Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Genre, nouvelle division internationale du travail et migrations

 | 
Christine Verschuur
, 
Fenneke Reysoo

2. Etudes de cas : transformations ou renforcement des identités et rapports de genre

Féminisation de la migration

Fenneke Reysoo

Editor's note

Extraits de la présentation au colloque « Femmes en mouvement – Genre, migration et nouvelle division internationale du travail », iuéd, Genève, janvier 2004. Cet article est publié dans son intégralité dans Femmes en mouvement – Genre, migration et nouvelle division internationale du travail, collection Yvonne Preiswerk, textes réunis par Fenneke Reysoo et Christine Verschuur, UNESCO/DDC/iuéd : Genève, 2004.

Full text

1De tout temps et dans toutes les sociétés, il y a eu une articulation entre la vie socio-économique des hommes et celle des femmes. Nous parlons de rapports sociaux de sexe ou de rapports de genre. La migration liée au travail, que ce soit la migration des hommes ou la migration des femmes, affecte inévitablement les rapports de genre.

2Comme dans beaucoup de sociétés, le rôle de pourvoyeur économique principal d’une famille incombe aux hommes (de fait ou idéologiquement), la migration liée au travail est avant tout perçue comme un phénomène masculin : les acteurs « actifs » de la migration sont des hommes tandis que les femmes sont les accompagnatrices « passives ».

3Toutefois, depuis que les recherches en sociologie de la migration ont porté une attention accrue aux femmes dans la migration, un certain nombre de présupposés ont été démystifiés et certaines caractéristiques de la migration internationale ont été problématisées en tenant compte de la perspective genre. […]

L’ampleur de la migration féminine

4[Les] statistiques sur les quarante dernières années établies par les diverses institutions des Nations unies [montrent que] les femmes – toutes nuances gardées – constituent à peu près 50 % de la population migrante, définie par les Nations unies comme les personnes vivant pendant plus d’un an en dehors de leur pays de naissance ou dont elles ont la nationalité. […]

5De quoi parle-t-on alors quand on parle de la féminisation de la migration ? Nous parlons d’un phénomène qui n’a pas eu l’attention qu’il mérite. Ni des chercheurs – c’est seulement depuis une vingtaine d’années que les sociologues ou anthropologues ont construit leurs objets d’étude autour de la migration des femmes –, ni des responsables politiques, ni des bureaux de statistiques (il y a une absence flagrante de données statistiques désagrégées par sexe quand il s’agit de la migration).

6Bien que les femmes aient déjà migré en tant qu’indépendantes à des époques antérieures, comme par exemple les Irlandaises à la fin du XIX e siècle qui surpassaient en volume les hommes migrants irlandais, on assiste depuis deux décennies à une amplification et une intensification inégalées jusque-là de femmes migrantes en tant qu’actrices indépendantes, et c’est ce phénomène-là que l’on appelle la féminisation de la migration. Cette migration féminine s’organise selon une restructuration de l’économie mondialisée et la structure de la migration liée au travail a profondément changé parallèlement à la nouvelle division internationale du travail et au rôle économique grandissant des femmes. En termes de systèmes en déséquilibre, on voit que quand les hommes perdent leur emploi ou quand ils partent, les femmes prennent en charge le rôle économique et pourvoient aux besoins de leurs familles.

7Qui sont les femmes qui migrent ? Les recherches nous révèlent qu’il s’agit de femmes divorcées, veuves, mais aussi – et cela peut surprendre – de mères célibataires et de femmes stériles. Quelles sont les conditions macrostructurelles de cette féminisation de la migration ? On peut lire qu’elle est apparue après la Seconde Guerre mondiale ou la crise du pétrole dans les années 1970. Pourtant, nous savons tous que l’implosion de l’Union soviétique et l’ouverture des pays de l’Europe de l’Est, la crise économique en Asie du Sud-Est, le modèle hégémonique du libre-échange économique, les guerres et les persécutions, les attentats du 11 septembre 2001, les catastrophes écologiques, le vieillissement de la population dans le monde occidental, l’émancipation des femmes issues des classes moyennes sont autant de phénomènes qui ont directement ou indirectement induit des flux migratoires de femmes à la recherche de conditions de vie meilleures tout en assumant la responsabilité ou la coresponsabilité de la survie économique de leurs familles.

8[…] Un des facteurs macrostructurels est […] la restructuration de l’économie, et notamment l’installation de grandes industries intensives en main-d’œuvre dans les pays du Sud. Rien qu’en Asie, 1,5 million de femmes travaillent en dehors de leur pays. Les femmes migrantes sont plus nombreuses que les hommes migrants en Asie. Au Sri Lanka 65 % des migrants sont des femmes alors qu’en 1986 elles étaient 33 % ; elles travaillent comme domestiques en Arabie saoudite, dans les Emirats arabes unis, au Bahreïn, à Oman, au Koweït, au Qatar, en Jordanie, au Liban. Sur 500’000 Philippins vivant en Europe, 80 % sont des femmes (qui travaillent surtout en Italie et en Grèce).

9Pour l’Afrique subsaharienne, nous observons que des cadres féminins du Nigéria, du Ghana, de Tanzanie, de Zambie et du Kenya migrent au niveau international, laissant leurs époux s’occuper des enfants. Certaines femmes qui gagnent des salaires élevés aux Etats-Unis et au Canada épargnent pour assurer leur avenir dans la situation économique difficile de leur pays. L’expansion du secteur tertiaire liée à la signature de l’Accord général sur le commerce des services (AGCS ; en anglais General Agreement on Trade in Services, GATS) va dans les années prochaines affecter les politiques migratoires. Les Etats-Unis, par exemple, garantissent 65’000 visas par an pour l’admission de professionnels étrangers (pour une période maximale de trois ans) dans le cadre de cet accord.

10[…]

Conclusion

11Pour conclure, toutes ces conditions, ces représentations symboliques, ces discriminations de genre, ces cadres institutionnels androcentriques, contribuent potentiellement ou réellement à une marginalisation socio-économique de nombreuses femmes en situation de migration. Cela m’amène à lancer un appel urgent aux politicien-ne-s, aux médias, aux journalistes, aux décideurs des programmes de recherche, afin qu’ils portent une attention accrue à cette féminisation de la migration dans toute son ampleur et avec toute l’importance sociale des discriminations. Inutile de dire que cela requiert plus de recherches.

Author

Institut universitaire d’études du développement (IUED), Genève ; Raboud University, Nimègue.

Buy

Print version

Loading

Unavailable