Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, mondialisation et pauvreté

 | 
Christine Verschuur
, 
Fenneke Reysoo

3. Genre et pauvreté : approches critiques

Définition et mesure des pauvres à partir de la « ligne de pauvreté »

Bruno Lautier

Note de l’éditeur

In : Pourquoi faut-il aider les pauvres ? Une étude critique du discours de la Banque mondiale sur la pauvreté, document de travail IEDES, 2001, Paris, 25 p., pp. 7-9 ; paru ensuite dans la Revue Tiers-Monde n° 169, vol. XLIII, janv-mars 2002, pp. 137-165, Institut d'étude du développement économique et social (IEDES).

Texte intégral

1[Une des questions] qui a fait couler le plus d’encre est sans doute de savoir qui sont les pauvres, et ensuite de savoir combien ils sont. A priori, l’importance accordée à cette question paraît légitime : comment, en effet, aider les pauvres, si on ne sait ni les définir ni les compter ? Mais on voit tout de suite que cette légitimité est suspendue à celle de l’intervention sur les pauvres. La mesure de l’évolution du travail salarié, ou du rapport entre travailleurs stables et précaires, par exemple, ne suscite aucun débat au sein de la Banque mondiale, puisque cette question ne fait pas partie de ses préoccupations « morales ».

  • 1 Les deux « classiques » sur ces périodes sont La potence ou la pitié. L’Europe et les pauvres du Mo (...)

2On peut remarquer, tout aussi immédiatement, que définir et compter les pauvres peut être destiné à autre chose que les aider ; sans avoir lu tout Foucault, chacun sait que définir, classer, compter a surtout servi dans l’histoire à discipliner, enrôler, fiscaliser, voire exterminer. Les catégorisations fines des pauvres, et les comptages des « bons » et des « mauvais » pauvres avaient, du XVIe siècle à l’apparition de la Banque mondiale1, des objectifs tout autres que l’aide : objectifs de police et de maintien de l’ordre public (King en Angleterre en 1696 par exemple), objectifs fiscaux (Vauban en France en 1707), objectifs militaires, évaluation de la réserve de main d’ouvre potentielle. Bref, des objectifs de gouvernement. Les institutions internationales semblent nous dire – par omission du moins – que les efforts de typologie et de comptage des pauvres n’ont actuellement aucun de ces objectifs. Ils ne peuvent alors en avoir qu’un : contribuer à l’aide aux pauvres, le seul énoncé de l’objectif suffisant à légitimer le débat, et ses conclusions.

  • 2 « Ce rapport reprend la vision maintenant traditionnelle de la pauvreté recouvrant non seulement la (...)
  • 3 Mais non impossible, comme l’ont montré Julio Boltvinik et Enrique Hernandez Laos à propos du cas m (...)
  • 4 Cf. BM2000a p. 20. En fait, ce que l’on peut mesurer est d’une part la variabilité des revenus, et (...)
  • 5 Par exemple, au Mexique, et sur la base des mêmes données statistiques, un ensemble d’auteurs ont d (...)
  • 6 Le PNUD le reconnaît ; à propos de certains pays africains, il note : « On se rend compte de la dif (...)
  • 7 Ce qui correspond à 1,08 $ de 1993. Est également utilisée une « upper poverty line » (2 $ par jour (...)

3La question de la mesure de la pauvreté a alimenté des centaines de publications ; on sait les énormes problèmes que pose l’identification de la pauvreté du fait de son caractère « multidimensionnel » ; ce dernier est désormais reconnu, et même proclamé par la Banque mondiale2. Mais, si l’on peut ajouter aux indicateurs de revenu des indicateurs d’accès à l’éducation ou à la santé, la formulation d’indices composites semble extrêmement difficile3 et, surtout, permet très difficilement des comparaisons internationales. Quant à la mesure de la vulnérabilité, elle n’en est encore qu’à ses balbutiements4. De toute façon, même dans une vision « unidimensionnelle » de la pauvreté (en ne prenant en compte que la valorisation monétaire de la consommation au-dessous de laquelle on est « pauvre »), et en restant dans un cadre national, on voit vite que définir un seuil de pauvreté faisant consensus est impossible5, pour des raisons techniques (indices de prix, etc.) mais surtout à cause de désaccords sur le panier de consommation de base (et surtout sur la prise en compte des consommations non alimentaires). Ces désaccords rendent évidemment impossible toute comparaison internationale, d’autant plus que le nombre de pauvres est un enjeu politique important pour les États qui produisent les statistiques6. La Banque mondiale, devant ces problèmes, a néanmoins décidé qu’on pouvait, au moins pour la pauvreté « absolue », établir un seuil de pauvreté unique au niveau mondial, fixé à 1 $ quotidien en parités de pouvoir d’achat de 19857.

4Il est certainement abusif de taxer les experts de la Banque mondiale d’ignorance ou d’incompétence ; ils savent bien que le pauvre de la lointaine banlieue de São Paulo a besoin de payer ses trois heures d’autobus quotidiennes, alors que le paysan du nord du Niger a certainement des soucis, mais pas celui-ci, et que 1 $ par jour n’a pas la même signification dans les deux cas. D’ailleurs les études monographiques de la Banque mondiale, malgré leur pauvreté socio-anthropologique, montrent bien qu’il y a en son sein des gens conscients de l’absurdité d’un unique seuil de pauvreté absolue à l’échelle mondiale. La Banque mondiale est alors poussée à adopter une position proprement schizophrénique : d’un côté, on dit que la ligne de pauvreté unique au niveau mondial n’a aucun sens et ne peut en rien servir à guider les politiques : « Les indices de pauvreté de 1 $ et 2 $ par jour dont il est question ici ne sont des indicateurs de progrès qu’à l'échelle mondiale ; ils ne permettent pas d’évaluer les progrès à l’échelle nationale, et ne peuvent servir de base à la formulation de la politique et des programmes nationaux. Les seuils de pauvreté propres à chaque pays, qui replacent la pauvreté dans chaque contexte national et ne prennent pas en compte les différences de prix internationales, sont utilisés dans les analyses nationales. » [BM2000a p. 17]. Et, d’un autre côté, tous les chiffres annoncés (dans les textes et les tableaux) sur lesquels s’appuie le discours sur les politiques à mettre en œuvre s’appuient sur ces lignes de pauvreté de 1 et 2 $ quotidiens.

  • 8 Et cette limitation aux PED pose problème à certains experts (puisque les définitions de la pauvret (...)
  • 9 Les problèmes techniques sont en effet bien loin d’être réglés par ce choix « simple » du seuil de (...)

5Imposer, envers et contre tout, cette méthodologie de mesure de la pauvreté (particulièrement à travers les médias) est un acte politique, par ailleurs extrêmement violent à l’encontre des milliers d’anthropologues, sociologues, responsables d’ONG qui, dans leur action contre la pauvreté, n’ont pas la stratégie politique comme souci principal. La nécessité technique de ce seuil unique (pouvoir non pas comparer mais additionner le nombre des pauvres, au moins pour les pays en développement8) est un argument un peu insuffisant ; quel est en effet l’intérêt de savoir qu’il y a un ou deux milliards de pauvres avec une définition aussi inconsistante, si ce n’est de pouvoir dire, un ou dix ans après, qu’ils ne sont plus que 0,9 ou 1,9 milliard (ce qui, au passage, suppose que la définition de la pauvreté un ou dix ans après n’ait pas changé de degré d’inconsistance). Le sens politique du choix d’un unique seuil de pauvreté absolue, qui, s’il n’entraîne pas l’adhésion des chercheurs9, s’impose dans les médias, n’a donc pas à être cherché bien loin : c’est en focalisant la question de la mesure de la pauvreté sur le nombre de personnes situées au-dessous du seuil de pauvreté qu’on peut à la fois le plus aisément évacuer la question de l’inégalité globale, et faire apparaître la plus forte diminution de la pauvreté (en faisant passer le plus possible de pauvres situés juste au-dessous du seuil au-dessus de celui-ci, au besoin au prix de l’aggravation de la situation de ceux qui sont loin du seuil).

  • 10 Le mot « idéologie » est employé ici parce que, quelles que soient les apparences de rigueur des dé (...)

6La question du rapport entre pauvreté et inégalité n’est pas nouvelle ; le sens commun, ou du moins celui qui a organisé l’ensemble des sociétés jusqu’au début du XXe siècle, veut que, dans une société inégalitaire, la redistribution (du patrimoine et du revenu) des riches vers les pauvres soit un moyen de réduire la pauvreté, que cela passe par l’aumône, la fiscalité ou la collectivisation. Le débat sur la justice productive et la justice distributive a été clos pour l’essentiel dans le champ de la pensée libérale avec l’idéologie parétienne10. A partir du moment où redistribuer, c’est enlever de l’utilité aux riches pour en donner aux pauvres, toute redistribution de revenus des riches vers les pauvres est exclue. Il serait alors vain de chercher dans les textes de la Banque mondiale une étude montrant un rapport direct entre la pauvreté et les inégalités de revenus entre pauvres et riches. L’idée que la richesse des uns puisse être liée à (ou même une cause de) la pauvreté des autres est exorcisée d’emblée.

Bibliographie

Référence

Banque Mondiale, Attacking poverty – World development Report 2000-2001, Oxford University Press et Banque mondiale, septembre 2000.

Des écarts de revenus croissants
Les écarts de revenus entre les plus riches et les plus pauvres et entre pays riches et pays pauvres continuent de se creuser. Tandis qu’en 1960, les 20 % les plus riches de la population mondiale disposaient de 30 fois le revenu des 20 % les plus pauvres, en 1997 ce rapport atteignait 74 contre un. Cette tendance se poursuit depuis près de deux siècles.
Les écarts se creusent tant entre les pays qu’à l’intérieur des pays. En Asie de l’Est, le revenu par habitant est aujourd’hui plus de sept fois supérieur à son niveau de 1960 et trois fois supérieur à son niveau de 1980. En revanche, en Afrique subsaharienne et dans d’autres pays parmi les moins avancés, il est actuellement moins élevé qu’en 1970. Quant aux économies en transition d’Europe de l’Est et de la CEI, elles ont connu ces dernières années l’aggravation des inégalités la plus forte de toute leur histoire. C’est en Russie que les inégalités sont les plus criantes : la part de revenu des 20 % les plus riches y est 11 fois supérieure à celle des 20 % les plus pauvres. Les inégalités de revenus se sont aussi accrues nettement en Chine, en Indonésie, en Thaïlande et dans d’autres pays d’Asie de l’Est et du Sud-Est qui avaient, au cours des décennies précédentes, enregistré une forte croissance ainsi que des progrès dans la répartition des revenus et la réduction de la pauvreté.
Des études récentes montrent que les inégalités se sont également accentuées dans la plupart des pays de l’OCDE dans les années 80 et au début des années 90. Sur 19 pays, un seul affiche une légère amélioration. Les détériorations les plus importantes ont été enregistrées par la Suède, le Royaume-Uni et les États-Unis. Dans les années 80, le nombre de familles vivant en dessous du seuil de pauvreté a augmenté de 60 % au Royaume-Uni et de près de 40 % aux Pays-Bas. En Australie, au Canada, au Royaume-Uni et aux États-Unis, la moitié, au moins, des familles monoparentales ont un niveau de vie inférieur au seuil de pauvreté. Ces tristes performances offrent un contraste frappant avec l’extraordinaire concentration des richesses autour des très riches. En quatre ans à peine, de 1994 à 1998, la valeur nette cumulée des biens des 200 personnes les plus riches de la planète est passée de 440 milliards à plus de 1000 milliards de dollars. En 1998, les patrimoines des trois personnes les plus riches du monde dépassaient ensemble le PNB global des 48 pays les moins avancés.
In PNUD, Rapport mondial sur le développement humain 1999, pp. 36-37.
La fortune des trois personnes les plus riches du monde dépasse le PNB cumulé du groupe des pays les moins avancés.
La fortune des 200 personnes les plus riches du monde dépasse le revenu cumulé d’un groupe de pays rassemblant 41 % de la population de la planète.
Une contribution annuelle de 1 % assise sur le patrimoine de ces 200 personnes (soit entre 7 et 8 milliards de dollars) permettrait de scolariser tous les enfants en âge de fréquenter l’enseignement primaire.
Source : d’après Forbes Magazine, 1998.
Cité dans PNUD, Rapport mondial sur le développement humain 1999, p. 38
.

La reprise, mais sans amélioration de la répartition : l’expérience latino-américaine
La période de croissance rapide qu’a connue l’Amérique latine du début des années 60 jusqu’à l’éclatement de la crise de la dette, en 1982, s’est traduite par une meilleure répartition des revenus. Entre 1970 et 1982, l’écart de revenu entre les 20 % d’habitants les plus riches et les plus pauvres est ainsi passé de 23 contre 1 à 18 contre 1. Cependant, ces améliorations ont été de courte durée. Au cours des années 80, les 40 % ayant les revenus les plus élevés ont vu leur part de revenu s’accroître de plus de 10 % – au détriment de tous les autres groupes. Quant aux 10 % les plus pauvres, ils ont vu leur part du revenu national baisser de 15 %, annulant ainsi les progrès dans la répartition réalisés avant la crise.
Depuis le début des années 90, les pays de cette région ont connu de profonds changements. L’hyperinflation a été maîtrisée, de vastes réformes économiques ont été adoptées pour assurer un meilleur fonctionnement des marchés et les pays d’Amérique latine ont renoué avec la croissance de la productivité et de l’économie. Cependant, la concentration des revenus est restée la même. En témoigne un coefficient de Gini11 inchangé, autour de 0,58.
[…]
L’une des caractéristiques les plus frappantes de la répartition des revenus en Amérique latine est l’énorme écart qui sépare les 20 % d’habitants les plus riches des 20 % les plus pauvres.
In PNUD, Rapport mondial sur le développement humain 1999, p. 39.

Notes

1 Les deux « classiques » sur ces périodes sont La potence ou la pitié. L’Europe et les pauvres du Moyen-Age à nos jours, de Bronislaw Geremek (Gallimard, 1987) et Gouverner la misère, de Giovanna Procacci (Seuil, 1993). La « ligne de pauvreté », rappelons-le, est un concept inventé par Charles Booth dans son enquête publiée en 17 tomes en 1902-1903, sur la pauvreté dans l’East End de Londres ; probablement plus précis que nos experts contemporains, il y établit une typologie des pauvres en huit « classes ».

2 « Ce rapport reprend la vision maintenant traditionnelle de la pauvreté recouvrant non seulement la dénuement matériel (mesuré par un concept adapté de revenu et de consommation), mais également de faibles niveaux d’éducation et d’accès au services de santé » (BM2000a p. 15). Ce rapport insiste également beaucoup sur le fait que la « vulnérabilité » face aux risques est constitutive de la pauvreté.

3 Mais non impossible, comme l’ont montré Julio Boltvinik et Enrique Hernandez Laos à propos du cas mexicain (Pobreza y distribucion del ingreso en México, ed. Siglo Veintiuno, Mexico, 1999), à travers la construction de la MMIP (« Método de Medicion Integrada de la Pobreza »). Curieusement, ces deux auteurs, reconnus en Amérique latine comme faisant partie des meilleurs spécialistes de la pauvreté, ne sont pas cités dans le rapport de la Banque mondiale. Peut-être la controverse qu’ils ont eue, il y a quelques années, avec Nora Lustig, principale rédactrice du rapport (sur ces questions de mesure) n’y est-elle pas étrangère. Le rapport de 2000 évoque rapidement ce problème : « This report does not try to define a composite index or to measure trade-offs among dimensions [of poverty] » (BM2000a p. 19).

4 Cf. BM2000a p. 20. En fait, ce que l’on peut mesurer est d’une part la variabilité des revenus, et d’autre part la probabilité d’être victime de risques non monétaires (« crime, natural disasters and so on »), ce qui n’est pas exactement la « vulnérabilité », comme le reconnaît le rapport lui-même.

5 Par exemple, au Mexique, et sur la base des mêmes données statistiques, un ensemble d’auteurs ont défini des seuils de pauvreté en 1990 ; ces seuils variaient, pour la pauvreté « extrême », de 51 $ (Lévy) à 141 $ (Hernandez Laos) – la proportion de pauvres extrêmes dans la population variant de 11 à 50 % –, et pour la pauvreté « modérée » de 108 $ (CEPALC) à 238 $ (Hernandez Laos) – leur proportion variant de 38 à 71 %. Cf. à ce propos : Lautier B., « Pauvreté et politiques de la pauvreté au Mexique », in : Poulin R. et Salama P. (dir.) : L’insoutenable misère du monde. Economie et sociologie de la pauvreté, éd. Vents d’Ouest, Hull, Québec, 1998.

6 Le PNUD le reconnaît ; à propos de certains pays africains, il note : « On se rend compte de la difficulté de comparer ces données. En effet, la Namibie, par exemple, un pays intermédiaire avec un niveau de développement humain considéré comme moyen, compterait 66 % de pauvres, alors que le Bénin, classé parmi les pays les moins avancés avec un indice de développement humain faible, compterait moins de 20 % de pauvres ». Kankwenda M. et al., La lutte contre la pauvreté en Afrique subsaharienne, Economica, Paris, 1999, pp. 86-87.

7 Ce qui correspond à 1,08 $ de 1993. Est également utilisée une « upper poverty line » (2 $ par jour) « reflecting poverty lines more commonly used in lower-middle income countries » (BM2000a p. 17)

8 Et cette limitation aux PED pose problème à certains experts (puisque les définitions de la pauvreté dans les pays membres de l’OCDE sont des définitions en termes relatifs ; le plus souvent – cf. l’Union européenne – on est pauvre quand on dispose d’un revenu inférieur à 50 % du revenu moyen) ; d’où la tentative de A. Atkinson et F. Bourguignon de construire un indice synthétique « mondial et non simplement international » de pauvreté (Poverty and Inclusion from a World Perspective, texte présenté à la Annual Bank Conference on Development Economics, Paris, WB-CAE, 21-23 juin 1999). On va enfin pouvoir additionner le pauvre soudanais et l’exclu luxembourgeois.

9 Les problèmes techniques sont en effet bien loin d’être réglés par ce choix « simple » du seuil de 1 $, en particulier à cause du problème du choix du mode de calcul des parités de pouvoir d’achat. Michael Lipton note à propos du cas chinois que « le passage de la conversion Pen 5.1 à la conversion Pen 5.6 a beaucoup fait baisser le pouvoir d’achat en Chine, à tel point que les estimations d’incidence de la pauvreté (– de 1 $ par jour au début des années 90 selon l’indice PPA de 1985) ont soudain triplé, passant de 9 % à 29 % de la population » (M. Lipton, « Editorial : Poverty – Are there holes in the consensus », World Development, vol. 25 n° 7, 1997, p. 1004).

10 Le mot « idéologie » est employé ici parce que, quelles que soient les apparences de rigueur des développements normatifs sur le moyen d’atteindre un optimum de Pareto, la définition de cet optimum relève d’un choix, qu’on peut qualifier de moral, de politique ou de métaphysique, mais qui est extérieur au champ scientifique.

11 Un coefficient de Gini égal à zéro est synonyme d’égalité parfaite tandis qu’un coefficient de 1 dénote une inégalité absolue.

Auteur

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable