Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, nouvelle division internationale du travail et migrations

 | 
Christine Verschuur
, 
Fenneke Reysoo

2. Etudes de cas : transformations ou renforcement des identités et rapports de genre

Le travail domestique et le travail du sexe dans les migrations internationales

Andrée-Marie Dussault

Note de l’éditeur

Extraits, document de travail interne, IUED, Genève 2004

Texte intégral

1En 1996, l’Organisation internationale du travail reconnaissait que la féminisation de la migration internationale pour le travail représentait un des phénomènes économiques et sociaux les plus impressionnants des temps récents (Lepp, 2002). En effet, ces 25 dernières années, la migration féminine a augmenté de façon spectaculaire. Désormais, les femmes constituent presque la moitié des migrant-e-s sur une population migrante totale d’environ 175 millions de personnes, dont 36 millions d’émigrantes en provenance des pays en voie de développement (Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, 1999). […]

Travailleuses domestiques et du sexe

2On estime qu’à l’heure actuelle, une large majorité des immigrantes « non qualifiées » travaille dans le secteur informel, essentiellement en fournissant des services « intimes » et « personnalisés » (Sanghera, 2004). Pour illustrer à quel point l’immigration pour travailler comme domestique dans les pays riches est un phénomène important, l’exemple des Philippines est emblématique. Le pays compte environ 6,5 millions d’émigrant-e-s, dont près de la moitié sont des femmes, et parmi lesquelles les deux tiers immigrent comme travailleuses domestiques. Celles-ci sont présentes dans plus de 130 pays ; il s’agit là de l’un des flux migratoires féminins contemporains les plus importants (Salazar Parreñas, 2001). En 1991, à Hong Kong seulement, il y avait 73’060 employé-e-s domestiques, dont 99,9 % étaient des femmes, lesquelles étaient à 90 % Philippines. Ces employées domestiques représentaient 85 % de la force de travail immigrante de Hong Kong et 7 % de la population active féminine de l’île.

3Pour citer un autre exemple qui témoigne de l’ampleur de l’« exportation » de travailleuses domestiques, dans les pays du Golfe seulement, on estime à 1,2 million le nombre de travailleuses domestiques immigrantes, soit 20 % des 6 millions d’immigrant-e-s (Lap-Chew et al., 1997), et dans le cas du Liban, les travailleuses domestiques représentent plus de la moitié des migrant-e-s (Abu-Habib, 1998).

  • 1 Selon Louise Toupin, il est plus juste d’utiliser le terme « travailleuse du sexe » que celui de «  (...)

4L’immigration dans les pays riches pour fins de prostitution est également de plus en plus importante. Dans tous les pays européens occidentaux, le nombre de travailleuses du sexe1 immigrantes est désormais plus élevé que celui des travailleuses du sexe autochtones ; en Allemagne et en Italie, elles représentent respectivement 78 % et 90 % des travailleuses du sexe. Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), les principaux pays « exportateurs » de travailleuses du sexe sont, en ordre décroissant, la Thaïlande, le Brésil, les Philippines et la République dominicaine. D’après les chiffres des Nations unies, l’industrie globale du trafic humain correspondrait à environ quatre millions d’individus par an, dont une proportion importante serait destinée au commerce du sexe, et elle générerait entre cinq et sept milliards de dollars (Truong, 2001). Le gouvernement des Etats-Unis estime pour sa part qu’il y a un à deux millions de femmes et de filles victimes de trafic annuellement dans le monde, dont 50’000 à 100’000 sont envoyées aux Etats-Unis (IOM, 1999). Enfin, selon l’OIM, environ 120’000 femmes de l’Europe de l’Est entrent dans l’Union européenne chaque année pour travailler dans l’industrie du sexe. […]

Comment les femmes migrent-elles ?

5Les politiques et économies globales qui mènent à une interdépendance entre les nations favorisant les communications et la mondialisation de l’économie, d’une part libéralisent la circulation des biens, mais de l’autre tendent à limiter celle des personnes, notamment des pays pauvres vers les pays riches. Certain-e-s auteur-e-s affirment même que les gens se déplacent moins facilement aujourd’hui que les biens : dans le cas des tomates importées du Mexique au Canada, Deborah Brandt avance que celles-ci sont souvent mieux traitées et importées dans de meilleures conditions que la main-d’œuvre « importée » (Brandt, 2002). Depuis 1990, Sunera Thobani (2000) constate une fermeture discriminatoire, et aux effets genrés, des frontières des pays riches envers les femmes. Elle rejette l’idée selon laquelle le programme d’immigration du Canada, qu’elle a étudié, serait neutre sur les questions du genre et de la « race ». En étudiant la loi sur l’immigration de 1976-1977, elle démontre comment l’importance est mise sur la « race » et le genre des candidat-e-s à l’immigration et comment la restructuration actuelle de la loi sur l’immigration réduira la possibilité pour les femmes du tiers-monde d’entrer au Canada en tant qu’immigrées reçues et ensuite de demander la nationalité canadienne. La loi canadienne suppose implicitement que les immigrant-e-s sont des criminel-le-s potentiel-le-s cherchant à contourner la loi (Lepp, 2002).

  • 2 Il existe un vide statistique sur le phénomène migratoire qui se fait par le biais du « smuggling » (...)

6A partir du moment où il y a une demande à laquelle on répond par une interdiction légale, d’autres entités que l’Etat vont organiser les moyens de satisfaire la demande, comme c’est le cas pour la drogue ou la prostitution. Ainsi, la difficulté de migrer légalement vers un pays riche depuis un pays pauvre représente une « bénédiction » pour les trafiquants (Shiftman, 2003). Europol affirme qu’en 1999, le trafic et le « smuggling »2 ont augmenté car la matière première (migrant-e-s illégaux-gales potentiel-le-s) est de plus en plus importante et parce que les réseaux de trafic et de passage sont de mieux en mieux organisés (Salt, 2000). Il existe d’ailleurs une contradiction entre des politiques officielles de non-migration et la pratique quotidienne qui permet au crime organisé de se tailler une place (Lap-Chew et al., 1997).

7Pour immigrer, il existe plusieurs options légales et illégales. Beaucoup de Philippines, par exemple, se marient avec des étrangers par le biais ou non d’agences matrimoniales par correspondance. Pour sa part, au milieu des années 1990, le consulat suisse à Saint-Domingue certifiait six mariages mixtes par semaine ( !). Une autre stratégie légale utilisée pour immigrer est la reconnaissance d’une fausse fille adoptive (OIM, République dominicaine, 1996). Parmi les autres canaux utilisés par les femmes pour immigrer, outre le mariage blanc ou d’amour, l’OIM a recensé les faux mariages, la réunion familiale, les études, les programmes d’échange, le travail de fille au pair et le tourisme (IOM, 1999 ; Brock, 2000).

Taïwan. Le juteux trafic des « épouses étrangères »
[…] Les statistiques montrent en fait que les immigrantes légales [à Taïwan] sont au moins dix fois plus nombreuses que les sans-papiers. Et qu’elles viennent surtout pour se marier. Les chiffres sont éloquents. Selon le Ministère de l’intérieur, quelque 280’000 étrangères sont mariées à un Taïwanais [sur une population de 22,6 millions de personnes]. Parmi elles, on dénombre 190’000 femmes originaires de Chine et 90’000 de l’Asie du Sud-Est, dont 40’000 du Vietnam et 10’000 d’Indonésie. […]
Un quart des 40’000 hommes qui se sont mariés l’année dernière ont épousé une étrangère ; et 30’000 bébés sont nés chez des couples mixtes, soit 12 % du total des naissances enregistrées. […]
Pour un homme taïwanais, l’intérêt d’épouser une Chinoise du continent ou une étrangère originaire du Sud-Est asiatique se résume au fait que ces femmes sont faciles à trouver et peu exigeantes. […]
Les femmes taïwanaises sont généralement mieux éduquées que les hommes et elles cherchent plutôt un compagnon qui partage une vision un tant soit peu occidentalisée du mariage. Du coup, les hommes peu instruits des zones rurales, qui occupent des emplois modestes et qui ont une conception traditionnelle du mariage, sont plus ou moins exclus du marché local du mariage. Ce sont ces hommes qui se tournent vers la Chine continentale et l’Asie du Sud-Est pour trouver une épouse.
L’activité de marieur est devenue une véritable industrie. Les entremetteurs – dont les honoraires varient entre 6250 et 10’000 euros par personne – organisent régulièrement de courts voyages organisés en Chine continentale et dans les pays de la région. Une fois arrivés sur place, les hommes sont amenés dans des appartements où ils voient défiler des filles par groupes de trois afin de faire leur choix. Un contrat de mariage est signé dans la foulée. L’amour n’est ni promis ni espéré.
[…]
Laurence Eyton, repris de Asia Times Online, Bangkok et Hong Kong
In : Courrier international, n ° 676, du 16 au 22 octobre 2003, p. 28

8Pour devenir travailleuse domestique, dans certains pays, il suffit de s’inscrire auprès de l’Etat ou d’entreprises spécialisées. Ceux-ci s’occupent de trouver des employeurs ; par exemple, il existe des catalogues pour « acheter », depuis le Liban, des travailleuses domestiques sri lankaises (Abu-Habib, 1998). Les méthodes de recrutement pour le travail du sexe sont également nombreuses : la promesse de mariage, les faux contrats de mariage, l’achat de femmes à leurs parents, le kidnapping, la promesse d’un emploi, l’achat de femmes comme épouses, les fausses promesses de voyage d’affaire ou de travail dans l’industrie du sexe, avec de bonnes conditions de travail et un salaire conséquent (IOM, 2001). Parmi les recruteurs, on retrouve les agences matrimoniales, les « brokers » individuels, les maris, les ami-e-s, la famille, les proches, les responsables de réseaux de prostitution locaux ; les gardiens de la loi et les chauffeurs de taxi y participent en trompant des femmes qui cherchent un emploi (IOM, 2001 ; Lap-Chew et al., 1997). Les méthodes pour forcer des femmes dans des pratiques d’exploitation sont également variées : confiscation de documents, lien de la dette, violence et viol, prostitution forcée, travail domestique forcé, dépendance aux narcotiques, menaces à l’égard de la famille, menaces de dévoiler la vérité à la famille (IOM, 2001).

9Une fois dans le pays de destination, le droit de résidence et le permis de séjour des immigrantes sont souvent liés à la relation avec un homme, leur employeur ou encore leur éventuel mari (Lap-Chew et al., 1997). Ainsi, leur accès au travail et aux services sociaux peut être limité à cause du statut de dépendante imposé comme condition d’admission par le pays d’accueil, de telle sorte que l’abandon par le mari peut avoir un effet dévastateur. Pour celles qui se trouvent dans des mariages abusifs et qui ont un statut de dépendante, elles doivent choisir entre subir les violences et l’obligation de retourner dans leur pays d’origine (Brock, 2000). Dans la Communauté européenne, les épouses doivent rester trois ans avec leur mari avant de pouvoir obtenir un statut indépendant, faute de quoi elles risquent l’expulsion (Lap-Chew et al., 1997).

Profils des migrantes

10Les migrantes à la recherche de conditions de vie meilleures viennent majoritairement des pays pauvres des régions d’Amérique latine, d’Asie du Sud-Est, d’Afrique et d’Europe de l’Est. Même si elles partagent un certain nombre de caractéristiques communes, leur profil est très diversifié. Elles viennent à la fois des régions urbaines et rurales, et de milieux socio-économiques divers (Brock, 1993). Si, parmi les travailleuses domestiques réparties dans plusieurs pays occidentaux recensées par Lin Lap-Chew et ses collaboratrices, on trouve beaucoup d’analphabètes, on trouve également une proportion significative d’entre elles qui sont éduquées et qualifiées.

11Rhacel Salazar Parreñas (2001) note que les travailleuses domestiques philippines immigrantes sont plus éduquées et plus riches financièrement que les femmes et les travailleuses domestiques qui restent aux Philippines. Pas moins de 29 % des travailleuses domestiques immigrantes philippines possèdent un diplôme d’études supérieures ; 32 % ont suivi un apprentissage et 33 % possèdent un diplôme d’études secondaires. Avant de quitter les Philippines, 44 % des futures travailleuses domestiques étaient non employées, mais avaient déjà exercé un métier comme enseignante, employée de bureau, vendeuse ou travailleuse semi-qualifiée (Brock, 1993). De moins en moins d’immigrantes en provenance du Sud viennent de milieux très pauvres ; une étude mexicaine révèle une certaine tendance qui voudrait même que les immigrantes proviennent de milieux privilégiés. La majorité des travailleuses domestiques mexicaines aux Etats-Unis ont au moins des études secondaires à leur actif et ont exercé un emploi de bureau ou dans un milieu professionnel avant de quitter le Mexique (Sanghera, 2004).

12Parmi les caractéristiques que partagent nombre d’immigrantes, retenons qu’elles sont relativement jeunes, qu’elles sont souvent célibataires ou jeunes mères, et qu’elles ont des dépendants restés aux pays. En ce qui concerne les travailleuses du sexe, selon un rapport de l’OIM (1996), celles qui viennent de la République dominicaine sont pauvres, urbaines, mais parfois de régions rurales. Elles sont également jeunes, âgées de 24 à 28 ans, et ont reçu une éducation de base (école primaire). La grande majorité d’entre elles ont des enfants, que parfois elles élèvent seules, et viennent souvent elles-mêmes de familles éclatées. En Europe de l’Est, les travailleuses du sexe immigrées illégalement de Lituanie par le biais de réseaux de passeurs ou de trafiquants sont éduquées et souvent plus que la moyenne (Salt, 2000). Parmi les femmes de l’Est, trafiquées en Autriche, plusieurs avaient des qualifications professionnelles élevées et/ou venaient de classes moyennes et élevées – à une époque – et avaient eu une qualité de vie supérieure à la moyenne (IOM, Autriche, 1996).

13En revanche, parmi les femmes du Tadjikistan victimes de trafic interviewées, rares étaient celles qui avaient étudié au-delà de l’âge minimum obligatoire. La majorité d’entre elles avait au moins un enfant, 77 % étaient célibataires, 77 % n’avaient pas de parents ou des parents au chômage ou à la retraite. La moitié d’entre elles avait été élevée en région rurale, et la majorité provenait de minorités ethniques (IOM, 2001). Parmi les femmes du Nigéria qui immigrent et travaillent dans l’industrie du sexe des pays occidentaux, la plupart ne font pas partie des classes sociales les plus démunies ; nombre d’entre elles ont une formation universitaire (Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, 1999). […]

Conditions de travail et de vie

Les travailleuses domestiques

14Le travail domestique rémunéré est un secteur non régulé dans beaucoup de pays, non soumis au Code du travail. Le statut de l’employée dépend alors de l’employeur (Lap-Chew et al., 1997). Le travail des domestiques migrantes est considéré comme étant dérivé de leur rôle social de femme ; il n’est pas qualifié, il est « généraliste », sans formation et les salaires sont réduits (Brock, 1993). Sedef Arat-Kok (1999) fait remarquer que les personnes qualifiées qu’on retrouve peu ou pas au Canada peuvent immigrer sans période « probatoire », et qu’étrangement, ce n’est pas le cas des travailleuses domestiques qui pourtant, assurent un travail peu prisé par les citoyen-ne-s canadien-ne-s.

15Le prix pour obtenir un emploi de travailleuse domestique peut s’avérer très élevé pour de nombreuses candidates des pays du tiers-monde, notamment pour obtenir le passeport et le visa ; dans certains cas comme aux Philippines, elles obtiennent un passeport spécial qui vise à les « protéger ». Certes, il y a des différences historiques et politiques en ce qui concerne la migration des travailleuses domestiques, mais, selon Rhacel Salazar Parreñas, les expériences vécues sont similaires (Salazar Parreñas, 2001). Indépendamment du pays de destination, malgré des « contextes d’accueil » différents, les travailleuses domestiques ont une position identique dans une économie mondialisée et elles vivent toutes les mêmes problèmes : citoyenneté partielle, sentiment d’exclusion, déchirement familial, abus de toutes sortes. Dans certains pays, par exemple l’Italie, il existe un permis de domestique, lequel donne accès à des droits sociaux et sanitaires ainsi qu’au regroupement familial (Salazar Parreñas, 2001). Mais cela est loin d’être généralisé à l’ensemble des pays d’immigration où les travailleuses domestiques évoluent dans une zone d’ombre. Quel que soit le pays de destination, il est souvent difficile de tracer la frontière entre les heures de travail des travailleuses domestiques et le temps de congé. Par ailleurs, les heures de travail supplémentaires sont rarement payées.

16Les travailleuses domestiques ont un statut particulier et ambigu : à la fois, elles sont presque comme des membres de la famille, et en même temps les employeurs peuvent les partager avec d’autres employeurs ; elles effectuent souvent une période de travail non salariée au début de leur mandat ; leurs horaires sont flexibles à l’extrême ; elles ont peu ou pas d’intimité ni de vie privée ; elles ont rarement un permis de travail ; elles ont souvent des dettes vis-à-vis de l’agence ou du particulier qui les a recrutées et elles sont victimes d’abus de toutes sortes (Grandea et Kerr, 1998). Parmi ces abus citons : la violation du contrat de travail, s’il existe ; les abus physiques et psychologiques ; une nourriture parfois insuffisante ; un cahier des charges rarement défini avec précision (en général, elles nettoient la maison, préparent les repas, lavent les vêtements, s’occupent des enfants et travaillent de temps en temps pour la famille de l’employeur sans rémunération supplémentaire) (Brock, 1993) ; souvent elles n’ont pas le droit de chercher un autre emploi et leur contrat est d’une durée limitée. Dans plusieurs pays de destination, selon leur contrat de travail, les travailleuses domestiques légales ne peuvent changer d’employeur ni tomber enceinte pendant un certain nombre d’années et il leur est interdit de se marier avec un citoyen local (Lap-Chew et al., 1997).

Les travailleuses du sexe

17L’industrie du sexe est très lucrative, elle emploie des millions de personnes, essentiellement des femmes, mais les bénéfices en sont répartis entre peu de personnes et rares sont les femmes qui en tirent des profits considérables. Selon le chercheur Dan Gallin, l’industrie du sexe n’a jamais employé autant de monde ni dans des conditions aussi précaires (Gallin, 2003). Grâce au tourisme sexuel, le tourisme est devenu la plus importante industrie au monde, en termes de nombre d’employé-e-s et de bénéfices ; d’ailleurs, des zones touristiques entières sont spécialisées pour les hommes seuls à la recherche de sexe payant (IOM, République dominicaine, 1996).

18Les travailleuses du sexe immigrantes sont souvent employées dans des conditions nettement moins favorables que celles des travailleuses autochtones. Parmi les abus dont elles sont victimes, les plus fréquents sont des demandes d’argent excessives pour les frais de voyage et de loyer ; des intérêts et des coûts administratifs exagérés, le non-respect des salaires prévus ; l’accès difficile à des services de santé ; des abus physiques, sexuels, verbaux entraînant des problèmes de santé physique et mentale, des journées de travail très longues (pouvant aller jusqu’à plus de 12 heures) ; la peur permanente d’être renvoyées dans leur pays d’origine, les menaces de représailles contre la famille, l’absence de vacances ou de congé et d’intimité, l’isolement, la malnutrition, la saisie de passeport, l’absence de contrat (celles qui ont un permis peuvent souffrir des mêmes problèmes que celles qui n’en ont pas) ; l’absence d’emplois alternatifs, la méconnaissance de leurs droits et de la loi, enfin les dettes (Lap-Chew et al., 1997).

19A cela, s’ajoutent des difficultés liées à la barrière linguistique, le fait de ne pas connaître l’environnement physique dans lequel elles se trouvent, la proximité des lieux de vie et de travail (par exemple, des femmes de l’Est disaient vivre dans les chambres au-dessus des cabarets autrichiens où elles travaillaient, et beaucoup étaient étonnées par la saleté des clubs), ainsi que des problèmes pratiques et d’hygiène, comme l’absence de papier de toilette sur les lieux de travail, des toilettes bouchées ou, encore, deux toilettes pour cent vingt-cinq travailleuses (Brock, 2000). Le seul soutien qu’elles peuvent éventuellement trouver vient des ONG, qui offrent de l’assistance légale, sociale et sanitaire, des programmes de retour au pays et de réinsertion sur le marché du travail, et d’hébergement (Lap-Chew et al., 1997).

Le manque de législation

20Le travail domestique et sexuel est largement moins soumis à des législations que le travail dans d’autres secteurs. La perception sociale selon laquelle le travail domestique n’est pas un travail et demande peu de qualifications est toujours fort répandue et participe au fait que les travailleuses domestiques ne sont pas protégées légalement et sont vulnérables aux différentes formes d’abus (Grandea et Kerr, 1998). Le même raisonnement est valable pour le travail du sexe. En effet, dans une grande majorité de pays, ni le travail dans l’industrie du sexe ni le travail domestique ne sont régulés par des mécanismes de protection auxquels les autres citoyen-ne-s ont droit (Lap-Chew et al., 1997). Ainsi, pour améliorer les conditions de travail et de vie des femmes dans ces secteurs (où l’on retrouve une majorité d’immigrantes), le travail domestique et les services sexuels devraient être envisagés comme un travail à part entière ; ils devraient être reconnus et faire l’objet d’une législation avec des droits et des devoirs pour les travailleuses.

21Pour qualifier ce phénomène contemporain qui consiste en une délégation du travail domestique par les femmes des classes moyennes des pays riches aux immigrantes des classes moyennes des pays pauvres, Rhacel Salazar Parreñas parle du International transfer of caretaking. En étudiant les travailleuses domestiques philippines, elle a départagé les femmes du monde en trois groupes hiérarchiques. Les immigrantes philippines de la classe moyenne (2 e groupe) – ou des pays pauvres en général – qui quittent leur rôle traditionnel pour aider les citoyennes des pays riches (1 er groupe) à quitter le leur ; elles délèguent « leur » travail domestique aux femmes des Philippines qui n’ont pas les moyens de migrer à l’étranger comme travailleuses domestiques (3 e groupe) (Salazar Parreñas, 2001, p. 72). Le déclin du nombre d’Occidentales prêtes à répondre à la demande liée au sexe payant, à la garde d’enfants et au travail domestique n’a pas éradiqué la demande (Arat-Kok, 1999).

22Parallèlement, on observe parmi les hommes des pays riches (Japon, Australie, Europe, Chine, Amérique du Nord), non seulement une hausse de la demande de services sexuels dispensés par des immigrantes, mais aussi une croissance de la demande d’« épouses » étrangères. Les pays qui fournissent des épouses sont essentiellement les pays d’Europe de l’Est, les Philippines, la Colombie et les pays du Sud-Est asiatique (Lap-Chew et al., 1997). Pour expliquer ce phénomène, Lap-Chew et ses collaboratrices avancent que les agences matrimoniales, philippines notamment – les Philippines étant le pays qui fournit la majeure partie des épouses étrangères (Arat-Kok, 1999) –, misent sur l’insatisfaction des hommes occidentaux par rapport aux Occidentales et aux conséquences du féminisme. Car il va sans dire que l’achat de femmes par le biais d’une agence matrimoniale se base sur le choix exclusif des hommes (Lap-Chew et al., 1997). Par ailleurs, les stéréotypes sociaux et raciaux présentant les Asiatiques comme passives, innocentes et dociles, et les femmes de l’Est comme des « salopes » sont mis à contribution lorsqu’il s’agit de promouvoir les épouses via les catalogues de vente par correspondance (Brock, 2000). Etonnamment (ou non), la législation internationale ne se penche pratiquement pas sur cette entreprise de « mail order bride » (Arat-Kok, 1999).

Les transferts de fonds

23Parce qu’elles renvoient des fonds dans leurs pays d’origine, les émigrantes représentent une source de contribution financière majeure pour plusieurs pays à forte émigration. Elle est même indispensable dans certains cas (Jane Brock, 1993). En effet, les transferts de fonds effectués par les travailleurs et travailleuses immigrant-e-s – les Etats-Unis et l’Arabie saoudite, suivis de la Belgique, la Suisse et l’Allemagne, figurent parmi les pays d’où proviennent le plus de devises étrangères – représentent globalement la deuxième source de revenus la plus importante pour les pays en développement. En 2001, la somme de ces transferts de fonds s’élevait à 72,3 milliards de dollars, dépassant ainsi dans plusieurs pays l’aide financière officielle au développement (Ratha, 2003). Certains pays, comme le Sri Lanka, les Philippines et d’autres pays d’Asie du Sud-Est et d’Amérique latine ont fondé une partie substantielle de leur économie sur l’exportation de la main-d’œuvre (Salazar Parreñas, 2001) et encouragent activement l’émigration féminine pour des raisons économiques (Lap-Chew et al., 1997).

24Certains gouvernements, comme celui des Philippines, forment des travailleuses du sexe et des travailleuses domestiques destinées à travailler dans les pays riches (Robinson, 2003). Celles-ci, une fois à l’étranger, sont légalement obligées d’envoyer un pourcentage de leur revenu au pays d’origine (Lap-Chew et al., 1997). En 1985, 5,5 % des foyers philippins vivaient principalement grâce aux revenus des émigrant-e-s ; en 1988, c’était le cas de 15,5 % d’entre eux. Les femmes de l’Est et les Dominicaines actives dans l’industrie du sexe autrichienne affirmaient aussi envoyer régulièrement de l’argent à la maison, jusqu’à 1000 dollars par mois en ce qui concerne les Dominicaines (IOM, Autriche, 1996).

25Ces transactions sont intéressantes à plus d’un titre : elles représentent une source de recettes substantielles et relativement stables pour les pays en développement et par ailleurs, pour les institutions financières, elles sont également très profitables puisqu’en moyenne, celles-ci retiennent 20 % des sommes transférées ; certains auteurs estiment que les institutions procédant aux transferts de fonds ont récolté près de 12 milliards de dollars d’honoraires en 2001 (Maldonado et Robledo, 2002, dans Ratha, 2003).

Le respect des droits humains

26Les perspectives dans lesquelles la problématique de la migration féminine peut être envisagée sont multiples : on peut l’aborder sous l’angle du crime organisé, de la pauvreté, de l’immigration illégale, de la prostitution, du travail forcé, des violences et des abus envers les femmes, des relations économiques inégales entre pays « développés » et « sous-développés » ou entre les sexes. Jusqu’à maintenant, les phénomènes migratoires concernant les femmes ont essentiellement été analysés en tenant compte des intérêts des Etats et relativement peu d’attention a été accordée à la question du respect des droits humains, des femmes en particulier.

27De nombreuses chercheuses féministes affirment que les solutions aux problématiques liées à la migration féminine doivent être examinées dans une perspective féministe et de droits humains, en fonction des effets sur les femmes et des intérêts de celles-ci. En outre, pour plusieurs d’entre elles, notamment pour Rhacel Salazar Parreñas (2001), les problématiques liées aux mouvements migratoires à l’échelle internationale et à la migration féminine doivent être envisagées dans une perspective d’économie politique. C’est-à-dire qu’elles doivent être analysées en tant que processus gouvernés par la logique économique, politique et culturelle dans la mesure où ce sont avant tout des raisons politico-économiques qui stimulent les flux migratoires féminins et que ceux-ci sont ancrés dans des contextes culturels spécifiques. Dans cette perspective, la dimension de genre doit être prise en considération, car, comme le démontrent plusieurs recherches, les conditions, les expériences et les conséquences de la migration sont forcément influencées par le genre et agissent à leur tour sur les relations et questions de genre (Crewe et Kothari, 1998 ; Robinson, 2003 ; Salazar Parreñas, 2001). […]

Poisons et profits : une Chinoise aux Etats-Unis…
Ling Chan a tout abandonné pour venir aux Etats-Unis. Il y a dix ans, à l’âge de 48 ans, elle a laissé ses amis et sa famille, et la seule culture qu’elle ait jamais connue. Son mari était trop âgé pour tout recommencer, alors il est resté à Pékin avec l’un de leurs deux enfants. Chan est donc arrivée aux Etats-Unis sans parler l’anglais, sans réseau de soutien et avec un enfant à charge. Ne parlant que le mandarin, elle a eu beaucoup de mal à trouver du travail. Elle n’a été alors que trop heureuse de trouver un emploi dans un service de nettoyage et d’entretien pour AXT Inc., un fabricant de semi-conducteurs à Fremont en Californie. Au début 2000 elle a intégré une équipe de nettoyage de quatre personnes dont le travail est de nettoyer les caisses utilisées pour le transport des tranches de semi-conducteurs dans l’usine. Habillée d’un vêtement blanc en plastique, de gants, et d’un masque en papier, elle a utilisé un dissolvant industriel pour éliminer la poussière qui recouvrait toujours les caisses. Mais, au bout de quelques semaines, ses collègues – des immigrants chinois, pour la plupart, comme elle-même – ont fait courir le bruit que cette poudre n’était pas une poudre ordinaire : elle pouvait provoquer le cancer. […]
Malgré tout, Chan avait besoin de ce travail, et les employés de la compagnie lui ont assuré qu’elle n’avait rien à craindre. [...] Chaque jour Chan versait de l’alcool industriel dans des dizaines de boîtes. Elle travaillait sans lunettes protectrices – son superviseur ne lui en fournissait pas – et ses yeux étaient assaillis par les vapeurs d’alcool et par la poussière d’arsenide de gallium. A la fin de chaque journée de travail ses collègues et elle-même retournaient à leurs voitures en titubant, les yeux rougis et brûlants, la vue tellement trouble qu’ils voyaient difficilement. […]
Au bout de six mois la moitié des personnes de son équipe ont appris qu’ils s’exposaient à un danger mortel. [...] Chan dit : « J’étais très inquiète, mais il fallait que je travaille, je ne pouvais donc rien y faire. »
En fait, Chan n’a pas eu à s’inquiéter pendant très longtemps. En septembre 2000 AXT a sous-traité son travail à une nouvelle usine en Chine, et l’a donc licenciée, ainsi que plus d’une centaine de travailleurs. Lorsqu’elle est allée chercher les deux semaines de salaire correspondant à son indemnité de licenciement, un responsable lui dit qu’elle ne toucherait son argent que si elle signait un document déclarant qu’elle promettait de ne jamais engager de poursuite judiciaire contre AXT. Chan a signé cette déclaration. […]
Comme beaucoup de ses collègues elle n’a pas retrouvé d’emploi depuis qu’elle a été licenciée par AXT. Elle se demande si elle aura le cancer, et ce qu’il va arriver à l’enfant qu’elle élève. Ses prestations d’assurance chômage s’épuisent le mois prochain, et la banque saisira sa maison si elle ne paye pas l’hypothèque. […]
« C’est à cause de la main-d’œuvre bon marché que tout le monde parle d’externalisation » déclare Jim Puckett, fondateur du Réseau d’action de Bâle, une organisation non gouvernementale qui surveille la propagation de produits chimiques toxiques dans le monde. « Mais certaines choses vont de pair avec la main-d’œuvre bon marché et personne ne veut en parler. Par exemple, le manque de réglementation gouvernementale sur la sécurité au travail, le manque de lois de responsabilité civile et l’absence de syndicats. Tout ceci fait partie intégrante de l’externalisation. Il ne s’agit pas seulement de tirer profit de la main-d’œuvre bon marché, mais aussi des populations marginalisées et vulnérables, et du fait que l’on peut empoisonner des gens sans jamais avoir à rendre de comptes. »
Chris Thompson, Poison and Profits, East Bay Express, 7 avril 2004
<
http://www.fsa.ulaval.ca/​personnel/​vernag/​EH/​F/​ethique/​lectures/​AXT.htm>
Traduit de l’anglais par Yves Le Scieller

Bibliographie

Abu-Habib, Lina, 1998, « The Use and Abuse of Female Domestic Workers from Sri Lanka in Lebanon », Gender and Development, vol. 6, n o 1, mars, pp. 52-58.

Arat-Koc, Sedef, 1999, « NAC’s Response to Immigration Legislative Review Report Not just Numbers : A Canadian Framework for Future Immigration », Canadian Women Studies, vol. 19, n° 3, pp. 18-23.

Assemblée des parlementaires du Conseil de l’Europe. Commission sur l’égalité des chances pour les femmes et les hommes. Sous-commission sur la violence à l’égard des femmes. Séminaire sur la violence à l’égard des femmes : des abus domestiques à l’esclavage. « La violence à l’encontre des femmes : le cas de la traite des femmes. »

Brandt, Deborah, 2002, « Fruits of Injustice : Women in the Post-NAFTA Food System », Canadian Women Studies, vol. 20-21, n° 4/1, pp. 82-88.

Brock, Deborah et al., 2000, « Migrant Sex Work : A Roundtable Analysis », Canadian Women Studies, vol. 20, n° 2, pp. 84-91.

Brock, Jane C., 1993, Gender Issues and the International Migration of the Filipina : Tie Case of the Filipina Domestic Helpers in Hong Kong and Other Filipina Overseas, mémoire de diplôme en études du développement, 60 p.

Gallin, Dan, 2003, « Note on the International Sex Workers Movement », (non publié).

Grandea, Nona et Joanna Kerr, 1998, « Frustrated and Displaced : Filipina Domestic Workers in Canada », Gender and Development, vol. 6, n° 1, mars, pp. 7-12.

International Organization for Migration, 2000, « Information Campaigns against Trafficking », Trafficking in Migrants : quartely bulletin, n° 20, décembre 1999-janvier 2000, 6 p.

International Organization for Migration, 1999, « Traffickers Make Money through Humanitarian Crises », Trafficking in Migrants : quartely bulletin, n° 19, juillet 1999, 6 p.

International Organization for Migration, 1996, Trafficking in Women to Austria for Sexual Exploitation, 37 p.

International Organization for Migration, 1996, Trafficking in Women from the Domenica Republic for Sexual Exploitation, 10 p.

International Organization for Migration, Capacity in Migration Management Programme, 2001, Deceived Migrants from Tajikistan : A Study of Trafficking in Women and Children, 84 p.

Lap-Chew, Lin et Wijers, Marjan, 1997, Trafficking in Women, Forced Labour and Slavery-Like Practices : in Marriage, Domestic Labour and Prostitution, Utrecht : Foundation against Trafficking in Women (STV).

Canadian Women Studies, vol. 21-22, n° 4/+, pp. 90-99.

Ratha, Dilip, 2003, « Workers’Remittances : An Important and Stable Source of External Development Finance », Global Development Finance, pp. 157-175.

Salazar Parreñas, Rhacel, 2001, Servants of Globalization : Women, Migration and Domestic Work, Standford, Standford University Press.

Sanghera, Jyoti, 2004, « Floating Borderlands and Shifting Dreamscapes. The Nexus between Gender, Migration and Development ». Cet article est publié (en anglais) dans son intégralité dans Femmes en mouvement – Genre, migration et nouvelle division internationale du travail, collection Yvonne Preiswerk, textes réunis par Fenneke Reysoo et Christine Verschuur, UNESCO/DDC/iuéd : Genève, 2004.

Salt, John, 2000, « Trafficking and Human Smuggling : A European Perspective », International Migration, vol. 38, n° 3, pp. 31-54.

Shiftman, Pamela, 2003, « Trafficking and Women’s Human Rights in a Globalised World », Gender and Development : Women Reinventing Globalization, Oxfam, vol. 11, n° 1, mai, pp. 125-132.

Thobani, Sunera, 2000, « Closing the Nation’s Doors to Immigrant Women : the Restructuring of Canadian Immigration Policy », Atlantis, vol. 24, n° 2, printemps-été.

Truong, Thanh-Dam, 2001, Human Trafficking and Organised Crime, Working Paper Series n° 339, Institute of Social Studies, La Haye, 31 p.

Autres sources d’information

Journée de réflexion sur le travail domestique organisée par le Collectif du 14 juin, le 14 juin 2003, Genève.

Séminaire « Genre et migration », 15 et 16 mai 2003, Université Toulouse-Le Mirail dans le cadre des séminaires DEA et 3 e cycle du département de sociologie de l’Université Toulouse-Le Mirail, l’équipe Simone-SAGESSE et l’équipe CERS-CIEU, Savoirs, Genre et rapports Sociaux de Sexe, Centre d’études des Rationalités et des Savoirs/Centre interdisciplinaire d’études urbaines (Daniel Welzer-Lang et Alain Tarrius).

Notes

1 Selon Louise Toupin, il est plus juste d’utiliser le terme « travailleuse du sexe » que celui de « prostituée » car il ne s’agit pas d’un statut, ni d’une identité, mais d’une forme de revenu (Louise Toupin, 2003). Pour la même raison, nous emploierons le terme « travailleuse domestique » plutôt que « domestique » dans ce texte.

2 Il existe un vide statistique sur le phénomène migratoire qui se fait par le biais du « smuggling » (en français : « passer une-des frontière-s illégalement par le biais d’un tiers ») et du « trafic ». Selon les pays, les données sont mal collectées, elles le sont par différents organismes, avec différentes méthodologies et différentes terminologies, à différents moments ; elles sont donc difficilement comparables entre elles. De plus, les données proviennent souvent des cours de justice ; elles sont souvent partiales et se réfèrent uniquement aux cas connus. Il en résulte qu’il est souvent difficile de distinguer la migration légale de la migration illégale, et il n’est pas rare que dans la littérature scientifique ou journalistique, les deux termes soient utilisés de façon interchangeable. Il est également important de clarifier la confusion entre « trafficking » et « smuggling », car il en résulte deux formes de migrations. Ces deux concepts rendent floue la frontière entre les mouvements migratoires volontaires et involontaires. Par ailleurs, il existe des différences immenses entre pays quant aux définitions du « trafic » ; ce qui est interdit dans un pays sous le terme de « trafic », peut l’être ailleurs sous celui de « morale », d’« intérêt public » ou de « proxénétisme ».

Auteur

Journaliste, ancienne étudiante de l’IUED.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable