Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, mondialisation et pauvreté

 | 
Christine Verschuur
, 
Fenneke Reysoo

4. Face à la mondialisation : des alternatives et des luttes

Le projet sud-africain Budget pour les femmes

Debbie Budlender
Traduction de Emmanuelle Chauvet

Note de l’éditeur

In : BRIDGE in brief, février 1998, IDS, Sussex

Texte intégral

1Les budgets pour les femmes peuvent être des outils puissants pour l’analyse des inégalités entre les sexes et pour inciter à la réforme de la politique économique. En particulier, ils ont permis aux activistes sud-africains de l’égalité entre les sexes de dépasser les revendications et de s’engager avec des décideurs politiques dont le discours et la pensée sont dominés par des concepts tels que « les limites des ressources » et la « discipline fiscale ».

2Comment analyse-t-on les budgets avec une perspective de genre ? Rhonda Sharp, une économiste qui a participé aux budgets pour les femmes en Australie, distingue trois catégories de dépenses. D’abord, les dépenses ciblées spécifiquement sur la base du genre, telles que les programmes de santé pour les femmes, ou les projets spéciaux d’éducation pour les filles. Ensuite, les dépenses liées aux programmes pour l’égalité des chances devant l’emploi et d’action positive pour les employés du gouvernement, tels que la formation des femmes cadres ou la création de crèches. La troisième catégorie de dépenses est à la fois la plus importante et la plus difficile à analyser. Elle part d’une analyse de la situation de différentes catégories de femmes et d’hommes.

3En Afrique du Sud, la proportion d’analphabètes est plus forte parmi les femmes que parmi les hommes, et montre la nécessité d’augmenter les budgets alloués pour l’éducation de base aux femmes adultes. Comme les femmes sont également plus susceptibles de travailler dans le secteur informel que les hommes, cela a des conséquences sur les dépenses relatives concernant les petites et grandes entreprises des budgets du Département du commerce et de l’industrie.

4Le projet de Budget pour les femmes sud-africaines a été lancé en 1995. Il consiste en une collaboration entre le Comité conjoint permanent sur les finances du parlement sud-africain et un certain nombre d’ONG, et s’appuie sur des chercheurs et sur un « groupe de référence » qui comprend des hauts fonctionnaires du Département des finances. Une approche multidisciplinaire – qui englobe la sociologie, le droit, et la géographie ainsi que l’économie – permet de mieux voir les effets parfois cachés de dépenses particulières pour différents groupes de femmes. La participation de nombreuses personnes assure la répercussion des idées émises.

5Jusqu’à maintenant, le projet de Budget pour les femmes a produit trois ouvrages, dont le dernier à l’occasion du discours sur le budget de mars 1998 (Budlender, 1998). A eux tous, les trois rapports couvriront les 26 budgets soumis au vote, chacun donnant des détails sur l’attribution à un département public en particulier. Les rapports débattent également de l’emploi dans le secteur public, de la fiscalité, de la réforme budgétaire, et des relations fiscales intergouvernementales.

6Le projet de Budget pour les femmes a suscité un très grand intérêt. Les femmes sont de plus en plus conscientes du fait qu’elles peuvent et qu’elles devraient contester les budgets. L’impact est moins clair en ce qui concerne la politique gouvernementale et les répartitions budgétaires, car il est en général difficile de déterminer ce qui a entraîné une évolution particulière. Néanmoins, le Budget pour les femmes a probablement joué un rôle dans le doublement de l’allocation pour l’éducation de base des adultes, l’augmentation du montant alloué au développement de petites, moyennes et micro-entreprises, et le montant attribué spécialement aux femmes en milieu rural pour la réduction de la pauvreté.

7Un exercice budgétaire pour les femmes est désormais instauré au sein du gouvernement, l’Afrique du Sud étant l’un des deux ou trois pays pilotes recevant une aide du Commonwealth pour intégrer les questions de genre dans sa politique macroéconomique. D’autres pays comme l’Ouganda, la Tanzanie et la Namibie se sont inspirés de l’exemple sud-africain pour lancer leurs propres projets de budgets intégrant les questions de genre.

8Le projet de Budget pour les femmes a fait beaucoup en peu de temps. Avec le recul, on peut trouver certaines raisons de ce succès. Le projet a pu tirer profit de la prise de conscience générale et croissante des questions de genre en Afrique du Sud, dont on trouve par exemple la preuve dans la nouvelle Constitution qui inclut un article explicite sur l’égalité. Il a pu nouer des liens avec l’entité chargée des questions de genre, mise en place récemment au sein du gouvernement et du parlement, et s’appuyer sur le nouveau groupe des femmes cadres. Une plus grande ouverture sur le monde après l’isolement des années d’apartheid a permis de tirer parti des autres expériences de budgets pour les femmes. Et surtout, le Budget pour les femmes a, de façon répétée, été mis en avant par Pregs Govender, membre du Parlement dont le dévouement a évité que ce projet se réduise à un exercice académique certes intéressant, mais classé sur une étagère.

« Le Budget pour les femmes tente de s’assurer que nous brisons le silence et l’invisibilité de la contribution des femmes à l’économie »
Pregs Govender
Parlementaire de la République d’Afrique du Sud

Bibliographie

Budlender, D., (Dir. publ.), 1998, The Third Women’s Budget, IDASA, Le Cap Pour plus d’information, contacter D. Budlender : Community Agency for Social Enquiry, Cape Town, South Africa.

Auteur

Emmanuelle Chauvet (Traducteur)

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable