Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une économie solidaire peut-elle être féministe ?

 | 
Christine Verschuur
, 
Isabelle Guérin
, 
Isabelle Hillenkamp

Présentation des auteur·e·s

List of contributors

Texte intégral

1Jeanine Anderson

2Jeanine Anderson est titulaire d’un doctorat en anthropologie de l’Université de Cornell, New York, États‑Unis. Depuis 1970 elle réside au Pérou dont elle a acquis la nationalité en 1976. Elle a travaillé au Ministère de l’éducation au Pérou, pour le bureau régional de la Fondation Ford, pour diverses organisations de femmes et comme chercheure et consultante indépendante. De 1992 à 2012, elle a enseigné l’anthropologie et les études de genre à la Pontificia Universidad Catolica del Peru (PUCP) où elle a donné des cours sur la méthodologie de recherche, l’anthropologie urbaine, les sociétés complexes, l’anthropologie de la santé et de l’environnement ainsi que genre, culture et politiques publiques. Ses recherches récentes ont porté sur les Péruviennes dans les migrations internationales et les chaînes globales du care, les enfants domestiques, les questions interculturelles dans les systèmes et services de santé, et sur l’enfance dans les régions andines et amazoniennes du Pérou. Son étude la plus longue, et la plus passionnante au plan personnel, est une étude longitudinale sur la pauvreté urbaine à Lima, pour laquelle elle a suivi un groupe de familles vivant dans ce qui était alors un bidonville des années 1970 jusqu’à nos jours.

3Jeanine Anderson was born in the U.S.A. and has been a resident of Peru since 1970 and a Peruvian citizen since 1976. Holding a Ph.D. in anthropology from Cornell University, New York, she has worked for the Ministry of Education of Peru, the Ford Foundation regional office, various womens’ organisations, and as an independent researcher and consultant. From 1992 to 2012 she taught anthropology and gender studies at the Pontificia Universidad Catolica del Peru (PUCP). Her regular courses involved research methodology, urban anthropology, complex societies, the anthropology of health and environment, and gender, culture and public policy. Her recent research experiences have focused on Peruvian women in international migration and global care chains, child domestic service, intercultural issues involving health systems and services, and childhood in the Andes and Amazonian regions of Peru. Her longest-term research effort, and one that has been personally most compelling, is a longitudinal study of urban poverty in Lima, where she has followed a group of families in what began as a shanty town from the 1970’s to the present.

4Mirai Chatterjee

5Mirai Chatterjee dirige le groupe pour la sécurité sociale de la Self-Employed Women’s Association (SEWA) en Inde. Elle est responsable des programmes pour la santé, l’enfance et les assurances de SEWA. Elle préside actuellement la coopérative National Insurance Vimo SEWA et participe activement à la coopérative de santé Lok Swasthya dont elle est l’une des fondatrices. Ces deux coopératives sont soutenues par SEWA. Mirai Chatterjee a rejoint SEWA en 1984 et en a été la secrétaire générale, à la suite de la fondatrice Ela Bhatt.
Mirai Chatterjee est membre des comités directeurs de plusieurs organisations dont Friends of Women’s World Banking (FWWB), la Public Health Foundation of India (PHFI), Save the Children et Health Action Partnership International (HAPI). Elle a été conseillère auprès de la Commission nationale pour les entreprises du secteur non organisé et participe au groupe de conseil pour l’action communautaire de la Mission nationale pour la santé en zone rurale. Elle a également été membre de la Commission sur les déterminants sociaux de la santé de l’Organisation mondiale de la santé et a participé au Conseil national consultatif, nommée par le Premier Ministre indien. Elle a récemment reçu le Global Achievement Award de l’École de santé publique de l’Université Johns Hopkins.
Mirai Chatterjee est titulaire d’une licence en histoire et sciences de l’Université de Harvard et d’un master de l’École de santé publique de l’Université Johns Hopkins aux États-Unis.

6Mirai Chatterjee is the Director of the Social Security Team at Self-Employed Women’s Association, (SEWA). She is responsible for SEWA’s Health Care, Child Care and Insurance programmes. She is currently Chairperson of the National Insurance VimoSEWA Cooperative Ltd and actively involved with the Lok Swasthya Health Cooperative, of which she is a founder. Both cooperatives are promoted by SEWA. She joined SEWA in 1984 and was its General Secretary after its Founder, Ela Bhatt.
Mirai Chatterjee serves on the Boards of several organisations, including the Friends of Women’s World Banking (FWWB), the Public Health Foundation of India (PHFI), Save the Children and the Health Action Partnership International (HAPI). She was advisor to the National
Commission for Enterprises in the Unorganized Sector and is in the Advisory Group on Community Action of the National Rural Health Mission. She was also a Commissioner in the World Health Organization’s Commission on the Social Determinants of Health. She was a member of the National Advisory Council (NAC), appointed by the Prime Minister of India. She was recently conferred the Global Achievement award by the School of Public Health, Johns Hopkins University.
Ms. Chatterjee has a B.A. from Harvard University in History and Science and a Masters from Johns Hopkins University’s School of Public Health, USA.

7Florence Degavre

8Florence Degavre est socio-économiste. Elle est chargée de cours à la Faculté Ouverte de Politique Économique est Sociale (FOPES) et coordinatrice de recherche au Centre de Recherches Interdisciplinaires Travail, État et Société (CIRTES) de l’Université catholique de Louvain (UCL). Ses intérêts de recherche portent sur le care qu’elle analyse dans une perspective féministe et polanyienne, et plus globalement, sur les régimes de care européens et leurs évolutions. Dans ce cadre, elle a mené des recherches sur l’introduction de dispositifs de quasi-marchés dans le domaine du maintien à domicile en Europe et sur l’innovation sociale dans le secteur. Elle s’intéresse également aux dynamiques de genre dans l’économie sociale et dirige actuellement une recherche sur la présence des femmes dans les entreprises sociales.

9Florence Degavre is a socio-economist. She is lecturer at the Faculté Ouverte de Politique Économique et Sociale (FOPES) and research coordinator at the Centre de Recherches Interdisciplinaires Travail, État et Société (CIRTES) of Université catholique de Louvain (UCL). Her main research interests are on social economy, social policies and care regimes in relation with marketisation and defamilialisation. Her fieldwork is mainly on elderly care services that she analyses through a Polanyian and feminist perspective. She is currently conducting research on the gender dynamics in the social economy and on women’s presence in social enterprises.

10Christophe Dunand

11Christophe Dunand, ingénieur et titulaire d’un master et d’un DEA en études du développement (IUED, Genève, devenu l’IHEID en 2008). Il est chargé de cours en entrepreneuriat social à la Haute école de gestion de Genève et directeur général de Réalise, une des grandes entreprises sociales d’insertion de Suisse. En parallèle il est membre de la commission romande « Insertion par l’économique » de la fédération nationale « Insertion Suisse » et il siège au conseil de la Chambre de l’économie sociale et solidaire Après‑Genève, qu’il a co‑fondée en 2004.

12Christophe Dunand is an engineer and holds a DEA in development studies (IUED, Geneva, IHEID since 2008). He is a lecturer in social entrepreneur-ship at the Haute École de Gestion de Genève and the Director General of Réalise, a big Swiss social enterprise promoting social integration. In parallel, he is a member of the commission on “Insertion par l’économique” (Intergration through the Economy) of the National Federation “Insertion Suisse”. Dunand is also on the committee of the House of the economic and social solidarity Apres‑Genève, which he co-founded in 2004.

13Valeria Esquivel

14Valeria Esquivel a rejoint l’UNRISD en 2014 comme Coordinatrice de recherche en genre et développement. Auparavant, elle a mené une longue carrière académique en Argentine, à l’Université Nationale General Sarmiento et au Conseil national de recherche scientifique et technique – CONICET. Elle possède une licence en économie de l’Université de Buenos Aires et un master et un doctorat en économie de l’Université de Londres. Comme économiste féministe reconnue au niveau international, elle a travaillé, entre autres thèmes, sur la conceptualisation de l’« économie du care », sur l’insertion des femmes dans le marché du travail, sur la conception, la réalisation et l’analyse d’enquêtes d’usage du temps, publiant des chapitres de livres et des articles à diffusion nationale et internationale. Elle est membre du réseau GEM LAC, le groupe d’économie et genre d’Amérique latine, de l’Association Internationale pour l’économie féministe (IAFFE) et de l’Association internationale pour la recherche sur les emplois du temps (IATUR), entre autres.

15Valeria Esquivel joined UNRISD in August 2014 as Research Coordinator on Gender and Development. In her role, Valeria is responsible for conceptualising, developing and managing research on gender-related issues of concern for the UN system and other stakeholders within the framework of the UNRISD Research Agenda.
Prior to joining UNRISD, Valeria was Associate Professor of Economics at the Universidad Nacional de General Sarmiento, Argentina, and Researcher for CONICET, the Argentina National Research Council. In the past, she collaborated with UNRISD for the project The Political and Social Economy of Care (2006-2009) as part of the Argentinian research team.
An internationally recognised feminist economist, Valeria’s academic work cuts across the fields of labour markets and social policy, notably on issues of unpaid work, time-use and care. She has also done work on gender-aware macro-economics, particularly in Latin America. Her approach has always been multidisciplinary, and she is equally familiar with quantitative and qualitative research tools. Much of her work emphasizes the importance of framing and of knowledge production from the South.
After completing her Bachelor’s degree in Economics at the University of Buenos Aires, Valeria continued her postgraduate studies in the United Kingdom, obtaining her Master’s degree and PhD in Economics from the University of London.

16Isabelle Guérin

17Isabelle Guérin est directrice de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (IRD)/CESSMA (Centre d’études en sciences sociales sur les mondes américains africains et asiatiques). Elle s’intéresse à la fois à l’économie politique et morale de la monnaie, de la dette et du travail et à la microfinance, l’économie solidaire, au rôle des ONG et leurs articulations avec les politiques publiques. Elle a récemment co-édité plusieurs ouvrages et numéros spéciaux de revues : Microfinance, Debt and Over-Indebtedness : Juggling With Money (London : Routledge, 2013, coordonné avec Solene Morvant-Roux and Magdalena Villarreal) ; Labour Standards in India (Global Labour Journal Special Issue, 2012, coordonné avec Jens Lerche and Ravi Srivastava) ; Femmes, économie et développement (Toulouse : Eres, coordonné avec Madeleine Hersent et Laurent Fraisse) ; India’s Unfree Workforce. Old and New Practices of Labour Bondage (Oxford University Press: New-Delhi, 2009, coordonné avec Jan Breman and Aseem Prakash). Elle publie aussi régulièrement dans des revues d’études du développement comme World Development, Journal of Development Studies, Development and Change, etc.

18Isabelle Guérin is currently Senior Research Fellow at the Institute of Research for Development (IRD)/CESSMA (Centre d’études en sciences sociales sur les mondes américains africains et asiatiques) in Paris. Her academic interests span from the political and moral economy of money, debt and labour to microfinance, solidarity economy, NGO interventions, empowerment programmes and linkages with public policies. She recently co-edited several books and special issues for journals: Microfinance, Debt and Over-Indebtedness: Juggling With Money (London: Routledge, 2013, co-edited with Solene Morvant-Roux and Magdalena Villarreal); Labour Standards in India (Global Labour Journal Special Issue, 2012, co-edited with Jens Lerche and Ravi Srivastava); Femmes, économie et développement (Toulouse: Eres, co-edited with Madeleine Hersent and Laurent Fraisse); India’s Unfree Workforce. Old and New Practices of Labour Bondage (Oxford University Press: New-Delhi, 2009, co-edited with Jan Breman and Aseem Prakash). Her essays are often published on development studies journals such as World Development, Journal of Development Studies, Development and Change, etc.

19Madeleine Hersent

20Madeleine Hersent est consultante chercheure. Elle est fondatrice de l’ADEL (Agence pour le développement de l’économie locale) qu’elle a dirigé depuis 1983 et dont elle est maintenant présidente. Elle accompagne des projets de création d’activités initiés par des femmes éloignées du marché de l’emploi. Elle est cofondatrice et a été co-présidente jusqu’en 2009 du Mouvement pour l’économie solidaire en France. Elle travaille sur l’articulation genre et ESS.

21Madeleine Hersent is a research consultant. She is the founder and President of Adel (Agency for the Development of Local Economy) established in 1983. The agency supports projects related to activities of women who are isolated from the labour market. She co-founded and co-chaired the Movement for Solidarity Economy in France until 2009. She works on the articulation of gender with economic and social solidarity (ESS).

22Isabelle Hillenkamp

23Isabelle Hillenkamp est titulaire d’un doctorat en études du développement de l’Institut de hautes études internationales et du développement à Genève. À partir d’enquêtes en Bolivie et au Brésil, ses recherches portent sur l’économie populaire et solidaire, qu’elle aborde dans une perspective socioéconomique, attentive aux liens entre pratiques économiques et rapports sociaux de production et de genre. Elle est chargée de recherche à l’IRD-CESSMA (UMR 245, Paris, France).

24Isabelle Hillenkamp holds a PhD in development studies from the Graduate Institute of International and Development Studies in Geneva. Based on field studies in Bolivia and Brazil, her research focuses on popular and solidarity economy addressed from a socio-economic perspective. She pays close attention to the connection between economic practice and the social relations of production and gender. She is researcher at IRD/CESSMA (UMR 245, Paris, France).

25Susan Johnson

26Susan Johnson est Senior Lecturer en développement international à l’Université de Bath et directrice du Centre d’études du développement. Elle a une formation en économie et en économie de l’agriculture et a travaillé pour des organisations de développement pendant huit ans avant de rejoindre le monde académique. Elle a mené de nombreuses recherches et publications sur la microfinance en élargissant l’analyse de ce domaine à une analyse institutionnelle des marchés financiers locaux et plus particulièrement de leur ancrage social. Beaucoup de ses recherches ont porté sur la microfinance et l’accès au secteur financier, et particulièrement sur la dimension de genre de ces questions, sur le rôle des services financiers informels et sur l’impact des interventions sur la pauvreté. Elle a participé à de nombreuses études d’impact pour le DFID et la Fondation Ford, et entamé des recherches sur l’accès à la finance et le développement de systèmes financiers décentralisés avec le Financial Sector Deepening Trust au Kenya.

27Susan Johnson is a Senior Lecturer in International Development at the University of Bath and Director of the Centre for Development Studies. She has a background in economics and agricultural economics and worked in development organisations for eight years before joining academia. She has researched and written extensively in the field of microfinance expanding the analysis in this field to the institutional analysis of local financial markets, in particular examining their social embeddedness. She has undertaken extensive research into microfinance and financial access, particularly focussed on its gender dimensions, the role of informal financial services and the impact of interventions on poverty. She has worked on a number of major impact assessment studies for DFID and the Ford Foundation, and undertaken research on financial access and the development of decentralised financial systems with the Financial Sector Deepening Trust in Kenya.

28Jean-Louis Laville

29De formation initiale économique, Jean-Louis Laville est docteur en sociologie de l’Institut d’études politiques de Paris. Il est professeur au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM, Paris), titulaire de la Chaire Relations de service, chercheur à l’IFRIS et coordinateur européen du Karl Polanyi Institute Political Economy. Il participe à plusieurs revues universitaires en tant que membre du comité scientifique ou membre du comité de rédaction.

30Jean-Louis Laville initially graduated in economics, before obtaining his PhD in sociology from the Institut d’études politiques in Paris. He is a professor at the Conservatoire national des arts et métiers (CNAM, Paris), head of the Chair of Service Relations. He also is the European coordinator of Karl Polnayi Institute of Political Economy and participates in several academic reviews and journals as member of the scientific committee or editorial committee.

31Miriam Nobre

32Miriam Nobre est économiste et titulaire l’un master du programme d’études sur l’intégration latino-américaine de l’Université de São Paulo au Brésil. Au sein de l’organisation Sempreviva Organização Feminista (SOF), elle travaille depuis 1993 sur les questions d’éducation populaire et comme analyste sur les questions d’économie féministe, agro-écologie et solidarité économique. De 2006 à 2013 elle a été la coordinatrice du secrétariat international de la Marche mondiale des femmes, un mouvement féministe international qui regroupe des femmes de la base et des individus œuvrant pour éliminer les causes de la pauvreté et de la violence contre les femmes.

33Miriam Nobre is agronomist and holds a masters degree from the Programme of studies in Latin America integration at the University of São Paulo (Brazil). Within the Sempreviva Organização Feminista (SOF) she has been working since 1993 on popular education and as analyst on themes of feminist economics, agro-ecology and economic solidarity. Between 2006 and 2013 she was the coordinator of the World March of Women International Secretariat, an international feminist movement that connects grassroots women and individuals to eliminate the root causes of poverty and violence against women.

34Maliha Safri

35Maliha Safri est professeure associée dans le département d’économie de l’Université Drew aux États-Unis. Ses enseignements et ses publications portent sur l’économie politique. Elle a publié dans Signs, Organization, le Middle East Journal, Rethinking Marxism, The Economist’s Voice, et dirigé des collections. Elle travaille actuellement pour un projet collaboratif financé par le Fonds national pour la recherche scientifique, mené avec des chercheur·e·s du nord-ouest, qui vise à évaluer l’impact économique de l’économie sociale et solidaire. Elle participe également à de nombreuses coopératives de travailleur·euse·s immigrés dans les régions du New Jersey et de New York, et à des ateliers de formation de base en économie organisés avec des militant·e·s et des travailleur·euse·s.

36Maliha Safri is an associate professor in the economics department at Drew University, and has taught and published on political economy. She has published articles in Signs, Organization, The Middle East Journal, Rethinking Marxism, The Economist’s Voice, and edited book collections. Most recently, she is working on a collaborative project funded by the National Science Foundation with researchers in the Northeast to map and estimate the economic impact of the social and solidarity economy. She has also been involved with a number of immigrant worker cooperatives in the New Jersey and New York areas, as well as economic literacy workshops with area activists and workers.

37Magalie Saussey

38Magalie Saussey est socio-économiste, docteure de l’École des hautes études en sciences sociales (Paris, France). Elle est actuellement titulaire d’une bourse de recherche postdoctorale dans le cadre du programme de recherche PAI intitulé « If not for Profit, for What and How ? » qu’elle réalise au Centre interdisciplinaire de recherche Travail, État et Société (CIRTES) de l’Université catholique de Louvain (UCL) en Belgique. Ses recherches portent sur les organisations d’économie sociale orientées vers la production de biens et/ou de services (produits agroalimentaires, eau potable, action sociale, environnement…) en Afrique de l’Ouest et en France. Plus particulièrement elle s’intéresse aux savoirs, aux formes de reconnaissance et d’émancipation des femmes. Elle mène actuellement une recherche avec Florence Degavre sur les dynamiques de genre dans les entreprises sociales.

39Magalie Saussey is a socio-economist. She holds a PhD from the École des hautes études en sciences sociales (Paris). She is engaged in a post-doctoral fellowship within an Interuniversitary Attraction Pole called “If not for Profit, for What, and How?” at Centre interdisciplinaire de recherche Travail, État et Société (CIRTES) of the Université catholique de Louvain (UCL) in Belgium. Her research interests are on social economy organisations producing goods or services (in the food processing industry, drinkable water, social action, environmental sector…) in West Africa and France. In particular, she is interested in knowledge production and forms of recognition and emancipation for women. She is currently conducting research with Florence Degavre on gender dynamics in social entreprises.

40Jean‑Michel Servet

41Professeur d’études du développement à l’Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID) depuis 2003, il a été professeur à l’Université de Lyon 2 et directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS, France), à l’Institut de recherche pour le développement (IRD, France) et à l’Institut français de Pondichéry (Inde). Ses domaines de recherche sont la crise et ses alternatives solidaires, l’inclusion financière et l’histoire de la pensée économique et financière. Il a publié notamment Les Monnaies du lien (2012), Le Grand renversement (2010), Banquiers aux pieds nus (2006), Une économie sans argent (1999) et L’euro au quotidien (1998) et a dirigé les rapports Exclusion et liens financiers (huit volumes parus). Il a été coéditeur d’une nouvelle traduction de La Richesse des nations d’Adam Smith (3 vol. ) et des œuvres économiques complètes d’Auguste et Léon Walras.

42A faculty member of the department of development studies of The Graduate Institute since 2003, Jean-Michel Servet was a professor at the University of Lyon II and director of research at the National Centre for Scientific Research (CNRS, France), the Research Institute for Development (IRD, France) and the French Institute of Pondicherry (India). His research interests are the crisis and its solidarity alternatives, financial inclusion policy, the social economy and the history of the financial and economic thought. He edited the reports on Exclusion and Financial Links published by Centre Walras (8 volumes) and co-edited a new translation of Adam Smith’s The Wealth of Nations (3 volumes) as well as the complete economic work of Auguste and Léon Walras.

43Ratna M. Sudarshan

44Ratna M. Sudarshan est actuellement National Fellow à la National University of Educational Planning and Administration (NUEPA) de New Delhi en Inde. De 2003 à 2011, elle a dirigé l’Institute of Social Studies Trust (ISST) à New Delhi. Elle a auparavant été économiste principale au National Council of Applied Economic Research (NCAER) à New Delhi. Ses recherches portent sur les femmes dans l’économie informelle, le genre et l’éducation ; sur les liens entre recherche et politiques publiques ; sur genre et évaluation.

45Ratna M. Sudarshan is currently Fellow at the National University of Educational Planning and Administration (NUEPA), New Delhi; she was Director, Institute of Social Studies Trust (ISST), New Delhi, from 2003-2011; and Principal Economist at National Council of Applied Economic Research (NCAER), New Delhi, prior to this. Her research interests include women in the informal economy, gender and education; research and policy linkage; gender and evaluation.

46Christine Verschuur

47Christine Verschuur est chargée d’enseignement et de recherche à Institut de hautes internationales et du développement (IHEID), Genève, où elle est associée au corps de recherche et d’enseignement depuis 1996. Elle est directrice du Pôle Genre et développement de l’IHEID. Elle est directrice de la collection Les Cahiers genre et développement, publiés chez L’Harmattan (Paris, France) depuis 2000. Anthropologue de formation, elle a obtenu son doctorat en socio-économie du développement à Université de Paris I – Panthéon-Sorbonne. Elle a coordonné durant dix ans une recherche sur les organisations populaires urbaines et le genre dans sept pays en Amérique latine, Afrique de l’Ouest et Europe de l’Est, dans le cadre du programme MOST de l’UNESCO. Ses recherches actuelles portent sur les expert·e·s en genre et l’expertise en genre ainsi que sur l’économie solidaire et féministe. Ses intérêts de recherche sont : les migrations et l’organisation de la reproduction sociale, les organisations populaires urbaines, le développement rural, développement et théories féministes décoloniales.

48Christine Verschuur is a Senior Lecturer at the Graduate Institute of International and Development Studies (IHEID), where she has taught and conducted research since 1996. She is the Director of Pôle Genre et développement (Gender and Development Divison) of the Graduate Institute. She is also the director of the Cahiers genre et développement series published by L’Harmattan, Paris, since 2000. Verschuur is an anthropologist by training and earned her Doctorate in Socio-economics of Development at University of Paris I – Panthéon-Sorbonne. She coordinated a ten-year research on popular urban organising and gender in seven countries in Latin America, West Africa and Eastern Europe, as a part of MOST programme of UNESCO. Her current research focuses on gender experts and gender expertise. Her general research interest lies on: migration and organisation of social reproduction, urban popular organisations, rural development, development and decolonial feminist theories.

49Fernanda Wanderley

50Fernanda Wanderley est chercheure et professeure de recherche en sciences du développement à l’Universidad Mayor de San Andrés (CIDES‑UMSA) à La Paz en Bolivie. Elle est titulaire d’un doctorat de sociologie de l’Université de Columbia à New York. Elle est également consultante pour des organisations internationales telles que l’OIT, l’INSTRAW et le PNUD. Son travail se spécialise sur les questions d’emploi et rapports de genre, sur les politiques sociales et économiques, les réseaux sociaux, les associations et la coopération au sein des petites unités économiques. Elle a publié des articles et des ouvrages sur ces questions, qui sont disponibles sur le site www.fernandawanderley.blogspot.com

51Fernanda Wanderley is currently Researcher and Professor of Graduate Research in Development Sciences at the Universidad Mayor de San Andrés (CIDES-UMSA) in La Paz, Bolivia. She holds a PhD in sociology from Columbia University in the city of New York. She is also a consultant for international organisations like the ILO, INSTRAW and UNDP. She specialises in employment and gender relations, economic and social policies, social networks, association and cooperation among small economic units. She has published books and articles about these topics. Her books and articles are available at www.fernandawanderley.blogspot.com

52Annelou Ypeij

53Annelou Ypeij est une anthropologue féministe et spécialiste de l’Amérique latine. Ses intérêts de recherche se portent sur le genre, l’ethnicité, la pauvreté et la mobilité sociale. Depuis une décennie, elle étudie le tourisme dans la région péruvienne du Machu Picchu en s’intéressant particulièrement aux initiatives locales et au contrôle local sur le projet touristique.

54Annelou Ypeij is a feminist anthropologist and Latin Americanist. Broadly formulated, her research interest encompasses gender, ethnicity, poverty and social mobility. For a decade, she has studied tourism in the Machu Picchu region of Peru with a special interest for local initiatives and local control over the tourism project.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable