Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, mondialisation et pauvreté

 | 
Christine Verschuur
, 
Fenneke Reysoo

4. Face à la mondialisation : des alternatives et des luttes

Argentine : les femmes « piqueteras »

Isabel Rauber
Traduction de Saskia Velásquez

Note de l’éditeur

Présentation au colloque de l’iuéd « Economie mondialisée et identités de genre », Genève, 2002

Texte intégral

1[…]

Principaux axes du mouvement « piquetero »1

  • 1 Le terme « piquetero » (au féminin « piquetera ») se traduirait par une personne faisant partie d’u (...)

2Les objectifs du mouvement « piquetero » sont multiples et liés. La principale action de ce mouvement est de lutter pour la survie, et pour cela de trouver du travail ou du moins de revendiquer le droit au travail. Ce mouvement s’occupe aussi de réclamer l’application et l’augmentation desdits « Plans de travail », consistant en une aide de 120 pesos (équivalents à 120 $ jusqu’à décembre 2001), que le gouvernement central et les gouvernements de province distribuent mensuellement comme système d’aide d’urgence aux inactifs. En réalité, vu l’insuffisance des moyens par rapport à la demande, ce soutien se transforme généralement en instrument de chantage social et de clientélisme politique des partis qui occupent des positions au gouvernement, qui les utilisent ainsi pour atteindre leurs objectifs politiques, comme prix ou sanction à la fidélité ou l’infidélité des « pauvres ».

3Pour affronter tout cela, les « piqueteros » se sont mobilisés. Le barrage de routes – pour dénoncer les fraudes et l’exclusion sociale – devient central, non seulement pour étendre la résistance et les revendications, mais aussi pour attirer l’attention des médias et, à travers ces derniers, pour faire savoir au peuple argentin que les « piqueteros » existent et pour réclamer des aliments et des « Plans de travail ».

4Après presque trois ans de présence systématique sur les routes du pays, le « mouvement piquetero » se développe en 2001 d’une manière vertigineuse au rythme de l’aggravation de la situation du pays. Les barrages de routes et le nombre de membres se multiplient, menant à la réalisation du premier puis du deuxième congrès national d’organisations « piqueteras », et à la constitution du mouvement « piquetero ». Simultanément, le contenu des luttes se radicalise et se transforme en stratégie offensive. Comme le signale Luis D’elía, un des principaux protagonistes, « nous ne demandons plus uniquement des Plans de travail ou des aliments. Nous voulons du travail et la fin de la répression. Nous demandons la fin du système néolibéral qui répond à la mondialisation ; par exemple, le dénominateur commun qui interpelle tous les compagnons du “piquete” est représenté par deux questions macro : le thème de la dette externe – ne pas la payer –, et celui de la concentration des richesses. »

La présence de la femme est essentielle

5Dès le début, des premiers « piquetes » jusqu’à aujourd’hui, la présence des femmes et de leurs enfants est fondamentale chez les « piqueteros ». Déterminées à ne pas rentrer les mains vides et sans rien à manger, les femmes vont aux « piquetes » pour se battre. Décidées à atteindre les objectifs fixés, elles participent dès le commencement et se chargent de l’installation et de la vie quotidienne dans les barrages, qui durent généralement plus d’une journée. S’il faut monter des tentes, installer des campements, faire des tours de garde, contribuer à la préparation de la nourriture – avec les hommes, bien entendu –, ou même faire des barricades et y rester pour défendre les positions occupées, les femmes sont toujours là.

Les femmes constituent « l’âme du piquete »

6La présence centrale des femmes dans les « piquetes » transforme tout. D’abord parce que les « piqueteros » proviennent de quartiers populaires habités par des ouvriers ou par des émigrants venus de l’intérieur du pays à la recherche de travail et d’un endroit où vivre. Or, dans ces quartiers, la femme est un chef presque « naturel ». En intégrant les « piquetes », les femmes ont imprégné ces luttes d’une profonde émotion, de sentiments et de passion, et tout cela se traduit en force. Je ne dis pas que les hommes ne le font pas, mais leur propre culture tend à leur faire occulter ces comportements pourtant omniprésents chez chaque être humain. Ils ont souvent tendance à les cacher, à les rationaliser et cela brouille le chemin de la vie, de la réalité, des relations humaines, de la vérité. Traditionnellement, ces qualités ont été et sont toujours fréquemment qualifiées comme des « faiblesses » propres aux femmes. Cependant, peu à peu, elles s’imposent comme un courant de subjectivité, de courage et d’engagement. Elles enrichissent et renforcent les luttes tout en les intégrant à une autre dimension, celle de la famille, des enfants, de la vie.

7Parallèlement, les femmes sont un lien naturel entre le quotidien et le stratégique ; entre le monde privé et le monde public, la famille, le quartier et la société, la survie, le monde du travail et le pouvoir. Comme le note l’un des dirigeants « piqueteros » nationaux : « leur présence est vitale, parce que la vie quotidienne est le début de tout et que ce n’est qu’ensuite que cela se traduit en termes politiques. Et s’il n’y a pas d’aspects quotidiens, il n’y a pas d’organisation ; là où il n’y a pas d’organisation, il n’y a pas de politique. » Tout ceci se manifeste clairement dans la vie des « piquetes », particulièrement dans ceux installés depuis longtemps et avec un fort taux de participation. Ils deviennent de véritables campements, des tentes sont installées pour les familles et la vie au « piquete » s’organise comme dans un quartier. […]

8Les femmes participent à tout et jouent un rôle de la base aux postes de décision, de la défense jusqu’à l’organisation interne des tentes. Une tâche fondamentale consiste en la préparation de la nourriture pour tous – je parle de milliers de personnes – dans les grandes marmites communes. Mais le problème est surtout de trouver tous les aliments nécessaires, chose essentielle pendant cette période. Tout cela est fortement valorisé ; pour le comprendre, il est important de se rappeler que nous parlons de secteurs marginalisés, qui consacrent une grande partie de leurs efforts et de leurs luttes à obtenir des aliments. Pour eux, le seul fait de manger chaud tous les jours est une raison suffisante pour participer à un « piquete ». Et pour y arriver, l’aide de la femme est clé, ainsi que pour garantir l’hygiène, les garderies, et le fonctionnement normal de la vie en communauté. Ce sont elles qui organisent la famille et le quartier ; ce sont elles les organisatrices vitales des « piquetes ».

9A tout cela il faut ajouter la caractéristique que cette pratique commune et féminine introduite à la vie « piquetera » : dévouement et engagement sans limites, flexibilité, horizontalité et construction participative. […] La femme se donne à fond, à la famille, à ses enfants, en premier lieu parce qu’elle n’a pas d’autres possibilités et en deuxième lieu parce qu’elle lutte pour eux, à cause d’eux, et donc avec eux. La survie est le problème de tous, et c’est pour cela qu’une fois que la femme commence à participer, il n’y a pas de retour en arrière. […]

10On peut ainsi affirmer que chez les « piquetes » et dans les quartiers « piqueteros », un nouveau type d’organisation socio-politique, de militance, une nouvelle éthique et une nouvelle mystique sont en train de naître. Comme le mentionnent les « piqueteros », à la différence des militants partisans qui dictent au mouvement social ses pratiques d’avant-garde, et qui y vont pour voir comment sont appliquées des décisions préalablement prises, ici des pratiques plus ouvertes se mettent en place. Cela est lié à la présence des femmes, habituées à se situer dans un espace territorial, dans un quartier, pour affronter le quotidien, à la différence de l’espace des fabriques. Elles convoquent, appellent à la participation et, sur cette base, vont de l’avant sans s’arrêter. Ceci fait partie d’un apprentissage, où la femme apporte beaucoup tout en découvrant de nouveaux espaces, par exemple dans le domaine de la solidarité. « L’idée de nous entraider ne m’était jamais venue », avoue Marta, une dirigeante « piquetera », « même pas avec mes frères. J’ai toujours cru que la dignité consistait à tout obtenir par soi-même sans regarder à côté. Maintenant je pense que si nous ne sommes pas tous unis, bientôt nous n’existerons même plus. »

  • 2 « Cacerolazo » : nom donné aux mouvements de protestation dans les rues où les participants frappen (...)

11La présence de la femme ne se réduit pas au quartier ni au « piquete » en tant que tel, la femme a participé et continue à le faire dans tous les espaces. Les femmes « piqueteras » sont présentes dans les manifestations, dans les « cacerolazos »2, dans les luttes pour la santé, pour l’éducation. […] Elles participent aux luttes syndicales, aux grèves, et même aux conflits de travail dans lesquels la plupart des gens sont des travailleurs hommes. Elles y jouent un rôle important : celui de renforcer la lutte avec leur présence, de donner du courage et de la force. Dans ce sens-là, il est très important d’avoir recours à leur présence en tête des marches – des marches à pied qui font des kilomètres et des kilomètres et qui durent plus de dix, douze heures jusqu’à la ville de Buenos Aires, ou jusqu’à la Maison du gouvernement, en passant par la « Plaza de Mayo ». […]

12Tout le monde n’est pas sensible aux luttes de ces femmes. Elles payent fréquemment un prix très élevé pour leur participation dans ces luttes, elles sont discréditées, considérées comme de mauvaises femmes, de mauvaises mères ou de mauvaises épouses. […]

L’univers domestique révèle une conscience contradictoire

13En plus des railleries populaires, de la répression et de la fatigue physique que tout cela représente pour elle et ses enfants, la femme « piquetera » est confrontée à une vie familiale très dure. Souvent seule et incomprise par son mari, elle est aussi plus souvent qu’on ne l’imaginerait frappée par ce dernier. Celui-ci défoule sur elle son sentiment d’impuissance face aux nombreux problèmes qu’il ne peut ni supporter ni changer. Il se sent humilié car sa représentation de la condition masculine le porte à penser que c’est lui qui doit entretenir sa famille, il ne peut accepter de se voir inférieur à la femme, qu’il considère inférieure. Il décharge contre elle sa colère pour réaffirmer sa supériorité, pour montrer que c’est lui qui commande, qui impose et qu’il faut respecter. Si la femme se rend à des réunions du quartier ou au « piquete », elle est souvent durement corrigée lorsque son époux le découvre. Un dirigeant territorial note : « il est très dur de travailler avec María parce que son mari est très jaloux et croit qu’elle le trompe, et alors il la frappe. Et à chaque fois qu’il la frappe, elle disparaît durant des semaines. Ensuite elle revient ; nous la respectons tous beaucoup. » Lors d’une grève pour réclamer des aliments, Marta, dirigeante « piquetera », nous dit : « Si j’apparais à la télévision, mon mari me tue. » Et elle ajoute, révélant un certain esprit de contradiction « Le pauvre, avec une femme combative comme moi, ça lui est difficile de trouver du travail. »

14Même lorsque les femmes luttent, participent, s’organisent et créent leur propre histoire, elles voient toujours la relation hommes-femmes comme coupée de la réalité sociale. Elles ne réussissent pas à remettre en question les paradigmes de la relation entre homme et femme dans la sphère privée, non seulement avec leur mari mais personnellement : « une piquetera doit pouvoir tout faire – nous signale María Angelica, 42 ans et mère de quatre enfants –, à chaque moment de libre je vais chez moi, je fais la lessive et je nettoie un petit peu. Mais ce serait bien si mon mari m’aidait. Ça l’énerve que je participe à ce genre de chose, mais il s’y habituera parce que je ne l’abandonne pas, et mes enfants non plus ».

15Lorsque les femmes « piqueteras » participent à la lutte, ce n’est pas pour chercher la libération de la femme ou une égalité de chances. Elles ne se considèrent pas féministes. Elles participent simplement à la lutte en remplissant le rôle qu’elles doivent remplir – selon elles – lorsque leur mari se retrouve au chômage ou quitte le foyer. Ce rôle de mères et d’épouses s’impose alors de lui-même. Beaucoup d’entre elles – comme les femmes en lutte de République dominicaine, du Brésil, du Mexique ou d’ailleurs – rêvent d’avoir un mari qui s’occuperait d’elles et de leurs enfants. C’est par leur participation sociale et politique qu’elles deviennent actrices à part entière de la transformation sociale.

16Lorsque les femmes se sentent plus fortes car elles sont organisées et peuvent ainsi régler les problèmes de survie, les femmes commencent à modifier leur conception de la liberté, de la solidarité et leur manière de penser. « Maintenant nous sommes à la tête de tout cela, avant nous n’avions même pas de liberté de pensée », dit une femme en fêtant ses 50 ans dans une tente « piquetera ».

Les hommes continuent à occuper les principaux postes de direction et de représentation

17Les principaux postes de décision, tant des organisations « piqueteras » que du mouvement « piquetero » national, continuent d’être occupés par des hommes. Malgré le fait que le rôle très important de la femme soit reconnu, tout comme ses apports, grâce à sa vision des choses et ses réflexions sur les problèmes et les solutions possibles, on ne peut s’empêcher de constater que tous les postes de décision sont attribués à des hommes. S’il existe des dirigeantes « piqueteras » elles ne sont reconnues qu’au niveau local.

Conclusion

18Les faits exposés rappellent que les questions de genre s’articulent avec et traversent les rapports sociaux de pouvoir entre hommes et femmes ; ce n’est ni secondaire ni négligeable. Les asymétries de genre se manifestent partout où les relations de pouvoir entre hommes et femmes se construisent, se disputent ou s’exercent. Il est important de le noter pour deux raisons. Tout d’abord, parce qu’il ne faut pas idéaliser les situations de pauvreté et d’exclusion en prétendant que tous les problèmes y sont résolus, comme s’il s’agissait d’un espace où la domination et la discrimination patriarcale n’existaient pas. Ensuite, parce qu’il ne faut pas oublier que tous ces mécanismes de domination qui ont leur racine dans la vie quotidienne et dans les rôles différenciés entre hommes et femmes sont ancrés dans les consciences et pratiques de vie de tous. […]

19Aujourd’hui, les conditions pour interpeller la situation actuelle d’exclusion et d’inégalité imposées par la mondialisation en Argentine sont fortes et en augmentation. A cela ont contribué la résistance et les luttes des travailleurs et des travailleuses actifs et inactifs du mouvement « piquetero », de la Centrale des travailleurs argentins, les luttes des organisations de défense des droits de l’homme, des jeunes, des femmes, du mouvement des mères de la Plaza de Mayo… Le mouvement « piquetero », qui a secoué le pays du nord au sud en réclamant la fin du modèle, ainsi que la justice et l’équité, a marqué le début du XXIe siècle. […]

20Une réelle transformation ne sera complète que si les hommes et les femmes intériorisent ce processus, s’ils comprennent qu’il doit naître de l’intérieur de chacun et se projeter vers l’extérieur, à partir d’une transformation depuis le bas, la racine : la famille, le quartier, le voisinage, la société entière.

21La transformation ne se trouve pas en dehors de nous, les femmes ; il faut, comme les « piqueteras », trouver les ouvertures pour atteindre les objectifs fixés.

Notes

1 Le terme « piquetero » (au féminin « piquetera ») se traduirait par une personne faisant partie d’un piquet de grève, barrant la route d’entrée ou de sortie de l’usine. En Argentine, c’est le nom d’un fort mouvement social dont le principal moyen d’action a consisté à barrer les routes en général. Nous gardons les termes en espagnol dans le texte.

2 « Cacerolazo » : nom donné aux mouvements de protestation dans les rues où les participants frappent sur une marmite.

Auteur

Saskia Velásquez (Traducteur)

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable