Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les réfugiés tibétains en Inde

 | 
Anne-Sophie Bentz

Préface

Christophe Jaffrelot

Texte intégral

1L’ouvrage d’Anne-Sophie Bentz se situe au croisement d’une multitude de questions, toutes plus riches d’enseignements les unes que les autres.

2Au plan théorique, ce beau texte nous renseigne sur les formes que peut prendre le nationalisme, dont l’étude constitue un sous-ensemble maintenant bien établi des sciences sociales. Le rapport à l’autre s’y révèle structurant – que l’autre soit chinois ou indien, d’ailleurs – et dans cette perspective de compétition avec autrui, la relation à une « histoire réinventée » joue un rôle essentiel : comme dans tant de cas analogues, le nationalisme tibétain ne se comprend pas sans le détour par l’invention d’un Age d’Or, où tous ses héritiers peuvent puiser une identité commune.

3S’agissant du nationalisme tibétain, toutefois, l’apport théorique est d’autant plus intéressant qu’il s’agit d’une idéologie de l’exil et que cette étude de cas vient nuancer les thèses de Benedict Anderson concernant le long distance nationalism. Anderson considère en effet que l’éloignement des exilés favorise leur radicalisation politique, un phénomène qu’en l’occurrence nous n’observons pas, le Dalaï-Lama étant parvenu à maintenir son peuple sur une ligne modérée.

4Le rôle du Dalaï-Lama constitue au demeurant l’autre trait spécifique du nationalisme tibétain. Rarement, en effet, une nation se sera à ce point construite sur le charisme d’un homme et lui aura dû sa vitalité au point de se confondre parfois avec sa personne – ce qui pose évidemment la question de sa pérennité, sous sa forme actuelle tout au moins.

5Cet ouvrage vaut bien sûr aussi pour l’étude sociologique et culturelle des Tibétains installés en Inde. On dispose là d’une monographie très éclairante, dont l’une des grandes sources d’intérêt pour le « politiste » tient évidemment à la façon dont ce peuple exilé s’est doté de structures politiques de type démocratique, reproduisant en un sens le modèle de l’Etat-Nation qui passe par le Demos.

6Enfin, ce livre passionnera tous les spécialistes en relations internationales qu’interroge le rapport compliqué qu’entretiennent l’Inde et la Chine. Depuis plus d’un demi-siècle la question tibétaine constitue en effet une pomme de discorde entre les deux pays. Mais les choses changent. Si New Delhi, à l’époque de Nehru a eu le courage de ses ambitions démocratiques, elle évite, depuis quelques années, d’apparaître comme le protecteur trop voyant du Dalaï-Lama.

7Le lecteur – qu’il soit déjà initié ou profane – trouvera donc dans les pages qui suivent de nombreuses raisons de se féliciter d’avoir ouvert cet ouvrage, pour lequel je tiens à remercier Anne-Sophie Bentz de m’avoir demandé de le préfacer.

Auteur

Directeur de recherche au CERI-Sciences Po/CNRS

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable