Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, nouvelle division internationale du travail et migrations

 | 
Christine Verschuur
, 
Fenneke Reysoo

1. Cadres conceptuels

Les travailleuses domestiques du Sud, au Nord et au Sud

Blandine Destremau et Bruno Lautier

Note de l’éditeur

In : Blandine Destremau et Bruno Lautier, « Femmes en domesticité (Les domestiques du Sud, au Nord et au Sud) », Revue Tiers Monde, t. XLIII, n ° 170, avril-juin 2002, pp. 249-264

Texte intégral

  • 1 Il est difficile d’être beaucoup plus précis, car tout dépend bien sûr de la façon de définir les c (...)

1Le travail domestique, entendu ici comme le travail fait par les employé-e-s domestiques, est une des principales formes d’emploi féminin dans la plus grande partie du monde1 ; des « petites bonnes » d’Afrique de l’Ouest aux « empregadas » brésiliennes, des domestiques philippines enfermées dans les riches demeures du Golfe persique aux femmes de ménage et « nounous » parisiennes, les domestiques sont massivement présentes et étonnamment invisibles. Bien sûr, chacun sait qu’elles existent, y compris les chercheurs en sciences sociales. Mais il semble qu’elles ne soient pas dignes de l’intérêt scientifique que mériterait leur nombre (pour s’en tenir à la France, trois ou quatre thèses par an et à peine plus d’articles sont consacrés aux domestiques des pays du Sud). Certes, le sujet a intéressé les historiens, particulièrement en France et au Royaume-Uni. Mais la question actuelle des domestiques ne semble venir sur le devant de la scène qu’à propos de situations qualifiées (un peu hâtivement) d’« esclavage moderne », lors de plusieurs scandales survenus en France ou dans les pays du Golfe persique.

Une catégorie négligée par la recherche

  • 2 Sur ce point, cf. Bruno Lautier, « Les employées domestiques latino-américaines et la sociologie : (...)
  • 3 Il n’est pas de notre propos de rappeler ici tous les débats sur la mesure du travail domestique, q (...)

2Les raisons de ce manque d’intérêt chez les chercheurs sont multiples2. Mais elles sont toutes liées à la principale spécificité du travail des domestiques : il a lieu dans la sphère privée. Comme le travail domestique dans l’autre sens du mot (les tâches reproductives, effectuées principalement par les femmes3, destinées à la reproduction des membres de la famille), il est doublement occulté : d’une part physiquement, par les murs du domicile ; d’autre part socialement : il ne produit rien (pour la comptabilité nationale), il est généralement non déclaré (au fisc, aux institutions de protection sociale). Il n’existe donc qu’en creux (que se passerait-il s’il n’existait pas ? davantage de chômage féminin ? de tâches effectuées par les patron-ne-s ? de ventes de lave-linge…).

  • 4 Question déjà posée par Malthus, qui demeure centrale.

3Pourtant, le travail domestique semble pouvoir être facilement mis en relation avec d’autres thèmes de recherche suscitant plus d’intérêt, particulièrement chez les économistes et les socio-économistes : la question de la création d’emplois dans les services personnels, et le lien entre cette question et la répartition du revenu4 ; la question du travail improductif, qui a suscité tant de débats inaboutis dans les années 1970 ; la question de la légalisation du travail « au noir » et des procédures qui peuvent y mener (chèques emploi-service, déductions fiscales, associations intermédiaires…). Mais les raisons académiques qui poussent à valoriser cet objet de recherche semblent relativement impuissantes à le faire émerger comme sujet légitime, avant tout parce que le travail des domestiques ne constitue pas une question politique majeure.

  • 5 Il existe quelques exceptions, limitées dans l’espace et dans le temps, comme le cas du Brésil au m (...)

4Le travail des domestiques est en effet rarement abordé sous un angle politique, comme cela a été le cas d’autres formes de travail qui, s’exerçant dans la sphère publique, ou dans des lieux soumis au regard, ont posé un problème politique : esclavage, travail forcé, travail salarié, travail dit informel, etc. Les domestiques […] sont très rarement syndiquées ; elles manifestent encore plus rarement dans la rue. La presse n’en parle pratiquement pas (sauf dans quelques cas de « scandales » évoqués plus haut), les hommes politiques jamais5. Les domestiques ne constituent donc pas un problème ; pourtant, elles sont des dizaines de millions à être souvent enfermées, presque toujours méprisées, toujours disponibles, parfois violées. […]

Peut-on parler d’esclavage moderne ?

5La propension de l’emploi domestique à s’exercer dans des conditions de quasi-servitude dépend pour beaucoup des éléments cités [ailleurs dans l’article] (mode d’entrée sur le territoire où l’on travaille, rôle de la famille dans le placement, légalité du statut résidentiel, etc.). Les situations qui y sont les plus propices combinent toujours le jeune âge des filles, une forte pression familiale et culturelle, une grande polarisation sociale entérinant dévalorisation et subordination, la contrainte d’une pauvreté extrême, l’existence d’une dette, le contrôle d’intermédiaires, la clandestinité et l’absence de normes et de réglementations protectrices, l’existence de référents culturels à des relations de travail de type esclavage, travail forcé, louage d’enfants, etc. Les situations d’« esclavage moderne » fréquemment dénoncées procèdent donc d’une généralisation de cas extrêmes, et de l’assimilation abusive à une relation de travail spécifique, identifiée et analysée par des historiens, des anthropologues et des économistes dans des contextes bien différents.

  • 6 Esclavage moderne et idéologie antique, Revue Tiers Monde, n ° 148, octobre-décembre 1996, pp. 787- (...)
  • 7 BIT, Le travail dans le monde, Organisation internationale du travail, Genève, 1993.
  • 8 Ch. Bormans, citant M. L. Finley, Economie et société en Grèce antique, Paris, La
  • 9 Sur tous ces points, cf. aussi Yann Moulier Boutang, De l’esclavage au salariat – Economie historiq (...)

6Pour Christophe Bormans6, l’« invention » par le BIT en 19937 de la notion d’esclavage moderne procède d’une démarche idéologique, « rejetant dans le non-capitalisme les formes de mise au travail les plus dégradantes pour l’être humain ». Elle reflète l’incapacité de penser ces formes en dehors des catégories conventionnelles de statuts de travail : celui du salarié libre, contractuel, celui du serf et celui de l’esclave8. Que le travail domestique s’exerce dans des conditions de contrainte, d’obligation de remboursement d’une dette, dégradantes ou humiliantes n’autorise pas à le qualifier d’esclavage, à partir du moment où la personnalité du travailleur est reconnue et même placée au centre de la relation. Contrairement à l’esclavage, le travailleur participe rationnellement au travail, condition nécessaire à la mise au travail elle-même. L’auteur identifie les situations de « servitude pour dette » à celles des « engagés », que les nations européennes pratiquaient afin de coloniser les Amériques9. La « généralisation des relations de “faveur”, de “clientèle” ou de “paternalisme” est bien, aujourd’hui, l’un des traits les plus caractéristiques de la mise au travail dans les pays du Sud » mais elles ne peuvent se confondre avec l’esclavage, dont elles ont parfois pris la suite, après son abolition (comme au Brésil). Bormans suggère de situer la réflexion sur ces relations de travail dans le cadre plus large des rapports non salariaux qui, selon la définition qu’en donne Alain Morice, se caractérisent par l’indétermination du contrat et de la rémunération et reposent « sur la mise en place (ou la persistance) de tout un système de droits et devoirs personnels entre les “acteurs”, entremêlant “clientélisme” et relations de “faveur”, sur fond de “paternalisme” et d’allégeance des femmes aux hommes et des jeunes aux vieux ». La position de Bormans est que, dans ce cadre, l’usage de la notion d’esclavage moderne est clairement idéologique, dès lors qu’elle manifeste un refus de prendre en considération les effets négatifs, et même dévastateurs, de l’encouragement à la déréglementation et au désengagement de l’Etat de la sphère du travail dans les pays en développement, en faisant appel non aux sphères du droit, mais à celles des droits de l’Homme.

Mobilités et stratégies

7Une des questions transversales aux articles de ce [numéro spécial de la Revue Tiers Monde] est celle des relations entre mobilités géographique et socioprofessionnelle, en lien avec les stratégies déployées par les employées domestiques. La notion de stratégie est centrale, dans son imprécision même : elle combine des attentes, des rêves et des représentations, des calculs, des attitudes et des « actes manqués ». Souvent, les stratégies semblent difficiles à comprendre, mêlant des éléments de rationalité et de décision cohérente avec des discours contradictoires et des actes apparemment irrationnels. De fait, les employées domestiques sont souvent prises entre plusieurs exigences difficiles à concilier (désir d’autonomie/besoin de protection, indépendance/pressions familiales, stratégies personnelles/obligations culturelles, etc.). Leurs propres représentations de cette forme d’emploi au regard de leur trajectoire, de leur image d’elles-mêmes et de leurs ambitions sont une clé fondamentale pour décrypter ce qui peut sembler de l’incohérence ou de l’irrationalité.

8La mobilité géographique – migration vers la ville ou internationale – est l’une des ressources que mobilisent les employées domestiques pour mener à bien leurs stratégies : sur la base de représentations, de discours tenus par « des anciennes », d’incitations effectuées par des intermédiaires, elles en attendent de meilleures opportunités d’emploi, une liberté plus grande par rapport aux contraintes que leur milieu d’origine peut exercer à leur encontre. Mais, comme on l’a évoqué plus haut, la question de la mobilité a bien d’autres dimensions qui rendent complexe la mise en lumière des stratégies : le choix résidentiel, les tentatives pour parfaire une éducation ou une formation, le changement d’employeur dans une quête de meilleures conditions de travail et de rémunération – la recherche de la « bonne patronne » –, l’accès à un statut matrimonial.

9Ces stratégies restent pour l’essentiel très individuelles, malgré quelques contre-exemples latino-américains, et jouent (souvent en même temps) sur les deux registres : améliorer sa condition de domestique, et y échapper.

10L’ensemble des stratégies minuscules de dizaines de millions de domestiques, de par le monde, dessinent, malgré tout, de grandes inflexions qui vont dans le sens d’une amélioration : diminution de la sujétion personnelle, accroissement des mobilités réfléchies, revendication de droits (même si cela reste confiné dans l’espace privé). Tant que la hiérarchie des revenus restera ce qu’elle est au Sud, il est vain d’attendre de simples mécanismes économiques le moteur de la transformation qu’on a connue au Nord au milieu du XXe siècle : le remplacement des domestiques « à demeure » par le triptyque : machines domestiques – services marchands – femmes de ménage quelques heures par semaine. Mais tous les petits mouvements qui s’opèrent vont – très lentement – dans le sens d’un rapprochement avec la condition salariale. Certes, cette diminution de la distance entre domesticité et salariat tient pour partie à la dégradation du statut salarial lui-même ; certes, il subsistera toujours cette altérité radicale entre les deux statuts qui tient à la nature privée de l’espace où s’exerce le travail domestique. Mais les choses changent.

  • 10 Le fait qu’on trouve très peu de domestiques âgées en fait une évidence.

11Les domestiques elles-mêmes n’ont sans doute que faire de ce mouvement, long et lent. Pour leur quasi-totalité, leur rêve est d’échapper à leur condition. Et, presque toutes, elles y échappent10. Mal plutôt que bien, souvent douloureusement. Que deviennent les domestiques ? (Et, plus généralement, que deviennent les anciens enfants au travail ?) C’est un des « trous noirs » de la recherche en sciences sociales du développement.

12[…]

Notes

1 Il est difficile d’être beaucoup plus précis, car tout dépend bien sûr de la façon de définir les catégories d’emploi ; et de nombreux pays ne donnent pas les informations statistiques permettant d’identifier les domestiques. Là où les données sont fiables (principalement en Amérique latine), l’importance des domestiques est patente ; par exemple au Mexique (d’après la Encuesta Nacional de Empleo 2000, INEGI/STPS), il y a 1’564’000 domestiques (sur 13’311’000 femmes actives occupées), et cette catégorie n’est devancée que par le commerce de détail et les « services d’éducation et de loisirs ». Au Brésil, d’après la PNAD (Pesquisa Nacional por Amostra de Domicilios) publiée par l’IBGE, il y avait, en 1999, 4’960’000 femmes employées domestiques (et 374’000 hommes, qui représentent donc 7 % du total) ; par comparaison, il y avait 1’857’000 femmes employées dans l’industrie de transformation. Les domestiques représentent 39 % des salariés au Brésil, et 22 % de l’emploi féminin non agricole (17 % de l’emploi féminin total).

2 Sur ce point, cf. Bruno Lautier, « Les employées domestiques latino-américaines et la sociologie : tentative d’interprétation d’une bévue », in Les Cahiers du genre, n ° 32 ; Ed. L’Harmattan, 2002.

3 Il n’est pas de notre propos de rappeler ici tous les débats sur la mesure du travail domestique, qui renvoient à ceux qui portent sur sa définition et sur le mode d’assignation des diverses tâches de l’un à l’autre sexe. Grosso modo, en France, les évaluations sont toutes proches d’un « partage » 80 %/20 % (proportions qui ne changent à peu près pas depuis les années 1970, malgré la réduction du temps de travail, l’abaissement de l’âge de la retraite et la hausse de l’activité féminine).

4 Question déjà posée par Malthus, qui demeure centrale.

5 Il existe quelques exceptions, limitées dans l’espace et dans le temps, comme le cas du Brésil au moment du débat sur la Constitution de 1988 et dans les années qui ont suivi. […].

6 Esclavage moderne et idéologie antique, Revue Tiers Monde, n ° 148, octobre-décembre 1996, pp. 787-802.

7 BIT, Le travail dans le monde, Organisation internationale du travail, Genève, 1993.

8 Ch. Bormans, citant M. L. Finley, Economie et société en Grèce antique, Paris, La

9 Sur tous ces points, cf. aussi Yann Moulier Boutang, De l’esclavage au salariat – Economie historique du salariat bridé, PUF, 1998, qui montre en particulier l’extraordinaire diversité des formes ni salariales ni esclavagistes de mise au travail, qui ont permis au capitalisme de se constituer et de se développer, et dont l’époque actuelle montre qu’elles n’ont en rien disparu.

10 Le fait qu’on trouve très peu de domestiques âgées en fait une évidence.

Auteurs

CNRS, Urbama, France.

Professeur, Université de Paris I, IEDES.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable