Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, nouvelle division internationale du travail et migrations

 | 
Christine Verschuur
, 
Fenneke Reysoo

1. Cadres conceptuels

Femmes, actrices des mouvements migratoires

Laura Oso Casas

Note de l’éditeur

Extraits de la présentation au colloque de l’iuéd « Femmes en mouvement – Genre, migration et nouvelle division internationale du travail », Genève, janvier 2004. Cet article est publié dans son intégralité dans Femmes en mouvement – Genre, migration et nouvelle division internationale du travail, collection Yvonne Preiswerk, textes réunis par Fenneke Reysoo et Christine Verschuur, UNESCO/DDC/iuéd: Genève, 2004.

Texte intégral

  • 1 Une première version de l’analyse de l’évolution de la production scientifique concernant le rôle d (...)

1Depuis le début de l’humanité, les individus, hommes et femmes, se sont toujours déplacés, bien que les études sur les mouvements de population soient très récentes : elles ont débuté pendant la période moderne (Cohen, 1996). La migration féminine a été encore moins étudiée et l’intérêt pour celle-ci est apparu ces deux dernières décennies1. Les réflexions de certains auteurs, en ce qui concerne l’évolution de la production scientifique sur l’immigration féminine, nous offrent des pistes sur la façon dont celle-ci a été traitée, en trois grandes périodes historiques (Golub, Morokvasic et Quiminal, 1997 ; Goldberg 1996 ; Morokvasik, 1996). Jusqu’au milieu des années 1970, nous parlerions d’une quasi-absence des études sur les femmes migrantes. A partir de la fermeture des frontières en Europe (1974-1975) apparaît la figure de la migrante visible, mais réduite au stéréotype de la femme qui vient rejoindre son conjoint, de la femme économiquement inactive, dépendante de l’homme migrant.

2Durant les années 1980, une ouverture conceptuelle à l’étude de la migration féminine se produit, coïncidant avec l’augmentation des courants migratoires de caractère économique de femmes qui se déplacent seules, comme pionnières de la migration familiale, ou qui soutiennent financièrement la famille au pays.

3Autrement dit, nous sommes passés, au long des années, de l’invisibilité de la femme immigrée, de son inexistence comme actrice sociale reconnue, à la visibilité de la migration féminine, mais réduite à un rôle passif, la femme étant une simple accompagnante de l’homme migrant, avant d’arriver à conceptualiser la figure de la femme comme protagoniste de la migration, actrice économique, actrice sociale et actrice du développement. Pourquoi le discours et les représentations sociales ont-ils caché le caractère actif de la femme dans les mouvements de population ? Et comment ce caractère est-il apparu à la lumière ces dernières années ?

L’invisibilité de la femme migrante

4La première de ces périodes, jusqu’au milieu des années 1970, se caractérise par une absence quasi totale des études sur la migration féminine. La sous-estimation de la femme immigrée s’explique, en premier lieu, par l’existence d’un vide théorique dans le cadre de la littérature sur les migrations. Les théories classiques sur les mouvements de population (néoclassique/structurelle) ont laissé de côté la femme comme objet d’étude. Mais cette invisibilité s’inscrit dans un phénomène de plus grande portée : la dévalorisation du rôle de la femme comme actrice économique et sociale. L’invisibilité de la migration féminine trouve ses racines dans le modèle familial patriarcal, qui considère la femme comme dépendante de l’homme, principal support économique et détenteur de l’autorité dans l’unité domestique (Morokvasic, 1984).

5Comme le font remarquer Borderias et Carrasco (1994), la majorité des disciplines, jusqu’à la fin des années 1960, a ignoré le rôle économique de la femme. Ce stéréotype a ses racines dans la considération du concept de travail réduit à la notion de production salariée. Les femmes, n’étant pas impliquées dans la sphère marchande, n’ayant pas un emploi salarié, sont considérées comme « non travailleuses » et ne font pas partie de la sphère productive. Les deux sphères, productive et reproductive, ne sont pas séparées étant donné que l’existence même de la production dépend de sa rénovation. Autant le travail productif que les tâches reproductives font partie de la sphère économique et les deux sont nécessaires à l’existence et à la perpétuation de la société. Mais bien que cela soit vrai, la valeur économique et sociale du travail féminin a été ignorée par les scientifiques sociaux et par la société.

6[…]

  • 2 Harris et Todaro ont révisé en 1970 cette approximation théorique qui n’explique pas pourquoi les f (...)

7La perspective néoclassique de l’étude des mouvements de population, influencée par la conception modernisatrice du développement, considère la migration comme un facteur de développement qui permet la redistribution de la force de travail d’un espace de productivité réduite à un autre de haute productivité. Selon ce modèle, les mouvements migratoires seraient la conséquence de l’addition des décisions individuelles, résultant d’une évaluation rationnelle entre le coût et les bénéfices du déplacement. La migration apparaît comme un facteur « de rééquilibrage » des inégalités sociales et économiques entre espaces géographiques différenciés : un mécanisme qui pallie les différences spatiales dans la distribution de l’emploi et du capital (Lewis, 1954)2.

8Dans la théorie néoclassique, on considère que les hommes et les femmes migrent pour les mêmes raisons : la recherche de travail et d’opportunités économiques. Ce modèle laisse un espace à l’analyse de la migration féminine, mais seulement comme cas exceptionnel à expliquer, comme produit marginal dans le milieu des études sur les mouvements de population. Comme le fait remarquer Gregorio (1997), dans le cadre de cette approximation analytique, « la femme apparaît à l’intérieur des migrations comme un être social et privé et l’homme comme un être économique et public ». Les causes qui expliquaient la migration féminine étaient sociales, tandis que pour les hommes, on met en avant les raisons économiques. Ainsi, par exemple, certaines études avancent l’importance des raisons matrimoniales comme facteur explicatif spécifique de la migration féminine (Thadani et Todaro, 1979, 1984). En définitive, cette théorie se centre sur le rôle des immigrants comme agents économiques rééquilibrants du marché de l’emploi entre espaces géographiques dissemblables. Ainsi, la femme, réduite à l’espace domestique, reste au second plan en tant qu’objet d’étude : l’homme travailleur sera le protagoniste et l’acteur des mouvements de population.

9Dans la théorie de la dépendance, Wood note comment « en contraste avec la théorie de la modernisation, le centre d’attention de l’analyse de cette perspective se déplace vers des caractéristiques internes d’une économie nationale, aux relations structurelles d’exploitation, historiquement déterminées, dans un contexte mondial en mutation » (Wood, 1992 : 36). Sous l’influence de ces présupposés, on analyse la migration en relation avec le processus structurel d’accumulation du capital et le développement inégal. Castles et Kosack (1975) furent les pionniers dans cette analyse structurelle, expliquant les migrations en Europe occidentale à partir de 1945 comme conséquence du processus d’accumulation du capital, résultant de l’inégalité entre le centre et la périphérie dans le contexte d’un système capitaliste mondial. Au-delà des décisions individuelles sur lesquelles se centre la perspective néoclassique, on souligne les déterminants macrostructurels qui sont à la base des disparités régionales. L’explication de la migration réside donc parmi les forces qui provoquent une distribution spatiale inégale des chances. De ce point de vue, les mouvements migratoires sont considérés comme négatifs, étant donné qu’ils augmentent la situation de dépendance de la périphérie par rapport au centre et, par conséquent, les inégalités régionales. Les pays de la périphérie génèrent une armée de réserve de main-d’œuvre qui a besoin des migrations vers le centre comme résultante des inégalités entre nations dans le système capitaliste mondial. Comme le soutiennent Miles et Satzewich, selon cette perspective structurelle, « la réception de main-d’œuvre immigrante serait une manifestation cyclique des différents rythmes d’accumulation du capital entre secteurs économiques, nations et régions du monde » (Miles et Satzewich, 1992). Comme nous pouvons le constater, de ce point de vue, le migrant continue à être considéré fondamentalement du point de vue économique, en tant que travailleur. Les acteurs de la migration sur la scène internationale sont les composants de cette armée de réserve qui est masculine. Les femmes ne sont pas perçues comme faisant partie de cette main-d’œuvre migrante, étant donné qu’elles sont considérées comme étrangères à la sphère publique et au marché du travail.

10En définitive, les approches analytiques qui dominèrent traditionnellement l’étude des mouvements de population (néoclassique et structuraliste), influencées par les paradigmes classiques du développement (modernisation et dépendance) et par le stéréotype de la femme comme économiquement inactive, réduite à l’espace privé du foyer, ont laissé les femmes au second plan. Les analyses, qu’elles soient centrées sur des décisions rationnelles de l’individu (perspective néoclassique) ou sur les déterminants macrostructurels de la migration (approximation structurelle), soulignent le rôle des immigrants comme main-d’œuvre, travailleurs et acteurs économiques. Ainsi, les femmes migrantes sont restées dans l’invisibilité des débats académiques, comme l’ont été les travailleuses et les actrices du développement.

Besoin d’étrangers
La France a économiquement besoin d’immigrés. Elle en a besoin pour sa croissance, pour le développement de l’emploi, pour le futur des retraites et de la protection sociale. L’immigration n’est pas la solution universelle pour combler les déficits démographiques et le manque de main-d’œuvre prévisible, mais elle peut y contribuer.
Ce constat, qui découle de toutes les études prospectives récentes, relance le débat de l’immigration – douloureux et politiquement conflictuel – sous un aspect nouveau. Certes, les calculs auxquels s’était livré l’ONU en 2000 paraissent fantaisistes : l’Europe aurait besoin d’un apport de 150 millions d’étrangers d’ici à 2025, dont 23 millions pour la seule France, écrivaient les experts des Nations unies. Il s’agissait d’une simple projection des courbes démographiques qui a été critiquée par les démographes. Reprenant les calculs, le Commissariat au Plan a rappelé que 70’000 à 100’000 immigrés entrent chaque année en France en toute légalité par regroupement familial, pour étude ou travail saisonnier et a ramené les besoins à 20’000 entrées supplémentaires. Le Conseil économique et social (CES), dans une étude rendue publique ces jours-ci, évalue à 10’000 par an le nombre nécessaire d’immigrants supplémentaires.
Mais le plus nouveau dans ces études est ailleurs. Elles soulignent que la France a besoin d’immigrés qualifiés. Son système éducatif est, depuis de nombreuses années, défaillant. Trop de jeunes (environ 20 %) sortent de leur scolarité avec seulement un niveau CAP ou BEP, contre 9 % pour la moyenne européenne, et trop peu obtiennent un diplôme supérieur (150’000 seulement obtiennent une licence et plus). Du coup, la France manque globalement de hautes qualifications. Cette pénurie se fait sentir d’abord dans l’éducation nationale elle-même, qui a du mal à attirer les candidats. En lettres modernes, physique-chimie, anglais, le manque de professeurs va contraindre à abaisser leur niveau de recrutement. Le manque de main-d’œuvre se fait sentir ailleurs, par exemple dans les professions médicales : infirmières et médecins du système hospitalier font cruellement défaut. Déjà, le quart des médecins d’urgence et le tiers des chirurgiens sont d’origine étrangère, faute d’en avoir formé assez en France.
Au moment où le gouvernement fait voter un projet de loi de Nicolas Sarkozy pour durcir les conditions d’accueil et de séjour des immigrés, le CES préconise une régularisation des clandestins et la création de visas à durée limitée pour « une immigration maîtrisée et organisée ». Voilà qui souligne combien la France ne peut se limiter à la seule répression. Si l’intégration reste un problème difficile, il faut voir l’immigration sous un jour positif. Mais la France ne peut restreindre son ouverture aux seuls immigrés « utiles ». L’immigration n’est pas un bureau comptable mais une chance de pluralité et de fécondité. Il faut tenir compte des besoins économiques, mais aussi de la volonté et de la liberté des immigrants.
Editorial, Le Monde, samedi 8 novembre 2003

De l’invisibilité de la migration féminine au stéréotype de la femme accompagnant l’homme migrant et dépendante de lui

11Dans les pays d’immigration économique en Europe occidentale, après la Seconde Guerre mondiale, le recours à la main-d’œuvre étrangère est nécessaire dans un moment de reconstruction économique. La diminution de la population nationale durant le conflit est notable et l’immigration est perçue comme un phénomène désiré. Elle sera contrôlée par les instances gouvernementales (Le Moigne, 1995). Dans le cas français, par exemple, en 1945, le gouvernement définit les conditions d’entrée des résidents étrangers et crée l’Office national d’immigration, à travers lequel l’Etat détient le monopole relatif aux opérations d’enrôlement des travailleurs étrangers. La migration est perçue comme un « accident historique », non constitutif de la nation. Ce système, qui prévaut dans les pays européens jusqu’au milieu des années 1970, correspond à celui de la migration économique dans son versant le plus pur : c’est le cas de figure du « travailleur invité », caractéristique du modèle allemand. Dans ce contexte, on considère que l’arrivée de main-d’œuvre étrangère est de caractère temporaire, l’image stéréotypée de l’immigrant est celle d’un homme, adulte, actif, célibataire ou seul, avec un projet migratoire à court terme, orienté vers la thésaurisation et le retour au pays d’origine.

12Après la crise de 1973-1974, les pays du nord de l’Europe commencent à fermer leurs frontières à la main-d’œuvre étrangère, bien que le volume d’entrées de la population étrangère se maintienne, fondamentalement grâce au regroupement familial. En effet, les travailleurs étrangers décident de s’installer, en partie en réponse aux politiques restrictives, et d’amener avec eux leurs familles, afin que les chaînes initiées par les pionniers puissent se développer selon une dynamique étrangère au contrôle administratif : les réseaux communautaires se substituent à l’enrôlement étatique. On passe d’une immigration temporaire à une immigration de peuplement, où le regroupement familial joue un rôle central dans la configuration des flux d’entrée. Loin d’être un phénomène de passage, l’immigration ouvre le débat sur l’intégration dans la société d’accueil, sur la préoccupation des phénomènes d’exclusion sociale, la ghettoïsation et les enfants d’immigrés.

13Comme résultante de la fermeture des frontières, la représentation féminine dans les flux migratoires a augmenté, bien que les niveaux atteints dans les années 1990 continuent à être en dessous de 50 %. Ainsi, la proportion de femmes étrangères est passée, par exemple, en Allemagne de 37,4 % en 1973 à 48,8 % en 1990 ; en France, de 39,3 % en 1968 à 44,9 % en 1990 ; et en Hollande, de 37,9 % en 1976 à 44,9 % en 1990 (United Nations Secretariat, 1995). En Europe, les femmes ont dominé les flux d’entrée depuis l’implantation des politiques restrictives à l’immigration, mais elles ont continué à représenter une proportion moindre par rapport aux stocks d’immigrés (Zlotnik, 1995). A partir de ce moment surgissent les études où l’on met en relief la plus grande présence de femmes parmi la population étrangère (Le Bon, 1979) et où l’on commence à parler, dans les cercles académiques et politiques, de la féminisation des flux migratoires en Europe. Selon Golub, Morokvasic et Quiminal, bien qu’à partir des années 1980 se développe un discours autour de la féminisation de la population migrante en Europe, cette féminisation ne constitue pas un phénomène nouveau, mais il correspond plutôt à une lente progression. En effet, les données des recensements de population en France montrent que l’augmentation fut progressive : 42,6 % des immigrants en 1945, 38,6 % en 1954, 39,3 % en 1968, 40,1 % en 1975, 42,8 % en 1982 et 44,9 % en 1990 (Golub, Morokvasic et Quiminal, 1997 : 21).

14Le discours sur la féminisation de la migration en Europe s’explique, par conséquent, non seulement par une augmentation réelle de la participation féminine dans les mouvements de population, mais aussi par une ouverture conceptuelle à la figure de la femme immigrante (Golub, Morokvasic et Quiminal, 1997 : 21). On prend conscience que l’immigration, loin d’être temporaire, implique l’installation des familles, et donc de la femme, dans le pays d’accueil. Ainsi, les immigrantes sortent au grand jour, mais on les considère seulement sous l’angle d’épouses regroupées et on ne pense pas qu’elles puissent avoir un rôle significatif comme actrices économiques et sociales.

15Cependant, comme le note Morokvasic, la migration féminine n’a pas été tout à fait absente avant le milieu des années 1970, et le regroupement familial n’en a pas été la seule cause. En effet, avant la fermeture des frontières, dans certains groupes ethniques, les femmes étaient plus nombreuses que les hommes, surtout dans certaines tranches d’âge. En Europe, par exemple, les femmes yougoslaves étaient prédominantes parmi les migrantes les plus jeunes. Au Royaume-Uni, les femmes nées à l’étranger, immigrées depuis 1966, étaient majoritaires dans les tranches d’âge de 20-24 et 25-29 ans. Cette migration féminine ne correspond pas seulement à des raisons familiales mais, entre autres, à des facteurs structurels, comme le sont la demande de main-d’œuvre en Europe pendant les années 1960-1970, pour des travaux typiquement féminins dans les industries modernes, le service domestique, etc. (Morokvasic, 1984). Certaines recherches ont révélé que dans les années 1960-1970 la migration espagnole à Paris avait une forte composante féminine, de telle sorte que les femmes ne migrèrent pas seulement dans le cadre du regroupement familial, mais que beaucoup d’entre elles le firent seules ou même comme pionnières du processus migratoire, pour s’insérer sur le marché du travail, dans la majorité des cas comme employées de maison ou concierges à Paris (Oso, 2004).

  • 3 Sur le cas français, Morokvasic note comment certains auteurs confondent le mode d’arrivée avec cel (...)

16La politique de fermeture des frontières influença le rééquilibrage du stock d’immigrants par sexe, mais nous ne pouvons sous-estimer les flux migratoires existant avant cette date. Ainsi, nous devons nous éloigner à nouveau d’une vision de la migration féminine rattachée exclusivement au regroupement familial et ne pas confondre la voie d’entrée dans le pays avec l’insertion dans la société d’accueil3. Ainsi, une femme peut entrer officiellement comme dépendante, mais cela ne veut pas dire que son rôle dans le contexte de l’immigration se réduit à celui d’épouse ou de mère, étant donné qu’elle peut s’insérer sur le marché du travail, formel ou informel, et y détenir un rôle fondamental comme actrice économique et sociale. Autrement dit, rien ne peut nous faire supposer que la voie légale d’entrée soit similaire au motif migratoire, étant donné que la véritable cause de la migration peut continuer à être l’insertion sur le marché du travail. Cela est un exemple de plus pour montrer comment la législation trouble l’adéquation entre l’information qui se recueille et la réalité du projet migratoire. De fait, la première chose que nous pensons lorsque nous imaginons un homme immigrant dans le cadre du regroupement familial, amené par son épouse pionnière de la migration, est que sa demande d’entrée légale cache un motif migratoire économique – pourquoi ne suppose-t-on pas la même chose d’une épouse « regroupée » ?

17La présence en Europe de la femme immigrante ne peut plus être niée et elle apparaît inévitablement au grand jour, mais cette « visibilité » va être, à son tour, obscurcie, dans l’ordre des représentations, par la figure de la migrante « regroupée » : de l’invisibilité de la migration féminine on est passé au stéréotype de la femme dépendante du mâle migrant. […]

L’ouverture conceptuelle à la figure de la femme immigrée

18Au-delà de l’invisibilité de la migration féminine, qui a été amplement dénoncée dans la littérature, la question qui surgit est précisément l’inverse : pourquoi et comment apparaît au grand jour la femme immigrée ? A partir des années 1980, la migration féminine commence à sortir de la marginalité, autant dans les cercles académiques que politiques. La prise de conscience de la figure de la femme immigrée est due à une ouverture analytique dans le milieu des sciences sociales, qui permet de sortir au grand jour non seulement les migrantes, mais aussi les travailleuses et les femmes actrices du développement. [Les] approches théoriques firent apparaître le travail féminin, le rôle de la femme dans le développement et la participation féminine dans les mouvements migratoires.

19[…]

20A partir des années 1980, une autre approche théorique surgit. Elle commence à se développer, comme le notent Tahon et Pesloüan (1993), durant le 10 e Congrès de sociologie, qui s’est déroulé à Mexico en 1982. Cette approche articule l’analyse des structures familiales et le système productif. Elle rejette la dichotomie production/reproduction, et concentre la réflexion sur les interrelations entre ces deux sphères. La reproduction n’inclut pas seulement la descendance des individus mais tout un ensemble d’activités. La famille ne peut être étudiée de façon isolée, car toute une autre série d’institutions sont aussi impliquées dans la reproduction. Le concept de travail englobe tout autant l’activité professionnelle que celle qui se réalise dans la sphère domestique (Collectif, 1984). On considère que les sphères productive et reproductive font partie d’un « tout », le système social, de telle sorte que les sociétés requièrent ces deux systèmes pour exister. Les deux sphères apparaissent comme articulées, elles sont complémentaires et de même importance : l’une ne peut exister sans l’autre, les deux sont interdépendantes. La reproduction sociale s’entend dans un sens plus large, comme un processus « qui inclut la reproduction biologique et la force de travail, la reproduction des biens de consommation et de production et la reproduction des relations de production […]. Le concept de reproduction se définit comme un processus dynamique en rapport avec la perpétuation des systèmes sociaux, dans lesquels le rôle de la femme est décisif » (Borderías et Carrasco, 1994 : 80).

21Ainsi, la dichotomie entre « production, public, masculin » et « reproduction, privé, féminin » n’est plus, contrairement à ce qui était supposé, antithétique étant donné que les limites entre la production et la reproduction ne sont plus clairement délimitées. De plus, comme le font remarquer Lynch et Mellon, la différence entre « sphère publique, masculine » et « sphère privée, féminine » n’est plus aussi limpide. Certains historiens ont montré comment la vie des femmes se privatisa essentiellement en conséquence des changements économiques liés à l’industrialisation et à cause de l’influence de l’idéologie moderne des « sphères séparées » (Lynch et Mellon, 1995). Les femmes n’ont donc pas été totalement absentes de l’espace public (Segalem, 1995). Cette prise de conscience des tâches reproductives comme travail productif et de la perméabilité des frontières entre espace public et privé est accompagnée par un accès croissant de la femme au travail extra-domestique et à la sphère publique, réservée, dans l’imaginaire collectif, à l’homme, de telle sorte que le rôle de la femme comme actrice économique ne puisse plus être nié.

22[…]

23En parallèle à la visibilité progressive de la femme comme actrice économique et actrice du développement, la migration féminine va apparaître au grand jour à partir des années 1980. Cependant, au début, la littérature se concentre sur le stéréotype de la migrante marginale, juridiquement et économiquement dépendante de son mari. […]

24On nie la diversité [des migrantes], leur rôle d’actrices d’un projet de développement ou d’un projet social. Et cette case, comme le montrent Golub, Morokvasic et Quiminal (1997), se remplit de stéréotypes qui donnent une vision négative de la migrante, en tant que sujet porteur de fantasmes collectifs, en relation avec les valeurs traditionnelles, la polygamie, l’excision du clitoris et surtout, la prostitution. Les femmes apparaissent comme médiatrices sociales, comme les principales gardiennes de la tradition et comme des actrices clés de la socialisation des familles migrantes et de la dénommée « deuxième génération ». Ainsi, si on applique aux hommes migrants une représentation de l’intégration à la société à travers le travail, en insistant sur leur rôle comme acteurs économiques, on réserve aux femmes immigrées le rôle d’actrices de l’intégration sociale et culturelle dans les contextes d’accueil de l’immigration, mais toujours depuis un point de vue secondaire. […] Comme l’ont fait remarquer Golub, Morokvasic et Quiminal (1997), les modules de formation à l’attention des femmes immigrantes se sont concentrés sur leur rôle de femmes au foyer ; ces cours ont porté sur les tâches ménagères (couture, cuisine), qui ne répondent pas aux véritables attentes de ces femmes.

25La plus grande visibilité de la femme immigrée se conjugue avec une ouverture analytique à l’étude des migrations. Les perspectives classiques décrites plus haut, qui se centrent sur les déterminants économiques – qu’elles soient de type néoévolutionniste, basées sur la décision de l’individu (micro), ou qu’elles résultent des déterminants structurels de la migration (macro) –, ne tiennent pas compte, dans leurs approximations théoriques, d’autres facteurs plus sociologiques dans l’analyse des mouvements de population. Ainsi surgissent de nouvelles perspectives qui insistent sur l’articulation des déterminants macro et micro, à l’heure d’expliquer les processus migratoires. Cette articulation entre l’individu, comme acteur de la migration, et les structures sociales, dans le cadre desquelles il s’insère et prend ses décisions, a été mise en lumière par Massey et al. dans leur fameuse étude sur la migration mexicaine aux Etats-Unis, Return to Atzlan. Ces auteurs font remarquer comment la migration, dans son processus initial, avait pour origine des facteurs structurels et externes, mais comment elle acquit ultérieurement une dynamique interne qui est rétroalimentée grâce au développement de réseaux sociaux (Massey et al., 1987). Le concept de l’existence d’une dynamique migratoire autonome expliquerait pourquoi les flux migratoires continuent à être constants dans une situation de crise économique. Cette ouverture théorique à l’analyse des réseaux sociaux comme facteur explicatif des phénomènes migratoires permet aussi, en plus grande partie, de considérer la participation de la femme dans les mouvements de population. La perspective des réseaux sociaux s’avère plus adaptée pour explorer la diversité, aussi bien dans la composition démographique que dans la motivation de la migration. C’est une approximation d’une plus grande profondeur sociologique, où l’économie se réserve un rôle important mais pas toujours prédominant.

26Une autre approche théorique qui constitue une articulation entre les perspectives micro et macro de l’étude des migrations, et qui permet une meilleure compréhension de la migration féminine, est celle qui considère les phénomènes migratoires non seulement sur le plan des décisions individuelles, mais aussi sur celui des stratégies familiales et communautaires (Stark, 1984). […] D’autres auteurs, qui articulent aussi l’analyse macro et micro de la migration, soulignent l’importance de considérer le « foyer » comme unité d’analyse pour l’étude des mouvements de population (Grasmuck et Pessar, 1991 ; Hondangneu-Sotelo, 1991), en mettant l’accent sur le rôle actif et non passif de la femme comme actrice du processus migratoire.

Des hommes et… des femmes derrière les chiffres
[…] Dans les régions développées, près d’une personne sur 10 est migrante.
Pratiquement un immigrant sur deux en Europe et dans le monde (47 %) est une femme […].
Dans l’Union européenne, le nombre des femmes et des hommes migrants a progressé régulièrement au cours des 30 dernières années, correspondant au début de la mondialisation financière néolibérale et à l’augmentation du fossé séparant les pays pauvres des pays riches. […]
Les divers accords (partenariat euroméditerranéen, accords bilatéraux, Accord de libre-échange nord-américain ALENA…) n’ont fait qu’appliquer la tendance mondiale à la libéralisation, levant les barrières douanières pour le commerce ou les capitaux, mais restreignant de plus en plus la circulation des personnes !
Par exemple, les investissements directs à l’étranger dans les pays du sud de la Méditerranée, comme l’ALENA au Mexique, ont surtout créé des emplois précaires et sous-payés, à 80 % pour les femmes, dans des zones franches d’exportation (ZFE), surtout dans le secteur manufacturier de l’habillement, du textile (en Egypte elles sont 58 % du nombre total des travailleurs du textile, en Jordanie 70 %, au Maroc, en Syrie et en Tunisie 74 %), des composants électriques pour les voitures (Maroc, Tunisie), des industries chimiques ou agroalimentaires. Ces emplois non qualifiés compensent très mal les conséquences négatives des privatisations : les coupes dans les budgets sociaux, la disparition des services publics, la hausse du chômage qui touchent essentiellement les femmes. En Egypte, la réduction du nombre des entreprises publiques (80 % des emplois féminins en 1998) a fait, en 2000, chuter le taux d’emploi féminin.
Parmi [les femmes migrantes], de plus en plus, se trouvent des médecins, des professeures, des chercheuses, des étudiantes qui veulent poursuivre leurs études, des femmes très qualifiées en quête d’un travail à la hauteur de leurs compétences et qui ne trouvent à leur arrivée que des emplois de domesticité ou de services, peu rémunérés et peu valorisants.
Par exemple, 40 % des immigrantes en Suède, venant de l’Europe du Sud et de l’Est ont suivi une formation ou acquis des qualifications dans leur pays d’origine, que l’on n’a jamais valorisées dans le pays d’accueil. De même, les femmes migrantes en France ou en Angleterre, qui ont un bagage culturel, universitaire ou une expérience professionnelle importante, ne se voient proposer que des emplois sous-payés dans la restauration et l’entretien.
Claudine Blasco
ATTAC France. Commission Femmes, Genre et Mondialisation Décembre 2003, <
http://www.penelopes.org/​xarticle.php3?id_article=4261>

27En définitive, de l’homme migrant on passe à l’unité domestique puis à la communauté comme protagonistes des déplacements géographiques, en soulignant le rôle des réseaux sociaux dans la configuration des processus migratoires. Ainsi, la femme devient visible, non seulement comme dépendante mais aussi comme actrice de la migration. Il y a une prise de conscience du fait que les processus migratoires n’affectent pas de la même façon les hommes et les femmes. On en vient à considérer qu’en se centrant sur l’homme migrant, on n’arrive pas à comprendre la complexité du phénomène étudié. Le genre commence à être pris en compte dans l’analyse des mouvements de population, de telle sorte que de la femme migrante marginale, sujette à une double vulnérabilité, on passe aux études sur « genre et migration », en mettant l’accent sur le rôle actif et non passif de la femme comme actrice des processus migratoires (Chant, 1992 ; Rodenbourg, 1993 ; Pedraza, 1991).

28Durant la décennie 1990, du fait de l’ouverture analytique à l’étude des migrations, on évoque de plus en plus le rôle actif de la femme immigrée. Et cette plus grande visibilité est accompagnée par une augmentation des flux migratoires féminisés à caractère économique. En effet, en 1990 on perçoit, dans les registres de population, comment la migration féminine, censée arriver dans le cadre du regroupement familial, s’incorpore au marché du travail dans les pays d’immigration, produisant une présence progressive des femmes parmi la population active étrangère (OCDE, 1990).

  • 4 Selon Lin Lean Lim, les femmes représenteraient 95 % des personnes employées dans les zones franche (...)

29Certains auteurs ont expliqué l’augmentation de la participation féminine immigrée sur le marché du travail en relation avec la recomposition du capital au niveau mondial. Comme le note Sassen, les processus de délocalisation industrielle entraînent un moindre besoin de main-d’œuvre étrangère pour les activités industrielles dans le Nord, étant donné que les processus de production s’exportent vers les pays du Sud (Sassen, 1993). L’émergence de zones franches entraîne une augmentation des mouvements migratoires féminins dans les pays en voie de développement, surtout en Amérique latine, en Asie et dans les Caraïbes. Certaines études montrent comment les femmes sont majoritaires parmi la main-d’œuvre dans les travaux de production pour l’exportation4.

30Tandis que dans le Sud, les nouvelles zones d’exportation ont généré des mouvements migratoires féminins pour le travail industriel, dans le Nord, les mouvements de population accomplissent un rôle de réserve de main-d’œuvre. La participation croissante de la femme immigrée dans les activités rémunérées est principalement en relation avec l’augmentation de la main-d’œuvre dans le secteur des services, dans les travaux peu qualifiés et mal rémunérés, dans les pays d’immigration. Le service domestique et les services personnels ne peuvent s’exporter comme les activités industrielles, ce qui entraîne le recours à la main-d’œuvre étrangère et le développement de courants migratoires de caractère exclusivement féminin. La migration des femmes du Sud vers le Nord répond à cette demande croissante de services qui couvrent le travail de la reproduction. Les femmes immigrées occupent des emplois méprisés par les autochtones : services érotiques, service domestique, restauration, etc., soit les travaux qui regroupent les services sexuels et affectifs et les soins personnels. En définitive, les femmes immigrées réalisent, dans la sphère marchande, les tâches nécessaires à la reproduction sociale. Ainsi, comme le note Truong Thanh-Dam, se constitue un transfert international Sud/Nord du travail reproductif, processus qui est parallèle à la globalisation des activités productives dans le monde (Truong Thanh-Dam, 1996). Nous nous référons donc non seulement à la globalisation de la production, mais aussi à l’internationalisation de la reproduction.

31Depuis la fin des années 1990, nous constatons une restructuration du paysage migratoire en Europe, où apparaissent de nouvelles nationalités et de nouveaux contextes d’accueil. D’un côté, les pays du sud de l’Europe (Italie, Espagne, Grèce et Portugal) cessent d’envoyer de la main-d’œuvre à leurs voisins du nord et voient augmenter les flux d’entrée de population en provenance de pays tiers. La configuration du sud de l’Europe comme nouvel espace migratoire s’explique par la proximité géographique du continent africain, ainsi que par le faible support juridique et institutionnel (moins de restrictions à l’entrée jusqu’à ce que l’adoption d’une législation façonne le phénomène de l’immigration), à un moment où les frontières paraissent plus hermétiques dans les pays européens traditionnels d’immigration. D’un autre côté, la chute du mur de Berlin entraîne l’augmentation des migrations Est-Ouest, parmi lesquelles les femmes sont nombreuses. Ainsi, on constate une augmentation des mouvements de population pour des raisons matrimoniales (mariage arrangé par des agences) ou liées à l’emploi des femmes dans la prostitution et le service domestique (Morokvasic, 1991). Ce que nous voulons souligner, dans le contexte de ces transformations du panorama migratoire européen, c’est que l’on assiste à une augmentation des courants migratoires féminins de caractère économique, c’est-à-dire des migrations qui ont comme but l’insertion sur le marché du travail, où les femmes sont majoritaires (King et Zontini, 2000). Ainsi, la femme apparaît comme le premier maillon des réseaux sociaux qui vont développer la dynamique migratoire.

  • 5 Voir également les publications qui paraissent au milieu des années 1980 sur les migrations féminin (...)

32Dans le cadre de certains cercles académiques surgissent au milieu des années 1980 une série de publications qui dénoncent la sous-estimation de la femme immigrée et qui se constituent en classiques de cet objet d’étude. C’est le cas, par exemple, du numéro spécial intitulé Women in Migration de la revue International Migration Review, dans lequel Morokvasic publia un article, « Birds of passage are also women » (Morokvasic, 1984a)5, en référence à la fameuse publication de Piore (Piore, 1979). Ces premières recherches se concentrent sur la mise en lumière de la problématique de la femme immigrée. Deux grandes questions vont influencer, dès lors, la recherche sur ce sujet : quels sont les déterminants de la migration féminine ? Quels sont les effets du processus migratoire sur le statut de la femme immigrée ?

Les effets de la migration sur le statut des femmes et sur l’empowerment

33Comme nous l’avons vu, les femmes migrantes sont de moins en moins perçues comme des victimes dans la littérature sur les mouvements migratoires. Ces dernières années, l’approche centrée sur l’agency, sur les femmes immigrées comme actrices porteuses de transformations sociales, l’emporte. Cependant, le rôle de la femme immigrée comme agente économique, qui participe au développement dans les sociétés d’origine et dans les sociétés d’accueil, ne va pas toujours de pair avec une reconnaissance de ce rôle et avec une augmentation du statut de la femme – et cela nous semble encore peu clair. Les femmes immigrées sont des agentes du développement (elles participent à l’économie dans les sociétés d’origine et d’accueil, elles effectuent des transferts monétaires, elles jouent parfois un rôle fondamental comme cheffes de famille des foyers transnationaux…), mais ce rôle n’est pas toujours accompagné d’un processus d’empowerment.

  • 6 « It is interesting to note that researchers in various parts of the world attribute to migrant wom (...)

34S’il faut éviter de présenter la migration féminine du point de vue de la victimisation, il faut aussi faire attention à l’analyse contraire. En effet, comme le signalent Oso et Catarino, nous devons mettre en question les simplifications et schématisations, marquées d’évolutionnisme, qui considèrent implicitement la migration comme le passage automatique d’une situation archaïque, traditionnelle, vécue par la femme dans la société d’origine, à une situation de « modernité » et d’émancipation, expérimentée dans la société d’accueil. En effet, « la migration a souvent été présentée, dans une perspective empreinte d’évolutionnisme, d’ethnocentrisme et de déni de la diversité, comme le passage d’un pays en voie de développement à un pays développé, de la campagne à la ville, de la “tradition” à la “modernité”, et l’insertion de la femme immigrée sur le marché du travail du pays d’accueil comme une condition nécessaire et suffisante à son émancipation, à l’élévation de son statut social, à une répartition plus égalitaire des rapports de pouvoir et de la division du travail entre hommes et femmes » (Oso et Catarino, 1997). Comme le signale Morokvasic, on applique aux femmes immigrées, d’origines diverses, un bagage culturel similaire dit « traditionnel » et qui implique la soumission des femmes, tandis qu’on considère que le modèle occidental « moderne » est plus émancipateur pour les femmes. On assume que les immigrées adoptent des valeurs plus égalitaires dans le pays d’accueil (Morokvasic, 1988)6. Ainsi, on dénie l’hétérogénéité des situations dans le processus migratoire, qui ont des effets distincts sur le statut des femmes immigrées.

35Face à cette vision unilinéaire, les recherches élaborées dans divers contextes géographiques montrent des situations différentes concernant les effets de la migration sur le statut des femmes. L’étude élaborée par Pessar sur l’immigration dominicaine aux Etats-Unis signale que la migration peut entraîner une augmentation de l’indépendance et de l’autonomie de la femme, du fait d’une plus grande insertion dans les activités rémunérées au pays d’accueil, d’un contrôle sur les ressources économiques ainsi que d’une participation plus importante aux décisions prises dans le cadre du foyer (Pessar, 1984). Dans les communautés turques en Allemagne, la migration peut permettre à la femme d’échapper au contrôle de la famille élargie (Kudat, 1982).

  • 7 Sur la revue de la littérature concernant les conséquences de la migration sur les relations de gen (...)

36Selon d’autres travaux, la migration peut s’accompagner du transfert des structures patriarcales du pays d’origine au pays d’accueil, de telle sorte que les relations de genre ne changent pas (Benería et Roldán, 1987 ; Curtis, 1986). Les migrations en chaîne et la constitution de réseaux communautaires dans le pays d’accueil peuvent entraîner la reproduction des relations sociales et de la division des tâches entre hommes et femmes caractéristique des sociétés d’origine (Diop, 1987). Les transferts monétaires vers le pays d’origine peuvent avoir comme conséquence une perte du contrôle, de la part des femmes, sur les ressources économiques et sur le pouvoir de décision dans la gestion du budget familial (Dias, 1990). De même, l’insertion des femmes immigrées sur le marché du travail dans des conditions précaires peut empêcher l’élévation de son statut. En effet, les travaux réalisés par les femmes immigrées font souvent partie des tâches reproductives, qui relèguent traditionnellement les femmes dans l’espace privé, comme le service domestique (Zlotnik et Bilsborrow, 1992 ; Orlansky et Dubrovsky, 1987)7. Ainsi, face à une approche des effets de la migration des femmes dans une perspective unilinéaire, nous pouvons constater qu’il y a une complexité et une diversité des situations observées par la littérature.

  • 8 Sur l’articulation des variables genre, ethnie et classe sociale, voir la thèse doctorale élaborée (...)

37Certains auteurs ont suivi une ligne de recherche qui vise à analyser les effets de la migration sur le statut des femmes immigrées à travers l’articulation de variables telles que la classe sociale, le genre et l’ethnie. A travers la combinaison de ces trois variables, sur lesquelles se construisent socialement les inégalités, on essaie de comprendre la dynamique de la migration dans le cadre d’une analyse plus complexe. Ainsi nous pouvons saisir comment ces trois types d’oppression s’articulent en fonction des diverses situations et influent sur le statut des femmes immigrées. Fernández-Kelly et García comparent la situation des femmes mexicaines et cubaines dans l’industrie textile à Los Angeles et à Miami, en prenant en compte ces trois variables. Pour les femmes mexicaines, l’insertion sur le marché du travail est liée à une stratégie de survie en tant que chef de famille. La femme mexicaine doit faire face aux besoins économiques du foyer, du fait du chômage, de la maladie, de l’abandon, ou du faible revenu de son mari. Pour les femmes cubaines, la participation aux activités rémunérées suppose un complément du salaire du mari. Dans le premier cas, l’aspiration à l’indépendance pour les femmes était limitée du fait de la situation de pauvreté des Mexicaines. Les femmes cubaines n’avaient pas d’aspiration à l’indépendance, comme les Mexicaines. Les maris des Cubaines leur demandaient de renoncer à leur travail salarié une fois que l’économie du foyer était plus équilibrée (Fernández-Kelly et García, 1991)8.

38Dans cette dernière ligne d’analyse, nous avons cherché à isoler, dans un article rédigé conjointement avec Christine Catarino, quelques facteurs qui agissent sur les effets de la migration sur le statut des femmes : en premier lieu, les structures familiales et la place de la femme dans le système de production dans le pays d’origine ; en deuxième lieu, le type d’insertion des femmes immigrées sur le marché du travail dans le pays d’accueil (existence ou non d’un transfert international du travail de reproduction sociale qui contribue à perpétuer la division du travail entre hommes et femmes dans la société) ; en troisième lieu, l’influence des réseaux sociaux et communautaires ; et, en dernier lieu, le statut marital de la femme immigrée et le type de migration : migration familiale ou migration des femmes seules (Oso et Catarino, 1997).

39A propos de ce dernier facteur, le statut marital et le type de migration, nous avons remarqué que lorsque l’homme est à l’origine de la migration familiale ou que la migration est conjointe (le couple migre en même temps), il y a une plus grande tendance à la reproduction des relations intrafamiliales du pays d’origine dans le pays d’accueil. Par exemple, la migration n’altère fondamentalement ni la division sexuelle du travail au sein du foyer, ni l’occupation de l’espace entre les sexes chez les femmes marocaines qui ont migré dans ce contexte. La femme marocaine pionnière de la migration familiale en Espagne jouit d’une position plus favorable que celle qui rejoint son époux ou qui migre conjointement, dans la mesure où les termes du regroupement familial traditionnel s’inversent, le mari devenant dépendant, en tant que personne « regroupée », de l’initiatrice de la migration. Au milieu des années 1990, la crise économique en Espagne a élargi la possibilité pour les femmes immigrées, par rapport aux hommes, de trouver un emploi (dans le service domestique par exemple) et d’être pionnières de la migration. Certaines femmes marocaines ont dû aussi assumer la responsabilité du foyer regroupé dans le pays d’accueil, ce qui a entraîné quelques transformations dans les relations de genre (une certaine redistribution des tâches domestiques). Cependant, la position de chef de famille de facto n’est pas toujours accompagnée d’une reconnaissance de ce statut au sein du foyer et d’un empowerment pour la femme. Plus d’une fois, les femmes immigrées signalent une surcharge de travail et de responsabilités plus qu’un processus d’augmentation du statut et d’émancipation vis-à-vis du mari (Oso et Catarino, 1997 ; Oso, 1998).

40Pour certaines femmes, le fait de migrer et de laisser le conjoint dans le pays d’origine entraîne une élévation du statut au sein de la famille et du ménage transnational, comme nouveau pourvoyeur économique de celui-ci. Mais cette situation peut aussi comporter un sacrifice, la femme pouvant perdre le contrôle des transferts monétaires. La migration des femmes séparées, divorcées ou veuves et des mères célibataires avec enfants à charge est une stratégie du ménage monoparental. Parfois, la stratégie de mobilité sociale familiale peut être en contradiction avec un projet d’émancipation ou avec un projet plus individuel (poursuite d’études, etc.) de la femme, de telle sorte que la femme immigrée sacrifie son statut social en faveur de celui de la famille et notamment des enfants. La migration ne bénéficie pas toujours aux protagonistes du processus migratoire ; dans bien des cas elle profite plutôt à ceux qui reçoivent les transferts monétaires – et cela même si la femme participe à la migration en tant qu’actrice du développement (Oso, 2002).

41En dernier lieu, je voudrais signaler que lorsqu’on parle de migration d’un point de vue de genre, il faut prendre en compte les effets de la migration sur les relations de genre non seulement entre les migrants eux-mêmes, mais aussi parmi la population autochtone. La migration féminine du Sud vers le Nord s’insère dans les changements de genre qui ont eu lieu dans les sociétés d’accueil. En Espagne, et en général dans les pays du sud de l’Europe, la migration féminine contribue à reproduire le système de stratification par genre et la répartition inégale des tâches et des rôles entre les sexes, de telle sorte qu’elle perpétue la division classique du travail entre les hommes et les femmes dans la société. Le remplacement de la femme professionnelle de la classe moyenne par la travailleuse immigrée, pour ce qui relève des tâches reproductives (travail domestique et soins personnels), montre qu’en Espagne le processus de redéfinition des tâches entre hommes et femmes dans le foyer a été incomplet. Une étude réalisée avec des femmes espagnoles employeuses de domestiques immigrées a montré que les hommes continuent à ne pas s’impliquer de la même façon que les femmes dans le travail de reproduction sociale. L’emploi d’immigrées comme domestiques permet à l’Etat espagnol et aux hommes de ne pas avoir à assumer les travaux reproductifs nécessaires au maintien de toute formation sociale (Oso, 1998).

Bibliographie

Benería L., Roldán M., 1987, The Crossroads of Class and Gender, Chicago, University of Chicago Press.

Borderías C., Carrasco C., « Las mujeres y el trabajo : aproximaciones históricas, sociológicas y económicas », in Las mujeres y el trabajo : rupturas conceptuales, Borderías C., Carrasco C., Alemany C. (comp.), Madrid, Economía crítica ; FUHEM.

Castles S., Kosack G., 1975, Immigrant, workers and class structure in Western Europe, New York, Oxford University Press.

Chant S. (ed.), 1992, Gender and migration in developing countries, London, Belhaven.

Cohen R. (ed.), 1996, Theories of migration, Cheltenham, UK ; Brookfield, US, Edward Elgar, p. IX.

Collectif, 1984, Le sexe du travail. Structures familiales et système productif, Grenoble, PUG, pp. 10-11.

Curtis R., 1986, « Household and family in theory on inequality », American Sociological Review, vol. 51, n º 2.

Dias M., 1990, « Female maintained households : migrants to the Middle East, the case of Sri Lanka », Expert Group Meeting on Vulnerable Women, Vienne, 26-30 Nov.

Diop M., 1987, « Un exemple de non-insertion urbaine : le cas des migrantes saisonnières de Basse Casamance à Dakar », in L’insertion urbaine des migrantes en Afrique, Actes du séminaire CRDI-ORSTOM-URD, Lomé, 10-14 fév., Paris, Ed. de l’ORSTOM.

Fernández-Kelly M. P., García A., 1991, « Power surrendered, power restored : the politics of home and work among Hispanic women in Southern California and Southern Florida », in Women, Change and Politics, Tilly L., Gurin P. (eds.), New York, Russell Sage Found.

Goldberg A., 1996, « Femmes en migrations. Une réflexion sur l’état de la question en France », Migrations-Formation, n º 105, juin.

Golub A., Morokvasic M., Quiminal C., 1997, « Evolution de la production des connaissances sur les femmes immigrées en France et en Europe », Migrations Société, vol. 9, n º 52, juillet-août.

Grasmuck S., Pessar P., 1991, Between two islands : Dominican international migration, Berkeley, University of California Press.

Gregorio Gil C., 1997, « El estudio de las migraciones internacionales desde una perspectiva del género », Migraciones, n º 1, pp. 145-175.

Hondangneu-Sotelo P., 1991, « Family and community in the migration of Mexican undocumented immigrant women », in Ethnic women : a multiple status reality, Segal M. T., Demos V., Hills D., New York, General Hall.

King R., Zontini E., 2000, « The role of gender in the South European immigration model », Papers, n º 60, pp. 35-52.

Kudat A., 1982, « Les migrations des femmes turques vers l’Europe : leurs effets sur le plan individuel, familial et social », in Living in two cultures : the socio-cultural situation of migrant workers and their families, Paris, UNESCO.

Le Bon A., 1979, « Féminisation de la main-d’œuvre étrangère », Hommes et migrations, n º 963.

Le Moigne G., 1995, L’immigration en France, Paris, PUF [3 e éd.].

Lewis A., 1954, Economic development with unlimited supplies of labour, Manchester, The Manchester School of Economic and Social Studies.

Lynch K. A., Mellon C., 1995, « La famille dans la sphère privée et la sphère publique », Colloque international de recherche femmes, hommes, identité, égalité, différence, Paris.

Massey D. S., Alarcón R., Durand J., González M., 1987, Return to Aztlan : The social process of international migration from western Mexico, Berkeley, University of California Press.

Miles R., Satzewich V., 1992, « Capitalismo contemporáneo, migración y racismo », Alfoz, n º 91-92.

Morokvasic M, 1984a, « Birds of passage are also women », International Migration Review, vol. 18, n º 68.

—, 1984b, « Migrant women in Europe : a comparative perspective », in Women on the Move, Paris, UNESCO.

—, 1988, « Cash in hand for the first time : the case of Yugoslav immigrant women in Western Europe », in International Migration Today, Stahl C. (ed.), vol. 2, Emerging Issues, Paris, UNESCO.

—, 1991, « Fortress Europe and Migrant Women », Feminist Review, n º 39, hiver, pp. 68-84.

—, 1996, « Etat de la recherche sur la femme et la migration », Conférence prononcée dans le cadre des réunions des Réseaux femmes en migration, Paris, URMIS/CEDREF, 5 mai, inédit.

OCDE, 1990, Tendences des migrations internationales, Rapport Sopemi, Paris, OCDE.

Orlansky D., Dubrovsky S, 1987, « Effet de l’exode rural sur le rôle et la condition de la femme en Amérique latine », Rapport et documents en sciences sociales, n º 41, Paris, UNESCO.

Oso L., 1998, La migración hacia España de mujeres jefas de hogar, Madrid, Instituto de la Mujer.

—, 2002, « Stratégies de mobilité sociale des domestiques immigrées en Espagne », Revue Tiers Monde, t. XLIII, n º 170, avril-juin, pp. 287-305.

—, 2004, Españolas en París. Estrategias de ahorro y consumo en las migraciones internacionales, Barcelona, Bellaterra.

Oso L., Catarino C., 1996, « Femmes chefs de famille et migration », in Femmes du Sud, chefs de famille, Bisilliat J. (dir.), Paris, Karthala, pp. 73-77.

—, 1997, « Les effets de la migration sur le statut des femmes », Migrations Société, vol. 9, n º 52, juillet-août.

Pedraza S., 1991, « Women and migration : the social consequences of gender », Anu. Rev. Sociol., n º 17, pp. 303-325.

Pessar P., 1984, « The linkage between the household and the workplace of Dominican women in the U. S. », International Migration Review, vol. 18, n º 4.

Piore M., 1979, Birds of passage : migrant labour in industrial societies, Cambridge, Cambridge University Press.

Rodenbourg J., 1993, « Emancipation or subordination ? Consequences of female migration for migrants and their families », Internal migration of women in D. C., New York, United Nations.

Sassen S., 1993, La movilidad del trabajo y del capital, Madrid, Ministère du travail et de la sécurité sociale [éd. orig. 1988].

Segalem M., 1995, « L’organisation sexuée des espaces », Colloque international de recherche femmes, hommes, identité, égalité, différence, Paris.

Tahon M. B., Pesloüan G., 1993, « Sociologie de la famille et des rapports sociaux de sexe », in Sociologie contemporaine, Durand J. -P., Veil R., Paris, Vigot.

Thadani V., Todaro M., 1979, Female migration in developing countries : a framework for analysis, Working Paper n º 47, New York, Center for Policy Studies, Population Council.

—, 1984, « Female Migration : A Conceptual Framework », Women in the cities of Asia : migration and urban adaptation, in Fawcett James, Siew-Ean Khoo, Smith Peter C. (eds.), Boulder, Westview.

Truong Thanh-Dam, 1996, « Gender, international migration and social reproduction : implications for theory, policy, research and networking », Asian and Pacific Migration Journal, vol. 5, n º 1.

United Nations Secretariat, 1995, « Measuring the extent of female international migration », in International migration policies and the status of female migrants, New York, United Nations.

Wood C., 1992, « Modelos opuestos en el estudio de la migración », Alfoz, n º 91-92, p. 35.

Zlotnik H., 1995, « The South to North migration of women », International Migration Review, vol. XXIX, n º 1, pp. 229-454.

Zlotnik H., Bilsborrow R., 1992, « Preliminary report of the United Nations Expert Group Meeting on the feminization of international migration », International Migration Review, vol. 26, nº 1, printemps.

Notes

1 Une première version de l’analyse de l’évolution de la production scientifique concernant le rôle des femmes dans les mouvements migratoires a été publiée dans Oso, 1998.

2 Harris et Todaro ont révisé en 1970 cette approximation théorique qui n’explique pas pourquoi les flux migratoires ne sont pas nécessairement découragés devant une situation défavorable d’impossibilité d’absorption de main-d’œuvre immigrante. Ainsi, ils ont incorporé la notion d’« avantages économiques attendus », qui ne coïncide pas nécessairement avec les avantages réels et qui détermine l’évaluation rationnelle de la migration (Harris et Todaro, 1970).

3 Sur le cas français, Morokvasic note comment certains auteurs confondent le mode d’arrivée avec celui du séjour en France (Morokvasic, 1983).

4 Selon Lin Lean Lim, les femmes représenteraient 95 % des personnes employées dans les zones franches en Malaisie (Lin Lean Lim, 1980) et dans le Programme d’industrialisation de la frontière du Mexique, comme le note Fernández-Kelly (Fernández-Kelly, 1983). Dans les Caraïbes, la littérature a montré comment les femmes étaient sélectionnées expressément pour le travail dans les zones franches (Bishop et al., 1990).

5 Voir également les publications qui paraissent au milieu des années 1980 sur les migrations féminines : Phizacklea, 1983 ; Fawcett et al., 1984 ; UNESCO, 1984.

6 « It is interesting to note that researchers in various parts of the world attribute to migrant women of extremely different origins (Turkish, Algerian, Pakistani, etc.) one and the same simplified cultural background and label in traditional (implying immobility and the oppression of women), and oppose it to their own Western model of modernity (implying emancipation or at least less oppression). Migrant women are placed on a traditional modernity continuum, and assumed to be striving for Western, modern, and of course emancipatory values » (Morokvasic, 1988).

7 Sur la revue de la littérature concernant les conséquences de la migration sur les relations de genre dans l’espace privé et public, voir : Oso et Catarino, 1996 ; Oso, 1998.

8 Sur l’articulation des variables genre, ethnie et classe sociale, voir la thèse doctorale élaborée par Christine Catarino sur les femmes immigrées capverdiennes et angolaises à Lisbonne (Université de Paris I-Panthéon Sorbonne).

Auteur

Professeure de sociologie, Université de La Corogne, Espagne.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable