Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, pouvoirs et justice sociale

 | 
Christine Verschuur
, 
Fenneke Reysoo

2. Les barrières à l'accès des femmes aux instances de pouvoir

Femmes au Timor-Oriental : de la lutte pour la libération nationale à la lutte pour l’égalité

Sofi Ospina

Note de l’éditeur

Inédit, Dili, Timor, 2002

Texte intégral

Bref historique

  • 1 L’UDT (União Democrática Timorense) composée des élites mestiços pro portugaises prônant une idéolo (...)
  • 2 Les troupes indonésiennes bombardent et occupent Dili le 7 décembre 1975.
  • 3  Le Timor était la 27e province de l’Indonésie Selon certaines sources, environ 200’000 personnes (...)

1Premier pays à obtenir son indépendance au troisième millénaire, le Timor Oriental est né le 20 mai 2002. Pendant près de 400 ans, ce territoire occupant la moitié d’une île de la mer de Timor avait été une colonie portugaise. [...] Le processus de décolonisation avait dégénéré en une guerre fratricide entre les militants des deux partis politiques majoritaires1, permettant à l’armée indonésienne de s’emparer du pouvoir2. Celle-ci allait dominer le territoire pendant 25 ans, imposant un régime liberticide et coupable de graves violations des droits humains3. Le 30 août 1999, un référendum organisé sous l’égide des Nations unies appelait la population timoraise à se prononcer sur le futur statut du territoire en choisissant entre l’autonomie (rattachement à l’Indonésie) et l’indépendance du Timor Loro Sa’e. Avec un taux de participation de 98%, la majorité de la population (78,5%) rejeta l’autonomie.

  • 4 « Operasi Sapu Jagad », en français: Opération nettoyage total, cf. Bourrier, A., «Naissance réussi (...)
  • 5 Les estimations oscillent entre 1500 et 3000 décès. Commun Country Assessment UN agencies, East Ti (...)

2Après l’annonce des résultats le 4 septembre, des milices pro indonésiennes soutenues par les forces armées lancèrent une campagne de violences systématiques connue sous le nom de «politique de la terre brûlée»4. En moins de trois semaines, environ 70% des résidences, édifices publics, récoltes et moyens de production furent détruits, incendiés ou volés. Plus de 75% de la population fut déplacée et des milliers de personnes furent tuées5.

3Des forces d’intervention des Nations unies (INTERFET) intervinrent le 20 septembre pour restaurer la paix et la sécurité au Timor.

4Devant la gravité des événements, le Conseil de Sécurité des Nations unies, par la résolution 1272 du 25 octobre 1999, mit sur pied l’UNTAET, l’Autorité transitoire des Nations unies pour le Timor-Oriental. Dotée d’un mandat multidimensionnel allant de la préservation de la paix à la reconstruction en passant par le développement, l’UNTAET était chargée de l’administration du territoire, de l’établissement des structures gouvernementales et de la reconstruction du tissu institutionnel pendant une période de transition précédant la véritable indépendance.

  • 6 Cet article recueille des observations et des expériences de l’auteure, qui, en tant qu’anthropolo(...)

5Cet article rend compte de la participation des femmes à ces événements historiques, de leur vécu et de leur rôle dans la lutte pour la libération nationale, et plus récemment dans la lutte pour l’égalité. Il mettra notamment en évidence leur contribution politique à la prise de décision aussi bien au niveau local que national, ainsi que leur participation aux élections à l’Assemblée constituante6. [...]

La souffrance des femmes timoraises sous la domination indonésienne

  • 7 Dunn, James, Timor a People Betrayed, p.251-253.

6L’invasion des troupes indonésiennes eut des conséquences désastreuses pour les femmes: le jour même de l’invasion, des femmes étaient choisies et exécutées. De jeunes filles et des femmes étaient «invitées» à «fêter» la victoire des envahisseurs. Des viols massifs furent commis à Dili. Le même sort fut réservé aux femmes proches des leaders du Fretilin, ainsi qu’aux membres de l’Organisation populaire des femmes timoraises (OPMT) et de l’Union des Etudiantes de Timor, organisations proches du Fretilin. Elles furent emprisonnées, torturées et violées à plusieurs reprises par leurs tortionnaires7.

7Les femmes subirent ces traitements pendant les 25 ans d’occupation indonésienne. Il est difficile d’estimer le nombre de femmes violées, torturées ou tuées, mais il s’élèverait à des dizaines de milliers. [...]

8Comme dans de nombreux conflits armés (Bosnie, Rwanda, Kosovo), le viol des femmes était devenu une arme de guerre visant à intimider et déstabiliser la population civile et à anéantir les mouvements de résistance.

  • 8 Sissons, Miranda E., 1997, From One Day to Another: Violations of Women’s Reproductive and Sexual (...)

9En outre, des organisations de droits humains ont fait état de violations des droits reproductifs et sexuels des femmes pendant l’occupation indonésienne, distinguant deux phases. De 1975 au milieu des années 1980, il s’agissait de viols, de fécondations forcées, d’assassinats et de mutilations des femmes enceintes ainsi que de stérilisations clandestines. Au cours de la deuxième phase, de la fin des années 1980 à la fin de la présence indonésienne, on rapporte des pratiques de contraception coercitive ainsi que de violations du droit à l’information, à une libre contraception et à la santé8.

10Ces sévices endurés par les femmes timoraises ont connu une recrudescence dans le contexte des violences qui ont suivi le référendum donnant une victoire écrasante aux partisans de l’indépendance. [...]

La contribution des femmes au mouvement de lutte clandestine

11[...] La participation des femmes était prévue dans la structure même du mouvement de résistance. Les femmes étaient organisées au sein de l’OPMT (Organização Popular de Mulheres Timorenses). Cette organisation, créée par le Fretilin en 1975, avait pour but de sensibiliser, organiser et impliquer les femmes dans la lutte pour l’indépendance. Elle se composait d’une structure nationale et d’antennes de district. L’activité principale de l’OPMT était d’organiser les femmes dans les villages pour qu’elles viennent en aide aux guérilleros du Fretilin.

12Cette aide prenait des formes diverses: les femmes approvisionnaient les guérilleros et leurs familles en cultures vivrières. Elles organisaient et préparaient des repas lors des réunions clandestines stratégiques du Fretilin. En outre, elles cachaient des guérilleros chez elles, offraient un refuge aux malades et les soignaient. Dans les camps des guérilleros, les femmes étaient chargées de la préparation des repas et des soins aux malades et aux blessés. Toutefois le rôle des femmes dans la résistance ne s’est pas seulement cantonné aux activités traditionnellement assignées à leur sexe. Elles risquaient leurs vies en fournissant personnellement des munitions aux troupes dans le maquis, et combattaient armes à la main avec les guérilleros du Fretilin.

  • 9 D’après des interviews avec des femmes leaders au niveau villageois, l’Organisation des Femmes Timo (...)

13Outre le support logistique aux forces du Fretilin, les femmes travaillaient avec l’OPMT et OMT9, venant en aide aux veuves des combattants, aux femmes violées et à leurs enfants. Cet espace de parole et de conseil a considérablement soulagé les victimes de violence sexuelles qui taisaient leurs souffrances par honte et par peur. Les femmes se retrouvaient également dans des réunions clandestines où elles développaient leur réseau de communication, parlaient de leurs problèmes, échangeaient leurs expériences et planifiaient leurs actions; elles échangeaient aussi des conseils pour se défendre des abus des militaires indonésiens et savoir où chercher de l’aide. Les femmes s’occupaient également d’éduquer politiquement les enfants en les encourageant à prendre la relève dans la lutte pour la libération.

14Souvent ces réunions avaient lieu dans des locaux appartenant à l’église catholique, qui a joué un rôle majeur en protégeant les droits de la population civile et en apportant son soutien au mouvement de résistance.

15[...]

  • 10 Sissons, Miranda E., idem note 8.

16Les femmes ont également fait en sorte d’avoir beaucoup d’enfants dans le but avoué de contribuer au repeuplement du Timor et de compenser les pertes en hommes. Cette stratégie d’appui à la guerre avait pour objectif de contrecarrer la politique de planification familiale indonésienne que les femmes, et l’ensemble la population timoraise, soupçonnaient d’être un génocide prémédité visant à anéantir les forces de résistance. Ces soupçons ont été confirmés par des militants pour les droits humains qui ont fait état de stérilisations forcées, de pratiques coercitives et d’usage des injections d’hormones contraceptives limitant la capacité reproductive de la population autochtone10.

17Des réseaux bien organisés étaient présents sur tout le territoire afin de transmettre les informations nécessaires au mouvement clandestin, ainsi que pour assurer le transport d’armes, de nourriture et de médicaments. [...] Presque toute la population civile, féminine comme masculine, a participé d’une manière ou d’une autre à la lutte pour l’indépendance. Les femmes, comme les hommes, ont souvent joué un double rôle. Bien que travaillant avec le gouvernement indonésien, dans l’administration ou dans les forces de l’ordre, elles soutenaient les combattants pour l’indépendance. Par exemple, un nombre non négligeable d’infirmières professionnelles travaillant dans les structures de santé publiques locales assuraient également des soins dans le maquis. [...]

18Les femmes ont également été très actives sur le front diplomatique, participant notamment à la Sous-Commission des droits humains à Genève, s’exprimant contre les abus commis contre leur peuple et contre les femmes en particulier. Pendant l’occupation, des leaders de la diaspora et des réfugiés ont organisé des associations dans leurs pays d’accueil respectifs et participé à des fora internationaux pour attirer l’attention de la communauté internationale sur les violations des droits humains au Timor.

19[...] Les femmes [du Timor] n’ont pas eu beaucoup d’influence sur les processus de prise de décisions, qui demeuraient le fait des leaders du Fretilin; elles n’ont pas non plus exercé de pouvoir dans la structure révolutionnaire. Aujourd’hui, elles se plaignent de ne pas avoir été suffisamment reconnues par la société pour le rôle qu’elles ont joué et les souffrances qu’elles ont endurées dans la lutte révolutionnaire.

20Or même si les femmes ont le sentiment de ne pas avoir été reconnues, cette expérience leur a permis de gagner en estime personnelle et en détermination à faire évoluer la société. Elles ont acquis une connaissance considérable des rouages de la mobilisation sociale, en mettant sur pied et utilisant les différents réseaux de militants et en créant des ponts entre les forces révolutionnaires et la population civile. Elles ont assumé des tâches dépassant leur rôle traditionnel, au risque de leur propre vie. Elles ont démontré leur capacité à organiser et leur courage face aux forces d’occupation, atout important pour la tâche qu’elles ont entreprise par la suite au sein des organisations communautaires de base pour la promotion d’une société plus démocratique.

La transition vers l’indépendance sous l’égide des Nations unies

Les efforts de l’UNTAET pour l’égalité

21Le vote majoritaire pour l’indépendance et la mise sur pied de l’UNTAET (Autorité transitoire des Nations unies pour le Timor-Oriental) à l’automne 1999 sont des événements historiques pour le peuple du Timor, qui s’est vu attribué un rôle dans la construction de la nouvelle nation.

22[...]

23Pour garantir la participation des femmes à la (re)construction de la nouvelle nation, l’UNTAET créa une Unité de genre. Son but était d’inclure une dimension de genre dans tous les programmes et politiques de l’administration onusienne, dans l’intention de corriger les inégalités entre hommes et femmes. Ces inégalités étaient particulièrement sensibles dans les problématiques de l’éducation, de la violence domestique, de la mortalité maternelle, ainsi que dans celle de la faible représentation des femmes dans l’administration publique et les organes de décision.

24Pour promouvoir la participation des femmes au développement des politiques et de la législation, l’Unité de genre a réalisé un travail de communication auprès de décideurs, avec la collaboration et l’appui des mouvements de femmes, notamment du REDE, un réseau englobant 16 ONG et organisations de femmes. Il convient de souligner également l’ouverture d’esprit de l’administrateur de l’ONU qui a encouragé une politique officieuse visant à affecter 30% des postes administratifs aux femmes.

  • 11 Le premier gouvernement comptait quatre Timorais et quatre expatriés dont deux femmes, l’une d’ell (...)

25C’est ainsi qu’au cours de la période de transition, des femmes ont eu accès à des postes à responsabilité dans certaines structures gouvernementales et dans le tissu institutionnel. Pendant cette période, des femmes ont été nommées au gouvernement, bien qu’en très faible proportion11. En ce qui concerne le pouvoir législatif, un tiers des membres du Conseil National étaient des femmes, y compris la vice-présidente et la secrétaire du Conseil. Des femmes siégeaient également à des positions clé des commissions indépendantes: à la présidence de la Commission du Service Civil, à la Commission électorale indépendante, à la Commission transitionnelle du Service de justice et à la Commission de réconciliation nationale.

  • 12 Discours au Conseil National de Sergio Vieira de Mello, Représentant Spécial du Secrétaire Général (...)

26Des femmes ont aussi été impliquées dans l’administration judiciaire, et nommées à la Cour suprême. Elles ont participé au jugement des responsables de crimes aussi bien pour l’accusation que pour la défense. En outre, elles constituaient pendant cette période 30% des nouvelles forces de police12.

27Trois des treize administrateurs, la moitié des vice-administrateurs de district et 50% des membres des Conseils de développement villageois étaient des femmes. Mais il faut nuancer cette participation, même si le règlement établissant les conseils exigeait un équilibre des sexes. Des femmes ont effectivement été élues dans les conseils de village, mais elles ne pouvaient la plupart du temps pas se rendre aux réunions et ne s’y exprimaient de toute façon que très peu. La faiblesse de la participation active des femmes s’explique par les limites propres au rôle qui leur a été traditionnellement assigné, par leur manque de confiance en elles ainsi que par leur manque de formation. Les femmes âgées et celles qui avaient été très actives dans le mouvement de résistance étaient les plus loquaces lors des discussions des Conseils de développement Villageois.

Le mouvement des femmes durant la transition

28Pendant la période de transition sous l’égide de l’ONU, le mouvement des femmes a été très actif, cherchant à rattraper le retard accumulé et à influencer le processus de développement de la nouvelle nation. Une première mesure prise pour contribuer à ce processus a été l’organisation du «Premier Congrès national des Femmes timoraises» qui a réuni plus de 500 femmes de tous les districts et de toutes les couches de la population. Pour la première fois, les femmes ont pu se réunir librement sans craindre de parler de leurs expériences et de leurs aspirations. Pendant quatre jours (du 14 au 17 juin 2000), elles ont discuté de leurs besoins et ont défini des stratégies d’action. Parmi les priorités identifiées dans les groupes de travail thématiques: la participation des femmes aux processus de prise de décisions et à la création des mécanismes leur permettant d’y accéder, la réforme du système légal et judiciaire afin d’inclure les droits des femmes et de faire en sorte que justice soit rendue aux victimes de la violence subie durant les 24 années d’occupation militaire indonésienne, la participation des femmes à la rédaction de la constitution à travers un processus consultatif, la disponibilité de services de protection des droits des groupes vulnérables, l’accès aux services de santé et la mise en application des programmes de santé reproductive, l’accès à l’éducation et aux programmes d’alphabétisation pour les filles et les femmes, la mise en place d’un système économique dans lequel les femmes auraient les mêmes droits, le même accès à la terre, à l’emploi et aux sources de financement que les hommes.

29Un document intitulé «Plate-forme d’action pour l’avancement des femmes », approuvé et adopté par les participantes, rend compte des mesures à entreprendre et des stratégies à suivre pour améliorer les conditions de vie des femmes au Timor.

30En outre, c’est dans le cadre de ce premier congrès de femmes que l’organisation centrale du REDE regroupant 16 organisations et associations de femmes a été créée. Par la suite, le REDE a été chargé de la diffusion des résultats du congrès auprès des femmes dans les districts et chefs-lieux des sous-districts.

Le processus de constitution de l’Assemblée Constituante

La période pré-électorale ou la préparation des premières élections libres

31L’un des mandats de l’UNTAET était le développement du processus démocratique et la mise sur pied des structures de gouvernance. Une Commission électorale indépendante fut créée afin d’enregistrer les candidats et les partis politiques et d’organiser les élections à l’Assemblée constituante. Un règlement émanant de l’administration onusienne fournit le cadre juridique dans lequel la Commission électorale indépendante put agir, et les délais dans lesquels la période électorale et ses différentes composantes devaient se dérouler. En outre, une campagne d’éducation civique accompagnait le processus afin de sensibiliser la population à l’importance de la participation au vote, particulièrement lors de ces premières élections libres.

32Le 13 mars 2001, la représentante du REDE au Conseil national, Milena Pires, soucieuse de la participation des femmes à ce moment crucial de l’histoire timoraise, proposa d’inclure dans l’article 38 du projet de loi électorale un quota minimum de 30% de femmes candidates à l’Assemblée constituante. Ce projet fut rejeté par la majorité du Conseil national, y compris par des femmes, au motif que les partis politiques risquaient d’utiliser et de manipuler la participation des femmes, par exemple pour bénéficier de plus d’espaces publicitaires. Deux jours après le rejet du quota de l’article 38, un groupe de femmes manifesta devant l’ONU, demandant que des mesures soient prises pour assurer la représentation des femmes à l’Assemblée constituante. L’administrateur de l’ONU s’engagea alors à organiser des cours de formation à l’intention de 100 femmes pour qu’elles deviennent des candidates potentielles, et mandata l’Unité de genre pour l’organisation de ces cours avant le 15 mai 2001.

33Le lendemain, 16 mars 2001, l’Administrateur de l’UNTAET présenta la Loi électorale pour l’Assemblée constituante; celle-ci ne comportait pas de clause de discrimination positive, mais elle encourageait une participation égale des hommes et des femmes à toutes les étapes du processus constitutionnel et électoral, promouvant vigoureusement l’exercice des droits politiques et civils des femmes.

La formation des candidates potentielles à l’Assemblée constituante

34Le délai imparti à la mise en œuvre des cours de leadership politique pour les femmes était très court. L’Unité de genre et son réseau dans les administrations de district commencèrent très rapidement la diffusion de l’information auprès des partis politiques, des ONG et des groupes de femmes au niveau local afin de recruter des candidates. Plus de 250 femmes posèrent leur candidature, et six ateliers, au lieu des quatre prévus initialement, furent organisés. Au total, cent quarante-cinq femmes y assistèrent, parmi elles des membres de partis politiques, des représentantes du Conseil National, des membres des organisations de base et une administratrice de district. Les six ateliers interactifs d’une durée de trois jours eurent lieu entre le 1er mai et le 7 juin 2001. Les objectifs des ateliers étaient de sensibiliser les femmes aux concepts de citoyenneté, de démocratie et de participation politique avec une perspective de genre, et de les encourager à se présenter aux élections. Parmi les sujets traités figuraient la compréhension du processus électoral devant aboutir à l’indépendance du Timor, les conditions d’inscription sur la liste électorale ou de candidature, et les méthodes d’organisation d’une campagne électorale. Les ateliers furent organisés par l’Unité de genre, et l’UNIFEM fournit les personnes ressources.

35Les discussions informelles et les interventions des participantes firent ressortir leur manque de connaissance et de compréhension du processus électoral et constitutionnel. [...]

36Les conversations informelles avec les participantes permirent également de constater leur scepticisme vis-à-vis des principes de candidature indépendante et de pluripartisme. [...] Autre aspect soulevé par les participantes aux ateliers: les candidats indépendants risquaient d’être étiquetés par le parti majoritaire et les leaders villageois comme des opportunistes, une majorité des villageois considérant le Fretilin comme seul véritable représentant de l’unité du peuple timorais. Ainsi le Fretilin méritait la victoire car c’était lui qui avait guidé le pays vers l’indépendance. Si, à ces éléments, l’on ajoute la position d’inférieures à laquelle sont traditionnellement vouées les femmes, exclues du processus de décision au niveau local, on peut imaginer le défi que représentaient ces ateliers. Il fallait persuader les femmes d’oser poser leur candidature en tant qu’indépendantes, de leur capacité à faire évoluer les choses et à participer à la rédaction d’une constitution qui garantisse l’égalité des droits des femmes et des hommes.

37La formation aboutit également à la création d’un Comité électoral des femmes. Les participantes aux ateliers sur le leadership politique prirent conscience du rôle qu’elles pouvaient jouer en encourageant des candidates potentielles aux élections, et décidèrent de mettre sur pied ce Comité électoral. Un des objectifs à court terme était de faire augmenter le nombre de candidates indépendantes à l’Assemblée constituante et de leur offrir un appui non partisan. [...]

Les candidates indépendantes au niveau national

38[...] Le secrétariat du REDE décida de nommer trois candidates aux élections à l’Assemblée constituante et, dans ce but, d’organiser des élections internes. La date retenue pour ces élections était le 13 juin, ce qui ne laissait aux candidates potentielles que 10 jours pour remplir toutes les formalités d’enregistrement de leurs candidatures. Sur une liste initiale d’une dizaine de postulantes des différentes organisations, trois candidates furent choisies: Maria Domingas Fernandes, Maria Olandina Caeiro et Teresa Maria do Carvalho. Les deux premières jouissaient d’une grande reconnaissance à l’échelle nationale pour leur lutte en faveur des droits des femmes, pour leur rôle dans la résistance et également pour leur engagement contre la violence envers les femmes. La troisième candidate, issue du mouvement des jeunes, présidait une ONG de défense du droit à l’éducation des filles et des femmes. [...]

Le lobbying des femmes et la promotion d’une clause pour l’égalité

39La campagne électorale débuta le lendemain de la dissolution du Conseil national. [...] La différence d’approches et de moyens était flagrante entre les partis politiques qui s’appuyaient sur toute une structure au niveau des districts, et les candidats indépendants qui pour la plupart firent leur campagne seuls.

40Pendant cette période, les équipes de la campagne d’éducation civique, membre du REDE qui contrôlait l’intégration de la perspective de genre, continuèrent à organiser les séances d’information à l’intention de la population. Le message véhiculé portait plus sur le processus électoral que sur sa finalité. Parallèlement le Comité électoral organisa des ateliers dans la plupart des districts afin de sensibiliser les femmes sur leur rôle dans le processus politique, de les encourager à aller voter et à travailler en tant qu’observatrices électorales ou dans des centres de vote. En outre, des partenariats furent mis en place avec les équipes d’éducation civique pour faciliter le partage des ressources.

41D’autre part, Oxfam Australie organisa un atelier d’une semaine sur les stratégies de lobbying et de communication. Des représentantes des différents districts furent invitées à y participer (des membres des partis politiques, des membres de REDE, du Comité électoral, et d’autres activistes) dans le but de préparer une charte promouvant les droits des femmes. Le document de base de la discussion était la Plate-forme d’action pour l’avancement des femmes du Premier congrès national. Les participantes devaient se mettre d’accord sur 10 points indispensables à la cohérence du message véhiculé, entamer le processus de lobbying au niveau national et inciter les partis politiques et les candidats indépendants à prendre en considération la question de l’égalité entre les sexes et à inclure une clause d’égalité dans leur plate-forme politique.

42Un plan d’action fut défini à la fin de l’atelier dans le but de diffuser la Charte des droits des femmes et de réunir, avant les élections, 10’000 signatures de soutien dans les différents districts; celles-ci devaient être transmises aux représentants de l’Assemblée constituante élue.

43[...]

44Sur les 10’000 signatures espérées avant les élections dans les différents districts, seules 7500 purent être réunies. [...] L’intitulé de la Charte explique sans doute en partie ce rejet: «Feto-mane dereito hanesan» (Femmes et hommes: égalité de droits). Aux yeux de la population locale, cette formulation sonnait comme une confrontation ouverte entre les sexes, dans une société où les femmes ne sont pas considérées comme les égales des hommes. La Charte risquait à leurs yeux de mettre en péril les relations de genre traditionnelles. [...]

Les candidates à l’Assemblée constituante

45[...] Au niveau national, les listes, tous partis confondus, comportaient 27 % de femmes mais cela ne garantissait en rien qu’une proportion égale de femmes allait être élue. Les chances d’être élue dépendaient de la position des candidates sur la liste de chaque parti, de la popularité du parti et de la proportion de votes à obtenir, le système électoral au niveau national étant proportionnel. [...]

46Le 10 septembre 2001, les résultats des élections furent officiellement annoncés. Le Fretilin obtenait la majorité des sièges: sur les 88 élus, 25 étaient des femmes, toutes appartenant aux listes des partis politiques; aucune des candidates indépendantes n’était élue, tant au niveau des districts qu’au niveau national.

47Ces résultats étaient encourageants du point de vue de la représentation des femmes à l’Assemblée constituante, mais le processus électoral s’était

48déroulé très rapidement et ne leur avait pas laissé le temps de concevoir une véritable stratégie dans un pays où il n’existe pas d’expérience préalable dans ce domaine. [...]

L’Assemblée constituante

49[...] Les résultats des élections à l’Assemblée constituante étaient donc très encourageants pour les femmes, qui se sont félicitées de voir 25 élues à l’Assemblée constituante, représentant 26% des sièges. L’une d’entre elles avait suivi le cours de leadership politique organisé par l’Unité de genre et UNIFEM.

50Malheureusement, le jour de l’ouverture de la session de travail, l’une des 25 femmes élues renonça à assumer ses fonctions. Elle était en tête de liste du Parti socialiste des travailleurs qui n’avait obtenu qu’un seul siège. A la surprise générale, cette représentante se désista au profit du chef de son parti qui figurait en deuxième position sur la liste. Une analyse plus fine de cette situation laisse supposer que cette élue avait subi des pressions de ses collègues masculins déçus ne pas avoir obtenu plus de sièges. La pression psychologique était telle qu’elle se sentit obligée de démissionner. Le Comité électoral n’a pas enquêté sur cette affaire. Elle aurait pourtant pu être médiatisée et permettre d’éviter qu’à l’avenir les femmes ne soient utilisées à des fins électorales.

51Hormis cet épisode surprenant, les représentants ont commencé sans autre perturbation leurs travaux au sein de l’Assemblée constituante, dont le mandat était de concevoir et d’adopter un projet de constitution. Il était important de pouvoir compter sur le groupe des représentantes pour défendre la cause des femmes dans les discussions. Le Comité électoral et les groupes de pression ont donc entrepris un travail de sensibilisation des élues aux questions de genre. Il était aussi question d’informer les représentantes sur la Convention pour l’Elimination de la discrimination envers les Femmes (CEDAW) et sur les dix points de la Charte des droits des femmes afin qu’elles puissent soulever et défendre les droits des femmes et la question de l’égalité constitutionnelle. [...]

52La Constitution [est] entrée en vigueur le 20 mai 2002, date officielle de l’indépendance du pays et du retrait de l’UNTAET. La Section 17 des Principes Généraux de la Constitution de la République Démocratique de Timor-Oriental comporte une clause d’égalité dans laquelle on peut lire: « femmes et hommes ont les mêmes droits et devoirs dans tous les domaines de la vie politique, économique, sociale, culturelle et familiale ». En outre, la constitution utilise uniquement un terme neutre: la personne.

Les défis

53L’introduction d’une clause d’égalité dans la Constitution représente un grand pas en avant dans l’évolution des rapports sociaux entre hommes et femmes au Timor. Il est en partie le résultat d’un travail soutenu de communication des femmes durant le processus constitutionnel et électoral qui a débuté, en pratique, dès le mois de juin 2001. [...]

54En ce qui concerne la promotion de l’égalité, une nouvelle conseillère est rattachée au bureau du Premier ministre. Cette position lui donne une certaine latitude pour faire entendre sa voix dans les réunions gouvernementales et influencer les décisions des différents ministères dans une optique d’avancement socio-économique des femmes. [...]

55Les groupements des femmes et les différents réseaux existants doivent travailler avec la conseillère à la Promotion de l’égalité et lui apporter l’appui nécessaire dans la négociation des questions importantes pour l’avancement des femmes. [...]

Notes

1 L’UDT (União Democrática Timorense) composée des élites mestiços pro portugaises prônant une idéologie conservatrice, et l’ASDT (Associacão Social Democrática Timorense) dont le nom devient FRETILIN (Frente Revolucionario per la independensia de Timor Leste) quelques mois plus tard, de tendance marxiste, nationaliste et anticolonialiste.

2 Les troupes indonésiennes bombardent et occupent Dili le 7 décembre 1975.

3  Le Timor était la 27e province de l’Indonésie Selon certaines sources, environ 200’000 personnes sont décédées suite à l’occupation, soit 30 à 40% de la population de 1975.

4 « Operasi Sapu Jagad », en français: Opération nettoyage total, cf. Bourrier, A., «Naissance réussie d’un Etat au Timor», Le Monde diplomatique, juin 2002.

5 Les estimations oscillent entre 1500 et 3000 décès. Commun Country Assessment UN agencies, East Timor: Building Blocks for a Nation, novembre 2000.

6 Cet article recueille des observations et des expériences de l’auteure, qui, en tant qu’anthropologue, a contribué au «Common Country Assessment », a coréalisé une étude anthropologique sur les structures de pouvoir traditionnelles au Timor et, travaillant dans l’Unité de Genre d’UNTAET, a donné son appui à la participation politique des femmes dans l’Assemblée constituante.

7 Dunn, James, Timor a People Betrayed, p.251-253.

8 Sissons, Miranda E., 1997, From One Day to Another: Violations of Women’s Reproductive and Sexual Rights in East Timor, Yale University, East Timor Human Rights Centre.

9 D’après des interviews avec des femmes leaders au niveau villageois, l’Organisation des Femmes Timoraises (OMT) aurait été créée en 1985 par le Front de politique interne de la structure clandestine remplaçant l’OPMT. Mais ce n’est qu’en 1998 que le Conseil National de Résistance Timoraise (CNRT) a officiellement reconnu l’OMTau niveau des districts.

10 Sissons, Miranda E., idem note 8.

11 Le premier gouvernement comptait quatre Timorais et quatre expatriés dont deux femmes, l’une d’elles Timoraise. Le deuxième gouvernement 100% timorais comptait une seule femme, la même ministre. Ceci est dû en partie au manque de compétences chez les femmes, mais également au fait que les hommes étaient majoritaires au sein du Conseil National Consultatif (trois femmes et neuf hommes) et de la direction nationale du CNRT.

12 Discours au Conseil National de Sergio Vieira de Mello, Représentant Spécial du Secrétaire Général et Administrateur de Transition, Dili, 28 Juin 2001.

Auteur

Consultante au Timor de 2000 à 2002. Ancienne étudiante à l’IUED, Genève.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable