Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, mondialisation et pauvreté

 | 
Christine Verschuur
, 
Fenneke Reysoo

5. Bibliographie et ressources documentaires

Genre et mondialisation économique : bibliographie commentée

Emma Bell et Paola Brambilla
Traduction de Emmanuelle Chauvet

Note de l’éditeur

Préparé pour les Cahiers Genre et Développement par BRIDGE, 2002, Development – Gender Institute of Development Studies, Université du Sussex, La bibliographie complète peut être consultée sur le site de l’IUED ainsi que sur celui de l’IDS : www.ids.ac.uk/bridge. Emma Bell a compilé cette bibliographie et rédigé le résumé. Les commentaires ont été rédigés essentiellement par Emma Bell et Paola Brambilla. D’autres membres de l’équipe de BRIDGE ont également écrit des commentaires, et Jacques Merat a écrit les commentaires français. Charlotte Sever et Hazel Reeves ont dirigé la publication du document.

Texte intégral

Introduction

1Cette bibliographie se concentre sur les aspects économiques de la mondialisation et sur son impact sur les relations de genre, plutôt que sur des questions de gouvernance internationale et de droits humains. Elle a été préparée en contribution au numéro 3 de la collection des Cahiers Genre et Développement soutenue par la Direction suisse pour le développement et la coopération (DDC).

2Les textes qui figurent dans cette bibliographie sont souvent très riches et couvrent plus d’un domaine ; la catégorisation est donc approximative.

3La synthèse se concentre sur l’impact de la mondialisation résultant à la fois des accords commerciaux et de l’action des institutions politiques et financières, qui influencent les accords commerciaux. La synthèse analyse ensuite les réactions des mouvements de femmes et les tentatives d’intégration des questions de genre dans la théorie, les politiques et la pratique de la mondialisation. Enfin, des directions de recherche future sont mises en avant. Ces directions vont vers des domaines où l’on manque pour l’instant de données.

4Parmi les organisations et les experts de ce domaine qui ont été contactés et qui nous ont apporté des informations utiles, se trouvent Stephanie Barrientos (Institute of Development Studies), Marzia Fontana (Consultative Group on International Agricultural Research), Barbara Evers (Université de Manchester), Diane Elson (Université d’Essex) et Barbara Specht (Women in Development Europe). Les références et informations qui ont servi à l’élaboration de ce rapport sont issues d’une revue générale des ressources bibliothécaires et d’Internet. Cette bibliographie inclut des textes clés publiés par les agences de développement, les institutions académiques et les ONG.

Synthèse bibliographique

5La mondialisation est souvent associée à la libéralisation du marché, et pourtant elle n’est qu’un des aspects de la perméabilité croissante des frontières, résultat d’un processus tant politique et culturel qu’économique. Cette bibliographie se concentre seulement sur les aspects économiques : le commerce et les flux financiers (section B. 1.1 et B. 1.2), les institutions et réglementations qui contrôlent ces flux internationaux (section C), les effets sur les relations de genre et les réactions à ces processus économiques (section B), ainsi que les recommandations et réponses que l’on peut apporter pour s’attaquer aux effets de la mondialisation économique (section D). La bibliographie sur les aspects de genre de la mondialisation est maintenant très riche. Pour une synthèse générale, voir la section A.

6Les conséquences de la mondialisation ne sont pas les mêmes pour les hommes et pour les femmes, ils varient aussi entre différents groupes de femmes, et ont des effets tant en terme d’égalité de genre que sur les projets de lutte contre la pauvreté. L’analyse de genre est importante pour comprendre pourquoi certains pays, certains secteurs, régions ou groupes de personnes et individus peuvent (ou ne peuvent pas) profiter des perspectives offertes par la mondialisation économique.

Expansion du commerce et libéralisation

7Le protectionnisme est toujours flagrant, notamment dans les pôles commerciaux les plus puissants, mais les institutions financières internationales (IFI) telles que l’Organisation mondiale du commerce (OMC), la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) font pression sur les nations, notamment les nations en développement, pour qu’elles ouvrent leurs frontières aux fonds et aux produits (sinon aux peuples). Dans les pays en développement, les IFI ont un levier d’action plus important en raison de la dette. L’ouverture des frontières permet aux sociétés transnationales d’accéder à des marchés plus nombreux et de chercher une main-d’œuvre bon marché et flexible. Pour les femmes, les effets de la libéralisation des marchés et de l’expansion du commerce et des flux financiers qui en ont résulté sont mitigés, tant en termes absolus qu’en comparaison aux hommes, et plusieurs indicateurs l’attestent (sections B. 1.1 et B. 1.2). Ces indicateurs comprennent les taux de participation des femmes à la main-d’œuvre, les niveaux d’éducation différentiels et les modèles différentiels de discrimination et de ségrégation sur le marché du travail, les types de droits sur les ressources en fonction du genre, ainsi que différents environnements socioculturels (références 2, 12, 15, 17, 41, 44). Les IFI et les accords commerciaux internationaux ne prennent que rarement en compte le lien entre les questions de genre et la mondialisation (section C).

8Dans certaines parties du monde en développement (notamment en Asie, mais également en Amérique latine et dans les Caraïbes), le développement des productions destinées à l’exportation a été associé à la féminisation de la main-d’œuvre industrielle. Mais on se préoccupe de savoir si cet accroissement peut se poursuivre au-delà des stades initiaux du développement des productions destinées à l’exportation (référence 2). L’accès des femmes au travail rémunéré dans les industries d’exportation peut améliorer leur bien-être et leur autonomie (références 1, 2, 28), mais les termes et les conditions d’emploi des femmes dans les productions d’exportation suscitent encore un débat (références 2, 3, 24). Les femmes sont souvent concentrées dans des emplois mal payés, à basse qualification et précaires (références 8, 9, 10, 11, 14, 15, 21, 22, 24, 27). Dans les régions où l’agriculture est la principale activité exportatrice, par exemple en Afrique subsaharienne, les femmes ne profitent pas directement de l’augmentation de la production d’exportation car leurs droits de propriété sont limités (références 29 et 32). En outre, le travail non rétribué des membres de la famille est le pilier de la production d’exportation des petits propriétaires, et toute augmentation dans la production peut se traduire par une augmentation de la charge de travail pour ces membres de la famille (référence 12). L’argent résultant de l’activité sera probablement contrôlé par les détenteurs des droits de propriété (référence 24). Les services d’extension agricole sont souvent proposés aux hommes chefs de ménage en supposant que tous les bénéfices seront partagés avec les membres de la famille.

9Traditionnellement, les économistes ont mesuré les conséquences de la mondialisation économique pour les hommes et les femmes en se concentrant exclusivement sur l’accès à l’emploi salarié et sur les niveaux de salaire. Depuis quelque temps, on accorde plus d’attention non seulement aux conditions d’emploi comme l’accès à la formation, les promotions, les systèmes de gardes d’enfants, mais également aux interactions qui existent entre les sphères marchande et non marchande (références 2, 24, 42). Ces interactions passent par des relations de genre inégalitaires qui ont un impact important sur les résultats généraux du développement du commerce international et des flux financiers. Par exemple, les femmes, lorsqu’elles passent à des emplois liés au commerce, acquièrent-elles un meilleur contrôle sur leur revenu, les types de dépenses restent-ils les mêmes, et cette entrée dans le travail rétribué occasionne-t-elle une redistribution du temps entre le travail rétribué et le travail non rétribué ? On dit également que l’inégalité de genre au sein du foyer et sur le marché empêche les femmes à répondre efficacement aux incitations à une augmentation de la productivité. Cette vision a été développée par la Banque mondiale comme justification de l’importance qu’elle donne aux questions de relations de genre (références 2, 5, 23). D’autres contestent cette relation et avancent qu’on a besoin de plus d’éléments pour évaluer la relation entre l’égalité de genre et la croissance (référence 44).

10Un accent important a été mis, notamment par les économistes féministes, sur les effets des politiques néolibérales sur le bien-être social et les services sociaux comme la santé et l’éducation. Les femmes ont souvent été les plus affectées par les politiques encourageant le désengagement de l’Etat, par exemple les politiques d’ajustement structurel conditionnant les prêts et l’allégement de la dette (section B. 1). Le désengagement de l’Etat a souvent entraîné une baisse des subventions aux services sociaux essentiels comme la santé et l’éducation, induisant le développement du travail non rétribué des femmes (références 35, 33 et 44). Les crises économiques comme celle qu’a vécue l’Asie de l’Est en 1998 ont également eu un impact différent sur les hommes et sur les femmes (section B. 2), et les opinions divergent sur la manière dont il s’est manifesté. Lim (référence 18), par exemple, avance que le chômage des femmes a moins augmenté que celui des hommes, alors qu’UNIFEM (référence 19) dit que la crise a entraîné un chômage plus important chez les femmes.

11Une autre préoccupation importante concerne la relation entre la mondialisation, l’environnement et l’inégalité de genre (références 6 et 34), avec par exemple l’impact des biotechnologies. L’accord sur les droits de propriété intellectuelle en lien avec le commerce (TRIPS) permet de breveter des parties de plantes ou d’animaux, et permet donc à certains de breveter les organismes biologiques (référence 11). Jusqu’à maintenant, les publications ont souvent trop simplifié la relation des femmes à l’environnement. On a souvent décrit les femmes comme ayant une tendance « naturelle » à protéger la nature plutôt que comme ayant une relation influencée par l’environnement social, culturel et politique. Peu d’études ont été menées pour connaître les effets des brevets sur l’accès des hommes et des femmes aux nouvelles cultures et sur la possibilité d’utiliser des cultures traditionnelles qui pourraient contenir un organisme breveté.

Les réponses à la mondialisation économique

12Certains des textes figurant dans cette bibliographie traitent des mesures permettant de s’assurer que les politiques macroéconomiques considèrent comme point de départ la justice sociale plutôt que la santé du marché en elle-même. On a avancé que, dans les pays où les femmes contribuent fortement à l’emploi salarié dans les industries d’exportation, on devrait avant tout faire reculer les discriminations sur le marché du travail. Dans les pays où l’agriculture est la principale activité exportatrice, on devrait se concentrer sur le renforcement des droits fonciers des femmes et de leur accès aux autres moyens de production.

  • 1 La Banque mondiale et le FMI ont conditionné les prêts et l’allègement de la dette pour les pays en (...)

13La communauté des donateurs met maintenant en avant la participation de la société civile à la définition des choix de politiques, mais elle ne fait toujours pas assez pour que sa propre action soit plus transparente et participative. L’élaboration et à la mise en œuvre de tout programme macroéconomique accordé avec les institutions financières multilatérales devrait être fait avec la société civile et de manière transparente. Les programmes stratégiques de lutte contre la pauvreté (PRSP1) montrent que la Banque mondiale reconnaît cette lacune, mais jusqu’à maintenant, il a été difficile pour la société civile d’influencer le contenu des documents (références 47 et 48). De nombreux textes font des recommandations pour que les gouvernements (références 13, 14, 22, 23, 27, 29, 36, 37 et 46), les donateurs (références 3 et 4), les IFI (références 14, 36 et 37) et d’autres institutions des Nations unies (références 2, 11, 21, 49) adoptent des pratiques plus ouvertes. (Les textes comprenant des recommandations pour diverses institutions incluent les références 3, 4, 8, 9, 20, 24, 29 et 45). Certains textes (références 3, 4, 17, 25, 40 et 48) montrent comment les ONG peuvent influencer la politique macroéconomique et les institutions.

14Les réglementations du travail peuvent-elles améliorer le traitement réservé aux femmes, ou limiteront-elles l’accès des femmes aux bénéfices de leur activité dans les secteurs liés au commerce ? Les clauses sociales et les codes de conduite peuvent contribuer à faire en sorte que les femmes aient de meilleurs conditions de travail, mais il est beaucoup plus difficile de s’attaquer aux inégalités en dehors du lieu de travail, qui ont des effets sur le travail des femmes dans le secteur du commerce, par exemple les tâches domestiques qui limitent le temps qu’une femme peut consacrer au travail salarié. La politique doit mettre l’accent sur l’égalité de genre dans le suivi et l’application des réglementations du travail (que ce soit dans le contexte des clauses sociale ou non), sur une plus grande responsabilité des entreprises en matière d’égalité de genre et de conditions de travail, y compris dans les filiales locales, et sur un soutien aux associations de femmes participant au suivi et aux campagnes de défense des réglementations et des droits du travail. Les employées doivent aussi être soutenues si elles souhaitent organiser ou devenir membre d’un syndicat (références 17, 26 et 50).

15On trouve maintenant des documents sur la résistance aux effets négatifs de la mondialisation, par des groupes de base et internationaux, par exemple contre la privatisation des services et les conditions de travail d’exploitation. Les réponses souvent novatrices des femmes et des mouvements de femmes sont un défi à la mondialisation et au pouvoir des compagnies transnationales et des institutions financières (références 10, 32, 35, 43 et 47). Véritablement, les réponses aux défis et ouvertures nés de la prédominance du marché et des politiques néolibérales ont permis aux mouvements de femmes de devenir des mouvements mondiaux (références 1 et 7). Les femmes et les organisations de femmes ont notamment utilisé des technologies de la communication plus accessibles et sophistiquées pour créer des coalitions locales, nationales, régionales et internationales.

Autres domaines de recherche

16Les recherches sont encore rares dans certains domaines, notamment sur le secteur de la vente de services, de la production industrielle du secteur informel, des activités de production et de transformation des produits agricoles non traditionnels d’exportation (NTAE). Dans ces domaines, on sait que la participation des femmes est forte, mais les connaissances empiriques sont rares (références 31 et 38). On a avancé que les femmes peuvent plus profiter du développement des ventes de services et des NTAE que des produits traditionnels d’exportation, et que la performance à l’exportation est meilleure lorsque les femmes participent à égalité à la production. Mais, comme dans les productions traditionnelles d’exportation, les femmes se concentrent souvent dans les emplois précaires à bas salaire et à faible qualification. Les groupes de femmes se sont également inquiétés de ce que le passage de la culture vivrière à la production de légumes à plus forte valeur pour l’exportation affecte les femmes et leurs familles en menaçant leur sécurité alimentaire, en les privant de terre, en les exposant à des produits chimiques, en les obligeant à travailler plus, en les appauvrissant et en les obligeant à émigrer (références 32 et 38).

17Des liens entre le secteur de la production pour l’exportation et l’économie informelle peuvent accroître l’activité informelle, mais, de la même façon, les marchés informels peuvent être menacés par des importations moins chères. Les marchés du travail étant traversés entre autres par les variables du sexe, les femmes dépendant du revenu des activités d’une entreprise voient leurs moyens de subsistance chuter par la réduction des possibilités de travail et par l’impossibilité de trouver d’autres emplois (référence 24). Il est également possible que la récession économique, comme celle qu’ont connue l’Afrique du Sud et l’Asie de l’Est, entraîne un afflux des femmes vers les emplois informels, flexibles et précaires (référence 26).

18D’autres domaines qui demandent plus d’attention ont été mentionnés dans la synthèse qui précède. Parmi ces domaines, on trouve les effets de la mondialisation économique sur les services sociaux, et leurs conséquences pour les hommes et les femmes, mais également les effets de la mondialisation économique sur les relations entre les genres et l’accès des femmes aux décisions en dehors du lieu de travail.

49. UNCTAD, 1999, Trade, sustainable development and gender : papers presented in support of the themes discussed at the Pre-UNCTAD X Expert Workshop on Trade, Sustainable Development and Gender, 12-13 July, 1999, Geneva, Switzerland. Site Internet : <www.unctad.org/en/docs/poedm_m78.en.pdf>.

Bibliographie

Section A : textes généraux

1. Basu, Amrita, Grewal, Inderpal, Kaplan, Caren and Malkki, Liisa (eds), 2001, « Globalisation and Gender », Special Issue of Signs, Vol. 26, No. 4.

2. Joekes, Susan, 1999, « A Gender-analytical Perspective on Trade and Sustainable Development », paper presented in support of the themes discussed at the Pre-UNCTAD X Expert Workshop on Trade, Sustainable Development and Gender, 12 – 13 July, 1999, Geneva, Switzerland. Site Internet : < http://www.unctad.org/en/docs/poedm_m78.en.pdf >.

3. Keller-Herzog, Angela, 1996, Globalization and Gender : Development Perspectives and Interventions, Discussion Paper, Quebec : Canadian International Development Agency (CIDA). Site Internet : < http://www.ifias.ca/gsd/trade/gagdindex.html >. Egalement disponible en français.

4. Keller-Herzog, Angela, 1996, Mondialisation et genre : les perspectives et les interventions dans le domaine du développement, Document de discussion, Québec : Agence canadienne pour le développement international (CIDA).

5. Pearson, Ruth, 2000, « Moving the Goalposts : Gender and Globalisation in the Twenty-first Century », Gender and Development, Vol. 8, No. 1.

6. De Pauli, L. (ed.), 2000, Women’s Empowerment and Economic Justice : Reflecting on Experience in Latin America and the Caribbean, United Nations Development Fund for Women (UNIFEM). Site Internet : <www.unifem.undp.org/public/eemplac/index.html>.

Section B : l’impact de la mondialisation

7. Moghadam, Valentine M., 1999, « Gender and Globalization : Female Labor and Women’s Mobilization », Journal of World System Research (JWSR), Vol. V, No 2 : 367-388. Site Internet : < http://csf.colorado.edu/jwsr/archive/vol5/vol5_number2/v5n2_split/jwsr_v5n2_moghadam.pdf >.

8. United Nations Development Fund for Women (UNIFEM), 2000, Progress of the World’s Women, 2000, New York : UNIFEM. Site Internet : < http://www.unifem.undp.org/progressww/2000/index.html >. (Existe en français et en espagnol).

9. Fonds de développement des Nations unies pour les femmes (UNIFEM), 2000, La progression des femmes dans le monde, 2000, New York : UNI-FEM. Site Internet : < http://www.unifem.undp.org/progressww/2000/index.html >.

10. Wichterich, Christa, 1998, The Globalized Women : Reports from a Future of Inequality, London and Australia : Zed Press and Spinifex Press (traduit en français).

B. 1. Ajustement structurel et libéralisation

11. Kaihuzi, Magdelena T., 1999, « LDCs in a Globalizing World : a Strategy for Gender Balanced Sustainable Development », paper presented at at the Pre-UNCTAD X Expert Workshop on Trade, Sustainable Development and Gender, 12-13 July 1999, Geneva, Switzerland. Site Internet : < http://www.unctad.org/en/docs/poedm_m78.en.pdf >.

12. Robinson, B. and Solongo, A., 2000, « The Gender Dimension of Economic Transition in Mongolia », in F. Nixon, B. Suvd, P. Luvsandorj and B. Walters (eds), The Mongolian Economy : A Manual of Applied Economics for a Country in Transition, Cheltenham : Edward Elgar Publishing Limited. Site Internet : < http://nt1.ids.ac.uk/eldis/fulltext/GenderMong.pdf >.

13. Baden, Sally, 1996, « Gender Issues in Financial Liberalization and Financial Sector Reform », BRIDGE Report, No. 39, Sussex : Institute of Development Studies (IDS). Site Internet : < http://www.ids.ac.uk/bridge/Reports/re39c.pdf >.

14. Singh, Ajit and Zammit, Ann, 2000, « International Capital Flows : Identifying the Gender Dimension », World Development, Vol. 28, No. 7 : 1249-68.

15. BRIDGE, 1999, « Trade Policy », Development and Gender in Brief No. 8, Sussex : Institute of Development Studies. Site Internet : < http://www.ids.ac.uk/bridge/dgb8.html >.

16. BRIDGE, forthcoming, « Gender and Global Trade », BRIDGE Report, Sussex : Institute of Development Studies (IDS). Ce rapport est une adaption du rapport de 1998 « Global Trade Expansion and Liberalisation : Gender Issues and Impacts » de Marzia Fontana, Susan Joekes et Rachel Masika.

17. Hale, Angela, (ed), 1998, Trade Myths and Gender Reality. Trade Liberalisation and Women’s Lives, International Coalition for Development Action (ICDA), Uppsala : Global Publications Foundation.

B. 2. Crise économique et dette

18. Lim, Joseph Y., 2000, « The Effects of the East Asian Crisis on the Employment of Women and Men : the Philippine Case », World Development, 28, No. 7 : 1285-1306.

19. United Nations Development Fund for Women (UNIFEM), 1998, Women in a Global Economy : Challenge and Opportunity in the Current Asian Economic Crisis, New York : UNIFEM. Site Internet : < http://www.unifem-eseasia.org/Resources/Global Economy/TOC.html >.

20. White, Marceline and Sharma, Ritu, 1999, « The Asian Financial Crisis : Hearing Women’s Voices », An Occasional Paper from Women’s EDGE (The Coalition for Women’s Economic Development and Global Equality), Washington DC : Women’s EDGE. Site Internet : < http://www.womensedge.org/trade/asiancrisis.htm >.

B. 3. Emploi

21. Sen, Gita, 1999, « Gendered Labour Markets and Globalisation in Asia », Occasional Paper, New York : UNCTAD/UNDP. Site Internet : < http://www.unctad.org/en/docs/poedmm133.en.pdf >.

22. Standing, Guy, 1999, « Global Feminization Through Flexible Labour : a Theme Revisited » World Development, Vol. 27, No. 3 : 583-602.

23. Tzannatos, Zafiris, 1999, « Women and Labour Market Changes in the Global Economy : Growth Helps, Inequalities Hurt and Public Policy Matters », World Development, Vol. 27, No. 3 : 551-69.

24. United Nations (UN), 1999, World Survey on the Role of Women in Development. Globalisation, Gender and Work, Division for the Advancement of Women, Department of Economic and Social Affairs, New York : UN. Site Internet : < http://www.un.org/womenwatch/daw/followup/a54227.pdf >.

25. Barton, C. and Nazombei, E., 2000, « Women’s Labour and Economic Globalisation : a Participatory Workshop Created by Alternative Women in Development (Alt-WID) », Gender and Development, Vol. 8, No. 1 : 35-44.

26. Valodia, Imraan, 2001, « Economic Policy and Women’s Informal Work in South Africa », Development and Change, Vol. 32, No. 5 : 871-92.

27. Bhattacharya, Debapriya and Rahman, Mustafizur, 1999, « Female Employment Under Export-propelled Industrialization : Prospects for Internalizing Global Opportunities in Bangladesh’s Apparel Sector », Occasional Paper No. 10, Geneva : United Nations Research Institute for Social Development (UNRISD). Site Internet : < http://www.unrisd.org/engindex/publ/cat/p318.htm >.

28. Kabeer, N., 2000, The Power to Choose. Bangladeshi Women and Labour Market Decisions in London and Dhaka, London and New York : Verso Press. Résumé à partir du site Internet : < http://www.ids.ac.uk >.

29. Baden, Sally, 1998, Gender Issues in Agricultural Market Liberalization, BRIDGE Report, No. 41, Sussex : Institute of Development Studies (IDS).

30. Barrientos, Stephanie, 2001, « Gender, Flexibility and Global Value Chains », IDS Bulletin, Vol. 32, No. 3, Sussex : Institute of Development Studies. Résumé à partir du site Internet : < http://www.ids.ac.uk >.

31. Barrientos, Stephanie, Bee, Anna, Mateur, Ann, Vogel, Isabel, 1999, Women and Agribusiness : Working Miracles in the Chilean Fruit Export Sector, Basingstoke : Macmillan.

32. Oliveros, Teresita, 1997, « Impact of New World Trade Regime on Peasant Women in the Philippines », Forum News, Vol. 10, No. 2. Site Internet : < http://www.twnside.org.sg/title/regime-cn.htm >.

B. 4. Questions sociales

33. Dewan, R., 1999, « Gender Implications of the “New” Economic Policy : a Conceptual Overview », Women’s Studies International Forum, Vol. 22, No. 4 : 425-429.

34. Lister, G., 2000, « Global Health and Development : the Impact of Globalization on the Health of Poor People », produced for the Department for International Development (DFID) White Paper on Eliminating World Poverty : Making Globalization Work for the Poor. Site Internet : < http://www.globalisation.gov.uk/BackgroundWord/GlobalHealthDFID.doc >.

35. Rowbotham, Sheila, and Linkogle, Stephanie, (eds), 2001, Women Resist Globalization : Mobilizing for Livelihoods and Rights, London : Zed Press.

Section C : accords commerciaux, institutions politiques et financières

36. Allaert, B., 2001, « International trade and gender inequality : a gender analysis of the trade agreements between the European Union and Latin America : Mexico and Mercosur », Women in Development Europe (WIDE), Brussels : WIDE. Egalement disponible en espagnol. Site Internet de WIDE : < http://www.eurosur.org/wide/porteng.htm >.

37. Arts, Karin, 2001, « Gender Aspects of the Cotonou Agreement », WIDE Position Paper. Site Internet : < http:///www.genderandtrade.net/Cotonou/WIDE%20Gender%20and%20Cotonou.pdf >.

38. Barndt, Deborah, (ed), 1999, Women Working with the NAFTA Food Chain, Women, Food and Globalization, Ontario : Second Story Press. Résumé sur Internet : < http://www.sumachpress.com/wwnafta.htm >.

39. Çagatay, Nilüfer, 2001, « Trade, Gender and Poverty : Listening to the Needs of Women in Trade Negotiations », Background Paper to the UNDP Programme on Trade and Sustainable Human Development, New York : UNDP. Site Internet : < http://www.undp.org/mainundp/propoor/docs/pov_tradegenderpoverty_doc.pdf >.

40. Haxton, Eva and Olsson, Clæs (eds), 1999, « Gender Focus on the WTO », International Coalition for Development Action, Uppsala : Global Publications Foundation.

Section D : réponses : guides, outils et approches générales

41. Benería, Lourdes, and Lind, Amy, 1995, « Engendering International Trade : Concepts, Policy and Action », The Gender, Science and Development (GSD) Working Paper Series, No. 5, Toronto : The GSD Programme, Women in Global Science & Technology (WIGSAT) and United Nations Development Fund for Women (UNIFEM). Site Internet : < http://www.ifias.ca/GSD/Beneria.Contents.html >.

42. Braunstein, Elissa, 2000, « Engendering Foreign Direct Investment : Family Structure, Labor Markets and International Capital Mobility », World Development, Vol. No. 7 : 1157-72 43. Chávez, Martina E., 2000, La Marche mondiale des femmes contre la barbarie néolibérale, Protesta News, Groupe local Paris. Site Internet : < http://attac.org/fra/grou14/7510.htm >.

44. Elson, Diane and Cagatay, Nilüfer, 2000, « The Social Content of Macroeconomic Policies » World Development, Vol. 29, No. 7 : 1347-64.

45. Grown, Caren, Elson, Diane and Çagatay, Nilüfer (eds), 2000, « World Development Special Issue : Growth, Trade, Finance and Gender Inequality », World Development, Vol. 28, No. 7. Site Internet : < http://www.undp.org/poverty/publications/wd2000.htm >.

46. O’Regan Tardu, Louise, 1999, « Gender Mainstreaming in Trade and Industry : A Reference Manual for Governments and Other Stakeholders », Gender Management Systems Series, London : The Commonwealth Secretariat.

47. Riley, Maria, 2001, « Women’s Economic Agenda in the 21st Century », Occasional Paper Series, Women’s Project at the Center of Concern and the International Gender and Trade Network. Site Internet : < http://www.genderandtrade.net/Paper%20Series/Women%2021st%20Century.pdf >.

48. Terry, Geraldine, 2000, « How to Challenge a Colossus », UK : Gender and Development Network (GAD Network). Site Internet : < http://www.womankind.org.uk/documents/IntFinInstGAD.pdf >.

50. Barrientos, Stephanie, Dolan, Catherine, and Tallontire, Anne, 2001, « Gender and Ethical Trade : a Mapping of the Issues in African Horticulture », NRET Working Paper. Site Internet : < http://www.nri.org/NRET/genderet.pdf >.

Notes

1 La Banque mondiale et le FMI ont conditionné les prêts et l’allègement de la dette pour les pays en développement au développement d’une charte pour la lutte contre la pauvreté, dont la formulation est censée mettre à contribution la société civile.

Auteurs

Emmanuelle Chauvet (Traducteur)

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable