Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des brèches dans la ville

 | 
Christine Verschuur
, 
François Hainard

Mouvements de quartier, recherche-action et rapports de genre

Organisations associatives, espace public, accès au débat public et à la prise de décision par les femmes à Santhiaba, ville de Pikine, Sénégal

Mohamadou Abdoul

Résumé

Au Sénégal, les bouleversements de l’environnement urbain ont entraîné une reconfiguration de l’espace public local où interviennent désormais des acteurs nombreux et nouveaux. Le contexte socio-économique a également favorisé une participation croissante des femmes à la gestion de l’environnement et à l’amélioration du cadre de vie. L’expérience de la recherche-action MOST-UNESCO au Sénégal a montré que l’articulation entre les diverses initiatives et la mutualisation des moyens et des compétences sont des exercices complexes et précaires.

In Senegal the revolutions in the urban environment have brought about a transformation of the local public space where new and numerous actors now play a role. The socio-economic context as well fostered women’s increasing participation in the management of environment and in improving their living environment. The experience of the MOST-UNESCO research action programme in Senegal showed how complex and precarious the links between the various initiatives and the mutualisation of the resources and competences are.

En Senegal, las convulsiones del medio ambiente urbano implicaron una reconfiguración del espacio público local donde intervienen nuevos y numerosos actores. El contexto socioeconómico favoreció igualmente una creciente participación de las mujeres en la gestión del medio ambiente y en la mejora del marco de vida. La experiencia de la investigación-acción MOST-UNESCO en Senegal mostró que la articulación entre las diversas iniciativas y la mutualización de los medios y competencias son ejercicios complejos y precarios.

Note de l’auteur

Cette communication est une version résumée, revue et augmentée du texte « transformations urbaines et rapports de pouvoir entre hommes et femmes : l’exemple de Santhiaba, Thiaroye sur mer » paru dans François Hainard et Christine Vershuur, 2005, Mouvements de quartiers et environnements urbains, la prise de pouvoir des femmes dans les pays du Sud et de l’Est, Dakar/Paris, ENDA Diapol/KARTHALA, 363 p.

Texte intégral

Introduction

1Le thème du colloque Genre de cette année, Des brèches dans la ville, organisations urbaines, environnements et transformations des rapports de genre, ne pouvait être plus approprié pour le cas sénégalais du réseau international de recherche MOST-UNESCO sur les relations entre environnements urbains et rapports sociaux hommes-femmes.

2Une recherche-action de plusieurs années dans la commune d’arrondissement de Thiaroye-sur-mer située dans la ville de Pikine, au Sénégal, en interaction avec différents acteurs dans une perspective de genre, a contribué à ouvrir des brèches dans le sens de l’accès des femmes aux décisions dans l’espace public local à travers notamment la génération de revenus et la privatisation des services publics (assainissement, santé, etc.).

Les sites de la recherche-action

3La recherche-action a été conduite sur plusieurs sites :

  • un site de transformation et de commercialisation des produits de la pêche dénommé Pencum Sénégal. Ce site est un espace féminin ; les femmes qui en sont les dépositaires et qui le gèrent interagissent entre elles et avec les hommes (responsables du service déconcentré de l’Etat, en l’occurrence le service départemental des pêches ; les mareyeurs/fournisseurs des produits halieutiques pour les femmes, les employés des femmes, les décideurs, etc.) dans des rapports de négociation et de conflits selon les circonstances, les enjeux et les intérêts du moment. Cet espace public local focalise des rapports de pouvoirs entre les femmes et entre celles-ci et les hommes avec qui elles ont des rapports professionnels.

  • un projet de précollecte des ordures ménagères géré par un Comité de salubrité des femmes de Santhiaba. Ce projet né de la dynamique de la recherche-action et appuyé par la coordination du réseau, fait l’hypothèse que les femmes sont capables de s’investir dans l’espace public local et de fournir à la communauté un service public digne de ce nom. En conséquence, contrairement aux idées dominantes, les femmes peuvent faire montre d’un activisme effectif et d’une participation aux processus de prises de décisions. Ce projet a démontré la force de la résistance des hommes à la prise d’une position forte par les femmes dans l’espace public local : les charretiers vivant très mal l’autorité des femmes, le chef de village demandant la gestion du projet et le Comité de développement intégré de Santhiaba (CODIS) dominé par les jeunes qui se voyait superviseur du projet des femmes. Mais également la forte expression des rapports de pouvoir et de prééminence entre les femmes. A quoi s’ajoute la mauvaise volonté de la communauté à contribuer financièrement au service rendu. Tous ces facteurs, en plus de l’absence d’un gain financier par les femmes du Comité de salubrité, ont beaucoup pesé sur le projet, au point de conduire à son échec.

  • un projet de mise en place d’une mutuelle de santé qui connaît une forte divergence entre deux structures représentatives de la commune d’arrondissement de Thiaroye-sur-mer : l’Union locale des groupement d’intérêt économique de pêche qui est une organisation mixte dominée par les hommes et le Réseau Lebougui, une structure fédérative constituée de plusieurs associations féminines menant des activités génératrices de revenus. Ces deux organisations sont dans des perspectives de développement et de diversification de leurs activités. Aussi ont-elles décidé de mettre chacune en place une mutuelle de santé au bénéfice de toute la communauté de Thiaroyesur-mer. De toute évidence, ce projet renforce la place, la position et le rôle de son initiateur dans l’espace public local notamment en terme de participation à la prise de décisions. L’enjeu était ainsi tel que la médiation de l’équipe de recherche action n’a pas pu infléchir les positions dans le sens d’une collaboration des différentes structures autour d’un seul et même projet de mutuelle de santé.

  • un processus de redynamisation du Réseau Lebougui qui regroupe plusieurs associations de femmes travaillant dans le secteur de la transformation des produits locaux et le commerce. Un appui essentiellement orienté vers le renforcement des capacités organisationnelles a été fourni dans le cadre du projet. Mais force est de reconnaître que les ressources financières constituent une contrainte majeure au développement des activités de génération de revenus pour les membres de ce réseau. La participation à la satisfaction des besoins du ménage et à leurs propres besoins ne permet pas aux femmes de se constituer un capital conséquent propre à leur assurer une bonne assise financière permettant le développement de leur affaire et une mobilité sociale, synonymes de position plus forte dans les processus de prise de décisions tant dans la sphère privée que publique.

4Dans la conduite de la recherche, l’équipe a autant que faire se peut essayé de favoriser l’empowerment des femmes dans la perspective de leur participation dans le débat public et à la prise de décisions. Le diagnostic de leurs manières de participer à ces débats et prises de décisions, notamment leur influence sur les élus et autres décideurs locaux (pouvoirs traditionnels, chefs de quartier, etc.), leur implication effective et directe ainsi que leurs stratégies de plaidoyer et de lobbying ont également retenu notre attention.

5Cette posture méthodologique caractérisée par un ancrage fort sur le terrain et une complicité avec les différentes familles d’acteurs a permis, grâce à l’information, la conscientisation et l’appui-conseil, de renforcer la confiance mutuelle qui a joué un rôle non négligeable dans les résultats obtenus. Cette démarche volontariste et militante avait comme soubassement l’exploration et l’encouragement de la possibilité d’une nouvelle forme de gouvernance urbaine dans laquelle les femmes sont pleinement impliquées dans un contexte de mutations urbaines et socioculturelles importantes.

Vers un espace public local plus ouvert aux femmes ?

6L’urbanisation accélérée, la croissance démographique, la crise économique, le chômage, les réformes économiques, administratives et territoriales et les difficultés quotidiennes ont induit des bouleversements notables dans l’environnement urbain. Ces mutations ont cours dans un contexte dans lequel des jeunes, des hommes et des femmes s’emploient à faire démarrer des activités génératrices de revenus, à développer des initiatives et des mobilisations collectives, des structures et des réseaux divers pour assurer leur survie et leur reproduction sociale mais également pour agir sur leur cadre de vie. Aussi, prennentils d’assaut l’espace public local et nouent-ils des relations selon les opportunités qui s’offrent à eux avec d’autres « partenaires » situés à des échelles nationales, régionales et/ou internationales.

7Cet implication/opportunisme tous azimuts leur donne un sentiment de sécurité (relative certes) et une certaine aptitude à (re)produire journellement un cadre vivable dont les soubassements sont les régulations au quotidien et des créativités et inventions au jour le jour. Ces dynamiques s’observent à travers les nombreux réseaux sociaux qui se construisent et se renforcent chaque jour. Les initiatives mises en branle selon des « lignes de fuite » et « cercles de résonance » sont d’ordre économique (groupement d’intérêt économique), financier (tontines, caisse d’épargne et de crédit), sportif et culturel (association sportive et culturelle), environnemental et d’amélioration du cadre de vie (associations de développement de quartier).

8Il découle de ces processus des enjeux économiques et politiques nouveaux qui, à leur tour, s’expriment au travers des contradictions, des (re)négociations des rôles, statuts et fonctions qui ont pour terrain d’expression l’espace public local (Abdoul et Dahou, 2002). En celui-ci coexistent différents types de régulation politique et de légitimités où se négocient les accords, (re)distributions de pouvoir entre autorités étatiques, traditionnelles et les acteurs du mouvement associatif et/ou professionnel. Ces jeux d’acteurs structurent les (re)configurations des espaces, des liens sociaux et des réseaux de relations qui, en dernière instance, régulent le procès du politique, de l’économique et de l’appropriation et des usages de l’espace.

9Cette reconfiguration de l’espace public local subodore la prise en compte d’une diversité d’acteurs et d’une variété d’initiatives et d’actions au sein des flux qui traversent et animent le corps urbain. Les organes sociaux, institutionnels et les corporations d’intérêts complémentaires ou contradictoires forment la trame de ces flux selon des constructions parfois réfléchies, organisées et négociées mais aussi souvent aléatoires et fortuites. C’est ainsi que des stratégies combinant des postures diverses et surfant sur des opportunités variées sont développées. Ce complexe de relations, cette « micro-politique », placés dans le temps long de l’histoire, préfigurent des changements notables dans l’action politique au niveau local.

10Mais l’action « urbanisante » des structures associatives et professionnelles et des organisations d’appui est également notable dans les fonctions de gestion des infrastructures et d’allocation des services. Ces fonctions sont désormais partagées – ou laissées par la municipalité – à de nouveaux acteurs qui sont de plus en plus présents dans l’espace public. A côté d’un secteur privé qui prend de l’envergure dans l’espace public local, les associations de développement participent à la mise en place et à la gestion des infrastructures d’assainissement et des services sociaux (éducation, santé). Parmi ceux-ci les organisations féminines. Celles-ci, sans s’afficher au grand jour, influent sur les processus de décision. Ces gestionnaires participent activement au remodelage de l’espace public et à la construction de nouvelles formes de gouvernementalité.

11Ce phénomène pose la question du jeu d’acteurs (quels acteurs, complexité des interrelations, et diversité des types d’interactions ?). Le développement des initiatives associatives et professionnelles et leur féminisation de plus en plus poussée d’une part, et la promotion d’une gestion publique de proximité d’autre part, envisagés dans leurs interrelations, permettent de cerner avec précision les rapports de pouvoirs dans le cadre de la mission de développement local.

12En effet, la rencontre dans l’espace public local d’une variété d’acteurs ouvre des perspectives de participation au débat et à la décision politiques et à la confrontation/coexistence d’agendas et de programmes et projets divers dans cet espace. Ce faisant, les différents acteurs sont dans des rapports de coopération et de conflit selon les enjeux du moment et les intérêts du groupe. C’est dans ce sens qu’il est opportun d’envisager les rapports sociaux hommes-femmes dans la sphère publique : la tension entre coopération et conflit en sont les deux variables analytiques.

Hommes et femmes dans l’environnement urbain

13La phase I de la recherche de l’équipe sénégalaise du réseau MOST-UNESCO avait démontré que le respect de l’autorité masculine dans les rapports conjugaux est une réalité à Santhiaba et dans la commune d’arrondissement de Thiaroye-sur-mer en dépit des mutations intervenues dans le paysage urbain et dans les rapports de genre. Cet état de fait est très fortement sous-tendu par les référents socioculturels et l’invocation de la tradition et de la religion qui tempèrent le fait que l’homme n’assure plus seul la subsistance du ménage. Cette crise de la dette familiale, fondement matériel de la domination masculine dans le foyer, se manifeste par une irruption des femmes dans la sphère publique, notamment à travers les activités génératrices de revenus.

14La crise de la dette familiale entraîne une crise des rôles masculins encore assez mal perçue par la communauté. Cette dernière ouvre aux femmes des brèches dans la sphère publique où elles participent à la gestion de l’environnement et à l’amélioration du cadre de vie.

15La phase II de ce même projet survient dans un contexte politique nouveau. En effet, depuis mars 2001, le Sénégal vit sous un régime politique dit de l’alternance. Ce qui en soi est historique : le parti socialiste qui a dirigé le pays pendant quarante ans a été battu aux élections présidentielles par une coalition de partis d’opposition. Par ailleurs, des élections locales ont été organisées en mai 2002. Le nouveau régime a gagné la quasi-totalité des sièges dans les collectivités locales.

16Tout au long du processus de recherche-action, il a été loisible d’observer les rapports sociaux hommes-femmes dans l’espace public relativement à la prise de décisions. Les lieux d’observation ont amplement montré la très faible implication et dans certains cas l’absence des femmes dans les organes de décisions des structures locales. De par leur présence dans l’espace public, elles sont néanmoins consultées notamment à certaines occasions telles que les visites entre structures et lors des ateliers, fora et autres rencontres à caractère sociale (baptêmes, mariages, etc.). En ces occasions, la coopération entre les hommes et les femmes prend la forme d’une relation d’échange, de complémentarité et de négociation dans les dynamiques de la gestion et de la régulation urbaines, c’est-à-dire dans les débats publics, la prise de décisions, l’élaboration, la mise en en œuvre et le suivi de projets, dans la production des biens et des services, et dans l’organisation de la vie collective dans l’espace public.

17Il apparaît, compte tenu des contraintes organisationnelles, des difficultés à accéder à l’information stratégique et des modes de structuration des différents organes, que les atouts et les ressources à la disposition des femmes sont très limitée. Par exemple, la prise de parole en public est très rare. Elle est généralement le fait des seules femmes leaders derrière lesquelles les autres font bloc. Elles aimeraient de leur propre aveu apprendre à parler en public et regarder les gens dans les yeux. Le désir de participation à la décision se manifeste à travers les demandes réitérées d’appui à l’organisation et de formations notamment celles qui permettent l’accès direct et le contrôle de l’information. La maîtrise technique des outils de leur action collective et la connaissance des enjeux sont ainsi des ressources très utiles pour leur participation à la décision.

18Elles ont conscience de leur représentativité sociale et économique et de la reconnaissance dont elles jouissent en tant qu’acteur important du développement local. Cette position qui renforce leur rôle de protagoniste les pousse à demander que les ONG travaillent directement avec elles sans l’intermédiation des structures techniques étatiques et/ou des associations de développement animées par les jeunes garçons. Dans les discours, et généralement en aparté, transparaissent des critiques des modes de gestion des associations, organisations professionnelles : irrégularité des renouvellements des instances, faible représentation des femmes, opacité de la gestion financière notamment, direction des structures par les mêmes personnes qui adhèrent à plusieurs organisations en même temps, etc.

19Ce faisant, les règles du jeu de la coopération sont très souvent brouillées et les régulations des rapports interactoriels aussi bien entre les femmes qu’entre celles-ci et les hommes sont, se font, selon les cas de coopération, négociation ou dans un climat de blocage ou de conflit généralement latent. Cette situation est souvent surdéterminée par des clivages politiques partisans.

20La maîtrise des enjeux de la relation sociale par les femmes est une réalité dans les différents lieux d’observation des rapports hommes-femmes. Les manifestations de désaccord avec les décisions, si elles existent, sont cependant rarement exprimées par les femmes de façon explicite et claire y compris au sein de leurs propres structures où le refus de l’autorité de la présidente, par exemple, est le plus souvent tacite.

21Cette situation complexifie les processus de gestion urbaine et rend difficile la mise en place de larges fédérations d’acteurs qui, si elles sont créées, connaissent au bout de quelques années d’existence le phénomène de scissiparité. Dans ces conditions, l’articulation des différentes initiatives et la mutualisation des moyens et des compétences sont un exercice particulièrement délicat et long à mettre en place.

Conclusion

22Même si les tendances à l’approfondissement de la démocratie participative rencontrent encore des goulots d’étranglement, il est évident que la décentralisation telle qu’elle évolue actuellement donne beaucoup de raisons d’espérer.

23La mondialisation, les politiques publiques inspirées par la coopération internationale, l’ouverture d’interstices et des opportunités, la diversité des acteurs et la pluralité des légitimités en ces espaces, les balbutiements de la collaboration et de la cogestion du domaine public local sont autant de phénomènes qui élargissent l’éventail des perspectives et qui balisent les champs des possibles.

24Sans nier que le chemin du développement local est semé d’embûches, il s’agira de parier sur l’avenir en travaillant au renforcement du scénario de la coélaboration des normes et de la cogestion des activités de développement local. Pour y arriver, le pouvoir devra réellement et effectivement être partagé et fondé sur un système de monitoring quasi quotidien de l’action municipale et des enjeux du développement local.

Santhiaba, Sénégal.

Bibliographie

ABDOUL, Mohamadou, 2005, « Transformations urbaines et rapports de pouvoir entre hommes et femmes : l’exemple de Santhiaba, Thiaroye-sur-mer », in François Hainard et Christine Verschuur, Mouvements de quartiers et environnements urbains, la prise de pouvoir des femmes dans les pays du Sud et de l’Est, Dakar/Paris, ENDA Diapol/KARTHALA, pp. 275-300.

ABDOUL, Mohamadou, 2001 « Les rapports sociaux hommes-femmes à travers les activités économiques féminines et la gestion du cadre de vie : cas de Santhiaba (Thiaroye-surmer) », in HAINARD, François et VERSCHUUR, Christine, (éd.), 2001, Femmes dans les crises urbaines, Relations de genre et environnements précaires, Karthala-MOST-UNESCO.

Table des illustrations

Légende Santhiaba, Sénégal.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/6566/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 231k

Auteur

Docteur en histoire et chercheur de nationalité mauritanienne. Il travaille depuis de nombreuses années à ENDA à Dakar où il occupe actuellement des fonctions de chargé de programmes Enda « Prospectives Dialogues Politiques ». Ses travaux portent sur les questions urbaines : participation/citoyenneté, cultures populaires urbaines ; les processus politiques en Afrique et l’intégration régionale en Afrique de l’Ouest. Depuis 1997, il est responsable du projet MOST-UNESCO « Genre, ville et environnement » au Sénégal.

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable