Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, pouvoirs et justice sociale

 | 
Christine Verschuur
, 
Fenneke Reysoo

3. Société civile, mouvements de femmes et pouvoir d'influence

Quelques réflexions sur la Marche mondiale des femmes, le Forum social mondial et la place des femmes dans le mouvement altermondialiste

Marina Decarro

Note de l’éditeur

Présentation au Colloque « Mondialisation, pouvoirs et rapports de genre », iuéd, Genève, janvier 2003. La présentation est publiée dans son intégralité dans « On m’appelle à régner. Mondialisation, pouvoirs et rapports de genre », textes réunis par Fenneke Reysoo et Christine Verschuur, UNESCO/DDC/iuéd : Genève 2003.

Texte intégral

1[…]

A propos de la Marche mondiale des femmes

  • 1 En 1995, elles avaient mené au Québec une marche contre la pauvreté et la violence intitulée « Du p (...)

2L’idée de la Marche mondiale des femmes (MMF) 2000 a été lancée par des militantes féministes québécoises à Pékin1 dans le cadre du Forum mondial des femmes.

3A la suite de la proposition lancée à Pékin, 140 femmes venues de 65 pays se sont réunies en octobre 1998 pour discuter ensemble des revendications à porter à l’échelle internationale. […] La Marche mondiale des femmes a pris des positions radicales en déclarant vouloir rompre définitivement avec le capitalisme néolibéral et avec le patriarcat. Elle se donne pour but de créer de nouvelles règles à partir des expériences et des alternatives proposées par les femmes et les mouvements sociaux au plan local, national et international. La MMF réunit des groupes de femmes de base et exclut formellement les organismes gouvernementaux. […] L’utilisation des nouveaux moyens de communication et des possibilités offertes par Internet a rapidement été comprise par les femmes engagées dans la MMF qui en ont fait grand usage.

4L’ampleur du mouvement a été considérable puisque plus de 5000 groupes de 157 pays et territoires de tous les continents ont participé aux mobilisations de l’an 2000. Cependant […] elle a eu des difficultés à s’étendre parmi les germanophones et n’a que peu de relais aux Etats-Unis.

5[…] Il faut reconnaître aussi que des désaccords et des ambiguïtés traversent le mouvement. […] Des problèmes au sein du mouvement de la marche sont liés à l’inégale représentativité des délégations et à la répartition du pouvoir dans les structures. […] Plusieurs années ont passé et en 2003, le mouvement de la MMF existe toujours même si la situation n’est pas facile. […]

A propos du Forum social mondial (FSM)

6La MMF s’est impliquée dès le début dans la création du Forum social mondial (FSM), elle fait partie de son Comité international, et s’est jusqu’ici fortement investie dans sa préparation tant au niveau mondial qu’européen.

  • 2 La municipalité de Porto Alegre était intéressée et la campagne en faveur de l’élection de Lula pla (...)

7Le premier FSM a eu lieu en janvier 2001 à Porto Alegre en même temps que le Forum économique mondial (WEF) de Davos. Il a été rendu possible par le développement d’importants mouvements sociaux dans plusieurs régions du monde telles que l’Inde, l’Amérique latine et l’Italie et du réseau d’échanges qui s’est créé entre eux. La nécessité des rencontres était ressentie dans les réseaux internationaux tels qu’ATTAC, l’Action mondiale des peuples ou l’Appel de Bangkok, entre autres. En outre la situation particulière du Brésil et de la ville de Porto Alegre en 2001 a favorisé la réalisation de ce premier Forum2. Préparé en quelques mois, il a été une réussite et a lancé une dynamique qui voit des structures similaires se créer à différents niveaux.

8Dans toutes ces tentatives est présente la volonté de trouver des espaces pour favoriser la coopération, la discussion et la critique. Un aspect déterminant mais plus difficile à conduire que la critique et l’analyse des effets destructeurs du système est la recherche des alternatives. Des réflexions et des expériences diverses existent pourtant. Par exemple un effort considérable en vue de la réalisation du campement de la jeunesse a été fait au dernier FSM : l’immense village de tentes alternatif a fonctionné sans argent, avec des modes d’autogestion, dans une conception écologique, avec une réflexion sur la culture, sur la nourriture bio, etc.

  • 3 En septembre 2003 a eu lieu à Fribourg le Forum social suisse et en novembre le Forum social europé (...)

9Le FSM a lancé un appel à la création de forums régionaux et locaux et ceux-ci sont nombreux à se mettre en place par régions ou par thèmes3.

La nouvelle radicalité et le féminisme
[…] Ni les sans terre du Brésil ni les piqueteros argentins et boliviens, ni les émeutiers algériens (notamment en Kabylie), ni les antimondialistes européens ne considèrent plus la prise de pouvoir comme l’objectif central de leur mouvement. Dans les démocraties occidentales en particulier il s’agit peut-être là de la position de rupture la plus radicale, la plus absolue avec le mode de fonctionnement politique traditionnel. Elle provoque généralement une sorte de stupeur, d’incompréhension même, dans l’opinion publique : à quoi bon faire de la politique si ce n’est pour participer aux élections ou au moins pour essayer d’influer sur les gouvernants ? Pour beaucoup de nos contemporains, l’idée même d’un changement social passe forcément par une mutation à la tête de l’Etat. Et, depuis, des siècles, nous considérons insurrections, révolutions ou élections comme autant de tentatives pour conquérir le pouvoir, comme si se trouvait là la machine à fabriquer les sociétés nouvelles. […]
Ce refus de s’inscrire dans le fonctionnement politique classique suscite évidemment bien des discussions à l’intérieur de cette mouvance : encore moins que d’autres, elle n’a rien d’un bloc monolithique mais apparaît plutôt comme une masse mouvante, traversée de vents fluctuants et contraires. Les positions foisonnent, oscillent, s’entrechoquent. Nous sommes à l’heure tourmentée où les choses se jouent, non où elles se tranchent. Mais globalement, c’est la première fois qu’au sein d’un mouvement aussi multiforme, durable, porté par un puissant désir de changement, la question de la prise de pouvoir se fait question et non certitude.
De cette hypothèse nouvelle découle presque spontanément un autre mode d’être et de faire. Comme un château de cartes, les structures d’organisation classiques s’écroulent en effet l’une après l’autre. Pas de formation en parti. Refus des leaders. Aucune idéologie n’est brandie en oriflamme, aucun texte ne sert de bible, aucun régime n’est désigné comme le paradis promis. Et, loin de vivre tout cela comme des manques, les nouveaux radicaux le revendiquent comme ce qui, justement, constitue leur cœur même.
[…] Symboliquement, on peut dater l’émergence de cette nouvelle radicalité au 1 er janvier 1994, avec l’apparition du mouvement zapatiste au Chiapas. […]
[…] Le mouvement d’émancipation des femmes n’a jamais lui non plus considéré la prise de pouvoir comme l’objectif final et le bureau des gouvernants comme ce lieu où il suffirait de s’installer pour changer le monde. Là déjà, le changement se pense depuis la base et non du sommet (même si, dans un deuxième temps, ces avancées doivent être actées par les législateurs et les politiques : légalisation de l’avortement, pilule, etc.). Plus encore, le changement réel, concret, aurait sans doute été impossible à réaliser depuis le pouvoir central.
[…] Un autre élément rapproche aujourd’hui la nouvelle radicalité de la lutte des femmes : celle-ci est une des premières à utiliser sa singularité absolue comme levier. A aucun moment, le MLF – ou d’autres – n’a prétendu ou n’a décrété comment l’ordre mondial devait s’agencer.
Florence Aubenas et Miguel Benasayag, In : Résister, c’est créer, La Découverte, Paris, 2002, p. 10-24

10Le Forum social n’est pas une nouvelle organisation mais un espace mis à disposition pour les échanges, la formation et le développement des réseaux de base. Le FSM est moins tourné vers l’action que la MMF. Il répond à un besoin de rencontres à une vaste échelle des groupements de la société civile qui acceptent leur diversité dans un cadre commun. Il s’agit d’une volonté de mettre en relation l’ensemble des mouvements sociaux qui acceptent la plate-forme du FSM et la déclaration de l’assemblée des mouvements sociaux.

11Un aspect très important […] est la possibilité de traiter des questions transversales dans le cadre du Forum et de mettre en relation des terrains d’action éloignés les uns des autres. Un autre aspect des FSM qu’il faut remarquer est l’activité de formation des milliers de participant-e-s, et surtout des jeunes.

12La diversité des intérêts de la multitude de groupes, associations et organisations qui participent au FSM en constitue la richesse et la vitalité. Ils peuvent aussi dériver vers la confusion ou vers des combats pour le pouvoir. La réussite et la continuation du Forum constituent à chaque fois un pari.

13La question du pouvoir et de la représentativité est aussi un motif de préoccupation. Les décisions se prennent par consensus et il y a une volonté forte de trouver des solutions acceptables par toutes les forces présentes. Cependant, le processus de décision, qui nécessite des déplacements mensuels à l’échelle européenne (FSME) ou mondiale (FSM) pour assister aux rencontres préparatoires, est un obstacle pour les groupes qui n’ont pas de ressources financières ou de permanent-e-s disponibles. Jusqu’ici les solutions trouvées ont permis aux Forums d’avoir lieu en offrant des conditions d’ouverture, mais l’équilibre est fragile. Il suffirait que certains courants décident d’imposer leur point de vue et le processus risquerait d’être paralysé.

La place des femmes et des thèmes féministes au sein du Forum social

  • 4 Il n’en reste pas moins que la couleur blanche continue à dominer et, de ce point de vue, le déplac (...)

14[…] La participation des femmes a été très importante, elles sont très engagées et très actives dans les mouvements sociaux mixtes. La première année, la faible représentation des femmes au FSM de Porto Alegre avait été sujet de critiques. Un article de Candido Grzybowski intitulé « Un monde plus féminin est-il possible ? » met en évidence cette lacune (en 2002). Les sujets traités par les intervenantes ont été divers (économie, migrations, etc..). Au niveau de la visibilité et de la représentation des femmes dans les prises de parole, des progrès ont été constatés4.

15Qu’en est-il des thèmes féministes, les droits des femmes, la violence, la lutte contre l’oppression ? […] Si une conférence portait un titre facilement identifiable comme ayant trait à la question des rapports de genre, elle n’attirerait que très peu d’hommes. […] En revanche, toujours au FSM 2003, dans une conférence qui portait sur le thème de l’impunité, une intervention remarquable d’une femme coréenne, Chin Sung Chung, sur l’esclavage sexuel (confort women) pendant la dernière guerre mondiale et sur le silence qui a été fait sur ces crimes a été très écoutée par des milliers de personnes, hommes et femmes. Elle a parlé de la violence à l’égard des femmes, des crimes sexuels pendant les guerres et de l’impunité.

16La question de l’égalité des droits entre hommes et femmes est presque toujours mentionnée dans les documents du mouvement altermondialiste, et la lutte contre le sexisme et le patriarcat est incluse dans la déclaration des mouvements sociaux de 2003 (à la rédaction de laquelle a participé la MMF). Mais […] la plupart des mouvements mixtes ne disposent pas des outils pour les intégrer véritablement dans leur discours ou dans leur pratique.

Pour conclure

17Actuellement le mouvement altermondialiste est dans une puissante phase de développement. Il correspond aux aspirations de très nombreux groupes et organisations convaincus de la nécessité vitale de trouver des solutions alternatives au système dominant. Dans ce contexte les rencontres à l’occasion des FSM sont un énorme succès et les actions exprimant l’opposition aux politiques dominantes réunissent des milliers de personnes dans tous les continents. Le FSME et le FSM ont permis par exemple d’organiser de manière relativement coordonnée les manifestations massives d’opposition à la guerre d’Irak dans le monde entier en 2003.

18Le défi actuel réside peut-être dans la capacité de favoriser l’intégration progressive des thématiques entre les mouvements par les discussions et l’échange d’arguments. La remise en question des rapports sociaux entre les sexes et de l’oppression des femmes reste marginale ou absente, or si cette réflexion n’est pas pleinement intégrée dans le projet de construction d’une alternative au monde dans lequel nous vivons, ce projet est voué à l’échec.

« Résister, c’est créer », affirmait le philosophe Gilles Deleuze. C’est-à-dire développer une myriade d’expériences qui permettent de sortir du « devoir-être » pour passer au « devoir-faire ».
Florence Aubenas et Miguel Benasayag, In : Résister, c’est créer, La Découverte, Paris, 2002, p. 74

19Pour les féministes il s’agit de préserver l’autonomie indispensable du mouvement mais en étant capables de participer, collaborer et faire alliance, dans et avec les mouvements mixtes pour que la question des rapports entre les genres soit enfin prise en compte.

20Un point décisif, comme l’a dit Leonardo Boff au FSM, est le caractère prioritaire de la construction des organismes de base, car elle seule permet aux femmes et aux hommes de recréer du collectif, de prendre conscience de leurs intérêts véritables et de prendre du pouvoir sur leurs vies et sur l’avenir.

A consulter

21< http://www.ffq.qc.ca/​marche2000 >, < http://www.forumsocialmundial.org.br >, < http://www.movsoc.org >.

Notes

1 En 1995, elles avaient mené au Québec une marche contre la pauvreté et la violence intitulée « Du pain et des roses » qui a eu un énorme retentissement.

2 La municipalité de Porto Alegre était intéressée et la campagne en faveur de l’élection de Lula plaidait dans le même sens.

3 En septembre 2003 a eu lieu à Fribourg le Forum social suisse et en novembre le Forum social européen à Paris Saint-Denis (précédé par une Assemblée européenne des femmes).

4 Il n’en reste pas moins que la couleur blanche continue à dominer et, de ce point de vue, le déplacement du FSM en Asie est très positif.

Auteur

Syndicaliste genevoise.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable