Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, nouvelle division internationale du travail et migrations

 | 
Christine Verschuur
, 
Fenneke Reysoo

2. Etudes de cas : transformations ou renforcement des identités et rapports de genre

Les conditions de la migration féminine en Indonésie et le trafic de femmes

Rebecca Surtees
Traduction de Emmanuelle Chauvet

Note de l’éditeur

Traduit de l’anglais. Texte original in : Rebecca Surtees, « Migration : Citizenship, identity and rights », Development, vol. 46, n ° 3, septembre 2003, pp. 99-106. Development est une revue trimestrielle publiée en anglais par la Society for International Development..

Texte intégral

Introduction

1En Indonésie, la migration de travail est depuis longtemps une stratégie économique, voire une stratégie de survie. Les formes de cette migration ont beaucoup varié dans le temps : envoi des filles à la capitale pour apporter un revenu supplémentaire à la famille, migration des maris vers les régions d’exploitation des ressources nationales, migration temporaire (ou saisonnière) de la famille vers la ville, ou départ d’un des membres de la famille pour travailler à l’étranger. Ces dernières décennies, la migration de travail a connu un développement considérable en Indonésie, et cette tendance a été amplifiée par la crise économique de 1997.

2[…]

  • 1 Plus de 90 % des travailleurs indonésiens émigrés en Arabie saoudite sont des femmes, ce qui est ju (...)
  • 2 Les migrantes, avec ou sans papiers, sont en général des femmes jeunes ayant entre 20 et 40 ans, le (...)
  • 3 Selon les Panca Dharma Wanita (Cinq devoirs des femmes) – explicitées en 1978 par le Pembinaan Kese (...)

3Le nombre de femmes émigrant d’Indonésie a beaucoup augmenté ces dernières années. Entre 1994 et 1999, parmi les employés de commerce indonésiens travaillant à l’étranger, 1’021’103 étaient des femmes alors que 440’133 étaient des hommes (Hugo, 2002b : 159). De la même façon, de janvier 1999 à juin 2001, 71,39 % des travailleurs émigrés légaux étaient des femmes (Ford, 2002)1. Cette féminisation est due en partie à l’augmentation de la demande en main-d’œuvre féminine, censée être plus « docile » et « obéissante » ; elle s’explique également par le fait que, dans les pays de destination, les emplois considérés comme des « emplois féminins », tels que les emplois domestiques, sont plus nombreux. Un autre facteur tient à l’existence d’une très importante main-d’œuvre féminine en Indonésie, et au fait que beaucoup de femmes ont un faible niveau d’éducation et ont des perspectives économiques limitées (Nayyar, 1998)2. Un autre élément est l’obligation sociale qu’ont les femmes – en tant qu’épouses, mères et filles – d’apporter leur contribution à l’économie des ménages (Surtees, 2003)3.

  • 4 En 1997, 92 % des Indonésiennes travaillant en Arabie saoudite étaient des employées domestiques. O (...)

4Cette migration féminine est numériquement importante et financièrement déterminante pour l’économie nationale et pour nombre de ménages indonésiens (Katjasungkana et Wieringa, 2003). Certains chiffres indiquent que les travailleuses émigrées ont envoyé 300 millions de dollars en Indonésie rien qu’en 1999 (Ford, 2002). Mais on ne peut pas considérer l’émigration des femmes que de façon positive. Cet article se concentre sur l’émigration des employées domestiques – qui constitue la plus grande partie des migrations des Indonésiennes4.

Le processus migratoire au départ de l’Indonésie

5Les travailleuses émigrées indonésiennes sont en général recrutées directement dans leurs villages par des agents (calos) qu’elles connaissent. Par exemple, une travailleuse émigrée rentrée au pays, originaire de la province de Nusa Tenggara Barat (NTB) a expliqué qu’elle avait été recrutée par le chef de son village ; une autre de ces migrantes, d’un village voisin, a expliqué que son agent lui avait été présenté par l’un des dirigeants de sa communauté (interview, NTB, juin 2002 ; voir également Spaan, 1994 : 103). Au stade du recrutement, un accord verbal portant sur le type de travail, le salaire et les conditions de travail lie la migrante et le calo (Spaan, 1994 : 103). Les futures travailleuses émigrées paient une commission à cet agent, commission dont le montant varie en fonction du pays de destination. Les migrantes empruntent souvent de l’argent pour payer cette commission – en général avec des taux d’intérêt élevés. Le recrutement est fait à la fois par des agences de recrutement et d’emploi légalement enregistrées – Perusahaan Jasa Pengerah Tenaga Kerja Indonesia (PJTKI) – et par des agences de recrutement illégales.

  • 5 Les conditions d’accueil dans ces centres sont très variables. Mais des violations de droits, comme (...)
  • 6 Les profils (ou « données biographiques ») comprennent des informations sur l’âge, la religion, le (...)
  • 7 Des ONG, comme Kopbumi (Konsorsium Pembela Buruh Migran) – Consortium pour la défense des travaille (...)

6Le recrutement est le plus souvent suivi d’une période de « formation » et de « traitement administratif » dans les « centres d’accueil » des PJTKI5. C’est là que sont traités les dossiers pour l’obtention des papiers légaux et que les profils6 des travailleuses sont envoyés aux agences de placement des pays de destination. En attendant, les futures employées domestiques sont formées à des tâches telles que l’utilisation des appareils ménagers, la cuisine, et apprennent le langage de base. En pratique, une formation appropriée n’est pas toujours donnée, et il n’existe pas de norme nationale à laquelle adhèrent toutes les PJTKI. La formation exclut en général les sujets tels que les droits, les problèmes qui pourraient être rencontrés à l’étranger, les recours et les aides possibles en cas de problème7. Lorsqu’elles sont dans les centres d’accueil – pour des périodes qui peuvent durer de plusieurs semaines à plusieurs mois – les femmes n’ont pas le droit de sortir. Cette étape entraîne elle aussi des frais, qui seront remboursés par des prélèvements sur le futur salaire de l’employée domestique.

7Une fois son dossier traité et après la formation, l’employée domestique est envoyée à l’étranger. A son arrivée dans son pays de destination, elle est accueillie par un agent local qui l’amène chez un employeur chez qui elle va vivre et travailler. Les conditions varient selon le pays, l’agence et l’employeur. Certaines domestiques rapportent de bonnes expériences et rentrent chez elles avec les gains qui leur avaient été promis. Mais cela n’est apparemment pas la norme. Isolées dans les maisons de leurs employeurs, ne pouvant compter sur personne qui puisse servir de témoin, pour les aider et pour les protéger, les employées domestiques rencontrent parfois de multiples problèmes (Jones, 1996). Comme l’observe Robinson chez les employées domestiques indonésiennes travaillant en Arabie saoudite :

Les conditions de travail – isolées, au domicile de l’employeur – sont une grande source potentielle d’exploitation. Lorsqu’elles sont en Indonésie, les femmes ont accès à certaines ressources, notamment leurs familles et leurs réseaux sociaux, qui leur confèrent un petit pouvoir pour négocier les relations et les conditions de travail – mais cela n’est pas le cas lorsqu’elles partent travailler à l’étranger (Robinson, 1991 : 50).

  • 8 Les interviews – avec des migrantes rentrées chez elles, des ONG et des PJTKI – sont citées anonyme (...)

8En outre, le travail domestique n’est le plus souvent pas soumis aux lois nationales du travail dans les pays de destination (Hugo, 2002b : 170). Et la frontière entre travail et loisir est régulièrement transgressée : de nombreuses domestiques font état d’horaires de travail lourds. Par exemple, une travailleuse émigrée rentrée chez elle au NTB a raconté qu’elle avait travaillé de quatre heures du matin à minuit tous les jours, sans aucun congé (interview, NTB, juin 2003)8.

9[…]

10Les travailleuses émigrées risquent également d’être exploitées lorsqu’elles rentrent en Indonésie. Elles arrivent séparément des autres voyageurs – soit au Terminal 3 de l’aéroport de Jakarta, soit à des terminaux spéciaux – et sont souvent victimes d’extorsion de fonds, forcées de remettre une partie ou la totalité de leurs gains aux officiers de l’immigration, aux agents ou à des preman (voleurs) (Hugo, 2002b). Les migrantes doivent aussi payer des coûts très élevés pour leur transfert de l’aéroport à leur domicile, en moyenne le double des tarifs du marché. Beaucoup sont contraintes par les agents, les sociétés de transports ou les preman à changer leurs devises étrangères à des taux désavantageux (Coalition d’ONG, 2002 : 13-14).

11La corruption et la complicité du gouvernement indonésien sont un aspect central des violations qui ont lieu au cours de la migration, et contribuent à la violation de ces droits. Elles se produisent à chaque étape de la migration et passent, entre autres, par l’émission de faux documents ; la demande de pots-de-vin pour faciliter les procédures de recrutement, de traitement administratif et de migration ; l’autorisation tacite des départs illégaux ; une implication directe dans le recrutement et l’envoi des travailleurs émigrés ; et l’extorsion de fonds au retour (Jones, 2000 : 49-50 ; Katjasungkana et Wieringa, 2003). […]

12On sait aussi que la police et la police des frontières sont impliquées car elles facilitent et profitent des migrations, tant légales qu’illégales. Un ancien calo a reconnu avoir régulièrement acheté aux autorités de l’immigration des passeports en règle, sur lesquels les âges étaient changés de façon à correspondre à l’âge légal minimal requis pour émigrer (Jones, 2000 : 51, 66 ; Darwin et al., 2003 : 32). Ces exemples ne rendent absolument pas compte de l’ampleur de la complicité du gouvernement, mais ils montrent combien ces pratiques sont ancrées dans les habitudes.

Confinement et restriction de la liberté de mouvement

13Parmi les violations spécifiques dont sont victimes les travailleuses migrantes, les plus courantes sont le confinement ; la violence, les abus et les coups ; les mauvaises conditions de travail avec une confiscation du salaire ; la falsification de documents ou la fabrication de faux documents ; le travail forcé (sous la contrainte d’une obligation financière) et l’obligation de remboursement d’une dette ; et la tromperie. Ces violations font que l’on peut considérer la plupart des migrations des employées domestiques indonésiennes comme relevant du trafic de personnes.

14[…]

15Le confinement illégal est également pratiqué dans le pays de destination. Les femmes sont souvent enfermées à clé à la maison lorsque les employeurs s’absentent, et de nombreux employeurs (et agences) prennent les papiers des femmes comme garantie contre leur évasion, ce qui renforce leur réclusion (Jones, 1996 ; 2000 : 64). […] Les femmes se retrouvent confinées parce que les coûts de leur migration ne peuvent être recouvrés que par leurs salaires (Spaan, 1994 : 201). En Malaisie, nombre d’employées domestiques doivent signer un contrat de travail qui stipule, entre autres conditions, qu’elles ne quitteront pas leur lieu de travail sans la permission de leur employeur (Jones, 2000 : 75).

16[…]

Travail contre dette, et servitude de la dette

17Dans l’émigration au départ de l’Indonésie, les pratiques d’asservissement – le fait de prêter ou louer son travail ou celui d’un membre de la famille en remboursement d’une dette ou pour un revenu – sont courantes. Les frais d’émigration sont très lourds, et les migrants doivent souvent emprunter de l’argent à des taux d’intérêts élevés pour financer leur migration (Spaan, 1994 : 101 ; Jones, 1996). Les migrants contractent une dette envers les calos pour être recrutés, mais aussi auprès des PJTKI pour avoir leurs papiers, pour le transport, l’hébergement, la nourriture, la « formation » et les autres frais. Les commissions des calos sont payées de suite, mais les dettes envers les PJTKI sont déduites des futurs salaires de l’employée. Par exemple, selon le directeur d’une PJTKI à Jakarta, les salaires des femmes envoyées en Malaisie comme employées domestiques étaient retenus pendant quatre mois, alors que ceux des femmes envoyées à Singapour et à Taïwan étaient retenus pendant respectivement 6 et 14 mois (interview, Jakarta, mars 2003 ; voir Jones, 2000). Les dettes des migrantes sont parfois exorbitantes, et entraînent souvent des intérêts. Selon une ONG, en 2001, une femme d’un centre d’accueil de Batam a voulu s’échapper du centre (et échapper à ses dettes) en sautant de la fenêtre d’un des étages supérieurs. Elle en est morte (interview avec le personnel de l’ONG, Jakarta, janvier 2003). Il n’est pas rare de trouver ces situations désespérées, tant chez des migrantes légales que chez les migrantes illégales.

18[…]

Migration et vulnérabilité au trafic

19L’émigration au départ de l’Indonésie peut donc souvent être considérée comme du trafic et de l’exploitation. La fréquence des retours prématurés donne la mesure de ce phénomène. Les recherches montrent qu’une part importante et inhabituelle des travailleuses émigrées indonésiennes rentrent avant le terme de leur contrat (Hugo, 2002a, 2002b : 170). Une étude a révélé que seulement 53 % des travailleuses émigrées avaient accompli leur contrat (Hugo, 2001 : 122). Indépendamment des retours prématurés, les autorités aéroportuaires rapportent qu’environ 10 % des 400 migrants qui rentrent quotidiennement disent avoir eu des problèmes alors qu’ils travaillaient à l’étranger. En outre, les ONG estiment que tous les ans au moins 20’000 travailleurs émigrés de retour ont été victimes d’abus et d’exploitation pendant leur période de travail à l’étranger, la majorité étant des femmes (Coalition d’ONG, 2002 : 7).

20L’émigration au départ de l’Indonésie ne relève pas automatiquement du trafic, mais il est frappant de constater qu’elle en relève souvent. Par exemple, il arrive souvent qu’une employée domestique recrutée « légalement » parte avec de faux documents et soit asservie par une dette envers son employeur, qui la contraint à des horaires de travail très lourds. Le cas d’une Indonésienne recrutée comme employée domestique à l’étranger pour un salaire de 300 dollars par mois qui, à son arrivée, apprend que son salaire sera retenu en paiement de frais qui n’ont pas été évoqués par le recruteur, est un cas de trafic. Le cas des filles n’ayant pas l’âge légal, recrutées et envoyées à l’étranger comme employées domestiques, et soumises à des conditions qui relèvent de l’exploitation, avec par exemple des salaires injustes, relève aussi du trafic.

  • 9 Le concubinage (nyai) était fréquent à la fois à la cour javanaise et à la cour balinaise (Sulistya (...)

21Malgré les fréquentes violations de leurs droits, les Indonésiennes continuent à émigrer en grand nombre. De façon éloquente, beaucoup des migrantes rentrées au pays que j’ai rencontrées considéraient ces violations des droits – pourtant fréquentes – comme un manque de chance ou comme des circonstances malheureuses plutôt que comme du trafic ou de l’exploitation. Ceci s’explique en partie par les nécessités économiques. Ceci est également dû à la banalisation de l’exploitation dans l’emploi, dans la migration et dans des pratiques telles que l’asservissement en Indonésie, banalité qui fait passer ces violations des droits pour normales9. Ces pratiques sont souvent considérées comme des stratégies de survie des familles ou comme des options de travail plutôt que comme de l’exploitation.

22[…]

La fin d’un trafic juteux ?
Un trafic de femmes et d’enfants vietnamien-ne-s s’est organisé entre la Chine et le Vietnam. Depuis 5 ans, plus de 30’000 femmes et enfants en ont déjà été les victimes. La politique nataliste de la Chine depuis des années a conduit à des infanticides de fillettes en masse, et donc à un déséquilibre des populations masculine et féminine. Résultat : des femmes vietnamiennes pauvres sont vendues pour être mariées en Chine ou fuient la misère dans leur pays sur de fausses promesses d’emplois. Des organisations vietnamiennes et chinoises de lutte contre le trafic d’êtres humains, l’UNICEF et des associations de défense des femmes mènent une campagne commune pour stopper ce trafic.
http://www.penelopes.org/​xbreve.php3?id_article=5300
téléchargé le 19 juillet 2004

Bibliographie

Aripurnami, S., 2000, « Whiny, Finicky, Bitchy, Stupid and « Reveailing » : the image of women in Indonesian film », in C. Bianpoen et M. Oey-Gardiner (ed.), Indonesian Women : The journey continues, Research School of Pacific and Asian Studies, Australian National University, Canberra.

Bianpoen, C., 2000, « The Family Welfare Movement : A blessing or a burden », in C. Bianpoen et M. Oey-Gardiner (ed.), Indonesian Women : The journey continues, Research School of Pacific and Asian Studies, Australian National University, Canberra.

Darwin, M., S. R. Dzuhayatin, A. M. Wattie et S. E. Yuarsi, 2003, « Cross-border Migration and Sexuality Related Issues », présentation à la conférence sur « Cross-border Migration and Sexuality : Case Study of Southeast Asia and Mekong », Yogyakarta, Indonésie, 17-18 janvier 2003.

Ford, M., 2002, « Whatever it Takes », Inside Indonesia, 69 (janvier, mars).

Habsyah, A., H. Irwanto, L. Moeliano, S. R. Pardoen et S. Sitohang, 1995, Child Labour in Three Metropolitan Cities : Jakarta, Surabaya, Medan, Atma Jaya Research Centre, Jakarta.

Hugo, G., 2001, Population Mobility and HIV/AIDS in Indonesia, BIT/ONUSIDA/SEA-HIV/PNUD, Jakarta.

Hugo, G., 2002a, « Indonesia’s Labour Abroad », Migration Information Source (septembre), disponible sur <http://www.migrationinformation.org/Profiles/printcfm?ID=53>.

Hugo, G., 2002b, « Women’s International Labour Migration » in S. Bessell et K. Robinson (ed.), Women in Indonesia : Gender, equality and development, Institute of Southeast Asian Studies, Singapour.

Hull, T., G. Jones et E. Sulistyaningsih, 1999, Prostitution in Indonesia : Its history and evolution, Pusaka Sinar Harapan, Jakarta.

ILO/IPEC, 2001, Proceedings Report : National Workshops on Trafficking of Children in Indonesia, BIT, Jakarta.

Jones, S., 2000, Making Money off Migrants : The Indonesian exodus to Malaysia, Hong Kong/Centre for Asia Pacific Social Transformation Studies, Université de Wollongong, Australie.

Jones, S., 1996, « Women feed Malaysia Boom », Inside Indonesia 47 (juillet-septembre).

Katjasungkana, N. et S. Wieringa, 2003, « Sexual Politics and Reproductive Rights in Indonesia », Development, 46 (2) : 63-7.

Nayyar, D., 1998, « Emigration Pressure and Structural Change : Case study of Indonesia », International Migration Papers 20, BIT, Genève.

Robinson, K., 1991, « Housemaids : The effects of gender and culture on the internal and international migration of Indonesian women », in G. Bottomley et al . (ed.), Intersexions : Gender/Class/Ethnicity, Allen and Unwin, Sydney.

Sadli, S., 1999, Profil Social Dan Problematika : Pekerja Rumah Tangga di Daerah Istimewa Yogyakarta, Yogyakarta.

Spaan, E., 1994, « Taikongs and Calos : The role of middlemen and brokers in Javaneses international migration », International Migration Review 28 (1) : 93-113.

Sulistyaningsih, E., 2002, Sex Workers in Indonesia : Where should they go ?, Manpower Research and Development Centre, Jakarta.

Surtees, R., 2003, « Cultural Traditions », in Rosenberg (ed.), Trafficking of Women and Children in Indonesia, IMC, ACILS et USAID, Jakarta.

Notes

1 Plus de 90 % des travailleurs indonésiens émigrés en Arabie saoudite sont des femmes, ce qui est juste un peu plus que la proportion que l’on retrouve dans tous les pays du Moyen-Orient. A Singapour et en Malaisie, les femmes représentent respectivement 60 et 30 % des travailleurs émigrés indonésiens (Nayyar, 1998).

2 Les migrantes, avec ou sans papiers, sont en général des femmes jeunes ayant entre 20 et 40 ans, le plus souvent sans qualification et n’ayant qu’une éducation scolaire primaire (Hugo, 2002a, 2002b : 164).

3 Selon les Panca Dharma Wanita (Cinq devoirs des femmes) – explicitées en 1978 par le Pembinaan Kesejahteraan Kelurga (Mouvement pour le bien-être des familles) – la femme se doit d’être une source de revenus autant qu’une épouse et une mère (Aripurnami, 2000 : 58 ; Bianpoen, 2000 : 159). De façon significative, une étude a montré que 91,7 % des émigrés étaient des femmes célibataires, filles du chef de ménage (Hugo, 2002b : 166). Comme par exemple Mujiati, de l’ouest de Java, qui, à 16 ans, est partie travailler comme employée domestique en Malaisie parce qu’elle se sentait la responsabilité de soutenir sa famille (Darwin et al., 2003 : 24).

4 En 1997, 92 % des Indonésiennes travaillant en Arabie saoudite étaient des employées domestiques. On dénombrait également 150’000 employées domestiques indonésiennes en Malaisie et environ 67’000 à Hong Kong et Singapour (Hugo, 2002a).

5 Les conditions d’accueil dans ces centres sont très variables. Mais des violations de droits, comme par exemple une réclusion illégale, sont régulières dans tout l’archipel indonésien.

6 Les profils (ou « données biographiques ») comprennent des informations sur l’âge, la religion, le statut matrimonial, le niveau d’éducation, les origines familiales et les compétences, mais aussi sur l’apparence personnelle avec des photos.

7 Des ONG, comme Kopbumi (Konsorsium Pembela Buruh Migran) – Consortium pour la défense des travailleurs émigrés indonésiens – mènent des formations préalables au départ dans les centres d’accueil. Ces formations comprennent une information sur les droits des migrants, sur les problèmes éventuels et sur les moyens d’accéder à une assistance en cas de besoin. Mais elles ne peuvent se faire qu’avec l’autorisation de la PJTKI.

8 Les interviews – avec des migrantes rentrées chez elles, des ONG et des PJTKI – sont citées anonymement pour des raisons de sécurité et de respect de la vie privée.

9 Le concubinage (nyai) était fréquent à la fois à la cour javanaise et à la cour balinaise (Sulistyaningsih, 2002 : 3-5). Le personnel de la cour javanaise travaillait pour compenser son incapacité financière à exprimer son allégeance au Roi (Sadli, 1999 : 12), et à la campagne, la coutume voulait que les parents envoient leurs enfants comme domestiques chez des parents habitant en ville (Habsyah et al ., 1995 : 1 ; ILO/IPEC, 2001 : 30). De nos jours, beaucoup d’enfants travaillent également comme domestiques chez des membres de leur famille habitant en ville, et leurs parents reçoivent « à l’avance » les salaires des enfants. Au moins onze des communautés dont étaient historiquement originaires les concubines javanaises sont des zones d’où partent les travailleuses du sexe de nos jours (Sulistyaningsih, 2002 : 4). Et on sait que des familles envoient leurs filles pour des contrats de deux ans dans les bordels de l’ouest de Java (Hull et al., 1999 : 52).

Auteur

International Catholic Migration Commission, Indonésie.

Emmanuelle Chauvet (Traducteur)

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable