Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des brèches dans la ville

 | 
Christine Verschuur
, 
François Hainard

Annexes

Présentation des intervenant-e-s

Texte intégral

Mohamadou Abdoul

1Mohamadou Abdoul est docteur en histoire et chercheur de nationalité mauritanienne. Il travaille depuis de nombreuses années à ENDA à Dakar où il occupe actuellement des fonctions de chargé de programmes Enda « Prospectives Dialogues Politiques ». Ses travaux portent sur les questions urbaines : participation/citoyenneté, cultures populaires urbaines ; les processus politiques en Afrique et l’intégration régionale en Afrique de l’Ouest. Depuis 1997, il est responsable du projet MOST-UNESCO « Genre, ville et environnement » au Sénégal.

2Abdoul Mohamadou, 2005, « Transformations urbaines et rapports de pouvoir entre hommes et femmes : l’exemple de Santhiaba, Thiaroye-sur-Mer », in Hainard F., Verschuur C. (dir.), Mouvements de quartiers et environnements urbains. La prise de pouvoir des femmes dans les pays du Sud et de l’Est, Paris, ENDA Diapol-Karthala, pp. 275-300.

3Abdoul Mohamadou, Dahou Tarik, 2003, « Décentralisation et construction d’un espace public local en milieu urbain. Les Comités de Développement Local (CDL) au Sénégal », inTotté M., Dahou T. et Billaz R. (dir.), La décentralisation en Afrique de l’Ouest : entre politique et développement, Bruxelles, Paris, Dakar, Cota-Karthala-Enda Graf, pp. 183-199.

4Abdoul Mohamadou, 2003, « Les transformations des rapports de genre et l’accès au pouvoir dans le quartier de Santhiaba » in Reysoo F. et Verschuur C. (dir.), On m’appelle à régner. Mondialisation, pouvoir et rapports de genre, Les colloques de l’IUED, Collection Yvonne Preiswerk, Genève, Institut universitaire du développement, pp. 93-104.

Sonia Alves Calio

5Sonia Alves Calio est géographe de formation et a un post-doctorat en géographie urbaine à l´Université de São Paulo. Chercheuse en urbanisme, elle travaille actuellement sur les questions de l’habitat à la Companhia de Desenvolvimento Habitacional e Urbano (CDHU), entreprise de l´Etat de São Paulo. Depuis 1997, elle est responsable du projet MOST-UNESCO « Genre, ville et environnement » au Brésil.

6Alves Calio Sonia, Massias Mendes Iranilde José, 2005, « Droit au logement : le mouvement des femmes au Brésil et l’expérience dans la favela Gamboa de Santo André », in Hainard F., Verschuur C. (dir.), Mouvements de quartiers et environnements urbains. La prise de pouvoir des femmes dans les pays du Sud et de l’Est, Paris, ENDA Diapol-Karthala, pp. 169-186.

7Alves Calio Sonia, 2001, « Les femmes de la Gamboa II : prise de conscience et limites », in Hainard F., Verschuur C. (dir.), Femmes dans les crises urbaines, Paris, Karthala-MOST.

8Alves Calio Sonia, 1998, Cartografando a Violência contra a Mulher : o caso do Município de Santo André, post-doctorat, Université de São Paulo.

Michel Carton

  • 1 La contribution de Michel Carton au colloque n’est pas reproduite dans le présent ouvrage.

9Titulaire d’un doctorat en sciences de l’éducation de l’Université de Genève, Michel Carton1 a accompli sa carrière académique à la Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’Université de Genève (jusqu’en 2002) et à l’Institut universitaire d’études du développement (IUED) à Genève, où il est professeur titulaire et dont il est le directeur depuis 2004. Ses travaux de recherche et ses interventions sur le terrain du développement portent sur les politiques de formation et de développement des compétences en Afrique de l’Ouest et du Sud ainsi qu’en Asie du Sud-Est. Il anime, avec Kenneth King, le réseau NORRAG consacré à l’analyse critique des politiques d’aide à l’éducation et à la formation. C’est dans ce cadre qu’il participe à des études sur les relations entre éducation, économie du savoir et société de la connaissance dans le contexte des processus de globalisation qui tendent à faire de l’éducation et des savoirs des biens marchands plutôt que des biens publics.

10Michel Carton, Jean-Baptiste Meyer (dir.), La société des savoirs. Trompel’oeil ou perspectives ?, coll. Travail et Mondialisation, coéd. L’Harmattan-IUED-IRD, 2006.

11Michel Carton, Jean-Baptiste Meyer, « Savoirs, travail et inégalités : la nouvelle Afrique du Sud au banc d’essai », in Transformations du travail et croissance économique, Bruno Lamotte et Alain Mounier (coord.), coll. Travail et Mondialisation, L’Harmattan, 2002.

Marta Cassaro-Silva

12Marta Cassaro-Silva est biologiste et a un doctorat de l’Université fédérale de San Carlos (Brésil) en écologie et ressources naturelles. Elle prépare actuellement un Master en écologie auprès de l’Université des sciences de Neuchâtel.

13Cassaro Silva Marta, 2005, « L’écologie urbaine : un outil pour une éducation environnementale citoyenne dans les favelas brésiliennes », in Hainard F., Verschuur C. (dir.), Mouvements de quartiers et environnements urbains. La prise de pouvoir des femmes dans les pays du Sud et de l’Est, Paris, ENDA Diapol-Karthala, pp. 125-146.

Serge Chappatte

14Serge Chappatte est le directeur adjoint de la Direction du développement et de la coopération (DDC) suisse, en charge de la politique de développement et de la coopération multilatérale.

Iskra Dandolova

15Iskra Dandolova est docteure en lettres et sciences humaines de l’Université de Paris X-Nanterre ; sociologue urbaine, architecte ; directrice de recherche à l’Institut de sociologie auprès de l’Académie bulgare des sciences de Sofia. Ses champs de recherche sont la politique de la ville, les inégalités sociales, la politique sociale et l’exclusion, le genre et l’espace urbain. Depuis 1997, elle est responsable du projet MOST-UNESCO « Genre, ville et environnement » en Bulgarie.

16Dandolova Iskra, 2005, « L’émergence de la société civile en Europe de l’Est : le rôle des femmes dans la construction du mouvement urbain à Sofia », in Hainard F., Verschuur C. (dir.), Mouvements de quartiers et environnements urbains. La prise de pouvoir des femmes dans les pays du Sud et de l’Est, Paris, ENDA Diapol-Karthala, pp. 217-248.

17Dandolova Iskra, 2004, Le logement social en Europe de Sud-Est : états de savoir, réformes et politiques, Paris & Strasbourg, Conseil de l’Europe.

18Dandolova Iskra, 2002, « The De-urbanization process in Bulgaria » in Eckardt F., Hassenpflug D., (dir.), Consumption and the Post-Industrial City, Francfort, Berlin, Bruxelles, New York, Oxford, Vienne, Peter Lang, pp. 127-139.

19Dandolova Iskra, 2002, « Genre et crise. Les enjeux de la famille urbaine entre la ville et la campagne » in Hainard F., Verschuur C. (dir.), Femmes dans les crises urbaines. Relations de genre et environnement précaires, Paris, Karthala-MOST, pp. 203-230.

Christina von Fürstenberg

20Christina von Fürstenberg est cheffe de section à l’UNESCO, en charge de la Section politique et coopération et sciences sociales.

François Hainard

21François Hainard est professeur et directeur de l’Institut de sociologie de l’Université de Neuchâtel en Suisse. Ses travaux de recherche portent sur l’économie, l’environnement et les problèmes sociaux. Depuis 1997, il est l’un des deux coordinateurs du projet MOST-UNESCO « Genre, ville et environnement ».

22Cassaro Marta, Hainard François, 2005, O ambiente : uma urgência interdisciplinar, Campinas (Brésil), Papirus Editora.

23Hainard François, Verschuur Christine (dir.), 2005, Mouvements de quartiers et environnements urbains. La prise de pouvoir des femmes dans les pays du Sud et de l’Est, Paris, ENDA Diapol-Karthala.

24Hainard François, Verschuur Christine, 2004, Femmes et politiques urbaines. Ruses, luttes et stratégies, Paris, Editions UNESCO-Karthala.

Norberto Inda

25Norberto Inda est psychologue à l’Université de Buenos Aires (Argentine) et professeur sur les questions de dynamique de groupe et de liens sociaux à l’Université de Quilmes et à l’Université de Mar del Plata (Argentine). Membre de l’International Association Studies on Masculinities (IASOM), il est chercheur dans le domaine du genre et plus spécifiquement de la condition masculine. Il est membre de la partie argentine du projet MOST-UNESCO « Genre, ville et environnement ».

26Inda Norberto, 2005, « La perspective de genre dans la recherche en sciences sociales : une étude de cas à San Cayetano, Argentine », in Hainard F., Verschuur C. (dir.), Mouvements de quartiers et environnements urbains. La prise de pouvoir des femmes dans les pays du Sud et de l’Est, Paris, ENDA Diapol – Karthala, pp. 301-324.

27Inda Norberto, 2000, « La construcción del padre », in Verschuur C. (dir.), Quel genre d’homme ? Construction sociale de la masculinité, relations de genre et développement, Les colloques de l’IUED, Collection Yvonne Preiswerk, Genève, Institut universitaire d’études du développement.

28Inda Norberto, 2000, « L’homme : le sexe surévalué », in Bisilliat J., Verschuur C. (dir.), Le genre : un outil nécessaire, Cahiers genre et développement, n º 1, Paris, L’Harmattan, pp. 77-82.

29Inda Norberto, 1996, « Género masculino, número singular » in Burin M., Dio Bleichmar E., Género, Psicoanálisis, Subjetividad, Edit. Paidos, Buenos Aires.

Vincent Maugis

30Consultant auprès du Programme de Gestion des Transformations Sociales (MOST) de l’UNESCO, Vincent Maugis est responsable des méthodologies de transfert de connaissances recherche-politique. Après un Master Information Stratégique et Innovation Technologique à l’Institut des Sciences et Techniques de l’Ingénieur d’Angers (ISTIA), Vincent Maugis a collaboré avec le Système pour le Développement Durable Mondial (GSSD), un laboratoire du Département des Sciences Politiques du Massachusetts Institute of Technology (MIT) où il a mené des recherches sur les contributions des technologies de l’information à la prise de décision en matière de développement durable.

Isabelle Milbert

31Docteure en droit et professeure à l’Institut universitaire d’études du développement, Isabelle Milbert est spécialisée dans les domaines des réseaux sociaux dans la ville et de la gestion urbaine, des questions de gouvernance et citoyenneté.

32Milbert Isabelle, 2004, « Designing Future Research Projects », in Hurni H., Wiesmann U., Schertenleib R. (dir.), Research for Mitigating Syndromes of Global Change. A Transdisciplinary Appraisal of Selected Regions of the World to Prepare Development-Oriented Research Partnerships. Perspectives of the Swiss National Centre of Competence in Research (NCCR) North-South, Vol. 1. Berne, Geographica Bernensia.

Maxine Molyneux

33Maxime Molyneux est professeure de sociologie à l’Institut d’étude des Amériques à l’Université de Londres. Elle a fait partie du comité éditorial du projet de l’UNRISD Beijing Plus 10 dont le rapport a été publié en 2005.

34UNRISD, 2005, Egalité des sexes. En quête de justice dans un monde d’inégalités, Genève, UNRISD.

35Lazar Sin, Molyneux Maxine (dir.), 2003, Doing the Rights Thing : Rights-Based Development and Latin American NGOs, Rugby, Intermediate Technology Development Group Publishing.

36Craske Nikki, Molyneux Maxine (dir.), 2002, Gender and the Politics of Rights and Democracy in Latin America, Basingstoke, Palgrave Macmillan.

37Molyneux Maxine, Razavi Shahra, (dir.), 2002, Gender Justice, Development, and Rights, Oxford, Oxford University Press.

38Dore Elizabeth, Molyneux Maxine (dir.), 1999, The Hidden Histories of Gender and the State in Latin America, Durham, Duke University Press.

Isabel Rauber

39Isabel Rauber est docteure en philosophie, professeure de la faculté de philosophie de l’Université de La Havane, directrice de « Pasado y Presente XXI », chercheuse du Centre d’études de l’Amérique basé à La Havane, responsable du projet MOST-UNESCO « Environnement, villes et rapports sociaux entre hommes et femmes » en République dominicaine et à Cuba. Elle étudie les mouvements sociaux latino-américains, elle est spécialiste du genre et des processus de participation citoyenne. Depuis 1997, elle est responsable du projet MOST-UNESCO « Genre, ville et environnement » à Cuba.

40Rauber Isabel, 2005, Sujetos políticos, Panamá, Ruth Editorial

41Rauber Isabel, 2005, « Education populaire, genre et transformations sociales : réflexions à partir des études réalisées en République dominicaine et à Cuba », in Hainard F., Verschuur C. (dir.), Mouvements de quartiers et environnements urbains. La prise de pouvoir des femmes dans les pays du Sud et de l’Est, Paris, ENDA Diapol – Karthala, pp. 99-124.

42Rauber Isabel, 2004, Movimientos sociales y representación política, La Havane, Ciencias Sociales.

43Rauber Isabel, 1998, Género y poder, Buenos Aires, Ediciones UMA.

Fenneke Reysoo

  • 2 La contribution de Fenneke Reysoo au colloque n’est pas reproduite dans le présent ouvrage.

44Anthropologue néerlandaise possédant une licence en ethnologie de l’Université de Neuchâtel, Fenneke Reysoo2 est directrice adjointe chargée de l’enseignement à l’Institut universitaire d’études du développement (IUED) depuis 2005. Depuis l’automne 2000 elle est chargée de cours en Anthropologie, genre et développement. Elle a une mission de transversalité afin de faciliter l’intégration de l’analyse de genre dans toutes les disciplines professées et les projets de recherche. Elle a une solide carrière de chercheuse dans différentes universités et au sein de réseaux internationaux dans le large domaine des questions de « genre et développement » ; sa spécialisation porte sur les questions de santé et de droits reproductifs et sexuels. Elle est coresponsable du pôle genre et développement de l’IUED et des colloques genre.

45Verschuur Christine, Reysoo Fenneke, (dir.), 2005, Genre, nouvelle division internationale du travail et migrations, Cahiers genre et développement n ° 5, Paris, L’Harmattan

46Reysoo Fenneke, Verschuur Christine (dir.), 2004, Femmes en mouvement. Genre, migrations et nouvelle division internationale du travail, actes du colloque genre de l’IUED, Collection Yvonne Preiswerk, Genève, Institut universitaire d’études du développement.

Álvaro San Sebastián

47Álvaro San Sebastián est architecte (UBA) et psychologue social. Il est chercheur à la faculté d’architecture, de design et d’urbanisme (FADU) à l’Université de Buenos Aires. Il a participé à divers projets de recherche nationaux et internationaux et est responsable de la formation du centre POIESIS. Il a coordonné pendant 4 ans le programme RED, un programme de coordination et de développement entre l’université et l’entreprise. Il a été Secrétaire des Relations Institutionnelles de la FADU. Il a participé à la gestion et l’organisation de projets de recherche et de gestion. Depuis 1997, il est responsable du projet MOST-UNESCO « Genre, ville et environnement » en Argentine.

48Inda, Norberto, San Sebastián Álvaro, 2005, Ciudad, medio ambiente y género, Buenos Aires

49San Sebastián Álvaro, 2005, « Les associations féminines de quartier : un espace politique en gestation ? », in Hainard F., Verschuur C. (dir.), Mouvements de quartiers et environnements urbains. La prise de pouvoir des femmes dans les pays du Sud et de l’Est, Paris, ENDA Diapol-Karthala, pp. 147-168.

50Inda, Norberto, San Sebastián, Álvaro, 2002, Proyecto Campana, Barrio San Cayetano, 1997/2000, Buenos Aires.

Rolf Steppacher

  • 3 La contribution de Rolf Steppacher au colloque n’est pas reproduite dans le présent ouvrage.

51Docteur, chargé de cours à l’Institut Universitaire d’études du développement ; orientations théoriques : économie écologique, institutionnelle et évolutive ; écodéveloppement et développement durable. Deux de ses publications portent sur les questions de genre3.

52Steppacher Rolf, 1994, « Die verlorene Weiblichkeit der Ökonomie », Moneta, N ° 3, 9 septembre 1994, pp. 2-4.

53Steppacher Rolf, 1993, « Le féminin et le masculin, les femmes et les hommes : une perspective élargie sur les problèmes de développement » in Ballouz-Cherad S., Preiswerk Y. (dir.), Questions de « genre », Itinéraires, notes et travaux, n° 41, IUED, Genève, pp. 37-52.

Kadidia Tall

54Kadidia Tall est conseillère en économie sociale et familiale. Elle travaille pour la promotion des femmes par des formations, des études, des programmes de suivi-appui-conseil dans le domaine social et politique. Depuis 1997, elle est responsable du projet MOST-UNESCO « Genre, ville et environnement » au Burkina Faso.

55Tall Kadidia, Tangara Mouniratou, 2005, « Associations féminines et entreprises privées dans la filière de gestion des déchets à Ouagadougou : un empowerment laborieux », in Hainard F., Verschuur C. (dir.), Mouvements de quartiers et environnements urbains. La prise de pouvoir des femmes dans les pays du Sud et de l’Est, Paris, ENDA Diapol-Karthala, pp. 249-274.

56Tall Kadidia, 2002, Pouvoir des femmes et gestion de l’environnement, Découvertes du Burkina-MOST.

57Tall Kadida, 2001, Place des femmes aux élections municipales, Association des Municipalités du Burkina Faso, Fédération Canadienne des Municipalités, Ouagadougou, PACD.

Christine Verschuur

58Anthropologue, titulaire d’un doctorat de l’université de La Sorbonne, chargée de cours en genre et développement à l’Institut universitaire d’études du développement, Christine Verschuur travaille depuis de nombreuses années dans le domaine du genre et développement, dans des projets de recherche et d’enseignement. Elle est coordinatrice du projet Suisse « Villes, environnement et rapports sociaux entre hommes et femmes » du programme MOST de l’UNESCO depuis 1996 avec François Hainard. Directrice de la publication Les Cahiers genre et développement, qui paraissent annuellement depuis 2000 chez L’Harmattan, elle est co-responsable du pôle genre et développement de l’IUED et des colloques genre.

59Hainard François, Verschuur Christine (dir.), 2005, Mouvements de quartiers et environnements urbains. La prise de pouvoir des femmes dans les pays du Sud et de l’Est, Paris, ENDA Diapol-Karthala.

60Verschuur Christine, Reysoo Fenneke (dir.), 2005, Genre, nouvelle division internationale du travail et migrations, Les cahiers genre et développement, n ° 5, Paris, L’Harmattan.

61Hainard François, Verschuur Christine, 2004, Femmes et politiques urbaines. Ruses, luttes et stratégies, Paris, Editions UNESCO-Karthala.

Sandra Walter

62Sandra Walter a une licence en sciences sociales de l’Université de Lausanne et un DES de l’IUED. Elle prépare une thèse intitulée Genre, citoyenneté et gestion de l’environnement urbain : les implications des réformes institutionnelles au Kerala. Cette thèse est financée par le programme de recherche NCCR Nord-Sud, soutenu par la Direction du développement et de la coopération suisse et le fonds national pour la recherche scientifique suisse.

63Walter Sandra, 2003, Genre, Gouvernance et Environnement : une revue de la littérature, Working Paper, n ° 1, IP8, Genève, IUED.

64Walter Sandra, 2003, « Genre, gouvernance et environnement urbain en Inde : le cas du Kerala », in Reysoo F., Verschuur C. (dir.), On m’appelle à régner. Mondialisation, pouvoirs et rapports de genre, Les colloques de l’IUED, Collection Yvonne Preiswerk, Genève, Institut universitaire d’études du développement.

Notes

1 La contribution de Michel Carton au colloque n’est pas reproduite dans le présent ouvrage.

2 La contribution de Fenneke Reysoo au colloque n’est pas reproduite dans le présent ouvrage.

3 La contribution de Rolf Steppacher au colloque n’est pas reproduite dans le présent ouvrage.

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable