Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, nouvelle division internationale du travail et migrations

 | 
Christine Verschuur
, 
Fenneke Reysoo

5. Droits de la personne, développement et politiques migratoires

Frontières fluctuantes et rêves flottants : le nexus genre, migration et développement

Jyoti Sanghera
Traduction de Emmanuelle Chauvet

Note de l’éditeur

Traduit de l’anglais. Extraits de la présentation au colloque de l’iuéd Femmes en mouvement – Genre, migration et nouvelle division internationale du travail, Genève, 2004. Cet article est publié en anglais dans son intégralité dans Femmes en mouvement – Genre, migration et nouvelle division internationale du travail, collection Yvonne Preiswerk, textes réunis par Fenneke Reysoo et Christine Verschuur, UNESCO/DDC/iuéd : Genève, 2004.

Texte intégral

1Nous savons maintenant que la mondialisation ne tient pas seulement à l’hypermobilité du capital, de la technologie, de l’information, de l’expertise, mais aussi à l’hypermobilité de femmes et d’hommes souvent considérés comme non qualifiés, et qui, pourtant, traversent des frontières pour prendre des emplois demandant une grande compétence, une grande capacité d’adaptation, une grande expertise et un grand professionnalisme. Nous savons aussi maintenant qu’une grande majorité des migrantes prétendument non qualifiées qui traversent les frontières sont destinées à des emplois dans les services intimes et personnalisés. Nous savons que la mondialisation économique passe par des accords sur le commerce et les tarifs douaniers et par des négociations acharnées, comme pour les accords de Cancún, mais elle concerne aussi la délocalisation d’un travail fournissant des soins, du sexe et du plaisir. Et, dans le cadre de ce colloque, la mondialisation porte sur la délocalisation des services et du travail reproductifs, délocalisation pour laquelle la femme – sujet – migrante transnationale entreprend un voyage souvent long, risqué et difficile pour passer des frontières. Facilités par des moyens illégaux et irréguliers, ces passages sont souvent clandestins […]. La personne qui traverse la frontière, et l’agent qui éventuellement l’y aide, deviennent donc des criminels dès qu’ils entrent sur le territoire du pays de destination où la migrante espère pouvoir s’installer.

2Cet article ne porte pas sur la mondialisation mais sur l’une des principales protagonistes de la mondialisation, qui prend une importance croissante : la migrante transnationale, devenue étrangère en situation irrégulière et qui est peu à peu privée de tous ses droits dès lors qu’à son identité d’être humain s’ajoutent d’autres éléments identitaires – le fait d’être une femme, ayant traversé les frontières illégalement, le fait d’être une migrante transnationale, étrangère en situation irrégulière. Et les droits dont elle devrait être dotée simplement parce qu’elle est un être humain sont encore plus réduits lorsqu’on prend en compte son identité de travailleuse dans le pays de destination où elle sera domestique, nourrice, femme de ménage, serveuse dans un restaurant, épouse achetée par correspondance, travailleuse du sexe, employée dans un atelier clandestin.

3[…]

4La réalité objective de la femme – sujet – migrante, dépend totalement de quatre facteurs décisifs :

  • le contexte de mondialisation, qui crée à la fois l’offre et la demande de travail migrant et exploite la vulnérabilité – de genre, d’âge, de race, de classe, etc. ;

  • le processus migratoire, qui est la voie par laquelle la femme migrante arrive à son lieu de travail. Le trafic est l’un des mécanismes du processus migratoire qui, lui aussi, construit et exploite la vulnérabilité au détriment de la personne ;

  • le lieu de travail et les normes de travail qui existent ou n’existent pas, qui déterminent les conditions par lesquelles la femme migrante est retenue et, là encore, exploitée – dans les cas extrêmes, par le travail forcé ou par des pratiques proches de l’esclavage. La délocalisation des services personnels et intimes traditionnellement réalisés au sein de la famille vers la migrante transnationale repose sur une division internationale du travail nouvelle et reconfigurée. Cette nouvelle division montre que l’extraction du travail reproductif par le capital mondial construit et redéfinit les rapports sociaux et de pouvoir entre les femmes – entre d’un côté l’employeuse privilégiée autrefois en charge des rôles domestiques qui sont désormais transférés à la migrante et de l’autre la travailleuse migrante transnationale ;

  • les droits humains – ces droits et protections qui devraient idéalement découler de la simple condition d’être humain, mais qui sont constamment remis en cause par la construction des vulnérabilités mentionnées précédemment. Aussi les droits ne sont-ils plus donnés, ils deviennent un privilège dont profitent les moins vulnérables.

5La question centrale qui se pose alors est donc de savoir comment trouver un cadre pour la migration et la lutte contre le trafic qui relève des droits humains et qui place réellement au centre les intérêts de la femme – sujet – migrante, et non les intérêts des Etats, l’application de la loi, les donateurs et les ONG ou les autres parties concernées.

6Comment identifier concrètement les moyens de renforcer le pouvoir de la migrante transnationale pour qu’elle voyage vers son pays de destination en toute sécurité, pour réduire les risques (comme celui de tomber dans un réseau de trafic), et pour que son aspiration à trouver des moyens de subsistance durables soit satisfaite ? Et avant tout, pour qu’elle soit valorisée et reconnue comme être humain productif en pleine possession de ses droits ?

7Cette tâche tient de la gageure car la plupart des acteurs actuels prétendent déjà fonctionner dans une perspective de droits humains. Nous savons pourtant que le discours sur les droits n’est pas homogène et unanime idéologiquement. Le cadre des droits humains n’est compris que superficiellement, n’est que de pure forme et opérationnellement complètement biaisé.

8[…]

9Nous disposons d’une analyse de la mondialisation, d’une théorie du travail et de l’exploitation par l’accumulation du capital et la soumission du travail au capital. Mais nous n’avons pas de théorie de la migration – nous n’avons même pas d’analyse évoluée de la migration. La migration n’est-elle qu’un processus, un moyen, ou s’agit-il d’un phénomène social et économique reposant sur une base matérielle ? Nous n’avons certainement qu’une compréhension très limitée et biaisée du trafic. Nous avons bien une définition, enfin, mais pas une analyse affinée avec des construits conceptuels clairs. En fait nous ne disposons même pas des outils méthodologiques et conceptuels permettant d’évaluer puis d’analyser la partie invisible ou cachée de la migration (la migration irrégulière, le trafic, l’entrée en fraude et toutes les autres formes clandestines de déplacements). D’où des chiffres biaisés.

10J’aimerais donc présenter trois parties : une approche générale de la migration et des aspects qui y sont liés ; la segmentation du travail, les normes du travail et la dualisation du marché du travail ; la délocalisation des services reproductifs vers les migrantes, et les implications de ce transfert pour l’analyse féministe et les droits humains.

Migration

Données

11Le nombre de migrants atteint 179 millions. La moitié, globalement, sont des femmes qui, pour la plupart, n’émigrent pas comme dépendantes mais comme migrantes indépendantes. Plus de 50 millions de ces migrants sont installés en Asie, et plus de 60 % de ces personnes sont des femmes.

12Dans certains pays sources, les femmes sont beaucoup plus nombreuses que les hommes à partir. Dans les années 1990, les femmes représentaient plus de la moitié des immigrés dans tous les pays. 84 % des migrants du Moyen-Orient étaient des femmes, notamment en Arabie saoudite, au Koweït, au Liban, à Oman, au Bahreïn, en Jordanie et au Qatar. Environ la moitié des personnes quittant le Mexique, l’Inde, la Corée, la Malaisie, Chypre et le Swaziland pour aller travailler à l’étranger sont des femmes. Pendant toutes les années 1990, les femmes ont été plus nombreuses que les hommes à émigrer vers les Etats-Unis, le Canada, la Suède, le Royaume-Uni, l’Argentine et Israël […]. 70 % des immigrés philippins légaux aux Etats-Unis sont des femmes, et sur les 792’000 travailleurs domestiques légaux installés aux Etats-Unis, 40 % sont nés à l’étranger.

13Les migrants sont désormais ouvertement reconnus comme des sources et des ressources pour le développement. Le total des envois de fonds des émigrés vers leurs pays d’origine s’élève à plus de 80 milliards de dollars alors que le montant total de l’aide au développement vers ces mêmes pays représente 60 milliards de dollars.

14On a de bonnes raisons de penser que les migrations transfrontalières sont plus nombreuses entre les pays d’une même région que du Sud mondial vers le Nord développé. C’est certainement très vrai dans la région asiatique. Mais les statistiques sont très rares à ce sujet, et il ne s’agit pas ici de déplacer le débat vers le thème de la division Nord-Sud.

15Les migrations de travail jouent aujourd’hui un rôle structurel à l’échelle internationale ; elles ne relèvent pas simplement de la criminalité, de la justice et du maintien de l’ordre ou de règlements et de contrôles inefficaces.

16La migration de travail n’est pas liée seulement à la pénurie de main-d’œuvre. La migration masculine est formelle et structurelle. Dans certaines régions, la migration féminine, notamment dans les emplois domestiques et secteurs liés aux soins aux autres, est liée à des aspects démographiques, particulièrement dans le Nord, et dans une certaine mesure, à une pénurie.

Immigration aux Etats-Unis
D’après le dernier recensement de 2000, la population américaine a augmenté de 32,7 millions de personnes en dix ans – soit une hausse de 13,2 %, la plus forte croissance de l’histoire du pays –, pour atteindre 281’421 millions d’habitants. Selon les dernières estimations officielles, elle serait maintenant de 290,8 millions d’habitants.
Plus de la moitié de la croissance démographique s’explique par une augmentation naturelle et 45 % par l’immigration. Cette croissance revitalise les villes (inversant ainsi le mouvement vers les banlieues des années 1980) et concerne d’abord l’ouest et le sud du pays, alors que le Nord-Est et le Midwest – régions les plus peuplées des Etats-Unis – connaissent une croissance plus lente. Mais la population de chacun des 50 Etats est en augmentation.
L’administration a estimé en 2000 le nombre de clandestins à plus de 8,5 millions de personnes, en majorité latino-américaines, tandis que les immigrés légaux représentaient 21,6 millions de personnes. D’autres enquêtes vont jusqu’à 12 millions d’illégaux .
Entre 1998 et 2001, près de 1,5 million de clandestins, interceptés, ont été renvoyés chez eux et plus de 1200 autres sont décédés en tentant de pénétrer sur le territoire américain par le Mexique, le long d’une frontière de plus de 3000 km. Plus de 400 d’entre eux sont morts de soif dans le désert, et 300 se sont noyés en traversant le Rio Grande. Le président Bush a proposé, début 2004, de faire sortir ces illégaux de la clandestinité en créant un statut de travailleur temporaire, pour ceux qui ont un emploi.
AFP, Immigration illégale, A la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, près de San Diego (Californie). Droits de reproduction et de diffusion réservés
© Le Monde 2004

17Les motifs de migration des domestiques sont les suivants :

  • Dans tout le monde développé, la participation des femmes au marché du travail a énormément augmenté depuis les années 1970. Aux Etats-Unis, la proportion des femmes dans les emplois rémunérés est passée, pour celles qui ont des enfants de moins de 6 ans, de 15 % en 1950 à 65 % aujourd’hui. Actuellement, les femmes représentent 46 % de la main-d’œuvre américaine. Les trois quarts des femmes ayant des enfants de moins de 18 ans et les deux tiers des mères d’enfants de moins d’un an ont des emplois rémunérés aujourd’hui. Les chiffres sont très similaires dans les autres pays du Nord mondialisé.

  • Dans le même temps, les pays du Nord n’ont pas développé les aides aux mères qui travaillent. Ils ont même au contraire réduit radicalement les services sociaux et démantelé le filet social, ce qui a obligé les familles à chercher des services personnalisés sur le marché.

  • Le fossé séparant les pays riches des pays pauvres s’est énormément creusé ces dernières années, en termes absolus aussi bien qu’en termes relatifs. Le salaire d’un employé domestique à Hong Kong est quinze fois supérieur à celui d’un instituteur aux Philippines.

18On a actuellement tendance à vouloir de plus en plus s’assurer que la migration reste temporaire. On a également tendance à penser que le contrôle des migrations signifie un contrôle des migrants. Et on constate actuellement le développement très rapide d’une industrie de la gestion des migrations : 1000 agences avec licence aux Philippines, 400 agences pour l’emploi fournissant des employés domestiques à Singapour.

19Les migrants sans papiers viennent pour les mêmes emplois que les migrants en règle. Le caractère légal ou illégal de l’immigration dépend de l’accès des migrants aux voies autorisées de passage des frontières. En Indonésie, les femmes sont majoritaires dans les migrations légales ; en Thaïlande, elles sont majoritaires dans l’immigration illégale ; aux Philippines, on trouve autant d’hommes que de femmes dans les deux types de migration. Les migrants sans papiers et les migrants en règle sont souvent confrontés aux mêmes problèmes – retrait de leur passeport, de longues heures de travail, des protections très insuffisantes (qui n’ont pas beaucoup évolué depuis les années 1970).

20Les migrations masculines sont dues à des raisons économiques. Les migrations féminines, si elles ont aussi des causes économiques, sont beaucoup plus influencées par certaines valeurs – c’est pourquoi on les retrouve dans des emplois de domestiques.

21L’émigration des hommes ne pose pas de problème aux familles, et les femmes endossent alors des responsabilités supplémentaires qui sont des charges mais qui leur permettent en même temps de renforcer leur pouvoir. Le statut des hommes comme chefs de famille est maintenu. Lorsque ce sont les femmes qui émigrent, les évolutions des rôles sont fondamentalement transgressives. L’émigration des femmes entraîne une reconfiguration des familles avec des changements énormes pour la migrante comme pour ceux qui restent au pays.

Phénomène complexe et démystification du statut de victime

22Les femmes qui émigrent du Sud vers le Nord sont de moins en moins souvent issues des masses les plus nécessiteuses ; en fait, pour un travail comparable, les femmes sont plus qualifiées que les hommes. Les migrantes viennent également de sections plus aisées de leur société. Une étude menée au Mexique a montré que ce sont de plus en plus souvent des femmes éduquées qui émigrent. La majorité des domestiques mexicaines travaillant aujourd’hui aux Etats-Unis ont au moins des diplômes universitaires, et elles ont occupé des emplois de bureau ou des professions libérales avant de quitter leur pays.

23Les travailleuses du sexe dans les stations balnéaires de Cuba et des Caraïbes ont une certaine capacité d’action. Les hommes blancs qui fréquentent ces stations balnéaires voient ces femmes comme des êtres exotiques et érotiques – ils les choisissent et les considèrent même parfois comme des marchandises et comme des objets de plaisir. De leur côté, les femmes voient ces hommes comme facilement exploitables, faciles à duper et comme un moyen d’obtenir des visas pour des pays où elles auront de meilleures perspectives. Bien des rêves tournent mal lorsqu’elles atteignent la terre promise, mais globalement, une majorité des travailleuses du sexe migrantes finissent bien par faire des profits financiers qui peuvent même être impressionnants. En tout cas, même si les rêves d’émigration vers des pays étrangers ne se concrétisent pas, les Dominicaines, par exemple, gagnent quand même 50 dollars pour chaque passe avec un étranger alors qu’elles gagneraient 100 dollars par mois en travaillant dans une zone d’industrie d’exportation, l’un des deux secteurs ouverts aux femmes – l’autre étant le travail domestique.

24La migrante actuelle est donc plus sûre d’elle, plus affirmée et elle a plus de ressources, elle a un rêve et une mission. Elle fuit peut-être quelque chose, l’échec d’un mariage ou le chômage, mais elle avance et elle progresse. Elle ne suit pas seulement une stratégie de survie mais aussi une stratégie d’avancement.

Nouvelles technologies

25On nous dit que les nouvelles technologies risquent de provoquer une intensification de la pédophilie et de la chasse aux victimes innocentes. C’est peut-être vrai. Mais on peut aussi constater que les nouvelles technologies offrent aux femmes une certaine indépendance dans leur négociation avec des agents et des intermédiaires pour l’organisation de leur voyage. On connaît, en République dominicaine et dans d’autres pays d’Amérique latine, des exemples de femmes qui ont, en toute indépendance, passé des accords par Internet avec des propriétaires de bars et des employeurs du Nord mondial.

Réseaux et circuits transfrontaliers

  • 1 Les kabootars et les kabootris sont respectivement des pigeons mâles et femelles. On utilise ces no (...)
  • 2 « Narrating Identity Across Dominican Worlds », in Smith et Guarzino, Transnationalism from Below.

26La quête des visas pour les Etats-Unis, le Canada, l’Europe et d’autres pays aisés de la sous-région de départ est virtuellement un passe-temps national. Le Pendjab compte un vaste répertoire de chansons populaires qui parlent des « kabootars » et des « kabootris »1, de leurs tribulations et de leurs voyages. Le musicien dominicain Juan Luis Guerra rend compte de cette obsession des visas pour l’étranger dans sa chanson très connue Visa para un sueño (Visa pour un rêve). Les migrants potentiels sont des experts si bien informés sur les pays dans lesquels ils veulent s’installer que Nina Sorenson parle d’eux comme d’« indigènes des espaces transnationaux »2. Ils créent ces rêves de pays imaginaires à partir de ce qui se dit dans leurs différents réseaux – les réseaux familiaux, d’amis ou de membres de leur communauté – ou de ce que racontent les visiteurs revenant des terres promises. Ces réseaux informels jouent donc un rôle crucial pour les migrants, parce qu’ils créent et enjolivent leurs rêves et facilitent leurs voyages et leur installation dans les pays de destination. Pour les travailleuses du sexe dans les lieux de tourisme sexuel, les liens amoureux avec des clients étrangers servent de « substitut aux réseaux familiaux de migration ».

Des réponses inadéquates

  • 3 Organisation internationale du travail, 58 e session de l’Assemblée générale des Nations unies.

27Dans les pays de départ, la gestion des migrations et des travailleurs migrants est actuellement transférée des ministères du Travail aux ministères de l’Intérieur et des Affaires intérieures, ce qui change radicalement le contexte dans lequel la politique est formulée et mise en application. Il s’agit de maintenir la sécurité nationale, avec des conséquences en matière de droits humains et de droit du travail.3

  • 4 Idem.

28Dans les pays de destination, le discours politique et les cadres idéologiques existants sur la question des travailleurs migrants renforcent encore les dilemmes économiques et administratifs. S’il est pris dans un trafic, le sujet migrant est avant tout considéré comme une victime à sauver et à ramener dans sa famille et dans sa communauté, indépendamment de ses propres aspirations. S’il est en situation irrégulière ou n’est pas autorisé à être sur le territoire, le migrant est assimilé à un criminel, au trafiquant d’armes et de drogue, au terroriste, et justifie donc des mesures draconiennes visant à « lutter contre les migrations illégales ». « La stigmatisation sociale et la violence ouverte sont encouragées par un langage utilisant le registre de l’illégalité et les termes militaires – comme si les migrants illégaux étaient des ennemis dans une confrontation guerrière. »4

29La nouvelle rhétorique des politiques migratoires tourne donc autour des idées suivantes : la gestion des migrations ; la régulation des migrations ; la régularisation des migrations ; la standardisation du travail.

Mondialisation du travail forcé et mondialisation des normes du travail

30Il est important maintenant de relier stratégiquement le paradigme de la lutte contre le trafic au discours sur le travail, au lieu de simplement l’inscrire dans le chapitre de la lutte contre tous les trafics.

31On dit en général que le but du trafic d’êtres humains est de rendre la personne plus exploitable, et ainsi de maximiser les bénéfices de l’activité à laquelle elle participe. Le recrutement, le transport, l’utilisation de la force ou de la tromperie – des actes caractéristiques de la chaîne de trafic – sont subordonnés à la fonction finale qui est de retenir la personne dans des situations de travail forcé ou dans des pratiques proches de l’esclavage, c’est-à-dire dans des conditions de travail sans protection qui vont permettre de maximiser les bénéfices.

32Par conséquent, certains avancent l’idée que les interventions stratégiques ayant pour but de lutter contre le trafic d’êtres humains devraient se concentrer non pas sur la fermeture des frontières, sur le refoulement ou le renvoi dans le pays d’origine mais sur le traitement de la demande de travail forcé ou exploité. On pense souvent qu’une intégration globale et composite des mesures de lutte contre le trafic dans les politiques de travail faciliterait énormément la mise en place d’une protection sociale et légale durable pour les femmes prises dans le trafic, et protégerait leurs droits humains. Cette vision s’inscrit dans les discours plus progressistes de certaines agences des Nations unies, dont certainement l’Organisation internationale du travail, des organisations bilatérales, certaines ONG, et dans les projets de l’Union européenne, du Conseil de l’Europe, du Pacte de stabilité, notamment dans le contexte de la lutte contre le trafic d’êtres humains.

33Je pense que nous sommes certainement sur la bonne voie : ce changement d’orientation permettrait de traiter le problème des conditions de travail des personnes prises dans un trafic, mais également de tous les travailleurs migrants d’une façon plus générale, et de tous les travailleurs en situation d’exploitation ou de travail contraint. Toutefois, j’émettrai quelques réserves, et j’aimerais ajouter ici une mise en garde. Je pense en effet que la lutte contre le trafic d’êtres humains devrait nous servir d’exemple : tous les acteurs de ce combat ont soutenu le paradigme de la lutte contre le trafic d’êtres humains, avec les meilleures intentions du monde et pour protéger les femmes prises dans un trafic. On a alors mis en place un cadre, qui a été généreusement appliqué et soutenu par les donateurs, les pays d’origine et de destination. Mais ce cadre a profité à tous sauf aux femmes victimes de trafic. Il a finalement mené à l’adoption de lois restrictives comportant des mesures draconiennes, à une stricte police des frontières, et à des interceptions faites non seulement par les autorités de l’immigration et de la police des frontières, mais aussi par de nombreux autres acteurs, dont des ONG. Cette orientation a aussi entraîné une intensification des opérations de sauvetage et de rapatriement, avec peu d’égards pour les aspirations réelles et les intérêts que les femmes pouvaient exprimer. Le tout au nom de la lutte contre le trafic d’êtres humains.

34Et pourtant, dans les propositions que je reçois, dans la majorité des rapports que je lis, on ne parle que rarement d’un recul du trafic, d’une amélioration de la condition des personnes prises dans le trafic ou susceptibles de l’être, de possibilités et de choix plus divers pour les migrantes et les personnes qui migrent pour survivre économiquement. On parle très peu d’un durcissement des poursuites et donc d’une baisse du nombre de trafiquants et de gangs de crime organisé. En fait, les résultats de ce dernier volet sont plutôt mauvais.

35Il apparaît maintenant clairement que le développement des trafics n’est pas dû seulement à la restriction des voies légales de migration permettant de relier l’offre de travail aux lieux de demande de travail. C’est certes une réalité, mais les économistes observent également une croissance frappante de la dualisation des marchés du travail dans les pays développés – une dualité des marchés qui fait jouer une demande de main-d’œuvre bon marché et exploitable pour laquelle les travailleurs locaux ne sont pas disponibles.

  • 5 « Labour Standards and Women’s Rights », in Lourdes Beneria and Savitri Bisnath (eds.), Global Tens (...)

36Dans son récent article sur les normes du travail et les droits des femmes, Naila Kabeer5 fait une analyse très pertinente du changement de discours sur le commerce international. Elle parle du passage de la notion d’avantage comparatif à celui d’avantage inéquitable. Au cours des décennies précédentes, le commerce de longue distance portait sur des marchandises différentes et était, par conséquent, de nature complémentaire. Mais dans le contexte actuel de mondialisation et de compétition accrue, les biens manufacturés à fort apport de main-d’œuvre sont commercialisés aussi bien par les pays riches que par les pays pauvres qui, tous, sont soumis à une pression pour des bénéfices croissants grâce à l’exploitation du travail. D’où un développement de la dualité des marchés et des secteurs formels et informels aussi bien dans les économies des pays riches que dans les économies des pays pauvres. La demande porte donc sur la main-d’œuvre, mais surtout sur une main-d’œuvre bon marché et exploitable dans les secteurs non protégés. Le phénomène n’est pas totalement fortuit. Selon Kabeer, on assiste actuellement au développement d’un « nouveau discours sur l’éthique » dans le commerce international, qui parle des conditions de travail précisément dans les secteurs industriels dans lesquels les pays pauvres ont acquis un avantage comparatif. Avec la revendication d’une mondialisation des normes du travail, avec les nouveaux discours sur l’éthique du travail et avec le boycott, dans les pays du Nord, des industries qui ne mettent pas en application les normes du travail, on a détourné l’avantage comparatif des pays pauvres du Sud en un avantage inéquitable. Ce discours profite bien entendu au Nord mondialisé.

37Quelles seraient, pour les travailleuses migrantes, les implications d’une politique s’attaquant et éliminant la demande de main-d’œuvre bon marché dans les pays de destination, lorsqu’on sait que les seules voies qui leur sont ouvertes sont les emplois informels et non protégés, même dans les pays riches ? Si on ne procède pas simultanément à une légalisation de ces emplois, avec une généralisation des normes et de la protection du travail, et à une régularisation des travailleurs confinés à ces emplois, demander la fermeture de ces sites revient à couper les moyens de subsistance des migrantes transnationales […]. Et cela revient également à les confiner encore plus dans la clandestinité. C’est ce qu’on peut dire aussi des demandes de régulation des migrations au titre de la gestion des migrations. Cette demande est exprimée de nos jours par de nombreux pays de destination.

38Je ne défends pas un maintien du travail forcé, des lieux d’exploitation et des migrations à risques multiples. Je mets simplement en garde contre des demandes qui risqueraient de nuire encore plus aux migrants au lieu de les aider. Je pense que nous devons réfléchir à cette question en toute honnêteté.

Notes

1 Les kabootars et les kabootris sont respectivement des pigeons mâles et femelles. On utilise ces noms pour désigner les candidats à l’émigration qui deviennent membres de groupes culturels, partent donner des spectacles au Canada, aux Etats-Unis et dans certains pays d’Europe, et qui restent dans ces pays en entrant dans la clandestinité.

2 « Narrating Identity Across Dominican Worlds », in Smith et Guarzino, Transnationalism from Below.

3 Organisation internationale du travail, 58 e session de l’Assemblée générale des Nations unies.

4 Idem.

5 « Labour Standards and Women’s Rights », in Lourdes Beneria and Savitri Bisnath (eds.), Global Tensions : Challenges and Opportunities in the World Economy, Routledge, Londres, 2004.

Auteur

Conseillère sur le trafic d’êtres humains auprès du Haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Genève.

Emmanuelle Chauvet (Traducteur)

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable