Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, nouvelle division internationale du travail et migrations

 | 
Christine Verschuur
, 
Fenneke Reysoo

1. Cadres conceptuels

La division sexuelle et la nouvelle division internationale du travail dans la mondialisation néolibérale

Andrée Lévesque

Note de l’éditeur

In : Andrée Lévesque, « La division sexuelle et la division internationale du travail dans la mondialisation des marchés », Département d’histoire, Université McGill.

Une version partielle de cet article est publiée dans « Le travail des femmes dans la mondialisation néolibérale », Women’s Studies Journal/Cahiers de la femme, Women, Globalization and International Trade, Toronto, t. XXI-XXII, n o 4/1, juillet 2002, pp. 51-56

Texte intégral

1[…]

2Distribué inégalement de par le monde, le travail est partagé de façon asymétrique entre les deux sexes. Composante essentielle des activités humaines, il évoque des réalités fort différentes pour les femmes et pour les hommes. Pour employer un néologisme, il est « genré » : rémunéré ou non, plus ou moins qualifié, stable ou précaire, il définit une tout autre réalité pour les femmes et pour les hommes. Loin d’être fondées sur la fatalité ou la nature, ces différences, variables dans le temps et l’espace, s’avèrent des constructions modifiables et remplaçables.

3Le travail salarié des femmes de la classe ouvrière constitue l’objet de notre étude. […] Traditionnellement, les hommes étaient les travailleurs qui prêtaient au prolétariat ses caractéristiques distinctives : virilité, résistance, détermination et, dans l’iconographie, biceps maniant une lourde masse. Absentes de cette figure emblématique du travail, les femmes de cette classe appartenaient, elles, à deux catégories : l’ouvrière d’usine, et, de plus en plus importante au XXe siècle, l’épouse de l’ouvrier. La première, jeune et célibataire, suppléait souvent au revenu familial en attendant le mariage. Responsable de la reproduction de la classe ouvrière, l’épouse et la mère se voyait confier la transmission de certaines valeurs. Dans un rôle subalterne, elle soutenait son homme dans les luttes ouvrières, élevait les futurs travailleurs et, comme consommatrice, choisissait l’étiquette syndicale. Salariées ou non, les femmes ont toujours travaillé, engagées surtout dans les tâches ménagères et l’éducation des enfants, rarement rémunérées mais essentielles à l’économie familiale.

4Avec le déclin de la participation des femmes au marché du travail à la fin du XIXe siècle, s’impose le modèle de la famille ouvrière dominée par l’époux-pourvoyeur, dont le salaire dit familial devrait permettre à sa femme de demeurer à la maison pour s’occuper du ménage et des enfants. […] Cet idéal persiste encore à notre époque dans certains pays comme l’Allemagne et le Japon. Il ne s’agit cependant que d’un modèle hypothétique : aujourd’hui comme il y a un siècle, la plupart des familles ont besoin de plus d’un salaire pour subsister. Avec l’instruction obligatoire et la réglementation du travail des enfants, l’épouse se retrouve le deuxième gagne-pain de la famille ouvrière. Ainsi, en Europe et en Amérique du Nord la participation accrue des femmes mariées au travail salarié constitue un des changements les plus importants des dernières décennies.

  • 1 L’index de ségrégation des professions et des industries de l’OCDE montre que la ségrégation des se (...)

5Mariées ou célibataires, les travailleuses occupent en général un travail féminin, c’est-à-dire où la majorité de la main-d’œuvre est féminine. Malgré les transformations de l’économie depuis la dernière guerre, le déclin relatif de l’industrie primaire et secondaire, accompagné de l’expansion extraordinaire du secteur tertiaire, et en dépit de l’admission des femmes dans les métiers définis comme masculins, les femmes se retrouvent toujours concentrées dans un éventail limité de professions1. Elles dominent les services, où la féminisation est la plus prononcée, et aussi certaines industries de transformation, mais dans presque tous les domaines, au niveau des tâches, une division sexuelle évidente persiste toujours. […] L’industrialisation a permis à un grand nombre de femmes non seulement d’avoir accès à un salaire mais de le gagner à l’extérieur de leur foyer. Le statut secondaire qui était le leur dans l’économie familiale les accompagna à l’usine perpétuant ainsi une dévaluation ou une sous-évaluation de leur travail désormais salarié. Leur position subalterne sur le marché du travail se retrouve de nos jours dans de nombreux pays où le travail des femmes est perçu comme temporaire ou comme une contribution complémentaire au revenu familial. Il est cependant impossible d’étudier le travail salarié sans tenir compte du travail non rémunéré des femmes au foyer. Sans valeur d’échange, il a été trop souvent ignoré. Notre but n’est pas d’examiner les multiples formes du travail domestique non rémunéré, des tâches essentielles à l’entretien et à la reproduction, ni de traiter des tentatives d’évaluer sa valeur marchande. Il faut toutefois souligner les conséquences de ce travail sur la condition des travailleuses.

6[…] Nous nous proposons d’abord de documenter la participation des femmes au travail dans les grandes régions du monde, plus spécialement dans les pays de capitalisme avancé du Nord, puis de l’Asie du Sud-Est et dans les zones franches d’exportation (ZFE) ; leur position dans le marché du travail et les conséquences pour les femmes des récentes crises économiques, pour conclure sur la situation des femmes dans la classe ouvrière en général et dégager les mécanismes de la perpétuation du statut inférieur des femmes sur le marché du travail. Quoique dans ces grandes régions du globe coexistent des types d’économies variés, seuls quelques pays serviront d’exemples pour illustrer la dimension sexuelle de la réalité économique.

Les pays de capitalisme avancé en Europe et en Amérique du Nord

7[…] Les femmes qui contribuèrent à la révolution industrielle amorcée à la fin du XVIIIe siècle venaient surtout des régions rurales, filles de travailleurs agricoles et de fermiers déplacés ou paupérisés par l’avènement de la mécanisation et la concentration des fermes. Plus de deux siècles plus tard, les migrations de la campagne à la ville alimentent encore le prolétariat industriel, surtout dans les pays de l’Europe méridionale, mais les femmes qui poursuivent leur travail après leur mariage, ou qui retournent au travail après quelques années d’interruption quand leurs enfants sont tout petits, forment le plus grand contingent de nouvelles travailleuses.

  • 2 Entre 1970 et 1980, la population active par rapport à la population féminine de 15 à 64 ans passa (...)
  • 3 Selon l’OMT, le taux de participation inclut les personnes engagées dans une activité économique ai (...)
  • 4 Margaret Maruani, Travail et emploi des femmes, La Découverte, Paris, 2000, pp. 38-40. En France, p (...)

8La montée de la participation des femmes au salariat n’est, dans les pays d’Amérique et d’Europe du Nord, que la poursuite d’une tendance déjà amorcée pendant la guerre qui, après une brève interruption dans l’immédiat après-guerre, poursuit son ascension depuis les années 1950, favorisée par la contraception, la croissance du secteur tertiaire et les changements culturels. Depuis la guerre, l’augmentation la plus importante de la main-d’œuvre a eu lieu pendant les années 1970 quand un nombre record de femmes demeurèrent au travail après la naissance de leurs enfants2. […] Elles représentent de 38 à 48 % de la population active de l’Union européenne, c’est-à-dire que 50 % des femmes par rapport à 70 % des hommes se retrouvent sur le marché du travail3. […] La présence des femmes dans la main-d’œuvre a cependant très peu d’impact sur la division sexuelle du travail. Aujourd’hui comme il y a cent ans, les femmes sont surreprésentées dans le secteur des services et dans certaines catégories industrielles. Dans la Communauté européenne, plus de la moitié des femmes travaillent dans cinq secteurs : la santé et les services sociaux, le commerce de détail, l’éducation, l’administration publique, les services aux entreprises, et sont concentrées dans trois catégories de métiers : secrétaires et employées de bureau ; vendeuses ou serveuses ; techniciennes, infirmières, nourrices et enseignantes4. […]

  • 5 Selon l’économiste américain, la délocalisation des emplois américains vers les maquilas se traduit (...)

9La littérature contemporaine sur la désindustrialisation dans les pays occidentaux masque l’expérience des milliers de femmes, surtout des immigrantes, œuvrant encore dans le travail d’assemblage, dans les ateliers de sous-traitance ou à domicile. Typique de ce genre de travail, l’industrie du vêtement est encore disséminée dans les villes et les campagnes des pays industrialisés. […] Soi-disant non qualifiée – bien que quiconque a essayé de coudre une robe peut témoigner du contraire – la confection de vêtements en Amérique du Nord à toujours été la profession privilégiée des immigrantes : il importait peu qu’elles ne connaissent pas la langue du pays et les contrats n’en étaient que plus aléatoires. On trouve encore ces ateliers de travailleuses noires, asiatiques, nord-africaines ou latinas où, vu l’attraction des pays de main-d’œuvre bon marché (souvent les pays d’origine de ces mêmes travailleuses) la concurrence y est aussi acharnée qu’au siècle dernier. Malgré ces conditions, ce genre de travail quitte le Nord pour migrer vers le Sud, surtout vers l’Asie et l’Amérique latine là où le travail est meilleur marché5.

Les travailleuses boliviennes dans les usines d’habillement en Argentine et au Brésil
Les femmes et les enfants boliviens travaillent dans les usines d’habillement en Argentine et au Brésil. On a décrit leurs conditions de travail de la façon suivante :
• Des périodes de travail allant de 18 à 20 heures par jour. Ces usines appartiennent en général à des citoyens argentins ou brésiliens, ou à des Boliviens installés en Argentine et au Brésil ;
• « Le nombre de couturières boliviennes qui travaillent comme des esclaves à São Paulo au Brésil atteint probablement plus de 15’000, qui ne peuvent pas quitter leurs machines à coudre pendant des périodes de 16 heures. Elles sont exploitables parce qu’elles n’ont pas de papiers en règle » (La Razón, 13 février 2001) ;
• « Pendant sa semaine de travail, chaque ouvrier doit produire 650 douzaines de sous-vêtements. Le travail commence tous les jours à 8 h 00 et dure jusqu’à minuit » (témoignage d’un enfant rentré en Bolivie à la suite d’une action institutionnelle) ;
• « […] dans les quartiers de Pari et Brass se trouvent des enfants ayant entre 14 et 17 ans. Les employeurs sont des Coréens qui paient un real pour l’assemblage d’un pantalon. La plupart des enfants travaillent dans des ateliers clandestins appartenant à des Coréens et des Boliviens. Ces ateliers sont dans des caves exiguës, sans ventilation, l’air n’y circule pas ».
Source : I. Farah H et C. Sanchez, assistés de N. Bejarano, 2002, Bolivia : An Assessment of the International Labour Migration Situation in the Case of Female Labour Migrants, Genève, BIT, GENPROM, pp. 31-32 in International Labour Organization, 2003, An Information Guide. Preventing Discrimination, Exploitation and Abuse of Women Migrant Workers, Genève, livret 4, p. 33
Copyright © 2003 International Labour Organization
Traduit de l’anglais par Emmanuelle Chauvet

  • 6 Swasti Mitter, Common Fate, Common Bond. Women in the Global Economy, Pluto Press, Londres, 1986, p (...)

10Les usines d’assemblage ne se déplacent pas toutes vers les pays chauds. En France, sous le néofordisme, ainsi que dans les zones franches de Grande-Bretagne et d’Irlande, des petites unités de production se multiplient grâce aux contrats des grandes compagnies souvent multinationales. Pour déjouer les règlements d’hygiène, de sécurité ou d’environnement, ou échapper aux tentatives de syndicalisation, ces entreprises font volontiers appel aux travailleuses immigrées6.

  • 7 Sur les conséquences de ce qu’on appelle le télétravail, voir Ursula Huws, Virtually There : The Ev (...)

11Au prolétariat traditionnel fondé sur une main-d’œuvre masculine engagée dans les mines, la forêt ou l’industrie lourde, la métallurgie, l’automobile ou le bâtiment, et d’une main-d’œuvre féminine concentrée dans le textile, l’industrie du vêtement et les usines de transformation, succède un prolétariat transmuté, composé de ce qui reste des professions industrielles dévaluées et déclinantes et reposant de plus en plus sur un secteur tertiaire composé de cols blancs. L’essor des industries de services, du travail de bureau ou des services personnels est parallèle au déclin du secteur manufacturier. Il ne faudrait pas voir ici une amélioration par rapport au travail des cols bleus. Les emplois dans les services, habituellement non qualifiés, comportent peu de formation et mènent rarement à des promotions. Descendants directs du travail de sous-traitance à domicile tant de fois dénoncé, plusieurs « nouveaux » emplois peuvent se faire au foyer pourvu qu’on soit munie d’un téléphone ou mieux d’un ordinateur. Le travail est ainsi dispersé dans des sites multiples, isolés les uns des autres, mais surveillés électroniquement d’aussi près que l’est le travail d’usine par les contremaîtres et contremaîtresses7. Comme à l’ère préindustrielle, plusieurs travailleuses ne quittent plus le foyer pour aller travailler. Ces conditions affectent un nombre beaucoup plus important de femmes que d’hommes : celles dont les employeurs du XIXe siècle louaient les doigts agiles si bien adaptés aux travaux de couture voient cette même dextérité invoquée pour entrer des données sur ordinateur. Tout comme alors, des caractéristiques de genre justifient une ségrégation sexuelle du travail. […]

12L’industrie manufacturière, grand employeur de travailleurs bon marché, est menacée par une main-d’œuvre moins chère et plus docile en Asie ou en Amérique du Sud. L’attraction qu’exercent ces travailleurs et surtout ces travailleuses sur les industries du Nord est souvent irrésistible et conduit aux fermetures d’usines auxquelles ne s’habituent toujours pas les personnes congédiées. Une femme non qualifiée qui assemble des pièces est vite remplaçable. […]

Pays de croissance rapide en Asie du Sud-Est et dans les zones d’exportation en Asie et au Mexique

13Singapour, Hong Kong, l’Indonésie, la Malaisie, la Thaïlande et la Corée du Sud sont tous, avec plus ou moins d’enthousiasme, montés sur le rapide de la mondialisation des marchés. […] Côté demande, à la recherche de profits plus élevés, les emplois américains et japonais ont déménagé vers le Sud, attirés par l’armée de réserve constituée en majorité par les femmes. Côté offre, un large bassin de main-d’œuvre accueillait ces emplois. La progression des cultures d’exportation et de la monoculture, ainsi que les programmes d’ajustement structurel (PAS) imposés par le Fonds monétaire international (FMI), ont suscité des crises agricoles qui ont conduit à un exode du surplus de main-d’œuvre vers les villes. Dans les sociétés agricoles – c’est-à-dire dans tous les pays asiatiques à l’exception du Japon, de Singapour et de Hong Kong – hommes, femmes et enfants contribuent à l’économie familiale. Ce qui est nouveau est le délaissement de plus en plus fréquent de leur foyer vers le salariat des villes ou des zones franches d’exportation (ZFE), d’où ils expédient une bonne partie de leurs revenus vers leur famille demeurée à la campagne.

  • 8 Fonds de Développement des Nations Unies pour la Femme (UNIFEM) Asie de l’Est et du Sud-Est, Women (...)

14L’exploitation du travail à bon marché de l’Asie du Sud-Est date des années 1960 et subit une accélération marquée dans les années 1970 et 19808. Les entreprises d’assemblage ont d’abord ouvert des ateliers et des usines d’appareils ménagers et de confection de vêtements, puis de matériel électronique et de pièces pour les appareils de haute technologie. Attirées par les dégrèvements d’impôt, les subsides, l’offre d’infrastructure et de main-d’œuvre abondante et bon marché, les ZFE se sont bien vite multipliées. D’entités géographiques, elles en sont venues à désigner un concept qui peut s’appliquer à tout un pays.

  • 9 Chossudovsky, p. 67 ; Christian Aid, « How Free Market Reform… », p. 7.
  • 10 Journal of International Economic Studies (1998) cité dans UNIFEM, 10 décembre 1998.
  • 11 En Thaïlande, la main-d’œuvre agricole est passée de 67 % à 59 % entre 1985 et 1997 alors que la ma (...)

15Dans ces enclaves industrielles, les femmes constituent la majorité des travailleurs. Les employeurs, qui apprécient des travailleuses soumises voire reconnaissantes, apprécient les avantages à engager cette main-d’œuvre inexpérimentée qu’on appelle « green labour », fraîchement arrivée en ville et sans expérience du travail industriel et de l’organisation syndicale9. Les femmes, qui représentent plus de 80 % de la main-d’œuvre des zones franches de l’Asie de l’Est et du Sud-Est, dominent le secteur d’exportation des économies de l’ASEAN10. Leur taux d’activité a toujours été élevé dans ces pays où la main-d’œuvre féminine agricole était de première importance, mais le site du travail, loin du foyer, ainsi que le salariat sont des innovations récentes en rupture avec les traditions familiales. Comme ce fut le cas dans l’Europe du XIXe siècle, la demande de main-d’œuvre dans les pays asiatiques est comblée par un flot migratoire continu de la campagne à la ville et la baisse de la population agricole a pour parallèle la hausse des effectifs industriels11.

  • 12 Josefa S. Francisco et Maureen Pagaduan, « Confronting Patriarchy and Globalization : Paradoxes of (...)

16[…] Plusieurs ouvrières contribuent à la subsistance de leur famille demeurée à la campagne. Appauvries par la chute du prix des matières premières, par la restructuration de l’agriculture et par la déréglementation du prix des denrées qu’elles ne peuvent plus se payer, les familles rurales ont adopté des stratégies qui engagent plus particulièrement les femmes que les hommes. Des pays comme les Philippines envoient leurs jeunes filles outremer pour travailler dans le secteur de la santé ou dans le service domestique12. D’autres, comme la Thaïlande, les dépêchent dans les villes où elles s’engagent dans des usines d’assemblage qui requièrent peu de qualification, dans les ateliers de sous-traitance, dans les micro-entreprises, dans le secteur informel ou dans le commerce itinérant. Et trop de régions les offrent ou les vendent dans le commerce sexuel. Ainsi, plusieurs collectivités survivent grâce non seulement aux cultures illicites comme celle du pavot, mais aussi grâce aux versements ponctuels de leurs filles.

  • 13 Cité dans Mitter, op. cit., p. 45.

17Les employeurs prennent pour acquis une division sexuelle du travail et louent la dextérité, la docilité et même la bonne humeur de leurs ouvrières. De l’Asie au Mexique, les mêmes stéréotypes se font écho comme en témoigne cet extrait d’une brochure malaisienne cherchant à attirer le capital étranger : « La dextérité manuelle des femmes orientales est célèbre de par le monde. Leurs mains sont petites et elles travaillent avec un soin extrême. Qui, alors, serait mieux qualifié par la nature et par l’héritage à contribuer à l’efficacité et à la production d’assemblage que la jeune fille orientale ? »13 […]

18Les pays en pleine expansion sont en concurrence pour développer les investissements et les exportations toujours susceptibles de se déplacer vers des régions plus prometteuses. Quand, au milieu des années 1990, les marchandises chinoises à bon marché pénétrèrent les marchés occidentaux, les pays consommateurs comme les Etats-Unis déplacèrent leurs aires d’approvisionnement, délaissant sans scrupule leurs anciens fournisseurs. […] La main-d’œuvre féminine dépendante des marchés étrangers subit ces secousses qui mènent souvent à la perte d’emploi. On retrouve des mises à pied partout où se rencontre une main-d’œuvre non qualifiée et facilement remplaçable, largement féminine. Ces travailleuses sont les premières à être remerciées : d’abord celles qui ont un emploi temporaire, puis les mieux payées. Leur itinéraire les a conduites de la campagne à un atelier ou une usine en ville ; pour plusieurs il se poursuivra par un retour à la campagne ou une incursion dans la prostitution.

  • 14 Ibid. Pour la prostitution japonaise, voir Seiko Hanochi, « The Fight Against Prostitution, Trafick (...)
  • 15 Charlotte Denny, « Healing the child victims of Thailand’s brothels », The Guardian Weekly, 163, 2, (...)

19Aucune étude du travail en Asie du Sud-Est ne peut éviter de mentionner la prostitution non seulement à cause de l’ampleur du phénomène mais aussi à cause de ses liens avec une clientèle d’hommes, parfois de pédophiles, de pays capitalistes « avancés » d’Europe, du Japon et de l’Amérique du Nord. La demande de prostituées est non seulement inexhaustible, mais elle est encouragée par certains pays qui voient dans le tourisme du sexe une façon d’attirer des devises étrangères. Un ministre sud-coréen n’a-t-il pas vanté « la sincérité des filles qui ont ainsi contribué au développement économique de leur patrie »14. Elles participent aussi à l’économie familiale dans un système qui fait de leur apport une obligation plutôt qu’un don, comme en Thaïlande où, selon le tobtan bunkham ou « remboursement du lait maternel », les enfants, surtout les filles, doivent faire des sacrifices pour la famille15. Dans ces conditions, le travail ne fait que perpétuer la dépendance des femmes. […]

  • 16 A la fin de 1995, 25 % de la main-d’œuvre mexicaine se retrouvait dans les maquilas ; au Guatemala (...)
  • 17 En 1995, les femmes formaient de 60 à 62 % des travailleurs des maquiladoras du Costa Rica, de 72 à (...)

20Les ZFE ne sont pas confinées à l’Asie : on les retrouve en Grande-Bretagne, dans certaines régions pauvres d’Europe, en Turquie comme en Iran, en Amérique centrale et dans les Antilles, mais les mieux connues sont probablement les maquiladoras mexicaines16. En Amérique du Nord, la zone de libre-échange le long de la frontière mexico-américaine ajoute aux avantages des zones d’exportation asiatiques la proximité des marchés puisque les entreprises américaines ou asiatiques qui y sont établies peuvent, grâce à l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), exporter leurs produits librement aux Etats-Unis et au Canada. La libre circulation des marchandises, les services gratuits accordés par le gouvernement, la main-d’œuvre bon marché, la grande réserve de femmes non qualifiées attirent les capitaux transnationaux. Des rives du Rio Grande, les nouveaux parcs industriels ont essaimé dans tout le Mexique. On compte quelque 4500 maquilas où travaillent environ un million de personnes. Partout les femmes sont majoritaires17. En mars 1999, le gouvernement mexicain estimait à 491’212 le nombre de femmes dans les maquilas, soit 58 % de la totalité. A l’extrémité est de la frontière prédominent les compagnies américaines ; à l’ouest, vers le Pacifique, se trouvent les Asiatiques, en particulier du Japon et de la Corée du Sud, qui, payant des salaires horaires entre 0,50 à 1 dollar, poussent encore plus loin l’exploitation. […]

  • 18 UNIFEM, 19 décembre 1998.
  • 19 ONU, The World’s Women Statistics, 1995, tableau 5-1, 1998.

21Le travail est « genré », pour emprunter une expression anglo-saxonne, et les soubresauts économiques frappent les femmes et les hommes de manière différente. La place des femmes sur le marché du travail et la persistance des rôles sexuels les rendent plus vulnérables aux aléas de l’économie18. Les industries tournées vers l’exportation, là où les femmes sont le plus actives, ont été les plus gravement frappées par les récentes crises du capitalisme. En Indonésie, dans l’industrie textile, largement féminine, des usines ont fermé et les mises à pied touchent un demi-million de personnes. […] En Thaïlande, les femmes constituent 46 % de la main-d’œuvre adulte et 80 % des travailleurs non qualifiés qui ont perdu leur emploi dans le secteur manufacturier19. […]

Le développement de l’industrie textile au Lesotho bouleverse la société
Désormais, les femmes sont de plus en plus souvent les seules à avoir un revenu. Un accord d’exonération des taxes pour les produits exportés aux Etats-Unis a provoqué une explosion du marché.

Cinq agents de sécurité armés de fusils automatiques gardent l’entrée de Shinning Century. De son bureau en mezzanine, à travers des vitres teintées, la directrice taïwanaise, Jennifer Chen, peut contrôler l’usine. En bas, dans un hangar immense, des centaines de femmes sont penchées sur leur machine à coudre. Neuf heures par jour, sous la lumière des néons, elles assemblent des tee-shirts pour les marques américaines GAP et Levi’s. Dans quelques jours, les ballots de toutes les couleurs auront quitté le Lesotho pour les Etats-Unis.
Dans ce petit royaume, enclavé au centre de l’Afrique du Sud, l’industrie textile est devenue en quelques années le premier employeur du pays. Entre 2000 et 2004, le nombre d’ouvriers est passé de 16’000 à 50’000, dont 90 % de femmes, répartis dans 54 usines.
Ce développement industriel est le résultat de l’AGOA (African Growth and Opportunity Act), le traité qui, depuis mai 2000, permet à 37 pays africains d’exporter certains produits vers les Etats-Unis sans payer de taxes. En 2003, le Lesotho a exporté pour 393,3 millions de dollars de vêtements, contre 215 millions en 2001.
Il y a quelques années, Maseru, la capitale, n’était qu’une bourgade tranquille. Aujourd’hui, des hangars grands comme des terrains de football, peints de couleurs vives, ont poussé dans les zones industrielles, en même temps que des quartiers-dortoirs pour les ouvriers. Marchands de sommeil, petites cantines ambulantes, taxis collectifs, une économie de la précarité s’est greffée autour des usines, recueillant les miettes des 18 millions de dollars (près de 15 millions d’euros) injectés chaque année par l’industrie textile dans l’économie du pays.
Pour Justina, 26 ans, ouvrière dans l’une des plus grandes entreprises du pays, la prospérité semble encore lointaine : « Je gagne 741 malotis (environ 100 euros) par mois, je paie ma chambre, le transport et j’envoie un peu d’argent à ma mère, qui s’occupe de mes quatre enfants. » Il lui reste à peine 270 malotis (36 euros) pour manger, se soigner, s’habiller et aller une fois par mois rendre visite à sa famille, restée dans les montagnes. Son salaire, en réalité, est à peine supérieur au minimum légal. Jennifer Chen, dont l’entreprise profite de l’absence de taxes vers les Etats-Unis, s’en justifie en invoquant la faible qualification des ouvrières : « Ici, on paie environ 100 dollars par mois – en Asie, ce serait 50 –, alors que la main-d’œuvre n’est pas vraiment productive », argumente-t-elle.
« Ce que vend notre gouvernement, c’est de la main-d’œuvre sous-qualifiée à bas prix. C’est tout ce que nous avons à proposer, c’est la seule richesse de notre pays »,
se désole Billy Macaefa, secrétaire général du Syndicat des travailleurs du textile et député de l’opposition. Il égrène la longue liste des doléances des ouvriers : salaires trop bas, absence d’assurance médicale, de congés maternité, manquements aux règles de sécurité et problèmes de santé liés au maniement de produits chimiques.
Prostitution en hausse

[…] Chaque matin, des dizaines de femmes s’installent dans le froid devant les grilles des usines, espérant être embauchées, attendant parfois jusqu’à la tombée de la nuit. Des centaines de jeunes femmes quittent leurs montagnes pour s’installer dans les trois villes du pays où se concentre la nouvelle industrie textile. Le taux de chômage atteint 40 % dans le pays. « Le soir, on retrouve des dizaines de jeunes femmes le long des avenues. La prostitution est devenue un fléau. Il n’y a pas que de jeunes chômeuses, mais aussi des ouvrières qui ne s’en sortent pas avec leur salaire », explique Tim Rwabuhemba, responsable de l’Onusida au Lesotho.
Le Programme alimentaire mondial (PAM) nourrit 1900 personnes dans les quartiers autour des zones industrielles. Un programme « travail contre nourriture » a été mis en place à destination des chômeurs. Il y a deux ans, à cause de la sécheresse et de la flambée des prix de l’alimentation, le PAM a même fourni des rations à des ouvrières de Matefeng, la deuxième ville du pays.
Le développement de l’industrie textile a introduit des bouleversements dans la société. Encore récemment, le Lesotho tirait ses revenus du travail de ses hommes dans les mines d’Afrique du Sud. Avec la fermeture de celles-ci, le nombre des migrants a chuté de 160’000 à 60’000 en dix ans. Désormais, les femmes sont de plus en plus souvent les seules à avoir un revenu dans la famille. Pourtant, il leur est toujours impossible d’ouvrir un compte en banque sans l’autorisation de leur mari. Pour faire face à cette nouvelle situation, le Parlement envisage de changer la loi qui fait de la femme une éternelle mineure. Une petite révolution sociale.
L’échéance de 2007, une épée de Damoclès

L’AGOA a été adopté aux Etats-Unis en mai 2000 pour permettre aux pays africains d’accéder au marché américain et de développer une industrie locale. Une centaine de produits destinés à l’exportation sont, depuis, exonérés de taxes. Ce dispositif a engendré une hausse de 55 % des exportations vers les Etats-Unis, et 340 millions de dollars d’investissements sur le continent noir. Mais les avantages offerts par l’AGOA sont provisoires. Même si le président Bush a accepté, le 13 juillet, de prolonger l’accord jusqu’en 2015, il sera désormais limité. A partir de 2007, les pays africains devront se fournir en matières premières dans un autre pays bénéficiaire de l’AGOA, alors que jusqu’ici ils avaient le choix.
Pour l’industrie textile, l’échéance de 2007 est une épée de Damoclès. Les cotonnades proviennent d’Asie et aucun pays africain ne peut actuellement fournir en qualité et quantité suffisantes les entreprises du textile. En outre, au Lesotho, la hausse spectaculaire du rand sud-africain, auquel est liée la monnaie locale (le loti), diminue la compétitivité. Très mobile, l’industrie textile pourrait chercher d’autres zones de production. (Corresp.)
Le Monde, 26.07.04

Conclusion : le Nord et le Sud, les femmes et les hommes, ensemble et divisés

  • 20 Philip S. Golub, « Quand l’Asie orientale vacille », Le Monde diplomatique, juillet 1998, p. 3.

22La présence des corporations transnationales et des ZFE, les migrations des campagnes vers les villes et la déréglementation du travail engendrent des transformations rapides qui reconfigurent la classe ouvrière en Asie et dans les villes des pays en voie de développement. Comme l’écrit Philip Golub dans Le Monde diplomatique : « Alors que les classes moyennes se prolétarisent, les couches ouvrières se paupérisent, vidant presque totalement l’espace entre une petite caste de très hauts revenus et la grande masse des pauvres et des très pauvres : peu à peu, la stratification des sociétés ressemble, à s’y méprendre, à l’ordre féodal qui prévalait avant “l’âge d’or” »20. Aucun âge d’or ne luit présentement à l’horizon. Recoupant les stratifications, une hiérarchie des genres marque chaque classe sociale. La division internationale du travail, affectant femmes et hommes différemment, touche aussi distinctement le Nord et le Sud. […]

  • 21 Annette Fuentes et Barbara Ehrenreich, Women in the Global Factory.

23La concurrence divise. La présence des travailleuses du Sud peut modérer les aspirations et la marge de négociation des travailleurs du Nord. Des travailleuses et travailleurs américains ou européens perdent leur emploi au profit des transnationales des maquilas, par exemple, et réagissent trop souvent en blâmant les travailleurs mexicains qui « volent » leur emploi. Dans le contexte qui divise les forces ouvrières, on peut quand même se réjouir d’une solidarité internationale qui porte fruit. Les communications rendent maintenant possibles des actions concertées entre acteurs séparés par de grandes distances. La technologie moderne, l’accélération des communications, la concentration des femmes dans de grands établissements industriels stimulent l’organisation. Les actions militantes reprennent de la vigueur depuis déjà vingt ans, même si la répression se fait plus vigoureuse21.

  • 22 Dans Theorizing Women’s Work, Pat Armstrong et Hugh Armstrong se demandent si on a besoin d’une thé (...)

24[…] Les organisations [féministes internationales] sont à l’avant-garde des dénonciations de l’exploitation des ouvrières. Dans les pays du Nord, malgré leur code du travail et leur législation sur l’équité, les zones franches d’exportation présentent les pires exemples d’exploitation et la difficulté à faire appliquer les lois rappelle les circonstances qui prévalaient au début du siècle dernier. Maintenant comme alors, les patrons préfèrent payer l’amende ou obtenir une dérogation plutôt que de se conformer aux règlements. Plusieurs théories ont été invoquées pour expliquer la persistance de ces conditions désuètes au milieu de changements sociaux22. Le taux d’activité des femmes au travail salarié ou leur contribution à l’économie familiale comme en Asie du Sud-Est produisent des changements sans toutefois entraîner une valorisation du travail féminin ni atténuer les stéréotypes sexuels.

  • 23 Méda Dominique, 1999, Qu’est-ce que la richesse ?, Flammarion, Paris, p. 235.

25Les structures patriarcales laissent leur empreinte à la fois sur la sphère domestique et sur le milieu de travail. Tant que persiste la division sexuelle du travail au foyer, le travail salarié jouit d’un statut supérieur à celui attaché aux activités liées à la reproduction, et tant que les femmes sont les premières responsables pour ces dernières, elles ne peuvent s’attendre à l’égalité de traitement sur le marché du travail. Ou comme l’exprime Dominique Méda, « la redistribution de ce travail non payé entre les hommes et les femmes, par l’allégement des charges qui pèsent sur les femmes, favorise leur accès au travail payé et à l’indépendance économique, mais [insiste cette économiste] passe par un temps de travail réduit pour tous ».23 […]

  • 24 Cette renaissance de la gauche dans les mouvements sociaux suscite l’enthousiasme de Pierre Bourdie (...)

26Devant l’universalité du statut inférieur des travailleuses, il ne faut pas conclure à une fatalité ou à un état naturel et immuable, mais bien y voir une situation maintes fois reconstruite par des préjugés, des prétextes et des valeurs culturelles variables dans le temps et dans l’espace. Qui dit construction dit possibilité de changement. Les transformations nécessaires pour mettre fin à l’inégalité des sexes sur le marché du travail impliquent un réexamen de tout un système de domination qui va du foyer à la sphère publique où se passent les législations et les contrôles sociaux. Seule une transformation des structures de pouvoir ébranlera la hiérarchie des genres dans la classe ouvrière. Il s’agit de rien de moins qu’une métamorphose qui ne peut pas venir des mouvements traditionnellement à l’avant-garde de la classe ouvrière. […] C’est en dehors des partis politiques traditionnels que la société civile s’engage dans une véritable remise en question de la mondialisation des marchés et qu’elle s’attaque aux inégalités exacerbées par les divisions internationale et sexuelle du travail24.

  • 25 Il n’est pas indiqué combien parmi ces ouvriers sont des femmes.

Les conditions de travail dangereuses dans les plantations bananières au Belize
Au Belize, presque tous les ouvriers25 des plantations bananières sont honduriens, salvadoriens et guatémaltèques. Les autres travailleurs émigrés n’ont pas de papiers et ne peuvent bénéficier d’aucune couverture médicale et sociale. La plupart vivent dans des logements surpeuplés marqués par la drogue, la violence et l’alcool. Ils gagnent moins de 1 % du prix final des bananes pour 13 heures de travail par jour. Leur travail et leurs conditions de vie entraînent de graves risques pour leur santé, essentiellement à cause des pesticides qui sont souvent répandus à la main. Les ouvrières travaillent au moins 11 à 12 heures par jour, les mains constamment dans des réservoirs pleins de produits chimiques pour laver les bananes et les conserver pendant le transport.
Source : <http://www.bananalink.org.uk/​impact/​human_impact.htm> in International Labour Organization, 2003, An Information Guide. Preventing Discrimination, Exploitation and Abuse of Women Migrant Workers, Genève, livret 4, p. 33
Copyright © 2003 International Labour Organization
Traduit de l’anglais par Emmanuelle Chauvet

Notes

1 L’index de ségrégation des professions et des industries de l’OCDE montre que la ségrégation des sexes varie d’un pays à l’autre et qu’elle est plus prononcée dans les pays de plus forte participation des femmes à la main-d’œuvre, avec le Canada, la Suède et les Etats-Unis aux premiers rangs. Isabella Bakker, « Women’s Employment in Comparative Perspective », in : Jane Jenson, Elizabeth Hagen et Ceallaigh Reddy, dir., Feminisation of the Labour Force. Paradoxes and Promises, Polity Press, Londres, 1989, p. 29.

2 Entre 1970 et 1980, la population active par rapport à la population féminine de 15 à 64 ans passa de 59,4 à 74,1 % en Suède ; de 43 à 57 % au Canada ; de 51 à 57 % au Royaume-Uni ; elle demeura au même niveau en Allemagne, en Irlande et au Japon. A. T. Mallier et M. J. Rosser, Women and the Economy, A Comparative Study of Britain and the USA, Macmillan, Londres, 1987, p. 167.

3 Selon l’OMT, le taux de participation inclut les personnes engagées dans une activité économique ainsi que celles au chômage se cherchant un emploi. Certains pays comme l’Allemagne ne comptent que les personnes enregistrées au bureau local de l’emploi. Allemagne, Bureau fédéral de la statistique, 1999. Eurostat, Enquêtes sur les forces de travail, 1997.

4 Margaret Maruani, Travail et emploi des femmes, La Découverte, Paris, 2000, pp. 38-40. En France, par exemple, 60 % des travailleuses sont concentrées dans six métiers : employées d’entreprise et de la fonction publique, services aux particuliers et aux entreprises, ouvrières non qualifiées de l’industrie, institutrices, professionnelles de santé ou des affaires sociales. Béatrice Majnoni d’Intignano, citée par Emmanuel Thévenon, « Travail des femmes : une irrésistible ascension ». France-Diplomatie, La Documentation française, Paris, 1999, p. 1, < www.france.diplomatie/France/dossier/femmes/03travail.html >.

5 Selon l’économiste américain, la délocalisation des emplois américains vers les maquilas se traduit par la perte de plus d’un demi-million d’emplois dans la production, emplois qui sont remplacés par d’autres dans les services qui paient 38 % de moins. The Christian Science Monitor, 18 octobre 1999.

6 Swasti Mitter, Common Fate, Common Bond. Women in the Global Economy, Pluto Press, Londres, 1986, p. 97.

7 Sur les conséquences de ce qu’on appelle le télétravail, voir Ursula Huws, Virtually There : The Evolution of Call Centres, Londres, 1999 ; Ursula Huws, N. Jaffers et S. O’Regan, Teleworking and Globalization, Firefly Communications, IES report, Londres, 1999 ; Heather Menzies, « Teleworking, Shadow Work : The privalization of work in the digital economy », Studies in Political Economy, LIII (été 1997), pp. 103-123. Ces « télétravailleurs et-travailleuses », de niveaux de qualification très différents, ont fait des tentatives de syndicalisation et il convient de mentionner l’exceptionnelle convention collective de la Deutsche Telekom telework. « Telnet project. U. K. Background Report », Londres, 1998 ; Gilles Balbastre, « Les nouveaux esclaves de la téléopération », Le Monde diplomatique, mai 2000, pp. 14-15.

8 Fonds de Développement des Nations Unies pour la Femme (UNIFEM) Asie de l’Est et du Sud-Est, Women in a Global Economy : Challenge and opportunity in the current Asian economic crisis, 10 décembre 1998, < www.unifem-esea.org/Ressources/GlobalEconomy/Section2.html >.

9 Chossudovsky, p. 67 ; Christian Aid, « How Free Market Reform… », p. 7.

10 Journal of International Economic Studies (1998) cité dans UNIFEM, 10 décembre 1998.

11 En Thaïlande, la main-d’œuvre agricole est passée de 67 % à 59 % entre 1985 et 1997 alors que la main-d’œuvre industrielle a grimpé de 12 % à 18 %. Mitter, op. cit., pp. 49-50. Voir Banque mondiale, « Genderstats », World Development Indicators, 1999.

12 Josefa S. Francisco et Maureen Pagaduan, « Confronting Patriarchy and Globalization : Paradoxes of Reality, Feminist Analysis and Advocacy on Filipino Women’s Overseas Labour Migration », dans Urvashi Butalia, Neng Magno et Lau Kin Chi, dir., Resurgent Patriarchies. Challenges for Women’s Movements in Asia, pp. 15-49.

13 Cité dans Mitter, op. cit., p. 45.

14 Ibid. Pour la prostitution japonaise, voir Seiko Hanochi, « The Fight Against Prostitution, Traficking and Patriarchy in Japan », dans Butalia et al., pp. 203-221.

15 Charlotte Denny, « Healing the child victims of Thailand’s brothels », The Guardian Weekly, 163, 2, 6-12 juillet 2000, p. 23.

16 A la fin de 1995, 25 % de la main-d’œuvre mexicaine se retrouvait dans les maquilas ; au Guatemala ce pourcentage atteignait 77 %, au Salvador 27 %, en Jamaïque 30 % et en République dominicaine 40 %. Ces pourcentages sont plus élevés pour les femmes. Maurice Lemoine, « Les travailleurs centraméricains otages des “maquilas” », Le Monde diplomatique, mars 1998, p. 12.

17 En 1995, les femmes formaient de 60 à 62 % des travailleurs des maquiladoras du Costa Rica, de 72 à 75 % en Honduras, 78 % au Guatemala et 60 % en République dominicaine. ONU, Growth in Employment in the Maquila Industry, cité dans Lemoine, p. 13.

18 UNIFEM, 19 décembre 1998.

19 ONU, The World’s Women Statistics, 1995, tableau 5-1, 1998.

20 Philip S. Golub, « Quand l’Asie orientale vacille », Le Monde diplomatique, juillet 1998, p. 3.

21 Annette Fuentes et Barbara Ehrenreich, Women in the Global Factory.

22 Dans Theorizing Women’s Work, Pat Armstrong et Hugh Armstrong se demandent si on a besoin d’une théorie pour « expliquer pourquoi une idéologie explique ou justifie l’attribution des responsabilités domestiques aux femmes sans affecter la position des femmes dans le travail salarié ». Pat et Hugh Armstrong, Theorizing Women’s Work, Garamond Press, Toronto, 1990, p. 50.

23 Méda Dominique, 1999, Qu’est-ce que la richesse ?, Flammarion, Paris, p. 235.

24 Cette renaissance de la gauche dans les mouvements sociaux suscite l’enthousiasme de Pierre Bourdieu qui se dit plus optimiste qu’à aucun moment dans les trois dernières décennies. Entrevue avec P. Bourdieu, Socialist Review.

25 Il n’est pas indiqué combien parmi ces ouvriers sont des femmes.

Auteur

Département d’histoire, Université McGill.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable