Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, nouvelle division internationale du travail et migrations

 | 
Christine Verschuur
, 
Fenneke Reysoo

4. Les luttes et les réseaux de migrantes

Les organisations de migrantes en Belgique s’associent à des initiatives collectives dans leur pays d’origine

Jeannine Moninga-Gbogbu

Note de l’éditeur

In : Jeannine Moninga-Gbogbu, Marcela De La Peña, Le Rôle des femmes migrantes dans les ONG et le développement, Le Monde selon les femmes, Bruxelles, 2002, pp. 4-5

Texte intégral

1Les motivations et les intérêts des migrantes pour le développement du Sud sont très importants et justifient pourquoi ces dernières restent très préoccupées par les difficultés socio-économiques et politiques au Sud. Les associations qu’elles forment éprouvent un lourd sentiment d’injustice à l’égard des autorités belges et des ONG, car elles sont exclues des politiques qui les concernent directement.

2Avec les compétences acquises dans les pays d’immigration et la connaissance de leurs cultures, les membres de ces associations ont développé des pratiques de solidarité et de coopération avec leurs communautés d’origine ainsi qu’avec d’autres pays du Sud. Le rôle de ces associations est primordial : elles réunissent les moyens nécessaires à l’implantation de projets de développement dans leur pays d’origine, parfois là où la coopération de la société civile ou des gouvernements occidentaux a échoué par méconnaissance des réalités locales.

3Par le lien qu’elles entretiennent avec leur pays et leur culture d’origine, les femmes migrantes constituent un groupe incontournable et d’importance certaine dans le secteur de la coopération au développement. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, ces dernières années, on a constaté un phénomène d’organisation collective de transferts de fonds qui vont nourrir des projets locaux, favorisant ainsi le développement des régions d’origine.

4Pour être actrices dans le Sud, les associations de femmes migrantes doivent remplir certaines conditions, et notamment obtenir des moyens légaux et administratifs qui permettent la mobilité internationale des migrants. Plus les migrantes sont intégrées dans la société d’accueil, plus elles acquièrent une capacité à être actrices du développement au Nord et au Sud par leur savoir-faire et leurs références culturelles.

Quels sont les ponts à jeter pour que les associations de migrantes participent au développement socio-économique du Sud ?

5Les associations de femmes migrantes rencontrent beaucoup de difficultés pour travailler avec leurs partenaires au Sud. Néanmoins, elles ont créé des synergies dans le Sud et peuvent travailler en collaboration avec certaines organisations.

6C’est le cas d’ALEGRIA (Association des femmes angolaises), qui a lancé un projet sur la situation des enfants des rues en Angola avec sa partenaire sur place, l’Association des femmes solidaires d’Angola. En effet, plusieurs années de guerre civile en Angola ont créé un phénomène sans précédent, celui des enfants des rues. Soucieuse du devenir de ces enfants qui sont l’avenir du pays, ALEGRIA s’est donné comme défi de résoudre le grand problème de la réinsertion sociale de ces enfants en créant un centre spécialement pour eux.

7L’Association des femmes congolaises (AFECO) a créé des projets dans le domaine avicole avec des femmes de Kinshasa au Congo et ce, sans aucun subside.

8Le Collectif des mamans de l’Afrique centrale (CMAC) lutte pour obtenir des subsides et une reconnaissance en tant qu’ONG. CMAC travaille en partenariat avec deux hôpitaux de Kinshasa et avec « Femmes plus », une association de femmes séropositives. Cette dernière association encadre et assure le suivi psychosocial des femmes séropositives et des orphelins. Grâce à ses activités culturelles et aux dons reçus, CMAC est parvenue à rassembler des médicaments et du matériel qui ont été envoyés à Kinshasa.

9L’association INYANGE des femmes Rwandaises, quant à elle, intervient dans l’assistance aux réfugiés se trouvant en Belgique et ailleurs.

10Le groupement des femmes sénégalaises est très engagé dans le transfert de fonds pour le financement de projets, ainsi que dans l’import-export.

11ANACAONA, qui regroupe des femmes latino-américaines, développe une autre approche. En vue de prévenir la migration « forcée », ANA-CAONA s’est donné comme tâche d’élaborer et diffuser ici et là-bas un guide d’information juridique et administrative en mettant l’accent sur les conditions de vie des femmes immigrées. Elle travaille en partenariat avec le Sud afin de diffuser ce guide en espagnol.

12[…]

13L’association « Les Mamans Maendeleo » travaille en partenariat avec l’association Solidarité des femmes de Burhale (SOFEBU) et l’association SIMA-KIVU dans le sud Kivu au Congo. Son travail consiste à rechercher de l’information pour le financement des projets de développement conçus dans cette partie du pays.

14Les initiatives lancées par les femmes migrantes dans le Sud sont très nombreuses, et elles contribuent à l’essor des structures existantes. Malheureusement, le Nord ne leur donne ni les moyens de valoriser ni ceux d’exploiter pleinement leurs capacités, et encore moins de participer au développement de la société ici et là-bas. […]

  • 1 Sans nous rien ne va plus : alliance d’environ quatre-vingts organisations de personnes migrantes, (...)

Sans nous rien ne va plus1
Manifeste pour un avenir commun
[…]
Nous, les immigrés et réfugiés de Suisse, nous apportons sans cesse notre contribution sur le plan culturel, politique, social et économique. Mais que se passerait-il si nous cessions de le faire, ne serait-ce qu’un seul jour ? Les trains continueraient-ils de rouler, les poubelles d’être vidées, les machines de fonctionner ? Qui ferait les lits des chambres d’hôtel, servirait les repas, s’occuperait des clients ou des personnes nécessitant des soins ? Qui mènerait les recherches scientifiques, nettoierait rues et appartements, se produirait sur les scènes de théâtre ou jouerait sur les terrains de football ? Nous appelons tous les migrants à se mobiliser pour soutenir les revendications de ce manifeste, à se regrouper et à coopérer avec les organisations suisses progressistes. Nous avons notre mot à dire et ne manquerons pas d’appuyer nos propositions par des actions publiques. Sans nous rien ne va plus.
[…]
La nouvelle constitution suisse garantit l’égalité des droits pour tous : « Nul ne doit subir de discrimination du fait notamment de son origine, de sa race, de son sexe, de son âge, de sa langue, de sa situation sociale, de son mode de vie, de ses convictions religieuses, philosophiques ou politiques, ni du fait d’une déficience corporelle, mentale ou psychique. » (Article 8, alinéa 2). Pourtant un million et demi d’habitants de la Suisse sont discriminés du fait de leur origine : nous, les immigrées et immigrés. […]
Nous, les immigrées et immigrés, nous payons 15 milliards d’impôts et déboursons 6 milliards pour les assurances sociales.
Mais nous n’avons pas le droit d’intervenir. Si les immigrés et réfugiés de Suisse formaient un canton, ce serait le plus grand du pays. Nous serions représentés à Berne par deux conseillers aux Etats, par 46 conseillers nationaux, et par un membre du Conseil fédéral. Nous sommes certains qu’aucun canton n’apporterait dans les débats des connaissances plus diversifiées et davantage d’expériences de la vie que le nôtre.

Notes

1 Sans nous rien ne va plus : alliance d’environ quatre-vingts organisations de personnes migrantes, de sans-papiers et de réfugiés, de syndicats et partis politiques en Suisse, créée en 2003, < www.sansnous.ch >.

Auteur

Membre de l’association belge Le Monde selon les femmes.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable