Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vents d'Est, vents d'Ouest

 | 
Christine Verschuur

Biographies des intervenants

Texte intégral

Deepika Bahri

1Deepika Bahri est professeure associée au département d’anglais de l’Université de Emory, à Atlanta. Ses recherches portent sur la littérature, la culture et la théorie postcoloniales. Elle a écrit plusieurs articles sur le postcolonialisme dans des journaux et ouvrages. Elle travaille actuellement sur les représentations des Anglo-indiens, les Eurasiens et l’hybridité raciale dans la littérature postcoloniale. Ses recherches s’intéressent également au VIH/SIDA dans les pays en développement. À partir de recherches préliminaires dans ce domaine, elle a écrit un rapport intitulé AIDS Prevention and Control in Tamil Nadu pour l’USAID/CDC. Elle a eu son doctorat à Bowling Green State University en 1992 et elle a enseigné à l’Institut de Technologie de Georgie avant de rejoindre le département d’anglais de l’université de Emory en 1995.

2Bahri, D. 2003. Native Intelligence : Aesthetics, Politics, and Postcolonial Literature. Minneapolis : University of Minnesota Press.

3Bahri, D. and M. Vasudeva. 1996. Between the Lines : South Asians and Postcoloniality. Philadelphia : Temple University Press.

Larissa Barbosa

4Larissa Barbosa est journaliste et vit en Suisse depuis quatre ans. Après avoir milité auprès du mouvement des radios communautaires et libres d’Amérique latine, elle a fait un Master à l’IUED, Genève. Ses intérêts de recherche portent sur le genre et les migrations internationales, sur les mouvements féministes, les théories de genre et postcoloniales. Elle a été assistante du Pôle genre en 2007-08, et a été sélectionnée pour participer à l’École doctorale romande en études genre (2008-2011).

5Barbosa, L. 2007. Estranhos Amores… Corpos Estranhos… Estrangeiros… Constructions de genre, « race » et différence dans le discours sur le tourisme sexuel au Nordeste brésilien. Mémoire de master. Dir. Dr. Ch. Verschuur. IUED, Genève.

Sarah Bracke

6Sarah Bracke est une chercheure, enseignante, réalisatrice et activiste féministe basée à Bruxelles. Elle a obtenu un doctorat en études des femmes à l’université d’Utrecht en 2004 et est actuellement professeure assistante en sociologie des religions et des cultures à l’Université catholique de Leuven en Belgique. Ses travaux académiques portent sur les questions de modernité, religion et laïcisation ; sur la capacité d’action et la subjectivité des femmes ; sur la production du savoir et l’épistémologie féministe. Elle explore actuellement le moment « post-laïque » en étudiant de quelle façon les subjectivités féminines croyantes (dans les traditions chrétienne et islamique en Europe) mettent en question les bases laïques de la théorie féministe et sociale. Elle participe au réseau européen transnational NextGENDERation (http://www.nextgenderation.net) et au projet de NextGENDERation en Belgique qui vise à mettre en question les privilèges blancs (http://www.gebrokenwit.be). Elle a été l’une des organisatrices des interventions de NextGENDERation aux fora sociaux européens et de la campagne Not in our Names. Elle travaille actuellement sur un essai vidéo, Pink Camouflage, sur les intersections de la politique sexuelle avec la guerre contre le terrorisme.

7Bracke, S. 2008. Real Islam in Kazan : Reconfiguring the Modern, Knowledge and Gender. In Women and Religion in the West : Challenging Secularization. (eds.) K. Aune, S. Sharma and G. Vincett. Burlington : Ashgate Publishing Company.

8–––. 2008. Sur le voile. In Sexe, race, classe : Pour une épistémologie de la domination. (ed.) E. Dorlin. Paris : PUF.

9–––. 2008. Conjugating the Modern/Religious, Conceptualizing Female Religious Agency : Contours of a “Post-secular” Conjuncture. Theory, Culture & Society. 25 : 51-67.

10–––. 2004. Refusing to be the Women’s Question. Embodied Practices of a Feminist Intervention at the European Social Forum 2003. NextGENDERation network. Feminist Review. 77 : 141-151.

11Bracke, S. et R. Andrijasevic. 2003. Venir à la connaissance, venir à la politique. Une réflexion sur des pratiques féministes du réseau NextGENDERation. Multitudes. 12 : 81-88.

Michel Carton

12Titulaire d’un doctorat en sciences de l’éducation de l’Université de Genève, Michel Carton a accompli sa carrière académique à la Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’Université de Genève (jusqu’en 2002), et à l’Institut universitaire d’études du développement (IUED) à Genève, qu’il a dirigé de 2004 à 2008. Actuellement il est professeur titulaire et directeur adjoint de l’Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID).

13Carton, M. et J. -B. Meyer. 2006. La société des savoirs. Trompe l’œil ou perspectives. Paris : L’Harmattan.

14Carton, M. 2002 Savoirs, travail et inégalités : la nouvelle Afrique du Sud au banc d’essai. In Transformations du travail et croissance économique. (coord.) B. Lamotte et A. Mounier. Paris : L’Harmattan.

Ochy Curiel

15Ochy Curiel et née en République dominicaine et vit actuellement en Colombie. Elle est professeure à l’Universidad Nacional de Colombia et membre active du Groupe d’Études de Genre et du Centre d’Études Sociales de l’Universidad Nacional. Elle est consultante indépendante pour réaliser des recherches et des formations sur les thèmes féministes, antiracistes et lesbianoféministes. Ella a réalisé une recherche sur les stratégies politiques de trois groupes de femmes afrodescendantes au Brésil, en Honduras et en République dominicaine (2003-2005).

16Curiel, O. 2008. Superando la interseccionalidad de categorías por la construcción de un proyecto político feminista radical. Reflexiones en torno a las estrategias políticas de las mujeres afrodescendientes. In : Raza, etnicidad y sexualidades. Ciudadanía y multiculturalismo en América Latina. (ed.) P. Wade, F. Urrea Giraldo y M. Viveros Vigoya. Bogotá : Universidad Nacional de Colombia.

17–––. 2007. La Crítica poscolonial desde las prácticas políticas del feminismo antirracista. Colonialidad y Biopolítica en América Latina. Revista NOMADAS. N° 26. Bogotá : Instituto de Estudios Sociales Contemporáneos-Universidad Nacional de Colombia.

18–––. 2007. Los aportes de las afrodescendientes a la teoría y la práctica feminista. Desuniversalizando el sujeto “mujeres”. In Perfiles del Feminismo Iberoamericano, vol. III. (ed.) M. Luísa Femenías. Buenos Aires : Catálogos.

19–––. 2005. Identidades esencialistas o construcción de identidades políticas. El dilema de las feministas negras. In Mujeres Desencadenantes. Los estudios de género en la República Dominicana al inicio del Tercer Milenio, INTEC, República Dominicana.

Janine Dahinden

20Anthropologue sociale, professeure d’études transnationales et directrice de la Maison d’analyse des processus sociaux (MAPS) à l’Université de Neuchâtel, Janine Dahinden est spécialiste des questions de mobilité et de migration, des réseaux sociaux, de l’ethnicité et de la culture, et du genre. Elle est partenaire de l’École doctorale suisse romande en études genre du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS).

21Dahinden, J. 2008. Deconstructing mythological foundations of ethnic identities and ethnic group formation : Albanian-speaking and new Armenian immigrants in Switzerland. Journal of Ethnic and Migration Studies. 34(1) : 55-76.

22Benelli, N., J. Dahinden, M. Hanselmann, K. Lempen et M. Rosende 2007. Migrations : genre et frontière – frontières de genre. Nouvelle Questions Féministes. 26(1) : 4-15.

Nomboniso Gasa

23Nomboniso Gasa a été la Présidente de la Commission for Gender Equality en Afrique du Sud. Activiste politique contre l’apartheid, elle a été emprisonnée plusieurs fois dont la première fois à l’âge de 14 ans dans l’ancien Bantustan du Transkei, et s’intéresse aux féminismes en Afrique. Elle mène une recherche centrée sur “Ubudoda : The making of a man amongst amaXhosa” au département d’histoire à l’université d’Afrique du Sud. Il s’agit d’une étude féministe sur le processus d’initiation masculine, à partir d’une expérience comparative menée à travers le continent et sur d’autres rites du passage, dont ceux subis par des femmes devins et médiums. Ses précédentes publications ont porté sur le genre, la démocratisation et la transformation politique en Afrique du Sud et au Nigeria (où elle a travaillé pendant plusieurs années). Elle a écrit et publié de nombreux commentaires politiques et sociaux, de nombreux articles sur la culture, l’identité et les questions de développement dans des journaux et revues.

24Gasa, N. (ed.) 2006. Women in South African History : Basus’iimbokodo, Bawel’imilambo/They Remove Boulders and Cross Rivers. Cape Town : Human Science Research Press.

Kaveri Ishwar Haritas

25Kaveri I. Haritas est doctorante à l’Institut de hautes études internationales et du développement. Elle est juriste de formation et a travaillé en Inde sur des projets de réformes politiques et juridiques dans le domaine de l’égalité de genre, la violence domestique et les avortements sélectifs. Elle a travaillé avec diverses organisations, comme le Amba Lawyers Collective, la Karnataka State Commission for Women et UNICEF. Elle participe à l’École doctorale romande en études genre (2008-2011) dans le cadre de laquelle elle a obtenu une bourse de recherche du FNS pour réaliser sa thèse de doctorat, sur le thème de « L’engagement politique des femmes en Inde : les nouveaux paradoxes postcoloniaux de l’égalité des sexes face à la classe et à la caste ».

26Ishwar Haritas, K. 2008. The politics of local political participation in urban India : challenges to poor and minority women’s leadership. Mémoire de master. Dir. Prof. I. Milbert, jury Dr. Ch. Verschuur. IHEID, Genève

27–––. 2008. Poverty and marginalisation : challenges to poor women’s substantive leadership in urban India. Gender and Development. 16(3).

Kalpana Kannabiran

28Kalpana Kannabiran est professeure de sociologie à la Nalsar University of Law, Hyderabad, Inde, et membre fondatrice du collectif de femmes Asmita Resource Centre for Women, où elle coordonne les recherches et la diffusion des connaissances sur les instruments légaux pour les femmes. Elle a dirigé le RC32 (Women in Society) de l’Association internationale de sociologie de 2002 à 2006 et a été secrétaire générale de l’Indian Association for Women’s Studies (Association indienne des études de femmes) de 1998 à 2000. Ses domaines de spécialisation sont la sociologie du droit, la jurisprudence et études de genre. Elle a reçu la bourse universitaire Rockfeller Humanist in Residence au Hunter College de la CUNY (1992-1993) et le prix VKRV Rao pour la recherche en sciences sociales dans le domaine des aspects sociaux du droit en 2003, prix attribué par le Conseil indien pour la recherche en sciences sociales et par l’Institut du changement social et économique. Elle contribue ou a contribué aux journaux Economic and Political Weekly et The Hindu et elle a coécrit de nombreux articles. Elle contribue aussi à la Routledge International Encyclopaedia on Women et à History of Science, Philosophy and Culture in Indian Civilisation, Volume IX Part 3 (New Delhi : Sage, 2005). Elle a été membre du groupe d’experts de l’Equal Opportunities Commission du Ministère des minorités du Gouvernement de l’Inde (2007-2008).

29Kannabiran, K. (forthcoming). Challenging the Rule (s) of Law : Essays on Colonialism, Criminology and Human Rights. New Delhi : Sage.

30Yural-Davis, N., K. Kannabiran and U. Vieten (eds.). 2006. The Situated Politics of Belonging. Sage, London.

31Kannabiran, K. (Ed.). 2005. The Violence of Normal Times : Essays on Women’s Lived Realities. New Delhi : Women Unlimited in association with Kali for Women.

32Kannabiran, K. and V. Kannabiran (Eds). 2003. Muvalur Ramamirthammal’s Web of Deceit : Devadasi Reform in Colonial India. New Delhi : Kali for Women.

33Kannabiran, K. and V. Kannabiran (Eds). 2002. De-Eroticizing Assault : Essays on Modesty, Honour and Power. Calcutta : Stree.

Azadeh Kian-Thiébaut

34Azadeh Kian est une sociologue franco-iranienne. Elle est professeure de sociologie à l’Université Paris Diderot-Paris 7 où elle est responsable du Centre de Documentation et de Recherche pour les Études Féministes (CEDREF). Ses principaux thèmes de recherches sont la sociologie politique, les théories du genre, les théories féministes, subalternes et post-coloniales, en Iran, au Proche-Orient et dans le Maghreb. Ses publications ont beaucoup porté sur les changements sociaux et politiques, les rapports sociaux de sexe, les féminismes et les mouvements de femmes en Iran, toujours en rapport avec l’Islam et le contexte socio-politique de ce pays. De 1987 à 1990, elle a enseigné la sociologie politique aux États-Unis (UCLA), puis de 1995 à 1998 à l’Université Paris III et à Université de Paris VIII Saint Denis. Elle est également chercheure depuis 1995 au laboratoire Mondes iranien et indien du CNRS.

35Kian-Thébaut, A. 2005. La République islamique d’Iran : de la maison du Guide à la raison d’État. Paris : Michalon.

36Kian-Thébaut, A. (dir.) 2005. Iran : Le régime conforté. Les cahiers de l’Orient. 79.

37Kian-Thébaut, A. et M. Ladier-Fouladi. 2005. Famille et mutations socio-politiques. L’approche culturaliste à l’épreuve. Paris : Editions de la Maison des Sciences de l’Homme.

38Kian-Thébaut, A. 2002. Les femmes iraniennes entre islam, État et famille. Paris : Maisonneuve & Larose.

39–––. 1999. Avoir vingt ans en Iran. Paris : Alternatives.

40–––. 1998. Secularization of Iran : a Doomed Failure ? The New Middle Class and the Making of Modern Iran. Louvain et Paris : Ed. Peeters.

Eileen Kuttab

41Eileen Kuttab est sociologue, chercheure et activiste, professeure assistante de sociologie depuis 1981 à l’université de BirZeit en Palestine où elle a dirigé le Women Studies Institute de 1998 à septembre 2008. Elle a été membre de la direction d’organisations de droits humains, de centres d’accueil de femmes et elle est membre active de l’Union générale des femmes palestiniennes. Elle a été consultante auprès de diverses institutions comme UNIFEM, la Banque mondiale, l’UNRWA, le PNUD et le FNUAP. Elle a beaucoup publié sur les femmes en Palestine en traitant de thèmes divers comme féminisme et nationalisme et genre et développement, et elle a particulièrement écrit sur les mouvements de femmes en Palestine, l’emploi informel, les coopératives, ainsi que sur la jeunesse en lien avec la participation politique.

42Kuttab, E. and N. Abu Awwad. 2004. Palestinian Women’s Movement : Problems and Dialectic Issues. Review of Women Studies. Vol. 2. Birzeit University : Institute of Women Studies.

43Johnson, P., E. Kuttab. 2001. Where Have All the Women (and Men) Gone ? Reflections on Gender and the Second Palestinian Intifada. Feminist Review, No 69 : 21-43.

44Kuttab, E. 1993. Palestinian Women in the Intifada : Liberation Within Liberation. Arab Studies Quarterly. 15(2).

Candida Acuzena Laguna Valverde

45Candida Laguna vit dans la ville d’Estelí au Nicaragua depuis 1986. Elle a étudié les sciences sociales à l’Université nationale, puis le droit au Centro Universitario Regional del Norte (CURN). Elle a travaillé en tant que bibliothécaire et enseignante à la Bibliothèque nationale du Nicaragua pendant 5 ans, ainsi qu’à la Escuela de Agricultura y Ganadería de Estelí où elle a joué un rôle très important dans la défense des droits des travailleuses et travailleurs comme secrétaire du syndicat. De 1996 à 2000, elle a travaillé pour le Collectif des femmes de Matagalpa, un village proche d’Estelí, où elle a affirmé sa conscience de genre à travers les ateliers, les débats et les marchas organisées par cette organisation. En 2000, elle a créé avec d’autres femmes des quartiers d’Estelí une organisation féministe : AMEX, dont elle a été la coordinatrice et une des directrices pendant 7 ans. Elle est membre de la Red de Mujeres au niveau local et national. Actuellement elle travaille pour la fondation « Entre Mujeres » (Entre femmes), à Estelí, où elle est chargée de la défense des droits humains. Son travail porte surtout sur la lutte contre la violence de genre, principalement contre les femmes et des enfants.

Sabine Masson

46Sabine Masson est sociologue, chercheure à l’Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID)-NCCR Nord-Sud. Ses thèmes de recherche portent sur le genre et les théories féministes, les théories postcoloniales et subalternes, le racisme, le colonialisme, la mondialisation, la citoyenneté et les mouvements indigènes en Amérique latine. Elle mène actuellement une recherche sur l’impact et les résistances face aux projets touristiques et d’extraction et l’application du droit à l’autodétermination des peuples indigènes au Honduras. Elle est membre du comité de rédaction de la revue Nouvelles Questions Féministes, Revue internationale francophone.

47Masson, S., M. Aguilar Aguilar, C. Aguilar Cruz, M. Aguilar Jiménez, J. Cruz Jiménez, M. Cruz Jiménez, T. Jiménez López. 2009. Tzome Izuk : una historia de mujeres tojolabales en lucha. Etnografía de una cooperativa en el contexto de los movimientos sociales en Chiapas, México : Plaza y Valdés.

48Masson, S. 2008. Histoire, rapports sociaux et mouvements des femmes indiennes au Chiapas (Mexique). Sur l’usage de l’histoire dans la recherche féministe postcoloniale ». Cahiers du genre. 44 : 185-203.

49–––. 2006. Sexe/genre, classe et race : décoloniser le féminisme dans un contexte mondialisé. Réflexions à partir de la lutte des femmes indiennes au Chiapas. Nouvelles Questions Féministes. 25(3).

Pun Ngai

50Pun Ngai est professeure associée à l’Université Polytechnique de Hong-Kong. Elle est également fondatrice et présidente du Réseau des travailleuses chinoises (CWWN), un mouvement de base de femmes migrantes qui travaillent dans les usines de Shenzheng, dans la province de Guangdong en Chine. Son ouvrage Made in China : Subject, Power and Resistance of Women Workers in a Global Workplace a été publié en 2005 par Duke University Press et offre un éclairage sur la perspective et les expériences des travailleuses, en décrivant le quotidien dans les usines. Elle étudie les actes de résistance et de transgression dans le monde du travail et explique la position particulière des travailleuses migrantes dans l’économie globale.

51Ngai, P. 2006. The Dormitory Labor Regime : Sites of Control and Resistance for Women Migrant Workers in South China. Feminist Economics. 17 : 1456 – 1470.

52Ngai, P. 2005. Made in China : Subject, Power and Resistance of Women Workers in a Global Workplace. Durham, N. C. : Duke University Press.

Isabel Rauber

53Isabel Rauber, docteure en philosophie, est actuellement professeure à l’Universidad Nacional de Lanús (Buenos Aires) où est est responsable de l’enseignement sur les mouvements sociaux en Amérique latine. Elle dirige également le groupe de recherche qui travaille sur ce thème et elle est la coordinatrice de l’Observatorio del Pensamiento Argentino du Centro Cultural Caras y Caretas de Buenos Aires. Elle dirige la revue Pasado y Presente XXI. Elle a été professeure adjointe à la Faculté de philosophie de l’Université de La Havane et chercheuse au Centro de Estudios sobre América de La Havane. Elle consacre aujourd’hui une grande partie de son temps à la formation politique de mouvements sociaux en Argentine, au Brésil et en Bolivie.

54Rauber, I. 2005. Movimientos sociales, género y alternativas populares en Latinoamérica y El Caribe. Collection Itinéraires, Notes et travaux n° 77. Genève : IUED.

55Rauber, I. 2003. Movimientos sociales y representación política. La Havane : Ed. Ciencias Sociales.

56Rauber, I. 2000. Sujetos Políticos. Bogotá : Ediciones Desde Abajo.

57Rauber, I. 1998. Género y poder. Serie Pensamiento Siglo XXI. Buenos Aires : Union de Mujeres de la Argentina.

Patricia Roux

58Sociologue, Patricia Roux est professeure en études genre à la Faculté des sciences sociales et politiques de l’Université de Lausanne. Elle a contribué à mettre sur pied le réseau LIEGE (Laboratoire Interuniversitaire en Études Genre), qui regroupe plus de 650 personnes en Suisse intégrant une perspective de genre dans leur formation, leurs enseignements, leurs travaux de recherche, ou dans d’autres activités professionnelles généralement liées à des questions d’égalité. Elle est directrice du tout nouveau Centre en Études Genre LIEGE de l’Université de Lausanne, dont la mission principale est de favoriser le développement de la recherche féministe. Ses propres recherches s’intéressent aux processus de légitimation de l’ordre social, sexiste et raciste. La revue Nouvelles Questions Féministes, dont Christine Delphy et Patricia Roux sont co-responsables, a édité plusieurs numéros analysant l’imbrication de ces rapports de pouvoir.

59Roux, P., L. Gianettoni et C. Perrin. 2007. L’instrumentalisation du genre : une nouvelle forme de racisme et de sexisme. Nouvelles Questions Féministes. 26(2) : 92-108.

60Staerklé C., C. Delay, L. Gianettoni et P. Roux. 2007. Qui a droit à quoi ? Représentations et légitimité de l’ordre social. Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble.

61Roux, P. 2006. Sexisme, racisme, et postcolonialisme. Nouvelles Questions Féministes. 25(3).

62Roux, P., L. Gianettoni et C. Perrin. 2006. Féminisme et racisme. Une recherche exploratoire sur les fondements des divergences relatives au port du foulard. Nouvelles Questions Féministes. 25(1) : 84-106.

63Roux, P. 2006. Féminismes dissidents en Amérique latine et aux Caraïbes. Nouvelles Questions Féministes. 24(2).

Fatou Sarr

64Fatou Sarr est chercheure à l’Institut fondamental d’Afrique noire (IFAN), Université Cheikh Anta Diop de Dakar, où elle dirige le Laboratoire genre et recherche scientifique (www.sengenre-ucad.org). Elle a enseigné à la Faculté universitaire N. D. de la Paix de Namur en Belgique de 1985 à 1991. Elle a une formation pluridisciplinaire : doctorat en anthropologie et sociologie politique de l’université de Paris VIII, doctorat en service social (option politiques sociales) de l’Université Laval du Québec, DEA en sciences de l’environnement de l’Université de Dakar et maîtrise en AES (Administration économique et sociale) de l’Université d’Aix-Marseille II. Auteure de plusieurs publications sur l’entrepreneuriat féminin, les questions de genre, les mouvements sociaux, elle est aussi experte internationale pour les institutions des Nations unies depuis plus de dix ans et a appuyé une quinzaine de pays africains pour des formations en genre et l’élaboration des stratégies nationales genre.

65Sarr, F. 1999. L’entrepreneuriat féminin au Sénégal. La transformation des rapports de pouvoirs. L’Harmattan : Paris.

Christine Verschuur

66Christine Verschuur est anthropologue, titulaire d’un doctorat de l’université de La Sorbonne, chargée d’enseignement et de recherche à l’Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID), responsable du Pôle genre et développement. Ses intérêts de recherche portent notamment sur genre et mouvements populaires urbains et genre et migrations. Elle dirige les ouvrages Les Cahiers genre et développement, qui paraissent annuellement depuis 2000 chez L’Harmattan.

67Verschuur, C. 2008. Neighbourhood movements, gender and social justice : the cultural reinvention of politics by women. International Social Science Journal. 193.

68Verschuur, C. (dir.) 2007, Genre, mouvements populaires urbains et environnement. Cahiers Genre et Développement n ° 6. Paris : L’Harmattan.

69Hainard F. et C. Verschuur (dir.). 2005. Mouvements de quartier et environnements urbains. La prise de pouvoir de femmes dans les pays du Sud et de l’Est. Dakar, Paris : ENDA, Karthala.

Jurema Werneck

70Jurema Werneck et une militante des mouvements antiracistes et féministes au Brésil et travaille au sein du mouvement des femmes noires d’Amérique latine. Elle est médecin et a mené une recherche sur la santé des travailleuses marginalisées et les références aux traditions culturelles afro-brésiliennes. Elle est coordinatrice de l’ONG Criola, un mouvement de femmes noires de Rio de Janeiro et a publié de nombreux articles dans le domaine de la santé, de la bioéthique et des droits humains dans des revues brésiliennes et étrangères. Militante des droits reproductifs des femmes noires au Brésil, Jurema Werneck est membre de plusieurs organisations féministes et antiracistes d’Amérique latine et des Caraïbes qui luttent pour des politiques de santé équitables pour les populations afrodescendantes.

71Werneck, J. 2005. De Ialodês y Feministas. Reflexiones sobre la acción política de las mujeres negras en América Latina y El Caribe. Nouvelles Questions Féministes. 24(2). Edición especial en castellano.

72Werneck, J., M. Mendonça et E. C. White (dir.). 2000. O Livro da Saúde das Mulheres Negras : nossos passos vêm de longe. Rio de Janeiro : Criola/Global Exchange/Pallas Editora.

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable