON, Tibet and its History, p. 70)

151 SNELLGROVE et RICHARDSON, A Cultural History of Tibet, p. 219.

152 Tsepon Shakabpa continue d’ailleurs d’utiliser ce modèle d’interprétation pour expliquer les réactions chinoises aux interventions des Dogra, en 18411842, et des Gurkha, en 18551856, ce qui lui permet de conclure que, même lorsque les circonstances changent – dans les deux premiers cas, on l’a vu, les armées chinoises sont venues à la rescousse des Tibétains, alors que dans les deux cas suivants, les armées chinoises n’ont plus été en mesure d’intervenir –, la relation « patronprêtre » perdure.

153 RICHARDSON, Tibet and its History, p. 57.

154 « The Anglo-Chinese Convention Relating to Sikkim and Tibet » (1890) et « The Regulations Regarding Trade, Communication and Pasturage to be Appended to the SikkimTibet Convention » (1893).

155 Certains historiens, à l’instar de Hugh Richardson, évoquent également la convention de Chefoo de 1876, sans que cela ne change rien à leur raisonnement, puisque la convention de Calcutta de 1890 et les accords additionnels de 1893 s’inscrivent dans la même logique. Les Chinois, dans la convention Chefoo de 1876, ont accédé à la demande des Britanniques de faciliter une mission d’exploration au Tibet, mais la mission qui devait être menée par le colonel Macaulay a dû être abandonnée parce que les Chinois n’étaient plus en mesure de contraindre les Tibétains à recevoir les Britanniques.

156 RICHARDSON, Tibet and its History, p. 77-78.

157 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 224.

158 SHAKABPA, Tibet : A Political History, p. 200.

159 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 224.

160 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 119.

161 RICHARDSON, Tibet and its History, p. 93.

162 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 235.

163 SHAKABPA, Tibet : A Political History, p. 217.

164 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 128.

165 Le traité de Pékin est un traité conclu entre le Royaume--Uni et la Chine le 27 avril 1906 par lequel la Chine adhère à une convention de Lhasa de 1904 passablement modifiée. Le traité de Saint-Pétersbourg, également connu sous le nom de « Agreements relating to Persia, Afghanistan and Tibet », a été conclu entre le Royaume-Uni et la Russie le 31 août 1907.

166 RICHARDSON, Tibet and its History, p. 94.

167 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 129. Wang Furen et Suo Wenqing précisent toutefois que « during the talks the British side demanded suzerainty in an attempt to write off China’s sovereignty over Tibet and the negotiations became deadlocked ». (FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 128)

168 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 238. Hugh Richardson précise également, à propos du traité de Pékin de 1906, que « its effects was to modify the 1904 Convention very much in favour of China ». (RICHARDSON, Tibet and its History, p. 94)

169 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 253.

170 RICHARDSON, Tibet and its History, p. 94.

171 Thubten Gyatso a en effet prononcé un discours en 1913 qui constitue, pour les Tibétains, la déclaration d’indépendance du Tibet.

172 SHAKABPA, Tibet : A Political History, p. 252. Ce que confirme Laurent Deshayes : « le Dalai Lama est à la recherche d’un accord international pour faire reconnaître l’indépendance tibétaine ». (DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 269)

173 Hugh Richardson remarque à propos des participants à la conférence qu’ils étaient tous des envoyés plénipotentiaires dûment accrédités et dont les pouvoirs de négociation avaient été formellement acceptés par tous les autres participants. (RICHARDSON, Tibet and its History, p. 107)

174 SHAKABPA, Tibet : A Political History, pp. 255-256.

175 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 273.

176 FUREN et WENQING, Highlights of Tibetan History, p. 153.

177 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 279.

178 Suite à un différend avec le Dalaï-Lama. Et, même si la question de son retour s’est posée, le Panchen Lama n’aura jamais l’occasion de rentrer au Tibet.

179 Thubten Gyatso meurt le 17 décembre 1933. La nouvelle incarnation du Dalaï-Lama est trouvée dans l’Amdo, qui est alors aux mains du seigneur de la guerre Ma Bufang, et ce n’est qu’après d’âpres négociations et le paiement d’une forte rançon que les émissaires tibétains parviennent à ramener Tenzin Gyatso, le futur quatorzième Dalaï-Lama, à Lhasa.

180 Un problème qui commence à la mort de Thubten Gyatso, lorsqu’il s’agit pour les Tibétains de trouver un régent qui sera chargé de gérer les affaires du Tibet avant la découverte de la nouvelle incarnation et pendant la minorité du Dalaï-Lama, qui prend ensuite une nouvelle ampleur avec la démission inattendue du régent Reting en 1941, qui est remplacé par Tatrak Rinpoche, et qui se conclut enfin par le coup d’Etat de l’ex-régent Reting en 1947.

181 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 302.

182 182 DESHAYES, Histoire du Tibet, p. 267.

183 The Question of Tibet and the Rule of Law ; Tibet and the Chinese People’s Republic ; Van WALT van PRAAG, Michael C., The Status of Tibet : History, Rights and Prospects in International Law, Boulder, Co., Westview Press, 1987.

184 ALEXANDROWICZ-ALEXANDER, Charles Henry, « The Legal Position of Tibet », American Journal of International Law, 48, n° 2 (April 1954), pp. 265-274, p. 274 pour la citation.

185 TIEH-TSENG, Li, « The Legal Position of Tibet », American Journal of International Law, 50, n° 2 (April 1956), pp. 394-404 (p. 394 et p. 403 pour les citations).

186 RUBIN, Alfred P., « The Position of Tibet in International Law », China Quarterly, n° 35 (July-September 1968), pp. 110-154.

187 HARRIS, Paul, « Tibet’s Legal Right to Autonomy », Far Eastern Economic Review, 171, n° 4 (May 2008), pp. 17-20.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable