Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, mondialisation et pauvreté

 | 
Christine Verschuur
, 
Fenneke Reysoo

4. Face à la mondialisation : des alternatives et des luttes

Les défis du commerce équitable dans un contexte de mondialisation de l’économie : Quels impacts pour les paysans et les paysannes du sud ?

Isabel Yépez del Castillo et Sophie Charlier

Note de l’éditeur

Article original, Louvain, 2002. Dans cet article, se présente une partie des résultats de la recherche collective « Place de l’économie sociale dans la valorisation économique et sociale des produits andins. Impact sur les femmes » soutenue par la coopération belge (DGCI) par l’intermédiaire du Conseil universitaire francophone belge. Recherche qui a eu comme interlocuteurs principaux des organisations cultivatrices boliviennes prenant part à des filières de commerce équitable soutenues directement ou indirectement pour la DGCI. Les résultats de cette recherche ont été publiés dans Andial’ouvrage. Charlier S., Yépez I. et Andia E. (2000) Payer un juste prix aux cultivatrices de quinoa. Un éclairage « genre et développement » sur les défis du commerce équitable dans les Andes boliviennes, GRIAL-UCL-Luc Pire, Bruxelles.

Texte intégral

1L’objectif du présent article est d’évaluer la portée et les limites du commerce équitable, à partir du cas précis des produits de l’agriculture paysanne bolivienne commercialisés en Europe. Cet examen vise à nourrir une double réflexion. D’une part, il s’agit de relever, dans un contexte de mondialisation de l’économie, le défi lancé par le mouvement du commerce équitable de placer l’humain et l’équité au cœur d’un examen des rapports économiques. L’étude des filières de commerce équitable invite ainsi à s’interroger sur les conditions économiques, sociales et culturelles qui gouvernent les échanges Nord-Sud et le quotidien des petits producteurs du Sud. D’autre part, il s’agit, à partir d’une approche genre, d’examiner de manière critique l’impact du commerce équitable sur les conditions d’existence des paysans et des paysannes du Sud : Est-ce que les orientations que prend le commerce équitable aujourd’hui sont toujours à l’avantage des paysans et paysannes qui y prennent part ?

Entre uniformisation et production de qualité

2L’évolution des pratiques de consommation dans les pays du Nord est caractérisée par plusieurs tendances contradictoires. D’une part, les habitudes de consommation tendent à s’uniformiser au niveau global, avec la pénétration des marques internationales et le marketing du « mode de vie américain ». D’autre part, on observe un engouement pour les produits régionaux perpétuant des traditions culturelles, les « produits du terroir ». Ainsi une minorité émergente se soucie d’autres critères, comme la qualité alimentaire des produits, l’impact environnemental de la production agricole, ou l’éthique des échanges commerciaux. Une conscience croissante se fait jour quant à l’impact de notre système de production agricole industrielle sur la santé, l’environnement et le développement humain. En outre, de plus en plus de personnes sont disposées à traduire cette conscience diffuse en choix de consommation concrets. Dans ce contexte général, une part croissante des consommateurs des pays du Nord manifestent une sensibilité à la dimension éthique de leurs achats, et notamment la pratique d’un « juste prix » pour les producteurs.

3Ces mutations économiques et culturelles ne sont pas sans conséquences pour les acteurs de la coopération au développement. Le monde change pour les organisations non gouvernementales (ONG) du Nord, leur base militante et leur public. Le monde change également pour les petits producteurs de l’agriculture paysanne au Sud, leurs familles et leurs organisations. Expression des mutations actuelles, mais aussi incarnation de formes neuves de solidarité Nord-Sud, il est un mouvement qui s’affirme de manière notable ces dernières décennies : c’est celui du commerce équitable.

Qu’est-ce que le commerce équitable1 ?

  • 1 Les termes utilisés pour désigner le concept de commerce équitable diffèrent suivant les contextes. (...)

4Promu par des organisations non gouvernementales, le commerce équitable vise à établir une relation plus directe et plus juste entre consommateurs et producteurs. Le mouvement s’inscrit dans le contexte de relations économiques inégales entre Nord et Sud, entre pays développés consommateurs de produits agricoles et artisanaux et les pays en développement qui les produisent. Le mouvement se veut une alternative aux circuits d’échanges conventionnels, gouvernés par les intermédiaires et les lois du marché. S’adressant directement aux producteurs, les organisations de commerce équitable leur offrent un « juste prix » et une relation commerciale durable. En opposition au commerce équitable, nous parlerons de libre commerce ou encore de marché conventionnel.

5Un prix juste doit non seulement couvrir le coût des matières premières, des moyens de production et du temps de travail, mais aussi les coûts sociaux et environnementaux. Il doit en outre assurer un bénéfice, qui peut être versé en espèces aux producteurs ou être affecté à l’organisation associative, à l’amélioration de l’environnement, ou à la promotion féminine. Au minimum, le prix doit couvrir les coûts de production et les besoins de base des producteurs. En pratique, différents mécanismes servent à établir les prix offerts aux producteurs au sein des filières de commerce équitable. Typiquement, le calcul du juste prix pour les produits agricoles échangés sur le marché international conventionnel (tels que le café, le sucre et le cacao) se base sur le prix en vigueur sur ce marché, augmenté d’une marge supplémentaire et muni de la garantie d’un prix plancher. Pour les autres produits, agricoles ou artisanaux, le prix est fixé en concertation avec les producteurs en tenant compte des coûts de production et de la qualité des produits. Une prime peut être accordée aux produits de l’agriculture biologique (RITMO et SOLAGRAL, 1998, pp. 23-24).

6Les prix pratiqués varient également suivant les pays, la concertation avec les producteurs pouvant s’effectuer au niveau local. Seul un nombre limité de produits agricoles sont commercialisés en Europe via la filière équitable. S’y retrouvent principalement les produits agricoles de rente présents également sur le marché international conventionnel : café, cacao, thé, huile de palme, noix et fruits secs tropicaux.

Les acteurs du commerce équitable au Nord

7Les organisations européennes qui sont à l’origine du commerce équitable proviennent du secteur associatif. Organisations non gouvernementales, elles conçoivent leur action avant tout comme un mouvement social du Nord venant en appui à des producteurs du Sud. Aiguillonnés par ces organisations et par l’évolution des sensibilités des consommateurs, d’autres acteurs rejoignent le mouvement à des degrés divers. Opérateurs commerciaux conventionnels ou entreprises hybrides, ces acteurs tentent avec plus ou moins de bonheur de marier les exigences de rentabilité économique avec des critères éthiques.

8Les premières associations européennes de commerce équitable, réunies au sein de la coordination EFTA (European Fair Trade Association) choisissent leurs partenaires du Sud en fonction de critères sociaux. Leurs partenaires commerciaux au Sud sont principalement de petits paysans et artisans, organisés en associations de producteurs. Ces organisations procurent à leurs membres un salaire plus juste, mais participent également au processus de démocratisation de leur pays. La relation commerciale avec les organisations de producteurs vient ainsi en appui au mouvement social plus large qu’elles représentent. Parallèlement à l’appui aux partenaires du Sud, les organisations de commerce équitable européennes ont des objectifs tournés vers le Nord : l’éducation au développement auprès des consommateurs et l’action politique auprès des décideurs. Certaines organisations, comme l’ONG belge Wereldwinkels, comptent parmi leurs objectifs principaux ceux de faire connaître les conditions de vie des petits paysans du Sud, de faire mieux apprécier aux acheteurs du Nord la valeur des produits consommés, et de sensibiliser aux responsabilités du Nord envers le Sud.

  • 2 C’est par exemple le cas de l’entreprise française PRIMEAL. Il s’agit d’une entreprise commerciale (...)

9D’autres opérateurs suivent le mouvement initié par les acteurs associatifs. Certaines grandes surfaces ouvrent ainsi leurs rayons à des produits « fair trade » ou « Max Havelaar », parfois placés à côté de produits biologiques locaux comme en Allemagne ou en Hollande. Vendus à un « juste prix », les produits sont généralement achetés aux ONG. Vu la demande croissante des consommateurs, ces rayons se développent de plus en plus. Ces opérateurs à vocation strictement commerciale laissent à d’autres acteurs le soin de sensibiliser le public, et de certifier le caractère éthique des produits proposés. Effectuée au moyen de labels, cette certification ne va généralement pas au-delà d’une assurance que le prix payé au producteur est juste. Il n’est pas précisé si l’achat est passé par un intermédiaire commercial ou par une organisation paysanne. Ce type de commercialisation rémunère mieux le producteur, mais laisse de côté les aspects de réseau de solidarité, d’appui à des organisations sociales du Sud. D’autres formules hybrides existent2.

Les acteurs au Sud : l’exemple bolivien

10L’agriculture paysanne joue un rôle social et écologique indéniable dans la recherche d’un développement durable, en particulier dans les pays du Sud. Dans le cas bolivien, l’agriculture paysanne andine, localisée sur les hauts plateaux et dans les vallées, constitue la composante principale du secteur agricole du pays. Elle fournit l’essentiel de l’approvisionnement des zones urbaines en produits alimentaires de base. Une partie de la production est également destinée aux marchés internationaux. Entre autres défis, les paysans andins doivent faire face à une répartition inégale des terres, à la détérioration de l’écosystème et aux difficultés de commercialisation. Parmi les solutions recherchées par les paysans pour faire face aux difficultés de l’agriculture andine, un rôle important est joué par les initiatives associatives. Celles-ci prennent en particulier la forme d’« organisations économiques paysannes » (OEC) ; apparues ces dernières décennies dans la mouvance syndicale. Elles jouent – au-delà de leur fonction technique – également un rôle culturel, social et politique. D’un point de vue politique, les OEC permettent aux paysans d’exprimer leurs revendications dans un rapport de force plus favorable vis-à-vis des autorités locales. Dans ce but, les OEC fonctionnent généralement en association avec le syndicat paysan.

11Les OEC paysannes jouent un rôle clef dans la commercialisation des produits agricoles à destination du marché local, national ou international. Leur insertion au commerce international peut s’effectuer soit par le biais du marché concurrentiel, soit par le biais de filières de commerce solidaire, soit encore simultanément via ces deux canaux. En l’absence d’aide significative du gouvernement bolivien, ces organisations sont généralement soutenues par des ONG, et reçoivent parfois également l’appui de l’Eglise.

  • 3 Les OEC. étudiées par nous sont : ANAPQUI (quinoa biologique et non biologique), CECAOT (quinoa bio (...)

12Les trois régions examinées dans le cadre de notre étude diffèrent par la nature de leur production à destination du marché international. La région de Uyuní-Potosí, sur l’Altiplano, est une région d’altitude productrice de quinoa. Il s’agit aussi de l’une des régions les plus pauvres de Bolivie. La région des Yungas, productrice de café, et celle d’Alto-Béni, productrice de cacao, sont des régions de plus basse altitude qui constituent des zones de migration de paysans (ou anciens mineurs) originaires des Andes. Ces trois régions présentent donc une population à forte identité andine, composée d’Indiens aymaras ou quechuas. Ces régions sont également caractérisées par un fort mouvement paysan, doté d’organisations de nature économique (OEC)3.

13En raison des meilleures perspectives offertes, le marché international constitue une priorité pour la plupart des OEC dans la recherche de débouchés pour leurs produits (souvent comme matière première, bien qu’ils cherchent de plus en plus à les transformer afin d’en obtenir une valeur ajoutée). Cette orientation tient tant à l’évolution globale du commerce international qu’à des caractéristiques propres à la Bolivie.

14D’un point de vue global, le marché international a profondément évolué ces dernières décennies. La dérégulation, l’ampleur des flux, et la vitesse d’adaptation requise de la part des entreprises font du marché international concurrentiel un environnement entièrement nouveau, au sein duquel les entreprises tendent à se focaliser sur les débouchés extérieurs (Faveau L., 1997). D’un point de vue interne, l’orientation des OEC vers l’exportation est également le résultat du faible soutien apporté à la petite agriculture par le gouvernement bolivien. Le discours officiel préconise une politique économique orientée vers un équilibre interne, notamment par la fixation des prix. En pratique, cependant, la Bolivie ouvre à l’extrême son marché à la compétition étrangère. Les villes sont de plus en plus alimentées par des produits de l’agriculture industrielle (en provenance des régions tropicales) ou par ceux de l’industrie agro-alimentaire étrangère.

  • 4 Les prix proposés par le commerce équitable sont fonction du marché international mais considèrent (...)
  • 5 Chiffre donné par Wereldwinkel/Belgique lors de l’interview de 1998. Mais l’initiative du commerce (...)

15Les organisations paysannes sont donc de plus en plus présentes sur le marché international. Que ce soit via la filière solidaire ou la filière concurrentielle, les OEC examinées destinent plus de 80 % de leur production au marché international. Nous avons constaté que le commerce équitable occupe une place importante surtout si l’organisation est encore jeune et de petite dimension. Dans certains cas, comme par exemple pour CORACA Irupana (producteur de café), tous les produits vendus sur le marché international sont commercialisés à travers la filière du commerce équitable. Le commerce équitable offre une possibilité d’écouler des produits à un meilleur prix4, le supplément est redistribué plus tard dans l’année entre les familles membres de l’OEC. Cependant, la filière de commercialisation à travers le commerce équitable est très limité et en Belgique, par exemple, on estime qu’il représente 0,5 %5 du marché. Lorsque l’organisation paysanne augmente sa capacité commerciale, elle est confrontée à une demande à travers la filière du commerce équitable insuffisante par rapport à son offre. C’est alors qu’elle cherche à entrer dans la filière du libre marché conventionnel, elles se tournent vers la commercialisation des produits biologiques qui aujourd’hui bénéficient d’un prix supérieur sur le marché international.

16Exemple d’ANAPQUI : pour cette organisation de producteurs de quinoa, la vente sur le marché international s’effectue majoritairement via la filière conventionnelle, qui absorbe 75 à 80 % des produits. Les 20 à 25 % restants sont vendus aux réseaux de commerce équitable (en Allemagne pour 35 %, aux Etats-Unis pour 60 à 65 %, et au Japon pour 0,5 %).

Les différentes filières de commercialisation utilisées par ANAPQUI pour la quinoa (en tonnes)

Quinoa biologique

Quinoa traditionnelle

Total

Marché international

400

240

640

Marché national

0

81

81

Total

400

321

721

Source : chiffres recueillis auprès de l’association lors d’interviews réalisées en 1997.

17Cette présence sur le marché international demande une adaptation de leurs méthodes productives et leur capacité de commercialisation. En particulier, la présence sur le marché international (sans doute la filière solidaire dans une moindre mesure) requiert de la constance dans la qualité et la quantité des produits offerts. Cela peut amener les organisations paysannes à faire des choix qui ne correspondent plus nécessairement aux attentes des paysans. Par exemple, l’agriculture biologique offre des débouchés plus rémunérateurs, et épargne l’utilisation de produits phytosanitaires qui ont des conséquences nocives sur la santé mais, elle exige une surcharge de travail, notamment dans les tâches traditionnellement réalisées notamment par les femmes. Examinons le cas de la quinoa : étant donné la répartition traditionnelle des rôles au sein du foyer, les femmes, généralement aidées de leurs enfants, sont chargées du semis et du suivi de la culture (amendement et lutte contre les parasites). Un effort considérable est requis pour la préparation du terrain : amendement à partir d’engrais naturels, compost à préparer, excréments d’animaux à récolter… Durant la période de croissance, la lutte contre les parasites et les mauvaises herbes doit se faire manuellement en remplacement des produits phytosanitaires. Cela implique un recouvrement du sol, plusieurs passages pour retirer les mauvaises herbes ou encore, à certaines périodes de l’année, une surveillance de la parcelle jour et nuit pour éloigner les parasites trop voraces. La lutte contre les oiseaux requiert par exemple de veiller le champ en permanence durant la période finale de maturation des grains…

  • 6 in op. cit. Charlier S., Yépez del CastilloI., AndiaE., (2000), p. 90.

« Avant, nous pulvérisions avec des produits chimiques. Maintenant nous arrivons à contrôler les parasites à base de produits “maison”, qui ne sont pas toxiques. Pour lutter contre les oiseaux, nous devons faire du bruit dans les champs à partir de 2 ou 3h du matin. »
Rafaela Huanca de Yujira (SOPROQUI)6.

L’impact du commerce équitable

18Dans un contexte de libre marché et de mondialisation de la concurrence, le commerce équitable parvient à mettre en place des modalités alternatives d’échanges. Ces échanges touchent, en Europe, un segment croissant des consommateurs sensibles à la dimension éthique de leurs décisions d’achat. Ils permettent, en Bolivie, aux paysans et paysannes de trouver des débouchés plus favorables pour leurs productions. Cependant l’intérêt direct du commerce équitable sur les familles n’est pas toujours facile à mesurer ; les femmes surtout, ont une position mitigée, en effet, elles y voient un avantage économique mais aussi une surcharge de labeur. Par ailleurs, les femmes ont toujours tendance à répondre à plusieurs logiques, elles ne privilégient pas uniquement la filière commerciale la plus rémunératrice mais considèrent également importants d’autres facteurs comme par exemple : le maintien du réseau social en tant que filet de sécurité, l’attention à la famille et notamment à la sécurité alimentaire ou encore le maintien d’une diversité de semences, etc.

« A la coopérative, ils paient mieux pour du cacao bio, mais c’est beaucoup plus de travail, surtout pour nous les femmes. Je me dis toujours que je devrais faire du cacao traditionnel et aller le vendre à Palos, mais je ne l’ai pas encore fait. Nous manquons d’appui technique, il y a des problèmes de parasites dans nos champs biologiques. »
Bernarda Cordoba (CEIBO)
.

19Au-delà du revenu supplémentaire procuré par la vente des produits à travers la filière du commerce équitable, il est important de considérer les effets indirects dont bénéficient les paysans et paysannes. Dans le cas de la quinoa par exemple, le commerce équitable a un effet notable sur les prix du marché conventionnel local. Les prix fixés par l’organisation paysanne dans le cadre de la filière du commerce équitable servent de référence et de pouvoir de négociation vis-à-vis des commerçants locaux. Le processus de solidarité Nord/Sud permet également aux jeunes organisations d’améliorer la qualité de leurs produits et surtout un apprentissage et une expérience des mécanismes de fonctionnement du marché international.

20En développant des filières de commerce équitable, les ONG du Nord se donnent des outils nouveaux pour sensibiliser le public et appuyer l’action d’organisations sociales au Sud. Ce support constitue un tremplin pour les organisations économiques paysannes de Bolivie qui tentent d’accéder au marché international, et renforce la main des paysans dans leurs négociations avec les intermédiaires sur le marché local. Même s’il est difficile d’en isoler l’impact sur le bien-être des petits producteurs, tant leur quotidien dépend d’un écheveau multiple de stratégies, le commerce équitable apporte clairement une contribution.

21Elargissant les opportunités de valorisation des produits paysans, le mouvement du commerce équitable contribue donc à garantir aux petits producteurs un « juste prix » pour leur travail. Au-delà du « juste prix » cependant, il est une seconde visée éthique du commerce équitable : celle d’appuyer les paysans dans la prise en main de leur propre destin. Par rapport à ce second objectif, notre étude conduit à un bilan plus mitigé. Les orientations prises par le commerce équitable apparaissent avant tout pilotées par la demande : les ONG du Nord tentent de s’adapter à la concurrence, et répercutent les goûts changeants du public auprès de leurs partenaires du Sud. Qu’il soit conventionnel ou « équitable », le client reste roi. Cela se traduit par une attention croissante portée à la qualité des produits fournis, et par l’essor de la filière biologique avec ses cahiers de charges rigoureux. Pour être compétitive, la filière équitable doit également rivaliser d’efficience avec la filière conventionnelle. Est-il possible pour les ONG, les organisations paysannes et leurs bases d’avoir prise sur ces orientations ?

Tensions et défis

22Si la tension fondatrice du mouvement était la tension externe entre commerce équitable et commerce conventionnel, celle-ci semble aujourd’hui s’être déplacée vers l’intérieur. La frontière entre filières conventionnelle et équitable s’est estompée. Les deux filières se cooptent mutuellement et s’empruntent l’une à l’autre méthode de gestion et arguments de vente. Tant au Nord qu’au Sud, des organisations apparaissent qui tentent de jouer sur les deux tableaux. Corrélativement, les tensions entre commerce et équité ont été internalisées par le mouvement et ses acteurs. Au niveau des acteurs collectifs, la tension principale semble être celle qui oppose efficience économique et pertinence sociale. Les acteurs individuels, pour leur part, sont tiraillés entre sécurité et émancipation.

23Tant au Nord qu’au Sud, les rigueurs de la commercialisation exigent des organisations de commerce équitable qu’elles se plient aux exigences de rentabilité. Les cadres des associations paysannes se professionnalisent et gèrent les activités de commerce équitable comme toute autre entreprise économique. Si bien sûr une capacité accrue à générer des revenus peut servir leurs objectifs sociaux, les modes de fonctionnement que ces impératifs exigent peuvent aussi entrer en conflit avec la raison sociale des organisations. La poursuite d’une plus grande efficacité peut conduire, par exemple, à négliger les procédures de délibération et de décision ouvertes à la participation des membres. L’organisation risque de devenir le véhicule de ses gestionnaires plutôt que le foyer de ses membres paysans. Cette tension conduit certaines organisations paysannes boliviennes à scinder leur structure en deux : une entreprise commerciale d’une part, une coopérative sociale de l’autre. Faut-il choisir entre viabilité économique et viabilité sociale ?

24Des dilemmes similaires se posent aux organisations du Nord. Pour s’affirmer comme une alternative crédible vis-à-vis des circuits conventionnels, les filières équitables doivent « faire du volume », parvenir à écouler des quantités significatives de produits. Une manière d’atteindre cet objectif est de nouer des alliances avec des acteurs économiques classiques, comme les grandes surfaces. Mais ces acteurs ont leurs logiques et leurs exigences (quantités prévisibles, qualité homogène, délais précis…). Est-il possible de les rencontrer en continuant à travailler avec une base de petits producteurs ? Ou est-il nécessaire de sélectionner celles qui peuvent suivre et lâcher les autres, voire à s’orienter vers des partenaires du Sud ayant un profil d’entreprise économique plutôt que d’organisation sociale ? Une autre solution est d’établir une chaîne de commercialisation avec des niveaux intermédiaires entre petites organisations paysannes et réseaux de distribution, en mettant en place des sortes de « grossistes équitables ». Est-il possible d’introduire de tels intermédiaires sans ronger la marge qui permet de payer un « juste prix » aux petits paysans ?

25Au Nord également, le risque est présent de voir le mouvement du commerce équitable se scinder en deux types d’organisations : d’un côté, des organisations qui privilégient l’aspect commercial, et mettent en place des filières capables d’écouler des volumes importants de produits, rencontrant les besoins économiques des associations paysannes mais délaissant le versant social ; de l’autre, des organisations qui accordent leur appui à l’autodétermination sociale et politique des acteurs de base, et pour lesquelles le commerce équitable sert moins à échanger de grandes quantités de produits qu’à alimenter une vitrine de sensibilisation au Nord. Dans les deux cas, quelque chose de la promesse du commerce équitable risque de disparaître.

26En un certain sens, cette ambivalence des organisations de commerce équitable est le reflet des ambivalences des acteurs individuels eux-mêmes. Les petits producteurs développent en effet des stratégies orientées à la fois vers l’activité marchande concurrentielle, à la fois vers des formes d’économie sociale. Pour les paysans et paysannes de Bolivie, le partage des risques entre plusieurs modes d’écoulement de leur production (autoconsommation, troc, vente aux intermédiaires et aux organisations paysannes) fait partie des stratégies de survie. Mieux que leurs organisations, cependant, les familles paysannes semblent avoir appris à articuler cet ensemble de stratégies hétérogènes. Pour les individus, la tension principale ne semble pas être celle qui oppose commerce équitable et commerce conventionnel. Plutôt, elle semble résider dans le tiraillement entre la sécurité des solutions éprouvées et les promesses d’émancipation des opportunités nouvelles.

27Cette tension s’exprime de plusieurs manières. Elle s’exprime d’abord dans le désir des producteurs à la fois de perpétuer l’agriculture paysanne et son mode de vie, à la fois de rêver d’un ticket de sortie sous forme d’un emploi professionnel rémunéré. Elle s’exprime dans la prudence que manifestent les agriculteurs en ne misant pas trop sur leurs organisations paysannes. Bien sûr, un juste prix pour leurs productions est le bienvenu, mais il faut se ménager aussi la bienveillance des intermédiaires et des commerçants. Cette retenue en matière d’investissement matériel dans les organisations paysannes ne s’accompagne pas moins du placement dans celles-ci d’importants espoirs en termes d’émancipation politique et sociale. L’organisation est pour eux l’expression symbolique de la dignité paysanne autant qu’un véhicule économique. Cela peut expliquer les réticences des paysans à voir leur organisation revêtir le costume des gestionnaires plutôt que l’habit des cultivateurs.

  • 7 Pour des raisons d’espace, nous n’avons pas présenté la division sexuelle du travail existante à l’ (...)

28Enfin, cette tension est présente dans les relations de genre. D’un côté, la complémentarité andine et sa répartition des rôles entre hommes et femmes au sein du foyer constituent l’un des socles de l’économie familiale et de sa survie quotidienne. De l’autre, conscientes du caractère subordonné de cette complémentarité, les femmes paysannes aspirent à plus d’égalité et d’autonomie, que ce soit pour elles-mêmes ou pour leurs filles7. Même si cela passe d’abord par des lieux où elles peuvent s’exprimer et construire leur parole entre femmes, elles veulent faire entendre leur voix et être parties prenantes des décisions de la communauté. Est-il impossible de mêler produits du terroir et denrées modernes dans la marmite familiale ? Faut-il choisir entre ancrage paysan et mobilité, entre harmonie au sein de la famille et respect des aspirations à l’égalité ?

29S’il entend concilier commerce et équité, s’il entend répondre aux aspirations contradictoires des paysans et paysannes du Sud, le commerce équitable doit composer avec ces multiples tensions. Les acteurs du commerce équitable font face à des options difficiles, qu’ils doivent de surcroît effectuer sous de nombreuses contraintes. Les choix ne sont pas affaire d’alternatives « blanc » ou « noir », mais affaire de nuances et d’alliages de contraires. Nous avons cherché à en éclairer les tenants et aboutissants du point de vue des organisations paysannes et des petits producteurs, et plus spécialement des productrices. Il ne nous appartient certainement pas de trancher. C’est aux acteurs eux-mêmes qu’il revient, non seulement de faire leurs choix, mais également d’en formuler les termes.

30Plutôt que de laisser le marché – même si c’est un marché « équitable » – décider à la place des acteurs, nous plaidons pour que ces choix soient négociés dans un dialogue entre organisations du Nord et du Sud. Nous plaidons aussi pour que ce dialogue permette aux paysans et paysannes de faire entendre leurs voix. A nos yeux, l’enjeu d’une telle négociation est non seulement de rencontrer au mieux les aspirations respectives des uns et des autres, mais aussi de créer ensemble du sens qui soit commun. Au-delà de l’échange matériel, n’est-ce pas par l’apprentissage mutuel que consommateurs, cadres d’organisations et paysans participent d’une même humanité ? Plus qu’à la surface des codes de conformité, nous pensons que c’est au cœur d’un tel apprentissage que réside l’éthique du commerce équitable.

31Entre campagnes de sensibilisation et campagnes andines, il y a bien plus qu’un saut sémantique. C’est tout un monde qu’il faut franchir pour relier consommatrices européennes et paysannes boliviennes. L’autoroute directe permet de commercer sans se connaître. L’alternative n’est-elle pas un réseau de sentiers à tracer en marchant ensemble ?

Bibliographie

Auroi C. et Schumperli C., sous la direction de (2001), Le commerce durable. Vers de plus justes pratiques commerciales entre le Nord et le Sud, IUED, Genève.

Charlier S., Yépez I. et E. Andia (2000) Payer un juste prix aux cultivatrices de quinoa. Un éclairage « genre et développement » sur les défis du commerce équitable dans les Andes boliviennes, GRIAL-UCL-Luc Pire, Bruxelles.

EFTA (1998) Memento. Commerce équitable. European Fair Trade Association.

Favreau L. (1997) « Economie sociale et mondialisation : une perspective globale » in Defourny J., Develtere P. et Fontenau B. (1999) L’économie sociale au Nord et au Sud. De Boeck Université, Paris-Bruxelles.

Renard M. Ch. (1998), Sustentabilidad, mundialización y consumo de alimentos, El caso de la red de « café equitativo », in Revista International de Sociología (RIS), Tercera Epoca, n° 19 y 20, Enero-Agosto, pp. 225-245.

RITMO et SOLAGRAL (1998) « Pour un commerce équitable, expériences et propositions pour un renouvellement des pratiques commerciales entre les pays du Nord et ceux du Sud », Fondation Charles Léopold Mayer, Paris.

Yépez I. et Charlier S. « Les logiques plurielles des acteurs dans les initiatives économiques populaires » in Defourny J., Develtere P. et Fontenau B. (1999) L’économie sociale au Nord et au Sud. De Boeck Université, Paris-Bruxelles.

Notes

1 Les termes utilisés pour désigner le concept de commerce équitable diffèrent suivant les contextes. En Bolivie, on parle de « commerce solidaire » ; au Pérou, de « commerce juste » ; en Belgique, de commerce équitable ; dans les pays anglophones, de « fair trade », etc. Dans un livre publié récemment (Auroi et Schumperli, 2001) on parle du « commerce durable ».

2 C’est par exemple le cas de l’entreprise française PRIMEAL. Il s’agit d’une entreprise commerciale qui diffuse sur le marché conventionnel la quinoa de l’organisation bolivienne ANAPQUI. Elle achète la quinoa à un prix plus bas que celui proposé par les associations de commerce équitable, mais prend de plus grandes quantités. D’autre part, PRIMEAL a monté parallèlement à sa structure d’entreprise classique une ONG qui lui permet de soutenir des projets de développement au Sud. Le financement de cette ONG provient en partie des bénéfices de l’activité commerciale, en partie de donations. De cette manière, l’entreprise combine relation de solidarité et relation commerciale avec la Bolivie.

3 Les OEC. étudiées par nous sont : ANAPQUI (quinoa biologique et non biologique), CECAOT (quinoa biologique et non biologique), CORACA IRUPANA (production du café – biologique et non biologique – et du cacao), ELCEIBO (principalement production du cacao).

4 Les prix proposés par le commerce équitable sont fonction du marché international mais considèrent également la valeur du travail et des matières premières utilisées.

5 Chiffre donné par Wereldwinkel/Belgique lors de l’interview de 1998. Mais l’initiative du commerce équitable a des degrés d’importance différents selon les pays. Pour le café par exemple, en Suisse les distributeurs qui ont adopté le label Max Havelaar représentent 5 % du marché. Aux Pays-Bas, où le café est mobilisé par Douwe Egberts (il détient les 74 % du marché, et ne participe pas à l’initiative du commerce équitable), le commerce équitable du café représente 3 %. Dans les autres pays, la moyenne se situe autour de 1 %. On peut également signaler que les bananes équitables introduites en Suisse et aux Pays-Bas représentent après un an un part de 10 % et 13 % du marché respectif. (Renard M-Ch., (1998).

6 in op. cit. Charlier S., Yépez del CastilloI., AndiaE., (2000), p. 90.

7 Pour des raisons d’espace, nous n’avons pas présenté la division sexuelle du travail existante à l’intérieur de la famille et de la communauté, ni les difficultés qu’ont les femmes pour se faire une place à l’intérieur des organisations d’économie paysanne. Pour plus de détails sur ces points voir op. cit. : Charlier S., Yépez I. et Andia E. (2000), chapitre 3.

Auteurs

Institut d’études du développement, Université catholique de Louvain, Belgique.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable