Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des brèches dans la ville

 | 
Christine Verschuur
, 
François Hainard

Instrumentalisation des femmes ou nouvelles perspectives ? Recherche et politiques publiques

Les défis actuels qui se posent à la recherche et aux décideurs en matière de politique de développement dans un monde globalisé

Serge Chappatte

Résumé

Dans un environnement mondialisé complexe, la DDC soutient une recherche en science sociale qui permette de mieux comprendre les inégalités et déséquilibres du développement et qui soit une recherche critique de la coopération pour le développement. Car, grâce aux apports de la recherche, elle peut mieux jouer son rôle conceptuel et opérationnel dans la politique de développement.

In a complex globalised context, the SDC supports a social sciences research that helps better understand the inequalities and unbalances of development and a research that brings critical view of development cooperation. Thanks to research results the SDC can improve its role as a conceptual and operational actor of development policy.

En un entorno globalizado y complejo, la COSUDE (Agencia Suiza para el Desarrollo y la Cooperación) apoya una investigación en ciencias sociales que permite comprender mejor las desigualdades y desequilibrios del desarrollo. Se trata de una investigación crítica de la cooperación para el desarrollo, y, gracias a las contribuciones de la investigación, la COSUDE puede ejercer mejor su rol conceptual y operativo en las políticas de desarrollo.

Texte intégral

Introduction

1La DDC est une agence de coopération opérationnelle au niveau bilatéral et multilatéral mais elle est aussi responsable pour la définition de la politique suisse de coopération au développement pour laquelle elle s’entoure d’avis compétents et spécifiques. Elle interpelle la recherche mais est également interpellée par elle dans un mouvement dialectique. La DDC veut être créatrice d’espaces de réflexion et a des attentes particulières vis-à-vis du monde de la recherche. Les centres de réflexion en matière de politique de développement ont donc non seulement le droit mais surtout le devoir de poser des questions que personne ne pose et de donner souvent des réponses que personne n’aime. Les chercheurs ont le grand privilège de pouvoir déranger les agences de coopération qui doivent saisir cette chance de s’élever audessus du courant normal. Je vous encourage dès lors à poser ces questions et vous assure que nous sommes là sinon pour les aimer, du moins pour prendre très au sérieux les réponses ou plutôt les pistes de réflexion que vous donnez.

2Dans ma présentation je vais d’abord aborder les défis actuels qui se posent à la recherche et aux décideurs en posant l’analyse en termes globaux et en concevant la globalisation sur d’autres lignes de démarcation que les frontières traditionnelles. J’aborderai ensuite les défis actuels constatés sur le marché international de la recherche, puis la manière d’établir et de renforcer les ponts entre la recherche et la politique. Et en dernier lieu, je passerai rapidement en revue ce que la DDC fait dans ce domaine.

Les frontières traditionnelles s’estompent, les lignes de démarcation et de clivage se modifient

3On a toujours tendance à parler de gouvernance globale d’une part, qui s’appliquerait avant tout aux processus de gouvernance à l’intérieur d’un monde dominé par les pays industrialisés, et de relations plus ou moins conflictuelles, Nord-Sud d’autre part, qu’on applique dès qu’il s’agit de faire participer les acteurs du Sud à la conception et à la définition de la politique de développement global. Cette opposition n’est plus très efficace car de nouveaux clivages apparaissent qui déterminent dans une large mesure les orientations de la recherche en matière de politique de développement.

4La perspective Nord-Sud ne couvre qu’imparfaitement la réalité car :

  • les lignes globales de conflits ne sont plus clairement tracées entre pays industrialisés d’une part et pays en développement d’autre part ; les lignes de conflit traversent les sociétés du Nord et du Sud ;

  • les lignes de conflits varient selon le champ politique auquel elles s’appliquent ;

  • La conception de conflits Nord-Sud dans le sens d’échanges et de confrontations entre Etats est peu porteuse, voire même stérile, face à l’ampleur des problèmes qui touchent l’ensemble de la société et au rôle moins important joué par l’Etat dans le mouvement de désétatisation progressive de la politique.

5Parmi les questions et les angles d’analyse qui gagnent toujours en importance pour la politique et la recherche en matière de développement qui la soutient, on peut identifier :

  • l’émergence toujours plus marquée, au Nord comme au Sud, d’acteurs privés de la société civile ou d’acteurs étatiques décentralisés qui posent leurs revendications par rapport à la gouvernance globale ;

  • l’émergence de réseaux politiques transcendant les réseaux gouvernementaux ;

  • le renforcement de partenariats entre Etat et secteur privé, porteurs à la fois d’espoirs mais aussi de craintes ;

  • l’exacerbation progressive des conflits liés à la pauvreté ainsi que l’étendue des zones qui sont peu ou pas placées sur l’autorité étatique, ce qui fixe des limites relativement contraignantes au concept de gouvernance globale.

6On assiste à un changement de paradigmes dans l’approche de la gouvernance au niveau global, ce qui nous pousse à nous questionner sur l’adaptation de la discussion conceptuelle aux relations entre le monde industrialisé et le monde en développement et sur les nouvelles formes de gouvernance au Nord et au Sud.

Les défis actuels constatés sur le marché international de la recherche

7La globalisation conduit à une commercialisation progressive de la recherche et de la formation dont profitent avant tout les pays riches. Les institutions du Sud ne sont pas ou sont peu équipées pour faire face à la concurrence très vive qui règne sur le marché international de la formation et qui renforce leur faiblesse par rapport aux gros établissements de formation et de recherche du monde industrialisé. C’est une tendance que des agences de coopération au développement comme la DDC essaient de réduire et d’en retourner l’orientation.

8Elle aussi est peu encourageante et est en opposition à la réalisation de plus en plus généralement acceptée que la formation supérieure et la recherche sont absolument essentielles pour que les pays du Sud et en transition puissent maîtriser leur développement.

9L’espoir est que le projet du Millénaire des Nations unies devrait contribuer à orienter davantage la société mondiale du savoir vers une nouvelle valorisation de la science et de la recherche pour le développement. Depuis l’an 2000, année de la Déclaration du Millénaire, et aussi depuis la Conférence des Nations unies sur le Financement du Développement de Monterrey (2002), une nouvelle orientation se dessine qui bénéficie d’une série de documents extrêmement importants dont je ne mentionnerai ici que le document du Secrétaire Général des Nations unies. « In larger freedom… ». Les débats internationaux depuis le début du siècle sont porteurs de l’espoir d’une relecture de la situation globale. Cette réorientation se traduit par des avancées de plus en plus grandes des pays du Sud dans la politique et la recherche en matière de développement ; c’est une réorientation que la coopération suisse s’est attachée à renforcer.

10En Suisse, la recherche en matière de politique de développement a de la peine à prendre pied dans le monde scientifique et universitaire. Quand on examine de plus près l’ensemble des recherches effectuées, on constate une orientation vers les mécanismes du marché dans le sens d’une concentration des domaines de recherche sur ceux qui génèrent des profits au sens économique voire aussi au sens financier. La recherche liée au développement et en particulier aux politiques de développement au niveau global doit constamment se battre pour avoir une place au soleil. J’aimerais mentionner ici le pôle de recherche national axé sur les pays en développement intitulé « Nord-sud Partenariat de recherche pour un allégement des syndromes de changement global » qui n’a été possible que par un engagement financier important de la coopération suisse.

11L’encouragement de la recherche à aborder des thèmes importants pour le développement reste donc un très grand défi pour la Suisse. La DDC s’attache à relever ce défi, même si elle se sent parfois un peu seule, et cherche à encourager une recherche critique en matière de coopération au développement qui tienne compte des pouvoirs de force asymétriques dans le processus de développement, aussi bien chez nous que dans le monde en développement, et qui analyse les causes de ce développement déséquilibré.

Etablir et renforcer des ponts entre la recherche et la politique

12Les changements de politiques ne sont possibles que sur la base de recherches théoriques empiriques importantes sur l’impact des différentes formes de l’intervention étatique. Il s’agit d’identifier des priorités par rapport à l’impact recherché en terme de diminution de la pauvreté, de mesurer l’impact des processus participatifs dans la formulation et la mise en œuvre de politiques de développement et d’analyser plus finement les liens entre politique et comportement des pays du Nord d’une part et ces processus d’autre part.

13Dans ce contexte, un rôle déterminant est joué par les passeurs de savoir qui grâce à leur crédibilité au sein des deux communautés (recherche et politique) ont pu créer des ponts. Leur rôle n’est pas simplement de simplifier et de rendre accessibles les résultats de la recherche ainsi que de les traduire dans des recommandations aboutissant à l’approbation de meilleures politiques, mais aussi d’aider à éviter les malentendus et les banalisations. Les passeurs de savoir sont des personnes ou des institutions qui peuvent renforcer la crédibilité de leur message dans le monde scientifique et dans le monde politique. L’IUED a la capacité de se renforcer dans ce rôle-là aussi.

14De nombreux domaines de recherche restent encore largement orphelins et méritent d’être encouragés. Un exemple est donné par la réflexion sur les Etats fragiles : comment est-ce que les donateurs peuvent encourager le développement dans un contexte fragile ? Notre désir de bien faire dépasse largement à l’heure actuelle notre compréhension de ce qu’il faudrait faire. Nous avons besoin de davantage de travail empirique, de plus d’études de cas, de l’organisation d’un nombre plus grand de recherches pluridisciplinaires dans ce domaine qui à vues humaines restera un objectif fondamental pour la politique à l’avenir.

15J’aimerais mentionner aussi un autre exemple d’un domaine encore en friche qu’il s’agit de mieux comprendre et qui est d’ailleurs très lié aux objectifs et aux activités de l’IUED, il s’agit de l’exclusion. Comment est-ce que les groupes marginalisés et exclus peuvent être placés dans le sillage du développement et de la croissance ? Une recherche plus précise sur les mécanismes d’exclusion dans les pays riches et dans les pays pauvres permettra certainement de prendre des décisions plus justes parce que tenant mieux compte de la réalité du développement.

Que fait la DDC dans ce domaine ?

16La DDC a une tâche opérationnelle et conceptuelle. Afin d’augmenter son efficacité et son efficience dans ses programmes bilatéraux, qu’elle mène dans plus d’une trentaine de pays, et dans ses activités multilatérales avec les organisations des Nations unies, les institutions financières internationales, les réseaux et fonds globaux, etc., la DDC a besoin de renforcer ses activités en matière de recherche afin d’améliorer ses politiques. Depuis la création de la DDC, l’évolution de ses activités s’est très fortement nourrie des échanges constants entre recherche et pratiques sur le terrain. La DDC finance des projets visant à renforcer les capacités de recherche dans les pays du Sud et en transition et met sur pied des partenariats de recherche entre chercheurs du Sud et chercheurs suisses. Le MOST est d’ailleurs un bon exemple de cette collaboration Nord-Sud.

17La DDC collabore avec des centres de compétence, avec des organismes et des instituts de différentes natures qui disposent de capacités particulières dans certains domaines d’intérêt pour la politique suisse de coopération au développement, qu’ils soient politiques, thématiques, techniques ou méthodologiques. Cette collaboration est entretenue aussi bien avec des Universités que des entreprises du secteur privé et des organisations sans but lucratif au sens large et couvre la formation et le perfectionnement, la conception et la production d’instruments, la réalisation d’analyses globales et d’évaluations externes, etc. A l’heure actuelle, la DDC consacre plus de 5 % de son budget à l’encouragement de la recherche en matière de développement suisse, dans le Sud, à l’Est ou en partenariat.

Auteur

Directeur adjoint de la Direction du développement et de la coopération (DDC) suisse, en charge de la politique de développement et de la coopération multilatérale.

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable