Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les réfugiés tibétains en Inde

 | 
Anne-Sophie Bentz

Introduction

Texte intégral

  • 1 J’ai choisi de désigner le quatorzième Dalaï-Lama par son nom, Tenzin Gyatso, plutôt que d’utilise (...)

1Le travail de recherche mené ici concerne les rapports entre le nationalisme et l’exil chez les réfugiés tibétains en Inde. La communauté tibétaine de l’exil, qui est parfois également qualifiée de diaspora, s’est constituée à partir de la fuite de Tenzin Gyatso1, le Dalaï-Lama, qui, en 1959, trouve refuge en Inde, après avoir tenté en vain, pendant près d’une décennie, de s’accommoder de l’occupation chinoise. Tenzin Gyatso, qui a fait de l’indépendance du Tibet l’un des principaux objectifs de l’exil, a d’emblée placé la diaspora tibétaine sous le signe d’une revendication nationaliste forte, de sorte qu’il a rapidement été possible de parler, à propos de ce mouvement qui est d’abord parti des réfugiés tibétains d’Inde, d’un mouvement nationaliste.

  • 2 Voir, notamment, les travaux de Dibyesh Anand, Georges Dreyfus, Ashild Kolas et Frank Korom.
  • 3 Voir, notamment, les ouvrages de Pierre-Antoine Donnet, Gilles Van Grasdorff, Isabel Hilton et Cla (...)
  • 4 Voir, notamment, les ouvrages, souvent d’orientation historique, de Roland Barraux, Charles Bell, (...)
  • 5 Voir, en particulier, l’article de Michael Lind sur le nationalisme libéral. (LIND, Michael, « In (...)

2L’idée de cette recherche est partie d’un constat, celui d’une double absence. D’une part, les questions politiques, et, notamment, les questions liées au nationalisme, sont souvent absentes des études qui portent sur le Tibet ou sur les Tibétains. Et, à de rares exceptions près2, les études politiques sur le Tibet sont essentiellement le fait, non pas de chercheurs, mais de journalistes3 et de hauts fonctionnaires4. D’autre part, le Tibet est absent des études générales sur le nationalisme, là aussi à quelques exceptions près, qui traitent essentiellement des questions d’autodétermination5. Il est vrai que, pendant longtemps, le manque d’intérêt médiatique a pu conduire les politologues à ne pas s’intéresser outre mesure au cas du Tibet, mais des événements marquants de l’actualité internationale ont changé la donne. On pense notamment aux manifestations à Lhasa en septembre et octobre 1987, puis en mars 1988 et mars 1989, à l’attribution du prix Nobel de la paix au Dalaï-Lama en 1989 et, enfin, à la parution en 1992 de la publication officielle du gouvernement chinois, le livre blanc sur le Tibet, « Tibet – Its Ownership and Human Rights Situation ». L’intérêt pour les problèmes politiques liés au Tibet a grandi, ce qui s’est traduit par davantage de publications, pas nécessairement académiques. Les événements au Tibet de mars et avril 2008 ont eu le même effet – les politologues se sont aperçus que le nombre de travaux sur le Tibet politique était plus que limité, ce qui a donné lieu à une plus forte demande envers les tibétologues qui sont à même de fournir les informations nécessaires à la communauté académique, et même au grand public.

  • 6 ACTON, John Emerich Edward Dalberg Acton, Baron, « Nationality » (1862), in ACTON, John Emerich Ed (...)

3L’exemple de la diaspora tibétaine soulève une première question théorique qui porte sur les liens entre le nationalisme et l’exil. Il convient ici, non seulement d’envisager la nature des rapports que le nationalisme entretient généralement avec l’exil, mais encore de comparer la proposition théorique avec la réalité tibétaine. La proposition théorique, développée notamment par Lord Acton, est que l’exil a pour effet de développer, de renforcer, voire d’exacerber un sentiment nationaliste encore balbutiant. Il la résume dans une expression percutante qui reste, encore aujourd’hui, la référence pour les spécialistes de la nation et du nationalisme : « exile is the nursery of nationality » – l’exil est le berceau du nationalisme6. L’expérience de la communauté tibétaine de l’exil ne dément pas la proposition théorique de Lord Acton, bien au contraire : l’hypothèse qui sert de fil conducteur à la recherche menée ici est en effet que le nationalisme tibétain est véritablement apparu avec l’exil, de même, d’ailleurs, que la nation tibétaine.

4Mais comment rendre compte de la nature particulière des liens entre le nationalisme et l’exil chez les réfugiés tibétains en Inde ? Et quels sont les rapports entre le nationalisme tibétain d’avant et d’après l’exil ? Il convient ainsi d’envisager les effets de l’exil sur le développement du nationalisme tibétain. Ceux-ci peuvent s’examiner en termes de gains et de pertes qui peuvent eux-mêmes s’inscrire plus spécifiquement dans deux catégories thématiques, à savoir, les catégories identitaire et politique. Qu’est-ce que l’exil en Inde apporte aux réfugiés tibétains ? En quoi les dessert-il ? sur le plan identitaire ? sur le plan politique ? Il s’agit de mettre en rapport les effets et les enjeux de l’exil, c’est-à-dire, d’une part, la réalité éprouvée de la vie en Inde, et, d’autre part, les objectifs, définis notamment par Tenzin Gyatso, auxquels doivent tendre les réfugiés tibétains.

  • 7 Voir ANAND, Dibyesh « A Contemporary Story of “Diaspora”: The Tibetan Version », Diaspora, 12, n° (...)

5Deux enjeux du nationalisme sont ainsi intimement liés l’un à l’autre : les enjeux identitaire et politique. L’enjeu identitaire consiste en la définition ou la (re)définition d’une identité pour les réfugiés qui, suite à l’exil, ont perdu la plupart des repères identitaires traditionnels – à cet égard, l’identité nationale, qui sous-tend le nationalisme tibétain de l’exil, est perçue comme une identité de substitution susceptible de combler le vide identitaire auquel doivent faire face les réfugiés. Mais, qu’elle soit définie, ou simplement (re)définie, elle pose un certain nombre de questions qui ont trait, notamment, à leur acceptation d’une nouvelle identité, ainsi qu’au rôle joué par Tenzin Gyatso. L’hypothèse envisagée ici, qui est d’ailleurs une hypothèse retenue par plusieurs tibétologues7, est que la nation tibétaine est une construction de l’exil, inventée, ou plutôt réinventée, par Tenzin Gyatso, et imposée aux réfugiés tibétains – ces derniers ne se contentent toutefois pas de l’accepter de manière passive, mais cherchent à se la réapproprier.

  • 8 J’utilise le terme « patron » pour me référer aux soutiens que les Tibétains reçoivent des Etats o (...)

6L’enjeu politique a trait à l’impact que les relations internationales peuvent avoir sur le mouvement nationaliste tibétain, mais également à l’effet que le nationalisme tibétain de l’exil a, ou peut avoir, sur les relations internationales, y compris, et surtout, sur les relations bilatérales entre l’Inde et la Chine. Il est bien évident que, lorsqu’il réinvente la nation tibétaine, Tenzin Gyatso n’a pas seulement à l’esprit l’enjeu identitaire de sa démarche ; de fait, il prend également en considération les souhaits des patrons potentiels8, ce qui lui permet de lier de manière indissoluble les enjeux identitaire et politique. Mais, si la communauté internationale a ainsi un impact, direct et indirect, sur le nationalisme tibétain, et en particulier sur la formulation d’une identité nationale, l’inverse est vrai également, parce que la simple existence d’un mouvement nationaliste ne laisse pas les Etats indifférents : un certain nombre d’entre eux, à commencer par l’Inde et la Chine, sont ainsi amenés à se positionner soit en sa faveur soit en sa défaveur, et, ce faisant, le nationalisme tibétain, par les réactions d’acceptation ou de rejet qu’il suscite, influe sur les relations internationales. Il est question ici essentiellement des Etats qui sont directement concernés : l’Inde, parce qu’elle accueille la plupart des réfugiés tibétains, et la Chine, parce qu’elle est directement menacée par le mouvement nationaliste, mais également les Etats-Unis, et, dans une moindre mesure, le Royaume-Uni, qui entretient des rapports postcoloniaux avec l’Inde.

  • 9 Jusqu’en septembre 2008, le gouvernement tibétain en exil proposait sur son site les chiffres publ (...)

7Reste à préciser les cadres d’analyse dans lesquels s’inscrit cette recherche. Le cadre géographique, qui a déjà été évoqué à plusieurs reprises, est l’Inde. Plusieurs raisons permettent d’expliquer ce choix : 1) une très large majorité des réfugiés tibétains vit en Inde, à savoir, 101 242 sur 145 150 de par le monde9, 2) le gouvernement tibétain en exil, qui n’a pas été reconnu par les autorités indiennes, s’est établi à Dharamsala, et 3) la concentration des réfugiés tibétains, ainsi que la structure particulière des camps de réfugiés en Inde, favorisent les processus mis en œuvre, notamment par Tenzin Gyatso, pour faire adhérer les réfugiés tibétains à l’idée de nation, ce qui a pour effet immédiat de stimuler le nationalisme tibétain. Le cadre temporel découle logiquement de l’objet de l’analyse entreprise ici : par définition, le nationalisme tibétain de l’exil ne commence qu’avec la fuite de Tenzin Gyatso en Inde, en mars 1959, qui amorce le début de l’exil tibétain. Il s’agit donc d’examiner une cinquantaine d’années qui vont de mars 1959 à mars 2009. Les événements au Tibet de mars et avril 2008 ne seront toutefois pris en compte que de manière sporadique, parce qu’ils interviennent trop tôt pour que le recul nécessaire à une étude approfondie soit atteint et qu’une analyse préliminaire a montré qu’ils allaient dans le même sens que les arguments avancés ici – loin de les contredire, ils les renforcent et les réactualisent.

8Le cadre théorique est constitué des théories de la nation et du nationalisme, augmentées des apports sur l’exil fournis par les Refugee Studies et les Diaspora Studies. Il est vrai que leur utilisation ne va pas de soi dans l’étude du cas tibétain, pour deux raisons principalement : 1) elles ont été largement élaborées à partir d’exemples européens et 2) l’exil, contexte dans lequel s’est développé le nationalisme tibétain, n’y est que rarement analysé.

9Mais la transposition du concept de nation au contexte tibétain pose tout d’abord un problème de vocabulaire. Il est en effet possible de parler de nation tibétaine, en français ou en anglais, et c’est bien là ce que font les nationalistes tibétains, mais il n’y a pas vraiment d’équivalent tibétain. Gyalkhab et lungpa, pour reprendre des termes proches, seraient mieux rendus par « pays » que par « nation », « pays » au sens de royaume dans le premier cas (gyalkhab signifie littéralement « la résidence des rois ») et « pays » au sens de territoire dans le deuxième cas (lung équivaut à « vallée ») ; shung fait plutôt référence au pays au sens politique du terme, soit à l’Etat, ou même au gouvernement ; et phayul, qui se rapproche peut-être le plus de l’idée de nation, serait tout de même mieux rendu par « patrie » – littéralement, phayul est la région des pères ou, par extension, des ancêtres. L’idée de nation tibétaine constitue-t-elle pour autant une incongruité théorique ?

  • 10 Ce que William McNeill résume ainsi: « Without the classical inheritance and a system of education (...)
  • 11 Max Weber analyse brièvement l’évolution de la Chine (WEBER, Max, Economy and Society: An Outline (...)
  • 12 Il déplore le caractère étranger du nationalisme en Asie et en Afrique et remarque sans nuances: « (...)

10Il est vrai que les auteurs qui ont développé ces théories, tels John Stuart Mill, Lord Acton et Ernest Renan, ne font référence qu’à des exemples européens, de sorte que, pour eux, l’histoire du nationalisme est indissociablement liée à l’histoire moderne de l’Europe, voire de l’Europe occidentale10, mais d’autres auteurs postérieurs qui, à l’instar de Max Weber, William McNeill, Elie Kedourie et Benedict Anderson, s’attachent à repenser et réactualiser ces théories, travaillent aussi sur des cas asiatiques et africains – l’Inde et la Chine notamment11. Ce qui se conçoit d’autant plus aisément que des hommes politiques asiatiques, à commencer par le Mahatma Gandhi et Mao Zedong, n’ont pas non plus hésité à s’approprier ces théories essentiellement européennes. Elie Kedourie analyse ce comportement étrange lié à la décolonisation. Il propose une analyse approfondie et systématique de ce phénomène de diffusion et de transposition des théories de la nation et du nationalisme qui, pour lui, n’a pourtant rien d’évident ni d’inéluctable. Et il conclut sur un paradoxe : les Asiatiques et les Africains utilisent des théories européennes pour lutter contre la domination européenne. Ce qui, pour lui, n’est pas sans poser problème, puisque ces théories, issues de l’histoire de l’Europe occidentale, ne conviennent pas du tout, ni à l’Asie ni à l’Afrique. Leur transposition ne peut donc être qu’artificielle12. Il est rejoint par des auteurs asiatiques, à l’instar de Rabindranath Tagore et Partha Chatterjee, qui estiment, eux aussi, que ces théories ne conviennent pas du tout à l’Asie : ils regrettent dès lors que les nationalistes indiens s’évertuent à les transposer en Inde. Rabindranath Tagore, qui oppose l’humanité de l’homme à l’inhumanité de la nation, explique ainsi :

  • 13 TAGORE, Rabindranath, Nationalism, New Delhi, MacMillan, 2001 [1917], pp. 106-107.

Even though from childhood I had been taught that idolatry of the Nation is almost better than reverence for God and humanity, I believe I have outgrown that teaching, and it is my conviction that my countrymen will truly gain their India by fighting against the education which teaches them that a country is greater than the ideals of humanity13.

  • 14 CHATTERJEE, Partha, Nationalist Thought and the Colonial World: A Derivative Discourse, Minneapoli (...)

11Partha Chatterjee pose la question en ces termes: « Why is it that non European colonial countries have no historical alternative but to try to approximate the given attributes of modernity when the very process of approximation means their continued subjection under a world order which only sets their tasks for them and over which they have no control? »14 Il n’en reste pas moins que, malgré ces résistances, la transposition a effectivement eu lieu. Ce qui ne veut pas dire qu’elle ait eu lieu avec succès. Mais les Asiatiques et les Africains, même s’ils procèdent par imitation, revendiquent une application universelle de ces théories.

  • 15 BRUBAKER, Rogers, Nationalism Reframed: Nationhood and the National Question in the New Europe, Ca (...)
  • 16 La version originale de cette approche est plus précise puisque Rogers Brubaker peut s’appuyer sur (...)
  • 17 BRUBAKER, Nationalism Reframed, p. 19.

12Examinons dès lors ce que sont ces théories. Qu’est-ce qu’une nation ? Il me faut tout d’abord préciser que les visées définitionnelles envisagées ici ne présupposent pas l’existence réelle, ou la substantialité, de la nation. Je retiens en effet l’approche de Rogers Brubaker qui, pour prendre le contrepied de la plupart des autres auteurs examinés ici, ainsi que des nationalistes, se refuse à considérer la nation comme une réalité tangible dont l’existence serait avérée – il constate (et regrette) que : « Nations are understood as real entities, as communities, as substantial, enduring collectivities »15. Son approche s’énonce en trois points : 1) la nation est une catégorie de la pratique, 2) la nation est une forme culturelle et politique institutionnalisée et 3) la nation est un événement contingent16. Il distingue de fait les catégories de l’analyse et de la pratique, ce qui lui permet de confiner à la pratique la nation en tant que communauté réelle ou collectivité essentialisée, et de l’exclure a contrario de l’analyse, ce que n’ont pas ou peu fait les autres auteurs avant lui. Pour lui, la nation est en effet moins une substance créée qu’une forme institutionnalisée – c’est donc en tant que telle qu’il convient de l’analyser. Et les questions qui guident l’analyse ne doivent pas porter sur son existence in absoluto, mais sur les formes, les moyens et les raisons de son existence. Il rejette également la perspective du développement pour adopter celle de l’événement – « nationness as an event, as something that suddenly crystallizes rather than gradually develops, as a contingent, conjuncturally fluctuating, and precarious frame of vision and basis for individual and collective action, rather than as a relatively stable product of deep developmental trends in economy, polity or culture »17. Mais, si elle doit beaucoup aux travaux de Rogers Brubaker, l’approche présentée ici prend également en compte des perspectives plus traditionnelles, ne seraitce que parce que les nationalistes tibétains cherchent d’abord à se positionner par rapport à une conception plus classique de la nation.

  • 18 KEDOURIE, Elie, Nationalism, London, Hutchinson University Library, 1961, p. 15; DEUTSCH, Karl, Na (...)

13La définition donnée par Lord Acton est à cet égard intéressante, bien qu’il eût été possible de retenir les définitions assez similaires d’Elie Kedourie ou de Karl Deutsch18 :

  • 19 ACTON, « Nationality », p. 187.

A nation was no longer what it had been to the ancient world, – the progeny of a common ancestor, or the aboriginal product of a particular region, – a result of merely physical and material causes, – but a moral and political being; not the creation of geographical or physiological unity, but developed in the course of history by the action of the State19.

  • 20 C’est bien ce que laisse suggérer la version allemande originale « Staatsnation » du concept propo (...)

14La nation moderne, par opposition à une prénation ou à une protonation qui aurait existé avant elle, ne peut être que politique. Son objectif est de posséder son propre Etat pour se réaliser pleinement20, ce qui est considéré comme la condition sine qua non du choix de son destin perçu ici en termes exclusivement politiques. Il est ainsi possible de considérer que tous les groupes qui se veulent nations, c’est-à-dire nations modernes, possèdent, par définition, une caractéristique politique, qui est plus ou moins bien développée suivant le groupe considéré et qui n’est pas exclusive d’autres caractéristiques, et, notamment, d’une caractéristique culturelle. Et c’est bien ainsi que Tenzin Gyatso présente la nation tibétaine. Les deux objectifs qu’il définit dans l’exil, d’une part, l’indépendance du Tibet, et, d’autre part, la préservation des traditions et des coutumes tibétaines, correspondent en effet aux deux variables de l’équation nationale envisagée ici – la nation politique, en raison de l’objectif nationaliste par excellence d’autodétermination de la nation, et la nation culturelle, par l’objectif conditionnel de protection du patrimoine culturel national.

  • 21 Pour John Stuart Mill: « Sometimes it is the effect of identity of race and descent. Community of (...)
  • 22 MILL, « Considerations on Representative Government », p. 380; WEBER, Economy and Society, pp. 922 (...)

15La définition de la nation politique est en outre souvent complétée, chez ces mêmes auteurs, par toute une série de critères objectifs et subjectifs qui sont pertinents moins parce qu’ils pourraient permettre une démonstration positiviste de l’existence d’une nation donnée, que parce que les nationalistes s’y rattachent effectivement pour prouver l’existence de leur nation et justifier leurs revendications nationalistes – et les nationalistes tibétains ne sont ici pas en reste. L’origine, ou, alternativement, la race, la langue, la religion, la géographie et l’histoire, ou plutôt, les antécédents ou les souvenirs politiques, sont les critères objectifs qui reviennent le plus souvent, mais il est vrai que l’ordre de la présentation, le nombre et même la formulation peuvent varier d’un auteur à l’autre21. Ils sont certes présentés comme des critères qui peuvent par définition être identifiés et, éventuellement, analysés facilement, mais ils posent tout de même problème. John Stuart Mill et Max Weber, par exemple, admettent qu’aucun d’eux n’est indispensable ni nécessairement suffisant, tandis qu’Alfred Cobban affirme qu’ils souffrent tous de nombreuses exceptions22. Et c’est sans compter Ernest Renan, qui, lui, les rejette tous comme étant à la fois insuffisants et démentis par l’expérience. Pour lui :

  • 23 RENAN, Ernest, « Qu’est-ce qu’une Nation ? » (11 mars 1882), in Qu’est-ce qu’une Nation ? et autre (...)

Une nation est une âme, un principe spirituel. Deux choses qui, à vrai dire, n’en font qu’une, constituent cette âme, ce principe spirituel. L’une est dans le passé, l’autre est dans le présent. L’une est la possession en commun d’un riche legs de souvenirs ; l’autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis23.

  • 24 ANDERSON, Imagined Communities; HOBSBAWM, Eric J., Nations and Nationalism since 1780: Programme, (...)

16Avec l’idée qu’une population constitue une nation à partir du moment où elle se conçoit et où elle désire se maintenir comme telle, Ernest Renan vient en fait ajouter, et même substituer, un critère subjectif à la liste des critères objectifs proposés par les autres auteurs – et ce critère subjectif fait des émules, notamment Benedict Anderson, dont la nation imaginée peut être considérée comme une variante de la nation subjective d’Ernest Renan, mais aussi Eric Hobsbawm, qui finit également par se rabattre sur une définition subjective de la nation24. Le problème étant que le critère subjectif est difficile à identifier et plus encore à analyser. Comment repérer la volonté qui fait la nation, ce « plébiscite de tous les jours » dont parle Ernest Renan ? Est-il possible de considérer, en l’occurrence, que la formation d’un mouvement nationaliste tibétain, ainsi que la constitution d’un gouvernement en exil, constituent des indices qui suffisent à prouver la volonté de la population tibétaine dans son ensemble ?

17Les critères, qu’ils soient objectifs ou subjectifs, sont donc avant tout imparfaits. Et, lorsqu’ils les utilisent, les nationalistes tibétains parviennent moins à prouver l’existence de leur nation qu’à montrer au reste du monde, pour parler avec Rogers Brubaker, la façon dont ils l’institutionnalisent en tant que forme politique et culturelle. Mais, si les nationalistes tibétains estiment que les critères sont suffisamment bien remplis, c’est-à-dire que les indices sont suffisamment concordants, pour opter plutôt en faveur de l’existence de la nation tibétaine, les autorités chinoises, qui disposent pourtant des mêmes critères, arrivent à des conclusions opposées – d’après elles, le test des critères montre bien qu’il n’existe pas de nation tibétaine à proprement parler, mais seulement une minorité nationale, ou nationalité tibétaine, en chinois minzu, qui appartient sans conteste à la nation chinoise. Les deux parties ont ainsi, malgré leurs divergences, tendance à réifier, ou à substantialiser, l’entité tibétaine. Et, si les conclusions sont d’autant plus importantes, c’est que les enjeux de la définition ne sont pas exclusivement herméneutiques.

  • 25 « Nation-ness is the most universally legitimate value in the political life of our time. » (ANDER (...)

18La nation possède en effet un pouvoir légitimant – et c’est bien là ce que rappelle, entre autres, Benedict Anderson25 – auquel sont directement corrélés des soutiens possibles en faveur du mouvement nationaliste. Il n’y a dès lors rien d’étonnant à ce que le statut de nation soit hautement convoité, comme en témoignent les motivations d’un grand nombre de communautés qui aspirent à devenir des nations.

  • 26 ACTON, « Nationality », p. 181.
  • 27 Pour Elie Kedourie, « The doctrine holds that humanity is naturally divided intonations, that nati (...)
  • 28 HANNUM, Hurst, « The Specter of Secession: Responding to Claims for Ethnic Self-Determination », F (...)
  • 29 COBBAN, National Self-Determination, p. 104.

19Quelles sont les revendications possibles d’une nation donnée ? A partir du moment où elle est reconnue comme nation ? Il faut, pour répondre à cette question, revenir sur la définition du nationalisme. Le nationalisme moderne, comme la nation moderne, ne peut se concevoir qu’en termes politiques. La nation aurait donc le droit de revendiquer une autonomie politique, c’est-à-dire un gouvernement de soi-même, par soi-même et pour soi-même, voire l’indépendance. Et c’est bien ainsi que Lord Acton résume la théorie moderne de la nationalité : « the State and the nation must be co-extensive »26. Ce en quoi il est rejoint par d’autres auteurs mentionnés ici, et notamment, Elie Kedourie, Ernest Gellner et Alfred Cobban27. Il convient toutefois de préciser que d’autres auteurs, et parfois les mêmes, mettent en garde contre la tendance à vouloir ériger la théorie du nationalisme en principe normatif. Hurst Hannum et Allen Buchanan, par exemple, estiment que la convergence de la nation et de l’Etat ne constitue tout simplement pas un droit dont jouissent les nations28. Ce qui n’empêche pas qu’elle doive ou puisse être appliquée dans des circonstances exceptionnelles qu’ils précisent. Et Alfred Cobban s’interroge ainsi sur le principe de l’autodétermination de la nation tel qu’il a été défini lors de la conférence de Versailles en 1919: « We may begin by asking, since self-determination is assumed by this theory to be a right, what kind of right is understood? Is it a right to self-determination where and in so far as circumstances permit, and subject to limitation by the competing claims of other rights? Or is it an absolute right, knowing no qualification ? »29 Il est d’avis que l’autodétermination ne peut être qu’un droit relatif, c’est-à-dire un droit qui dépend des circonstances dans lesquelles il pourrait être appliqué, et non pas le droit absolu que peuvent parfois revendiquer pour eux les nationalistes.

  • 30 Charte des Nations Unies, Articles 1(2) et 55. Voir http://www.un.org/french/aboutun/charte/txt.ht (...)
  • 31 La résolution 1514 (XV) du 14 décembre 1960, « Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays (...)
  • 32 Il convient toutefois de préciser que, s’il se réfère clairement à deux concepts qui se rattachent (...)

20De telles considérations théoriques sont à rapprocher du principe du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes énoncé, notamment, dans la Charte des Nations Unies aux articles 1 § 2 et 5530, et corroboré par des résolutions de l’Assemblée générale des Nations Unies, qui peuvent avoir un caractère général, comme la résolution 1514 (XV)31, ou un caractère particulier, à l’instar des résolutions portant sur des peuples précis, et, souvent, sur des peuples qui avaient été colonisés. Il n’y a donc rien d’anodin à ce que, au moment où il adresse les appels successifs pour le Tibet aux Nations Unies, dans les années 1950 et 1960, Tenzin Gyatso fasse valoir deux lignes de défense juridiques, l’acte d’agression commis par la Chine à l’égard du Tibet, certes, mais aussi, précisément, le droit du peuple tibétain à disposer de lui-même32.

  • 33 Les Tibétains tentent d’envoyer des délégations au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, en Inde et au Népa (...)
  • 34 DALAI-LAMA, My Land and my People, p. 249. Le texte complet de l’appel est disponible en appendice

21Les Tibétains décident en effet, après avoir tenté en vain d’intéresser le Royaume-Uni, les Etats-Unis, l’Inde et le Népal au sort du Tibet33, de porter l’affaire devant les Nations Unies. Ils attendent beaucoup de cette organisation internationale nouvellement créée, comme en témoigne la formulation de leur (premier) appel du 11 novembre 1950: « It is in the belief that aggression will not go unchecked and freedom unprotected in any part of the world that we have assumed the responsibility of reporting to the United Nations Organization, through you, recent happenings in the border area of Tibet »34. Cet appel, qui devait forcer l’ensemble de la communauté internationale à s’intéresser au sort du Tibet, est toutefois rejeté, peut-être parce que les Etats ne voulaient pas donner l’impression de reconnaître ipso facto l’indépendance du Tibet.

  • 35 DALAI-LAMA, Au loin la liberté, p. 219.
  • 36 The Question of Tibet and the Rule of Law, Geneva, International Commission of Jurists, 1959 et Ti (...)

22Le premier impératif des Tibétains consiste donc à faire connaître le statut du Tibet à la communauté internationale, impératif conditionné par la nécessité de parler et de faire parler du Tibet le plus possible. Tenzin Gyatso précise ainsi son intention dans son autobiographie : « Je voulais seulement que le monde se souvienne du Tibet. Il était vital que mon peuple ne soit pas oublié dans sa misère »35. Sa stratégie consiste à multiplier les appels auprès des Nations Unies dans l’espoir de faire passer une résolution qui condamnerait l’agression de la Chine et affirmerait l’indépendance du Tibet. Et le lobbying auprès des Etats membres finit par payer : une première résolution sur le Tibet, la résolution 1353 (XIV), sponsorisée par la Malaisie et l’Irlande, est adoptée le 21 octobre 1959. Ce premier intérêt de la communauté internationale pour le Tibet est aussi relayé par la décision de la Commission internationale de juristes de charger un expert d’étudier la question du Tibet – deux rapports paraîtront, respectivement en 1959 et en 196036.

  • 37 DALAI-LAMA, My Land and my People, p. 256. Le texte de l’appel est disponible à la fin de son livr (...)
  • 38 DALAI-LAMA, My Land and my People, p. 256. Le texte de l’appel est disponible à la fin de son livr (...)
  • 39 Voir Memorandum From the Assistant Secretary of State for Far Eastern Affairs (Parsons) and the Ac (...)

23Il est à noter, toutefois, que le contenu des appels évolue : il ne s’agit plus seulement de dénoncer l’agression de la Chine, ou d’exiger la reconnaissance de l’indépendance du Tibet, même si les appels font encore référence à ces questions, mais de mettre en avant des considérations humanitaires qui tiennent compte de l’évolution de la situation au Tibet. Tenzin Gyatso précise ainsi, dans son (deuxième) appel du 9 septembre 1959: « In view of the inhuman treatment and crimes against humanity and religion to which the people of Tibet are being subjected, I solicit immediate intervention of the United Nations and consideration by the General Committee on its own initiative of the Tibetan issue, which had been adjourned »37. Et dans son (troisième) appel du 2 septembre 1960: « I have, therefore, ventured to approach you once again in the name of the people of Tibet who are today groaning under an intolerable burden of terror and tyranny. […] The situation in Tibet has now become a grim tragedy »38. Ce changement de stratégie rhétorique, de la légitimité de la cause à l’urgence humanitaire, est encouragé, notamment, par les Etats-Unis : l’ambassade des Etats-Unis à New Delhi a en effet conseillé à Tenzin Gyatso de présenter un appel aux Nations Unies qui soit fondé non pas sur l’agression de la Chine, mais sur les violations des droits de l’homme dont la Chine s’est rendue coupable au Tibet, de manière à ne pas effrayer des Etats membres qui ne veulent ni prendre position sur le statut du Tibet, ni affronter directement les Chinois39. Et il semble bien que ce soit grâce à ce changement d’orientation que la première résolution sur le Tibet, la résolution 1353 (XIV), soit finalement adoptée le 21 octobre 1959.

  • 40 DALAI-LAMA, My Land and my People, p. 230.
  • 41 DALAI-LAMA, My Land and my People, p. 231.
  • 42 DALAI-LAMA, My Land and my People, p. 257. Le texte de l’appel est disponible à la fin de son livr (...)

24Tenzin Gyatso insiste pourtant sur un besoin de justice dans ses appels auprès des Nations Unies: « It is always right to protest against injustice, whether or not the protest can stop the injustice; and we were encouraged that such a large majority of the representatives of the nations had supported our plea »40. Et c’est pour que la justice puisse prévaloir qu’il s’attache à faire passer une deuxième résolution juste après cette première victoire. Il essuie certes un revers avec son (troisième) appel du 2 septembre 1960, mais ce revers ne fait que confirmer sa détermination: « I shall continue to try to keep our case alive in the United Nations, because I believe the United Nations is the only source of hope for small oppressed nations, and indeed for the world »41. Son (quatrième) appel, effectué le 29 septembre 1960, reprend l’argument colonial par une référence au discours de Khrouchtchev aux Nations Unies du 24 septembre 1960 qui appelait à la libération de tous les peuples coloniaux – il espère alors même un soutien de l’Union soviétique42. Il est soutenu par la Thaïlande et la Malaisie, ainsi que par l’Irlande et le Salvador, et aboutit à la résolution 1723 (XVI), adoptée le 20 décembre 1961.

  • 43 L’article 2 § 4 de la Charte des Nations Unies stipule que : « Les Membres de l’Organisation s’abs (...)
  • 44 L’article 39 stipule que : « Le Conseil de sécurité constate l’existence d’une menace contre la pa (...)
  • 45 Voir, à ce propos, DUPUY, Pierre-Marie, Droit international public, Paris, Dalloz, 2006, pp. 102-1 (...)

25Il convient ici de revenir brièvement sur les deux lignes de défense juridiques qui transparaissent dans les appels et qui correspondent à une double stratégie pour mettre en valeur la légitimité des revendications relatives à la libération du Tibet. La stratégie de Tenzin Gyatso passe tout d’abord par la dénonciation de l’invasion du Tibet par la Chine. Il s’inscrit, ce faisant, dans l’hypothèse d’un acte d’agression d’un Etat envers un autre Etat : il met en avant le principe juridique de l’interdiction du recours à la force énoncé dans l’article 2 § 4 de la Charte des Nations Unies43 et il compte sur le Conseil de Sécurité pour retenir également l’hypothèse d’une menace contre la paix, voire de rupture de la paix et d’acte d’agression, et pour en tirer toutes les conclusions qui s’imposent, à commencer par une action contre la Chine fondée sur le chapitre VII de la Charte des Nations Unies44. Le problème est que la qualification d’acte d’agression envers un Etats tiers suppose l’acceptation préalable par les autres Etats de l’existence effective, c’est-à-dire de l’indépendance, de cet Etat tiers. Il s’agit là de la vaste question de la reconnaissance : mais, si les juristes débattent encore de sa valeur juridique, déclarative ou constitutive45, il est indéniable qu’elle a avant tout une valeur politique pour l’Etat. Il ne peut en effet jouir pleinement du statut auquel il prétend, autrement dit de son indépendance, qu’à partir du moment où les autres Etats reconnaissent son existence ou, de fait, son indépendance. Tenzin Gyatso est ainsi amené à apporter au préalable des preuves de l’indépendance du Tibet, ce qui, compte tenu à la fois du flou relatif qui entoure son histoire et de la volonté de nombreux Etats de ne pas se prononcer sur son statut, ne va pas de soi.

  • 46 SMITH, Warren W. (Jr.), Tibetan Nation: A History of Tibetan Nationalism and Sino-Tibetan Relation (...)

26C’est notamment pour cette raison qu’il fait également valoir le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Comme le rappelle Warren Smith: « Tibet does not have to demonstrate an unbroken history of political independence in the past in order to demand the right to independence in the present »46. Mais le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, c’est-à-dire le droit à l’autodétermination, pose d’autres problèmes. Quels peuples peuvent se prévaloir de ce principe ? Et quelle est sa portée réelle ? Ni les juristes ni les politologues n’arrivent à s’entendre sur les limites éventuelles qu’il faudrait fixer au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Des limites qui ont trait, notamment, à des questions d’interprétation – le droit à l’autodétermination peut-il constituer un droit à la sécession ? Et, si oui, s’agit-il d’un droit absolu ou d’un droit relatif ? –, à la position du droit à l’autodétermination dans la hiérarchie des droits – peut-il encore primer lorsqu’il s’oppose au droit des Etats à la souveraineté et à l’intégrité territoriale, c’est-à-dire au principe de la noningérence énoncé à l’article 2 § 7 de la Charte des Nations Unies ? – et à l’application même du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes – le droit à l’autodétermination peut-il être utilisé en dehors du contexte de la décolonisation ?

27Est-ce en raison de leurs lacunes respectives que Tenzin Gyatso a recours à deux lignes de défense pour tenter de sauver le Tibet ? Quelle logique y a-t-il derrière leur utilisation à la fois concurrente et successive ? Est-il donc possible que, en cas de faillite de la première, la seconde puisse prendre le relais ? Et le simple fait de présenter deux arguments complètement différents ne nuit-il pas à la valeur intrinsèque de chacun d’entre eux pris séparément ? Il est difficile de répondre à ces questions, de même qu’il est difficile d’établir un schéma d’utilisation, tant il est vrai que, à la lecture des déclarations de Tenzin Gyatso, le recours à ces deux types d’arguments juridiques, qui reposent pourtant sur des prémisses si différentes, semble aléatoire.

  • 47 AG Res. 1353 (XIV), 21 octobre 1959.
  • 48 AG Res. 1723 (XVI), 20 décembre 1961.
  • 49 AG Res. 2079 (XX), 18 décembre 1965.

28Je vais revenir ici sur les références au droit des peuples – le nationalisme tibétain étant davantage lié à la question du droit à l’autodétermination qu’au problème de l’acte d’agression. Les trois résolutions des Nations Unies portant sur le Tibet font référence aux droits que possèdent les Tibétains, à savoir, respectivement, « les droits fondamentaux de l’homme et les libertés fondamentales du peuple tibétain », pour la résolution 1353 (XIV)47, « ses droits fondamentaux et […] ses libertés fondamentales, notamment […] son droit à l’autodétermination », pour la résolution 1723 (XVI)48, et « des droits de l’homme et des libertés fondamentales dont il a toujours bénéficié », pour la résolution 2079 (XX)49. De fait, seule la deuxième résolution, la résolution 1723 (XVI), fait explicitement référence au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes – ce qui explique largement sa popularité auprès des Tibétains. C’est la première, et la seule fois, que les Nations Unies, qui, seules, détiennent une légitimité universelle, reprennent directement une des lignes de défense développées par Tenzin Gyatso. Peuton en conclure que les Tibétains possèdent effectivement le droit de disposer d’eux-mêmes, un droit qui leur était dénié lorsque la résolution a été adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies ? Il s’agirait là d’une conclusion facile et rapide : il n’est en effet pas anodin que les deux autres résolutions sur le Tibet ne mentionnent pas la référence attendue. Si elles admettent que les Tibétains constituent un peuple distinct, qui a même joui d’une certaine autonomie à un moment donné, elles ne vont toutefois pas jusqu’à lui conférer de manière explicite le droit à l’autodétermination, et, par là même, elles témoignent une fois de plus des doutes et des hésitations de tous ceux qui sont confrontés au principe du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

29Mais, au-delà de ces questions juridiques, les enjeux pratiques liés à l’existence de la nation revêtent une importance accrue dans l’exil. Il y a comme un sentiment d’urgence pour des nationalistes qui agissent depuis l’exil qui s’explique largement par la perception que la nation est en danger. Qu’en Est-il des enjeux de l’existence de la nation tibétaine ? S’ils sont minimes avant l’exil – la nation a alors un Etat, ou un quasi Etat, c’est-à-dire que les Tibétains, qui en jouissent déjà, ne cherchent pas particulièrement à profiter des avantages, en termes de droits, attachés à la nation –, ils se maximisent d’abord avec l’invasion chinoise puis avec l’exil, puisque les Tibétains, qui aspirent à recouvrer un Etat, se soucient désormais à la fois des revendications possibles auxquelles la nation peut prétendre et des soutiens internationaux que la nation peut obtenir.

  • 50 ACTON, « Nationality », pp. 181-182.
  • 51 SHAIN, Yossi (éd.), Governments-in-Exile in Contemporary World Politics, New York, Routledge, 1991 (...)
  • 52 SAID, Edward W., Reflections on Exile and Other Essays, Cambridge, Mass., Harvard University Press (...)
  • 53 Liisa Malkki s’intéresse plus particulièrement aux réfugiés : MALKKI, Liisa, « National Geographic (...)
  • 54 ANDERSON, « Long-Distance Nationalism » in ANDERSON, The Spectre of Comparisons, p. 74.
  • 55 Le vocabulaire employé par Liisa Malkki, comprend, dans la version anglaise originale, et pour rep (...)

30L’exil, on le sait, peut désigner à la fois l’action qui consiste à expulser un individu, ou un groupe d’individus, et, par extension, le lieu où l’individu expulsé, ou le groupe d’individus expulsés, a trouvé refuge – c’est ce deuxième sens que je retiendrai ici. S’il n’existe pas, à proprement parler, de théorie de l’exil, il reste néanmoins possible, en combinant les apports de ceux qui s’intéressent aux gouvernements en exil, de ceux qui travaillent sur les réfugiés ou sur les diasporas, et de ceux qui se spécialisent sur les théories de la nation et du nationalisme, d’aborder de manière théorique les rapports qui peuvent exister entre le nationalisme et l’exil. Lord Acton complète ainsi sa formulation bien connue « exile is the nursery of nationality » par « as oppression is the school of liberalism »50 – c’est dire que, de même que les libéraux ne peuvent vraiment comprendre la liberté qu’à travers l’expérience de l’oppression, les nationalistes ne peuvent faire l’apprentissage de la nation que dans l’exil. Il envisage donc l’exil comme le meilleur contexte possible pour la formation des nationalistes et, a fortiori, pour le développement du nationalisme. L’effet que l’exil a sur les nationalistes est ainsi un effet d’exacerbation, c’est-à-dire à la fois d’exaltation des passions et de renforcement des convictions, qui se traduit inévitablement dans les actions des nationalistes. Et c’est bien ainsi que Yossi Shain pose la relation qui existe entre le nationalisme et l’exil: « nationalism (the assertion of belonging to a place and community) and exile (the removal from and the absence of such a community) can be described as mutually enforcing each other »51. Une idée d’exagération ou de renforcement qui est également présente chez Edward Said, pour qui: « willfullness, exaggeration, overstatement: these are characteristic styles of being an exile, methods for compelling the world to accept your vision »52. Benedict Anderson et Liisa Malkki53 développent l’idée selon laquelle la séparation physique d’avec la nation au sens de territoire national, qui peut ou non s’accompagner du sentiment que la nation est en danger, est à même d’exacerber l’identité nationale chez tous ceux qui se disent appartenir à la nation ; de simples nationaux peuvent ainsi se transformer en nationalistes convaincus et virulents, et même, pour Benedict Anderson, en héros de la nation54. Liisa Malkki explique cela par le fait que le monde des nations est territorialisé à l’extrême : l’enracinement des peuples, qui est considéré comme normal, participe d’un besoin moral et spirituel, et, par conséquent, c’est le déplacement qui est considéré comme pathologique. Le vocabulaire dominant, où la territorialisation et l’enracinement viennent s’opposer à la déterritorialisation et au déracinement, exclut d’emblée les réfugiés de l’ordre national (et naturel) des choses55. L’unanimité des auteurs présentés ici au sujet des effets de l’exil sur le nationalisme ne fait ainsi pas de doute. Et, pour les réfugiés tibétains aussi, l’exil est l’occasion d’une prise de conscience de l’existence de la nation tibétaine.

31Il est patent que les réfugiés tibétains considèrent la géographie, c’est-à-dire un des critères objectifs qui entrent dans la définition de la nation, comme une donnée essentielle de la nation tibétaine. Il leur est difficile, en effet, de se défaire de l’idée que c’est grâce à l’isolement induit par la situation géographique du Tibet, qu’ils ont pu développer une identité propre. Pour Rolf Stein :

  • 56 STEIN, Rolf A., La civilisation tibétaine, Paris, L’Asiathèque, 1987, p. 1.

L’espace occupé par les Tibétains, en tant que porteur d’une civilisation bien définie, est en gros délimité ainsi aux quatre orients. Au sud, l’arc incurvé de l’Himalaya, occupé successivement, de l’ouest à l’est, par le Népal, le Sikkim et le Bhoutan, touche finalement au nœud où se rencontrent l’Assam (Inde), la haute Birmanie et le Yunnan (Chine). A l’ouest, cet arc s’étend au Kashmir et au Baltistan, puis plus au nord, au Gilgit avec les montagnes du Karakorum. Politiquement, une bonne partie du Ladakh, province la plus occidentale du Tibet, appartient à l’Inde. Au nord, les montagnes du Karakorum et du Kunlun séparent l’espace tibétain du Turkestan chinois qui est désertique à l’exception des grands oasis peuplés. A l’est enfin, le Tibet touche au couloir du Kansu qui mène de la Chine proprement dite au Turkestan chinois ; il englobe la région du Kokonor et s’imbrique, plus au sud dans la région montagneuse de la Chine occidentale, dans les marches sino-tibétaines en grande partie peuplées d’aborigènes dont les langues sont apparentées au tibétain. Toute cette partie orientale est depuis longtemps organisée en provinces chinoises (le Ts’inghai et le Sik’ang). Mais du point de vue politique, la Chine a aussi englobé le Tibet56.

  • 57 Je pense, notamment, à Charles Bell. « High as the country is raised above the ordinary dwelling l (...)
  • 58 Rolf Stein, notamment, estime que : « Malgré son aspect apparemment isolé, des portes d’entrées on (...)

32La présentation de Rolf Stein aborde le problème de la délimitation des frontières : une idée assez répandue est que le Tibet de la civilisation tibétaine correspond plus ou moins au Tibet de la géographie, pour une raison qui paraît, de prime abord, acceptable, à savoir que c’est la géographie qui, en isolant le Tibet du reste du monde, a établi les frontières que pouvait atteindre la civilisation tibétaine. Mais qu’en Est-il réellement de l’isolement du Tibet ? Si des auteurs comme Charles Bell lui attachent beaucoup d’importance57, d’autres auteurs plus contemporains, à commencer par Rolf Stein, considèrent qu’il relève davantage du mythe que de la réalité58. Et les nationalistes tibétains préfèrent eux se rattacher à l’idée qu’il a favorisé le développement d’une identité proprement tibétaine, et, au-delà, d’une ethnie tibétaine distincte des ethnies voisines, qu’elles soient mongole, chinoise ou mandchoue, ceci pour convaincre le reste du monde de l’existence d’une nation tibétaine.

33Le rapport que les réfugiés tibétains entretiennent à la géographie est donc plus complexe qu’il n’y paraît : la nation tibétaine s’inscrit dans un territoire qui lui-même participe de l’identité nationale tibétaine. Ce qui fait de l’exil, c’est-à-dire de la déterritorialisation, une double séparation, physique et psychologique, d’avec la nation, qui s’accompagne d’une prise de conscience a posteriori de l’importance du territoire national. Il s’agit d’une importance physique : la nation physique ne pourrait pas exister, ou prétendre exister, sans un territoire, et même, sans le territoire dans lequel elle s’est formée. Il s’agit également d’une importance psychologique : le territoire, parce qu’il permet le développement de l’identité nationale, est indispensable à l’existence des nationaux, et, a fortiori, pour eux, à l’existence psychologique de la nation.

  • 59 Les autorités chinoises parlent de libération pacifique du Tibet là où les nationalistes tibétains (...)
  • 60 Les nationalistes tibétains et, plus généralement, les Tibétains, parlent d’occupation du Tibet pa (...)
  • 61 Il s’agit du nom abrégé de l’accord entre le gouvernement central populaire et le gouvernement loc (...)

34Et le territoire prend encore plus d’importance dans la situation particulière où les nationalistes pensent que la nation est en danger. Or, pour les nationalistes tibétains, il n’y a pas de doute : le Tibet, dans son existence à la fois physique et psychologique, est menacé, et ce, depuis près d’une soixantaine d’années déjà. La Chine se serait d’abord attaquée à la nation physique : l’invasion du Tibet59 débute le 7 octobre 1950 et culmine avec l’arrivée à Lhasa, le 9 septembre 1951, de plusieurs milliers d’hommes de l’Armée populaire de libération, qui ont pour mission de contrôler le territoire national ; l’occupation du Tibet60 pouvait alors commencer. Elle se serait ensuite tournée vers la nation psychologique : l’accord en dix-sept points61, que la délégation tibétaine a signé, ou, suivant l’interprétation retenue, a été contrainte de signer, à Pékin le 23 mai 1951, entérine l’invasion chinoise du Tibet. Les Tibétains sont ainsi censés admettre l’occupation qui se prépare et, avec elle, les réformes prévues pour la transformation progressive du Tibet.

  • 62 Il faut moins d’une année à l’Armée populaire de libération pour envahir le Tibet (du 7 octobre 19 (...)
  • 63 Chushi Gangdruk, qu’on peut traduire par « quatre rivières, six prairies » (« Four Rivers, Six Ran (...)
  • 64 Plusieurs traductions semblent être admises pour la Tensung Tangla Magar, à savoir, National Volun (...)

35Mais, si la domination physique de la Chine sur le Tibet s’effectue rapidement, puisque les troupes communistes, à la fois mieux entraînées et mieux armées que les soldats tibétains, parviennent très tôt à prendre le dessus62, la domination politique qui devait s’en suivre est rendue plus difficile du fait que les Tibétains n’acceptent pas de bon gré les réformes de type communiste que les Chinois ont l’intention d’introduire au Tibet. En témoignent, par exemple, la formation en 1952 d’un mouvement de désobéissance civile en UTsang, la Mimang Tsongdu, et la création, formalisée en 1957, du mouvement nationaliste Chushi Gangdruk63, dans le Kham et l’Amdo – la Mimang Tsongdu et le Chushi Gangdruk finissent par fusionner le 16 juin 1958 avec la création d’une armée de résistants connue sous le nom de Tensung Tangla Magar64. La rébellion culmine en mars 1959 avec le soulèvement de Lhasa qui, parce qu’il a précipité la fuite de Tenzin Gyatso, ainsi que le départ de dizaines de milliers de Tibétains dans les semaines et les mois qui suivent, peut être considérée comme l’événement à la fois déclencheur et fondateur de la diaspora tibétaine. Et la motivation des Tibétains est prise très au sérieux, comme le montrent les réactions des autorités chinoises dans les jours qui suivent la fuite de Tenzin Gyatso – pour venir à bout de l’insurrection, elles entreprennent en effet d’imposer la loi martiale, d’établir un comité de contrôle militaire à Lhasa et de dissoudre le gouvernement tibétain, respectivement les 20, 23 et 28 mars 1959. Le sentiment que la nation est en danger, suscité par l’invasion chinoise et l’occupation qui s’en est suivie, vient ainsi renforcer, chez les Tibétains, l’effet d’exacerbation que l’exil produit de manière générale sur le nationalisme.

  • 65 Trois semaines après la fuite de Tenzin Gyatso et les massacres qui ont eu lieu au Norbulingka, le (...)
  • 66 Taktser Rinpoche est le nom de moine de Thupten Jigme Norbu – les deux noms sont utilisés, indiffé (...)
  • 67 Le quartier général de Mustang est situé à une altitude élevée et est particulièrement difficile d (...)
  • 68 Comme le rappelle John Avedon: « The Dalai Lama was not to be permitted to use India as a base for (...)
  • 69 Tsepon Shakabpa explique: « On hearing that the Chinese had dissolved their government, the Dalai (...)
  • 70 Le Tibetan Youth Congress a été créé le 7 octobre 1970. Opposition loyale au gouvernement en exil (...)

36Il y a donc deux raisons principales qui font que l’exil constitue une situation propice au renforcement du nationalisme tibétain. La première, qu’on a déjà abordée ici, est qu’il a un impact psychologique sur les exilés ; et la seconde vient du fait qu’il offre aux nationalistes de meilleures possibilités d’accès aux ressources, tant matérielles qu’immatérielles, ainsi que de meilleures conditions d’expression. Ils peuvent ainsi, notamment, entreprendre de réorganiser la rébellion qui est alors sur le point d’être matée au Tibet65. Gyalo Thondup et Taktser Rinpoche66, les frères aînés de Tenzin Gyatso qui se sont réfugiés en Inde, à Kalimpong, avaient en effet pris contact avec les Etats-Unis dont ils ont obtenu une aide militaire et logistique. Un programme d’entraînement pour les Tibétains est mis au point, d’abord à Saipan, dans l’archipel des îles Mariannes, puis à Camp Hale, dans le Colorado, avec pour objectif de parachuter les Tibétains entraînés au Tibet, pour qu’ils y effectuent des missions d’information et qu’ils y entraînent la rébellion tibétaine. De tels parachutages ont lieu jusqu’en 1959, c’est-à-dire jusqu’à ce que les conditions au Tibet n’offrent plus aux Tibétains parachutés aucune chance de succès. Un nouveau quartier général est alors installé au Népal67, où l’aide américaine, militaire, logistique et financière, est redirigée au début des années 1960. Il faut toutefois préciser que tant les possibilités d’accès aux ressources que les conditions d’expression dépendent également de considérations qui dépassent largement le cadre des besoins ad hoc des nationalistes tibétains. C’est, par exemple, le changement de contexte dans les relations sino-indiennes, à partir de 1962, qui conduit l’Inde à offrir de nouveaux soutiens aux réfugiés tibétains, et notamment, une possibilité d’intégrer l’armée indienne par le biais de la Special Frontier Force, qui comprend l’unité tibétaine Unit 22. Mais, tandis que certains préparent la révolte armée depuis l’exil, d’autres organisent la lutte politique en faveur de l’indépendance du Tibet. Tenzin Gyatso s’engage ainsi, malgré les contraintes que l’Inde fait peser sur lui68, dans un certain nombre d’activités politiques, tout comme d’autres organisations politiques, à commencer par le Tibetan Youth Congress : pendant que Tenzin Gyatso, appuyé par le gouvernement en exil qu’il a formé juste après la dissolution du gouvernement tibétain par les autorités chinoises69, parcourt le monde à la recherche de soutiens pour la cause tibétaine, le Tibetan Youth Congress organise en Inde des manifestations et des grèves de la faim70.

  • 71 RENAN, « Qu’est-ce qu’une Nation ? », p. 245.
  • 72 L’idée que c’est le nationalisme qui crée la nation est développée par Lord Acton et Alfred Cobban (...)
  • 73 GELLNER, Thought and Change, pp. 48-49.

37Les réfugiés tibétains, en témoignant à de multiples reprises du vouloir vivre ensemble cher à Ernest Renan71, ont ainsi prouvé, au moins d’une certaine manière, l’existence de la nation tibétaine. Celle-ci n’en constitue pas moins un paradoxe par rapport à la définition de la nation moderne qui n’envisage la nation que dans sa convergence à la fois nécessaire et voulue avec l’Etat, puisqu’elle est créée dans l’exil, c’est-à-dire précisément au moment de la séparation d’avec son Etat – le Tibet. Il convient toutefois de préciser que, dire que l’exil crée la nation, ou que le nationalisme se sert de l’exil pour créer la nation72, ne signifie pas que la nation doive être une création ex nihilo. Même si, comme le précise Ernest Gellner, le nationalisme est potentiellement très puissant, puisque « nationalism […] sometimes takes pre-existing cultures and turns them into nations, sometimes invents them, and often obliterates pre-existing cultures »73, il est plus facile pour les nationalistes de construire une nation à partir de quelque chose qui existe déjà, tiré par exemple des critères objectifs et subjectifs déjà présentés ici. Et c’est bien là ce que font les nationalistes tibétains. La question n’est donc plus seulement « La nation tibétaine existe-t-elle ? » mais également « Comment la nation tibétaine existe-t-elle ? » Car, à partir du moment où ils croient et, surtout, parviennent à faire croire à son existence, ce qui importe, et même si les enjeux sont importants, c’est moins la réalité avérée de son existence que les choix qu’ils retiennent pour la faire exister.

38Il convient, désormais, de préciser le plan d’ensemble de la recherche menée ici, c’est-à-dire l’articulation entre les différents chapitres, ce qui mettra également en lumière la démarche suivie.

  • 74 KEDOURIE, Nationalism in Asia and Africa, p. 36.
  • 75 Les historiens envisagés s’accordent en effet pour commencer l’histoire datée du Tibet au viie siè (...)

39Le chapitre 1 porte sur le contexte historique du nationalisme tibétain de l’exil et aborde l’histoire des histoires du Tibet. Il fournit ainsi la base sur laquelle s’appuient les nationalistes pour justifier l’existence continue de la nation – l’histoire du Tibet dans ce qu’elle a de nationale, ou, plutôt, de nationalisable. Je pars en effet de l’idée, développée notamment par Elie Kedourie, que, si elle veut s’affirmer dans le présent, ou si elle veut prétendre à un futur, la nation doit absolument avoir un passé74 – idée qui explique l’importance que les nationalistes accordent généralement à l’écriture, ou à la réécriture, de l’histoire. L’histoire du Tibet, cela n’est pourtant pas nécessairement l’histoire de la nation tibétaine ; n’en déplaise aux nationalistes tibétains, cela peut également être l’histoire d’une civilisation, d’un Etat ou d’une région, suivant le point de vue retenu. Il va donc s’agir, à partir d’une analyse historiographique, non pas simplement de retracer les principaux événements, mais bien de comparer les différentes histoires du Tibet écrites par des auteurs tibétains, chinois et occidentaux, qui ont parfois un intérêt bien réel et bien présent dans l’interprétation de l’histoire – les auteurs tibétains, par exemple, n’hésitent pas à remonter jusqu’à un passé lointain, voire à évoquer les mythes originels, pour prouver l’existence d’une nation tibétaine indépendante, et, subséquemment, pour légitimer les revendications nationalistes tibétaines. Il faudra dès lors remonter à la préhistoire, qui se confond souvent, pour le Tibet, avec les mythes originels, avant de revenir sur les événements qui, depuis le viie siècle75, ont marqué, ou dont on a dit qu’ils ont marqué, l’histoire du Tibet – et, en particulier, ceux dont l’interprétation est controversée –, pour en arriver à l’invasion chinoise de 1951. Je compte ainsi montrer de quelle(s) manière(s) l’histoire du Tibet a pu être utilisée à des fins nationalistes.

40Les chapitres 2 et 3, qui sont conçus sous forme de diptyque, envisagent les principaux acteurs du nationalisme tibétain de l’exil en quelque sorte indépendamment des contraintes subies – la nation y est donc envisagée suivant une perspective interne, c’est-à-dire que les considérations externes ne sont ici prises en compte qu’en tant qu’elles ont un effet sur les objectifs de Tenzin Gyatso et/ou des réfugiés tibétains et, par extension, sur la définition de la nation.

41Le chapitre 2, premier volet du diptyque, s’intéresse au rôle de Tenzin Gyatso, le Dalaï-Lama, suivant, pour cela, une approche par le haut, ou top-down approach. J’envisage, ce faisant, la nation tibétaine comme une construction politique élaborée par le Dalaï-Lama, avec l’aide du gouvernement en exil, dans le but de remplir les deux objectifs de l’exil, c’est-à-dire, d’une part, l’indépendance du Tibet – un objectif politique –, et, d’autre part, la préservation des traditions et des coutumes tibétaines – un objectif identitaire –, ces deux objectifs étant évidemment liés. Les éléments qui entrent en jeu dans la définition de la nation proposée par Tenzin Gyatso apparaissent dès lors comme des manières de répondre à deux défis. Le défi identitaire, qui consiste à définir la nation tibétaine – et qui passe également par la (re)définition, dans l’exil, de l’institution pluriséculaire des Dalaï-Lamas, qui est au cœur même de la nation –, est en effet contraint par un défi politique, dans la mesure où Tenzin Gyatso doit constamment tenir compte des demandes des patrons occidentaux.

42Le chapitre 3, deuxième volet du diptyque, est consacré à la communauté des réfugiés tibétains en Inde, à qui s’adresse en premier lieu la définition de la nation proposée par Tenzin Gyatso. Je retiens ici une approche par le bas, ou bottom-up approach, pour préciser le rôle que les réfugiés tibétains jouent dans le nationalisme de l’exil. Je m’intéresse notamment à la manière dont ils comprennent, puis dont ils se réapproprient la nation qui leur est présentée. Il s’agit d’un processus de construction identitaire qui s’exprime en termes d’actions et de réactions. Tenzin Gyatso offre en effet un modèle identitaire spécifique aux réfugiés tibétains dans le monde entier, et en particulier en Inde, où la configuration des camps de réfugiés est la plus favorable à la promotion d’une identité commune. Les réfugiés tibétains se réapproprient alors l’identité proposée par Tenzin Gyatso – ils l’assimilent et la transforment pour en proposer une redéfinition qui soit davantage conforme à leurs attentes identitaires, et, ce faisant, ils participent activement au processus de construction identitaire puisque leurs perceptions et leurs revendications s’intègrent de fait à la conception officielle de l’identité tibétaine. Et ce jeu d’actions et de réactions apparaît dès lors comme une succession de trois étapes – construction, déconstruction et reconstruction – dans laquelle les deux principaux acteurs du nationalisme tibétain de l’exil s’engagent à la fois simultanément et alternativement. C’est dire aussi que la nation tibétaine n’est jamais fixée : elle est continuellement modifiée et, surtout, elle est toujours modifiable.

43Le chapitre 4, qui porte sur la place de l’Inde dans le développement du nationalisme tibétain, revient sur l’autonomie parfois revendiquée par Tenzin Gyatso, en mettant en avant un certain nombre de contraintes qui pèsent sur le nationalisme tibétain de l’exil. Il examine ainsi les diverses influences de l’Inde, de 1959, année de l’exil de Tenzin Gyatso, à 2009. L’Inde a-t-elle favorisé, ou au contraire entravé, le développement du nationalisme tibétain ? La question, qui présente une alternative simple, est pourtant délicate, et ce, principalement, pour deux raisons. D’une part, l’influence de l’Inde a évolué au cours de la période considérée ici. Il convient, dès lors, de retenir une approche chronologique et de rechercher les raisons qui sont susceptibles d’expliquer son changement d’attitude à l’égard des réfugiés tibétains, et, plus spécifiquement, à l’encontre du nationalisme tibétain, et, pour cela, de replacer son attitude dans le contexte, lui-même éminemment évolutif, des relations internationales, qui comprend, en premier lieu, les relations sino-indiennes – comment l’Inde compose-t-elle avec les pressions internationales, et, en particulier, avec les pressions de la Chine ? D’autre part, l’Inde est un mot qui recouvre de fait une réalité à plusieurs visages, c’est-à-dire que, si le gouvernement, ou l’Etat, peut évidemment avoir une influence sur le gouvernement tibétain de l’exil, ainsi que sur les réfugiés tibétains, le peuple est, lui aussi, amené à entrer en relation avec les réfugiés tibétains, et donc, indirectement, certes, à avoir un impact sur le nationalisme tibétain de l’exil. Il s’agit donc d’envisager l’influence de l’Inde à plusieurs niveaux qui correspondent aux différentes interactions possibles entre une Inde protéiforme et un nationalisme tibétain dont l’uniformité est elle-même douteuse – il y a ainsi un niveau interétatique, qui porte sur les relations bilatérales entre la Chine et l’Inde, un niveau interindividuel, qui examine les relations entre le Dalaï-Lama, Tenzin Gyatso, et les Premiers ministres indiens, à commencer par Jawaharlal Nehru, et un niveau intercommunautaire, qui s’attache aux relations entre les Tibétains et les Indiens.

  • 76 Voir annexe. Il s’agit d’un questionnaire établi notamment à partir des réflexions de Stéphane Bea (...)
  • 77 Les différents voyages en Inde, au cours desquels les entretiens avec des réfugiés tibétains sur l (...)
  • 78 Ce qui explique que, bien souvent, le questionnaire ne constitue qu’un prétexte pour se lancer dan (...)
  • 79 Sur l’ensemble du territoire indien, c’est-à-dire dans des régions différentes d’Inde, telles que (...)
  • 80 Le gouvernement tibétain en exil classe les camps de réfugiés tibétains en Inde en fonction de l’a (...)
  • 81 Les camps agricoles se trouvent principalement dans les plaines du sud, tandis que les camps agroi (...)

44Les sources utilisées pour mener à bien cette recherche sont de types bien différents, allant d’ouvrages et d’articles sociologiques et anthropologiques sur les réfugiés tibétains en Inde à des documents juridiques et des articles tirés de la presse tibétaine, en passant par des questionnaires que j’ai utilisés pour interroger les réfugiés tibétains. Une telle hétérogénéité s’explique par la nature même de la recherche entreprise ici, qui se situe résolument à la croisée de plusieurs disciplines, parmi lesquelles se trouvent, à des degrés variés, l’histoire, la science politique et l’ethnologie, avec quelques incursions en droit international et en linguistique. Le recours à l’une ou l’autre de ces disciplines, et, subséquemment, l’utilisation des différentes sources, est liée à la problématique interne à chaque chapitre. Il ne convient pas de s’attarder ici sur les sources utilisées, dont la nature apparaîtra clairement dans les différents chapitres, mais les questionnaires76 et les entretiens qui proviennent de recherches effectuées sur le terrain, de février 2004 à janvier 200877, et qui sont utilisés tout au long de la recherche menée ici, méritent toutefois quelques mots d’explication complémentaires. Les questionnaires s’inscrivent dans le cadre d’une enquête qualitative, et non d’une enquête quantitative, c’est-à-dire que les données obtenues, qui correspondent souvent à des réponses libres78, ne se prêtent pas à une analyse statistique. Le terrain correspond à un échantillon de camps de réfugiés tibétains en Inde, pour le choix desquels deux critères ont été retenus – l’accessibilité, mais aussi la représentativité, à la fois en termes de situation géographique et d’activité professionnelle. Il ne s’est donc pas agi de viser à l’exhaustivité, mais de retenir, parmi ceux qui sont les plus accessibles, non seulement des camps de réfugiés qui sont répartis sur l’ensemble du territoire indien79 mais encore des camps de réfugiés où s’exercent des activités professionnelles variées80 – sachant que ces deux critères se recoupent le plus souvent81. J’espère ainsi proposer un panorama de la situation des réfugiés tibétains en Inde et réfléchir aux enjeux à la fois passés et présents du nationalisme tibétain de l’exil.

Notes

1 J’ai choisi de désigner le quatorzième Dalaï-Lama par son nom, Tenzin Gyatso, plutôt que d’utiliser le terme usuel de Dalaï-Lama, de manière à éviter toute confusion – Tenzin Gyatso est ainsi la figure actuelle de l’institution, l’homme, l’actuel Dalaï-Lama, qui est ainsi distingué de l’institution elle-même, à laquelle je fais précisément référence en utilisant l’expression Dalaï-Lama. Les autres Dalaï-Lamas auxquels je me réfère au cours de ce travail de recherche sont de la même façon désignés par leur nom, ainsi que par leur position dans l’histoire des Dalaï-Lamas. Et il en va de même pour les Panchen Lamas et pour les Karmapas.

2 Voir, notamment, les travaux de Dibyesh Anand, Georges Dreyfus, Ashild Kolas et Frank Korom.

3 Voir, notamment, les ouvrages de Pierre-Antoine Donnet, Gilles Van Grasdorff, Isabel Hilton et Claude B. Levenson.

4 Voir, notamment, les ouvrages, souvent d’orientation historique, de Roland Barraux, Charles Bell, Hugh Richardson et David Snellgrove.

5 Voir, en particulier, l’article de Michael Lind sur le nationalisme libéral. (LIND, Michael, « In Defence of Liberal Nationalism », Foreign Affairs, 73, n° 3 (May-June 1994), pp. 87-99)

6 ACTON, John Emerich Edward Dalberg Acton, Baron, « Nationality » (1862), in ACTON, John Emerich Edward Dalberg Acton, Baron, Essays on Freedom and Power, New York, World Publishing Company, 1955 [1902, post. 1948], pp. 166-195.

7 Voir ANAND, Dibyesh « A Contemporary Story of “Diaspora”: The Tibetan Version », Diaspora, 12, n° 2 (Summer 2003), pp. 211229 ; GOLDSTEIN, Melvyn C., The Snow Lion and the Dragon: China, Tibet, and the Dalai Lama, Berkeley, University of California Press, 1997; SHAKYA, Tsering, The Dragon in the Land of Snows: A History of Modern Tibet since 1947, London, Pimlico, 1999.

8 J’utilise le terme « patron » pour me référer aux soutiens que les Tibétains reçoivent des Etats occidentaux ou de particuliers pour m’inscrire dans la continuité des relations que le Tibet entretenait habituellement avec les étrangers, d’Etat à Etat ou à titre individuel, et qui ont été qualifiées de relations « patron-prêtre », « maître religieux-protecteur laïc » (mchod-yon). Voir KLIEGER, Christiaan P., Tibetan Nationalism, The Role of Patronage in the Accomplishment of a National Identity, Meerut, India, Aranacha Publications, 1991.

9 Jusqu’en septembre 2008, le gouvernement tibétain en exil proposait sur son site les chiffres publiés par la Tibetan Demographic Survey, qui dataient de 1998 – le recensement faisait alors état de 85 000 réfugiés tibétains en Inde pour une population tibétaine de l’exil qui s’élevait à 111 170. Les chiffres proposés ici, qui correspondent aux nouvelles estimations pour la population tibétaine de l’exil en 2007 données par l’Office of the Planning Commission, sont basés sur le taux de croissance annuel de la population tibétaine de l’exil. (Voir le site du gouvernement tibétain en exil : http://www.tibet.net/en/index.php?id=9) Le gouvernement tibétain en exil a effectué un nouveau recensement en 2009 dont les résultats ne sont pas encore disponibles au moment de la rédaction.

10 Ce que William McNeill résume ainsi: « Without the classical inheritance and a system of education built upon the classics, without the peculiarities of medieval town life in northwestern Europe, without intensified communications playing upon a powerful surge of population growth, and without a military system that rewarded mass mobilization of the citizenry, modern nationalism could not have come into being, first in France and subsequently in other European countries ». (McNEILL, William H., Polyethnicity and National Unity in World History, Toronto, University of Toronto Press, 1985, p. 51)

11 Max Weber analyse brièvement l’évolution de la Chine (WEBER, Max, Economy and Society: An Outline of Interpretive Sociology, Berkeley, University of California Press, 1978, p. 924), tandis que William McNeill reprend rapidement les exemples de l’Inde et de la Chine. (McNEILL, Polyethnicity and National Unity in World History, p. 34; voir, également, p. 79) Voir, plus largement, les travaux d’Elie Kedourie de Benedict Anderson. (KEDOURIE, Elie, Nationalism in Asia and Africa, London, Weidenfeld and Nicolson, 1971 [1970], ANDERSON, Benedict, Imagined Communities: Reflections on the Origins and Spread of Nationalism, London, Verso, 1991 [1983], et ANDERSON, Benedict, The Spectre of Comparisons: Nationalism, Southeast Asia and the World, London, Verso, 1998)

12 Il déplore le caractère étranger du nationalisme en Asie et en Afrique et remarque sans nuances: « It is neither something indigenous to these areas nor an irresistible tendency of the human spirit everywhere, but rather an importation from Europe clearly branded with the mark of its origin ». (KEDOURIE, Nationalism in Asia and Africa, p. 29)

13 TAGORE, Rabindranath, Nationalism, New Delhi, MacMillan, 2001 [1917], pp. 106-107.

14 CHATTERJEE, Partha, Nationalist Thought and the Colonial World: A Derivative Discourse, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1986, p. 10.

15 BRUBAKER, Rogers, Nationalism Reframed: Nationhood and the National Question in the New Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, p. 13.

16 La version originale de cette approche est plus précise puisque Rogers Brubaker peut s’appuyer sur des subtilités de vocabulaire (notamment les distinctions qui existent en anglais entre « nation », « nationhood » et « nationness ») pour éclairer son propos : « We should focus on nation as a category of practice, nationhood as an institutionalized cultural and political form, and nationness as a contingent event or happening ». (BRUBAKER, Nationalism Reframed, p. 21)

17 BRUBAKER, Nationalism Reframed, p. 19.

18 KEDOURIE, Elie, Nationalism, London, Hutchinson University Library, 1961, p. 15; DEUTSCH, Karl, Nationalism and Its Alternatives, New York, Alfred A. Knopf, 1969, p. 19.

19 ACTON, « Nationality », p. 187.

20 C’est bien ce que laisse suggérer la version allemande originale « Staatsnation » du concept proposé par Friedrich Meinecke. (MEINECKE, Friedrich, Weltbürgertum und Nationalstaat, Friedrich Meinecke Werke, vol. 5, HERZFELD, Hans (éd.), München, R. Oldenburg, 1962 [1907])

21 Pour John Stuart Mill: « Sometimes it is the effect of identity of race and descent. Community of language, and community of religion, greatly contribute to it. Geographical limits are one of its causes. But the strongest of all is identity of political antecedents. » (MILL, John Stuart, « Considerations on Representative Government », in On Liberty, Representative Government, The Subjection of Women: Three Essays by John Stuart Mill, Oxford, Oxford University Press, 1912 [1859], p. 380) Max Weber explique quant à lui que: « It turns out that feelings of identity subsumed under the term “national” are not uniform but may derive from various sources. […] shared political memories, religion, language and, finally, racial features. » (WEBER, Economy and Society Society, p. 397). Et Alfred Cobban parle de: « language, religion, traditions, teritorial contiguity, natural frontiers, economic interests, race ». (COBBAN, Alfred, National Self-Determination, London, Oxford University Press, 1945, p. 107)

22 MILL, « Considerations on Representative Government », p. 380; WEBER, Economy and Society, pp. 922923; COBBAN, National Self-Determination, p. 107.

23 RENAN, Ernest, « Qu’est-ce qu’une Nation ? » (11 mars 1882), in Qu’est-ce qu’une Nation ? et autres écrits politiques, Paris, Imprimerie nationale, 1995, p. 240.

24 ANDERSON, Imagined Communities; HOBSBAWM, Eric J., Nations and Nationalism since 1780: Programme, Myth, and Reality, Cambridge, Cambridge University Press, 1990, p. 19 – voir également sa discussion sur la définition de la nation pp. 14-19.

25 « Nation-ness is the most universally legitimate value in the political life of our time. » (ANDERSON, Imagined Communities, p. 3)

26 ACTON, « Nationality », p. 181.

27 Pour Elie Kedourie, « The doctrine holds that humanity is naturally divided intonations, that nations are known by certain characteristics which can be ascertained, and that the only legitimate type of government is national self-government. » (KEDOURIE, Nationalism, p. 9) De même, pour Ernest Gellner, le nationalisme est « prima rily a principle which holds that the political and national unit should be congruent » (GELLNER, Ernest, Thought and Change, Chicago, University of Chicago Press, 1965, p. 1). Alfred Cobban, lui aussi, n’envisage l’autodétermination qu’en des termes politiques, à savoir, « the right of a nation to constitute an independent state and determine its own government for itself » (COBBAN, National Self-Determination, p. 104).

28 HANNUM, Hurst, « The Specter of Secession: Responding to Claims for Ethnic Self-Determination », Foreign Affairs, 77, n° 2 (March-April 1998) p. 16; BUCHANAN, Allen, « The Morality of Secession », in KYMLICKA, Will (éd.), The Right of Minority Cultures, Oxford, Oxford University Press, 1995, pp. 350-355.

29 COBBAN, National Self-Determination, p. 104.

30 Charte des Nations Unies, Articles 1(2) et 55. Voir http://www.un.org/french/aboutun/charte/txt.html. L’article 1(2) précise ainsi : « Développer entre les nations des relations amicales fondées sur le respect du principe de l’égalité de droits des peuples et de leur droit à disposer d’eux-mêmes, et prendre toutes autres mesures propres à consolider la paix du monde. » Voir également Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, article 1(1) et 1(3) (http://www.unhchr.ch/french/html/menu3/b/a_cescr_fr.htm) et Pacte international relatif aux droits civils et politiques, article 1(1) et 1(3) (http:// http://www.unhchr.ch/french/html/menu3/b/a_ccpr_fr.htm). Les articles 1(1), identiques, rappellent en effet que : « Tous les peuples ont le droit de disposer d’eux-mêmes. En vertu de ce droit, ils déterminent librement leur statut politique et assurent librement leur développement économique, social et culturel. »

31 La résolution 1514 (XV) du 14 décembre 1960, « Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux », rappelle « le respect des principes de l’égalité de droits et de la libre détermination de tous les peuples » et déclare que « 1. La sujétion des peuples à une subjugation, à une domination et à une exploitation étrangères constitue un déni des droits fondamentaux de l’homme, est contraire à la Charte des Nations Unies et compromet la cause de la paix et de la coopération mondiales. » Et que « 2. Tous les peuples ont le droit de libre détermination ; en vertu de ce droit ils déterminent librement leur statut politique et poursuivent librement leur développement économique, social et culturel. »

32 Il convient toutefois de préciser que, s’il se réfère clairement à deux concepts qui se rattachent directement au droit international, il ne présente néanmoins pas ses revendications sous la forme d’une démonstration juridique solidement argumentée – il a ainsi laissé aux juristes le soin de débattre des deux lignes de défense juridiques qu’il propose.

33 Les Tibétains tentent d’envoyer des délégations au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, en Inde et au Népal, délégations qui sont finalement déboutées. Voir DALAI-LAMA, My Land and my People, New Delhi, Srishti Publishers and Distributors, 1999 [1977], p. 81. Voir également DALAI-LAMA, Au loin la liberté, Paris, Fayard, 1990, pp. 9394. Il semble toutefois que les deux autobiographies soient quelque peu confuses sur la chronologie des événements.

34 DALAI-LAMA, My Land and my People, p. 249. Le texte complet de l’appel est disponible en appendice.

35 DALAI-LAMA, Au loin la liberté, p. 219.

36 The Question of Tibet and the Rule of Law, Geneva, International Commission of Jurists, 1959 et Tibet and the Chinese People’s Republic, Geneva, International Commission of Jurists, 1960.

37 DALAI-LAMA, My Land and my People, p. 256. Le texte de l’appel est disponible à la fin de son livre.

38 DALAI-LAMA, My Land and my People, p. 256. Le texte de l’appel est disponible à la fin de son livre.

39 Voir Memorandum From the Assistant Secretary of State for Far Eastern Affairs (Parsons) and the Acting Assistant Secretary for International Organization Affairs (Walmsley) to Secretary of State Herder du 5 août 1959. (Foreign Relations of the United States, 1958-1960, vol. 19, China, Glenn W. LaFantasie et al. (éd.), Washington, D.C., United States Government Printing Office, 1996, pp. 774-777). Voir également les télégrammes des 4 et 9 septembre 1959, respectivement de l’ambassade américaine en Inde au département d’Etat et du Département d’Etat à l’ambassade américaine de New Delhi (Foreign Relations of the United States, 1958-1960, vol. 19, China, p. 778, pp. 782-784).

40 DALAI-LAMA, My Land and my People, p. 230.

41 DALAI-LAMA, My Land and my People, p. 231.

42 DALAI-LAMA, My Land and my People, p. 257. Le texte de l’appel est disponible à la fin de son livre.

43 L’article 2 § 4 de la Charte des Nations Unies stipule que : « Les Membres de l’Organisation s’abstiennent, dans leurs relations internationales, de recourir à la menace ou à l’emploi de la force, soit contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique de tout Etat, soit de toute autre manière incompatible avec les buts des Nations Unies. » A ce principe s’ajoute l’article 2 § 6 qui précise que l’article 2 § 4 s’applique également aux Etats qui ne sont pas Membres des Nations Unies, ce qui est bien le cas de la Chine à ce moment-là : « L’Organisation fait en sorte que les Etats qui ne sont pas Membres des Nations Unies agissent conformément à ces principes dans la mesure nécessaire au maintien de la paix et de la sécurité internationales. »

44 L’article 39 stipule que : « Le Conseil de sécurité constate l’existence d’une menace contre la paix, d’une rupture de la paix ou d’un acte d’agression et fait des recommandations ou décide quelles mesures seront prises conformément aux Articles 41 et 42 pour maintenir ou rétablir la paix et la sécurité internationales. » Tandis que les articles 41 et 42 détaillent les mesures que le Conseil de Sécurité peut prendre à l’encontre de l’Etat contrevenant, à savoir, des mesures qui n’impliquent pas l’emploi de la force (article 41) et des mesures qui admettent le recours à la force (article 42).

45 Voir, à ce propos, DUPUY, Pierre-Marie, Droit international public, Paris, Dalloz, 2006, pp. 102-103.

46 SMITH, Warren W. (Jr.), Tibetan Nation: A History of Tibetan Nationalism and Sino-Tibetan Relations, Boulder, Co., Westview Press, 1996, p. 667.

47 AG Res. 1353 (XIV), 21 octobre 1959.

48 AG Res. 1723 (XVI), 20 décembre 1961.

49 AG Res. 2079 (XX), 18 décembre 1965.

50 ACTON, « Nationality », pp. 181-182.

51 SHAIN, Yossi (éd.), Governments-in-Exile in Contemporary World Politics, New York, Routledge, 1991, p. 1.

52 SAID, Edward W., Reflections on Exile and Other Essays, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 2000, p. 182.

53 Liisa Malkki s’intéresse plus particulièrement aux réfugiés : MALKKI, Liisa, « National Geographic: The Rooting of Peoples and the Territorialization of National Identity among Scholars and Refugees », Cultural Anthropology, 7, n° 1 (February 1992), pp. 24-44). Benedict Anderson s’intéresse de manière générale aux migrants (ANDERSON, Benedict, « Long-Distance Nationalism » in ANDERSON, The Spectre of Comparisons, pp. 58-74).

54 ANDERSON, « Long-Distance Nationalism » in ANDERSON, The Spectre of Comparisons, p. 74.

55 Le vocabulaire employé par Liisa Malkki, comprend, dans la version anglaise originale, et pour reprendre les traductions proposées ici, des expressions comme « the rooting of peoples » ou encore « territorial displacement ». (MALKKI, « National Geographic », pp. 24-44)

56 STEIN, Rolf A., La civilisation tibétaine, Paris, L’Asiathèque, 1987, p. 1.

57 Je pense, notamment, à Charles Bell. « High as the country is raised above the ordinary dwelling lands of the human race, higher still are the mountain masses that fence it off from neighbouring nations. » (BELL, Charles Alfred, Tibet, Past and Present, Oxford, Oxford University Press, 1968 [1924], p. 1) Et il ne s’agit là que de la première référence à l’isolement du Tibet; elle est suivie de nombreuses autres références: « the natural difficulties of entering Tibet and of travelling in its bleak uplands », « the spirit of seclusion », « standing thus alone », « she has lived in the main a life of her own to an extent hardly equalled in any other part of the earth », « the inaccesssablility of Tibet » et, enfin, « this isolated country » (BELL, Tibet, Past and Present, p. 1). Ce qui d’autant plus intéressant pour lui est que « Shut off from the outer world by their immense mountain barriers, Tibet still presented a virgin field of inquiry. » (BELL, Charles Alfred, The People of Tibet, Oxford, Clarendon Press, 1928, p. viii).

58 Rolf Stein, notamment, estime que : « Malgré son aspect apparemment isolé, des portes d’entrées ont, depuis l’antiquité, ouvert le Tibet à tous les vents. Ce n’est que sur nos cartes anciennes qu’il figure comme une tâche blanche et dans nos manuels d’histoire qu’il apparaît comme un pays resté à l’écart de l’histoire mondiale. » (STEIN, La civilisation tibétaine, p. 14) Voir également FEIGON, Lee, Demystifying Tibet: Unlocking the Secrets of the Land of the Snows, London, Profile Books, 2000, pp. 34 et, plus largement, pp. 3-23.

59 Les autorités chinoises parlent de libération pacifique du Tibet là où les nationalistes tibétains et, plus généralement, les Tibétains, ne voient qu’une agression et qu’une invasion de la Chine communiste.

60 Les nationalistes tibétains et, plus généralement, les Tibétains, parlent d’occupation du Tibet par les troupes communistes là où les autorités chinoises n’envisagent qu’une simple présence chinoise, ou han, au Tibet.

61 Il s’agit du nom abrégé de l’accord entre le gouvernement central populaire et le gouvernement local du Tibet sur les mesures pour la libération pacifique du Tibet. En anglais, « Agreement of the Central People’s Governement and the Local Government of Tibet on Measures for the Peaceful Liberation of Tibet ou SeventeenPoint Plan for the Peaceful Liberation of Tibet », disponible à l’adresse suivante: http://www.tibetjustice.org/materials/china/china3.html.

62 Il faut moins d’une année à l’Armée populaire de libération pour envahir le Tibet (du 7 octobre 1950 au 9 septembre 1951).

63 Chushi Gangdruk, qu’on peut traduire par « quatre rivières, six prairies » (« Four Rivers, Six Ranges »), est le nom donné au mouvement nationaliste armé qui regroupe les résistants du Kham (« quatre rivières ») et de l’Amdo (« six prairies »).

64 Plusieurs traductions semblent être admises pour la Tensung Tangla Magar, à savoir, National Volunteer Defense Army, Volunteer Freedom Fighters, Volunteer Army to Defend Buddhism et Volunteer Freedom Fighters for Religious and Political Resistance.

65 Trois semaines après la fuite de Tenzin Gyatso et les massacres qui ont eu lieu au Norbulingka, le général Gompo Tashi Andrugtsang, qui commande la Tensung Tengla Magar, doit, en raison de la supériorité écrasante des troupes communistes, abandonner le quartier général de Lokha.

66 Taktser Rinpoche est le nom de moine de Thupten Jigme Norbu – les deux noms sont utilisés, indifféremment, par les auteurs mentionnés ici.

67 Le quartier général de Mustang est situé à une altitude élevée et est particulièrement difficile d’accès, mais la proximité de la route Xinjiang-Lhasa lui donne une importance stratégique incontestable. Se reporter au chapitre 5, intitulé « The Fight for Tibet », de l’ouvrage de John Avedon pour plus de précisions. (AVEDON, John, In Exile from the Land of Snows, London, Michael Joseph, 1984)

68 Comme le rappelle John Avedon: « The Dalai Lama was not to be permitted to use India as a base for a Tibetan independence movement or to engage in politics of any kind. » (AVEDON, In Exile from the Land of Snows, p. 66) Il précise également que les pouvoirs du gouvernement en exil sont circonscrits et que les ressources dont disposent les réfugiés tibétains sont limitées. (AVEDON, In Exile from the Land of Snows, pp. 105-106)

69 Tsepon Shakabpa explique: « On hearing that the Chinese had dissolved their government, the Dalai Lama and his party immediately formed a new temporary government on March 29, 1959, at Yugyal Lhuntsu, during their flight to India. » (SHAKABPA, Tsepon, Tibet: A Political History, New Haven, London, Yale University Press, 1967, pp. 319-320)

70 Le Tibetan Youth Congress a été créé le 7 octobre 1970. Opposition loyale au gouvernement en exil les premières années, il devient plus résolument engagé par la suite. Le 10 mars 1977, il organise sa première manifestation devant l’ambassade de Chine à New Delhi, qui est suivie, le 20 mars 1977, par une grève de la faim visant à obtenir l’application des trois résolutions des Nations Unies sur le Tibet.

71 RENAN, « Qu’est-ce qu’une Nation ? », p. 245.

72 L’idée que c’est le nationalisme qui crée la nation est développée par Lord Acton et Alfred Cobban, pour qui le nationalisme peut créer la nation par l’intermédiaire de l’Etat, mais aussi par Ernest Gellner, pour qui le nationalisme peut aussi créer la nation par l’intermédiaire d’un simple mouvement nationaliste. (GELLNER, Thought and Change, p. 168)

73 GELLNER, Thought and Change, pp. 48-49.

74 KEDOURIE, Nationalism in Asia and Africa, p. 36.

75 Les historiens envisagés s’accordent en effet pour commencer l’histoire datée du Tibet au viie siècle.

76 Voir annexe. Il s’agit d’un questionnaire établi notamment à partir des réflexions de Stéphane Beaud, Florence Weber, Jean-Claude Combessie et Olivier Schwartz.

77 Les différents voyages en Inde, au cours desquels les entretiens avec des réfugiés tibétains sur la base du questionnaire ont été menés, ont eu lieu, respectivement, de février à mars 2004, en décembre 2004, de septembre à décembre 2005, en juillet 2006 et en janvier 2008.

78 Ce qui explique que, bien souvent, le questionnaire ne constitue qu’un prétexte pour se lancer dans une discussion au cours de laquelle de nombreuses autres questions liées à la communauté tibétaine de l’exil sont abordées.

79 Sur l’ensemble du territoire indien, c’est-à-dire dans des régions différentes d’Inde, telles que les montagnes préhimalayennes – Dharamsala, le siège du gouvernement tibétain en exil, mais également, au nordest, Mussoorie, Dehra Dun, Manali et Simla, et, dans la région de Calcutta, Darjeeling, Kalimpong et, au Sikkim, Gangtok et Ravongla –, les plaines du sud – Bylakuppe, Hunsur et Mundgod, dans le Karnataka –, et les grands espaces urbains – l’exemple retenu est Majnu-Ka-Tila à New Delhi.

80 Le gouvernement tibétain en exil classe les camps de réfugiés tibétains en Inde en fonction de l’activité professionnelle principale qui y a cours – il y ainsi des camps agricoles, des camps agroindustriels et des camps artisanaux. Voir le site officiel du gouvernement tibétain en exil : http://www.tibet.net/en/index.php?id=307&rmenuid=10.

81 Les camps agricoles se trouvent principalement dans les plaines du sud, tandis que les camps agroindustriels, de même que les camps artisanaux, se trouvent plutôt dans les montagnes pré-himalayennes. Il est à noter que Majnu-Ka-Tila, et, plus généralement, les camps plus ou moins sauvages qui sont apparus dans les grands espaces urbains, ne sont pas répertoriés par le gouvernement tibétain en exil, qui ne liste, lui, que les camps de réfugiés tibétains officiels, soit 35 camps en Inde – ce qui n’empêche pas que Majnu-Ka-Tila soit digne d’intérêt pour la recherche entreprise ici.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable