Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, nouvelle division internationale du travail et migrations

 | 
Christine Verschuur
, 
Fenneke Reysoo

1. Cadres conceptuels

Les théories du transnationalisme et des diasporas

Cindy Horst
Traduction de Emmanuelle Chauvet

Note de l’éditeur

In : Cindy Horst, Transnational Nomads. How Somalis cope with refugee life in the Dadaab camps of Kenya, thèse de doctorat, AGIDS (Amsterdam Research Institute for Global Issues and Development Studies), Amsterdam, 2003, pp. 32-38. Une version révisée de la thèse est publiée chez Bergahn Books, Oxford/New York.

Texte intégral

1[…]

Les processus de mondialisation : l’influence des évolutions technologiques

2Au cours du dernier siècle, une explosion technologique dans le domaine des transports et des communications a créé, selon Appadurai (1986), de nouvelles conditions de proximité. Les technologies de l’information et des communications permettent une circulation de données toujours plus vaste et des interactions en temps réel. Des moyens de transport plus rapides et moins coûteux permettent également de créer des liens et des mouvements plus nombreux que jamais entre les personnes, entre les biens et entre les idées (Rogers et al., 2001). Ce qui ne veut pas dire que les évolutions actuelles n’ont pas de précédent historique ; elles en ont certainement […]. Mais aujourd’hui, ces systèmes de nœuds, d’interactions, d’échanges et de mobilité fonctionnent intensivement et en temps réel, et s’étendent partout dans le monde (Vertovec, 1999). Les progrès technologiques ont permis le développement de flux transnationaux sur de longues distances. Ces flux sont beaucoup plus fréquents, rapides et réguliers qu’ils ne pouvaient l’être dans le passé, et concernent donc des groupes de populations plus larges, dont les réfugiés des camps relativement retirés comme celui de Dadaab [au Kenya]. Les évolutions dans le domaine des transports ont permis d’entretenir des réseaux transnationaux ; parallèlement, un plus grand partage de l’information à l’échelle mondiale a encouragé le maintien de ces réseaux.

  • 1 « Media-scapes » [NDT]. Appadurai utilise le mot « perspective » (scape) pour désigner des réalités (...)

3A cet égard, les idées d’Appadurai sur les « perspectives médiatiques1 » et « l’imagination collective » sont très pertinentes. Selon Appadurai, l’existence des médias de masse a transformé le processus imaginaire : il est devenu un fait social collectif alors qu’il était une expérience individuelle et privée. Ces « perspectives médiatiques » résultent de la distribution des capacités électroniques de production et de diffusion des informations, et sont le fruit des images du monde ainsi créées. Elles proposent aux spectateurs du monde entier des répertoires vastes et complexes d’images et d’histoires. Par ce processus, les limites entre réalité et fiction sont brouillées, en particulier pour les personnes éloignées des réalités décrites. Ainsi les perspectives médiatiques créent finalement un imaginaire par lequel on se construit une vision des autres modes de vie et de la possibilité d’y accéder (Appadurai, 1986). Elles ne rendent pas plus heureux puisqu’elles produisent les images d’un bien-être inaccessible compte tenu des niveaux de vie et des capacités de consommation locaux. Au contraire, le processus met en lumière les inégalités. Mais l’imaginaire collectif peut aussi développer la capacité d’agir car il permet d’envisager la migration ou de trouver de nouvelles formes d’association et de collaboration civique (transnationale) (Appadurai, 2000). Je pense que c’est précisément ce qui fait la dualité du buufis [l’installation des réfugiés aux Etats-Unis ou dans les pays d’Europe, NDT] : d’une part, les images sont inaccessibles et ne mènent qu’à une frustration face aux inégalités mondiales. Mais d’autre part, le buufis est une forme d’imaginaire collectif qui donne de l’espoir dans une situation plutôt désespérée, et élève le niveau de pouvoir et de choix.

L’émergence d’un nouveau domaine

4Les développements technologiques qui viennent d’être décrits ont également inspiré de nouveaux développements dans la théorisation académique, tant les limites des théories et méthodologies existantes sont devenues évidentes. Le concept de transnationalisme a d’abord été proposé comme alternative à l’approche des études des migrations qui dominait dans les années 1970 et 1980. Cette approche se limitait à deux conceptualisations du migrant : il était soit une personne s’assimilant totalement à la culture du pays d’accueil, soit une personne en séjour temporaire qui finissait par rentrer dans son pays d’origine (Rouse, 1995). Le transnationalisme ne conçoit plus les migrations comme un mouvement ou comme quelques déplacements mais comme un flux continuel de personnes, de biens, d’argent et d’idées, qui transgresse les frontières nationales et crée ainsi des liens entre différents espaces physiques, sociaux, économiques et politiques (Mazzucato et al., 2003). L’analyse transnationale se distingue des approches antérieures en ceci qu’elle se centre sur la migration dans une économie qui se mondialise, et parce qu’elle remet en question le rôle de l’Etat-nation dans la détermination des activités et des identités des migrants.

5Les débats sur le transnationalisme recoupent souvent les théories sur la mondialisation, mais ils s’en distinguent par un ancrage géographique plus fort. Dans la théorie sur la mondialisation, les processus globaux font en général l’objet d’une analyse qui les détache de tout territoire géographique national et les situe dans un espace mondial. A l’opposé, les processus transnationaux sont considérés comme ancrés dans un ou plusieurs Etats-nations qu’ils transcendent. La mondialisation passe par des processus plus abstraits et impersonnels, par des processus moins institutionnalisés et moins volontaires, qui se déroulent indépendamment des nations (Kearney, 1995), alors que le transnationalisme fait naître des notions de réseaux sociaux et considère les flux qui se développent au sein de ces réseaux comme des actions humaines. L’intérêt porté aux réseaux mondiaux reflète une transition : on passe actuellement d’une vision générale et macroscopique de la mondialisation à une étude intense des réseaux et de leur mise en place, laquelle est considérée comme caractéristique du monde nouveau (Rogers et al., 2001). Ainsi depuis quelques années on étudie de plus en plus le transnationalisme et les diasporas. On a mis en place des programmes de recherche, on publie de nouvelles revues et des collections, et on établit actuellement des réseaux transnationaux d’équipes multidisciplinaires de chercheurs en sciences sociales, qui débattent, entre autres, des inégalités dans les échanges internationaux entre chercheurs en sciences sociales. Parallèlement, les termes ont pris une charge métaphorique et sont de plus en plus utilisés par des personnes déplacées qui ressentent, entretiennent, inventent ou raniment un lien avec leur précédent pays (Shuval, 2000).

6[…]

Bibliographie

Appadurai, A., 1986, Modernity at large. Cultural dimensions of globalization, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Appadurai, A., 2000, « Grassroots globalization and the research imagination », Public Culture 12 (1) : 1-19.

Kearney, M., 1995, « The local and the global : Anthropology of globalization and transnationalism », Annual Review of Anthropology, 24 : 547-565.

Mazzucato, V., van Dijk, R., Horst, C. et de Vries, P., 2003, Transcending the nation : Explorations of transnationalism as a concept and phenomenon, Utrecht : CERES.

Rogers, A., Cohen, R. et Vertovec, S., 2001, « Editorial statement », Global Networks 1 (1) : iii-vi.

Rouse, R., 1995, « Questions of identity : Personhood and collectivity in transnational migration to the United States », Critique of Anthropology, 15 (4) : 351-380.

Shuval, J., 2000, « Diaspora migration : Definitional ambiguities and a theoretical paradigm », International Migration, 38 (5) : 41-57.

Vertovec, S., 1999, « Conceiving and researching transnationalism », Ethnic and Racial Studies, 2 (2) : 447-462.

Notes

1 « Media-scapes » [NDT]. Appadurai utilise le mot « perspective » (scape) pour désigner des réalités à caractère fluide, irrégulier, qui ne sont pas données objectivement mais dépendent plutôt de construits.

Auteur

Anthropologue, Université d’Amsterdam.

Emmanuelle Chauvet (Traducteur)

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable