Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, mondialisation et pauvreté

 | 
Christine Verschuur
, 
Fenneke Reysoo

3. Genre et pauvreté : approches critiques

L’accès des femmes au pouvoir au cours du cycle de vie : stratégie de transformation dans la lutte contre la pauvreté

Division des Nations unies pour l’avancement des femmes (DAW)
Traduction de Emmanuelle Chauvet

Note de l’éditeur

In : Report of the Expert Group Meeting, 26-29 November 2001, New Delhi, Inde, Division des Nations unies pour l’avancement des femmes, Département des Affaires économiques et sociales, EGM/POV/2001/REPORT, p. 30-34

Texte intégral

1L’accès au pouvoir et la pauvreté sont des phénomènes assez complexes et multidimensionnels qu’on ne peut appréhender avec de simples indicateurs. On interprète encore souvent la pauvreté exclusivement en termes de revenu ou de consommation, et le débat mondial sur la pauvreté a encore tendance à se concentrer sur une interprétation de mesure monétaire de ce phénomène. Les derniers chiffres de la Banque mondiale se basent sur l’indicateur de mesure monétaire d’un dollar par jour. Ces chiffres ne donnent pas d’indication du nombre de femmes pauvres car, faute de mesure de la pauvreté discriminée selon le sexe (la pauvreté en terme de revenu étant mesurée par ménage indépendamment des processus de distribution à l’intérieur des ménages), il est impossible de suivre la situation des femmes comparativement à celle des hommes.

2Devant la difficulté à mesurer la pauvreté des femmes avec des enquêtes ménages standards, on a divisé les ménages selon le sexe de leur chef, en donnant pour équivalent pauvreté des femmes et femmes chefs de ménages. Mais cette approche pose des problèmes, d’abord parce qu’elle fait abstraction de la pauvreté des femmes dans les ménages dont les chefs sont des hommes (pauvreté résultant d’inégalités de genre, internes aux ménages, dans la distribution du revenu et des ressources) ; ensuite, parce qu’elle traite les ménages dirigés par des femmes comme une catégorie homogène. Les études empiriques montrent que l’incidence de la pauvreté est très différente d’un ménage dirigé par une femme à l’autre, en fonction de la trajectoire qui a mené à cette situation (différences par exemple, entre veuvage ou absence du mari émigré qui envoie de l’argent), et également en fonction du contexte (par exemple, différences entre le nord de l’Inde et certaines régions d’Asie du Sud-Est).

3Faute d’indicateurs de pauvreté – mesurés selon les revenus prenant en compte les questions de genre, il est également impossible d’estimer combien la pauvreté s’est féminisée – situation qui a entraîné l’utilisation globale d’estimations comme l’affirmation souvent répétée que 70 % des pauvres dans le monde sont des femmes.

  • 1 L’IPH a été introduit avec la notion de développement humain dans le Rapport sur le développement h (...)

4Compte tenu des failles des mesures conventionnelles de la pauvreté selon les revenus, d’autres indicateurs ont été proposés pour mesurer le bien-être et le dénuement. Ces indicateurs sociaux comprennent des mesures comme l’espérance de vie, la mortalité maternelle, les niveaux d’éducation et nutritionnels, l’accès à l’eau potable, etc. Avec ces indicateurs sociaux, des indices composites de la pauvreté humaine ont été construits, comme l’indicateur de pauvreté humaine (IPH)1.

  • 2 Rapport sur le développement humain, New York, Oxford University Press, 2000, p. 141.

5Mais même des indicateurs simples tels que les taux de scolarisation (à différents niveaux d’éducation) ne sont pas disponibles pour chaque pays ou région, et ne sont fournis qu’irrégulièrement dans de nombreux autres pays. Selon le Rapport sur le développement humain 2000, les données de l’IPH ne sont disponibles que dans 103 pays ; les données salariales détaillées selon le sexe ne sont disponibles au BIT que pour 46 pays2. Tous les chiffres et les estimations globaux masquent des variations régionales et sous-régionales importantes dans le recul de la pauvreté, ainsi que des variations entre les situations des femmes et des hommes.

  • 3 Rapport sur le développement humain, 1995, New York, Oxford University Press, 1995.

6Dans le domaine de l’accès au pouvoir, les progrès sont encore moindres. L’indicateur de participation des femmes (IPF) introduit dans le Rapport sur le développement humain examine la participation des femmes et des hommes en matières économique, politique et professionnelle. Mais il n’appréhende pas de nombreux aspects de l’accès au pouvoir, notamment au sein du ménage, de la communauté, ou dans les régions rurales. Il se concentre seulement sur trois variables : les capacités de générer des revenus, la part des emplois professionnels et d’encadrement, et le pourcentage de sièges au Parlement3.

7En somme, l’absence de données pertinentes, fiables et discriminées selon le sexe dans de nombreuses parties du monde continue à poser un problème pour l’évaluation de la situation des femmes et des hommes en matière de pauvreté et, par conséquent, pour évaluer l’impact sur les femmes ou les hommes de toute politique ou programme particulier de lutte contre la pauvreté. Pour mieux comprendre et suivre l’évolution de la pauvreté, un ensemble d’indicateurs tant quantitatifs que qualitatifs, d’enquêtes conventionnelles et participatives prenant en compte les questions de genre aux niveaux local, national et international seraient nécessaires.

8Les participants à la réunion se sont accordés pour dire que même si l’accès des femmes au pouvoir (« empowerment ») est un concept largement utilisé, très peu a été fait pour en mesurer les progrès, et pour définir la corrélation entre l’accès des femmes au pouvoir et la lutte contre la pauvreté. Faute de méthodes adéquates, il est difficile de savoir si l’application de projets/programmes réussit vraiment à faire accéder les femmes au pouvoir. […]

La réunion du groupe d’experts a adopté les recommandations suivantes :
Libéralisation économique et lutte contre la pauvreté
Les gouvernements, les organisations internationales, dont le système des Nations unies et les agences de développement, les institutions de recherche, la société civile, y compris le secteur privé, les syndicats et organisations non gouvernementales, devraient, selon les compétences qui leur sont attribuées :
a. entreprendre une analyse de l’impact de la libéralisation économique sur les femmes pauvres à partir de données spécifiques à chaque région et d’informations détaillées selon le sexe et l’âge
b. revoir les politiques macroéconomiques et les stratégies de financement du développement afin d’incorporer les objectifs de l’égalité entre les sexes et de l’accès des femmes au pouvoir
c. identifier les moyens et méthodes de développement de la participation des femmes aux processus de fixation des normes et de prise de décision sur les questions macroéconomiques, y compris dans les domaines du commerce, de la finance et des investissements
d. reconnaître que les femmes sont devenues des soutiens de familles importants dans de nombreux pays, et les soutenir dans ce rôle en s’assurant que la libéralisation commerciale et financière et les politiques économiques ne nuisent pas au choix des femmes de se consacrer à des emplois lucratifs dans des conditions et selon des termes qui développent leurs compétences, le respect qu’elles ont d’elles-mêmes et leur dignité
e. effectuer un suivi de la qualité de l’emploi et des niveaux de salaire, des différences de salaire selon le sexe, des normes de santé et de sécurité au travail, de la création de compétences, de la formation continue et de l’assurance sociale, afin de promouvoir le bien-être des femmes
f. mener des analyses sectorielles dans le contexte de la libéralisation du commerce, y compris sur les biens et services et sur les droits de propriété intellectuelle, sur l’environnement, la concurrence, les investissements, afin d’en identifier tout effet possible sur les moyens de subsistance et les perspectives d’accès des femmes pauvres au pouvoir
g. intégrer les études de marché et ses conséquences dans les interventions pour améliorer la qualité de vie, dans le but de créer des revenus et de lutter contre la pauvreté des femmes de manière véritable
h. fournir une aide aux groupes de femmes qui sont souvent marginalisés au sein de mouvements sociaux plus vastes engagés dans le processus de libéralisation économique, afin de faciliter l’analyse, la formulation, l’application et le suivi des politiques et programmes de libéralisation économique, et pour s’assurer que ces politiques prennent en compte les questions de genre et soient plus efficaces dans la lutte contre la pauvreté des femmes ayant des emplois tant formels qu‘informels
i. informer les femmes collectivement et individuellement sur le fonctionnement interne de tous les marchés (y compris les marchés de l’emploi) ainsi que sur le fonctionnement du commerce international, en organisant une formation économique de base dans les domaines pertinents
j. améliorer l’accès des femmes pauvres aux ressources productives telles que la terre, le crédit, la technologie et les techniques de marketing, afin de leur faciliter l’accès à un emploi indépendant viable, qui puisse leur donner un niveau de vie décent, à elles-mêmes et aux personnes à leur charge
k. promouvoir le partenariat entre le secteur privé et les entrepreneuses afin d’améliorer leurs compétences pour la mise sur le marché de leurs produits, et de leur donner de meilleures ouvertures économiques
l. identifier et prendre en compte les dimensions de genre des accords commerciaux existants et nouvellement passés afin de faciliter la lutte contre la pauvreté tout en promouvant à la fois la croissance économique et les objectifs de développement social
m. collaborer avec les agences de Nations unies concernées et les institutions régionales et nationales afin d’aider les membres de l’OMC à clarifier les aspects des accords commerciaux qui risquent de marginaliser les ouvrières pauvres et de nuire à leurs stratégies de subsistance. Par exemple, l’article I : 3 (ii) du GATS risque de nuire aux stratégies de subsistance des femmes pauvres et de leurs familles par son impact sur la disponibilité et la distribution des services de santé aux femmes pauvres, et pourrait entraîner l’augmentation des prix de certains services
n. encourager, par des politiques économiques et sociales appropriées, une distribution équilibrée des fruits de la libéralisation du commerce, y compris par les impôts, l’emploi et les programmes de formation continue
o. encourager les pays développés à partager le poids de la lutte contre la pauvreté dans le monde en développement, y compris par la distribution de biens publics internationaux. S’assurer que l’élaboration et l’application des politiques fiscales n’affectent pas trop les femmes, notamment les femmes pauvres, entre autres en développant leur participation à ces processus
p. assurer l’intégration transversale d’une perspective de genre dans les décisions et accords au terme de la prochaine Conférence internationale sur le financement du développement (au Mexique, mars 2002) traitant de la mobilisation des ressources financières privées et publiques, nationales et internationales, pour le développement
q. réguler les flux de capitaux à court terme dans le but de protéger les stratégies de subsistance des femmes et des hommes pauvres en prenant en compte les effets nocifs sociaux et économiques de la libéralisation financière
r. renforcer les projets visant à traduire le travail non rétribué des femmes au sein des ménages dans les statistiques nationales et dans la formulation des politiques de lutte contre la pauvreté, dans leur application et leur suivi, et s’assurer que l’élaboration et la mise en œuvre des stratégies de financement du développement reconnaissent le travail non rétribué
[…]
L’accès des femmes au pouvoir : une stratégie de transformation dans la lutte contre la pauvreté
Les gouvernements, les organisations internationales, dont le système des Nations unies et les agences de développement, les institutions de recherche, la société civile, y compris le secteur privé, les syndicats et organisations non gouvernementales, devraient, selon les compétences qui leur sont attribuées :
a. revoir avec une perspective de genre les cadres politiques et stratégies de lutte contre la pauvreté existants, et y incorporer une approche de genre
b. évaluer les politiques et programmes de lutte contre la pauvreté en fonction de leur impact sur l’accès des femmes au pouvoir économique, social et politique au cours de leur vie
c. s’assurer que les politiques et programmes de lutte contre la pauvreté combinent une approche favorisant l’accès au pouvoir avec des efforts d’intégration transversale des questions de genre, et explicitent la signification qu’ils donnent au concept d’accès au pouvoir dans un contexte particulier
d. appliquer une approche de bas en haut des politiques et stratégies de lutte contre la pauvreté dans le but de garantir l’appropriation par les femmes des projets d’éradication de la pauvreté, et d’assurer leur implication à toutes les étapes de la prise de décision par le développement de leurs compétences, entre autres par une formation économique et politique de base et par une formation aux nouvelles technologies de l’information et de la communication et des médias
e. identifier et prendre en compte, par l’élaboration et l’application des politiques et programmes, les facteurs empêchant les femmes d’accéder aux décisions tels que la violence, le manque de ressources, le manque d’accès à l’information, les normes et attitudes traditionnelles nuisant à l’égalité entre les sexes, et les lois et pratiques discriminatoires
f. élaborer et mettre en œuvre des campagnes de conscientisation sur l’égalité entre les sexes et l’accès des femmes au pouvoir aux niveaux national, local et du ménage, et à l’intention de toute la population
g. rendre les institutions et mécanismes existants plus accessibles aux femmes pauvres et marginalisées, par exemple en adaptant les heures et lieux de réunion
h. explorer le potentiel des associations informelles de femmes, développer le potentiel qu’elles ont pour faire prendre conscience à chaque femme de sa capacité à accéder aux décisions et pour faciliter l’accès réel des femmes à la diversité des ressources et aux prises de décision
i. élaborer et mettre en application de nouveaux modèles d’organisation des femmes autour des stratégies de subsistance, notamment dans les pays où les femmes sont culturellement confinées
j. promouvoir des programmes en faveur de l’accès des femmes au pouvoir adaptés à chaque contexte et à chaque culture
k. intensifier le dialogue entre tous les acteurs, y compris les gouvernements, les agences de développement et la société civile, dans le but de développer et de mettre en œuvre des méthodes et approches concrètes et efficaces pour faire évoluer les attitudes et normes faisant obstacle à l’accès des femmes au pouvoir et à l’égalité entre les sexes, et élaborer des méthodes facilitant l’accès des femmes au pouvoir […]
Mesure de la pauvreté et accès des femmes au pouvoir
Les gouvernements, les organisations internationales, dont le système des Nations unies et les agences de développement, les institutions de recherche, la société civile, y compris le secteur privé, les syndicats et organisations non gouvernementales, devraient, selon les compétences qui leur sont attribuées :
a. collecter, compiler et diffuser des données pertinentes et fiables détaillées selon le sexe et l’âge afin d’évaluer et de faire le suivi de la pauvreté des femmes et des hommes
b. créer à l’échelle nationale et internationale des bases de données d’indicateurs détaillés selon le sexe permettant d’évaluer et de faire le suivi de la pauvreté des femmes, y compris de la pauvreté économique et humaine, facilitant la formulation de stratégies de lutte contre la pauvreté qui prennent en compte les questions de genre et qui donnent les meilleurs résultats
c. encourager et soutenir le développement d’indicateurs quantitatifs et qualitatifs permettant de mesurer la pauvreté des femmes et des hommes au cours de leur vie, et de suivre l’impact des politiques et programmes de lutte contre la pauvreté sur les femmes et chez les hommes
d. développer des méthodes et indicateurs et mesures des progrès, à la fois adaptés à chaque contexte et culture et universels, qui recouvrent à la fois le processus et le résultat, et qui déterminent la corrélation qui existe entre l’accès des femmes au pouvoir et l’éradication de la pauvreté
Gouvernance et participation des femmes
Les gouvernements, les organisations internationales, dont le système des Nations unies et les agences de développement, les institutions de recherche, la société civile, y compris le secteur privé, les syndicats et organisations non gouvernementales, devraient, selon les compétences qui leur sont attribuées :
a. développer ou renforcer les mécanismes facilitant l’implication totale et égalitaire des femmes dans les processus de décision à tous les niveaux et dans tous les domaines qui touchent les perspectives, les choix et les ouvertures qu’elles ont dans leur vie
b. engager les femmes individuellement et collectivement dans les processus et mécanismes mondiaux, nationaux et locaux de gouvernance par la construction de nouvelles alliances et partenariats, notamment avec les hommes, les syndicats, les groupes de promotion du commerce alternatif, etc., et pour faciliter ce processus en apportant les ressources, l’aide et l’information nécessaires
c. s’assurer de la participation effective des femmes aux prises de décision en matière sociale et économique en organisant des formations économiques de base, et en leur donnant un accès aux médias et aux nouvelles technologies de l’information et de la communication
d. adopter, si nécessaire, des mesures de discrimination positive pour s’assurer de la participation égalitaire des femmes aux processus de décision à tous les niveaux et dans tous les domaines
e. identifier et mettre en œuvre des mesures pour développer la participation des femmes à la conceptualisation, à l’élaboration, à l’application et à l’évaluation des programmes et politiques de lutte contre la pauvreté
f. renforcer les compétences nationales des gouvernements, notamment celles qui favorisent l’égalité entre les sexes et l’accès des femmes au pouvoir, pour traiter efficacement de l’accès des femmes au pouvoir et de la lutte contre la pauvreté dans l’analyse politique et le dialogue aux niveaux local, national et mondial
g. mobiliser et attribuer les ressources publiques de façon à satisfaire les besoins sociaux et économiques des hommes et des femmes, notamment ceux qui sont pauvres, et s’assurer que l’élaboration et l’application de tous les processus budgétaires favorisent les perspectives économiques des femmes et un accès égal aux ressources productives et traitent les besoins fondamentaux des femmes, notamment des femmes pauvres
h. s’assurer que les initiatives de budgets pour les femmes prennent en compte les contributions de l’économie non rétribuée dans la sphère domestique ou communautaire ou de l’économie reproductive dans la production économique nationale
i. renforcer la gouvernance économique et financière, et promouvoir la responsabilité financière et l’égalité par l’application d’initiatives de budgets répondant aux questions de genre aux niveaux national et local
j. mener une analyse selon la perspective de genre de la distribution sectorielle des fonds, des politiques fiscales et macroéconomiques, en collaboration avec des chercheurs et des ONG de femmes
k. mettre en place les mécanismes appropriés pour le suivi des allocations budgétaires et politiques prenant en compte les questions de genre, et pour s’assurer de leur application, y compris dans les ministères des finances, dans les institutions en charge du budget et dans d’autres structures financières
l. organiser des évaluations d’impact régulières et globales des politiques et programmes d’accès au pouvoir, notamment en matière de lutte contre la pauvreté
m. renforcer le pouvoir des femmes en allouant et en mobilisant les ressources domestiques dans le but de soutenir les programmes de micro-finance qui apportent aux femmes les crédits, connaissances et outils nécessaires au développement de leurs capacités économiques, et afin de promouvoir l’établissement d’organismes d’épargne, d’assurance et de versement fiables et pratiques, qui répondent aux besoins financiers des femmes, notamment de celles qui viennent de ménages pauvres.

Notes

1 L’IPH a été introduit avec la notion de développement humain dans le Rapport sur le développement humain de 1997. L’IPH se compose du taux d’analphabétisme chez les adultes, du pourcentage d’individus dont l’espérance de vie ne dépasse pas 40 ans, et du manque d’accès aux services procurés par l’économie dans son ensemble – c’est-à-dire d’un amalgame de trois critères : le pourcentage de la population n’ayant pas accès aux services de santé, le pourcentage de la population privée d’accès à l’eau potable, et le pourcentage d’enfants de moins de 5 ans souffrant d’insuffisance pondérale.

2 Rapport sur le développement humain, New York, Oxford University Press, 2000, p. 141.

3 Rapport sur le développement humain, 1995, New York, Oxford University Press, 1995.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable