Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, mondialisation et pauvreté

 | 
Christine Verschuur
, 
Fenneke Reysoo

4. Face à la mondialisation : des alternatives et des luttes

Répondre au défi de la mondialisation : les féministes peuvent-elles transformer le développement ?

Joanna Kerr
Traduction de Emmanuelle Chauvet

Note de l’éditeur

Responding to Globalization : Can Feminists Tranform Development ?, In : Marylin Porter, Elle Judd (eds.), Feminists Doing Development, Zed Books, New York, Londres, 1999, 246 p., pp. 190-205. Une version de ce chapitre a été publiée par l’Université Guelph comme partie de la Hopper Lecture Series, financée par IDRC.

Texte intégral

Conséquences des changements économiques mondiaux sur l’égalité de genre

1D’abord, il serait trompeur de dire que toutes les femmes sont victimes de l’économie mondialisée. Mais la mondialisation renforce les inégalités inhérentes au système économique mondial. Ses conséquences varient en fonction d’un certain nombre de facteurs comme le genre, la classe, l’âge, le niveau d’éducation, l’origine ethnique et la localisation géographique. Pour ce chapitre, je donnerai trois exemples très brefs de l’impact de l’économie mondiale sur les femmes : l’ajustement structurel en Afrique, la libéralisation du commerce au Bangladesh et les effets de la crise financière asiatique.

L’ajustement structurel en Afrique

2Depuis plus de dix ans, les pays africains subissent des politiques d’ajustement structurel prescrites pour favoriser la croissance économique. La Banque mondiale et le FMI promettant comme récompense des profits économiques universels, les nations africaines ont répondu à l’appel des institutions leur demandant de mettre de l’ordre dans leurs économies. Ces mesures universelles de type « pas de profit sans douleur » incluent : la privatisation des services contrôlés par l’Etat, la libéralisation financière et commerciale, une ouverture aux investissements étrangers directs, une réforme et une discipline fiscales.

3Le changement radical du rôle de l’Etat est une conséquence inquiétante de ces mesures de réformes économiques. Dans des services publics comme la santé, l’éducation et le transport, dont l’Etat assumait la responsabilité, la tendance est désormais à la déréglementation et à la privatisation. Le gouvernement rejetant la responsabilité des services de santé, de l’éducation, des transports publics et des services d’encadrement agricole, la charge en revient aux femmes en tant que principales actrices de l’économie du travail non rétribué dans la sphère domestique et communautaire.

  • 1 Cette étude a été menée dans la région de la Volta, au Ghana, par le Centre for the Development of (...)

4Par exemple, selon une étude de 1995 sur les effets des réformes macroéconomiques sur les conditions de vie des femmes et des hommes dans la région de Volta, à l’est du Ghana1, l’introduction du paiement des services de santé par les utilisateurs à la fin des années 1980 s’est avérée être tellement dissuasive que les femmes, responsables de la santé de la famille, avaient arrêté d’amener leurs enfants dans les cliniques, même pour des infections ou maladies aussi graves que le paludisme. Les médecins ont rapporté que les femmes elles-mêmes présentaient des maladies beaucoup plus complexes, chroniques et mortelles parce qu’elles avaient tardé à chercher un traitement médical. Les femmes de Volta qui n’avaient pas d’argent utilisaient le peu qu’elles avaient pour acheter de la nourriture ou payer leur transport plutôt que pour les soins de santé (Brown et Kerr, 1997 : 74).

La libéralisation du commerce au Bangladesh

5L’emploi a beaucoup changé au Bangladesh, car le gouvernement et les entreprises, pour pouvoir vendre des produits d’exportation rentables et compétitifs sur le marché mondial cherchent une main-d’œuvre bon marché et flexible. Le nombre de femmes employées dépasse maintenant de plusieurs millions celui des hommes. On les considère comme plus productives, plus facilement soumises et moins susceptibles de former des syndicats exigeant de meilleurs salaires et de meilleures conditions sanitaires et de travail.

6Selon une étude récente sur le secteur du vêtement menée par le North-South Institute et Narl Uddug Kendra, une organisation de femmes locales (Delahanty, 1998) : « Les femmes dans l’industrie du vêtement [travaillent] onze à seize heures par jour, sept jours par semaine – tout en continuant à se charger de la plupart des tâches domestiques et de l’éducation des enfants. Les femmes doivent se trouver un logement, le logement étant rare et parfois instable au Bangladesh. Souvent, elles n’ont pas accès même à des installations comme des toilettes et de l’eau potable. Elles endurent des risques professionnels tels qu’une mauvaise ventilation, la promiscuité et le danger d’incendie – l’année dernière, à Dhaka de nombreuses ouvrières ont été tuées dans l’incendie d’une usine de vêtements dont les portes avaient été fermées à clé. Les déplacements vers le travail et pour en revenir sont dangereux – de nombreuses femmes ont été harcelées, attaquées et même violées. Les salaires sont bas – tellement bas que les ouvrières ne peuvent souvent même pas se permettre d’acheter assez de nourriture pour elles-mêmes et pour leurs familles. Enfin, lorsqu’elles ne peuvent plus travailler en usine, les femmes ont peu de perspectives pour un autre emploi. »

7Malgré ces conditions, on doit insister sur le fait que ces ouvertures d’emploi ont permis aux femmes d’avoir leur propre revenu, et leur a donné une certaine autonomie. Dans certains cas, l’environnement de travail peut aider les femmes à accéder aux décisions car les ouvrières, qui étaient isolées au sein des ménages, en arrivent souvent à reconnaître leurs problèmes communs et à rechercher ensemble des solutions alternatives.

  • 2 Pour développer cette idée, voir Zaman dans ce même volume.

8Les femmes veulent travailler dans la dignité, mais avant tout elles veulent avoir un travail2. Les parts de marché et la compétitivité dépendent d’un flux constant de main-d’œuvre bon marché. Pour conserver des marges bénéficiaires, il faut maintenir les femmes aux postes les plus bas et les plus mal payés. En outre, les gouvernements des pays en développement ferment souvent les yeux devant les sociétés qui ne respectent pas les normes nationales et internationales d’emploi, parce que leur impératif primordial au sein de ce système économique mondial est d’attirer les investissements étrangers et de créer des emplois.

La crise financière en Asie

9La crise financière que traverse actuellement l’Asie montre également que l’économie mondiale a un impact différent selon le sexe. L’une des causes de cette crise fut la libéralisation prématurée des marchés financiers. L’ouverture des marchés financiers est la marque de la mondialisation, elle donne aux sociétés et aux investisseurs la liberté de faire des affaires partout, et de chercher les meilleurs bénéfices sans intervention de l’Etat. Cette activité se développe à très grande échelle : les transactions de change sont estimées à 1,3 trillion de dollars par jour (Culpeper, 1996 : 4). En Asie, ces échanges, avec les investissements à court terme, ont entraîné des flux entrants et sortants qui ont eu des effets profondément déstabilisants (Culpeper, 1998).

10La crise financière asiatique qui a éclaté en Thaïlande et s’est propagée à la Corée, à l’Indonésie et à d’autres régions de l’Asie de l’Est et du Sud-Est a plongé ces économies dans la tourmente et a eu de graves effets sur les populations. La demande de main-d’œuvre a chuté, et le chômage a augmenté nettement. On a pu constater que les femmes ont été les premières à perdre leurs emplois, licenciées parce qu’elles étaient surreprésentées dans les secteurs les plus vulnérables : la banque, l’électronique, le textile et les services (DAWN, 1998 : 12). Des millions de femmes se tournent maintenant vers le secteur informel, cherchant désespérément un emploi. Selon un rapport récent de l’Organisation internationale du travail, il est très probable que les femmes qui perdent leur emploi soient forcées à devenir des travailleuses de l’industrie du sexe (Lim, 1998).

11Ces trois exemples – l’ajustement en Afrique, la libéralisation du commerce au Bangladesh et la crise financière asiatique – montrent par quels moyens le système économique mondial perpétue les inégalités de genre. Les changements induits par la mondialisation modifient le terrain sur lequel la lutte pour l’égalité de genre se joue et devrait se jouer. C’est pour cette raison que, cette dernière décennie, la recherche et l’activisme féministes se sont en grande partie tournés vers une remise en question du système économique mondial – les règles qui lui permettent d’exister, les institutions qui le soutiennent et les gouvernements qui le défendent. Voyons maintenant comment et avec quels résultats.

La réponse des féministes aux effets de la mondialisation

12Les stratégies féministes visant à créer des économies durables et équitables reflètent le pluralisme du féminisme et du mouvement des femmes lui-même. Ces stratégies ont pris bien des formes, émergeant de divers forums, et ont établi diverses priorités. Voici cinq stratégies par lesquelles les féministes remettent en question le statu quo économique : 1) la transformation du modèle économique dominant ; 2) la remise en question de la Banque mondiale ; 3) le changement de comportement des entreprises ; 4) des pressions sur les gouvernements nationaux ; 5) le développement de l’économie participative

La transformation du modèle économique dominant

13Nous vivons un âge où la théologie économique dominante chante la gloire du capitalisme et la primauté des marchés. Suivant cette doctrine, plus le taux de croissance est fort, mieux la société se porte, dans son ensemble. Selon le modèle économique dominant, le bien-être national se mesure à la croissance du produit intérieur brut ou PNB par habitant. Le PNB donne la mesure des transactions monétaires dans l’économie. Les décideurs politiques, c’est-à-dire les gouvernements, utilisent les politiques économiques et sociales comme outils pour faire augmenter le PNB (et donc améliorer la croissance). Mais cet étalon qu’est le PNB ne correspond pas à la réalité du bien-être humain. Si la croissance augmente par exemple au Canada, pourquoi y a-t-il plus de sans-abri dans les rues ? Pourquoi les hôpitaux et les refuges pour les femmes ferment-ils ? Pourquoi les banques alimentaires sont-elles de plus en plus utilisées ? Pourquoi tant de jeunes sont-ils au chômage ?

14Les économistes féministes comme Marylin Waring (auteur reconnue et ancienne membre du Parlement néo-zélandais) ont dit que le PNB est un indicateur inutile du bien-être pour deux raisons essentielles. D’abord, il ne fait pas de distinction entre la production qui enrichit et la production qui détruit. Par exemple, les pertes causées par les désastres environnementaux ne sont pas enregistrées dans les comptes nationaux : en fait, elles s’inscrivent comme des profits pour l’économie parce qu’elles donnent lieu à des activités « productives » de nettoyage, de règlement des litiges, de remboursement par les assurances, etc.

15Le deuxième problème du PNB tient à l’étroite définition de l’activité économique – il ne prend en compte aucune production qui ne donne pas lieu à une transaction monétaire. Il exclut ainsi tout le travail non rétribué que fournissent quotidiennement les hommes, et surtout les femmes : la cuisine, le nettoyage, et tout le reste du travail dans la sphère domestique et communautaire («  caring work »), qui sont invisibles et auxquels on ne donne pas de valeur, mais qui sont à la base du fonctionnement de nos familles et de notre société.

16Selon les Nations unies (PNUD, 1995), si le travail des femmes était valorisé en termes monétaires, il s’élèverait en valeur à 11 trillions de dollars par an, contribution énorme à l’économie mondiale. Si ce travail était rémunéré, il transformerait complètement la base des droits à la propriété, des règlements des divorces ou des garanties pour obtenir des crédits. Les « femmes au foyer » ne seraient plus considérées comme des dépendantes mais comme des travailleuses ayant une valeur propre. Les femmes réalisant à la fois un travail rétribué et un travail non rétribué seraient créditées de leur double contribution.

Evaluation de la contribution invisible des femmes
Une étude des Nations unies a essayé d’estimer la contribution invisible des femmes à la production mondiale, estimée à 23’000 milliards de dollars (1995). Le travail humain non rémunéré est estimé à 16’000 milliards en sus, équivalent à près de 70 % de la part du travail qui est rémunérée. Sur cette somme, 11’000 correspondent à la contribution « invisible » des femmes, c’est-à-dire non exprimée en valeur monétaire.
In PNUD, 1995, Rapport mondial sur le développement humain, de Boeck Université, p. 97.

17Certaines féministes ont également fait pression pour qu’on utilise un meilleur étalon pour mesurer l’activité économique et le bien-être humain – un étalon basé sur le temps et non sur l’argent. Une mesure comprenant ces deux composantes donnerait une image plus réaliste du coût réel du fonctionnement de la société, et donnerait des comptes nationaux, si essentiels aux décisions de politique économique, plus exacts (Waring, 1988). Des enregistrements du temps passé à chaque activité permettraient également d’identifier des points critiques et indiqueraient les besoins de services.

18Une étude menée au Ghana […] illustre cette idée. Cette recherche a montré que la plus grande partie du temps des femmes était consacrée à la culture et à la transformation des produits alimentaires pour la consommation familiale, mais la politique agricole imposée par la Banque mondiale et le gouvernement du Ghana visait à développer les rendements du maïs. Les femmes savaient qu’une augmentation de la production de maïs n’améliorerait pas forcément leur revenu car elles n’avaient pas le temps de transformer les surplus de maïs (Brown et Kerr, 1997). Si ces contraintes de temps étaient reconnues, le gouvernement s’assurerait probablement que les femmes disposent d’un moulin pour moudre le maïs au lieu de distribuer des semences de maïs à haut rendement.

19Heureusement, la comptabilisation du travail non rétribué des femmes est peu à peu reconnue. Lors de la Conférence des femmes des Nations unies en 1995, les groupes de femmes ont réussi à faire inclure le travail des femmes dans ce qu’on appelle les comptes nationaux « satellites » ou marginaux. De plus, lors du dernier recensement national au Canada, 10 % des ménages ont reçu un questionnaire afin de rassembler des données sur le travail non rétribué. Lentement, progressivement, la contribution des femmes est rendue visible.

20Les nouvelles économistes féministes comme Diane Elson insistent sur le fait que les féministes doivent s’appuyer sur ce travail critique, en faisant ressortir la contribution des femmes, et passer du niveau micro au niveau macro afin de faire changer les pratiques macroéconomiques. Ce qui signifie faire changer le modèle de la croissance économique que les macro-économistes du FMI et des ministères des finances utilisent pour construire les économies et développer la croissance. L’année dernière, un réseau international d’économistes féministes a commencé à développer des modèles de croissance macroéconomique qui font intervenir les variables de relations de genre et le travail non rétribué. L’objectif de ce projet passionnant est de créer des modèles économiques qui servent d’instrument pour l’accès des femmes au pouvoir et non pour les charger encore plus.

21Mais pour que les économistes du modèle dominant reconnaissent les apports de ces nouveaux outils conceptuels et théoriques, les féministes vont devoir travailler de l’intérieur du système, tout en poussant au changement de « l’extérieur ». Comme le souligne Elson très à propos (1998 : 155) : « Si nous ne travaillons que de “l’intérieur”, nous risquons de ne faire que de faibles progrès dans la formulation de modèles ou dans la collecte de statistiques qui ne transforment pas réellement la vie des femmes. Si nous ne travaillons que de “l’extérieur”, nous risquons de ne communiquer qu’avec ceux qui partagent notre point de vue, et de ne pas nous engager dans les processus de définition de politique macro-économique… Ceci implique une volonté d’apprendre et de parler le langage des gens de l’intérieur – économistes, statisticiens, ministères des finances et gouverneurs des banques centrales. »

22Les projets de remise en question de la Banque mondiale illustrent mieux les défis et les risques qu’il y a à travailler de l’intérieur et de l’extérieur du système.

Remise en question de la Banque mondiale

23La Banque mondiale, un des principaux architectes de l’économie mondiale, a été la cible des critiques des groupes de femmes partout dans le monde. La Banque est partout considérée comme un soutien ardent aux politiques macroéconomiques qui, souvent, ont placé les femmes et les pauvres dans des situations encore plus désavantageuses.

24La Banque ne prend pas les critiques à la légère, et elle s’est défendue de plusieurs façons. Certains collaborateurs de la Banque mondiale se sont plaints de ce que, dans leurs critiques, les femmes activistes ou les ONG, ne comprennent pas les détails complexes des politiques qu’ils préconisent. La Banque dit que, faute de connaître le résultat du scénario contraire, à savoir faute de savoir si la situation serait meilleure si l’ajustement structurel n’avait pas été mis en application, les critiques de l’ajustement manquent d’argument justifiable ou documenté. D’autres disent que les effets négatifs de la réforme économique sont dus en plus grande partie à la façon dont les gouvernements eux-mêmes ont interprété et mis en application les politiques, et que les gouvernements utilisent la Banque pour couvrir leurs propres erreurs. Ces remarques ne sont peut-être pas complètement fausses, mais il est important de se rappeler que les nations en développement n’ont guère d’autre choix que de mettre en application les réformes macroéconomiques élaborées par la Banque. Les gouvernements qui ne mènent pas les politiques fiscales demandées par la Banque mondiale risquent de perdre des possibilités futures de prêts ou d’annulation partielle de la dette.

25Comme les économistes et autres personnes travaillant à la Banque sont très réticents à prendre sérieusement en compte les effets de leurs politiques sur les questions de genre (et on peut dire la même chose de la plupart des grandes agences de développement), les féministes ont plus souvent adopté une approche « de l’intérieur ». Comme les économistes et les collaborateurs de la Banque recherchent avant tout l’efficacité de leurs projets de développement, les chercheurs et les défenseurs des questions de genre ont souligné la corrélation entre la possibilité d’atteindre les objectifs de développement et le fait d’intégrer des questions de genre dans les politiques, qui permet de combiner les intérêts des femmes avec la recherche d’efficacité de la Banque. Concentrez-vous sur les femmes, disent-elles à la Banque, et vos résultats de développement suivront.

26Beaucoup savent certainement que les décideurs politiques dans le domaine du développement ont mis l’accent avec enthousiasme sur la promotion de l’éducation des filles. Ce choix répond aux arguments développés depuis des années selon lesquels éduquer les filles offre de « nombreux retours » comme des mariages plus tardifs, un usage plus fréquent des contraceptifs, une fertilité plus basse, une réduction de la mortalité des nourrissons et des enfants, et des revenus plus élevés pour les femmes.

27Mais cette approche « instrumentaliste » comporte quelques risques. Le piège inévitable de promouvoir des politiques servant d’autres intérêts est que les femmes sont forcément considérées comme un moyen pour arriver à une fin (Baden et Goetz, 1998 : 24). Si l’éducation des filles n’est pas un but en soi mais un produit accessoire, la qualité de l’éducation s’en ressent. L’égalité de genre n’est pas considérée comme un but légitime en lui-même. Les objectifs du projet sont techniques plutôt que politiques, et finalement ils ne traitent pas la nature systémique des injustices sociales et de genre.

  • 3 Le projet avait été lancé par un groupe de travail ad hoc du Programme spécial pour l’Afrique, prés (...)
  • 4 Ces études ont ensuite été publiées dans Brown et Kerr (1997).

28Mais il est très difficile d’éviter l’instrumentalisation lorsqu’on travaille avec de grandes agences bilatérales ou multilatérales qui ont d’autres questions importantes à traiter. Par exemple, en octobre 1995, j’ai assisté à un sommet réunissant des représentants des agences de coopération pour le développement, de la Banque mondiale et du FMI autour des questions de l’ajustement structurel et du genre en Afrique. Des chercheurs indépendants3 ont présenté les résultats de plusieurs études menées dans plusieurs pays africains sur les dimensions de genre des réformes économiques. Les résultats montraient que les préjugés liés au genre (« gender bias ») sur les marchés et au sein des services gouvernementaux se reproduisaient et se renforçaient sous l’action de variables macroéconomiques apparemment « neutres en termes de genre ». En d’autres termes, même si la politique d’ajustement structurel en elle-même n’avait pas un impact différent sur les femmes et sur les hommes, les institutions qui imposaient cette politique étaient traversées par des préjugés liés au genre. Par conséquent, non seulement les femmes en souffraient, mais la production agricole en pâtissait également, et la sécurité alimentaire était menacée4.

29Au terme de cette réunion de trois jours, l’un des économistes de la Banque mondiale en arriva à cette conclusion : « Je ne suis toujours pas convaincu que l’ajustement structurel ait un impact négatif sur les femmes. Mais je suis persuadé que l’inégalité des femmes a un impact négatif sur la croissance économique. » En d’autres termes, les politiques de la Banque n’avaient aucun besoin de changer, c’est seulement les obstacles qui empêchent les femmes de contribuer à la production agricole et à la promotion des exportations qui doivent changer. Les femmes sont considérées comme une source de main-d’œuvre « non exploitée » – comme de simples instruments de la croissance.

30Heureusement, comme toute grande organisation, la Banque mondiale n’a pas des points de vue homogènes. De nombreuses femmes ont été stimulées par l’engagement du président de la Banque mondiale, James Wolfensohn, de s’attaquer au problème du fossé entre les genres. La Banque a créé les Plans d’actions régionaux sur les questions de genre, ouvert un dialogue avec les ONG de plusieurs pays en développement, et créé le Projet d’évaluation participative de l’ajustement structurel, étude participative ONG-Banque mondiale sur les effets de l’ajustement dans sept pays.

31Les activités d’une campagne lancée en dehors de la Banque mondiale sont un autre signe plein d’espoir. « Les femmes observent la Banque mondiale » a été créé par des groupes et des ONG de femmes lors de la Conférence des Nations unies sur les femmes en 1995. Il observe comment la Banque mondiale remplit ses engagements, et comment elle s’efforce de mettre ses opérations de prêts en conformité avec les objectifs de la Plateforme pour l’action. Cette campagne a pour objectif une réorientation importante des politiques et projets de la Banque mondiale, pour qu’ils donnent leur soutien à l’accès des femmes au pouvoir, à l’égalité, et qu’ils répondent aux besoins des femmes.

32La Banque mondiale a été la cible des groupes féministes qui veulent la faire évoluer (et reconnaissons qu’elle est une cible facile) ; maintenant, on devrait accorder une plus grande attention aux autres acteurs multilatéraux du système financier international, comme l’Organisation mondiale du commerce, le FMI et les banques régionales de développement.

Un changement de comportement des entreprises

33Les féministes mettent en question le statu quo économique à un troisième niveau : dans son approche du secteur privé et lorsqu’il essaie de combiner les objectifs des entreprises avec les problèmes d’égalité. Les entreprises sont les acteurs les plus importants de l’économie mondiale, et elles en sont également les plus gros bénéficiaires. Dans les années 1990, l’investissement privé étranger dans les pays en développement a à lui seul été multiplié par cinq, et représente des investissements de presque 1 trillion de dollars (Sutherland et Sewell, 1998 : 2). En comparaison, l’investissement dans la coopération pour le développement est une goutte d’eau dans l’océan.

34Depuis des décennies, on mène des campagnes de responsabilisation des entreprises : les environnementalistes s’en sont pris aux entreprises pollueuses ; les populations indigènes ont fait pression pour une redistribution des terres ; les groupes syndicaux ont exigé de meilleures conditions de travail ou, plus récemment, la disparition du travail des enfants. Maintenant, des groupes de femmes du Sud agissent en faveur des ouvrières des usines. Les boycotts des consommateurs ont souvent été des mesures efficaces contre les entreprises récalcitrantes, les touchant là où elles sont le plus vulnérables – à la base.

35Mais les groupes de femmes ont dû veiller à ne pas diaboliser toutes les entreprises comme si toutes violaient les droits des femmes. Les critiques extérieures peuvent mener à des représailles, et les femmes pauvres dépendent de ces emplois. Si elles s’organisent contre leur employeur, elles risquent d’être renvoyées. La campagne récente pour l’interdiction du travail des enfants est riche d’enseignements. Si on creuse cette question, il apparaît rapidement qu’il y a plus en jeu que simplement empêcher le travail des enfants. Nombre d’enfants vont à l’usine avec leurs mères, où ils sont plus en sécurité que dans les rues. Avec un accès limité ou pas d’accès du tout à la scolarisation ou à une prise en charge, les enfants sont peut-être plus protégés dans un environnement de travail. La clé est alors de trouver des moyens de garantir des pratiques et des conditions de travail justes respectant les besoins des femmes et de leurs familles. Dans ce but, et sous la pression extérieure, certaines entreprises introduisent dans toutes leurs opérations des codes de conduite volontaires comprenant des pratiques éthiques, environnementales, et du travail, tant dans leur pays qu’à l’étranger (Hibler et Beamish, 1998). Ces codes de conduites sont des outils prometteurs permettant de rendre des comptes vis-à-vis des ouvriers et des consommateurs.

36On s’interroge pourtant toujours sur l’efficacité des codes volontaires. Sans un suivi indépendant, on ne peut pas être certain qu’ils soient effectivement mis en application. En outre, ces codes ne doivent pas se substituer aux lois nationales sur les droits des travailleurs. Les codes font espérer des normes meilleures, mais s’ils ne répondent pas à ces attentes, ils peuvent gêner voire empêcher l’élaboration de législations gouvernementales nécessaires (Delahanty, 1998). Enfin, et surtout, les codes de conduite ne peuvent pas influencer un système mondial de production qui dépend de la main-d’œuvre flexible et bon marché des femmes.

37Les chercheuses et activistes féministes doivent donc faire encore plus pour impliquer le secteur privé et encourager les entreprises à intégrer l’égalité de genre dans leurs pratiques et opérations, notamment au regard de l’échelle de leur activité à travers le monde. De nombreuses entreprises ont commencé à tenir compte des questions d’environnement durable ou des droits des peuples indigènes, mais la politique sociale, et encore plus les questions d’égalité, sont traitées comme des questions moins importantes. Il faut poursuivre l’exigence aux entreprises de tenir leurs engagements en matière de droits des femmes dans le travail, des ateliers de l’usine au bureau du président-directeur général.

Les pressions sur les gouvernements nationaux

38Les féministes utilisent une autre tactique pour réformer les politiques économiques : faire pression sur les gouvernements nationaux. Certains disent que les gouvernements perdent leur capacité à gouverner dans ce système économique mondial, mais en réalité les évolutions économiques sont orientées par leurs décisions. Dans leur soutien à la libéralisation du commerce, à l’ouverture des marchés et à la déréglementation, les gouvernements ignorent les possibles effets négatifs de ces stratégies pour les pauvres, en particulier pour les femmes pauvres.

39C’est certainement la Conférence de 1995 sur les femmes qui a le plus visiblement et le plus largement mis l’accent sur les gouvernements et leurs responsabilités. Plus de 35000 femmes du monde entier sont venues à Beijing, dont beaucoup pour partager leurs expériences en matière de conditions de travail, de services de santé inadaptés, de manque d’accès à la technologie dans le contexte de la mondialisation. Les organisations non gouvernementales ont plus que jamais pu approcher les délégués gouvernementaux participant aux nombreuses réunions de préparation et au sommet de Beijing, et elles ont beaucoup insisté pour que des modifications importantes soient faites dans le document final – la Plate-forme pour l’action.

40Cette importante tentative a eu des avantages, mais on ne sait pas très bien si les résultats effectifs sont à la hauteur du nombre incalculable d’heures et des ressources qui ont été consacrées à la Conférence des Nations unies. Premièrement, l’ONU a adopté une approche sectorielle selon laquelle les problèmes des femmes, et leurs solutions, entraient dans 12 catégories distinctes : la violence contre les femmes, la pauvreté des femmes, la santé des femmes, l’environnement, etc. Cette approche empêche toute stratégie relative aux causes structurelles de la discrimination sexuelle – ses causes sous-jacentes, ou les interrelations entre ces questions.

41Ensuite, les « vrais » détenteurs du pouvoir au sein des gouvernements n’attachent pas tellement d’importance aux résultats des conférences des Nations unies. Les personnes qui participent aux réunions représentent en général les ministères « mineurs » : les ministères des finances participent rarement.

42Troisièmement, par nature et par l’usage auquel elles sont destinées (à savoir qu’elles doivent être universellement applicables), la plupart des recommandations de Beijing traitant de la mondialisation sont vagues, comme par exemple (PNUD, 1995, par. 58 (c) : « [Les gouvernements sont appelés] à poursuivre et à mettre en œuvre des politiques macroéconomiques et sectorielles saines et stables, élaborées et suivies avec la participation pleine et égale des femmes, à favoriser une croissance économique soutenue par le plus grand nombre, à s’attaquer aux causes structurelles de la pauvreté, et ont pour vocation de lutter contre la pauvreté et de réduire les inégalités liées au genre, dans le cadre général du développement durable. »

43Ces stratégies sont en effet essentielles. Ces recommandations ont demandé des heures de négociation, et sont considérées comme des victoires remportées de haute lutte. Comme dans tout document final d’une conférence des Nations unies, les mots n’ont aucune signification tant qu’ils ne se transforment pas en action – tant qu’ils ne sont pas mis en application en fonction des réalités d’un pays particulier. Dans la majorité des pays, malheureusement, l’aiguillon requis pour transformer ces mots en politiques et programmes nouveaux n’émanera pas des gouvernements. Les gouvernements ont besoin d’être mis sous pression et d’être tenus responsables de ces engagements internationaux par les organisations de femmes, les chercheuses et les activistes qui les ont incités à prendre ces engagements. Les décideurs politiques ont besoin qu’on leur montre des alternatives réelles et viables. On peut influencer les gouvernements pour qu’ils traitent les causes structurelles de la pauvreté, ou pour qu’ils restructurent la distribution des dépenses publiques – mais il est peu probable qu’ils le fassent si les dirigeantes féministes ne leur montrent pas comment le faire.

44C’est pourquoi un projet comme le Budget pour les femmes en Afrique du Sud est si prometteur pour la création d’une alternative viable pour des gouvernements – un « manuel » aidant les gouvernements à instaurer l’égalité de genre et la justice sociale. Les femmes sud-africaines ont lancé le projet de Budget pour les femmes en 1995, se proposant de créer un budget national favorisant les droits des femmes (Budlender, 1998).

45Les femmes sud-africaines ont constaté que le budget national est l’incarnation monétaire des politiques et programmes. La distribution du budget traduit l’engagement de l’Etat par les allocations qu’il donne à des politiques ou programmes particuliers. La majorité des budgets gouvernementaux comportent des préjugés de genre, et ne prennent pas en compte la façon dont les programmes et politiques, soit ne traitent pas de l’oppression des femmes, soit la renforcent. Par exemple, la discrimination ne recule pas si un budget national distribue des encouragements fiscaux aux entreprises au lieu d’accorder des dégrèvements pour la garde des enfants. Ou encore, si les travailleurs à temps partiel, dont la plupart sont des femmes, n’ont pas le droit d’avoir une couverture sociale ou toute autre prestation patronale, le budget peut effectivement entretenir la discrimination.

46L’objectif de l’initiative sud-africaine est de s’assurer que tous les services gouvernementaux établissent annuellement leurs propres « budgets pour les femmes » en analysant chaque ligne budgétaire sous l’angle de ses conséquences possibles pour les femmes. Le succès du modèle sud-africain encourage les femmes d’autres pays à créer des budgets pour les femmes comme outil de transformation en faveur de l’égalité. Rien que ces deux dernières années, des projets de Budget pour les femmes ont été développés en Tanzanie, en Ouganda, en Namibie et au Zimbabwe, et d’autres vont certainement suivre.

Le développement d’une économie participative

47Nous en arrivons enfin à la cinquième stratégie élaborée par les chercheuses et activistes féministes : l’économie participative. Si décider d’une politique économique consiste à réellement contribuer aux droits de la personne, cette politique doit devenir plus transparente, démocratique et participative. Les femmes doivent être mieux entendues. La pression pour que la prise de décision économique favorise plus l’égalité et la justice sociale devra venir des acteurs « de l’intérieur » et « de l’extérieur ». On a besoin d’économistes féministes au sein des ministères des finances et de la Banque mondiale, mais un nombre critique de chercheuses et d’activistes féministes est essentiel pour analyser et influencer les politiques et les institutions économiques – pour parler la langue de l’économie.

48Dans ce but, des femmes venant de toute l’Afrique, en collaboration avec le North-South Institute, ont lancé le Programme genre et réforme économique en Afrique (GERA). Le programme a commencé à construire les compétences africaines nécessaires à une analyse critique des processus économiques mondiaux avec une perspective de genre. Le programme GERA a pour mission de mettre en place un mouvement panafricain de femmes et d’hommes, de développer des politiques économiques alternatives et de transformation qui garantissent l’égalité de genre et la justice économique.

49Pour atteindre ses objectifs, le programme GERA a créé un fonds pour que les femmes africaines et leurs organisations mènent des projets faisant le lien entre la recherche et les prises de position, afin de s’assurer que la recherche est proactive et exploitée par les décideurs politiques, au lieu de rester sur les bureaux et les étagères des bibliothèques. Le lien entre la recherche et le travail de conscientisation permet d’être certain que les groupes de pression s’appuient sur une recherche rigoureuse, pour que les décideurs politiques considèrent ces pressions comme sérieuses.

50Dans la communauté du développement, nombreux étaient les sceptiques quant aux objectifs du projet : ils disaient qu’il n’y avait pas assez de femmes capables de comprendre la réforme économique en Afrique, et que celles qui comprenaient étaient surchargées de travail. Néanmoins, des appels à candidature ont été envoyés aussi largement que possible. En deux mois, 180 propositions venues de toute l’Afrique avaient été envoyées.

51Cette année, le programme GERA a accordé 15 financements à des femmes africaines et à leurs organisations dans 11 pays d’Afrique subsaharienne, pour qu’elles mènent des projets de recherche, de formation et de défense. Ces projets portent sur des questions diverses. L’un analysera le rôle des commerçantes dans les décisions politiques. Le plus grand marché d’Afrique de l’Ouest, à Kumasi au Ghana, est dirigé par des femmes qui non seulement apportent une énorme contribution à l’économie, mais constituent également le réseau national de distribution de produits alimentaires. Elles souffrent directement des politiques de libéralisation économique et de la réforme des marchés – et pourtant elles sont exclues de toutes les décisions. Le but est qu’au terme de ce projet de recherche-action participatif les marchandes de Kumasi puissent participer aux décisions économiques locales, avec un programme de réunions régulières entre commerçantes et officiels de l’exécutif local.

52Trois femmes travaillant pour la Banque centrale d’Ouganda ont également fait une proposition. Elles ont constaté que certaines évolutions dans le secteur financier pouvaient gravement nuire à l’accès des femmes aux services financiers et au crédit. Elles ont proposé d’analyser la politique, les processus et programmes de prêt de la Banque d’Ouganda selon une perspective de genre, dans le but de proposer des programmes futurs participatifs et qui prendraient en compte les questions de genre. Le comité de sélection – huit Africaines – a longuement débattu pour savoir si le programme GERA pouvait soutenir un projet au sein d’une banque centrale quand la priorité est de financer des ONG. Le projet a finalement été financé parce qu’il permettait de donner un soutien stratégique à des femmes qui essayaient de faire évoluer une institution de l’intérieur.

53Au Burkina Faso et au Togo, les chercheuses et activistes analysent les importantes dévaluations monétaires qui ont eu lieu récemment et les effets qu’elles ont sur les relations de genre, dans le but de déterminer les effets des fluctuations, du taux de change particulièrement, et plus généralement de la politique monétaire, sur les conditions de vie des femmes. Le franc CFA devant prochainement être indexé sur la monnaie européenne, la recherche espère mettre en lumière les futurs effets potentiellement négatifs, et donnera des enseignements utiles pour d’autres pays subissant des dévaluations monétaires.

54Les équipes du projet utilisent des méthodes novatrices pour diffuser leurs résultats. Le théâtre de rue, le théâtre radiodiffusé, les programmes télévisés et les séances de conscientisation aux questions de genre sont quelques-uns des outils de communication utilisés. En outre, le programme GERA a accueilli trois réunions tenues en Afrique, rassemblant des chefs de projets ou le comité de surveillance africain. Lors de chaque événement, des hommes politiques locaux, des groupes de femmes, des banquiers, des ONG et des membres de la communauté du développement sont invités à venir apprendre et à explorer les rapports entre réforme économique, égalité de genre et justice sociale.

55Le programme GERA ne changera pas la vie des femmes africaines du jour au lendemain, mais il est une étape importante pour démystifier l’économie pour les femmes. Il apporte des données précieuses, spécifiques à chaque pays, quantitatives et qualitatives sur les effets de la réforme. Il permet aux femmes de constater combien elles sont écartées du pouvoir devant les forces mondiales en jeu. Il soutient également des processus participatifs permettant de créer aux niveaux local, national et international des politiques alternatives favorisant les droits des femmes et la justice économique.

Les féministes peuvent-elles transformer le développement ?

56À la lumière de ces recherches, stratégies et prises de position féministes – l’analyse critique des théories économiques, le suivi de la Banque mondiale, la création de budgets pour les femmes à l’échelle nationale, le soutien au développement de codes de conduite au sein des entreprises – il apparaît clairement que les féministes agissent à de multiples niveaux pour défendre l’égalité et l’accès des femmes au pouvoir.

  • 5 World Development, Vol. 23, N° 11.

57Mais ces actions ont-elles eu un impact ? La réponse est oui. Les économistes du modèle dominant commencent à prendre la théorie féministe au sérieux – en 1995, tout un numéro de la prestigieuse revue World Development a porté sur le thème genre et macroéconomie5. De plus en plus, des institutions comme la Banque mondiale considèrent les femmes comme des agents actifs du changement social, politique et économique plutôt que comme des bénéficiaires passives du développement. De nombreuses sociétés multinationales reconnaissent que la force de l’activisme des femmes peut changer la perception que les consommateurs ont de leurs produits. Les gouvernements sont plus nombreux à reconnaître que l’égalité de genre est en elle-même un but du développement. Les femmes sont plus nombreuses que jamais à prendre en charge les politiques et institutions économiques ; elles s’organisent au travail, au sein de leurs communautés, et aux niveaux national et international pour s’opposer à l’oppression et à la subordination.

58Alors, les féministes peuvent-elles faire changer le développement ? Oui, avec le temps. Deux choses sont primordiales pour que le développement donne plus de choix aux populations et pour qu’il protège les droits de la personne. D’abord, le système économique mondial doit changer ; c’est l’objectif à long terme. Ensuite, les processus d’évolution doivent explicitement reconnaître les déséquilibres entre les genres afin de mieux s’assurer que tout le monde profite du développement. Selon les termes de l’économiste féministe Gita Sen (WEOWB, 1997), cela signifie : « reconnaître que les femmes se situent au carrefour de la production et de la reproduction, de l’activité économique et de la prise en charge non rémunérée (“care”) des êtres humains, et donc de la croissance économique et du développement humain. Elles sont des travailleuses dans les deux sphères – elles sont les plus responsables et donc les plus concernées lorsque les deux sphères entrent en conflit, les plus sensibles au besoin d’une meilleure intégration des deux sphères. »

59Mais je pense que la recherche et l’activisme féministes doivent, pour pouvoir être à la hauteur du défi qui nous attend, avoir un impact plus profond, une approche plus large et des alliances plus fortes.

60Pour avoir un impact plus profond, le féminisme doit travailler à transformer les institutions – les structures enracinées des organisations. Comme on l’a expérimenté, l’approche à un seul niveau ne donne pas de résultat. Les tentatives de changement des politiques qui se sont concentrées sur le développement ou la formation à la politique et se sont moins concentrées sur les cultures, les règles, les procédures, les budgets et les pratiques des organisations n’ont eu qu’un succès limité.

61Considérons le développement international. La capacité limitée des grandes organisations de développement à promouvoir les droits des femmes a beaucoup à voir avec les cultures et pratiques des organisations. Les agences utilisent des approches de haut en bas alors que des approches participatives sont nécessaires. Le personnel est souvent évalué en fonction de sa gestion et de la pertinence de sa distribution de fonds, plutôt que par l’impact de son activité sur les conditions de vie des femmes. Implicitement, les questions de « genre » sont perçues comme faibles et secondaires. Pour avoir un impact plus profond, nous devons dévoiler et interpeller les intérêts directs et les structures de pouvoir – la culture, les principes, les règles et procédures historiques qui sont à la base d’une organisation. Il ne suffit pas simplement de faire entrer les femmes dans les structures existantes.

62Pour élargir notre approche, nous devons être plus multidisciplinaires et holistes. Le développement doit atténuer la domination de l’économie, ou la croissance économique supplantera toujours le bien-être humain. Les objectifs de développement doivent être éclairés par les questions de droits de la personne, l’écologie, les sciences politiques, l’anthropologie, les études culturelles, etc.

63Les droits de la personne ont une importance particulière pour le développement. Les lois internationales en matière de droits de la personne stipulent que ceux-ci sont universels et indivisibles. L’indivisibilité signifie qu’on ne peut séparer les droits économiques, sociaux et culturels des droits civils et politiques. En d’autres termes, si on obtient le droit de vote mais qu’on n’a pas assez à manger, on ne jouit pas des droits essentiels de la personne. Les femmes du tiers-monde ont été les premières à le dire en interpellant directement les démocraties libérales occidentales qui donnent toujours la priorité aux droits civils et politiques.

64Enfin, les alliances entre les femmes – du Nord et du Sud, de l’Est et de l’Ouest, riches et pauvres – doivent être renforcées. Il faut en particulier que les voix des femmes pauvres du Sud soient amplifiées et leur donner une légitimité. En rendant universelles les expériences des femmes de la classe moyenne blanche qui dominent dans l’arène internationale, on a marginalisé les femmes du Sud. Nous devons nous respecter mutuellement, en veillant à ne pas donner une fausse représentation des diverses positions des femmes. Nous devons veiller à ne pas écraser nos identités sociales complexes et multiples dans la notion simpliste d’une seule identité de genre commune ou d’un intérêt commun. En outre, être du même sexe ne signifie pas que nous sommes forcément sœurs. Nous devons plutôt construire des coalitions qui entretiennent la diversité et célèbrent la différence. En même temps, on doit reconnaître que des tensions existent au sein du mouvement féministe international, et nous devons faire face à ces tensions. La notion romantique d’une solidarité féminine mondiale peut être remplacée par une forme de solidarité féminine à la fois stratégique et efficace.

Conclusion

65Dans ce chapitre, j’ai essayé de montrer de quelle façon l’économie mondiale fait naître des défis nouveaux et complexes pour la recherche de l’égalité et le développement humain. La mondialisation est le modèle de développement de cette décennie, et comme la plupart des modèles de développement antérieurs, elle ne tient pas compte des différences dans l’accès aux droits et au pouvoir. Il est plus facile de désigner les problèmes que leurs solutions, mais ce chapitre a essayé de dépasser « l’analyse qui paralyse » en explorant les réponses que les femmes trouvent devant la nouvelle réalité mondiale. Qu’est-il essentiel de savoir alors ? Simplement que l’économie n’est pas une science objective. Les questions de genre sont toujours présentes. Quant au féminisme ? Eh bien, il est plein de vie.

Bibliographie

Baden S., A. M. Goetz, 1998, « Who needs [sex] when you can have [gender] ? Conflicting discourses on gender at Beijing », in C. Jackson and R. Pearson (eds.) Feminist Visions of Development, London, Routledge

Brown, L., J. Kerr, 1997 (eds), « The Gender Dimensions of Economic Reforms in Ghana, Mali and Zambia », North-South Institute

Budlender, D. (ed.), 1998, The Third Women’s Budget, Cape Town : Institute for Democracy in South Africa (IDASA)

Culpeper, R., 1996, « What’s wrong with Mainstream Economics », in the Canadian Development Report, 1996-1997, The North South Institute

Culpeper, R., 1998, « Systemic Instability or Global Growing Pains : Implications of the Asian Financial Crisis », Briefing B-41, The North South Institute

DAWN, 1998, « Women pay the Price as Asian Tigers, IMF, Bail Out of the Crisis », In DAWN Informs (A newsletter of development alternatives with women for a new era), vol. 1

Delahanty, J., 1998, Global Industry/Global Solutions : Options for Change in the Garment Sector, North-South Institute

Elson, D., 1998, « Talking to the Boys : Gender and Economic Growth Models », in Jackson, C., and Pearson, R. (eds.), Feminist Visions of Development, Gender, Analysis and Policy, Routledge

Hibler M., Beamish R. (eds.), 1998, Canadian Development Report 1998 : Canadian Corporations and Social Responsibility, Ottawa, North-South Institute

Lim, L. L., 1998 (ed.), The Sex Sector : the Economic and Social Bases of Prostitution in South East Asia, International Labour Organization

PNUD, 1995, Report of the Fourth World Conference on Women (Platform for Action). Document A/Conf. 177.20 17 October

Sutherland P., Sewell J., 1998, « The Challenges of Globalization », Overseas Development Council, mimeo

Waring, M., 1988, If Women Counted : a New Feminist Economics, New York : Harper Collins

WEOWB (Women’s Eyes on the World Bank) - US, 1997, Gender Equity and the World Bank Group : a Post-Beijing Assessment, October.

Notes

1 Cette étude a été menée dans la région de la Volta, au Ghana, par le Centre for the Development of the People (Kumasi, Ghana), le North-South Institute (Ottawa, Canada) et l’International Food Policy Research Institute (Washington, DC) en 1995, et publiée dans Brown et Kerr (1997).

2 Pour développer cette idée, voir Zaman dans ce même volume.

3 Le projet avait été lancé par un groupe de travail ad hoc du Programme spécial pour l’Afrique, présidé par CIDA. La recherche avait été demandée et menée par plusieurs donateurs bilatéraux et par la Banque mondiale.

4 Ces études ont ensuite été publiées dans Brown et Kerr (1997).

5 World Development, Vol. 23, N° 11.

Auteur

Associée du North-South Institute, Ottawa, Canada.

Emmanuelle Chauvet (Traducteur)

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable