Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, pouvoirs et justice sociale

 | 
Christine Verschuur
, 
Fenneke Reysoo

Introduction

Christine Verschuur et Fenneke Reysoo

Texte intégral

1Le premier numéro des Cahiers genre et développement fournissait des éléments pour mieux comprendre le concept de genre trop peu maîtrisé dans le milieu francophone. Les numéros deux et trois portaient sur l’économie, constituant un ensemble. Le numéro deux présentait un premier éclairage des rapports sociaux entre hommes et femmes, de leurs transformations, et de l’ensemble des situations dans lesquelles les femmes sont insérées économiquement. Il exposait également les principales notions qui informent structurellement ces situations, comme celle de la division sexuelle du travail, de l’articulation entre les rapports de production de type domestique et les rapports de production de type capitaliste. Le numéro trois poursuivait cette analyse économique, en se penchant particulièrement sur l’accélération du mouvement de mondialisation/libéralisation économique et l’accroissement des inégalités et des écarts entre la pauvreté pour les uns et la prospérité pour les autres.

2L’analyse des processus économiques avec la perspective du genre révèle que le concept de genre est un outil analytique essentiel pour comprendre l’organisation sociale et la hiérarchisation entre femmes et hommes. Il permet de comprendre l’articulation et la perpétuation des inégalités sociales. L’analyse de la construction symbolique des féminités et des masculinités et des représentations sociales de la Femme et de l’Homme nous donne une clé de lecture pour comprendre les biais de genre dans les institutions (mariage, ménages, division du travail, législation, systèmes de santé ou d’éducation, organisations, etc.). Cela nous rend également attentifs aux potentialités individuelles qui cherchent à investir les niches interstitielles du système en place.

3Travailler avec le concept de genre est porteur de critique sociale. Les chercheuses et chercheurs, les responsables de projets et les organisations de base travaillant avec cette perspective de genre, en collaboration, s’inscrivent dans un projet de transformation sociale. Œuvrer pour une plus grande justice sociale, qui prenne en compte les besoins, les intérêts, les priorités, les valeurs, les droits de chacune et de chacun, dans la diversité, est l’objectif d’une renégociation des pouvoirs.

4Avec la mondialisation néolibérale, on observe le renforcement du pouvoir monopolistique des grandes entreprises multinationales et la levée des barrières commerciales entre les pays, l’affaiblissement des prérogatives des Etats et la privatisation des biens publics, la montée en puissance d’organismes supranationaux de contrôle, sinon de direction, de la gestion des affaires nationales. Cela s’accompagne d’une inégalité croissante pour participer aux choix, influer sur les décisions, contrôler leur application. Décentralisation, « bonne gouvernance », implication de la société civile, fora mondiaux, les mots fleurissent, à l’apparente connotation positive. Ils cachent une perte de « pouvoir sur » par certains, au profit de gains de « pouvoir sur » par d’autres, et aux dépens d’un plus grand « pouvoir de » pour tous.

5De nombreuses organisations féministes du Sud revendiquent et encouragent la voie de l’empowerment des femmes. Cette approche, détournée parfois de son sens originel par certaines agences de développement qui l’ont instrumentalisée, peut être définie comme le développement des capacités de négociation pour un partage équitable et un exercice différent du pouvoir. Les mouvements et organisations féministes cherchent à promouvoir, non seulement le partage du pouvoir, mais des changements allant dans le sens de leur vision d’une société, avec une plus grande justice sociale et des rapports plus équitables entre hommes et femmes.

6L’approche empowerment favorise la prise de conscience critique des inégalités arbitraires, développe les capacités et la force de revendiquer et de lutter pour des droits. Les mouvements féministes du Sud (comme DAWN) mettent l’accent sur sa dimension collective, tout en reconnaissant que les dimensions individuelles et collectives ne peuvent être dissociées. L’idée défendue est que des organisations, et non pas des indivudus, obtiennent du pouvoir (« empower »), pour faire autre chose.

7Ainsi définie, cette approche s’inscrit dans une remise en question des paradigmes actuels de développement. Nourrie de l’expérience des mouvements de base et de la réflexion des chercheurs et activistes, elle peut se réclamer de cet ancrage pour avancer avec une certaine légitimité dans les propositions alternatives sur le développement. Elle inspire les pratiques de nombreuses femmes, ainsi que d’hommes, dans des organisations du Sud, mais aussi au Nord et dans des pays de l’Est.

  • 1 Lire aussi les actes du colloque genre où sont publiées, dans leur langue originale, les présentati (...)

8Les questions concernant l’empowerment – les transformations des rapports de pouvoir et des identités de genre, le renforcement des capacités, les processus d’accès au pouvoir, d’organisation, de participation aux choix de société selon le genre, les luttes pour la prise de conscience et la défense des droits –, font l’objet des Cahiers genre et développement n° 4 que nous présentons ici. Elles ont aussi été abordées lors du colloque genre qui s’est tenu en janvier 2003 à Genève à l’iuéd1. Cet ouvrage ne constitue pas une réflexion aboutie mais offre une palette d’analyses, de regards, de pratiques ou d’expériences différents sur ces questions dans le contexte de la mondialisation.

9Cette manière de voir les pratiques de construction et de négociation du pouvoir, allant dans le sens d’une autre vision du monde, montre le renouvellement de la réflexion sur le développement ouvert par la perspective genre et son importance pour un développement plus juste et équitable.

Notes

1 Lire aussi les actes du colloque genre où sont publiées, dans leur langue originale, les présentations intégrales des intervenant-e-s au colloque, dont certains extraits sont ici publiés en français. « On m’appelle à régner. Mondialisation, pouvoirs et rapports de genre », textes réunis par Fenneke Reysoo et Christine Verschuur, UNESCO/DDC/iuéd : Genève 2003.

Auteurs

Institut universitaire d’études du développement Genève, 2003

Institut universitaire d’études du développement Genève, 2003

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable