Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, pouvoirs et justice sociale

 | 
Christine Verschuur
, 
Fenneke Reysoo

3. Société civile, mouvements de femmes et pouvoir d'influence

ONG, gouvernance et développement dans le monde arabe

Sarah Ben Néfissa

Note de l’éditeur

In : « ONG, gouvernance et développement dans le monde arabe », MOST (Gestion des Transformations Sociales), Document de discussion – n° 46, UNESCO, 2000. < http://www.unesco.org/most/nefissa.htm >

Texte intégral

1[…]

ONG et gouvernance : un bref historique

2La question qui est posée ici nous paraît, au premier abord, simple. En fait, elle est extrêmement complexe parce que les deux « notions » principales sur lesquelles elle repose, à savoir « ONG » et « gouvernance », sont « brouillées », sans statut, d’un point de vue heuristique parce que « surmédiatisées » et « sur-investies ». Elles sont également d’origine relativement récente même si leurs « constructions historiques » diffèrent. Ces aspects ont souvent pour effet d’empêcher leur appréhension de manière sereine loin des réactions passionnées et idéologiques. Il importe donc de les clarifier, de préciser les implicites sur lesquelles elles reposent et de les contextualiser dans l’espace politique et social des Etats arabes.

3« ONG » et « gouvernance » renvoient aujourd’hui à des réalités et significations différentes, mais sont en fait étroitement associées. Cela n’a pas toujours été le cas. L’ONG en tant que « notion » est antérieure à la « gouvernance ». L’ONG est devenue un enjeu stratégique à l’échelle mondiale depuis une décennie sous l’effet, notamment, du réinvestissement et de la réappropriation auxquels elle a donné lieu de la part des concepteurs de la « bonne gouvernance ».

  • 1 p. 110.
  • 2 p. 5.

L’explosion des ONG
« On assiste depuis 20 ans à un essor phénoménal des réseaux transnationaux constitués par la société civile. La première organisation non gouvernementale (ONG) internationale répertoriée, l’Anti-Slavery Society, date de 1839. En 1874, on dénombrait déjà 32 ONG. Cependant, c’est au XXe siècle que leur nombre a explosé, passant de 1083 en 1914 à plus de 37’000 en 2000. Près d’un cinquième de celles qui existent aujourd’hui ont été créées après. En outre, on recense plus de 20’000 réseaux transnationaux d’ONG sur l’ensemble du globe. A maints égards, cette révolution est le pendant de la croissance rapide des entreprises mondiales sur la même période.
 » Selon l’Union des associations internationales, les ONG internationales voient le nombre de leurs membres progresser plus rapidement dans les régions à revenu faible ou intermédiaire que dans celles à revenu élevé. Les augmentations les plus substantielles concernent l’Asie et l’Europe de l’Est. Au Népal, 220 ONG étaient officiellement enregistrées en 1990, et 1210 en 1993. En Tunisie, on dénombrait 1886 ONG en 1988 et 5186 en 1991. En 1996, la plus vaste enquête consacrée aux organisations sans but lucratif a répertorié plus d’un million d’ONG en Inde, et 210’000 au Brésil. En outre, le flux de ressources transitant par les ONG internationales a été multiplié par plus de sept depuis 30 ans. »1
« Les ONG internationales versent actuellement une aide supérieure à 7 milliards de dollars aux pays en développement, ce qui atteste de l’expansion significative de leurs actions et la favorise. Elles se font non seulement les défenseurs et les acteurs de projets de développement, mais participent aussi plus directement à la prise de décision et au suivi à l’échelon local. Elles élaborent en outre des formes de gouvernance nouvelles et coopératives. Ainsi, le Forest Stewardship Council rassemble des associations de protection de l’environnement, l’industrie du bois, les travailleurs forestiers, les populations autochtones et des groupes locaux dans le but de donner un visa à l’exportation du bois coupé dans le respect des principes écologiques. »2
In : Rapport mondial sur le développement humain 2002, PNUD, de Boeck, Bruxelles, p. 5 et p. 110

4Le phénomène social auquel renvoie l’expression « ONG » est loin d’être nouveau, tant pour les pays européens que pour les pays arabes. Aussi, en France, l’associationnisme de type moderne est une réalité du XIXe siècle, tandis que pour les pays arabes, il est possible de le dater de la fin du XIXe et début du XXe siècle [Bardout J-C, Ben Néfissa S. (a)]. Par contre, la popularisation du phénomène sous l’expression « ONG » peut être datée des années 1970, le terme « ONG » renvoyant à ces organisations des pays du Nord qui œuvraient dans plusieurs pays du Sud pour contribuer à leur développement social, économique et culturel. Ce phénomène a toutefois subi des transformations idéologiques et politiques importantes d’une période historique à l’autre. Au messianisme civilisateur des associations chrétiennes qui a accompagné l’aventure coloniale a succédé le messianisme tiers-mondiste des années 70, fondé sur la solidarité laïque ou chrétienne mais surtout internationaliste et basé sur des pratiques de développement en partenariat avec les sociétés locales. A partir des années 1985, le tiers-mondisme subit l’offensive idéologique néolibérale de l’idéologie humanitaire qui, au nom de l’universalité des droits de l’homme et au nom de la compétence technicienne, renouvela les objectifs des ONG. Il ne s’agit plus d’aider au développement des pays du Sud et d’aspirer à la justice entre le Nord et le Sud, mais de gérer et d’optimiser les capacités d’intervention d’urgence en cas de guerre, conflits internes ou de famines (Hours B.).

5La toute dernière mutation subie par la perception dominante de l’ONG est le fait qu’elle soit aujourd’hui considérée comme un acteur à part entière du développement et de la régulation des sociétés au même titre que les Etats et le secteur privé. De même, l’ONG n’est plus considérée forcément comme une organisation des pays du Nord pour aider les pays du Sud, mais elle renvoie actuellement aux sociétés du Sud ou du Nord et aux organisations suscitées dans les pays du Sud par différents acteurs des pays du Nord (Etats ou ONG), ou par des organisations internationales ou régionales.

6Les initiateurs de la notion de « gouvernance » sont pour beaucoup dans la revalorisation récente du statut de l’ONG, de sa transformation de « solution palliative » ou « alternative » en acteur important du développement. Bien que son origine soit ancienne, la popularisation des expressions « gouvernance » et « bonne gouvernance » date de la fin des années 1980 et du début des années 1990, de manière concomitante à celle de « mondialisation » ou de « globalisation ».

7Les deux expressions ONG et gouvernance renvoient principalement au phénomène politique : la première de manière négative (non gouvernementale) et la seconde de manière positive. Les « inventeurs » de la gouvernance sont principalement des experts de la Banque Mondiale et du FMI (dont William J.-C.). Rejetant l’économisme qui les caractérisait auparavant et nouvellement conscients du poids du politique sur l’économique, le social et le développement des pays en voie de développement, ces experts trouvèrent dans « la gouvernance » une expression commode pour parler de « politique » alors qu’ils n’avaient pas mandat explicite à le faire. La gouvernance est donc d’abord une manière de parler du politique sans le nommer en suggérant « l’effort pour dégager un consensus ou obtenir le consentement nécessaire à l’exécution d’un programme dans une enceinte où de nombreux intérêts divergents entrent en jeu » (de Alcantara C. H.).

8Malgré son aspect quelque peu « édulcoré », cette définition est loin d’être imprécise dans la pensée de ses initiateurs. Il s’agit principalement de mesures politiques et administratives visant à accompagner les politiques d’ajustement structurel et les réductions drastiques des dépenses des Etats, notamment sur le plan social. Elle vise également à créer un environnement favorable au développement du secteur privé. Telle est la dimension prescriptive de la gouvernance. Elle a également une dimension normative et analytique ; cette pluridimensionnalité la rend ambiguë et complexe. Les deux premières sont les plus visibles. Elles indiquent ce qui est « bien » ou « mieux » à faire et comment il « faut le faire ». C’est ce qu’on appelle la « bonne gouvernance ». La troisième dimension est analytique, car cela constitue une nouvelle manière d’aborder le politique éloignée des perceptions classiques fortement centrées sur l’Etat et sur une vision « mythique » ou idéologique. Cette dernière dimension de la gouvernance est le fait principalement de chercheurs en politologie qui estiment que l’étude du politique ne doit pas se restreindre à l’analyse juridique et politique de l’Etat (Le Gales P.).

9Les mesures de bonne gouvernance seraient les suivantes : une bonne administration décentralisée et comptable de ses actes, une fonction publique légère, efficace et transparente, un système judiciaire fiable, la lutte contre la corruption, le développement des libertés publiques et d’un débat public avec la liberté de presse et d’association, ainsi que le respect des droits de l’homme.

10Il s’agit en fait d’instaurer le modèle libéral de l’état de droit avec la primauté de la loi. L’un des principaux piliers de la bonne gouvernance est, en effet, la réhabilitation et le rehaussement de ce qu’on appelle la société civile. L’Etat n’est plus considéré comme le seul acteur du développement ou même comme l’acteur principal. Ases côtés se trouvent le secteur privé et ce que les Anglo-saxons dénomment le « third sector » correspondant en France au secteur à but non-lucratif (qui serait à cheval entre le « public » et le « privé »). Il s’agit des ONG, des associations sans but lucratif, des coopératives, des mutuelles, des syndicats et des organismes à base communautaire, des fondations, des clubs, etc. Ces derniers sont invités à prendre place dans l’œuvre politique du développement au même titre que les pouvoirs publics et le monde des entreprises privées et des affaires.

11La gouvernance renvoie donc à l’ensemble de ces réformes qui visent principalement une nouvelle articulation entre l’Etat, la société et le marché. Celle-ci ne constitue pas un but en soi. Elle permet ou doit permettre le développement économique et social des sociétés sous l’égide de rapports partenariaux entre les pouvoirs publics, le monde des entreprises privées et le secteur sans but lucratif.

12La recomposition du politique prônée par les tenants de la « bonne gouvernance » concerne aussi bien les pays du Sud que les pays du Nord, est légitimée par un certain nombre de facteurs liés au phénomène de la « mondialisation ». Les transformations économiques et financières liées à un tel phénomène ont des répercussions politiques. En rendant obsolète la notion de marché intérieur captif et en mettant à l’épreuve le statut des monnaies nationales, elles ont des répercussions sur la marge de manœuvre des Etats, sur la notion de solidarité nationale et « ébranlent » le modèle politique de l’Etat-nation, ses prérogatives classiques sur son territoire, plus généralement la souveraineté des Etats.

13Pour les concepteurs de la « bonne gouvernance » ces transformations loin d’être forcément négatives, pourraient permettre une communion de tous dans les mêmes valeurs autour des effets régulateurs du marché, de la démocratie et du « peu d’Etat ».

14Telle que présentement formulée, la notion de « gouvernance » offre une image « lisse » qui ne peut que susciter l’adhésion de tous. Pour autant, il n’est pas possible de se suffire de cette première lecture. Il importe de résumer les principales critiques émises notamment en ce qui concerne les pays en voie de développement (PVD).

Les critiques de la dimension prescriptive et normative de la gouvernance

15Les critiques de la « gouvernance normative » ont porté sur plusieurs aspects. Les premières ont porté sur l’ethnocentrisme de cette notion et sur la faiblesse des catégories politiques qu’elle mobilise. Elle est d’abord ancrée dans une idée spécifiquement européenne du bien politique (Pagden A.). C’est le modèle politique libéral tel qu’expérimenté par les pays occidentaux qui en est le fondement principal. La construction historique de ce dernier est aujourd’hui l’objet de relectures multiples par certains chercheurs qui sont intrigués par les contradictions existantes entre, d’une part, le discours libéral du « peu d’Etat » et d’autre part, les pratiques politiques dites libérales qui ont montré la croissance exponentielle des pouvoirs de l’administration et de l’Etat sur les individus, la société et l’économie (Gauchet M.). De même, il convient de s’interroger sur les traditions politiques et étatiques propres aux PVD et aux pays arabes (Laroui A., Badie B., Le Roy E.).

16La gouvernance occulte les conflits d’intérêts, les contradictions et l’hégémonie, nie le fait que le politique soit d’abord une culture et une histoire. Elle met l’accent sur le consensus et ne constitue pas une réflexion sur le pouvoir mais sur les modes les plus efficients de « gestion » de la société (de Senarclens P.).

17La deuxième série de critiques a porté sur les relations entre la gouvernance, la mondialisation, la démocratie et le développement. Pour certains, cet avènement d’un temps mondial marqué par la fin du totalitarisme et l’avènement de la démocratie est loin d’être évident. Les marxistes ont beau jeu de dénoncer l’occultation des effets de domination de la mondialisation. Pour eux, elle signifie plutôt une société capitaliste sans frontières et il n’est pas étonnant que la manifestation de ce « temps mondial » se soit accompagnée d’une remontée de « temps locaux » qui le contredisent, ces « temps locaux » liés à de nouvelles revendications identitaires, religieuses ou « ethniques » et à l’apparition de nouvelles solidarités se substituant aux solidarités nationales [(William J. -C., Badie B. (b)].

18De même, la concentration des grandes décisions économiques aux mains de certaines places et capitales ne fait qu’accroître la dépendance des PVD. Il est faux de croire que les politiques d’ajustement structurel qui conduisent à l’affaiblissement de la légitimité des Etats nationaux, conduisent à une dissolution des prérogatives politiques. Celles-ci sont en fait transférées à des experts dont la compétence et l’indépendance face aux pressions et pouvoirs locaux sont reconnues (de Alcantara C. W.).

19Enfin, la liaison entre démocratie et développement sous-jacente à la « bonne gouvernance » n’est pas prouvée. Certains pays sont arrivés à se développer malgré l’autoritarisme de leur système politique et inversement la démocratie libérale dans le monde occidental a montré qu’elle était accompagnée de phénomène d’exclusion (William J.-C.).

20Les critiques qui nous intéressent particulièrement sont celles qui ont porté sur la question des relations entres « Etats », « sociétés civiles » et « marché » prônées par les concepteurs de la bonne gouvernance. Les postulats sur lesquels repose la gouvernance sont-ils véritablement vérifiés ? Est-il vrai qu’il existe une crise de la gouvernabilité et que l’Etat n’a plus que l’apparence du pouvoir, les marchés internationaux étant les véritables arbitres ? La globalisation impose-t-elle vraiment une pression telle sur les Etats-providences que ceux-ci sont dans l’obligation de s’adapter ou de périr ? Ces questions rejoignent les réflexions de Bertrand Badie qui montre que, face à sa remise en cause, l’Etat se défend et reconstruit sa domination sur de nouvelles bases. La crise de la territorialité atteint les Etats mais ne les abolit pas. Les Etats savent capter la déterritorialisation pour se créer de nouveaux avantages. (William J. -C., Merrien F.-X., Badie B.). Enfin, est-il vrai qu’il y a une crise de légitimité de l’Etat-providence et peut-on dire que les mesures de bonne gouvernance sont plus adaptées au contexte ?

21Les théories économiques du développement n’ont fréquemment pas pris en compte le « facteur étatique » dans toute sa complexité et la théorie de la gouvernance n’échappe pas à ce constat. Elle repose sur une figure mythique de « l’Etat développeur », acteur unique du décollage économique des années 1950 et du mythe de « l’Etat fantoche » des années 1960-70, du fait de sa dépendance par rapport aux pays occidentaux. La croyance propre de la gouvernance repose sur celui de « l’Etat modeste libéral ». Cette théorie est remise en cause par le fait que certains pays nouvellement industrialisés comme la République de Corée ont disposé d’Etats qui avaient beaucoup de pouvoirs. Cette offensive antiétatique ne peut-elle pas produire dans certains PVD son contraire par l’érosion des ressources fiscales de l’Etat qui pourrait affaiblir le secteur privé en supprimant certaines de ses ressources publiques (Petiteville F.) ?

22Enfin, l’apologie du néolibéralisme et des vertus du marché sous-jacent à la notion de gouvernance valorise de manière naïve les acteurs non-étatiques et les vertus du secteur privé. Ce dernier vise principalement le profit et peut parfaitement s’accommoder d’un Etat hégémonique. Quant aux capacités régulatrices et gestionnaires des ONG, elles ont plusieurs limites. Les ONG n’ont en fait que des visions sectorielles, elles sont parfois très liées aux Etats et elles-mêmes sont traversées par les phénomènes de pouvoir et d’inégalité sans oublier que leurs activités sont généralement « palliatives ». La fragilité des Etats, dont est porteuse la notion de gouvernance peut conduire à de très graves problèmes sociaux, notamment pour les PVD. L’irruption des ONG, experts, bureaucrates transnationaux, réseaux locaux et régionaux est loin de résoudre la question de la participation politique et du contrôle des instances de pouvoir. De toutes les manières, les Etats sont toujours présents et les conflits inhérents à l’essence du politique n’ont aucune chance de se dissoudre durablement dans une gouvernance technocratique et administrative (de Senarclens P., Leca J.).

23[…]

Panorama général du secteur associatif dans les pays arabes

24La situation du secteur associatif d’un pays arabe à un autre est évidemment contrastée. Certains pays ne connaissent aucune liberté associative, d’autres vivent une situation de liberté surveillée et certains disposent d’une marge de manœuvre appréciable. Il est possible de dire, toutefois, que par-delà les diversités, les situations contrastées et les exceptions, les associations et les ONG des pays arabes peuvent difficilement être considérées comme des forces collectives véritables, à même de peser sur le développement et le devenir de leurs sociétés.

25Les domaines de prédilection des secteurs associatifs arabes sont le travail caritatif et le travail social en général. Sans nier l’importance de ces fonctions dans un contexte général de désengagement des Etats et de diminution de leurs rentes, force est de constater qu’elles ne sont généralement pas accomplies sur une base de mobilisation active, solidaire et citoyenne. A quelques exceptions près, elles reposent sur l’assistance à des populations défavorisées, sur des offres de services, et également sur des liens communautaires. Les associations qui cherchent à occuper de nouvelles fonctions sociales en tant que partenaires des pouvoirs publics dans les choix et la conduite du développement de la gouvernance de ces pays existent bien, mais elles sont récentes, fragiles et rencontrent des difficultés et des obstacles divers. Ces données accordent à l’association dans le monde arabe une configuration originale. De manière schématique, elle se caractérise par son faible poids social, sa nature « élitiste », la faiblesse de sa base d’adhérents, la restriction de son champ d’intervention dans les villes, son imbrication dans les appareils politico-administratifs et les rapports de clientélisme qu’elle entretient avec son environnement.

Les vocations principales des associations dans le monde arabe : entre le sociocaritatif et le politique

26L’aide aux nécessiteux et aux catégories défavorisées de la société est le facteur principal qui pousse les citoyens des pays arabes à s’associer. Il s’agit là d’une donnée ancienne. Les premières associations arabes, dans le sens moderne du terme, sont nées à la fin du XIXe siècle, elles mettaient au cœur de leur mission le travail caritatif et social, notamment l’éducatif et le sanitaire. Cette donnée n’a pas disparu et elle continue à mobiliser jusqu’à aujourd’hui les énergies associatives et à sensibiliser les citoyens. Les modalités de ce travail social sont multiples. Certaines associations sont généralistes et offrent une multiplicité de services et d’aides sur la base d’un quartier ou d’une région. Ces services vont de l’envoi mensuel d’argent à des familles nécessiteuses jusqu’à la construction de dispensaires et d’hôpitaux en passant par la fondation d’écoles, l’organisation de cours de soutien scolaire, de cours de formation professionnelle, etc. D’autres associations se préoccupent de catégories spéciales de la population comme les orphelins, les enfants naturels, les personnes âgées, les handicapés ou les femmes.

Vers un rôle accru de la société civile
Les ONG contribuent à remodeler la politique mondiale de deux manières bien distinctes. Premièrement, elles pèsent sur la prise de décision en menant des campagnes, ce qui permet à différents mouvements de s’exprimer sans obliger les ONG à participer à des processus de changement formels. Tout mouvement ou individu a le droit de se faire entendre. C’est un élément légitime du pluralisme démocratique. Tant que ce droit d’expression ne porte pas atteinte aux libertés d’autrui, il n’y a pas lieu de le canaliser ou de le contrôler.
Le second rôle des ONG est fort différent : il s’agit de la participation directe aux négociations mondiales. Le renforcement de cette participation requiert des dispositifs formels conférant des responsabilités aux ONG internationales comme aux organismes intergouvernementaux, d’où la nécessité de formaliser un tant soit peu leur participation aux décisions. Les ONG présentes dans les forums mondiaux cherchent à traiter cette question sous trois angles. Il s’agit tout d’abord de rassembler les points de vue et revendications de différentes ONG, afin de présenter des arguments cohérents en vue des négociations. Parmi les ONG qui en chapeautent d’autres, Women’s Environment and Development Organisation tente souvent de mener une action constructive en regroupant les demandes et les propositions de négociation. De même, la Conférence des organisations non gouvernementales se veut un lieu de débat sur les enjeux et les procédures, notamment en ce qui concerne l’accréditation auprès des organisations intergouvernementales. Deuxième forme de dialogue structuré : la définition de codes de conduite communs.[…]
Le troisième ensemble de mesures vise à accroître la participation des ONG des pays en développement, afin d’améliorer la représentativité des mouvements implantés dans le monde industrialisé. Sur les 1550 ONG associées aux activités du Département de l’information des Nations unies, seulement 251 viennent des pays en développement, et les ONG de ces pays représentent une part encore plus faible de celles dotées d’un statut consultatif auprès du Conseil économique et social des Nations unies.
In : Rapport mondial sur le développement humain 2002, PNUD, de Boeck, Bruxelles, p. 110

27Cette donnée, confirmée par la plupart des études, a été faite par l’étude du CIVICUS au début des années 90 sur l’ensemble du monde arabe et montre que le pourcentage des associations caritatives et sociales sur le total d’associations par pays évolue entre 9,7 % pour la Tunisie et 68 % pour le Koweït, la plupart des autres oscillant entre les 30 et 50 % (Kandil (ed.).

28Sans nier l’existence d’associations caritatives sans particularité identitaire spécifique, la mission caritative et sociale des associations arabes se conjugue fortement avec des liens de type communautaire, religieux, régional, voire familial ou « tribal ». C’est une caractéristique typique des pays du Moyen-Orient qui connaissent une situation pluriconfessionnelle ; elle existe aussi, dans une moindre mesure, au Maghreb. Ce sont ces associations qui rencontrent un important succès et manifestent une efficacité sociale véritable. Les fonctions sociales des associations religieuses islamiques et chrétiennes sont évidentes. Pour les associations islamiques, elles se doublent également de fonctions politiques quand elles sont animées par des acteurs reliés au courant politique islamique.

29Si le social et le caritatif se conjuguent avec le religieux, ils s’associent également avec succès aux liens régionaux voire familiaux et tribaux. C’est le cas au Soudan, en Egypte, au Yémen et également au Liban. Au Liban les associations sociales reliées aux grandes familles libanaises présentent une configuration semblable aux associations de charité classiques dans la mesure où elles sont prestataires de services à l’ensemble de la population ; tel n’est pas le cas pour le même phénomène dans d’autres pays.

30En Egypte, il s’agit d’un phénomène spécialement relié à la migration interne au Caire et à Alexandrie. Au Caire, les ligues régionales ou les associations de ressortissants représentent la plus importante catégorie d’associations avant même les associations islamiques. Leur particularité est de regrouper les personnes de même origine géographique, généralement le même village, et installées dans la grande ville. Leur objectif principal est de s’entraider afin de réussir leur toute nouvelle insertion dans l’espace urbain populaire. Ces ligues régionales n’aident que leurs propres membres et ne sont pas ouvertes à leur environnement. Elles ont joué et jouent des rôles fondamentaux dans l’équilibre social des quartiers informels en Egypte ; ces quartiers ont attiré dans les années 1970 et 1980 des personnes de toutes les régions d’Egypte.

31Les associations qui ont un référent communautaire ne développent pas forcément des activités de type traditionnel. Les associations religieuses ou régionales ont su faire évoluer leurs activités sociales et les faire diversifier. Il ne s’agit pas d’aides « à la petite semaine », mais de véritables services sociaux organisés de manière rationnelle et moderne. Elles permettent de servir des populations pauvres ou les classes moyennes paupérisées, mais également d’offrir l’emploi aux diplômés de l’enseignement supérieur, principalement les médecins et les enseignants. La santé et l’éducation sont leurs domaines de prédilection que ce soit dans les pays qui connaissent des guerres et des troubles comme la Palestine, le Liban ou le Soudan ou dans les autres pays comme l’Egypte et la Jordanie.

32A côté de ces vocations associatives classiques se font jour cette dernière décennie de nouvelles formes de vocations associatives. Elles peuvent être réparties en deux catégories. La première regroupe des associations qui, sans se positionner politiquement, cherchent à se constituer comme des partenaires des pouvoirs publics dans la conduite du développement. Leurs champs d’action sont donc très larges. Cela va de la défense du consommateur à la protection de l’environnement urbain ou rural jusqu’à la volonté de sauvegarde du patrimoine architectural ou historique en passant par l’aide à la création de petites et moyennes entreprises, etc.

33Cette nouvelle forme d’expression associative déroge par sa logique à la perception classique des associations caritatives ou sociales en cherchant non pas à assister ou à aider mais au contraire à mobiliser certaines catégories sociales autour d’intérêts sectoriels afin de trouver en commun des solutions originales à certains problèmes. Elles cherchent à se positionner comme des partenaires des administrations et de la puissance publique en tant que force de proposition, d’impulsion et même d’action et non pas simplement comme des palliatifs aux insuffisances des Etats. La « philosophie » générale de ce nouveau système d’action repose sur la volonté de construire une citoyenneté active et de ne pas abandonner son sort aux mains des fonctionnaires. Cette prise de conscience est notamment liée aux défauts classiques des administrations : carences, routine, immobilisme, contraintes financières, opacité, corruption.

34Au Maroc, les domaines principaux de ces nouvelles associations sont la santé, l’intégration des femmes dans la vie professionnelle, la promotion des petites et moyennes entreprises et le développement rural. Citons deux exemples : celui de l’Association de lutte contre le sida, qui joue un rôle important dans la sensibilisation du public à une maladie dont il reste difficile de parler dans un pays musulman, et celui de l’Association de solidarité féminine vouée à l’accueil des femmes abandonnées et des filles mères. En Tunisie, l’Association des amis de l’Institut national de protection de l’enfance cherche à améliorer le sort de l’enfance abandonnée en proposant des solutions aux fonctionnaires de cet Institut afin de résoudre certaines carences constatées dans son fonctionnement qui nuisent à l’équilibre des enfants.

35En Egypte, « For Promotion Of Services » de Zamalek et l’Association de Sauvegarde de l’Environnement à Héliopolis méritent d’être signalées. Face à la déficience des services édilitaires du quartier, elles ont initié des actions en direction des habitants en vue de nettoyer la chaussée, de déplacer les ordures accumulées et d’aménager des espaces verts. Leur action a rencontré l’adhésion d’une partie des habitants qui étaient prêts à financer les projets, mais force est de constater les difficultés de la négociation avec les services techniques et administratifs et les blocages de certains élus menacés dans leurs prérogatives et remis en cause dans leurs fonctions.

36Paradoxalement, c’est en Algérie que se font jour les vocations associatives les plus originales. Parmi celles-ci, nous pouvons signaler l’existence d’associations de demandeurs de logement qui se transforment en contrôle de l’administration et qui demandent à participer à l’élaboration des critères d’attribution, au contrôle des listes et même au suivi des réalisations et au contrôle de conformité des ouvrages. Il existe également des associations de cadres de l’administration qui ont pour objectif la défense du secteur public, la notion de service public, la neutralité politique de l’administration et qui dénoncent notamment ce qu’on appelle en Algérie « les charrettes », c’est-à-dire la mise à l’écart de fonctionnaires lors des remaniements politiques ou administratifs.

37Ces nouvelles vocations associatives, de par leur logique, suscitent l’irritation, le blocage voire le refus de systèmes administratifs et politiques fermés sur eux-mêmes et peu habitués à ce type de comportements et d’attitudes.

38La deuxième catégorie d’associations « nouvelles » regroupe celles qui s’intéressent à des causes qui touchent de près ou de loin le politique. Elles sont l’objet de toutes les surveillances.

39Il s’agit évidemment des associations de droits de l’homme, de défense des droits de la femme, de défense de certaines minorités comme les Berbères en Algérie ou par exemple de conscientisation civique des citoyens, de surveillance des élections et de développement de la démocratie.

40Ces associations regroupent généralement les « déçus » de la pratique politique dans leurs pays qui cherchent à l’améliorer sans forcément rentrer directement dans la compétition politique. Beaucoup de responsables de ces associations appartiennent aux milieux des militants de gauche des années 1970 mais parfois elles regroupent les nouvelles générations (au Liban, par exemple).

41Malgré les difficultés, les associations de défense des droits existent actuellement dans beaucoup de pays arabes et certaines ont joué ou jouent des rôles fondamentaux en tant que force de pression, de contrôle, voire de changement politique.

Les groupes de femmes à l’origine de la création des « banques de temps »
Dès que l’on dépasse l’échelle territoriale, l’aptitude des femmes à s’immiscer dans le débat public et à peser sur les modes de régulation est plus délicate. Encore faudrait-il déjà que les femmes elles-mêmes, au-delà du désir de se retrouver ensemble pour répondre à des besoins concrets et pratiques, aient la volonté de promouvoir un changement tant institutionnel qu’organisationnel et d’interroger la répartition des rôles comme des pouvoirs. Or ce n’est pas toujours le cas.[…]
Quelques expériences, en France et ailleurs, montrent pourtant que l’action locale, dès lors qu’elle est structurée en réseau et relayée à un niveau régional ou national, est tout à fait capable de provoquer des changements institutionnels. […]
En Italie, ce sont des groupes de femmes qui sont à l’origine du vaste mouvement d’harmonisation des temps de la ville. Les femmes ont commencé à répondre au problème des inégalités sexuées face au temps en créant des « banques du temps » (Belloni et alii, 1998). Après une première reconnaissance officielle en 1990 dans la loi sur l’autonomie locale, cette question a véritablement été institutionnalisée en 2000 au sein d’un article de loi intitulé « Rythme des villes ». Cette loi oblige les municipalités de plus de trente mille habitants à adopter un plan territorial de coordination des différentes formes de temps. Notons enfin que le « modèle » italien s’est aujourd’hui diffusé dans la plupart des pays européens, donnant naissance à de multiples expérimentations.
[…] En Italie, près des trois quarts des banques du temps qui existent aujourd’hui ont été impulsées par les autorités publiques locales. Certains y voient un facteur de rigidité incompatible avec la construction de relations de confiance et de proximité, garantes de l’efficacité du dispositif ; toutefois, sans le relais public, le mouvement n’aurait jamais pu atteindre une telle ampleur (Moraleva, 2002).
Bibliographie
In : Guérin, I., 2003, Femmes et économie solidaire, La Découverte, MAUSS-SED, Paris, pp. 165-167
Moraleva R., 2002, « Le cas italien : réflexions critiques à partir des expériences d’autoorganisation de l’échange de temps (banques du temps) », intervention aux II es rencontres interuniversitaires de l’économie sociale et solidaire (Sens et portée de l’économie sociale et solidaire), février, Lyon.
Belloni M. -C., Boulin J. -Y., Junter-Loiseau A., 1998, « Du temps de travail aux temps des villes », in Maruani (dir.), Les nouvelles frontières de l’inégalité. Hommes et femmes sur le marché du travail. Paris : La Découverte (coll. « Recherches »), p. 171-182.

42Les caractéristiques communes à ces nouvelles formes associatives qui viennent d’être succinctement décrites sont leur jeunesse relative et leur fragilité due non seulement aux blocages administratifs et politiques mais également à leur restriction aux élites urbaines et intellectuelles occidentalisées. Le caractère urbain et élitiste n’est pas propre à ce genre de groupement. Les associations de type caritatif et social sont dirigées par des élites urbaines. Toutefois, ces dernières, de par leurs missions, ont un rayonnement social plus important et sont en contact avec les couches moyennes et défavorisées de la société.

43[…] Ces quelques données sur les associations éclairent certaines de leurs caractéristiques générales, notamment leurs faiblesses en nombre et en poids, la restriction de leurs champs d’action sur les villes, leur liaison profonde avec les élites urbaines éduquées, le clientélisme de leurs relations avec les Etats et avec leur public, et enfin leur faible caractère démocratique.

Bibliographie

Alcantara C. W., « Du bon usage de concept de gouvernance », Revue Internationale des Sciences Sociales, Paris, : 155, UNESCO/érès, 1998.

BadieB., La fin des territoires, Paris, Fayard, 1995.

BadieB., Les deux Etats, Paris, Fayard, 1987.

Bardout J. C., Les libertés d’association : Histoire étonnante de la loi 1901, Lyon, Les Editions JURIS service, 1991.

Ben Néfissa S., « L’Etat égyptien et le monde associatif à travers les textes juridiques », Egypte-Monde arabe : 8, 1991.

Hours B., « Les métamorphoses des représentations de la solidarité. Du développement à l’humanitaire » in Deler J. P., Fauré Y. A., Roca P. J., ONG et développement. Paris, Karthala, 1998.

Laroui A., Islam et Modernité. Paris, La Découverte, 1987.

Laroui A., L’Algérie et la démocratie, Paris, Editions, La Découverte, 1999.

Le Gales P., « Du gouvernement des Villes à la gouvernance urbaine », Revue Française de Science Politique, 1995.

Le Roy E., « L’introduction du modèle européen de l’Etat en Afrique Noire. Logique et mythologiques du discours juridique », Bulletin de liaison de l’équipe de recherche en anthropologie juridique : 5, 1983.

Leca J., Préface in Le gouvernement des Villes. Paris, Descartes & Cie, 1997.

Merrien F. X., « De la gouvernance et des Etats providence contemporains », Revue Internationale des Sciences Sociales, Paris : 155, UNESCO/érès, 1998.

Pagden A., « La genèse de la gouvernance et l’ordre mondial cosmopolite selon les Lumières », Revue Internationale des Sciences Sociales, Paris : 155, UNESCO/érès, 1998.

Petiteville F., « Trois figures mythiques de l’Etat dans la théorie du développement », Revue Internationale des Sciences Sociales : 155, UNESCO/érès, Paris, 1998.

Senarclens P., « Gouvernance et crise des mécanismes de régulation internationale », Revue Internationale des Sciences Sociales : 155, UNESCO/érès, Paris, 1998.

William J. C., « L’exportation de la démocratie : enjeux et illusions » in Démocratie et Développement, Karthala, Paris, 1998.

Notes

1 p. 110.

2 p. 5.

Auteur

Chercheuse à l’Institut de recherche pour le développement, anthropologue du politique et du juridique, spécialiste du secteur associatif islamique égyptien. Elle vient de publier avec Hanafi S. (eds.) : Associations et pouvoirs dans le monde arabe, Ed. CNRS ; coll. Annuaire de l’Afrique du Nord, Paris, 2002.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable