Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, pouvoirs et justice sociale

 | 
Christine Verschuur
, 
Fenneke Reysoo

Présentation

Texte intégral

1La collection Cahiers genre et développement est constituée de recueils de documents de référence et d’articles originaux sur le concept de genre et l’analyse des problèmes de développement qu’il permet. Elle ne constitue pas un « manuel », mais propose de manière accessible, en langue française, un choix de documents sur la thématique genre et développement : articles théoriques, analyses sectorielles, outils de planification selon le genre, données de base, bibliographies, adresses utiles. Ce matériel est notamment constitué par des traductions, des synthèses ou des extraits de documents, mais aussi par des contributions originales.

2Les Cahiers genre et développement, publiés depuis l’année 2000, sont destinés à des responsables ou des chargé-e-s de projets, dans des ONG de développement, des institutions de développement et des organismes de coopération, et à des chercheuses-eurs ou étudiant-e-s effectuant ou prévoyant d’effectuer une recherche sur ce thème, ou souhaitant intégrer cette approche dans leur futur travail. Ils souhaitent contribuer à ce que la perspective de genre soit incorporée dans les recherches, formations, programmes et projets. Ils devraient encourager l’intégration de cette perspective dans les pratiques de développement et les échanges sur ces expériences. Ils favorisent la circulation des résultats des recherches, maintenant plus nombreuses, entreprises avec cette perspective. Cela devrait permettre aux personnes de mondes professionnels, académiques, ou géographiques plus variés, de contribuer à la conceptualisation et au débat critique sur cette problématique. Jusqu’à présent, ce débat était en grande partie réservé à un panel de spécialistes, majoritairement du monde anglophone et/ou nordique, suggérant une absence de réflexion sur ce thème dans d’autres cercles ou régions, ce qui n’est que partiellement vrai. Nos efforts pour mettre en lumière ces autres contributions se poursuivent afin de mieux rendre compte des apports dont les théories féministes sont redevables aux chercheuses ou chercheurs du Sud. Les outils théoriques et les analyses d’expériences diverses que cette publication met à leur disposition devraient contribuer, graduellement, à élargir le cercle des chercheuses et chercheurs, ainsi que de responsables de programmes, de projets et d’ONG, à participer à cette réflexion. Des échanges avec les cercles anglophones sont ainsi encouragés, contribuant à fertiliser le débat et à multiplier, dans la pratique, les nouvelles approches que nous défendons.

3Pour accompagner ces efforts, un « pôle de renforcement des compétences en genre » se met en place au sein de l’iuéd, ayant pour objectif de renforcer, de promouvoir et d’intégrer des initiatives de réflexion, de recherche, de formation et d’échanges dans le domaine de la perspective du genre au sein des études du développement. Le programme de renforcement des activités en genre et développement à l’iuéd, qui a débuté en 2003, a pour objectif de contribuer à remédier au manque de possibilités de formation, de recherche, de débat et de théorisation sur les questions « genre et développement » en Suisse et dans le monde francophone. Il cherche à encourager la prise en compte de cette perspective dans les politiques et programmes de développement, où elle n’est pas encore soutenue de manière conséquente. En plus de la publication des Cahiers genre et développement, ce programme poursuit la réalisation de colloques annuels sur le genre et la publication des Actes du colloque, constitue un large fonds documentaire sur genre et développement au sein de sa bibliothèque, anime un site web sur le genre (www.genre-dev.org), et proposera divers types de formations en sus des séminaires de recherche qui ont déjà été introduits depuis quelques années.

4Nous considérons qu’il faut lancer un défi à l’orientation des paradigmes de développement actuels, en particulier dans le contexte de la mondialisation, en y incluant les critiques et les revendications de trois décennies de luttes et d’études féministes. Si les relations de genre ne sont pas prises en considération dans les politiques et pratiques de développement, elles persistent à être inégales, les inégalités s’approfondissent souvent, les femmes continuent d’être subordonnées, exploitées, surchargées, non valorisées, écartées de l’accès aux décisions. Les prendre en considération permet aussi de reconnaître, afin de les soutenir, les capacités d’action et de mobilisation des femmes, car elles sont souvent le fer de lance dans les mouvements de contestation des processus d’exclusion, et peuvent faire preuve d’une force remarquable. Un exemple, cité dans cet ouvrage, en Orissa (Inde), en témoigne : dans une société rurale où les femmes devraient rester soumises, les femmes d’un village se sont organisées pour aller briser toutes les bouteilles et chasser le commerçant d’alcool dont la consommation produisait des ravages parmi les hommes et empêchait de mettre en œuvre un programme d’assainissement.

5Une transformation des relations de genre implique de profonds changements, vers une société plus juste et équitable. Cependant, il faut renverser les termes, non pas seulement chercher à promouvoir un développement aux relations de genre plus équitables, mais promouvoir des relations de genre plus équitables qui favoriseraient un développement économique, social, politique et culturel différent.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable