Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, nouvelle division internationale du travail et migrations

 | 
Christine Verschuur
, 
Fenneke Reysoo

Présentation

Texte intégral

1La collection « Cahiers Genre et Développement », lancée depuis l’année 2000, publie ici son cinquième volume. Chacun est constitué de recueils de documents de référence et d’articles originaux relatifs au concept de genre et à l’analyse des problèmes de développement qu’il permet, sur une thématique particulière. La collection ne constitue pas un « manuel » mais propose, de manière accessible et en langue française, un choix de documents avec la perspective genre et développement : articles théoriques, analyses sectorielles, outils de planification selon le genre, études de cas, données de base, bibliographies. Ce matériel est notamment formé de traductions, de synthèses ou d’extraits de documents, mais aussi de contributions originales, écrits dans des pays aussi bien du Sud que du Nord. Ils sont destinés à des responsables ou à des chargé-e-s de projets, à des chercheur-euse-s ou étudiant-e-s, dans des institutions de recherche et de développement, des ONG ou des organismes de coopération.

2Le premier numéro des Cahiers Genre et Développement fournit des éléments pour mieux comprendre le concept de genre, trop peu maîtrisé dans le milieu francophone. Les numéros 2 et 3 portent sur l’économie, constituant un ensemble. Le numéro 2 présente un premier éclairage des rapports sociaux entre hommes et femmes, de leurs transformations, et de l’ensemble des situations dans lesquelles les femmes sont insérées économiquement. Il expose également les principales notions qui informent structurellement ces situations, comme celle de la division sexuelle du travail, de l’articulation entre les rapports de production de type domestique et les rapports de production de type capitaliste. Le numéro 3 poursuit cette analyse économique, en se penchant particulièrement sur l’accélération du mouvement de mondialisation économique néolibérale, l’accroissement des inégalités et des écarts entre la pauvreté pour les uns et la prospérité pour les autres.

3Le numéro 4 se penche sur les pouvoirs, les barrières à l’accès aux instances de pouvoir et les luttes dans la société civile, les droits et les processus de négociation. Il présente les réflexions sur et les pratiques de l’ empowerment – les transformations des rapports et des identités de genre, le renforcement des capacités, les processus d’organisation, les luttes pour la organisations de base et féministes qui cherchent à promouvoir des changements allant dans le sens de leur vision d’une société avec une plus grande justice sociale et des rapports plus équitables entre hommes et femmes.

  • 1 Nombreuses sont les chercheuses féministes du Sud, comme Chandra Mohanty, à s’offusquer de la « co (...)

4Les Cahiers Genre et Développement ont pour objectif de contribuer à ce que la perspective de genre soit incorporée dans les recherches, formations, programmes et projets. Ils devraient encourager l’intégration de cette perspective dans les pratiques de développement et les échanges sur ces expériences. Ils favorisent la circulation des résultats des recherches, maintenant plus nombreuses, entreprises avec cette perspective. Cela devrait permettre aux personnes de mondes professionnels, académiques, ou géographiques plus variés de contribuer à la conceptualisation et au débat critique sur cette problématique. Jusqu’à présent, ce débat était en grande partie réservé à un panel de spécialistes, majoritairement du monde anglophone et/ou nordique, suggérant une absence de réflexion sur ce thème dans d’autres cercles ou régions, ce qui n’est que partiellement vrai. Nos efforts pour mettre en lumière ces autres contributions se poursuivent afin de mieux rendre compte des apports des chercheuses ou chercheurs du Sud, dont les théories féministes sont redevables1. Les outils théoriques et les analyses d’expériences diverses que cette publication met à leur disposition devraient contribuer, graduellement, à élargir le cercle des chercheuses et chercheurs, ainsi que des responsables de programmes, de projets et d’ONG, à participer à cette réflexion. Des échanges avec les cercles anglophones et hispanophones sont ainsi encouragés, contribuant à fertiliser le débat et à multiplier, dans la pratique, les nouvelles approches que nous défendons.

5Pour accompagner ces efforts, un « pôle de renforcement des compétences en genre » s’est mis en place au sein de l’iuéd (Institut universitaire d’é-tudes du développement), à Genève, ayant pour objectif de renforcer, de promouvoir et d’intégrer des initiatives de réflexion, de recherche, de formation et d’échanges dans le domaine de la perspective de genre au sein des études du développement. Il cherche à encourager la prise en compte de cette perspective dans les politiques et programmes de développement, où elle n’est pas encore soutenue de manière conséquente.

6Le « pôle genre et développement » mène diverses activités qui se renforcent mutuellement : enseignements semestriels ou de courte durée sur cette thématique, tant dans des séminaires spécialisés que de manière transversale ; programmes de recherches en réseau, encadrement de mémoires de DEA et de thèses de doctorat, journées d’étude et d’échanges au sein de l’école doctorale en études du développement ; colloques internationaux ; publications ; constitution d’un large fonds documentaire sur genre et développement au sein de sa bibliothèque et site Internet avec des ressources en ligne (< www.genre-dev.org >). Le « pôle genre et développement » collabore avec un réseau d’autres institutions, en Suisse, en Europe, ainsi que dans des pays du Sud. C’est ainsi qu’il est prévu de réaliser ensemble la publication en espagnol de la collection des Cahiers Genre et Développement.

7Reconnaissant la pertinence de ce nouveau champ de savoir interdisciplinaire en « genre et développement », l’iuéd construit ce « pôle » à la fois comme un espace et une perspective qui traverse l’ensemble de ses activités d’études et de recherche en développement.

8Inclure une perspective de genre donne des outils pour infléchir l’orientation des paradigmes de développement actuels, en particulier dans le contexte de la mondialisation, en y incluant les critiques et les revendications de trois décennies de luttes et d’études féministes, aux Suds comme aux Nords, sans oublier les pays de l’Est.

9Une transformation des rapports de genre implique de profonds changements pour aller vers une société plus juste et équitable. Il s’agit non seulement de chercher à défendre un développement aux rapports de genre plus équitables, mais de promouvoir des rapports de genre plus équitables qui favoriseraient un développement économique, social, politique et culturel différent et plus juste.

Notes

1 Nombreuses sont les chercheuses féministes du Sud, comme Chandra Mohanty, à s’offusquer de la « colonisation discursive » des théoriciennes féministes blanches et de leurs analyses des modèles économiques et politiques dominants (voir Signs, novembre 2002, Chicago). Mohanty leur reproche notamment de n’avoir pas intégré les points de vue des femmes de couleur pauvres et des femmes du Sud, alors qu’ils fournissent une compréhension très fine des logiques de pouvoir. D’autres regrettent le fait que des apports qui sont le fruit d’une réflexion critique élaborée par les mouvements de base en collaboration avec des chercheuses du Sud ne soient pas reconnus alors qu’ils nourrissent la réflexion des théoriciennes du Nord (Maria Luisa Femenias [éd.], Perfiles del feminismo Iberoamericano, Buenos Aires, ed. Catálogos, 2002).

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable