Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, pouvoirs et justice sociale

 | 
Christine Verschuur
, 
Fenneke Reysoo

4. Les luttes pour la prise en compte des droits des femmes

Une introduction aux budgets avec une perspective de genre

Verónica Zebadúa Yáñez
Traduction de Yves Le Scieller

Note de l’éditeur

Traduit de l’espagnol. Présentation au colloque « Mondialisation, pouvoirs et rapports de genre », iuéd, Genève, janvier 2003. La présentation, en espagnol, est publiée dans son intégralité dans « On m’appelle à régner. Mondialisation, pouvoirs et rapports de genre », textes réunis par Fenneke Reysoo et Christine Verschuur, UNESCO/DDC/iuéd : Genève 2003.

Texte intégral

Les budgets publics : un reflet des priorités gouvernementales

1Suite aux crises économiques dans lesquelles certains pays ont été plongés au cours de la dernière décennie, les architectes des politiques publiques ont commencé à admettre, du moins au niveau discursif, la nécessité d’intégrer les « politiques sociales » dans la politique macroéconomique. Pourtant, celle-ci continue à être conçue en fonction d’indicateurs et de critères d’efficacité, pour seulement ensuite prendre en compte les politiques sociales ayant d’autres critères comme l’équité. Les décisions et les indicateurs du marché continuent ainsi à avoir la primauté et à l’emporter sur les critères sociaux ; le grand défi reste donc de « faire en sorte que les aspects autres que ceux du marché soient réellement pris en compte dans un monde dominé par les calculs financiers » (Elson et Gagatay, 1999 : 2).

2La prééminence des critères de marché dans la politique sociale traduit, notamment, le rôle capital qu’ont joué les ministères des finances à partir des années 80, à la suite des réformes économiques d’ajustement structurel. Jusque-là, leur travail avait surtout consisté à garantir les ressources financières pour la planification de l’Etat, à établir les budgets publics annuels et à assurer le contrôle des finances nationales. Aujourd’hui, ils ont pour fonction de maintenir la discipline fiscale et de définir la politique économique selon des critères de stratégie, les ministères de la planification s’étant vus obligés de concevoir les politiques publiques en fonction des ressources existantes (Sen, 1999 : 14-15).

Analyse différenciée des budgets d’éducation
[…] Dans de nombreux pays, les dépenses publiques d’enseignement favorisent les riches. En Equateur, les 20 % de ménages les plus pauvres ne bénéficient que de 11 % de ces budgets, contre 26 % – soit plus du double – pour les 20 % les plus riches. […]
In : Rapport mondial sur le développement humain 2002, PNUD, de Boeck, Bruxelles, p. 23

3Le principe selon lequel la distribution des ressources publiques doit répondre aux priorités de la politique publique, et non pas l’inverse, a par conséquent été laissé de côté. Lorsque le rapport entre le budget et la politique est modifié, il devient difficile de réaliser les objectifs d’équité et les priorités sociales que le gouvernement met en avant dans son discours (Hofbauer et Vinay, 2001 : 7). Face à cette situation, les projets de budgets avec une perspective de genre nous donnent l’occasion de revoir les orientations, car ils défient aussi bien les politiques économiques dominantes que les cadres idéologiques dont elles découlent : ces projets constituent une occasion pragmatique de « procéder à l’intégration transversale » de la perspective de genre dans la politique macroéconomique, et de la rendre plus sensible aux besoins de la population – des besoins qui ne sont pas couverts dans le modèle économique actuel à cause des inévitables « externalités négatives » des marchés (Hofbauer et Lara, 2001 : 1).

Le point de départ : genre et macroéconomie

  • 1 Les autres composantes sont la politique des taux de change et la politique monétaire.
  • 2 Sur l’effet de la macroéconomie sur le genre : une analyse de l’impact de la crise asiatique aux Ph (...)

4Les budgets avec une perspective de genre se situent dans l’une des trois composantes de la macroéconomie : la politique fiscale1. Ils trouvent leur origine dans la relation mutuelle entre le genre et l’économie : d’une part, les effets de la macroéconomie ne sont pas neutres du point de vue du genre ; d’autre part, les relations de genre ont des effets déterminants sur la macroéconomie2. Les économistes féministes ont soutenu que les hommes et les femmes occupent, au sein de l’économie, des positions qui sont systématiquement différentes. Il s’ensuit que l’effet du genre sur les politiques économiques (et celui des politiques économiques sur le genre) n’est pas accidentel mais structurel. Cela remet en question l’un des fondements de l’économie néoclassique, « l’individu économique » rationnel et égoïste qui, même s’il n’a ni sexe ni genre, ni classe ni race, ni histoire ni contexte géographique, s’approprie en réalité les caractéristiques traditionnellement considérées comme « masculines » (Cagatay, 1998 : 4). Comme on ne reconnaît pas à l’individu économique de différences, les objectifs et les instruments politiques qui le prennent comme point de départ seront conçus de façon apparemment « neutre ».

  • 3 En 1995, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a évalué à 16’000 milliards de (...)

5L’aveuglement de la macroéconomie à l’égard du genre est mis en évidence, par exemple, par le désintérêt total qu’elle affiche pour « l’économie des soins aux autres » (care economics), qui comprend tous les éléments dont les êtres humains ont besoin pour survivre et pour se développer. C’est surtout aux femmes qu’il incombe de s’occuper des autres et d’entretenir ces services vitaux pour l’économie rémunérée que sont la main-d’œuvre et le capital social (Elson, 2002). Cette économie ne recevant en général aucune compensation monétaire, sa contribution n’apparaît pas dans les comptes nationaux (par exemple, dans le produit intérieur brut). Une grande part du travail que les femmes effectuent devient donc invisible3.

L’« intégration transversale » du genre dans les budgets

6Le budget public, qui est le principal instrument de politique publique dont disposent les gouvernements, reflète la vision que ceux-ci ont du développement social et économique, et plus généralement, les valeurs et les priorités d’une société ainsi que les relations de pouvoir sous-jacentes (Cagatay et al., 2000 : 12). Ce n’est pas un hasard si les secteurs marginaux sont ceux qui sont le plus affectés par les budgets et ceux qui ont le moins de possibilités d’exercer une influence politique sur l’établissement des budgets. Par conséquent, les budgets ne pourront réduire le fossé qui existe entre les hommes et les femmes que si les actions, les programmes et les politiques gouvernementales orientés vers l’équité sont formellement pris en compte dans le budget. Ainsi, les budgets avec une perspective de genre « ont surgi comme une réponse à la nécessité de mettre en place des stratégies plus efficaces pour contrôler et favoriser l’égalité sociale et économique entre les hommes et les femmes » (Sharp 2001 : 46).

7Si nous partons du principe que les femmes et les hommes ont des vies économiques différentes à cause de la structuration des rôles de genre, et qu’ils sont donc confrontés à des restrictions, à des responsabilités et à des choix économiques différents, nous pouvons aussi affirmer que les femmes et les hommes ne réagiront pas de la même façon à la politique budgétaire (Himmelweit, 1998 : 6). Néanmoins, comme pour la macroéconomie, les politiques publiques (et par conséquent, les budgets) sont conçues de façon homogène pour répondre, en principe, aux besoins de toute la population. Leurs architectes ne tiennent pas compte des rôles, des capacités et des responsabilités que la société attribue aux hommes et aux femmes. En plus, on ne se pose pas la question de savoir si, à cause de cette situation, les politiques et les programmes dérivés des budgets ont des effets différenciés sur les hommes et sur les femmes.

  • 4 C’est une situation dramatique. L’affirmation, maintes fois citée, selon laquelle « 70 % des pauvre (...)

8En outre, les budgets étant présentés sans mention spécifique des femmes ni des hommes, on est amené à penser qu’ils ne sont qu’un outil technique dont les conséquences sont comparables pour tous les groupes sociaux. Mais ne pas tenir compte des répercussions différenciées des budgets sur les hommes et les femmes n’implique pas que les budgets soient neutres du point de vue du genre ; en fait, ils sont aveugles à l’égard du genre : un budget qui ignore les inégalités entre les hommes et les femmes ne peut que reproduire, ou maintenir, les relations de genre existantes, et ne pourra que difficilement avoir des effets positifs sur la croissance économique et le développement humain4.

  • 5 La plupart des initiatives relatives aux budgets avec une perspective de genre ont commencé par une (...)

9Il faut souligner que les budgets avec une perspective de genre ne sont pas établis spécifiquement pour les femmes. Il s’agit, en premier lieu, d’une l’analyse détaillée par sexe – des dépenses comme des recettes – dans une perspective de genre. Il s’agit, en second lieu, d’élaborer les budgets en tenant compte de leurs conséquences sur la vie des hommes et des femmes5. L’objectif est donc d’intégrer la perspective de genre dans toutes les étapes des programmes, des projets ou des stratégies gouvernementales (conceptualisation, conception, budgétisation, instrumentation et évaluation), en se demandant si les intérêts, les besoins et les priorités des hommes et des femmes, des garçons et des filles sont véritablement inclus dans les budgets.

10Considérer que les budgets avec une perspective de genre sont des budgets uniquement orientés vers les femmes reviendrait à faire des femmes un groupe d’intérêt qui entrerait en concurrence avec d’autres groupes pour les ressources limitées dont dispose le gouvernement. Ce point de vue supposerait, d’une part, que toutes les femmes aient les mêmes demandes et les mêmes besoins, et d’autre part, que les budgets avec une perspective de genre aient pour seul but d’affecter une part plus importante des dépenses exclusivement aux programmes en faveur des femmes. Au contraire, les questions de genre ne doivent pas être considérées comme une priorité parmi beaucoup d’autres. Elles doivent être un critère transversal dont le but est l’équité entre les hommes et les femmes (Hofbauer, Sánchez-Hidalgo et Zebadúa, 2002 : 35). L’intégration de la perspective genre dans les budgets va donc au-delà de l’augmentation des crédits budgétaires attribués aux programmes en faveur des femmes.

11Assimiler les budgets avec une perspective de genre à des budgets pour les femmes présente un autre danger – celui de renforcer l’image des femmes en tant que groupe vulnérable. Ceux qui conçoivent les politiques publiques et budgétaires doivent, au contraire, savoir reconnaître les différences qui existent entre les femmes, en particulier les différences qui touchent à l’âge, à l’ethnie, à la classe sociale et à la situation géographique, car une politique en faveur d’un certain groupe de femmes n’est pas nécessairement favorable à un autre groupe (et peut même lui être préjudiciable).

12Compte tenu de ce qui précède, les initiatives relatives aux budgets avec une perspective de genre ont pour objet :

  • de déterminer si les dépenses publiques entravent ou favorisent le développement d’opportunités équitables pour les hommes et pour les femmes, et si les engagements pris par les gouvernements envers l’équité se traduisent par des engagements monétaires ;

  • d’étudier la possibilité de revoir les priorités des ressources publiques en utilisant des modèles plus équitables et plus efficaces de perception de revenus et d’utilisation de ressources dans le but de stimuler le développement ;

  • de déterminer l’influence de la distribution des budgets sur les ouvertures sociales et économiques offertes aux hommes et aux femmes, à travers la ventilation des dépenses publiques.

13Le premier exercice budgétaire différencié selon le sexe a été réalisé par le gouvernement australien entre 1984 et 1996. Des budgets avec une perspective de genre ont été définis au niveau fédéral ainsi que dans six Etats et deux territoires australiens. Les départements gouvernementaux ont analysé les répercussions des dépenses sur les hommes et sur les femmes pour chaque cycle budgétaire, et le ministère des Finances les a publiés avec les autres documents budgétaires officiels.

14La deuxième initiative à l’échelon international a été prise aux Philippines où la « Politique de budgets pour le genre et le développement », lancée en 1994, a établi que les agences gouvernementales devaient allouer 5 % au minimum de leur budget total à la conception, à la mise en œuvre, au suivi et à l’évaluation des politiques relatives au genre et au développement. Cette initiative avait été encouragée par le gouvernement philippin (principalement par la Commission nationale des femmes philippines) et appuyée par la société civile.

15En 1995, après les premières élections démocratiques en Afrique du Sud, des groupes parlementaires, des organisations non gouvernementales et des chercheurs ont lancé l’initiative Budgets pour les femmes, qui a été reprise dans plusieurs pays d’Afrique australe. En 1997, le gouvernement a encouragé une initiative parallèle, le Projet pilote de l’initiative relative au budget de genre du Secrétariat du Commonwealth. Cette initiative a aussi été lancée dans plusieurs pays, notamment la Barbade, le Sri Lanka, les Iles Fidji et Saint-Kitts-et-Nevis. L’une de ses principales caractéristiques est que le ministère des Finances de chaque pays est chargé de coordonner l’exercice dès son lancement.

16L’expérience de plus de 40 pays a démontré que les budgets avec une perspective de genre contribuent, en premier lieu, à définir la valeur réelle des ressources affectées aux femmes et aux hommes, aux garçons et aux filles. Etant donné que les crédits budgétaires attribués aux femmes excèdent rarement 1 % des dépenses totales, les programmes de premier plan orientés vers ce groupe ne doivent pas être considérés comme des budgets sensibles au genre. En deuxième lieu, les différents projets ont montré le manque d’information et de données statistiques détaillées par sexe et par âge, un manque qui pèse sur la conception, la mise en œuvre et l’évaluation pratique des programmes gouvernementaux. Enfin, il a été démontré que ces initiatives pouvaient répondre à d’autres problèmes sociaux, tels que la pauvreté ou le racisme, car l’attribution des ressources en fonction d’autres axes d’inégalité a également été analysée (Hewitt et Mukhopadhyay, 2002 : 71).

17Les projets ont utilisé des arguments différents pour décrire les bénéfices ou les avantages d’un budget sensible au genre. Le premier bénéfice se rapporte à l’équité. Le point de départ est la nécessité de définir les effets des politiques sur les hommes et les femmes ; en outre, le genre étant l’un des axes les plus persistants de l’inégalité, et l’un des principaux objectifs de la politique fiscale étant la réduction des écarts dans la distribution des richesses et des ressources, la politique fiscale devrait viser la réduction des inégalités entre les hommes et les femmes. (<www.thecommonwealth.org/gender>)

Analyse différenciée des budgets selon le genre en Suisse
Une étude du budget du Ministère de la Jeunesse et des Sports, différencié selon le genre, a été réalisée par le Bureau Fédéral de l’Egalité de la Suisse. L’étude a montré que la part du budget qui est consacrée aux garçons est de 30 millions de Francs suisses par an, contre 18 millions de francs suisses aux filles…
Communication, Patricia Schulz, cheffe du Bureau Fédéral de l’Egalité, Conférence Gender Mainstreaming de la DDC, Berne, 20 juin 2003

18Les budgets avec une perspective de genre sont aussi considérés comme des outils pour le renforcement du pouvoir et pour l’avancement des droits des femmes, puisqu’ils peuvent évaluer les résultats d’engagements que les gouvernements ont pris à l’échelon international, par exemple le Programme d’action de Beijing ou la mise en œuvre de la Convention sur l’élimination de toutes formes de discrimination à l’égard des femmes (<www.genderbudgets.org>). Si l’on admet qu’il existe différents niveaux de renforcement du pouvoir – des niveaux profonds (qui touchent aux relations de classe, de genre et d’ethnie), des niveaux intermédiaires (qui touchent aux règles institutionnelles et aux ressources) et des niveaux immédiats (les ressources individuelles, la capacité d’agir et les réussites personnelles) – la mise en pratique de budgets avec une perspective de genre permettrait surtout de jouer sur le niveau intermédiaire, qui se rapporte aux règles et aux relations existant dans les sphères personnelles, sociales, économiques et politiques de la vie et déterminent la distribution des ressources dans la société (Kabeer, 2001 : 26-7).

19On peut aussi invoquer des conséquences positives en termes d’efficience et d’efficacité. En terme d’efficience, les inégalités entre les sexes causent d’importantes pertes économiques non seulement pour les femmes, mais aussi pour les hommes et les enfants. En outre, il faut admettre qu’aucune politique économique ne pourra atteindre ses objectifs si l’on ne tient pas compte des effets spécifiques au genre, car la politique ne sera pas dûment ciblée et de ce fait ne sera pas totalement efficace (Himmelweit, 1998). En terme d’efficacité, l’identification précise des bénéficiaires des dépenses ainsi que le fait de concevoir des politiques et d’y affecter les ressources correspondantes permettraient de définir des budgets à l’orientation plus claire, et plus efficaces dans la production de biens et services publics – c’est-à-dire de mieux cibler les dépenses. Par ailleurs, on éviterait ainsi que la réduction des ressources dans un secteur n’entraîne une augmentation du coût en temps pour les femmes. On éviterait, par exemple, qu’une réduction des dépenses de santé n’oblige les femmes à passer plus de temps à s’occuper de parents malades dans leur foyer.

20De plus, ces initiatives favorisent ce que l’on appelle la bonne gouvernance, c’est-à-dire le processus d’amélioration des possibilités de distribution juste, équitable, effective et responsable de biens et de services publics ; la transparence ; l’accès à l’information ; l’obligation de rendre des comptes et la participation du citoyen (Hewitt et Mukhopadhyay, 2002 : 58). Les projets de budgets avec une perspective de genre permettent de déterminer si les engagements sociaux pris par le gouvernement ont abouti à des résultats tangibles ; ils associent l’engagement pour l’égalité de genre à la façon dont le gouvernement dépense et obtient ses ressources.

Le projet mexicain de budget avec une perspective de genre

21Le projet mexicain de budget avec une perspective de genre est l’aboutissement des efforts d’une coalition de différents réseaux et organisations de la société civile (El Foro Nacional de Mujeres y Políticas de Población ; Equidad de Género, Ciudadanía, Trabajo y Familia y Fundar, Centro de Análisis e Investigación, notamment). Avec les changements politiques au Mexique, le travail de ces organisations a trouvé un écho auprès du gouvernement, en particulier auprès du ministère de la Santé.

22Ce projet a été lancé en 1999, à l’occasion du premier examen de la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD). Plusieurs chercheuses ont entrepris d’analyser les tendances des dépenses liées aux programmes gouvernementaux de santé des femmes. Cette expérience a constitué un antécédent important, et donné lieu, en 2000, à une initiative commune d’Equidad de Género (une organisation membre du Foro) et Fundar, dont l’objectif était d’analyser différents programmes gouvernementaux de lutte contre la pauvreté (en particulier le PAC et Progresa). L’étude visait principalement à déterminer comment ces programmes contribuaient ou non à résoudre les difficultés structurelles des femmes, et comment la politique publique intégrait les femmes dans les programmes. Avec cette approche, le projet a acquis une plus grande influence, et a permis d’incorporer la question des budgets avec une perspective de genre dans les priorités politiques.

  • 6 Note des traducteurs : Organisation panaméricaine de la santé.

23Dans un deuxième temps, les différents groupes ont commencé, en collaboration avec l’UNIFEM, l’OMS et l’OPS6, à chercher des espaces pour influencer les politiques de santé. L’initiative a organisé un forum pour l’examen et la préparation de propositions portant sur les programmes de l’administration arrivée au pouvoir en 2000. Lors du forum, le gouvernement a annoncé qu’il allait créer un nouveau programme appelé Femme et Santé, dont l’objectif était de « procéder à l’intégration transversale » de la perspective de genre dans le secteur, y compris dans les processus d’élaboration des budgets.

  • 7 L’objectif du PAC est d’élargir la couverture sanitaire à la population ouverte, c’est-à-dire la po (...)

24En 2002, l’initiative et le programme ont organisé un séminaire-atelier avec des fonctionnaires du Programa de Ampliación de Cobertura (PAC)7, dans le but de démontrer que les allocations budgétaires et la conception apparemment « neutre » des programmes n’avaient pas les mêmes conséquences pour les hommes et pour les femmes. L’analyse a révélé que, pour répondre aux besoins spécifiques des hommes et des femmes, il faut établir un diagnostic des problèmes de santé dans une perspective de genre, intégrer aux politiques des critères plus larges que ceux du rapport coût/efficacité, et distribuer les ressources en fonction des besoins spécifiques des deux sexes.

25Pour que les engagements pris par le ministère de la Santé aboutissent à des actions et des résultats concrets, il faut mieux faire connaître aux fonctionnaires les concepts et les éléments fondamentaux des budgets avec une perspective de genre. D’une part, il faut illustrer ce qu’impliquent les budgets avec une perspective de genre. Il faut aussi élaborer les outils qui permettent de passer de l’analyse à la préparation des budgets avec une perspective de genre.

26Face à ces défis, il est nécessaire, dans un premier temps, de sensibiliser aussi bien les fonctionnaires que les organisations de la société civile au sens et à l’importance des budgets avec une approche genre. Un guide sur la méthode à suivre pour introduire la perspective de genre dans les budgets a été mis au point à partir des cas analysés lors du séminaire-atelier. Ce guide a été publié par le ministère de la Santé et diffusé à l’échelle nationale. Lors de la présentation du guide, le ministre de la Santé s’est explicitement engagé à mettre au point une méthodologie pour l’élaboration d’un budget avec une perspective de genre dans le secteur et à faire en sorte que cette pratique soit institutionnalisée au sein du ministère (Hofbauer, Sánchez Hidalgo et Zebadúa, 2002 : 15).

Progrès et défis

27L’une des principales forces de l’initiative mexicaine tient à la collaboration entre différents acteurs et à la complémentarité des compétences de chacun. Tout au long du projet, les organisations de femmes ont partagé leurs compétences pour entamer le processus, et des recherches ont été faites sur des questions techniques afin de bâtir des arguments solides pour répondre aux responsables de l’élaboration des budgets.

28L’initiative a en outre permis d’intégrer la question des budgets avec une perspective de genre et celle des dépenses équitables dans les préoccupations politiques, notamment en sensibilisant divers acteurs à l’importance du sujet. Il faut néanmoins souligner que réussir à susciter un certain intérêt pour la question et à obtenir un engagement d’un secteur donné ne représente qu’une partie du chemin à parcourir. L’autre partie consiste à élaborer des stratégies spécifiques et à renforcer les capacités techniques nécessaires pour aller au-delà de l’analyse et se diriger vers la formulation de budgets avec une perspective de genre (Hofbauer, 2002).

29A cet égard, le point auquel nous sommes arrivés au cours de cette première étape et les possibilités de collaboration avec le gouvernement soulèvent une question fondamentale : comment passer de l’analyse des budgets avec une perspective de genre à l’élaboration ? Cette question porte sur l’une des difficultés qu’affrontent les initiatives de budgets avec une perspective de genre dans de nombreux pays : qu’arrive-t-il lorsque s’ouvre la possibilité d’élaborer des budgets de ce type, et quelles capacités faut-il renforcer – en ressources humaines surtout – pour transformer les engagements des instances gouvernementales en actions concrètes ?

Réflexions finales

30Il y a encore quelques décennies, les revendications féministes étaient fondées sur des notions telles que la justice sociale ou la transcendance des relations de pouvoir basées sur la domination et la subordination. Dans ce contexte, le renforcement du pouvoir des femmes était parfois perçu comme une sorte de jeu à « somme nulle », où les gagnantes (les femmes) étaient politiquement faibles, tandis que les perdants (les hommes) étaient relativement puissants (Kabeer, 2001). Ces dernières années, nous avons vu apparaître une série de stratégies de sensibilisation (advocacy), de plus en plus formulées avec le langage technocratique des concepteurs de politiques, pour qui l’équité de genre est, moins qu’une fin en soi, un moyen de réaliser des objectifs aussi divers que l’efficience, la viabilité du point de vue de l’environnement et la bonne gouvernance (Kabeer, 2001). C’est le cas des initiatives relatives aux budgets avec une perspective de genre : ce sont des sujets et des revendications qui, pour aboutir, doivent être « vendus » stratégiquement aux gouvernements en utilisant le même langage qu’eux.

31Nous devons savoir que la transposition des concepts féministes dans le discours technocratique de la politique publique induit le risque d’en sacrifier le radicalisme politique (Kabeer, 2001 :18). Mais c’est un risque qu’il faut courir pour pouvoir surmonter les problèmes d’institutionnalisation de ces projets. Leur continuité dépend dans une large mesure de l’engagement politique des gouvernements, et en particulier de l’appui des ministères des finances, qui, malheureusement, n’accordent qu’un intérêt limité au sujet du genre et considèrent qu’il constitue une question sociale plutôt qu’économique.

32Le processus qui permet d’arriver à des budgets avec une perspective de genre dépend, dans une large mesure, du contexte politique dans lequel il est mené. C’est, par définition, un processus long et sinueux parce qu’il cherche à modifier des structures et des concepts solidement établis et renforcés par des structures techniques peu flexibles, et qu’en dernière analyse il vise à modifier l’équilibre actuel du pouvoir (Budlender, 2002). L’action menée devant être adaptée aux différents contextes, réalités, et pays, il n’existe pas de méthodologie unique ni de formule simple à appliquer. Le succès ou l’échec de l’initiative dépend aussi du contexte politique du moment.

33L’initiative sud-africaine, par exemple, a été lancée immédiatement après les premières élections démocratiques et en réponse aux immenses injustices commises pendant l’apartheid. Au Mexique, le projet a profité de la transition vers la démocratie et de la redéfinition des espaces politiques dans laquelle nous sommes encore plongés. Le projet australien, lui, a souffert du manque de soutien de la société civile lorsqu’un gouvernement d’idéologie différente est arrivé sur la scène politique.

34L’objectif ultime de ces projets est la prise en compte des besoins et des intérêts des hommes et des femmes par les politiques et budgets publics, les femmes y étant traitées non comme des « exceptions », mais comme des participantes à part entière dans la société (Fraser, 1998 : 49). Compte tenu de la durée du processus, il est indispensable d’obtenir l’engagement et l’appui de divers secteurs (gouvernement, parlementaires, organisation civile et de la base) pour surmonter les difficultés.

Bibliographie

Bridge, 2001, Briefing Paper on the « Feminisation of Poverty », Rapport n° 59, Institute for Development, Studies Brighton. Disponible sur < http://www.ids.ac.uk/bridge >.

Budlender, Debbie, 1996, The Second Women’s Budget, Idasa, Ciudad del cabo.

—, Rhonda Sharp et Kerry Allen, 1998, How to Do a Gender-Sensitive Budget Analysis : Contemporary Research and Practice, The Commonwealth Secretariat, AusAid, Londres.

—, 2001, Review of Gender Budgets Initiatives, CASE, Ciudad del Cabo.

—, Diane Elson, Guy Hewitt et Tanni Mukhopadhyay, 2002, Gender Budgets Make Cents. Understanding Gender Responsive Budgets, Commonwealth Secretariat, Londres.

Cagatay Nilufer, et. al., 2000, Budgets as if People Mattere d : Democratizing Macroeconomic Policies, UNDP/SEPED, New York. Disponible sur : <http://www.undp.org/seped/publications/conf_pub.htm>.

—, 1998, Engendering Macroeconomics and Macroeconomic Policies, Working Paper No. 6, UNDP, New York.

Elson, Diane, 1999, « Gender Neutral, Gender-Blind, or Gender-Sensitive Budgets ?, » The Commonwealth Secretariat, Londres.

—, et Nilufer Cagatay, 1999, « Engendering Macroeconomic Policy and Budgets for Sustainable Human Development », Ponencia presentada en el First Global Forum on Human Development, New York.

—, 2002, « Integrating Gender into Government Budgets in the Context of Economic Reform », in : D. Budlender, D. Elson, G. Hewitt y T. Mukhopadhyay, Gender Budgets Make Cents. Understanding Gender Responsive Budgets, The Commonwealth Secretariat, Londres.

Fraser, Nancy, 1997, Justice Interruptus. Critical Reflections on the « Postsocialist » Condition, Routledge, New York.

Hewitt, Guy et T. Mukhopadhyay, 2002, « Promoting Gender Equality through Public Expenditure », in : D. Budlender, D., Elson, G. Hewitt et T. Mukhopadhyay, Gender Budgets Make Cents. Understanding Gender Responsive Budgets, The Commonwealth Secretariat, Londres.

Himmelweit, Susan, 1998, « Care and the Budgetary Process », communication à la conférence Out of the Margin 2, Amsterdam.

Hofbauer, Helena et Claudia Vinay, 2001, Presupuestos sensibles al género : herramientas metodológicas. Experiencias internacionales y de México, Fundar : Centro de Análisis e Investigación, México.

—, et Gabriel Lara, 2001, El derecho al estándar más alto de salud : un marco metodológico para la evaluación del cumplimiento de los derechos económicos, sociales y culturales por medio del análisis de presupuestos, Fundar, Centro de Análisis e Investigación, México.

—, Dora Sánchez-Hidalgo et Verónica Zebadúa, 2002, Presupuestos sensibles al género : conceptos y elementos básicos, Secretaría de Salud, México.

—, 2002, « The Mexican Gender Budget Initiative : Diverse Levels of Collaboration » in Gender Budgets Make More Cents, Commonwealth Secretariat, Londres.

Kabeer, Naila, 2001, « Reflections on the Measurement of Women’s Empowerment », in Discussing Women’s Empowerment. Theory and Practice, Sida Studies n° 3, Sida, Stockholm.

PNUD, 1995, Informe sobre el desarrollo humano, Oxford University Press, New York.

The Commonwealth Secretariat, Committing to the Global Vision that all Governments Should Engage in Gender Responsive Budgeting by 2015, <www.thecommonwealth.org/gender>.

Sen, Gita, 1999, Gender Mainstreaming in Finance. A Reference Manual for Government and Other Stakeholders, The Commonwealth Secretariat, Londres.

Sharp, Rhonda, 2001, « Economía y política de la auditoría de presupuestos gubernamentales según sus efectos de género », Investigación Económica, vol. LXI, avril-juin.

Notes

1 Les autres composantes sont la politique des taux de change et la politique monétaire.

2 Sur l’effet de la macroéconomie sur le genre : une analyse de l’impact de la crise asiatique aux Philippines a révélé que, si le chômage masculin avait augmenté davantage que celui des femmes, la crise avait contraint les femmes à renforcer leur participation dans la main-d’œuvre, surtout dans le secteur informel, et à augmenter le nombre d’heures travaillées et non rémunérées. Sur l’effet du genre sur la macroéconomie : si les femmes en Afrique recevaient la même formation et les mêmes éléments de production que les hommes agriculteurs, leur production augmenterait de 20 % ; les disparités entre hommes et femmes en matière d’éducation primaire et secondaire peuvent faire que le PNB d’un pays soit de 25 % inférieur à celui d’un autre pays ; avec des disparités moindres, et si les inégalités du marché du travail latino-américain étaient éliminées, le revenu national augmenterait de 5 % (Voir Cagatay et al., 2000 : 35 ; Hofbauer et Vinay, 2000 : 5).

3 En 1995, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a évalué à 16’000 milliards de dollars la contribution du secteur non rémunéré, ce qui équivalait à 70 % de la production mondiale. Les femmes représentent 69 % du secteur non rémunéré (PNUD : 1995)

4 C’est une situation dramatique. L’affirmation, maintes fois citée, selon laquelle « 70 % des pauvres dans le monde sont des femmes et des filles », a certes été remise en question, mais il est indéniable que les femmes sont plus vulnérables à la pauvreté et ont plus de mal à y échapper. La discrimination liée au sexe, dans les sphères aussi bien publiques que privées peut déboucher sur une distribution inégale des ressources, si bien que les femmes souffrent d’une pauvreté plus sévère que les hommes : les disparités entre les hommes et les femmes en matière d’accès et de contrôle des ressources productives comme la terre, le crédit, la technologie et les connaissances limitent les possibilités qu’ont les femmes de profiter des chances qu’offre le développement économique et d’en bénéficier. Pour un panorama de la « féminisation de la pauvreté », voir Bridge 2001.

5 La plupart des initiatives relatives aux budgets avec une perspective de genre ont commencé par une évaluation des conséquences des dépenses publiques pour les hommes et pour les femmes. L’une des initiatives centrées sur les recettes (impôts, cotisations, etc.) est celle du Women’s Budget Group (Grande-Bretagne).

6 Note des traducteurs : Organisation panaméricaine de la santé.

7 L’objectif du PAC est d’élargir la couverture sanitaire à la population ouverte, c’est-à-dire la population pauvre, qui n’a pas accès à la sécurité sociale. Le programme est centré sur les populations rurales habitant de très petits villages, dispersés et difficiles d’accès, et se concentre dans des communes et des localités à marginalisation élevée ou très élevée dans 19 états du Mexique.

Auteur

Yves Le Scieller (Traducteur)

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable