Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, pouvoirs et justice sociale

 | 
Christine Verschuur
, 
Fenneke Reysoo

5. Droits des femmes et négociation des pouvoirs: accompagner les processus

Réflexions sur la mesure de l’« empowerment » des femmes

Naila Kabeer
Traduction de Emmanuelle Chauvet

Note de l’éditeur

Traduit de l’anglais. Texte original in : Discussing Women’s Empowerment – Theory and Practise, Sida Studies n ° 3, Stockholm, 2002. Reproduit avec l’autorisation de Sida, Institute of Social Studies, La Haye, et UNRISD, Genève.

Texte intégral

Conceptualiser l’empowerment

Introduction

1Deux types d’arguments ont été invoqués pour promouvoir les droits des femmes : la pertinence intrinsèque des idées féministes d’un côté, et de l’autre la possibilité de synergies entre ces idées et les priorités officielles du développement. Reçu plus favorablement, le second type d’argument a permis de mettre la défense des droits des femmes à l’ordre du jour des politiques classiques de développement. En effet, dans un contexte où les décideurs politiques doivent allouer des ressources limitées et trancher entre des projets concurrents, prendre en compte les objectifs intrinsèques du féminisme les oblige à s’éloigner de leurs domaines de prédilection (protection sociale, pauvreté, efficacité) et à aborder ceux, plus hasardeux, du pouvoir et de l’injustice sociale. La raison en est également politique : les principaux bénéficiaires de ces programmes, c’est-à-dire les femmes, et en particulier les femmes des ménages pauvres, n’ont que peu d’influence sur ceux qui conçoivent les programmes au sein des grandes institutions politiques.

2Par conséquent, tant qu’on a défendu l’empowerment des femmes comme une fin en soi, il a été considéré dans les cercles politiques comme un jeu « à somme nulle » avec des gagnants politiquement faibles et des perdants politiquement puissants. En revanche, les formes instrumentalistes de défense des droits des femmes, qui promeuvent l’égalité des genres et l’empowerment des femmes en en démontrant les nombreux effets positifs, permettent aux décideurs politiques d’atteindre des objectifs connus et approuvés, bien que par des moyens inhabituels. L’argument selon lequel l’empowerment des femmes pourrait être politiquement payant est convaincant, notamment quand on parle d’attitude en matière de fertilité et de transition démographique, de bien-être des enfants et de mortalité infantile, de croissance économique et de lutte contre la pauvreté. De ce fait, des défenseurs inattendus de l’empowerment des femmes sont apparus dans le domaine du développement international, par exemple la Banque mondiale, les grandes agences des Nations unies et le groupe CAD de l’OCDE.

3Mais le succès des formes instrumentalistes de défense de l’empowerment a un coût. Il implique la transposition de la pensée féministe dans le discours politique techniciste, processus par lequel l’avant-gardisme politique du féminisme a en partie été sacrifié. Cette transposition passe entre autres par un processus de quantification. La mesure quantitative est bien sûr une préoccupation importante en politique. Elle traduit un souci justifié du rapport coût/bénéfice de revendications concurrentes pour des ressources limitées. Pour de nombreux décideurs politiques, l’idée même de l’empowerment des femmes est le symbole par excellence de l’intrusion hasardeuse de concepts métaphysiques dans le monde concret et pratique de la politique de développement. Une quantification de l’empowerment confère donc au concept des bases plus solides et objectivement vérifiables. De nombreuses études ont donc été entreprises dans ce but. Certaines ont cherché à permettre des comparaisons géographiques et diachroniques, d’autres à prouver l’impact de projets spécifiques sur l’empowerment des femmes, et d’autres enfin à démontrer que l’empowerment des femmes a permis d’atteindre des objectifs politiques fixés.

4Mais l’idée même de parvenir à définir clairement l’empowerment, sans même parler de le mesurer, ne fait pas l’unanimité. Bien des féministes pensent que la valeur du concept tient justement à son imprécision. Pour reprendre les termes d’une activiste, membre d’une ONG, citée dans Batliwala (1993) : « J’aime le mot empowerment parce qu’il n’a pas encore été clairement défini ; il nous laisse une marge pour le pratiquer avant même de devoir essayer de le définir. Je continuerai à l’utiliser tant que je serai certaine qu’il décrit ce que nous faisons. » Cet article propose une évaluation critique des différentes mesures de l’empowerment des femmes qui ressortent de la littérature de plus en plus abondante sur le sujet. A partir de cette évaluation, il propose une réflexion sur les effets des tentatives de quantification d’un concept difficilement mesurable. Il réfléchit également sur l’impact de la substitution des arguments intrinsèques du féminisme par des arguments instrumentalistes. Mais, le concept étant contesté, il est important de clarifier d’emblée la façon dont il sera utilisé dans cet article, car cette conception influencera l’évaluation des différentes tentatives de mesure. […]

Conceptualiser l’empowerment : ressources, capacité d’action et résultats

  • 1 Le terme de choix a une forte connotation néolibérale, mais dans un certain contexte, la notion de (...)

5Une approche possible de la notion de pouvoir est celle de la capacité à faire des choix : être exclu du pouvoir implique alors d’être privé de choix1. Ma conception de l’empowerment est inextricablement liée au manque d’accès au pouvoir. Elle se réfère aux processus par lesquels les personnes dépourvues de la capacité à faire des choix acquièrent cette capacité. En d’autres termes, l’empowerment implique un processus d’évolution. Ceux qui font de nombreux choix dans la vie sont peut-être très puissants, mais ils ne sont pas concernés par l’empowerment tel que je l’entends parce qu’ils n’ont jamais été exclus du pouvoir.

6Mais pour être pertinente dans l’analyse du pouvoir, la notion de choix doit être clairement circonscrite. Tout d’abord, le choix implique nécessairement une alternative, la possibilité de faire un autre choix. Pauvreté et exclusion du pouvoir sont logiquement liées car le manque de moyens pour satisfaire ses propres besoins essentiels empêche souvent de faire de véritables choix. Mais même une fois la survie acquise, tous les choix n’ont pas la même pertinence pour la définition du pouvoir. Certains choix sont plus importants que d’autres par les conséquences qu’ils ont. Nous devons donc faire une distinction entre les choix de premier et de second ordre. Les premiers sont les choix de vie stratégiques, tels que le choix des moyens de subsistance, du lieu de vie, de se marier, de la personne épousée, d’avoir ou non des enfants, la liberté de mouvement et le choix des amis, autant d’éléments déterminants qui permettront aux personnes de vivre la vie qu’elles ont choisie. Ces choix de vie stratégiques créent un environnement dans lequel d’autres choix trouvent leur place, des choix de second ordre moins lourds de conséquences, importants pour la qualité de vie mais qui n’en déterminent pas les paramètres.

7L’empowerment est donc le développement de la capacité à faire des choix de vie stratégiques dans un contexte où cette capacité ne pouvait s’exercer.

8On peut penser l’évolution de la capacité à choisir à partir de l’évolution de trois dimensions interdépendantes qui définissent le choix : les ressources, qui déterminent le contexte dans lequel sont faits les choix ; la capacité d’action, qui est au cœur même du processus de choix ; et les résultats, qui sont les effets des choix. Ces dimensions sont interdépendantes car chacune est à la fois la cause et la bénéficiaire de l’évolution des deux autres. Les résultats à un moment en particulier se traduisent donc par des ressources ou une capacité d’action meilleures, et donc ultérieurement par une meilleure capacité à faire des choix.

Figure 1. Les dimensions de l’« empowerment »

Ressources (conditions)

 

 

Résultats (conséquences)

Capacité d'action (processus)

 

9Les ressources peuvent être matérielles, sociales ou humaines. En d’autres termes, il ne s’agit pas seulement des ressources économiques conventionnelles telles que la terre, l’équipement, les finances, les fonds de roulement, etc. ; mais aussi des diverses ressources humaines et sociales permettant d’améliorer la capacité à faire des choix. Les ressources humaines sont propres à l’individu, et elles comprennent ses connaissances, ses compétences, sa créativité, son imagination, etc. Les ressources sociales sont les contraintes, les obligations et les attentes inhérentes aux relations, aux réseaux et aux liens existant dans différents domaines, et qui permettent aux personnes d’améliorer leurs situations et leurs perspectives au-delà de ce qui serait possible par leurs seuls efforts individuels.

10Les ressources sont distribuées par diverses institutions et processus. L’accès aux ressources va être déterminé par les règles, les normes et les pratiques dominantes dans différentes sphères institutionnelles (par exemple les normes familiales, les relations patron-clients, les accords salariaux informels, les transactions contractuelles formelles, les prestations sociales publiques). Ces règles, normes et pratiques donnent à certains acteurs le pouvoir de déterminer les principes de distribution et d’échange dans une sphère particulière, et de ce fait leur donne une autorité sur les autres. La distribution des ressources « allocatives » se confond donc souvent avec la distribution « de l’autorité » (Giddens, 1979), que l’on peut définir comme le pouvoir de définir les priorités et de faire valoir ses revendications. Les chefs de ménages, les chefs de tribus, les directeurs d’entreprises, les dirigeants d’organisations, les élites d’une communauté sont tous dotés de l’autorité décisionnaire dans un certain contexte institutionnel en vertu de la position qu’ils occupent au sein de ces institutions.

11Les conditions dans lesquelles sont acquises les ressources sont aussi importantes que les ressources elles-mêmes quand on parle d’empowerment. L’accès peut être subordonné à des formes très clientélistes de dépendance ou à des conditions de travail de l’ordre de l’exploitation, mais il peut aussi se faire dans la dignité et dans l’estime de soi. L’empowerment induit autant une évolution des conditions d’acquisition des ressources qu’un meilleur accès aux ressources.

12La deuxième dimension du pouvoir est celle de la capacité d’action, la capacité de chacun à définir ses objectifs et à s’y conformer. La notion de capacité d’action va au-delà de l’action visible ; elle inclut également le sens donné à l’action, la motivation et les objectifs de l’acteur, en bref, son sens de l’action, son « pouvoir individuel ». A l’étape opérationnelle, la capacité d’action est souvent traduite en « prise de décision individuelle », en particulier dans la littérature économique traditionnelle. Elle englobe en réalité des actions plus diverses ayant un but déterminé, comme le marchandage, la négociation, la tromperie, la manipulation, la subversion, la résistance et la protestation, ainsi que des processus de réflexion cognitifs et intangibles. La capacité d’action comprend aussi la réflexion et l’action collective, autant qu’individuelle.

  • 2 Les concepts de capacité d’agir positive et négative font écho à la distinction que fait Sen entre (...)

13La capacité d’action a un sens à la fois positif et négatif quand on la relie au pouvoir2. Dans le sens positif du « pouvoir de », elle désigne notre capacité à définir nos propres choix de vie et à poursuivre nos propres objectifs, quitte à s’opposer aux autres. La capacité d’action peut aussi être exercée dans le sens plus négatif du « pouvoir sur », c’est-à-dire de la capacité d’un acteur ou d’une catégorie d’acteurs à étouffer la capacité d’action des autres, notamment par la violence, la coercition ou la menace. Mais le pouvoir peut également s’exercer sans action explicite. Les normes et les règles du comportement social garantissent souvent la reproduction de certains résultats sans exercice apparent d’une action. Lorsque les conséquences portent sur les choix de vie stratégiques que l’on a évoqués précédemment, ils témoignent de l’exercice d’un pouvoir « non décisionnaire » (Lukes, 1974). Les normes du mariage en Asie du sud-est par exemple donnent aux parents l’autorité de choisir les partenaires de leurs enfants, mais elles ne sont très probablement pas vécues comme une forme de pouvoir – sauf quand elles sont contestées.

14Ensemble, les ressources et la capacité d’action constituent ce que Sen appelle les potentialités, le potentiel qu’ont les individus de vivre la vie qu’ils souhaitent, d’être et d’agir de façon valorisante. Sen utilise le concept de « fonctionnements » pour désigner les différentes façons « d’être et d’agir » auxquelles les personnes aspirent dans un contexte donné, et celui de « résultats des fonctionnements » pour désigner les façons d’être et d’agir réelles des individus. Ces résultats, qu’ils soient atteints ou non, constituent notre troisième dimension du pouvoir. La question du pouvoir n’est évidemment pas pertinente si l’impossibilité d’un individu à être et agir comme il le veut tient à sa paresse, à son incompétence ou à toute autre raison qui lui est spécifique. Mais lorsque l’échec traduit des asymétries dans la distribution sous-jacente des potentialités, il peut être interprété comme une manifestation de l’exclusion du pouvoir.

15[…]

Empowerment : dimension, niveaux et processus d’évolution

16[…] La capacité à choisir est au centre du concept de pouvoir utilisé ici. Cependant, il a été nécessaire de circonscrire le concept de choix afin de s’assurer de sa pertinence. Les conditions du choix varient et sont de deux types. Les premiers sont faits dans un contexte favorable où les alternatives sont réelles. Dans le cas des seconds, les alternatives sont soit absentes soit potentiellement porteuses de conséquences dont le coût est totalement dissuasif. Les restrictions portant sur les conséquences du choix montrent qu’il est également nécessaire de distinguer les choix de vie stratégiques, qui ont pour objectif certaines façons d’être et d’agir, des autres choix plus banals qui interviennent après que ces choix de premier ordre ont été faits. On peut aller plus loin dans l’évaluation des conséquences du choix par l’analyse des transformations qu’il peut entraîner. Il faut alors se poser les questions suivantes : dans quelle mesure ces choix peuvent-ils remettre en question et déstabiliser les inégalités sociales ? Ou au contraire dans quelle mesure sont-ils l’expression et les outils de perpétuation de ces inégalités ? Les choix qui traduisent les inégalités fondamentales d’une société, qui empiètent sur les droits des autres ou qui dévalorisent systématiquement le moi ne sont pas compatibles avec la notion d’empowerment présentée dans cet article.

17Ces restrictions permettent d’intégrer les dimensions structurelles du choix dans notre analyse. Les structures agissent par l’intermédiaire des règles, des normes et des pratiques de différentes institutions qui déterminent les ressources, capacité d’action et résultats accessibles aux différents groupes sociaux : notre notion des « alternatives » (un autre choix aurait-il été possible ?) tient compte de ces contraintes plus vastes. Mais les actions et les choix individuels et collectifs peuvent finalement également affecter les contraintes structurelles en les renforçant, en les modifiant et en les transformant : notre notion des « conséquences » met l’accent sur ces éventualités. Cette conceptualisation de l’empowerment crée un cadre susceptible d’inclure le changement à différents niveaux (figure 2).

Figure 2 : Les niveaux de l’« empowerment »

Niveaux « plus profonds » :

Relations structurelles de classe/caste/genre

Niveaux intermédiaires :

Règles institutionnelles et ressources

Niveaux immédiats :

Ressources, capacité d’action et résultats individuels

18Cette conceptualisation traduit l’évolution aux niveaux individuel et collectif, celle du sentiment du moi et du sentiment identitaire, de la perception des intérêts et de la capacité à agir. Cette évolution peut se produire au niveau intermédiaire, dans les règles et les relations qui prévalent dans les domaines personnel, social, économique et politique. Elle peut également se produire au sein des structures plus profondes, et cachées, qui déterminent et reproduisent la distribution des ressources et du pouvoir dans une société. Mais pour que ces évolutions induisent des processus significatifs et durables d’empowerment, ils doivent en fin de compte englober les niveaux tant structurels qu’individuels. L’institution de droits dans le cadre légal d’une société n’a aucune signification si ces droits ne diversifient pas réellement les possibilités offertes à chaque individu. De la même façon, une modification des ressources mises à la disposition des individus qui laisse intacte les structures d’inégalité et de discrimination peut, certes, améliorer le bien-être mais ne renforce pas pour autant le pouvoir des individus.

19Dans la suite de cet article, j’analyserai une sélection d’études qui tentent de mesurer l’empowerment des femmes, études majoritairement tirées des études de développement, et particulièrement de la littérature économique, démographique et de genre. Comme nous allons le voir, ces diverses études traitent de l’idée de l’empowerment de façons très diverses. Elles se concentrent sur des dimensions différentes de l’empowerment, et traitent le pouvoir soit comme un attribut individuel, soit comme un attribut des structures. Elles diffèrent également dans leur conceptualisation du changement social.

20Dans certains cas, l’évolution d’une dimension ou d’un niveau est supposée entraîner, ou traduire, des évolutions dans les autres dimensions ou niveaux. Les études se limitent alors aux indicateurs de cette évolution. L’Indicateur de participation des femmes du PNUD, qui se concentre sur la représentation politique des femmes ou sur le nombre de femmes aux postes d’encadrement, est un exemple de cette approche. On suppose que ces indicateurs nous donnent des informations importantes, même indirectes, sur la capacité des femmes à faire des choix stratégiques dans d’autres domaines. D’autres études adoptent une logique linéaire de cause à effet pour modéliser la relation entre les évolutions dans différents niveaux ou dimensions de l’empowerment. Elles se limitent souvent aux évolutions au niveau individuel, en explorant par exemple les relations entre les évolutions dans l’accès des femmes à des activités lucratives et celle de leur pouvoir décisionnaire au sein du ménage. Quelques unes ont pourtant cherché à modéliser les effets des évolutions au niveau structurel sur le choix individuel. La littérature sur la mesure quantitative manque d’exemples de modèles de changement social qui soient plus de l’ordre du processus, comme ceux qui sont défendus par de nombreuses féministes, et dont voici un exemple dans ces citations de Batliwala :

… l’exercice d’un choix en connaissance de cause dans un cadre plus large d’information, de connaissance et d’analyse… un processus qui doit permettre aux femmes de découvrir de nouvelles possibilités, de nouvelles options… des possibilités de choix de plus en plus diverses… qu’elles mènent un lutte indépendante pour faire évoluer leurs conditions de vie matérielles, leurs vies personnelles, et la façon dont elles sont considérées dans la sphère publique… Le processus de mise en cause des relations de pouvoir existantes, et d’accès à un plus grand contrôle des ressources du pouvoir… (Batliwala 1993 et 1994).

21Perçu comme un processus, le changement social sera souvent plus indéterminé. Cette perception part en effet du postulat que l’action humaine est imprévisible, et les circonstances de cette action très diverses. Elle identifie éventuellement certains éléments clés de la structure et de l’action ayant un potentiel catalyseur, mais n’essaie pas de déterminer à l’avance comment ce potentiel va se développer en pratique. L’empowerment est donc considéré comme une forme de changement social difficile à retranscrire par des données quantitatives.

Mesurer l’empowerment : le problème du sens

Mesurer les « ressources »

22Au premier abord, la dimension « ressources » de l’empowerment pourrait paraître la plus facile à mesurer. Mais une lecture critique des mesures qui en ont été faites montre que la tâche est moins simple qu’il n’y paraît, même lorsque les ressources sont étroitement définies, en termes matériels, comme elles le sont en général. Dans la littérature sur l’empowerment, il est très courant de parler de « l’accès aux ressources » de façon générale, comme si parler des relations entre les femmes et les ressources indiquait automatiquement les choix possibles. En réalité, les ressources ne sont pas synonymes de choix, et en les mesurant on évalue une possibilité plutôt que la réalisation d’un choix. D’autres éléments, qui touchent aux conditions dans lesquelles les femmes font leurs choix, déterminent en partie si les évolutions dans leurs ressources vont leur donner de nouvelles possibilités de choix. Prenons par exemple « l’accès » des femmes à la terre.

23Au niveau systémique, on schématise souvent l’accès des femmes à la terre en faisant une distinction entre différentes catégories de droits fonciers, partant de l’hypothèse que les femmes sont plus autonomes dans les régions où elles ont les droits fonciers les plus forts (par exemple, Dyson et Moore, 1983 ; Boserup, 1970). Mais les études qui utilisent la mesure de l’accès des femmes à la terre comme indicateur de leur empowerment ne réfléchissent que rarement sur le chemin qui mène de « l’accès » à la capacité d’action et à des résultats, et cherchent encore moins à comprendre empiriquement ce cheminement. Par exemple, la plupart des études menées dans le sous-continent indien ont mis en évidence une corrélation entre les principes patrilinéaires de transmission et d’héritage et le niveau d’autonomie des femmes. Dans ces études, cette corrélation permet d’expliquer en partie le plus faible niveau d’autonomie des femmes dans les plaines du Nord. Mais les règles de transmission de la terre ne sont absolument pas les mêmes partout dans la région. Chez les Hindous, la propriété collective familiale est le principe central des pratiques de succession, et est interprété de façons diverses localement. La copropriété familiale est en général détenue en indivision par les hommes, le plus souvent les pères et leurs fils, et exclut totalement les femmes (Mukhopadhyay, 1998). Chez les Musulmans en revanche, les femmes ont toujours eu le droit d’hériter, et en tant qu’individus. Musulmans et musulmanes jouissent donc de droits de propriété individuels, absolus mais inégaux : les hommes héritent en général d’une part deux fois plus importante que celle des femmes. La loi hindoue a été réformée après l’indépendance indienne afin de donner aux femmes et aux hommes les mêmes droits de succession ; les principes de succession musulmans n’ont pas été réformés.

24Bien que les femmes musulmanes et hindoues aient des statuts coutumiers et légaux différents, la littérature les présente souvent comme de facto exclues de toute propriété. Pour les Hindoues, les normes et coutumes anciennes restent puissantes, et Agarwal (1994) montre les difficultés qu’elles rencontrent si elles veulent que soit appliqué le droit plutôt que la coutume en matière de succession foncière. Les Musulmanes préfèrent en général renoncer à leurs droits à la propriété parentale en faveur de leurs frères, ou elles sont fortement encouragées à le faire, si bien qu’elles aussi sont traitées comme de facto exclues de la propriété. La mesure de l’accès des femmes à la terre tel qu’il est présenté dans la littérature indienne porte donc sur les faits plutôt que sur le droit. Selon cette mesure, il existe peu de différences entre les communautés hindoue et musulmane.

25Mais il n’est en aucun cas évident que l’observation de la propriété de facto nous donne les informations nécessaires sur le domaine du choix. Il a été montré, par exemple, que les Musulmanes renoncent certes à leurs droits fonciers en faveur de leurs frères (et peuvent être soumises à de fortes pressions pour le faire), mais que par là même elles légitiment les demandes qu’elles feront plus tard à leurs frères si leur mariage échoue. L’Islam donne aux frères le devoir de s’occuper de leurs sœurs, et par la transmission de leurs droits fonciers à leurs frères, les femmes donnent un fondement matériel à un droit moral. La nécessité de consentir à cet échange peut traduire le statut de subordonnées des femmes au sein de la communauté, mais la reconnaissance de principe des droits fonciers des femmes par la communauté leur donne une ressource négociable, dans une situation où elles n’en ont pas beaucoup d’autres. En outre, la situation évoluant, les femmes pourraient commencer à réclamer cette ressource. Dans des régions rurales du Bangladesh, j’ai constaté que des femmes commencent à vouloir faire valoir leurs droits de succession, même si c’est souvent sous la pression de leurs maris (Kabeer, 1994), et Razavi a également noté, dans des zones rurales d’Iran, une plus forte volonté des femmes de faire valoir leurs droits à la propriété devant les tribunaux, dans ce contexte pour compenser leur manque croissant de perspectives professionnelles (Razavi, 1992). Les femmes vivant dans des communautés où leurs droits fonciers ne sont pas reconnus par la loi coutumière et la tradition n’ont pas les mêmes possibilités, même si ces droits ont été créés par une mesure législative, comme en Inde. En effet, Das Gupta (1987) a montré, dans son étude sur le système de parenté jat au Pendjab, qu’il était hors de question qu’une femme possède de la terre : « Si elle insistait sur son droit à hériter la terre de la même façon que les hommes en vertu de la loi civile, elle risquerait certainement d’être assassinée. »

26Du point de vue méthodologique, ce débat montre que, pour permettre de mesurer l’empowerment, la définition de la dimension des « ressources » doit aller plus loin que les indicateurs d’accès. Elle doit donc mieux expliciter le potentiel de ces ressources en terme de capacité d’action et de résultats attendus. L’une des limites de la mesure factuelle des droits fonciers tient à ce qu’elle ne prend pas en compte les divers processus aboutissant à une possession ou à une dépossession. Elle ne peut donc pas évaluer l’impact du statut juridique des femmes sur les possibilités de choix qui leur sont offertes. En outre, ces études montrent la suprématie des constructions légales coutumières sur les constructions législatives récentes, et suscitent un questionnement sur les processus de changement social. La littérature sur l’empowerment n’a pas encore répondu à cette question : comment, en essayant de faire évoluer des structures profondément ancrées, dans ce cas en opposant la loi aux règles légitimées par la tradition et la religion, fait-on évoluer la capacité individuelle d’action et de choix ?

27Reconnaissant la nécessité d’aller au-delà du simple indicateur « d’accès » pour appréhender tous les effets des « ressources » sur la réalisation du choix, de nombreux analystes ont utilisé divers concepts liant les droits aux ressources formels et effectifs. Ils ont en général introduit dans la mesure quantitative des nuances liées à la capacité d’action. Le concept le plus utilisé est celui du « contrôle », qui se traduit opérationnellement le plus souvent par un droit à s’exprimer sur la ressource en question. L’importance donnée au « contrôle » est une grande avancée conceptuelle, mais elle ne permet toujours pas de mieux identifier ce qui doit être mesuré. La littérature tend à utiliser indifféremment les concepts d’accès, de propriété, de droit et de contrôle, et rend la signification réelle du « contrôle » encore plus confuse.

28Par exemple, Sathar et Kazi (1997) assimilent « l’accès » et « le contrôle » au droit à la parole dans les décisions prises au sein du ménage sur des ressources particulières. Leur mesure de « l’accès aux ressources » se base sur la participation des femmes à la décision relative aux dépenses du ménage et à leur montant, et à la liberté d’acheter des vêtements, des bijoux et des cadeaux pour leurs proches. Le « contrôle des ressources » revient à la personne qui garde les recettes du ménage et qui participe à la décision sur les dépenses du ménage. Dans l’analyse de Jeejheboy (1997), les concepts « d’accès », de « contrôle » et de « décision » sont tous utilisés en lien avec les ressources, le « contrôle » étant parfois lié à la propriété, et parfois à la décision. Kishor définit l’empowerment comme « le contrôle par les femmes des aspects clés de leur vie », mais sa mesure de ce « contrôle » est vaste et inclut : la décision portant sur les recettes et les dépenses ; l’autosuffisance (les femmes peuvent-elles vivre sans le soutien financier de leurs maris) ; la décision (qui a le dernier mot dans les diverses décisions) ; le « choix » (choisir son époux ou être consultée pour le choix du partenaire).

29La définition et la façon de mesurer le « contrôle » ne sont ni claires ni consensuelles. Mais en donnant de l’importance au contrôle en lien avec la dimension ressources de l’empowerment, les analystes reconnaissent que « l’accès » aux ressources ne donnera du pouvoir aux femmes que si elles peuvent agir sur ces ressources ou grâce à elles de façon décisive. On peut définir un critère permettant d’évaluer la validité d’un indicateur de l’empowerment des femmes fondé sur les ressources. Pour une ressource donnée, ce critère est celui de la validité des hypothèses implicites ou explicites sur l’impact qu’aura l’accès à cette ressource en termes de capacité d’action et de droits pour les femmes qui en bénéficient.

Mesurer la « capacité d’action »

30La capacité d’action des femmes est mesurée de façons très diverses dans la littérature des études de développement. On trouve des formes négatives d’action, comme la violence masculine, et des formes positives, comme la mobilité des femmes dans la sphère publique dans des régions où elles sont généralement recluses. Mais je limiterai mon analyse aux mesures les plus courantes de l’activité des femmes liée à leur empowerment : la capacité d’action décisionnaire. On mesure en général cette action en interrogeant les femmes sur le rôle qu’elles jouent dans des décisions spécifiques. Les réponses sont parfois rassemblées en liste, et parfois séparées. Voici un aperçu des décisions qui figurent typiquement dans les projets de mesure, ainsi que leur contexte géographique :

Décisions typiques inclues dans les indicateurs de décision

  • Egypte : budget du ménage ; mets cuisinés ; visites ; éducation des enfants ; santé des enfants ; utilisation de méthodes de planification familiale (Kishor, 1997)

  • Inde : achats de nourriture, de biens importants, de petite bijouterie ; action à suivre si un enfant est malade ; enfants et discipline ; décision sur l’éducation des enfants et sur le type d’école (Jejeebhoy, 1997)

  • Nigeria : achats du ménage ; travail de l’épouse ; façon de dépenser le revenu du mari ; nombre d’enfants ; achat ou vente de la terre ; utilisation de méthodes de planification familiale ; scolarisation des enfants, et jusqu’à quel âge ; date du mariage des fils et des filles ; consultation d’un docteur si un enfant est malade ; type d’éducation des enfants (Kritz, Makinwa et Gurak, 1997)

  • Zimbabwe : travail de l’épouse en dehors du ménage ; achats importants ; nombre d’enfants (Becker, 1997)

  • Népal : type de nourriture acheté ; travail de l’épouse en dehors du ménage ; principales transactions sur le marché ; nombre d’enfants (Morgan et Niraula, 1995)

  • Iran : type et quantité de nourriture ; participation, salaire et vente de la production agricole (Razavi, 1992)

  • Pakistan : achat de nourriture ; nombre d’enfants ; scolarisation des enfants ; mariage des enfants ; principaux achats du ménage ; travail de l’épouse en dehors de la maison ; vente et achat de bétail ; dépenses du ménage ; achat de vêtements, de bijoux et de cadeaux pour la famille de l’épouse (Sathar et Kazi, 1997)

  • Bangladesh : possibilité de faire des achats de consommation courante ; possibilité de faire de gros achats de consommation ; remise en état de la maison ; élevage de bétail ; fermage ; achat de biens d’équipement importants (Hashemi et al., 1996)

  • Bangladesh : éducation des enfants ; visites aux amis et à la famille ; achats du ménage ; questions liées à la santé (Cleland et al., 1994)

31On peut immédiatement constater que toutes ces décisions ne sont pas également pertinentes comme indicateurs de l’empowerment des femmes, car leurs conséquences éventuelles ne sont pas toutes également déterminantes. Peu de cultures distribuent le pouvoir de façon absolument dichotomique, les hommes prenant toutes les décisions et les femmes aucune. On trouve plus communément une hiérarchie des responsabilités décisionnaires reconnue par la famille et la communauté. Cette hiérarchie réserve aux hommes en tant que chefs de ménages certains domaines clés de décision, et certains autres domaines aux femmes en tant que mères, épouses, filles, etc. Les témoignages réunis en Asie du sud, par exemple, laissent penser qu’au sein de la famille l’achat de nourriture et d’autres produits de consommation du ménage, ainsi que les décisions liées à la santé des enfants, relèvent de la décision des mères. En revanche, les décisions portant sur l’éducation et le mariage des enfants ainsi que sur les transactions marchandes pour les biens importants, sont en général prises par les hommes.

32[…]

33En termes méthodologiques, ces distinctions montrent que la sélection et la quantification des décisions comme indicateurs d’empowerment doivent être mieux pensées. On doit prendre en considération l’importance des conséquences des diverses catégories de décisions ou des différentes étapes du processus de décision. Savoir que les femmes ont joué un rôle dans des décisions ayant des conséquences minimes ou dans des domaines qui, de toute façon, relèvent de leurs attributions en vertu de la division sexuelle des rôles et des responsabilités nous en dit peu sur la capacité de choix des femmes. Savoir qu’elles ont participé à des décisions portant sur des choix de vie stratégiques ou sur des choix auxquels elles n’avaient pas droit auparavant nous en dit bien plus. On pourrait également introduire une distinction entre différents « points de contrôle » critiques internes au processus de décision. Le contrôle se définit ici par la capacité à influencer les résultats précisément à chacun de ces « points » (Beneria et Roldan, 1987). Par exemple Pahl (1989) différencie le « contrôle » ou la fonction politique par laquelle sont prises des décisions sur la distribution des ressources, et la fonction de « gestion », qui concerne les décisions de mise en application. Cette distinction explique peut-être les résultats de l’Enquête sur les hommes en Egypte de 1992 (citée dans Ali, 1996), selon lesquels les hommes l’emportent dans les décisions pour l’adoption de méthodes contraceptives, la décision politique donc, mais laissent en général le choix de la méthode aux femmes (même si l’enquête qualitative d’Ali a montré que la participation des hommes se prolongeait jusque dans le choix de la méthode contraceptive).

34En fin de compte, il convient aussi de garder à l’esprit ce que sont les perspectives « statistiques » sur la prise de décision : de simple fenêtres ouvertes sur une réalité complexe. Elles nous donnent peut-être un aperçu des processus de décision, mais elles nous en apprennent très peu sur les subtiles négociations qui se déroulent entre les femmes et les hommes dans le privé. Elles risquent donc de sous-évaluer l’action informelle que les femmes exercent souvent en matière de décision, comme le montre la comparaison faite par Silberschmidt (1992) entre les décisions formelles et informelles chez les Kisii du Kenya. Dans leurs récits formels de prises de décision, les femmes attribuaient la plus grande partie du pouvoir aux hommes : « Les époux étaient présentés comme les chefs de ménages, et comme leurs “propriétaires” » – et elles ajoutaient parfois : « Ils peuvent nous acheter comme du bétail ». Mais leur récit des prises de décisions « réelles » montrait une réalité très différente :

35« [Les femmes] reconnaissaient que les hommes étaient consultés sur toutes sortes de questions, et qu’ils étaient censés décider de diverses mesures. Mais en réalité de nombreuses femmes prenaient ces décisions elles-mêmes. Le plus souvent, elles évitaient toute confrontation ouverte tout en se tenant à leur ligne de conduite… Indéniablement, de nombreuses femmes manipulent leurs partenaires masculins et prennent leurs décisions en toute indépendance. Par exemple, la terre étant la propriété de l’homme, il doit décider de la répartition des cultures sur les terrains. Si sa femme n’est pas d’accord, elle va rarement le dire, mais elle fera tout simplement les semis de la façon qui lui semble la meilleure. S’il découvre qu’elle n’a pas suivi ses instructions, elle s’excusera, mais elle expliquera que, les graines ne germant pas, elle a dû les replanter d’une façon différente ou sur un autre terrain. » (p. 248)

36Une approche purement statistique ne permet pas d’appréhender cet aspect informel. Cette lacune a aussi des conséquences conceptuelles. Une partie importante de la recherche menée en Asie du sud laisse penser que la renégociation des relations de pouvoir, notamment au sein de la famille, porte souvent justement sur les évolutions dans les décisions informelles. Les femmes optent pour des formes privées d’empowerment qui laissent intacte l’image publique et l’honneur du décisionnaire tout en augmentant l’influence qu’elles ont « en coulisse » sur les décisions (Chen, 1983 ; Kabeer, 2000 ; Basu, 1996). Ces stratégies reflètent une certaine prudence des femmes qui font preuve de qualités stratégiques dans des situations où elles ont autant à perdre qu’à gagner de la perturbation des relations sociales.

Mesurer les résultats

37Comme pour les autres dimensions de l’empowerment, le point méthodologique déterminant pour les indicateurs de résultats est la précision analytique dans la sélection de ce qui est à mesurer. J’ai déjà souligné la nécessité de distinguer les résultats qui découlent d’une différence entre les valeurs et les préférences des hommes et des femmes et ceux qui révèlent des inégalités dans la capacité à faire des choix. L’examen de certaines des études qui ont inclus des indicateurs de résultats dans leur analyse de l’empowerment des femmes va permettre de rejeter d’autres critères de sélection de ces indicateurs.

38Kishor (1997) a utilisé des données nationales égyptiennes pour explorer les effets tant indirects que directs de l’empowerment des femmes sur deux résultats de fonctionnement importants : les taux de survie et la vaccination des enfants. Cette sélection découlait de la conceptualisation par Kishor de l’empowerment des femmes comme « la capacité à accéder à l’information, à prendre des décisions et à agir dans leur propre intérêt ou dans l’intérêt des personnes qui dépendent d’elles » (p. 1). Les femmes étant avant tout responsables de la santé des enfants, elle avait posé l’hypothèse d’un lien entre l’empowerment des femmes et une amélioration de l’état de santé et de la survie des enfants. Son analyse reposait sur trois catégories d’indicateurs composites de l’empowerment : « les signes directs d’empowerment », les « sources d’empowerment » et le « contexte de l’empowerment ». Je les ai résumés ci-dessous, ainsi que les variables les plus importantes de chaque indicateur :

Signe direct d’empowerment

  • Dévalorisation des femmes : cas de violence domestique ; dot

  • Emancipation des femmes : importance donnée à l’éducation des filles ; liberté de déplacement

  • Cas de partage des rôles et des décisions : rôles de genre égaux ; prise de décision égalitaire

  • Egalité dans le mariage : moins de motifs requis pour le mari que pour la femme pour justifier une demande de divorce ; égalité des motifs de divorces pour les époux et les épouses

  • Autonomie financière : la femme contrôle ses revenus ; part des revenus de la femme par rapport à celle de son mari dans les revenus du ménage

Sources de l’empowerment

  • Participation au secteur moderne : liste des biens possédés ; éducation des filles

  • Possibilités d’emploi en fonction de l’âge : la femme a travaillé avant son mariage ; elle contrôlait ses revenus avant son mariage

Indicateurs de contexte

  • Structure familiale permettant éventuellement un renforcement du pouvoir : ne vit pas et n’a jamais vécu avec sa belle-famille

  • Avantage matrimonial : faible différence d’âge entre les époux ; la femme a choisi son mari

  • Mariage traditionnel : la femme a un niveau d’éducation bien plus faible que son époux ; elle n’a pas choisi son mari

39Une analyse à variables multiples a révélé que les indicateurs indirects de source et de contexte avaient beaucoup plus d’impact que les mesures directes dans la détermination quantitative des résultats. On peut avancer deux explications, qui ne s’excluent pas nécessairement. En premier lieu, les indicateurs directs d’empowerment tels qu’ils avaient été déterminés ne permettaient pas de bien appréhender l’empowerment. Cette explication est très plausible car de nombreux indicateurs rassemblaient des informations très liées aux valeurs sociales portant sur les attitudes et les relations dans le mariage ; par exemple les motifs qui, selon les femmes, justifient qu’un homme divorce ; s’il était justifié qu’hommes et femmes divorcent pour les mêmes motifs ; et si les femmes devraient s’exprimer si elles ne sont pas d’accord avec leurs maris. Mais d’autres indicateurs directs plus factuels (comme « l’autonomie financière » et « la liberté de déplacement ») se sont aussi avérés non significatifs.

40En second lieu, les résultats dont il est question ne dépendaient pas en réalité de l’empowerment direct des femmes mais plutôt d’autres facteurs relevant plutôt des variables de « source » et de « contexte ». […]

41Cette discussion met donc en évidence un révélateur de l’empowerment des femmes en cas de discrimination liée au genre : le fait que les progrès de la capacité d’action des femmes aboutissent à une réduction éventuelle des inégalités de genre existantes. Cette idée induit que les femmes peuvent exercer leur capacité d’action dans leur propre intérêt, mais ne doit pas faire penser que l’empowerment est la défense des intérêts personnels. Elle doit plutôt faire reconnaître que les inégalités de genre se traduisent généralement par le fait que le bien-être des femmes passe après celui des hommes […]. Dans certains contextes, ce statut de subordonnée entraîne des formes extrêmes et potentiellement mortelles d’inégalités de genre. Dans d’autres contextes, il prend des formes moins dangereuses, comme par exemple celle des inégalités de genre dans l’éducation. Dans la plupart des cas, il semble raisonnable de supposer qu’une amélioration des conditions de vie des femmes aura un impact positif sur celles des autres membres de la famille. En revanche, les femmes ne profiteront pas forcément du progrès des conditions de vie des autres membres du groupe familial.

Triangulation et signification : l’indivisibilité des ressources, de la capacité d’action et des résultats

42Jusqu’à maintenant, l’analyse de la « correspondance » entre les différentes dimensions de l’empowerment et les indicateurs utilisés pour les mesurer a essentiellement consisté en une analyse des correspondances entre les significations attribuées à une mesure et ce que cette mesure a empiriquement révélé. Il ressort clairement qu’il est impossible d’établir la signification d’un indicateur, quelle que soit la dimension de l’empowerment qu’il est censé mesurer, sans faire référence aux autres dimensions de l’empowerment. En d’autres termes, pour déterminer la signification d’un indicateur, et donc sa validité pour une mesure de l’empowerment, il convient de considérer ses trois dimensions comme indissociables. « L’accès » à une ressource évoque un choix potentiel plutôt que réel, et la validité d’une mesure de « ressource » comme indicateur d’empowerment dépend largement de la validité des hypothèses portant sur la capacité d’action ou les droits potentiels rattachés à cette ressource. Il est tout aussi difficile de juger la validité d’une mesure de résultat sans pouvoir identifier, ou sans pouvoir raisonnablement faire d’hypothèse sur la personne dont la capacité d’action a été réalisée. Il faut aussi pouvoir déterminer à quel point le résultat en question a transformé ou renforcé les inégalités existantes dans les ressources et dans la capacité d’action. Les mêmes considérations valent pour la capacité à agir : nous avons besoin de connaître la portée des conséquences qu’elle peut avoir sur les choix de vie stratégiques des femmes, sur leur capacité à être et agir comme elles le souhaitent. Il est aussi nécessaire de savoir jusqu’à quel point leur capacité à agir transforme les conditions de son propre exercice.

43Ce constat entraîne la conséquence méthodologique suivante : il est absolument nécessaire de trianguler les éléments révélés par un indicateur, de les croiser avec d’autres sources et d’autres méthodes, afin de s’assurer que cet indicateur a bien la signification qu’il est supposé avoir. Les indicateurs condensent un grand nombre d’informations en une seule statistique, mais ils induisent également des postulats, souvent implicites, sur la signification de ces informations. Plus ces postulats seront étayés, plus nous pourrons nous fier à l’indicateur en question. […]

44[…] Dans une évaluation de […] programmes de crédit au Bangladesh, Hashemi et al. (1996) ont classé, dans leur échantillon, les femmes titulaires des prêts en fonction des catégories de « contrôle gestionnaire » explicité par Goetz et Sen Gupta. Les résultats étaient très différents selon l’ancienneté de la participation des femmes à l’organisation de crédit, mais aussi d’une organisation à l’autre. L’étude a révélé que dans toutes les situations, une partie importante des femmes de certains villages « perdaient » en fait le contrôle de leurs prêts selon les critères de Goetz et Sen Gupta. Explorant alors la relation entre l’accès des femmes au crédit et divers indicateurs d’empowerment, Hashemi et al. se demandèrent surtout si l’accès des femmes au crédit pouvait entraîner des transformations dans leurs vie, indépendamment de la personne qui exerce le « contrôle gestionnaire ». Les indicateurs qu’ils utilisèrent étaient : la mobilité dans un certain nombre de lieux publics ; la capacité à faire de petits achats et des achats plus importants, dont des achats personnels ; la participation aux principaux domaines de décision économique ; les décisions relatives à la terre ou l’achat de biens importants ; les femmes avaient-elles été spoliées de leur argent ou de tout autre bien ; les avait-on empêchées d’aller dans leur famille ou de travailler à l’extérieur ; l’importance de la contribution des femmes à l’économie familiale ; la participation à des campagnes et à des manifestations publiques ; la conscience légale et politique des femmes ; la sécurité économique, c’est-à-dire des biens et une épargne à leur nom.

45L’analyse a montré que l’accès des femmes au crédit faisait beaucoup augmenter leur contribution aux ressources du ménage, renforçait la probabilité de voir augmenter le nombre de biens à leur nom, leur permettait d’exercer plus souvent leur pouvoir d’achat, améliorait leur prise de conscience politique et légale, autant d’éléments constitutifs de l’index composite d’empowerment. En outre, un lien a été démontré entre l’accès au crédit et une plus grande mobilité, une plus forte participation et un plus fort engagement dans les « décisions importantes » pour certaines organisations de crédit. Enfin, l’étude a exploré les effets de la contribution économique des femmes au budget du ménage d’une part, et d’autre part de leur accès au crédit, sur les divers indicateurs d’empowerment. Il s’est avéré qu’en ne tenant pas compte de la participation économique des femmes ont réduisait l’impact de l’accès des femmes au crédit, mais l’impact indépendant de l’accès des femmes au crédit sur les indicateurs d’empowerment restait significatif. En d’autres termes, l’accès au crédit, comme le montant des participations économiques, étaient suffisants mais pas nécessaires pour atteindre des résultats en terme d’empowerment. Leurs effets conjugués se renforçaient mutuellement.

46La comparaison de différentes approches de la mesure quantitative de l’empowerment dans les mêmes programmes de crédit montre très clairement que la triangulation des données recueillies est nécessaire pour vérifier que les indicateurs signifient ce qu’ils sont censés traduire. Sans ces données corrélatives, les analystes risquent d’attribuer à leurs indicateurs des significations qui reflètent leurs propres penchants disciplinaires, méthodologiques ou politiques plutôt que les réalités qu’ils essaient de décrire. La triangulation implique que l’on fasse appel à de multiples sources d’information pour soutenir l’interprétation d’un indicateur et ainsi éviter le biais de l’analyste dans l’interprétation. Il est important de noter que les indices d’Hashemi et al. ont été construits à partir d’une étude ethnographique antérieure, et ne découlaient pas d’hypothèses a priori. Ceci explique qu’ils aient eu une plus grande pertinence dans la mesure de ce qu’ils étaient censés mesurer. Leurs indicateurs mesuraient surtout divers aspects de la capacité d’action des femmes, mais on pourrait dire que chaque manifestation de capacité d’action mesurée constituait également un résultat valable en lui-même.

47[…]

Conclusion

48Les indicateurs d’empowerment doivent simplement « indiquer » la voie de l’évolution plutôt qu’en donner une mesure exacte. Mais pour diverses raisons ils peuvent s’avérer inexacts voire trompeurs. Nous avons vu que des mesures individuelles, extraites de leur contexte, se prêtent à des interprétations très diverses. Nous avons également noté que les notions liées à l’empowerment des femmes donnent lieu à une lutte entre des protagonistes qui soutiennent des valeurs très différentes sur le développement et sur leur propre place dans ce processus. Enfin, on a constaté les problèmes de mesure associés à l’appréhension d’un type particulier de changement social. Beaucoup des indicateurs qui ont été cités dans cet article donnent des informations « instantanées », et ils utilisent souvent des variations transversales pour appréhender le changement. Implicitement, on retrouve derrière beaucoup de ces mesures l’hypothèse selon laquelle il est possible de prédire au moins approximativement les processus d’évolution en jeu dans l’empowerment, alors que l’action humaine est indéterminée et donc imprévisible. Toute évolution dans la structure des possibilités et des contraintes à l’intérieur de laquelle les individus font des choix peut entraîner l’apparition de différents types de réactions, lesquelles peuvent elles-mêmes avoir des impacts et des significations diverses dans des contextes différents.

49On peut donc penser qu’il n’existe pas de modèle unique et linéaire d’évolution grâce auquel on peut identifier une « cause » de l’exclusion du pouvoir qui touche les femmes et modifier cette cause pour susciter un « effet » attendu.

50En essayant de prédire, avant même le début d’un projet, les évolutions précises qu’il aura sur les vies des femmes, sans connaître les façons « d’être et d’agir » réalisables et souhaitées par les femmes dans ce contexte précis, on risque d’imposer le processus d’empowerment et donc d’en violer l’essence même, qui est de développer la capacité des femmes à l’autodétermination.

51Mais au-delà de ces réserves, cet article fait ressortir deux éléments pratiques généraux. Beaucoup des ressources, formes d’action et résultats qui figurent dans la littérature sur l’empowerment font partie intégrante des programmes plus généraux de développement. Indépendamment de leurs conséquences potentielles sur les relations à l’intérieur du ménage et sur l’autonomie des femmes, les arguments défendant une plus grande égalité dans l’accès à la santé, à l’éducation, au crédit, à la terre, aux moyens de subsistance et aux perspectives professionnelles (de même que l’égalité dans le champ politique plus large, dont il n’a pas été question dans cet article) sont solidement ancrés dans les concepts d’égalité entre les genres et de justice sociale. Quelles que soient les priorités propres à chaque contexte, les agences officielles de développement et les mouvements sociaux peuvent apporter une contribution importante au projet d’empowerment des femmes grâce aux avantages comparatifs qu’ils ont dans les différents domaines. L’instauration d’une égalité d’accès à diverses ressources importantes pour les groupes sociaux qui en sont exclus est évidemment un domaine vital et légitime pour les interventions politiques publiques. Les évolutions dans l’accès aux biens dont il est question ici sont beaucoup plus simples à mesurer, quel que soit le contexte, que les négociations subtiles et incertaines qu’elles risquent de susciter dans des familles culturellement différenciées. Elles traduisent également les évolutions du contexte dans lequel s’opèrent les choix. De plus forts investissements en faveur de la santé et du bien-être des femmes dans des contextes où elles étaient démunies, un meilleur accès à des activités rétribuées dans des contextes où ces chances leur étaient refusées, une participation plus explicite aux processus politiques de leurs communautés quand elles étaient privées de leurs droits électoraux, sont autant de dimensions critiques de l’évolution de ces conditions du choix.

52Parallèlement, l’égalité implique que les femmes pauvres et les autres groupes exclus puissent non seulement accéder à des biens importants, mais aussi y accéder dans des conditions qui respectent et développent leur capacité à définir leurs propres priorités et à faire leurs propres choix. Ce type de résultat est moins facile à évaluer quantitativement car il porte plus directement sur la renégociation des relations de pouvoir, et parce qu’il est plus sensible aux nuances culturelles locales. On devrait en suivre l’évolution par des approches méthodologiques pluralistes conjuguant données quantitatives et qualitatives, de préférence analysées par des organisations de base. Parce qu’elles sont plus en prise avec la réalité locale et en raison de leur engagement sur le long terme, ces organisations ont une meilleure compréhension sociosubjective (emic) et une meilleure analyse éthique (Harriss, 1994).

J’existe, car tu existes
[…] Dans quelques écoles secondaires en Tanzanie, les filles ont fondé des clubs, appelés Tuseme, pour tenter de changer leur situation. Elles utilisent la création – pièces de théâtre, chansons ou œuvres d’art – pour communiquer leur point de vue sur divers problèmes. De cette façon, elles sont parvenues à faire cesser le harcèlement sexuel pratiqué par des enseignants et des garçons plus âgés. Elles ont gagné le respect des professeurs et obtenu une révision des programmes d’étude. Le fait de s’être exprimées et d’avoir été écoutées leur a fait prendre confiance en elles. Et leurs résultats scolaires se sont améliorés. […]
Anita Theorell, In : Un seul monde, le magazine de la DDC sur le développement et la coopération, n ° 3, juin 2003, p. 31

Bibliographie

Agarwal, B. (1994), A field of one’s own. Gender and land rights in South Asia, Cambridge : Cambridge University Press.

Ali, K. A. (1996), « Notes on rethinking masculinities. An Egyptian case » in S. Zeidenstein and K. Moore (eds) Learning about sexuality New York : Population Council and International Women’s Health Coalition.

Basu, A. M. (1998), « Female schooling, autonomy and fertility change : what do these words mean in South Asia » in R. Jeffery and A. M. Basu (eds) Girls schooling, women’s autonomy and fertility change in South Asia.

Becker, S. (1997), « Incorporating women’s empowerment in studies of reproductive health : an example from Zimbabwe ». Présentation faite au séminaire sur l’empowerment des femmes et les processus démographiques, à Lund.

Beneria, L. and M. Roldan (1987 ) Crossroads of Class and Gender, Chicago, IL : University of Chicago Press.

Boserup, E. (1980), Women’s Role in Economic Development, New York : St. Martin’s Press.

Chen, M. A. (1983), A Quiet Revolution. Women in transition in rural Bangladesh, Cambridge, Mass. : Schenkman.

Cleland, J., J. F. Phillips, S. Amin and G. M. Kamal (1994), The Determinants of Reproductive Change in Bangladesh. Success in a Challenging Environment, World Bank Regional and Sectoral Studies, World Bank, Washington.

Da Gupta, M. (1987), « Selective discrimination among female children in rural Punjab », Population and Develoment Review, Vol. 13 (2) : 77-100.

Dyson, T. and M. Moore (1983), « On kinship structures, female autonomy and demographic behaviour in India », Population and Development Review, Vol. 9 (1).

Giddens, A. (1979), Central problems in social theory, London, Macmillan Press.

Harriss, J. (1996), « Between economism and post-modernism : reflections on research on “agrarian change” in India » in D. Booth (ed) Rethinking social development. Theory, research and practice, Harlow, Essex : Addison Wesley Longman.

Hashemi, S. M., Schuler, S. R., and A. P. Riley, (1996), « Rural credit programs and women’s empowerment in Bangladesh », World Development Vol. 24 No. 4 : 635-653.

Jejheebhoy, S., (1997), « Operationalising women’s empowerment : the case of rural India », Présentation faite au séminaire sur l’empowerment des femmes et les processus démographiques, à Lund.

Kabeer, N. (1994), Reversed Realities : Gender hierarchies in development thought, Verso Publications, London.

Kabeer, N., (2000), The Power to Choose : Bangladeshi women and labour market decisions in London and Dhaka, Verso, London and New York.

Kishor, S. (1997), « Empowerment of women in Egypt and links to the survival and health of their infants », Présentation faite au séminaire sur l’empowerment des femmes et les processus démographiques, à Lund.

Kritz, M. M., P. Makinwa and D. t. Gurak (1997), « Wife’s empowerment and fertility in Nigeria : the role of context » Paper presented at the seminar on Female Empowerment and Demographic Processes, Lund Lukes, S. (1974), Power. ARadical View, London : Macmillan.

Mukhopadhayay, M. (1998), Legally dispossessed. Gender, identity and the process of law, Calcutta, Stree Publications.

Morgan, P. and B. Niraula (1995), « Gender inequality and fertility in two Nepali villages » Population and Development Review, Vol 21 (3).

Pahl, J. (1989), Money and marriage, London : Macmillan.

Razavi, S. (1992), Agrarian Change and Gender Power : A comparative study in South eastern Iran, D. Phil. dissertation, St. Antony’s College, Oxford University, Oxford.

Razavi, S. (1997), « Fitting Gender into Development Institutions » World Development 25 (7) : 1111-1125.

Sathar, Z. A. and S. Kazi (1997), Women’s autonomy, livelihood and fertility. A study of rural Punjab Islamabad, Pakistan Institute of Development Studies.

Silberschmidt, M. (1992), « Have men become the weaker sex ? Changing life situations in KisiiDistrict, Kenya » The Journal of Modern African Studies Vol. 30 (2) : 237-253.

Notes

1 Le terme de choix a une forte connotation néolibérale, mais dans un certain contexte, la notion de choix est implicite également dans la distinction que fait Marx entre le « domaine de la nécessité » et le « domaine de la liberté ». J’espère que les limitations du terme de choix qui seront faites dans cet article permettront de le détacher de ses racines dans l’individualisme méthodologique et en donneront une interprétation plus post-structuraliste.

2 Les concepts de capacité d’agir positive et négative font écho à la distinction que fait Sen entre la liberté positive et la liberté négative. La liberté négative correspond à la liberté issue des effets de l’action négative des autres, ou à leur utilisation du « pouvoir sur ». La liberté positive, qui correspond étroitement à la définition que je donne de la capacité d’action positive, correspond à la capacité de vivre comme on l’entend, à avoir le pouvoir réel d’atteindre des résultats choisis (Sen A. K., 1985).

Auteur

Professeure à l’Institute of Development Studies, University of Sussex, Brighton.

Emmanuelle Chauvet (Traducteur)

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable