Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, nouvelle division internationale du travail et migrations

 | 
Christine Verschuur
, 
Fenneke Reysoo

1. Cadres conceptuels

Restructuration économique mondiale et femmes migrantes : nouveaux espaces stratégiques de transformation des rapports et identités de genre

Saskia Sassen
Traduction de Yves le Scieller

Note de l’éditeur

Traduit de l’espagnol. Texte orignial in : Saskia Sassen, Contrageografías de la globalización. Género y ciudadanía en los circuitos transfronterizos, éd. Traficantes de sueños, Madrid, 2003

Texte intégral

1On peut distinguer deux phases initiales des études avec une perspective de genre dans la récente histoire de l’internationalisation économique – les deux concernent des processus en cours depuis longtemps et qui se poursuivent aujourd’hui. Il existe aussi une troisième phase centrée sur des transformations très récentes impliquant souvent de redéfinir les catégories et les résultats des deux phases antérieures. L’effort théorique et de recherche des deux premières phases était en grande partie centré sur la reconnaissance du rôle de la femme, sur le besoin d’équilibrer l’attention démesurée – zèle excessif et habituellement non justifié – portée aux hommes dans les recherches sur le développement économique international.

2La première phase comprenait la constitution d’une vaste bibliographie sur l’implantation de l’agriculture commerciale et le travail salarié en général, normalement par des sociétés étrangères, et leur dépendance partielle d’une dynamique où les femmes subventionnent le travail salarié des hommes grâce à la production domestique et à l’agriculture de subsistance. Boserup, Deere et beaucoup d’autres chercheurs ont produit une documentation très riche et détaillée qui montre les différentes variantes de cette dynamique. Il y est démontré que le secteur de subsistance et l’entreprise capitaliste moderne, loin d’être dissociés, sont articulés à travers une dynamique de genre qui, en outre, dissimule cette articulation. Le travail « invisible » des femmes pour produire la nourriture et pourvoir aux autres besoins dans le secteur de la subsistance permet de maintenir de très bas salaires dans les mines et dans les exploitations agricoles ; les femmes soutiennent donc ainsi la « modernisation » de ces secteurs de l’activité économique. Les analyses économiques standards considéraient que le secteur de la subsistance, les rares fois où elles en parlaient, était un poids pour les secteurs modernes. Les analyses féministes ont montré la véritable dynamique de ce processus de modernisation et sa dépendance par rapport au secteur de la subsistance.

3La deuxième phase comprenait la compilation du savoir concernant l’internationalisation de la production des usines et le processus correspondant de féminisation du prolétariat (Sassen, 1988). L’élément analytique clé était l’emploi dans les usines qui, sous la pression des importations à bas prix, a mobilisé, dans les pays les plus pauvres qui jusqu’alors étaient restés en dehors de l’économie industrielle, une main-d’œuvre dans laquelle les femmes étaient très majoritaires. Il s’agit, à cet égard, d’une analyse qui recoupe d’autres questions d’ordre national, telles que : pourquoi les femmes sont-elles en nombre prédominant dans certaines industries, surtout dans les secteurs de l’assemblage électronique et du textile, quel que soit le degré de développement d’un pays ? Ensemble, ces deux approches analytiques ont produit une littérature abondante, impressionnante de précision et de capacité de clarification. Il est impossible, dans cet espace, de faire justice à ces deux champs intellectuels et à leur contribution à l’obtention de nouveaux cadres pour l’analyse empirique et la construction théorique. La qualité des études empiriques et des formulations théoriques qu’ils ont produites nous aide à concevoir l’envergure du travail à effectuer pour pouvoir théoriser la phase actuelle, phase qui couvre à la fois ces deux premières dynamiques qui opèrent depuis déjà longtemps, et cette dernière dynamique très récente.

4Nous assistons en effet à la naissance d’une nouvelle phase de production des connaissances touchant les femmes et l’économie mondiale. Elle traite des processus qui sont sous-jacents aux transformations des rapports de genre, aux subjectivités des femmes et à leurs notions d’appartenance. Tout ceci comprend des courants intellectuels très divers. Parmi les plus riches et prometteurs, on trouve les nouvelles recherches féministes concernant les femmes migrantes qui se centrent, par exemple, sur la façon dont les migrations internationales modifient les comportements de genre et comment la formation des foyers transnationaux peut promouvoir l’ empowerment des femmes. Un nouveau courant important se développe, qui se concentre sur l’étude du foyer en tant que catégorie analytique clé pour comprendre les processus économiques mondiaux et les nouvelles formes de solidarités transfrontalières, les expériences d’appartenance et la formation de l’identité qui constituent les nouvelles subjectivités, y compris les subjectivités féministes.

5[…]

Eléments analytiques pour l’étude de la phase actuelle

6[…]

7La définition des points stratégiques d’étude des processus de mondialisation actuels est une question méthodologique importante. Dans le cas de l’agriculture d’exportation, le point stratégique est le lien entre les économies de subsistance et l’entreprise capitaliste. Dans le cas de l’internationalisation de la production des usines, le lien se situe entre le démantèlement d’une « aristocratie ouvrière » installée – principalement masculine, localisée dans les principales industries, aux effets non évidents dans un secteur en croissance des économies développées – et la formation d’un prolétariat périphérique, principalement féminin, aussi bien dans les anciens que dans les nouveaux secteurs de croissance. C’est ce qui a permis d’éviter que ce prolétariat ne se transforme en une « aristocratie ouvrière » au pouvoir syndical effectif et ce qui a empêché les « aristocraties ouvrières » masculines existantes de devenir plus puissantes.

8Quels sont les points stratégiques des processus directeurs actuels de la mondialisation ? Il y en a probablement peu qui soient aussi importants que les villes globales, endroits stratégiques pour la valorisation des composants conducteurs du capital et pour la coordination des processus économiques mondiaux. Ce sont aussi des espaces dans lesquels s’intègrent un grand nombre de femmes et d’immigrants dans des activités de service pour les secteurs stratégiques. C’est, bien sûr, un mode d’intégration qui rend ces travailleurs invisibles, qui rompt le lien entre la condition de travailleur ou de travailleuse d’une industrie de pointe et la possibilité de devenir – comme c’est arrivé historiquement dans les économies industrialisées – une « aristocratie ouvrière » ou son équivalent contemporain. « Les femmes et les immigrants » semblent être, dans ce sens, l’équivalent systémique du prolétariat périphérique. (J’ai développé ce sujet dans Sassen (1988), surtout aux chapitres 2 et 6.)

Les femmes dans la ville globale

9La mondialisation économique doit aussi être comprise dans ses multiples « localisations », dont beaucoup ne sont pas reconnaissables à cause de leurs rapports avec l’économie mondiale. La ville globale peut donc être considérée comme une concentration stratégique avec des localisations multiples. Beaucoup de ces lieux témoignent des transformations démographiques que connaissent les villes globales, dans lesquelles, à présent, la plupart des travailleurs permanents sont des femmes, souvent des femmes de couleur. Il est important de comprendre la dynamique de la mondialisation sous ses formes concrètes afin de saisir la structuration du genre. Le fait de tenir compte des nouvelles cultures du travail et des espaces urbains – qui ne sont pas habituellement étudiés dans le processus de la mondialisation économique, bien qu’ils en fassent partie – permet d’appréhender de nouveaux aspects liés aux rapports de genre dans l’économie mondiale actuelle : l’augmentation du nombre d’emplois à bas salaire qui ne s’ajustent pas à l’idée classique de la mondialisation, les dynamiques de transition démographique, et l’invisibilité qui en découle. Ne pas en tenir compte pourrait contribuer à dévaloriser ce nouveau type de travailleurs et travailleuses, ces nouvelles cultures du travail, et même à « légitimer » cette dévalorisation. On peut voir ici une rupture avec la dynamique traditionnelle par laquelle l’appartenance à des secteurs économiques leaders contribuait à créer des conditions favorisant la formation d’une « aristocratie ouvrière » – processus naturel pendant longtemps dans les économies occidentales industrialisées. Le travail des « femmes et des migrants » a remplacé la catégorie fordiste du salaire familial. […]

10L’une des localisations de ces dynamiques de la mondialisation est le processus de restructuration économique des villes globales et la polarisation socio-économique correspondante. Cette polarisation a entraîné une importante augmentation de la demande de travailleurs et travailleuses sous-payés pour des emplois qui offrent peu de possibilités de progression. Ce phénomène est concomitant, de manière significative, d’une explosion de la concentration de la richesse et du pouvoir dans les villes globales, avec une augmentation visible du nombre d’emplois à salaire élevé et du prix du sol urbain. La recherche d’emploi par les « femmes et les migrants » favorise une forte demande et donc de bas salaires, dans des secteurs en forte croissance. C’est ainsi que se rompt le lien historique qui avait donné aux travailleurs une certaine capacité de négociation et, pire, cette rupture culturelle devient légitime.

11Une autre localisation rarement associée à la mondialisation, « l’informalisation », attribue de nouveau à la communauté et au foyer des espaces économiques importants des villes globales. Je considère que l’informalisation est l’équivalent à bas prix souvent féminisé de la déréglementation économique du sommet du système. De même que pour la déréglementation – la déréglementation financière, par exemple –, l’informalisation introduit de la flexibilité, diminue les « charges » de la réglementation et réduit les coûts, surtout ceux du travail. L’informalisation dans les principales villes des pays fortement développés – telles que New York, Londres, Paris ou Berlin – peut être considérée comme une dégradation d’un type d’activités pour lesquelles il existe une demande effective, mais aussi une forte dévalorisation, l’augmentation d’une forte concurrence à faible coût ou peu d’alternatives d’emploi. La voie informelle permet de produire et de distribuer des produits et des services à moindre coût et avec plus de flexibilité. Ce processus dévalorise encore plus cet ensemble d’activités. Les migrants et les femmes sont des acteurs importants des nouvelles économies informelles des villes globales. De fait, ils absorbent le coût de l’informalisation des activités productrices.

12Cette reconfiguration des espaces économiques associée à la mondialisation a produit des effets différenciés pour les femmes et pour les hommes, pour la culture du travail de type masculin et de type féminin, pour les formes de pouvoir et pour la façon d’accéder au pouvoir. La restructuration implicite du marché du travail a impliqué que ses fonctions se soient déplacées vers le foyer et la communauté. Les femmes et les foyers se profilent comme des lieux qui doivent être théorisés au niveau des formes particulières qu’acquiert aujourd’hui la dynamique du marché du travail.

13Ces transformations comportent des possibilités, toutefois limitées, d’autonomie et de renforcement du pouvoir par les femmes. Nous devrions, par exemple, nous demander si l’augmentation de l’informalisation des économies urbaines développées redéfinit en quelque sorte la relation économique entre hommes et femmes. Avec l’informalisation, le quartier et le foyer réapparaissent comme des endroits où a lieu l’activité économique, ce qui offre des possibilités dynamiques pour les femmes. La dégradation économique due à l’informalisation crée des « opportunités » pour les femmes à bas revenus et redessine ainsi certaines des hiérarchies au centre desquelles se trouvent les femmes, aussi bien au foyer qu’au travail. Ce processus est particulièrement manifeste pour les migrantes venant de pays aux cultures fortement masculines.

14Il existe une abondante littérature montrant que l’accès des migrantes à un emploi salarié régulier et à d’autres espaces publics a des effets sur les rapports de genre. Les femmes acquièrent une plus grande autonomie personnelle et une indépendance, alors que les hommes perdent du terrain. Les femmes obtiennent un plus grand contrôle sur l’administration de leur foyer et sur les autres décisions ménagères, et ont plus de pouvoir pour demander aux hommes leur aide pour les tâches ménagères. En outre, l’accès aux services publics et à d’autres ressources publiques leur fournit la possibilité de s’intégrer dans la société ; ce sont souvent elles qui interviennent dans ce processus. Certaines femmes profitent certainement plus que d’autres de ces circonstances ; nous devons mener des recherches plus nombreuses pour établir l’influence de la classe, de l’éducation et du niveau des revenus sur les résultats différenciés selon le genre. D’autre part, on observe un deuxième résultat important lié à l’emploi salarié, outre le renforcement relatif du pouvoir de la femme au sein de son foyer : il s’agit d’une participation plus importante dans le domaine public et de la possibilité de devenir un acteur public. Les immigrées sont particulièrement actives sur deux scènes : les institutions d’aide publique et privée et la communauté immigrée/ethnique. La participation des femmes au processus migratoire accentue la probabilité que le foyer s’installe, et contribue à une plus grande implication des immigrés dans leurs communautés et vis-à-vis de l’Etat. Par exemple, Hondagneu Sotelo a signalé que les femmes immigrées sont plus engagées dans la vie publique et dans les réseaux sociaux, ce qui renforce aussi leur statut au foyer et dans le processus d’installation. Les femmes sont plus actives dans la construction de leur communauté et dans l’activisme communautaire ; elles se positionnent différemment des hommes dans les affaires économiques et dans les relations avec l’Etat. Ce sont probablement elles qui sont confrontées à la vulnérabilité légale de leurs familles dans la difficile tâche de trouver les services publics et sociaux. Cette plus grande participation des femmes laisse penser qu’elles deviennent peut-être des acteurs plus énergiques et visibles, et qu’elles rendent leur rôle plus visible sur le marché du travail.

15Il existe, en quelque sorte, un lien entre les deux différentes dynamiques relatives à la condition des femmes dans les villes globales que nous avons décrites ci-dessus. Elles apparaissent, d’une part, comme une classe de travailleuses invisibles et sans pouvoir, au service des secteurs stratégiques qui constituent l’économie globale. Cette invisibilité les empêche d’émerger comme l’équivalent contemporain de « l’aristocratie ouvrière » des formes antérieures d’organisation économique, où la position des travailleurs d’un secteur leader avait pour effet de leur permettre un renforcement de leur pouvoir. D’autre part, l’accès à des salaires ou à d’autres formes de revenus – bien que peu élevés – et la croissante féminisation de l’offre de travail et des opportunités d’affaires qu’implique l’informalisation altèrent les hiérarchies de genre.

16L’apparition d’une nouvelle strate de femmes professionnelles est une autre localisation importante de la dynamique de l’économie globale. […] Mais nous ne disposons pas ici de suffisamment de place pour développer ce sujet (cf. La ville globale, chapitre 9).

Bibliographie

Sassen, Saskia, 1988, The Mobility of Capital, Cambridge University Press, Cambridge.

Hondangneu-Sotelo, P., 1991, « Family and community in the migration of Mexican undocumented immigrant women », in Ethnic women : a multiple status reality, Segal M. T., Demos V., Hills D., New York, General Hall.

Auteur

Lors de la publication de l'ouvrage, professeure de sociologie à l’Université de Chicago, professeure invitée à la London School of Economics. En 2017, professeure à Robert S. Lynd; professeure de sociologie à la Columbia University et membre de son comité "Global Thought".

Yves le Scieller (Traducteur)

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable