Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, nouvelle division internationale du travail et migrations

 | 
Christine Verschuur
, 
Fenneke Reysoo

3. L'argent des migrantes

Envois de fonds des travailleurs émigrés : une source importante et stable de financement externe du développement

Dilip Ratha
Traduction de Emmanuelle Chauvet

Note de l’éditeur

Traduit de l’anglais. Texte original in : Global Development Finance 2003, Banque mondiale, Washington, 2004, pp. 157-175.

Texte intégral

1Les flux de capitaux privés [dans les pays en développement] ayant diminué, les fonds envoyés chez eux par les travailleurs émigrés sont devenus, pour les pays en développement, une source de plus en plus importante de financement extérieur. Ce chapitre explore l’importance relative de ces fonds comme source de financement du développement et discute des mesures que pourraient prendre les pays développés et en développement pour faire augmenter le montant de ces fonds. Les principaux points sont les suivants :

  • Les flux de fonds envoyés par les travailleurs émigrés sont, après les investissements étrangers directs, la deuxième source de financement extérieur pour les pays en développement. En 2001, les recettes issues des versements des travailleurs émigrés se sont élevées à 72,3 milliards de dollars pour les pays en développement, soit beaucoup plus que les flux officiels totaux et que les flux privés hors investissements étrangers directs ; soit également 42 % de la valeur totale des flux étrangers directs vers les pays en développement. La part des fonds envoyés par travailleurs émigrés dans le produit intérieur brut (PIB) et dans les importations était plus forte dans les pays à bas revenu que dans les pays à revenu moyen. Ces versements sont aussi plus stables que les capitaux privés qui suivent souvent les cycles économiques, et qui font donc augmenter les revenus lors des phases de croissance et les font baisser lors des dépressions. Ces fonds sont au contraire moins volatiles – et peuvent même augmenter – en réaction aux cycles économiques dans le pays receveur. On s’attend à un fort développement de ces versements à long terme, une fois que, dans les pays du G-7, les marchés stagnants de l’emploi auront repris et que les nouvelles procédures de contrôle des transferts internationaux auront été mises en place.

  • Les fonds envoyés par les travailleurs émigrés sont souvent investis par leurs destinataires, en particulier dans les pays ayant une politique économique saine. De meilleures politiques et un relâchement dans le contrôle des changes dans les années 1990 ont probablement encouragé l’utilisation de ces fonds à des fins d’investissement.

  • En renforçant les infrastructures financières et en facilitant les transferts internationaux, les pays pourraient augmenter les flux de versements des travailleurs émigrés, et ainsi faire entrer des fonds supplémentaires dans les circuits formels. Les coûts de transaction des transferts de fonds dépassent souvent 20 % ; en les réduisant, même de 5 %, on pourrait créer une épargne annuelle s’élevant à 3,5 milliards de dollars pour les travailleurs qui envoient des fonds dans leur pays d’origine.

  • Un moyen important – et très discuté – de développer les flux de fonds envoyés par les travailleurs émigrés vers les pays en développement est de faciliter la mobilité internationale des travailleurs. L’économie mondiale profiterait beaucoup de migrations internationales plus nombreuses. Mais les pays développés se méfient beaucoup des effets possibles d’un relâchement des politiques d’immigration, car ils craignent que l’immigration entraîne une compétition accrue sur les marchés du travail locaux et engendre une charge fiscale supplémentaire pour les contribuables. Les pays développés craignent aussi qu’une immigration à grande échelle érode les valeurs culturelles et mette en danger la sécurité intérieure. Les pays en développement s’inquiètent d’une possible « fuite des cerveaux », même si la perte de production due à l’émigration des travailleurs qualifiés est probablement plus que contrebalancée par les fonds envoyés dans leur pays et par les effets de réseau profitant au commerce et à l’investissement. La proposition dénommée Mode-4, actuellement en cours d’examen dans le cadre de l’Accord général sur le commerce des services, est une étape positive, bien que de portée limitée, vers une plus grande mobilité internationale du travail. […]

  • 1 Confederación Española de Cajas de Ahorros, Confédération espagnole des caisses d’épargne, [NDT].

La conquête du marché des services de transfert de fonds. Un exemple en Espagne
Trente et une caisses d’épargne et la CECA1 ont créé, dans le cadre de la Commission d’Organisation et de Services (COAS), une plateforme technologique et opérationnelle pour l’envoi de fonds qui permettra à l’utilisateur final de ce genre d’opération des économies de plus de 50 % sur les frais moyens des sociétés de transferts internationaux d’argent. Six autres caisses d’épargne étudient la possibilité de se joindre à ce projet à court terme.
Le système d’envoi d’argent des caisses est donc destiné aux plus de 2,5 millions de citoyens étrangers qui sont recensés en Espagne selon les données de fin 2003. […]
Coûts réduits
Face aux méthodes habituelles d’envoi d’argent, la plateforme des caisses d’épargne propose des prix très inférieurs, la transparence des coûts ainsi que l’accès à tout le réseau d’agences et de guichets automatiques des caisses d’épargne.
Le système est basé sur une série d’accords spécifiques avec des entités réceptrices des transferts de solvabilité reconnue. Plus précisément, des accords ont été établis avec seize entités de onze pays, et des négociations sont en cours avec trois autres pays. […]
Grâce aux alliances établies jusqu’à présent la plateforme de transfert d’argent des caisses couvrira 75 % des citoyens étrangers qui résident en Espagne à partir de sa mise en exploitation. Cette plateforme technologique et opérationnelle étant organisée en plusieurs entités, les coûts diminuent considérablement et la rapidité et la fiabilité des opérations sont meilleures.
Le système choisi par les caisses garantit que l’argent qui est envoyé depuis l’Espagne entre dans les circuits financiers des pays d’origine des immigrants, point très important pour le développement de ces économies puisqu’il génère à son tour plus de richesse. […]
Du point de vue des caisses d’épargne, la plateforme technologique et opérationnelle d’envoi d’argent permet à chaque caisse d’implanter son propre modèle d’affaire aux conditions commerciales particulières, mais avec une structure commune, ce qui se traduit par d’importantes économies d’échelle et un coût de structure très réduit.
Ceci assure de plus une présence notable des caisses dans une activité en plein développement et au fort potentiel de progrès en termes techniques, opérationnels, commerciaux et en particulier pour les coûts. Le projet, qui a déjà été présenté à la Banque d’Espagne, a été conçu comme une formule fiable et bon marché aussi bien pour son développement que pour ses aspects opérationnels et commerciaux, et s’est appuyé sur l’expérience de « La Caixa », entité autour de laquelle l’initiative a été mise en œuvre.
In : Ahorro – Revista de la Confederación Española de Cajas de Ahorros, juillet/août 2004
Traduit de l’espagnol par Yves Le Scieller

Tendances et cycles d’évolution des fonds envoyés par les travailleurs émigrés dans les pays en développement

  • 2 Ces versements sont définis comme les versements, les compensations et les transferts faits par les (...)

2En 2001, le montant des fonds envoyés par les personnes travaillant à l’étranger, résidents ou non-résidents, s’est élevé à un total de 72,3 milliards de dollars, soit 1,3 % du PIB (voir tableau 1)2. Le montant de ces fonds était inférieur à celui des investissements étrangers directs, mais supérieur au flux sur le marché international des capitaux de 1999 à 2001. Le plus souvent dans les années 1990, les recettes de versements ont été plus importantes que les montants officiels de l’aide au développement.

Tableau 1 : Fonds reçus et envoyés par les pays en développement en 2001 (en milliards de dollars)

  • 3 Les autres transferts courants comprennent les dons, les donations à des œuvres de charité, les ret (...)

Ensemble des pays en développement

Pays à faible revenu

Tranche basse des revenus moyens

Tranche haute des revenus moyens

Recettes totales des envois de fonds

72.3

19.2

35.9

17.3

En % du PIB

1.3

1.9

1.4

0.8

En % des importations

3.9

6.2

5.1

2.7

En % des investissements domestiques

5.7

9.6

5.0

4.9

En % des flux privés hors investissements étrangers directs

42.4

213.5

43.7

21.7

En % des entrées totales de capitaux privés

42.9

666.1

44.9

20.2

En % des flux officiels

260.1

120.6

361.7

867.9

Autres transferts courants3

27,2

6,1

14,0

7,1

Envois de fonds et autres transferts courants

99.5

25.3

49,9

24,4

Paiements totaux des mandats

22,0

1.2

1.7

19.1

en ne tenant pas compte de l’Arabie saoudite

6,9

1,2

1.2

4.0

Sources : FMI, Balance of Payments Yearbook 2001 ; Banque mondiale, World Development Indicators 2001

3En pourcentage du PIB et en comparaison d’autres indicateurs économiques clés, le montant des fonds envoyés par les travailleurs émigrés est beaucoup plus haut dans les pays à bas revenu que dans les autres pays en développement. […] L’Amérique latine et les Caraïbes étaient les plus gros receveurs de fonds en termes nominaux, mais en pourcentage du PIB, l’Asie du Sud était le plus gros receveur, avec des versements équivalant à presque 2,5 % du PIB en 2001 (voir graphique 1). Les flux de fonds étaient aussi très importants vers l’Afrique subsaharienne.

Graphique 1 : Part des envois de fonds dans le PIB et les importations en 2001

Graphique 1 : Part des envois de fonds dans le PIB et les importations en 2001

Source : calculs internes à la Banque mondiale

4Les fonds envoyés par les travailleurs émigrés se répartissent de façon plus égale entre les pays en développement que les flux de capitaux : en 2001 les 10 pays ayant reçu la majorité des fonds ont reçu 60 % du total des versements à destination des pays en développement. C’est beaucoup moins que la part cumulée des 10 pays de tête en termes de PIB (68 %), d’exportations (72 %) et d’investissements étrangers directs (74 %).

  • 4 L’une des raisons pour lesquelles les données ne sont pas détaillées par les pays sources ou par le (...)
  • 5 Ces chiffres ne reflètent pas la contribution indirecte de l’Arabie saoudite aux flux de fonds, laq (...)

5Les Etats-Unis et l’Arabie saoudite sont les plus fortes sources de fonds des travailleurs émigrés à destination des pays en développement. Les autres principaux pays sources sont l’Allemagne, la Belgique et la Suisse (voir graphique 2). Il est difficile de préciser la distribution des fonds envoyés, mais certains éléments laissent supposer que les pays en développement ont reçu des Etats-Unis seuls presque 18 milliards de dollars en 20014. Jusqu’au milieu des années 1990, au moment où son essor économique (poussé par les exportations de pétrole) a ralenti, l’Arabie saoudite était dans le monde la principale source de fonds […], et elle en est toujours la source principale par habitant5.

Graphique 2 : 20 premiers pays sources d’envoi de fonds en 2001, en milliards de dollars

Graphique 2 : 20 premiers pays sources d’envoi de fonds en 2001, en milliards de dollars

Source : FMI, Balance of Payments Yearbook

Une source de change relativement stable

6Dans les années 1990, les fonds envoyés par les travailleurs émigrés étaient l’une des sources de revenus de change les moins volatiles pour les pays en développement (voir tableau 1). Alors que les flux de capitaux augmentent souvent lors des cycles économiques favorables et s’écroulent dans les périodes difficiles, les versements des travailleurs émigrés réagissent de façon moins violente et montrent une stabilité remarquable dans le temps. Par exemple, les fonds envoyés par les travailleurs émigrés vers les pays en développement ont augmenté de façon régulière entre 1998 et 2001 alors que les flux de capitaux privés ont diminué à la suite de la crise financière asiatique. Même les composants les plus stables des flux de capitaux – les investissements étrangers directs et les flux officiels – ont reculé en 2000-2001, alors que les versements des travailleurs émigrés ont continué à augmenter.

7Les versements destinés à la consommation (des ménages qui les reçoivent) sont vraisemblablement moins volatiles que les versements destinés à l’investissement. Les migrants envoient certainement plus de fonds en période de difficultés économiques, notamment dans les pays à bas revenu, où leurs familles dépendent lourdement de cette source de revenus et vivent tout juste au niveau de survie. Les ralentissements économiques encouragent aussi probablement les travailleurs à émigrer – et à transférer des fonds vers la famille qu’ils ont laissée derrière eux.

8Même lorsque les versements sont destinés à l’investissement, ils ne connaissent pas les retraits massifs ou les afflux euphoriques que subissent les flux spéculatifs à destination des marchés émergents. Les personnes résidant à l’étranger vont plus probablement faire abstraction du mauvais contexte économique pour continuer à investir dans leur pays d’origine que les investisseurs étrangers. Cet effet est semblable à celui du biais national dans les investissements (Banque mondiale, 2001). Cette relative stabilité a encouragé certaines économies de marché émergentes à utiliser les versements comme nantissements leur permettant d’emprunter sur les marchés internationaux des capitaux à des conditions nettement meilleures qu’ils ne le pourraient autrement […].

9Les relations interbancaires qui se développent avec les transferts de fonds des travailleurs émigrés ont également attiré de substantiels contrats d’investissements étrangers directs dans les pays en développement. Pour les banques, l’activité d’intermédiaire dans les transferts de fonds des émigrés vers les familles restées au pays dégage une grande marge. Selon certains auteurs, les intermédiaires ont collecté environ 12 milliards de dollars d’honoraires en 2001 (Maldonado et Robledo, 2002). L’ampleur de ces activités est en elle-même attirante pour les banques, mais en plus, les nouveaux clients des banques, qui au départ veulent simplement faire des versements, apportent avec eux de nombreuses autres activités. Récemment au Mexique, les perspectives multiples et de plus en plus nombreuses ouvertes par l’afflux des fonds ont attiré au moins deux gros contrats d’investissement étranger direct. Evalué à 12,5 milliards de dollars, le contrat Citigroup-Banamex de 2001 est le plus gros investissement qu’ait fait une société américaine au sud de ses frontières (Wall Street Journal, 12 décembre 2002). En décembre 2002, la Bank of America a payé à Santander 1,6 milliard de dollars pour l’achat d’une partie de Serfin.

10S’ils sont plus stables en général, les versements n’en réagissent pas moins aux évolutions économiques importantes dans les pays receveurs. Ils se sont régulièrement développés aux Philippines lorsque le climat favorisait les investissements, au début des années 1990, et sont devenus plus volatiles après la crise financière de la fin la décennie […]. De la même façon, les recettes des versements de la Turquie ont augmenté jusqu’à la fin des années 1990, mais ont diminué lorsque l’économie s’est enfoncée dans la crise en 1999 et 2000 […]. Cependant, dans les deux pays, le recul des versements, et leur volatilité, ont été moindres que ceux des flux de capitaux.

  • 6 Certains gouvernements essaient d’encourager l’utilisation des fonds envoyés de l’étranger pour des (...)
  • 7 Dans la balance des paiements, les fonds rapportés par les migrants rentrant chez eux sont enregist (...)
  • 8 Par exemple, les fonds envoyés ont beaucoup augmenté lorsque les pays ont permis aux résidents d’ou (...)

11Certains éléments montrent que les fonds sont de plus en plus utilisés pour des investissements dans les pays en développement, en particulier dans les pays à bas revenu. Selon certaines études, les fonds envoyés des Etats-Unis engendrent presque 20 % des investissements dans les microentreprises des villes du Mexique (Woodruff et Zenteno, 2001)6. De la même façon, dans la République arabe d’Egypte, une grande partie des migrants qui sont rentrés à la fin des années 1980 ont créé leur entreprise à partir de fonds qu’ils avaient rapportés de l’étranger7 (McCormick et Wahba, 2002). Lorsque, dans les années 1990, les pays à bas revenu ont levé leurs restrictions de change et libéralisé leurs comptes courants et de capital, les recettes des versements des personnes émigrées ont beaucoup augmenté. La volatilité de ces fonds a aussi augmenté, vraisemblablement parce qu’ils étaient destinés à des investissements8.

12[…]

  • 9 Selon Swamy (1981), la situation économique du pays d’accueil est le principal déterminant du monta (...)
  • 10 Voir Clark, Hatton et Williamson (2002) et la Banque mondiale (2002) pour une description des évolu (...)
  • 11 Le recul du montant des fonds venus des pays du Golfe dans le milieu des années 1980 était très pro (...)

13Logiquement, les flux de fonds sont influencés par les cycles économiques des pays sources. Une reprise économique dans le pays source fait augmenter le revenu du travailleur émigré. Elle attire aussi de nouveau migrants en quête de revenus meilleurs9. Par exemple, les fonds envoyés depuis les Etats-Unis ont beaucoup augmenté conjointement à la forte croissance économique de la seconde moitié des années 1990. Sous l’impulsion du secteur des technologies de l’information, la prospérité a mené les Etats-Unis à réviser leurs politiques d’immigration dans le but de permettre aux entreprises d’engager plus de techniciens étrangers10. Les fonds envoyés depuis l’Arabie saoudite ont augmenté pendant le boom pétrolier des années 1970 et du début des années 1980, mais ils ont reculé dans le milieu des années 1980 lorsque les prix du pétrole ont diminué, lorsque le déficit budgétaire s’est creusé, et quand le gouvernement a mis des limites au recrutement de travailleurs étrangers11.

14[…]

Conséquences économiques des envois de fonds des travailleurs émigrés

  • 12 Ces mêmes travailleurs qualifiés seraient probablement beaucoup moins productifs dans un pays en dé (...)
  • 13 Les ménages ruraux consomment en général plus de biens produits dans le pays – et ils entraînent do (...)

15Les envois de fonds font augmenter le revenu individuel des bénéficiaires, et développent les réserves en devises du pays de destination. S’ils sont investis, ces fonds contribuent à la croissance de la production, et s’ils sont consommés, ils ont aussi un effet multiplicateur positif (voir par exemple Stahl et Arnold, 1986). Les fonds permettent ainsi de contrebalancer les pertes de production que peut causer, pour un pays en développement, l’émigration des travailleurs hautement qualifiés12. Adelman et Taylor (1990) ont montré qu’au Mexique, pour chaque dollar envoyé par des émigrés travaillant à l’étranger, le PNB augmentait de 2,69 dans les ménages destinataires urbains et de 3,17 dollars dans les ménages destinataires ruraux13. Par ailleurs, les versements font plus que contrebalancer les pertes de revenu fiscal dans la plupart des pays en développement. Ainsi en Inde, la perte fiscale nette liée à l’émigration indienne vers les Etats-Unis a été estimée à 0,24 à 0,58 % du PIB indien en 2001 (Desai, Kapur et McHale, 2001b), mais les envois de fonds ont représenté au moins 20,1 % du PIB la même année. Lorsque ce sont des travailleurs non qualifiés qui émigrent pour échapper au chômage, les envois de fonds vont même très probablement être un gain net très clair pour les pays en développement.

16On pense que les envois de fonds depuis l’étranger ont un effet positif sur l’épargne et l’investissement. Au Pakistan, des enquêtes ménages ont montré qu’à la fin des années 1980 et au début des années 1990, la propension marginale à l’épargne était plus forte (0,711) pour les revenus des envois de fonds internationaux que pour les envois de fonds faits à l’intérieur du pays, des zones urbaines vers les zones rurales (0,49), ou que pour les revenus de location (0,085) (Adams, 2002 et 1998). En outre, ces envois de fonds apportent la devise forte nécessaire à l’importation des facteurs de production qui ne sont pas disponibles dans le pays. Les fonds sont parfois une assurance contre les risques liés aux nouvelles activités de production (Taylor, 1999). Faini (2001) a montré que les fonds ont un effet positif sur la croissance. Comme on l’a dit précédemment, les versements des travailleurs émigrés ont été une source d’investissement au Mexique et dans la République arabe d’Egypte. Dans de nombreux pays, ces fonds ont servi à construire des écoles et des cliniques (par exemple, voir Martin, Martin et Weil, 2002 pour une étude des fonds envoyés de France au Mali ; voir aussi Orozco, 2000). Lucas (1985) a estimé que, dans cinq pays d’Afrique subsaharienne, l’émigration (vers les mines d’Afrique du Sud) réduisait la main-d’œuvre et la production agricole à court terme, mais entraînait à long terme une amélioration de la productivité céréalière et une accumulation de bétail grâce à un investissement des fonds.

  • 14 Au cours d’une enquête ménage en Egypte, dans la deuxième moitié des années 1980, Adams (1993) a tr (...)

17On n’a pas de preuve définitive des effets des envois de fonds sur les inégalités de revenu. Les versements font augmenter le revenu et permettent à certaines personnes de sortir de la pauvreté. Selon certaines enquêtes, les fonds envoyés ont eu un effet égalisateur sur la distribution du revenu entre les différents groupes socio-économiques au Mexique (Taylor, 1999 ; Adelman et Taylor, 1990). Mais il est possible aussi que les envois de fonds augmentent les inégalités car les (travailleurs) riches sont mieux à même de payer les lourds frais fixes liés aux déplacements internationaux14. […]

Le renforcement des infrastructures permettant les envois de fonds

  • 15 En 2002, une enquête, menée par le Pew Hispanic Center (soutenu par la Banque interaméricaine de dé (...)

18Les envois de fonds permettent certes un meilleur bien-être, mais à cause des faiblesses du secteur financier et de l’administration publique, les coûts de transaction sont lourds pour les travailleurs émigrés. En relâchant ces contraintes, on pourrait faire augmenter les recettes des versements et en même temps faire entrer une part plus grande des versements dans le système financier formel. Certaines anecdotes font penser que les inefficacités du système bancaire – de longs délais de compensation des chèques, des pertes de change, ou une mauvaise communication sur les frais de transaction15 – dissuadent les versements intérieurs.

  • 16 On dit en général que le coût des transferts par les voies informelles, comme le Hawala, qui sont u (...)

19En moyenne, le taux des frais de transfert de fonds vers l’Amérique centrale et l’Amérique du Sud est d’environ 13 %, et il dépasse souvent 20 % (voir Orozco, 2002)16. Ces frais, astronomiques en regard des coûts de transfert interbancaire dans les économies industrialisées, sont dus en grande partie aux frais fixes des transferts par câble, auxquels s’ajoute le fait qu’en général, la transaction est de faible valeur, inférieure à 200 dollars le plus souvent. Une baisse de ces coûts de transaction à moins de 10 % entraînerait une économie annuelle de 3,5 milliards de dollars pour les travailleurs émigrés. Une part importante de cette économie serait sans aucun doute versée dans le pays d’origine.

20[…]

Faciliter la mobilité internationale du travail

21Un moyen important – et très discuté – de développer les flux de fonds envoyés par les travailleurs émigrés vers les pays en développement est de faciliter la mobilité internationale des travailleurs entre les pays sources et de destination. Les pressions pour la migration mondiale ont augmenté, mais la mondialisation a été plus lente dans le domaine des migrations (Hatton et Williamson, 2002 ; World Bank, 2002) que dans les flux commerciaux (Findlay et O’Rourke, 2002) et de capitaux (Obstfeld et Taylor, 2002).

22Les principales préoccupations des pays développés au sujet de l’immigration tournent autour de (a) la peur de la concurrence des travailleurs émigrés pour les chercheurs d’emploi du pays, (b) la charge fiscale que peuvent entraîner pour les contribuables nationaux les prestations de santé et de sécurité sociale dont bénéficient les immigrés, (c) les craintes d’une érosion de l’identité culturelle et des problèmes d’assimilation des immigrés, et (d) la sécurité nationale (tout particulièrement après le 11 septembre 2001).

23[…]

L’évolution future des flux de versements vers les pays en développement

24Les flux de fonds des travailleurs émigrés ont montré une stabilité remarquable dans le temps, et leur tendance à l’augmentation, évidente ces dernières années, se poursuivra très probablement à moyen et long terme. On s’attend plus précisément à une forte augmentation des flux de fonds des travailleurs non résidents ou temporaires à moyen terme. La recherche des moindres coûts amène les sociétés multinationales à recruter des travailleurs étrangers pour des emplois transnationaux. Cette tendance vers une plus grande mobilité des travailleurs temporaires pourrait s’accentuer si les négociations du Mode 4 du commerce des services de l’AGCS avancent. Les progrès des transports et des communications compléteront cette tendance.

  • 17 Les pays industriels répondront certainement à l’augmentation de cette pression à la migration en a (...)

25Les pressions à la migration vont certainement encore augmenter dans un futur proche […]17. Le facteur le plus important de cette augmentation est certainement le vieillissement de la population – et la forte augmentation du coût des retraites qui va en découler – dans les nations développées (voir par exemple United Nations, 2000). Les travailleurs qualifiés payant plus d’impôts et demandant moins de soutien des systèmes de sécurité sociale de l’Etat, les évolutions futures des politiques d’immigration vont certainement favoriser les immigrés permanents-qualifiés et les immigrés temporaires-non qualifiés (Desai, Kapur et McHale, 2001a).

26Outre les changements différentiels dans les ratios de dépendance, Hatton et Williamson (2002) ont identifié trois déterminants économiques historiques des migrations mondiales :

  • Une très grande différence de salaires entre pays développés et en développement.

  • La baisse des coûts de la migration au regard de la faiblesse des revenus dans les pays en développement, et ce même si ces coûts restent importants.

  • L’importance de la population immigrée déjà présente dans les pays de destination (qui provoque l’afflux des amis et des membres de la famille dans le cadre du regroupement familial).

  • 18 On a proposé un moratoire de sept ans avant que les travailleurs d’Europe centrale et orientale ne (...)

27Pour certaines parties du monde en développement, l’Asie de l’Est et du Sud par exemple, la croissance économique pourrait faire baisser la pression à la migration ; on n’attend pas le même effet pour la pression à l’émigration d’Afrique. Les migrations du Sud vers le Sud augmenteront probablement plus vite que les migrations du Sud vers le Nord car de nombreuses économies en croissance rapide nouvellement industrialisées vont certainement attirer plus de migrants que les pays industrialisés (Hatton et Williamson, 2002). (Le seul facteur susceptible de modérer les migrations est le nombre de victimes du VIH/sida). La possible intégration de 10 pays d’Europe centrale et orientale dans l’Union européenne (UE) va aussi probablement faire augmenter les migrations de ces pays vers l’UE, mais c’est surtout le mouvement des migrants temporaires qui risque de connaître une forte augmentation18.

  • 19 Pour une présentation du « Mode 4 » voir l’article de Savitri Bisnath in Femmes en mouvement – Genr (...)

28Mais à moyen et long terme, cette vision positive de l’évolution des flux de fonds vers les pays en développement doit être nuancée. La mauvaise santé des marchés du travail des économies du G-7 et l’examen plus restrictif des dossiers des voyageurs internationaux à la suite des évènements du 11 septembre risquent de modifier la composition géographique et le volume des flux de fonds. Compte tenu des risques géopolitiques de conflits et de guerre, les envois de fonds vers les pays en développement du Proche-Orient, d’Afrique du Nord et d’Asie du Sud, pays qui fournissent des travailleurs à des pays tels que le Koweït et l’Arabie saoudite, vont certainement reculer. Une augmentation de l’immigration des pays d’Europe centrale et orientale, après l’élargissement de l’UE, va peut-être empêcher l’immigration des personnes originaires d’autres pays. Mais, si les économies du G-7 surmontent rapidement leurs difficultés économiques, ces reculs vont certainement être effacés par des effets positifs d’une plus grande mobilité du travail et des progrès des négociations du « Mode 4 »19 de l’AGCS.

Bibliographie

Adams, Richard, H., Jr, 1998, « Remittances, Investment and Rural Asset Accumulation in Pakistan », Economic Development and Cultural Change, octobre : 155-73.

Adams, Richard, H., Jr, 2002, « Precautionary Saving from Different Sources of Income : Evidence from Rural Pakistan », Policy Research Working Paper 2761, Banque mondiale, Washington D. C.

Adelman, Irma, et J. Edward Taylor, 1990, « Is Structural Adjustment with A Human Face Possible ? The Case of Mexico », Journal of Development Studies, 26 : 387-407.

Bank of Mexico, 1997, The Mexican Economy, Mexico.

Birks, J. -S., I. J. Seccombe et C. A. Sinclair, 1986, « Migrant Workers in the Arab Gulf : The Impact of Declining Oil Revenues », International Migration Review, 20 (4) : 799-814.

Boeri, T. et H. Brucker, 2000, « The Impact of Eastern Enlargement on Employment and Wages in the EU Member States », rapport non publié à la Commission européenne.

Borjas, George J., R. B. Freeman et L. F. Katz, 1997, « How Much Do Immigration and Trade Affect Labour Market Outcomes ? », Brookings Paper on Economic Activity 1, Brookings Institution, Washington D. C.

Clark, Ximena, Timothy J. Hatton et Jeffrey J. Williamson, 2002, « Where do US Immigrants Come from, and Why ? », NBER Working Paper 8998, National Bureau of Economic Research, Cambridge, Mass., <www.nber.org/papers/w8998>.

Desai, Mihir A, Devesh Kapur et John McHale, 2001a, « Sharing the Spoils : Taxing International Human Capital Flows », article non publié.

Desai, Mihir A, Devesh Kapur et John McHale, 2001b, « The Fiscal Impact of The Brain Drain : Indian Emigration to the US », Weekly Political Economy Discussion Paper, Université de Harvard, <www.wcfia.harvard.edu/seminars/pegroup>.

Drinkwater, Stephen, 2002, « Go West ? Assessing the Willingness to Move from Central and Eastern European Countries », article non publié, Département d’économie, Université du Surrey, Royaume-Uni.

El-Qorchi, Mohammed, Samuel M. Maimbo et John F. Wilson, 2002, « The Hawala Informal Finds Transfer System : An Economic and Regulatory Analysis », à paraître.

El-Sakka, M. I. T. et Robert McNabb, 1999, « The Macroeconomic Determinants of Emigrant Remittances », World Development, 27 (8) : 1493-1502.

Faini, Ricardo, 2001, « Development, Trade and Migration », FMI, Washington D. C, à paraître.

Findlay, R. et K. H. O’Rourke, 2002, « Commodity Market Integration 1500-2000 », in : M. Bordo, A. M. Taylor et J. G. Williamson (ed.), Globalization in Historical Perspective, University of Chicago Press, Chicago.

Hatton, Timothy et Jeffrey G. Williamson, 2002, « What Fundamentals Drive World Migration ? », NBER Working Paper 9159, National Bureau of Economic Research, Cambridge, Mass.

Kaseke, de, Suhas et Dilip Ratha, 2001, « Development Financing During a Crisis : Securitization of Future Receivables », Policy Research Working Paper 2582, Banque mondiale, Washington D. C.

Lozano-Ascencio, Fernando, 1998, « Las Remesas de los Migrantes Mexicanos en Estados Unidos : Estimaciones para 1995 », in : Migration Between Mexico and the United States : Binational Study, Volume 3, Research Reports and Background Materials, Ministère mexicain des affaires étrangères, Mexico.

Lucas, Robert E. B., 1985, « Mines and Migrants in South Africa », African Studies Center Working Paper 106, Université de Boston, repris dans American Economic Review 75 (décembre 1985) : 1094-1108.

Maldonado, Andrés et Alejandra Robledo, 2002, « Sending Money Back Home », The McKinsey Quarterly, n ° 4 : 24-26.

Martin, Philip, Susan Martin et Patrick Weil, 2002, « Best Practise Options : Mali », International Migration, 40 (3) : 87-99.

McCormick, Barry et Jackline Wahba, 2002, « Return Migration and Geographical Inequality : The Case of Egypt », article non publié, Université de Southampton.

Nayyar, Deepak, 1994, Migration, Remittances and Capital Flows : The Indian Experience, Oxford University Press, Delhi.

Obstfeld, M. et A. M. Taylor, 2002, « Globalization and Capital Markets » in : M. Bordo, A. M. Taylor et J. G. Williamson (ed.), Globalization in Historical Perspective, University of Chicago Press, Chicago.

Orozco, Manuel, 2000, « Latino Hometown Associations as Agents of Development in Latin America », Inter-american Dialogue, juin.

Orozco, Manuel, 28 février 2002, Déclaration devant la Commission de la banque, du logement et de la gestion urbaine du Sénat des Etats-Unis, audience sur « Accounting and Investor Protection Issues Raised by Enron and Other Public Companies », <http://banking.senate.gov/02_02hrg/022802/orozco.htm>.

Stahl, Charles W. et Fred Arnold, 1986, « Overseas Workers’Remittances in Asian Development », International Migration Review, 20 (4) : 899-925.

Straubhaar, Thomas, 1986, « The Cause of International Labour Migrations – A Demand-Determined Approach », International Migration Review, 20 : 835-855.

Swami, Gurushri, 1981, « International Migrant Workers’Remittances : Issues and Prospects », Staff Working Paper 481, Banque mondiale, Washington D. C.

Taylor, J. Edward, 1999, « The New Economics of Labor Migration and the Role of Remittances », International Migration, 37 (1) : 63-86.

United Nations, 2000, « Replacement Migration : Is It a Solution to Declining and Ageing Populations ? », Report ESA/P/WP 160, Département des affaires économiques et sociales, Division de la population, New York.

Woodruff, Christopher et Rene Zenteno, 2001, « Remittances and Microenterprises in Mexico », article non publié, Université de Californie, San Diego.

World Bank, 2001, Global Economic Prospects 2002, Washington D. C.

World Bank, 2002, Globalization, Growth and Poverty, Policy Research Report, Washington D. C.

Notes

1 Confederación Española de Cajas de Ahorros, Confédération espagnole des caisses d’épargne, [NDT].

2 Ces versements sont définis comme les versements, les compensations et les transferts faits par les migrants. […] On sait qu’ils sont très sous-estimés dans les statistiques de la balance des paiements du Fonds monétaire international (FMI). Si on incluait également les autres transferts courants – qui couvrent les dépenses de nourriture, de vêtements, de biens de consommation, de fournitures médicales, les cadeaux, les dots, les sommes versées par les organisations non gouvernementales pour les plans de retraite, etc. – les recettes de ces versements se seraient élevées en 2001 à un montant de 99,5 milliards de dollars, soit 1,6 % du PIB. Dans la littérature sur le sujet, on inclut souvent les transferts faits par les émigrés dans les recettes de versements. […] Les versements venant des pays en développement ont atteint un total de 22 milliards de dollars en 2001. Pour la plupart, ces sommes étaient versées par l’Arabie saoudite (15,1 milliards de dollars).

3 Les autres transferts courants comprennent les dons, les donations à des œuvres de charité, les retraites perçues par des travailleurs expatriés retraités, etc. Ils peuvent également comprendre les transferts personnels des migrants vers leurs familles restées au pays. […]

4 L’une des raisons pour lesquelles les données ne sont pas détaillées par les pays sources ou par les pays de destination est que, dans leurs rapports, les institutions financières intermédiaires donnent souvent aux fonds la nationalité du dernier pays d’où elles leur ont été versées. Par exemple, les Philippines attribuent souvent une grande partie de leurs recettes de versements aux Etats-Unis car de nombreuses banques font passer leurs transferts de fonds par les Etats-Unis. Orozco (2002) avance l’hypothèse que plus de 90 % des flux de fonds à destination de l’Amérique latine partent des Etats-Unis.

5 Ces chiffres ne reflètent pas la contribution indirecte de l’Arabie saoudite aux flux de fonds, laquelle se fait par la formation de travailleurs non qualifiés. Beaucoup arrivent en effet en Arabie saoudite sans formation, puis émigrent vers d’autres pays développés après avoir acquis de solides compétences.

6 Certains gouvernements essaient d’encourager l’utilisation des fonds envoyés de l’étranger pour des investissements. Par exemple, les organes gouvernementaux du Zacatecas, au nord du Mexique, donnent trois dollars pour chaque dollar apporté par les associations d’émigrés à des projets d’investissement (The Economist, 21 février 2002).

7 Dans la balance des paiements, les fonds rapportés par les migrants rentrant chez eux sont enregistrés dans la rubrique des transferts des personnes émigrées. Malheureusement, peu de pays enregistrent ces fonds dans une rubrique à part. On peut supposer qu’une grande partie de ces fonds est déjà incluse dans les recettes de versements des personnes émigrées. Parmi les pays en développement, la Fédération de Russie est le seul pays qui fasse état d’importants transferts par des personnes émigrées ; mais, même dans ce pays, l’ampleur de ces transferts a constamment reculé, passant de 4,5 milliards de dollars en 1994 à 417 millions de dollars en 2001. Selon les statistiques de la balance des paiements du FMI, une fois cumulés, les transferts des personnes émigrées vers les pays en développement ne représentaient qu’1 milliard de dollars en 2001.

8 Par exemple, les fonds envoyés ont beaucoup augmenté lorsque les pays ont permis aux résidents d’ouvrir des comptes en devise dans une banque ordinaire. Entre 1991 et 1996, les transferts vers l’Ouganda ont augmenté de 80 à 415 millions de dollars, en réaction aux mesures permettant aux résidents d’ouvrir des comptes en devises ordinaires (Kasekende, 2000). En octobre 2002, les dépôts sur les comptes en devises représentaient 27,8 % de la valeur totale des dépôts.

9 Selon Swamy (1981), la situation économique du pays d’accueil est le principal déterminant du montant des flux de fonds à destination des pays en développement. De la même façon, Straubhaar (1986) affirme que « les flux migratoires internationaux sont déterminés par la demande, et dépendent de l’existence ou non de systèmes restrictifs de contrôle de l’immigration. »

10 Voir Clark, Hatton et Williamson (2002) et la Banque mondiale (2002) pour une description des évolutions des règles et des tendances de l’immigration aux Etats-Unis. L’augmentation des flux de fonds à destination des pays en développement a coïncidé avec l’augmentation de la population immigrée dans les pays développés. Selon les estimations, le pourcentage d’immigrés est passé de 3,1 % en 1965 à 4,5 % en 1990 (Hatton et Williamson, 2002) ; il est très probable que cette tendance se soit poursuivie dans les années 1990.

11 Le recul du montant des fonds venus des pays du Golfe dans le milieu des années 1980 était très probablement dû à des restrictions au recrutement de nouveaux salariés étrangers. Birks, Seccombe et Sinclair (1986) ont rapporté que l’effondrement des prix du pétrole n’a pas entraîné d’exode massif des travailleurs étrangers des Etats du Golfe arabique. Les versements destinés à l’investissement reculent probablement lorsque l’économie du pays source est forte et que les taux de retour sur investissement sont élevés. El-Sakka et McNabb (1999) ont établi que les flux de fonds vers l’Egypte étaient plus faibles pendant la période 1967-1991 lorsque les taux de retour sur investissement étaient plus élevés dans les pays sources arabes.

12 Ces mêmes travailleurs qualifiés seraient probablement beaucoup moins productifs dans un pays en développement (où le taux de chômage est plus haut et le climat d’investissement moins bon) que dans un pays industriel. Voir également Nayyar (1994).

13 Les ménages ruraux consomment en général plus de biens produits dans le pays – et ils entraînent donc un plus fort effet multiplicateur – que les ménages urbains.

14 Au cours d’une enquête ménage en Egypte, dans la deuxième moitié des années 1980, Adams (1993) a trouvé que la relation entre migration et revenu suivait une courbe en U renversé, ce qui laisserait supposer que ce sont les personnes appartenant à la classe des revenus moyens qui migrent ; les très pauvres ne migreraient pas faute de pouvoir prendre en charge les coûts liés aux déplacements internationaux, et les très riches ne souhaiteraient pas émigrer. Mais lorsqu’il a inclus la terre dans le revenu, il a invalidé cette hypothèse et conclu que ce sont les très pauvres qui émigrent parce que ce sont eux qui ont le plus à gagner de l’émigration (et c’est probablement en vendant leurs terres qu’ils arrivent à payer les frais de voyage).

15 En 2002, une enquête, menée par le Pew Hispanic Center (soutenu par la Banque interaméricaine de développement) auprès de 302 adultes nés en Amérique latine et vivant à Los Angeles et à Miami, a montré que les personnes qui envoient les fonds sont assez préoccupées par la lourdeur des frais de transfert, lourdeur due à des frais forfaitaires et à des taux de change défavorables. Ils sont également préoccupés par le délai de mise à disposition de l’argent. Cette enquête a révélé que presque 83 % des personnes interrogées envoient de l’argent par l’intermédiaire de sociétés internationales de transfert d’argent telles que Western Union ou Moneygram, et seulement 9 % par l’intermédiaire des banques. La Banque du Mexique (1997) a estimé qu’en 1995, 40 % des versements avaient été faits par mandat postal, 24 % par transfert par câble, 27 % par d’autres moyens électroniques, et 8 % par des transferts en espèces. Lozano-Ascencio (1998), à partir d’enquêtes sur les migrants eux-mêmes, a estimé que 15 % des fonds entraient au Mexique en espèces.

16 On dit en général que le coût des transferts par les voies informelles, comme le Hawala, qui sont utilisées dans d’autres régions du monde, est beaucoup plus bas que celui des transferts par les voies institutionnelles (El-Qorchi, 2002).

17 Les pays industriels répondront certainement à l’augmentation de cette pression à la migration en assouplissant leurs lois sur l’immigration, et notamment en encourageant les migrations temporaires (sur le modèle du visa H-1B qui existe aux Etats-Unis).

18 On a proposé un moratoire de sept ans avant que les travailleurs d’Europe centrale et orientale ne soient autorisés à travailler dans l’UE, sur le modèle de la « période transitoire » établie lors de l’entrée de l’Espagne et du Portugal dans l’UE en 1985. Plusieurs études ont estimé que l’émigration de ces pays vers l’UE pourrait augmenter et atteindre 2-3 % de la population des pays sources (voir, par exemple, Boeri et Bucker, 2000), mais d’autres études (Borjas, 1999 ; Drinkwater, 2002) ont fait des estimations moins hautes. Tous semblent s’accorder pour dire que les mouvements temporaires de travailleurs de ces pays vont connaître un fort développement.

19 Pour une présentation du « Mode 4 » voir l’article de Savitri Bisnath in Femmes en mouvement – Genre, migration et nouvelle division internationale du travail, collection Yvonne Preiswerk, textes réunis par Fenneke Reysoo et Christine Verschuur, UNESCO/DDC/iuéd : Genève, 2004, pp. 249-267.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Part des envois de fonds dans le PIB et les importations en 2001
Légende Source : calculs internes à la Banque mondiale
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/5744/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique 2 : 20 premiers pays sources d’envoi de fonds en 2001, en milliards de dollars
Légende Source : FMI, Balance of Payments Yearbook
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/5744/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 78k

Auteur

Senior economist, Banque mondiale.

Emmanuelle Chauvet (Traducteur)

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable