Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une économie solidaire peut-elle être féministe ?

 | 
Christine Verschuur
, 
Isabelle Guérin
, 
Isabelle Hillenkamp

Solidarités, féminismes et rapport au politique

Les initiatives solidaires de femmes et les pouvoirs publics : une dure confrontation

Madeleine Hersent

Texte intégral

1Dans de nombreux pays, presque dans tous les pays, des inégalités persistent et parfois prolifèrent et augmentent. On observe notamment une féminisation inquiétante de la pauvreté. Les femmes sont souvent les personnes les plus touchées par les dégradations socio-économiques et les effets du libéralisme. Beaucoup de femmes confrontées à des situations de pauvreté ou de précarité ont absolument besoin d’assurer un revenu pour leur survie et celle de leurs enfants. Mais leur accès à l’emploi et leurs conditions de travail sont souvent difficiles (faibles rémunérations pour des travaux fatigants, pénibilité, flexibilité, horaires inadaptés, etc.). Des groupes de femmes se mobilisent pour changer cet état de choses. Des associations de femmes développent des initiatives pour satisfaire des besoins fondamentaux de types variés : nourriture, logement, alphabétisation, éducation, besoins relationnels, services. Elles créent des activités leur permettant à la fois d’assurer un revenu et d’utiliser leurs différents savoirs et compétences souvent acquis dans des conditions d’existence difficiles où il faut mobiliser toute son énergie et ses forces pour survivre. Ces projets favorisent le renforcement des capacités des femmes et leur émancipation sociale et professionnelle. En France, ces initiatives voient souvent le jour dans des territoires où les besoins en service sont criants : zones rurales désertifiées, quartiers sensibles en périphérie des grandes villes. Elles mobilisent souvent des femmes immigrées qui subissent une triple discrimination due à leur situation de femmes, d’immigrées et de personnes vivant dans des conditions socioéconomiques difficiles et qui voient dans ces projets une manière dynamique de se projeter dans l’avenir et de créer des modèles positifs d’intégration. La création d’activité, et en particulier l’entrepreneuriat collectif, représente une piste fructueuse pour répondre à des questions relevant de la recherche d’un meilleur vivre ensemble et à l’aspiration à une société plus égalitaire. Les collectifs de femmes créent souvent des activités à partir de savoir-faire maîtrisés, c’est pourquoi de nombreux projets émergent autour de la cuisine car créer une activité collective est complexe et les femmes souhaitent le faire dans un domaine qu’elles maîtrisent et autour de connaissances qu’elles peuvent partager. Dans les pays du Nord, la législation du travail a son importance et les activités ne peuvent pas se dérouler de manière informelle comme dans certains pays du Sud. C’est un véritable enjeu de concevoir une activité formelle avec des personnes correctement rémunérées. C’est pourquoi le rapport avec les politiques publiques est important et conditionne la réalisation de ces activités.

Économie solidaire et action publique

2Les démarches collectives permettent d’initier des projets de création d’activité de services, en particulier dans le domaine de la restauration, de la confection (création, retouche, laverie…) mais aussi des services de garde d’enfants, de transports collectifs. Ces initiatives citoyennes se retrouvent dans la mouvance de l’économie solidaire (Hersent 2008).

3Le rapport entre action publique et initiatives solidaires est essentiel dans les démarches hybrides de l’économie sociale et solidaire qui réinterrogent les frontières entre le marché et l’État. Jean‑Louis Laville pose la question dans ces termes :

Les changements dans l’action publique concourent-ils à une publicisation d’initiatives auparavant ignorées en réaction contre les phénomènes d’accroissement des inégalités et d’épuisement des ressources non renouvelables, autant que contre une vision performatrice de la régulation au seul marché ? Dans ce cas, les expériences d’économie solidaire seraient en mesure d’infléchir les modes d’action publique. (Laville 2011, 19).

4Pour tenter de peser sur les décisions qui les concernent, différentes structures et initiatives se sont regroupées d’abord dans l’Inter réseau d’économie solidaire, puis, depuis 2000, dans le Mouvement d’économie solidaire (MES). Les objectifs du regroupement tels qu’ils sont définis en 1997 sont d’aider à la création et au développement d’initiatives citoyennes, de faire reconnaître d’autres modèles de développement politique et économique en mettant la personne humaine au centre des préoccupations, et de renforcer la capacité d’action des acteurs.

5Ce projet se situe clairement dans une perspective politique, dans une démarche de lutte contre les inégalités et les discriminations. Les initiatives s’efforcent de « construire au quotidien une autre mondialisation » selon les termes employés dans la synthèse de la conférence sur l’économie solidaire au Forum social mondial de Porto Alegre en 2002. Ces initiatives sont portées par des acteurs atypiques relativement en marge des circuits traditionnels. Nous avons choisi le terme d’initiatives car il nous paraît révélateur des démarches mises en œuvre par les citoyen·nes. C’est ce qui fait leurs forces et leurs faiblesses. Force dans la vitalité, la créativité et l’énergie des initiatives, mais faiblesse dans leur surface sociale qui représente un véritable handicap dans un monde clivé entre les puissant·es, les notables et les autres. La reconnaissance est davantage liée au réseau d’appartenance et au système relationnel qu’aux actions et réalisations elles-mêmes. De plus, leurs contraintes économiques multiples fragilisent les acteur·trices dans les négociations. Pour beaucoup, la construction des initiatives est créatrice de leur propre emploi, ce qui est un point fort mais crée des obligations, une tension supplémentaire et parfois des concurrences sauvages pour la survie économique des personnes et des regroupements. Cette tension est renforcée actuellement par les politiques publiques qui mettent les structures en concurrence par un système d’appel d’offre correspondant aux logiques du marché et peu adapté aux structures hybrides. De plus, la politique actuelle tend à ne reconnaître que les grosses structures ou les regroupements importants en nombre ou pouvant présenter un poids économique certain. Or les initiatives solidaires sont dans une autre logique davantage axée sur la qualité de l’intervention et les démarches démocratiques et participatives. Elles souhaitent des regroupements respectueux de leur identité et de leur dynamique qui permettent un renforcement des actions et des organisations. Elles choisissent l’organisation en réseau car dans ce mode d’organisation, « la reconnaissance sociale passe moins par l’accession aux postes officiels que pas l’investissement effectif de ses membres dans des actions concrètes » (Fraisse 2002, 120). Leur logique entre en tension avec les logiques des pouvoirs publics qui les vivent comme trop éclatées et trop divisées et ne les intègrent guère dans les négociations. Cette situation ne favorise pas un dialogue constructif qui permettrait un diagnostic commun sur les besoins, les demandes et les solutions à inventer dans une co-construction de politiques publiques. Au contraire, on observe un raidissement et la persistance de malentendus dommageables pour les citoyen·nes. Les regroupements d’initiatives sont très souvent perçus par les pouvoirs publics, administrations et élus, comme des contre-pouvoirs qui suscitent la suspicion. Leur rôle de cohésion, de lien social et de transformation sociale et politique est insuffisamment visible. Leur apport potentiel à la construction de solutions politiques n’est pas reconnu. Ce souci de respect des dynamiques a des conséquences dans l’organisation collective. Les acteurs de la mouvance ont tendance à l’éparpillement et à la dispersion et ont des difficultés pour s’organiser collectivement pour se faire entendre. Leur difficulté à simplement exister, leur besoin de reconnaissance, génèrent une tentation de renfermement nuisible et une difficulté à se doter de porte-paroles politiques à qui on fait confiance sur quelques principes pour négocier. À ceci s’ajoutent des jeux d’acteurs qui augmentent la confusion. Les changements réguliers d’appartenance et de dénomination, la création de pseudo-collectifs, l’auto‑proclamation, le syndrome du « cow-boy solitaire » ne facilitent pas la construction de collectifs forts aptes à se faire reconnaître et à peser sur les décisions.

6De plus dans ce secteur comme ailleurs, les clivages sont forts entre les différentes catégories d’acteur·trices. Ceci est particulièrement dommageable dans un champ porteur d’une utopie créatrice qui gagnerait à être construite dans des démarches adaptées aux évolutions du mouvement social. Le secteur bénéficie d’un réseau de chercheur·es en économie sociale et solidaire, le Réseau interuniversitaire de l’économie sociale et solidaire, qui permet un apport important d’analyses pour une reconnaissance de pratiques encore mal identifiées. Mais ce réseau fonctionne entre universitaires depuis plusieurs années et laisse peu de place à la co-construction avec les acteur·trices, à quelques exceptions près qui sont très fructueuses. La collaboration de Laurent Gardin du Centre de recherche et d’information sur la démocratie et l’autonomie (CRIDA), avec le Comité national de liaison des régies de quartiers (CNLRQ), en 2009, a favorisé une sensibilisation du réseau et de ses partenaires et a abouti à une publication rigoureuse sur le fond et attractive sur la forme. La publication Pour une autre économie de l’art et de la culture (Colin et Gautier 2008) a favorisé également le partage de connaissances entre différents acteurs particulièrement de l’Union fédérale d’intervention des structures culturelles (UFISC) qui regroupe les acteurs culturels et des membres du Centre national d’appui et de ressources (CNAR) de la filière culture et des chercheur·es. Il a permis « de rendre visibles des initiatives et aussi de produire du débat : sur les modalités de travail, sur les équilibres économiques et la façon dont ceux‑ci sont confortés ou non par les politiques publiques » (Colin et Gautier 2008, 147). Des politiques se mettent en place à différents niveaux territoriaux : local, régional national, international. Les connexions avec les réseaux d’acteur·trices sont toujours complexes dans un champ où la co-construction des politiques publiques est une nécessité. Trop souvent les politiques se déclinent sous la forme de plan de l’économie sociale et solidaire, de rencontres spécifiques, de maison de l’économie sociale et solidaire, dans lesquels les acteur·trices ne se retrouvent guère. La récente loi de l’économie sociale et solidaire ne déroge pas à cette règle. Deux questions se posent à l’ensemble des acteur·trices : la définition des priorités d’action, la transmission et le partage des savoirs. Les différentes parties concernées partagent, au-delà des valeurs, des pratiques communes sur la manière de travailler au renforcement de la capacité d’action des personnes et des collectifs, et en accompagnement. Ils mettent en œuvre également des pratiques communes sur le partage des savoirs et sur le lien entre action et réflexion. Il s’agit aujourd’hui de mettre des mots collectivement construits sur des pratiques communes qui différencient l’économie solidaire d’autres collectifs. Des démarches prenant appui sur les croisements entre chercheur·es et acteur·trices tels qu’ils fonctionnent au Brésil ou au Québec sont productives. L’atelier « Théories et pratiques de l’économie sociale et solidaire au Nord et au Sud », qui s’est déroulé à Luxembourg lors des rencontres « Globaliser la solidarité » en avril 2009, a développé plusieurs propositions dans ce sens : institutionnaliser des dispositifs de recherche-action et de co-construction des savoirs entre chercheur·es-acteur·trices comme les incubateurs au Brésil ou les Alliances de recherche universités-communautés (ARUC) au Québec. L’atelier a également réfléchi à l’opportunité de réaliser une cartographie et une alliance internationale des dispositifs de recherche-action sur l’économie sociale et solidaire pour les promouvoir et les diffuser. Ce travail entre chercheur·es et acteur·trices est un préalable pour pouvoir co-construire des projets et des programmes avec les institutionnels et les politiques en s’appuyant sur des analyses fiables. Plusieurs conseils régionaux, en France, ont mis en place des programmes pour faciliter la rencontre et approfondir la réflexion entre différentes catégories d’acteur·trices mais cela demeure globalement marginal en regard des évolutions du milieu.

7L’économie sociale et solidaire nous paraît devoir faire face à deux défis pour faire reconnaître sa conception économique et sa démarche d’auto‑organisation dans une société très clivée et normative. La logique de contestation du marché portée par la revendication de l’hybridité des ressources de l’économie sociale et solidaire ne facilite pas non plus le soutien à des initiatives souvent vécues comme dérangeantes qui s’adaptent mal aux cadres préétablis. Malgré l’effet de mode de l’économie sociale et solidaire, beaucoup constatent que ces initiatives doivent servir à défricher le marché et ensuite faire la preuve qu’elles peuvent se passer de subvention pour intégrer le marché. Des discours consensuels saluent ses buts mais il n’en reste pas moins que l’idée de l’économie sociale et solidaire comme économie de la réparation est largement partagé. Quand des initiatives solidaires interviennent dans une dynamique d’autonomisation, dans les faits elles sont rarement soutenues et ont des difficultés à se mouler dans une législation peu adaptée. De fait elles sont poussées à s’inscrire dans les dispositifs de l’insertion par l’activité économique qui limitent à deux années le temps de réinsertion, même si elles souhaitent développer leur intervention dans la durée. La spécificité de la démarche et la nécessaire hybridité des ressources, essentielles pour la cohérence des projets, demeurent peu audibles et peu soutenues. Il est difficile d’intervenir dans l’entre-deux, de questionner la complexité dans l’époque actuelle. L’économie sociale et solidaire se trouve face à un problème de positionnement pour faire reconnaître ses spécificités. La construction d’alternatives axées sur une pédagogie de la réussite demeure difficile à revendiquer à l’ère du politiquement correct fondé principalement sur la contestation et la revendication. L’exploration de voies de traverse où les personnes construisent ici et maintenant un autre rapport à l’économie fait l’objet de nombreuses critiques et résistances. Les initiatives sont regardées et critiquées à l’aune des risques de dérive et de remise en cause des « acquis » (Vacquin 2008) et ne sont pas vues dans ce qu’elles représentent de potentialités et d’éléments contributifs à un autre modèle de société.

8Le deuxième défi tient aux dynamiques liées aux profils des promoteur·trices de projet. Les initiatives de l’économie sociale et solidaire sont souvent portées par des acteur·trices atypiques, ce qui ne facilite pas leur reconnaissance. Un ouvrage récent leur donne la parole (Hersent et Palma Torres 2014). L’égalité des droits économiques et sociaux est encore largement à construire dans une société qui revendique la liberté surtout dans un sens libéral et sur le modèle des entreprises classiques. L’aspect collectif de nombreuses initiatives redouble ce déficit de reconnaissance dans une période où les réussites personnelles et individuelles sont encensées, ainsi que la figure mythique du gagneur. Quand il s’agit de femmes de milieu populaire et parfois d’origine immigrée, la discrimination négative s’emballe. Si les droits sont de plus en plus égaux, leur accès reste fondamentalement inégal et leurs effets le plus souvent sexués.

Les initiatives de femmes face à l’action publique

9Les initiatives solidaires de collectifs de femmes dans les zones sensibles urbaines connaissent des tensions particulières avec les élus et les administrations qui rendent la création et le développement de ces initiatives problématiques. Ces démarches ont fait la preuve de leur intérêt pour la cohésion sociale et territoriale. Dans une recherche, Denyse Coté et Danielle Fournier ont démontré « qu’une conception féministe de l’économie sociale, celle fondée sur la reconnaissance des “infrastructures sociales” ou de travail bénévole de construction du tissu social qui est souvent celui des femmes, permet de mieux atteindre des objectifs de créations d’emplois » (Côté et Fournier 2005, 42). Pourtant, les obstacles et résistances auxquelles les initiatives de femmes sont confrontées demeurent nombreux. Nous faisons l’hypothèse que le mode de création choisi entraîne par lui‑même des tensions, lesquelles se trouvent renforcées par le fait qu’il s’agit de femmes de milieu populaire et souvent d’origine immigrée. Le fait de vouloir créer une activité collective où les femmes partagent de manière égalitaire les responsabilités et les tâches en répondant à la fois aux besoins identifiés dans le quartier mais aussi aux capacités collectives des personnes génère de très fortes résistances. Défendre dans les faits un droit à l’initiative économique pour toutes et tous, c’est à dire se mettre en capacité de transgresser les rôles assignés par des démarches innovantes, génère de la violence institutionnelle. Le fait de vouloir mettre en cohérence le triptyque valeurs, pratiques, modes d’organisation, de dépasser les discours lénifiants par des actes et des réalisations concrètes, suscite de nombreux freins. Il nous semble que ces initiatives tentent de réaliser le croisement entre transformation sociale, capacité de mobilisation citoyenne et modèle économique spécifique. Ces initiatives s’appuient sur de la coopération, de la solidarité et de l’autonomie sans lesquelles elles ne pourraient pas fonctionner, mais ces modes d’intervention génèrent aussi des résistances singulières car ils vont à l’encontre du modèle dominant qui est largement relayé par les administrations intervenant sur l’économique et le social.

10La principale difficulté provient d’un problème de reconnaissance et de légitimité de ces actions et des personnes qui les initient. Les démarches de création sont toujours longues et complexes dans un contexte peu propice à l’innovation et aux prises de risque. Les femmes qui se lancent dans ces aventures sont confrontées à de nombreuses difficultés : problème de reconnaissance et de légitimité face au milieu professionnel, de crédibilité face au milieu bancaire, de confiance en soi. Ces questions ont été largement étudiées (Hersent 1993) depuis une vingtaine d’années. Les premières interventions du Ministère du droit des femmes pour sensibiliser les femmes à la création d’entreprise s’adressaient au public féminin dans son ensemble. De fait, elles ont surtout concerné un public qui bénéficiait d’un capital social et d’un capital économique, public cadre ou cadre supérieur. Quand on est une femme demandeuse d’emploi, lorsqu’on cumule inégalité sociale et inégalité de sexe, la route est difficile. Nous pensons particulièrement aux faïencières de Longwy, dans l’est, qui avaient tenté de reprendre leur entreprise en coopérative, en créant de nouveaux modèles décoratifs mais qui, faute de soutien adapté et de reconnaissance de la spécificité de leur démarche collective, ont dû se résoudre à fermer l’entreprise (Hersent et Mahiou 1986) et à retourner au chômage. Mais actuellement les questions de classe sociale demeurent complexes à faire reconnaître et nous nous interrogeons sur la difficulté des pouvoirs publics à entendre des démarches singulières portées par les personnes elles-mêmes. Les pouvoirs publics ont tendance à penser la réalité à partir de la vision qu’ils en ont.

11Ces initiatives souffrent d’un déficit de crédibilité ou d’une discrimination négative (Laville 2011). La légitimité du choix de la démarche d’émancipation, d’autonomisation et du mode d’organisation nécessaire pour la réaliser n’est pas reconnue. La place des femmes, leur implication dans le renouvellement des dynamiques collectives, et particulièrement dans le champ de l’économie solidaire, témoigne d’un dynamisme, d’une énergie et d’une recherche de solutions pragmatiques et politiques qui devraient être accompagnées. Ces initiatives se retrouvent à l’intersectionnalité de plusieurs problématiques (Williams Crenshaw 2005) ou de plusieurs mouvements sociaux (Fraser 2005) en articulant de manière dynamique les trois composantes de genre, d’origine et de différence sociale (Dorlin 2005). Alors qu’ils engagent l’avenir, qu’ils sont des lieux d’un meilleur vivre ensemble, ces projets doivent toujours convaincre car ils n’entrent ni dans les cadres ni dans les représentations dominantes. Ils dérangent, perturbent. Les montages sont fort complexes car ces projets, ancrés dans une économie de vie, sont transversaux et dépassent la séparation persistante entre l’économique et le social. Ils ont du mal à entrer dans les cases pré‑établies et dans la catégorisation par public qui caractérise les politiques de l’emploi aujourd’hui. Ces projets articulent de manière dynamique des questions liées à la santé, à l’éducation, la culture et au politique dans le sens étymologique du terme. Comme le souligne Naila Kabeer « Les problèmes des femmes sont liés à leurs multiples rôles, d’ouvrières, de mères, de conjointes et de syndicalistes, ainsi qu’au stress dû à l’incompatibilité entre maternité et travail » (Kabeer 2011, 259). C’est ce qui rend ces projets complexes à mettre en œuvre dans une société très parcellisée. De plus, ces projets se heurtent souvent à la rigidification de personnels administratifs qui ne maîtrisent plus l’ensemble du système et s’accrochent d’autant plus à leurs prérogatives. Les initiatives de femmes sont condamnées à expérimenter en permanence même quand elles ont fait la preuve de leur utilité. Les projets des femmes s’inscrivent dans les territoires ciblés par les politiques de la ville, ce qui devrait simplifier les procédures, mais de fait les complexifie. L’apparition de promoteurs, de développeurs, de plus en plus spécialisés, a creusé un écart croissant entre décideur·euses et habitant·es. Les discours sur la participation se font, dans le même temps, de plus en plus incantatoires. Se spécialisant de plus en plus, prise dans des situations de grande complexité multipartenariale, cette politique s’adresse à un public averti qui partage les codes et les règles du jeu. On constate aussi une tendance au déclaratif avec un décalage entre le discours et le réel. L’important n’est pas d’agir mais de dire qu’on va agir, de justifier de nombreuses interventions d’experts, consultants, chercheurs. La parole des femmes est souvent confisquée par des travailleurs sociaux, des éducateurs, qui maîtrisent mieux les règles et le langage institutionnel et s’expriment à la place des femmes.

Les enjeux des initiatives de femmes

12L’enjeu économique est particulièrement complexe à mettre en œuvre car les femmes sont traditionnellement cantonnées dans le secteur social. De plus, les politiques d’immigration en direction des mères de famille se sont concentrées sur l’alphabétisation ou la médiation entre cultures d’origine et administration, mais ne sont pas centrées sur l’émancipation sociale et professionnelle des femmes de ces quartiers. Ainsi, les actions en direction des femmes n’ont guère favorisé la création d’emploi, la formation professionnelle, mais ont davantage porté sur l’économie domestique ou sur l’insertion sociale.

13La spécificité des démarches de femmes qui veulent articuler création d’emplois et cohésion sociale est peu audible. Actuellement, on assiste à une confusion entre création d’entreprise et montage d’initiatives économiques solidaires. Le modèle de création est issu de l’entreprise classique. On veut faire des chef·fes d’entreprise qu’on coache, à qui on apprend à faire des businessplan et qu’on forme à tous les outils de l’entreprise classique qui demeure le modèle de référence. Alors que les femmes revendiquent une manière singulière de faire de l’économie par l’entrepreneuriat collectif et par des porosités entre les différentes sphères privées et publiques, elles sont souvent rabattues sur les formes traditionnelles de l’entreprise avec sa hiérarchie. Le mythe du créateur ou de la créatrice d’entreprise libérale sévit. Ceci est renforcé par le fait que ces actions sont initiées par un public atypique subissant une triple discrimination, qui veut s’autonomiser et maîtriser ses formes propres d’indépendance. Freins et obstacles ne manquent pas pour celles qui sont l’objet des trois discriminations majeures de notre société, sociale, ethnico-culturelle, sexuelle. Nathalie Frigul souligne le cumul de difficultés rencontrées par les femmes étrangères : « Les femmes étrangères sont davantage exposées aux inégalités sociales pour différentes raisons liées au statut social et professionnel, aux problèmes de la langue, aux méconnaissances des procédures administratives, à l’absence de protection syndicale, mais aussi à la peur de perdre un emploi, dans un contexte où c’est l’emploi qui donne la légitimité de la présence en France » (Frigul 1999, 33). Ces femmes sont discriminées du fait de leur origine, ou de leur situation socioéconomique, ou encore parce qu’elles vivent dans un quartier de relégation, quelles que soient leurs compétences et leurs qualifications. Pourtant ces initiatives jouent un rôle important pour les quartiers. Les associations interculturelles de femmes s’inscrivent dans une volonté d’instaurer un meilleur vivre ensemble par une connaissance et un respect mutuels, des actions communes. Ces associations se créent en rupture avec les associations communautaires en majorité masculine qui existent dans ces quartiers. Elles tentent de faire un pont entre culture d’origine et culture du pays d’accueil et de lutter contre la montée des intégrismes et la dégradation de la vie sociale.

14Quand les femmes veulent se prendre en charge en initiant des activités économiques, les rumeurs et les fantasmes circulent. On a parfois l’impression qu’elles se lancent dans un chemin interdit en transgressant le rôle traditionnel de mère et d’épouse dans lequel on veut les cantonner. Nous avons d’ailleurs régulièrement entendu dire que le travail des femmes dans les quartiers renforçait la démission des pères et favorisait à terme la délinquance. Ces initiatives de femmes subissent la « culture de la suspicion » que revendiquent certains hauts fonctionnaires et qui peut se manifester par un contrôle comptable musclé, aller jusqu’à des contrôles plus routiniers des Renseignements généraux voulant savoir où elles achètent leur garde-robe, en passant par le contrôle de l’administration fiscale contestant les engagements associatifs d’une responsable d’activité. Les audits des différents ministères, les contrôles d’hygiène et de sécurité, les contrôles des inspecteurs du travail que connaissent régulièrement ces initiatives, laissent toujours perplexes quand on voit les conditions dans lesquelles fonctionnent de nombreux restaurants commerciaux. Les femmes se retrouvent face à une culture de la parole, de la déclaration, culture masculine, culture de la suspicion. Parfois, d’étranges alliances se tissent entre les représentants de certaines administrations et ceux des associations communautaires pour que les actions des femmes ne soient pas soutenues, voire même freinées. Si la montée des intégrismes, le retour aux valeurs traditionnelles patriarcales ne sont pas corrigés, compensés par une volonté publique d’égalité républicaine, comment s’étonner du désespoir que cela engendre, de la dégradation de la vie de ces cités, de situations extrêmes, des réactions de racisme et machisme, de la montée du Front national ?

15Ensuite se pose la question de la responsabilisation. Qui est légitime pour prendre en compte l’intérêt général en répondant à des besoins non couverts identifiés par la société civile ? La capacité d’un collectif associatif à intervenir sur des questions d’intérêt collectif qui seraient de la compétence des élus du peuple est contestée. Les associations sont vite perçues comme un contrepouvoir par les élus qui cherchent à les instrumentaliser. Se faire reconnaître comme interlocuteur ou partenaire pour l’avenir d’un territoire est complexe. Une autre difficulté à laquelle sont confrontées les initiatives d’économie solidaire est celle du mode d’organisation choisi. Les instigatrices de ces initiatives s’inscrivent dans des projets collectifs qui leur permettent de compenser les faiblesses et les fragilités individuelles (Hersent 2003). La construction collective est essentielle, ainsi que le partage des tâches et des responsabilités. Cette démarche permet aux femmes de vaincre les obstacles, de réunir les conditions de réussite – avoir la maîtrise du projet, savoir ce qu’on veut et le mener à terme de la manière souhaitée. Elles ne veulent pas d’un dirigeant, mais souhaitent maîtriser le processus de construction ensemble, diriger collectivement l’entreprise et organiser le travail de manière partagée.

16L’auto‑organisation avec partage des tâches et polyvalence qui prévaut dans de nombreuses activités de collectifs de femmes se heurte aux visions classiques hiérarchiques du modèle dominant. La maîtrise de leur outil de travail, le partage des tâches et des responsabilités, le choix des horaires et des modes d’organisation sont des aspects essentiels dans la construction des projets. Cette démarche provoque des tensions et des incompréhensions et surtout des interrogations sur les capacités de ce public à gérer une activité. Être exécutant, rester à sa place sociale en quelque sorte ne pose aucun souci, mais créer et gérer collectivement une activité suscite de nombreuses réserves ou critiques. Nombreux sont les exemples où l’on propose à un collectif de femmes de se doter d’un gérant pour former une vraie entreprise.

17Les rapports au pouvoir public sont complexes mais intéressants à observer dans ce qu’ils révèlent en creux de l’exercice de la démocratie. Les associations fonctionnent comme un révélateur des dysfonctionnements. Elles dévoilent des insuffisances comme les inégalités, la non application des droits, le cumul de facteurs discriminants. Le jeu de la reconnaissance institutionnelle est toujours ambigu et peut faire l’objet d’une double lecture. Par exemple les initiatives sont surmédiatisées rentrant de plain-pied dans la société du spectacle chère à Debord (Debord 1967) et dans le même temps ne sont pas soutenues localement. Le restaurant « Le petit Prince » de La Seyne-sur-Mer en offre une illustration intéressante ; alors même qu’il est visité par le Président de la République et un aréopage de personnalités, il ne réussit pas dans le même temps à mobiliser les dispositifs nécessaires à son développement.

Les perspectives

18Pour renforcer les initiatives, il a paru important de se doter d’une méthodologie de travail permettant d’analyser les potentialités de ces initiatives mais aussi de comprendre à quels freins et obstacles elles étaient confrontées. Ces analyses s’appuient sur un travail de capitalisation des expériences et de mutualisation des méthodologies d’intervention des initiatives de femmes des quartiers populaires. Celui-ci a été mené dans le cadre d’un programme européen impliquant le Portugal et l’Italie, dans lequel des initiatrices de projets de ces différents pays ont élaboré ensemble les questions de recherche lors de rencontres européennes. Des séminaires de travail menés dans le cadre d’une mission d’assistance technique ont permis de compléter ces études. Ces analyses s’appuient aussi plus largement sur les travaux du chantier femme et économie de la Fondation du progrès de l’homme qui ont réuni pendant plusieurs années des initiatives des différents continents et des chercheurs. Une publication internationale sur femme économie et développement est parue qui fait le point sur ces initiatives (Guérin, Hersent et Fraisse 2011). De tout ce travail émerge la question du renforcement des capacités d’action des personnes et de l’accompagnement nécessaire pour y parvenir. Il s’agit d’outiller les femmes pour qu’elles puissent gérer une activité d’économie solidaire mais aussi faire les apprentissages institutionnels et politiques nécessaires. Pour un public qui ne dispose pas du capital social, du réseau social requis, un accompagnement formatif de longue durée est nécessaire pour acquérir et maîtriser des savoirs institutionnels, organisationnels et techniques utiles pour gérer collectivement une activité. Il s’agit d’outiller techniquement, administrativement et politiquement des collectifs qui ont l’énergie, la volonté et des connaissances et des savoirs appropriés pour qu’ils puissent mener à bien leur activité. Avec le temps et l’expérience, des méthodes d’intervention adaptées à un projet singulier et à un public spécifique sont apparues et se sont structurées. La mutualisation des savoirs et le partage des compétences sont deux des principaux outils de renforcement des compétences et des capacités d’action des collectifs. C’est une étape essentielle pour passer du rêve à la réalité, comprendre les contraintes économiques du marché et élaborer une stratégie commerciale cohérente pour produire en fonction du marché et des compétences de l’équipe. Une dynamique participative et collective permet d’outiller stratégiquement les collectifs. Ce travail singulier d’accompagnement favorise les capabilités (Sen 2003) des personnes accompagnés. L’ADEL (Agence pour le développement de l’économie locale) qui accompagne des collectifs vers la création d’activités économiques solidaires met en place actuellement un projet d’incubateur sur le modèle des incubateurs brésiliens pour répondre aux demandes de suivi des porteurs de projet.

19Il est nécessaire d’entrer dans un rapport de force pour se faire entendre. Il se construit grâce à la mise en réseau des initiatives à différents niveaux territoriaux. Beaucoup d’entre elles se sont regroupées dans un réseau, Réactives, pour faciliter la création et le développement d’initiatives citoyennes par la capitalisation des expériences, la mutualisation des méthodes et pour intervenir dans les politiques publiques. Elles ont mis en place « un mouvement national non revendicatif, ni agressif, mais propositionnel : on peut aussi échanger sur Internet des messages, des recettes, des conseils, des expériences… ». De plus, les réseaux d’acteurs sont toujours confrontés à des questions de reconnaissance et de légitimité de la part des pouvoirs publics. D’un côté, le discours dominant porte sur la nécessité de regroupement, et de l’autre, les initiatives manquent toujours de reconnaissance quand elles sont constituées par les acteur·trices eux·elles‑mêmes. Les initiatives de femmes se sont regroupées au niveau national et ont ensuite adhéré au mouvement de l’économie solidaire. Ces différentes initiatives se fédèrent maintenant à l’échelon international. C’est lors de rencontres internationales des initiatives comme lors des rencontres du RIPESS (Réseau intercontinental de promotion de l’économie sociale et solidaire) à Luxembourg, dont le mot d’ordre est « résister et construire », que les initiatives de femmes essaient de s’organiser pour faire reconnaître leur spécificité. Mais là aussi le combat est rude pour se faire entendre. Le milieu de l’ESS (économie sociale et solidaire) n’est pas très favorable à l’égalité entre les femmes et les hommes ; un collectif femmes ESS a été créé, qui a réussi à introduire la parité dans la loi de l’ESS. Ces rencontres internationales sont des occasions pour renforcer les capacités des personnes, approfondir les pratiques et les concepts et créer une dynamique collective adaptée aux enjeux. Les alliances sont essentielles pour développer les activités d’économie sociale et solidaire. Une alliance avec les milieux féministes (réseau de chercheurs et mouvement social) permettrait certainement une meilleure prise en compte d’initiatives. Ce sont ces dynamiques conjointes – la capitalisation, l’accompagnement singulier de créations d’activités solidaires, la mise en réseau des initiatives et des alliances singulières – qui peuvent permettre un développement de ces activités nécessaires pour un meilleur vivre ensemble et un autre modèle de société.

Bibliographie

Comité national de liaison des régies de quartier (CNLRQ). 2009. L’économie solidaire en pratiques dans les régies de quartier et de territoire. Paris : Éditions du CNLRQ.

Colin, B. et A. Gautier. 2008. Pour une autre économie de l’art et de la culture. Toulouse : Éditions érès.

Compte rendu des ateliers LUX’09, RIPESS INEES, 22-25 avril 2009.

Côté, F. et D. Fournier. 2005. Développement économique communautaire : le « modèle québécois » est‑il sensible au genre ? Making Waves (Vancouver).

Debord, G. 1967. La société du spectacle. Paris : Gallimard.

Dorlin, E. 2005. De l’usage épistémologique et politique des catégories de « sexe » et de « race » dans les études sur le genre. Cahiers du Genre. N° 39 : 83-105.

Économie solidaire et démocratie. HERMES Cognition, communication, politique. N° 36. Éditions du CNRS 2003.

Fraisse, L. 2002. S’organiser en réseau : une mutation de l’espace public associatif. In Conduire le changement dans les associations d’action-sociale et médico-sociale. (Coord.) J. Haeringer et F. Traversaz. Paris : Dunod.

Fraser, N. 2005. Multiculturalisme, anti-essentialisme et démocratie radicale : genèse de l’impasse actuelle de la théorie féministe. Cahiers du Genre. N° 39 : 27-50.

Frigul, N. 1999. Femmes étrangères doublement discriminées. Plein Droit. N° 41-42. Accessible en ligne sur http://www.gisti.org/spip.php?article3664

Guérin, I. M. Hersent et L. Fraisse. 2011. Femmes, économie et développement. Toulouse : Éditions érès.

Hersent, M. 1993. Les femmes entrepreneurs. Document audiovisuel réalisé pour l’OCDE pour le colloque « Les raisons d’entreprendre et de penser à la société de demain ». Paris : Agence pour le développement de l’économie locale (ADEL).

Hersent, M. 2003. Coopération et autonomie des femmes de banlieue. Multitudes.

N° 13 : 109-11.

Hersent, M. 2008. Initiatives de femmes en migration dans l’économie sociale et solidaire. Contribution pour les rencontres du RIUESS de Barcelone

Hersent, M. et I. Mahiou. 1986. Femmes dans l’économie sociale. Emploi et participation dans les sociétés coopératives ouvrières de production. Étude réalisée pour le Ministère des droits des femmes.

Hersent, M. et A. Palma Torres (Dir.). 2014. L’économie solidaire en pratiques. Toulouse : Éditions érès.

Kabeer, N. 2009. Travail informel et genre : nouvelles formes du syndicalisme et de défense des droits. In Femmes, économie et développement. I. Guérin, M. Hersent et L. Fraisse. Toulouse : Éditions érès.

Laville, J.-L. 2005. Action publique et économie solidaire, une perspective internationale. Toulouse : Éditions érès.

Laville, J.-L. (Coord.). 2011. L’économie solidaire. Paris : CNRS Éditions. Collection Les essentiels d’Hermès.

Sen, A. 2003. Un nouveau modèle économique. Développement, justice, liberté. Paris : Odile Jacob.

Vacquin, H. 2008. Les acquis sociaux. Paris : Éditions du Seuil.

Williams Crenshaw, K. 2005. Cartographies des marges : intersectionnalité, politique de l’identité et violences contre les femmes de couleur. Cahiers du Genre. N° 39 : 51-82.

Auteur

Madeleine Hersent est consultante chercheure. Elle est fondatrice de l’ADEL (Agence pour le développement de l’économie locale) qu’elle a dirigé depuis 1983 et dont elle est maintenant présidente. Elle accompagne des projets de création d’activités initiés par des femmes éloignées du marché de l’emploi. Elle est cofondatrice et a été co-présidente jusqu’en 2009 du Mouvement pour l’économie solidaire en France. Elle travaille sur l’articulation genre et ESS.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable