Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, mondialisation et pauvreté

 | 
Christine Verschuur
, 
Fenneke Reysoo

3. Genre et pauvreté : approches critiques

Genre et pauvreté

Sally Baden et Kirsty Milward
Traduction de Odile Chazerand

Note de l’éditeur

In : BRIDGE, Rapport n° 30, Rapport préparé pour le Gender Office, Agence suédoise de coopération au développement international (SIDA), mars 1995, Institute of Development Studies (IDS), Université de Sussex, Brighton, Royaume-Uni., 61 p.

Texte intégral

1[…]

Genre et pauvreté

  • 1 Expression apparue dans les années 1970 aux États-Unis dans le cadre du débat sur les mères célibat (...)

2Il a été beaucoup question ces dernières années, tant dans le milieu universitaire que dans celui du développement, de la « féminisation de la pauvreté1 ». Toutefois, personne ne sait très bien ce que recouvre cette expression ni s’il s’agit d’une tendance vérifiable empiriquement. La féminisation de la pauvreté a été rattachée, d’une part, à l’augmentation de la proportion des ménages monoparentaux dirigés par une femme et, d’autre part, à la participation accrue des femmes aux activités peu rentables du secteur informel des villes, plus particulièrement en Afrique subsaharienne et en Amérique latine dans le contexte des crises et ajustements économiques des années 1980. Certains auteurs émettent des doutes quant à l’existence d’un lien de causalité entre le fait pour les femmes d’être soutiens de famille et la pauvreté. Des analyses plus fines ont depuis été réalisées, qui décomposent cette catégorie en sous-catégories, dont certaines seraient plus exposées que d’autres au risque de la pauvreté. La question de savoir si, et le cas échéant pourquoi, le taux d’activité des femmes dans le secteur informel a augmenté et quel lien établir entre ce phénomène et la pauvreté n’est pas élucidée non plus.

3Globalement, le pourcentage de personnes défavorisées a diminué mais, en chiffres absolus, leur nombre a augmenté. En outre, le recul de la pauvreté et l’amélioration des indicateurs sociaux enregistrés dans les années 1960 et 1970 ont quelque peu ralenti voire se sont inversés dans les années 1980. De plus, la pauvreté est de plus en plus inégalement répartie entre les différentes régions du monde (Banque mondiale, 1993). Dans les années 1980, c’est en Asie de l’Est qu’elle a le plus diminué (à la fois en pourcentage et en chiffres absolus). Elle a également régressé en Asie du Sud – quoique plus lentement vers la fin de la décennie – mais pas suffisamment pour empêcher une augmentation sur le plan numérique. En Amérique latine et aux Caraïbes ainsi qu’au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, la pauvreté s’est aggravée et le nombre de pauvres a augmenté, mais le pourcentage global demeure inférieur à celui d’autres régions. En Afrique subsaharienne, le nombre de pauvres a augmenté et leur pourcentage a légèrement progressé, de sorte que le degré de pauvreté de la région a quasiment rejoint celui de l’Asie du Sud (environ 50 % de la population). Dans une analyse comparative de la pauvreté entre les années 1970 et les années 1990, Lipton et Maxwell (1992 : 5) constatent que c’est toujours dans les zones rurales de l’Asie que se concentre la pauvreté, mais que dans les années 1990, elle touchait davantage les Africains, les populations urbaines (au sein desquelles les femmes en particulier) et les enfants que dans les années 1970. Dans certaines régions, elle touche également les personnes âgées, les paysans sans terre (et non les petits exploitants) vivant dans des zones défavorisées, les réfugiés ou les personnes déplacées. Parmi les plus démunis, la proportion et le nombre de citadins ont augmenté dans les années 1980. Toutefois, même lorsqu’elle diminue en chiffres absolus, la pauvreté rurale représente encore à peu près 80 % de la pauvreté à l’échelle mondiale (WFP, 1992). […]

Pauvreté rurale
Dans le monde, 1,2 milliard de personnes vivent dans la pauvreté extrême. Plus des deux tiers se trouvent en Asie et près de la moitié en Asie du Sud. Un quart environ vivent en Afrique subsaharienne. Trois quarts des pauvres travaillent et vivent dans les campagnes et cette proportion devrait rester encore largement supérieure à 50 % en 2025. (p. 1)
La majorité des pauvres du monde vivent dans les campagnes et il en restera ainsi pendant plusieurs décennies. Par conséquent, les programmes de lutte contre la pauvreté ne peuvent réussir que s’ils visent en priorité les populations rurales. Les hommes et les femmes ne sont pas égaux devant la pauvreté : les femmes sont défavorisées en matière d’accès à la terre, au crédit, à la technologie, à l’éducation, aux soins de santé et au travail qualifié. (p. 15) […] 75 % des pauvres vivent et travaillent en milieu rural.
24 % Asie de l’Est, 6,5 % Amérique latine et Caraïbes, 24 % Afrique subsaharienne, 44 % Asie du Sud.
Source : Rapport IFAD sur la pauvreté rurale, 2001, Rome.
La distribution de la pauvreté rurale dans le monde
, p. 16.

Eclairages récents sur la pauvreté

De la pauvreté à l’approche par les moyens de subsistance durables

4La réflexion sur la nature et les causes de la pauvreté et sur les caractéristiques et le comportement des pauvres s’est beaucoup affinée ces dernières années. On comprend désormais la nécessité d’établir une distinction entre l’ampleur, la gravité et la répartition de la pauvreté (dans le temps et dans l’espace) (Lipton et coll., 1992). On est passé d’une conception étroite de la pauvreté (mesurée en fonction du revenu ou de la consommation) à une conception faisant appel à des notions plus vastes telles que celles de bien-être ou de privation. On reconnaît de plus en plus l’importance de la possession de biens pour les pauvres, ceux-ci sacrifiant souvent la consommation courante pour protéger leurs avoirs. Les fluctuations de la pauvreté (selon les saisons, dans les différentes étapes de l’existence) sont mieux connues. La vulnérabilité face aux chocs (maladie, aléas climatiques, etc.) est désormais considérée comme un facteur essentiel d’appauvrissement. On souligne la nécessité d’appuyer des stratégies de survie diverses et créatives ainsi que la nécessité de promouvoir des sources de revenus durables ou la sécurité des moyens de subsistance. L’existence de mécanismes d’équilibrage (entre vulnérabilité et augmentation du revenu, par exemple) est reconnue. (Lipton et Maxwell, 1992 ; Dasgupta, 1993 ; Chambers, 1994).

5Cet élargissement du débat comporte de nombreux aspects positifs tels que la prise de conscience du fait – pas facile à déceler d’après les statistiques sur le revenu des ménages monoparentaux ou la consommation – que la pauvreté est vécue différemment par les hommes et les femmes et que les mécanismes d’appauvrissement ne sont pas les mêmes selon le sexe. En faisant appel aux notions de fluctuations et de vulnérabilité, on a pu constater que chez les populations démunies, les périodes de pauvreté alternaient avec des périodes d’amélioration et que ces notions variaient en fonction du sexe. Il a ainsi été démontré que les contraintes saisonnières, notamment dues à l’accroissement de la morbidité, étaient plus lourdes pour les femmes puisque celles-ci devaient consacrer davantage de temps à la famille alors qu’elles en avaient déjà moins que les hommes. (IDS, 1994b). L’étude des fluctuations aux différentes étapes de l’existence révèle elle aussi des différences entre les sexes : les femmes enceintes, allaitantes ou âgées, par exemple, sont plus particulièrement exposées à la pauvreté. Les femmes sont aussi plus vulnérables en raison de leur exclusion du droit à la propriété et de leur dépendance à l’égard des hommes. Ainsi, le divorce ou l’abandon peut les plonger dans le dénuement. En outre, elles ont une moindre capacité de gain et moins de débouchés professionnels. L’approche fondée sur les droits permet également de différencier le vécu et les mécanismes d’appauvrissement des hommes et des femmes. (Kabeer, 1992 ; 1994).

6Cependant, ces nouveaux concepts ne vont pas sans difficultés et sont à certains égards critiquables, y compris dans la perspective des rapports sociaux de sexe. Les stratégies de survie sont généralement présentées comme de « bonnes choses » alors qu’elles consistent parfois à choisir le moindre mal entre des priorités relatives – par exemple, entre un bienfait pour l’environnement et un bienfait pour l’être humain, entre la subsistance immédiate et l’adaptation durable à un changement irréversible (Davies, 1994). Les stratégies de survie adoptées au Ghana par exemple […], telles que la création d’associations informelles et la déscolarisation des enfants, ont contribué à l’accroissement des inégalités entre les sexes en diminuant l’accès des filles à l’instruction et en affaiblissant les revendications des femmes sur les biens de leurs partenaires. Les tenants de l’approche fondée sur la durabilité des moyens de subsistance préconisent la diversification des moyens de satisfaire les besoins de consommation de façon à répartir les risques dans les situations de précarité. Les moyens de subsistance durables et les stratégies de survie sont généralement décrits au niveau familial ou communautaire. Cependant, les moyens de subsistance ne sont parfois durables qu’au prix d’un lourd travail des femmes dans la production familiale et dans des activités destinées à éviter des dépenses. La question de savoir comment les stratégies de survie sont arrêtées en période de difficulté, par qui et les intérêts de qui elles servent est en général occultée.

L’approche « bien-être social » et l’approche par les droits

7L’évaluation économique de la pauvreté trouve son origine dans la théorie du « bien-être » (« welfare »), en vertu de laquelle le revenu (ou les dépenses) constitue les critères d’une utilité définie de manière subjective. La définition des seuils de pauvreté repose de ce fait sur une décision plus ou moins arbitraire concernant qui est pauvre et qui ne l’est pas, prise sur la base d’une définition des besoins physiologiques en énergie alimentaire. Il existe donc une abondante documentation technique sur ce sujet. Lorsque l’évaluation monétaire de certains types de consommation ne va pas de soi (dans le cas des services fournis par l’État, par exemple), ceux-ci ne peuvent être mesurés dans un même calcul et sont donc souvent exclus. (Cela rend problématique la comparaison de la pauvreté des zones rurales et urbaines, par exemple).

8Ceux qui mesurent la pauvreté en fonction des conditions d’existence privilégient le revenu comme moyen de réduire la pauvreté plutôt que les résultats réels. Lorsque les ménages ont un revenu suffisant pour atteindre un certain niveau de bien-être, la question de savoir comment, et si, ils y parviennent n’entre pas en ligne de compte. Cette méthode pose problème parce que premièrement, elle assimile pouvoir d’achat et satisfaction des besoins et, deuxièmement, elle présuppose que tous les besoins peuvent être satisfaits par des moyens monétaires (Kabeer, 1994). Dasgupta (1993), qui établit une distinction entre le bien-être basé sur l’aisance ou fondé sur les droits, met en évidence l’absence d’analyse économique du dénuement chronique. Partant de la circularité fondamentale de l’existence (c’est-à-dire la nécessité de consommer pour travailler afin de consommer), il tente de dégager d’une étude approfondie des traités de physiologie et de biomédecine, une approche du bien-être fondée sur les droits. Huit autres auteurs ont exploré des pistes analogues (ce sont, par exemple, la théorie de Rawl sur la justice ; le concept des « fonctionnements essentiels » de Sen et plus récemment les « indices de satisfaction universelle » de Doyal et Gough, cités dans Greeley, 1994), mais soient ils ne donnent pas de base concrète pour décider de ce que pourraient être des besoins minimaux, soit ils ne proposent aucun moyen de pondérer ou d’agréger ces besoins (Greeley, 1994 : 57).

Pauvreté et absence de pouvoir

9Le débat élargi sur la pauvreté a également abordé la question de la relation entre pauvreté et pouvoir, ou absence de pouvoir (Chambers, 1994). Les pauvres sont eux-mêmes très conscients de leur dépendance à l’égard d’individus ou d’institutions puissants et de leur absence d’influence ou de représentation dans les structures politiques. Leur manque de représentation et de poids politique permet aux gouvernements de passer outre les problèmes de pauvreté et de détourner les ressources vers les catégories sociales influentes. La nécessité de responsabiliser davantage les institutions publiques à l’égard des pauvres et de créer un groupe de pression pour la lutte contre la pauvreté est désormais largement reconnue : l’octroi de droits aux populations défavorisées est à l’ordre du jour. Ces questions trouvent un écho dans les textes sur les rôles respectifs des hommes et des femmes dans le développement : l’absence de représentation et de pouvoir des femmes est considérée comme l’un des principaux facteurs de reproduction des inégalités et de la discrimination fondées sur le sexe ; l’accès des femmes au pouvoir serait par conséquent la condition première du redressement des inégalités hommes-femmes. […]

Genre et pauvreté : éléments de conclusion

10Ces dernières années, on a beaucoup parlé, dans le milieu du développement, de la « féminisation de la pauvreté », liée à l’augmentation du nombre de ménages monoparentaux dirigés par des femmes et à la déstructuration de l’économie (surtout en Amérique latine et en Afrique subsaharienne) en période de crise et d’ajustement. Cependant, l’absence de données systématiquement ventilées par sexe sur le revenu et d’autres critères de bien-être social, rend impossible toute analyse empirique globale de l’évolution et de l’ampleur de la pauvreté selon les sexes. Le bien-fondé de l’opinion largement répandue selon laquelle on assisterait à une « féminisation de la pauvreté » est donc difficile à vérifier.

11Au niveau des unités territoriales (pays, région, etc.), des indices composites tels que l’IDH (indice du développement humain) ajusté en fonction des disparités hommes-femmes et des indicateurs simples de la qualité de vie des femmes (tels que le niveau d’instruction, l’espérance de vie, etc.) ne présentent pas de corrélation avec les critères globaux de progrès économique et de bien-être (tels que mesurés par l’IDH non corrigé, par exemple), ce qui tendrait à indiquer qu’il existe une faible corrélation entre la pauvreté générale, d’une part, et la pauvreté et le bien-être des femmes, d’autre part. A l’évidence, le lien entre la discrimination fondée sur le sexe et les mécanismes de la pauvreté mérite d’être étudié et analysé plus en détail. En outre, comme la plupart des enquêtes sur la pauvreté sont effectuées auprès des ménages et se fondent en général sur l’hypothèse d’une répartition égale des ressources au sein du ménage – aspect depuis longtemps critiqué par les féministes – elles sous-estiment l’ampleur et la gravité de la pauvreté, en particulier chez les femmes et les enfants. Il demeure nécessaire de réunir des données ventilées par sexe dans les grandes enquêtes sur les ménages, notamment en ce qui concerne la gestion et la répartition du travail, d’autres ressources productives, biens, titres et revenus.

12Depuis quelques années, le débat sur la pauvreté ne se limite plus aux aspects purement économiques tels que le calcul du revenu et de la consommation. Il s’étend désormais à la notion plus diffuse de privation, dont la pauvreté monétaire ne constitue qu’un élément parmi d’autres. De ce fait, les méthodes de mesure et d’évaluation de la pauvreté et de la privation sont désormais plus diversifiées. Dans une perspective de genre, cela offre la possibilité de dégager les aspects de la privation qui sont propres à chaque sexe, en faisant appel aux notions de vulnérabilité, de choc, de fluctuation, d’absence de pouvoir, etc. La méthode de l’auto-évaluation de la pauvreté, qui est de plus en plus utilisée, fait intervenir dans le débat dominant des questions telles que la violence familiale et les réseaux d’entraide. Cependant, ces nouvelles approches ont aussi leurs limites. Le débat sur la pauvreté et les moyens de subsistance durables, par exemple, tend à minimiser les effets potentiellement préjudiciables de nombreuses « stratégies de survie » sur les femmes et les filles. Les méthodes participatives d’évaluation de la pauvreté (telle que l’évaluation rurale participative), qui sont actuellement en vogue, risquent d’estomper les différences au profit du consensus au sein d’une communauté donnée et, partant, d’amalgamer les intérêts particuliers de chaque sexe. Il faut développer les méthodes participatives tenant compte des spécificités de chaque sexe et aussi veiller à concevoir les projets de lutte contre la pauvreté dans une perspective de genre.

13Le ménage étant l’un des lieux privilégiés de la discrimination entre les sexes et de la subordination, il constitue le principal point d’ancrage des études sur les rapports sociaux de sexe et la pauvreté. De nombreux travaux ont prouvé qu’hommes et femmes avaient une conception différente de la pauvreté et que la situation des femmes au regard de celle-ci ne pouvait donc pas être assimilée à celle du ménage. En revanche, le lien entre la pauvreté du ménage et la qualité de vie des femmes est moins clair : la pauvreté intensifie-t-elle ou diminue-t-elle la discrimination entre les sexes ? Des études d’Asie du Sud montrent que la discrimination ne disparaît pas et aurait même tendance à s’aggraver lorsque le revenu du ménage augmente, mais il s’agit peut-être d’un particularisme régional. Pour l’Afrique subsaharienne, rien ne permet d’affirmer avec certitude qu’il existe une discrimination en matière de consommation mais les femmes ont beaucoup moins de temps libre que les hommes et elles en ont encore moins lorsque le degré de pauvreté augmente. D’une manière générale, plus les ménages sont pauvres, plus les hommes ont tendance à augmenter la part de leur revenu qu’ils conservent – réduisant ainsi leur contribution au budget du ménage – pour pouvoir maintenir leur niveau de consommation personnelle. De ce fait, la faible proportion du revenu des hommes, à laquelle peuvent prétendre les femmes, diminue encore. Dans les cas les plus graves, les droits réglementés par le mariage ou d’autres formes de soutien familial se désagrègent totalement et les femmes se retrouvent seules à la tête du ménage. Dans le passé, en l’absence de données fiables ventilées par sexe, les auteurs ont étudié les questions de genre et de pauvreté sur la base de comparaisons entre ménages dirigés par des hommes et ménages dirigés par des femmes. On dispose aujourd’hui d’une somme considérable de données sur les différences de revenus, de structures familiales et de manières de travailler des uns et des autres. Un lien semble exister entre les situations où le ménage est dirigé par une femme et la pauvreté, mais il n’a rien de systématique et les études sur cette question donnent lieu à d’énormes difficultés d’ordre méthodologique et conceptuel. Les ménages dirigés par une femme constituent une catégorie hétérogène au sein de laquelle on trouve des femmes relativement aisées. Néanmoins, une sous-catégorie de ménages dirigés par une femme compte généralement parmi les plus démunis. Les caractéristiques de cette sous-catégorie varient considérablement d’un contexte à l’autre en fonction de facteurs tels que le soutien social dont les femmes chefs de famille peuvent bénéficier et le degré de légitimité sociale qui leur est accordé selon leur situation particulière. […]

14L’approche par le marché du travail constitue un autre angle sous lequel étudier les questions de genre et de pauvreté, ce qui évite le problème de l’agrégation des données relatives au ménage. Cependant, les catégories classiques du marché du travail ne tiennent généralement pas compte des différences entre les sexes et ne sont pas d’une grande utilité pour étudier la pauvreté ; il faudrait en élaborer d’autres. Bien que le fait de travailler dans le secteur informel soit souvent considéré comme un indicateur de pauvreté en général et de pauvreté féminine en particulier, il s’agit là d’une catégorie extrêmement hétérogène au sein de laquelle les hommes, en particulier, peuvent s’enrichir.

15Étant donné que dans de nombreux pays en développement, la majorité des femmes (voire de toute la population active) travaille dans le secteur informel, l’activité dans ce secteur n’aide pas non plus à la compréhension de leur statut au regard de la pauvreté. Une plus grande différenciation des situations réelles est nécessaire. Dans une perspective de genre, la question de la maîtrise du temps de travail, des moyens de production et des gains étant essentielle, les données sur lesquelles on se fonde doivent la refléter. En raison de la discrimination entre les sexes sur le marché du travail, les femmes ont plus difficilement accès à l’emploi et ont une capacité de gain inférieure à celle des hommes, ce qui les rend plus vulnérables à la pauvreté. Investir dans la formation des femmes à l’emploi est une mesure importante. Toutefois, on en a peut-être surestimé l’importance en tant que moyen d’accéder au marché du travail et d’augmenter les gains. Les mesures législatives excluent la plupart des activités lucratives des femmes – à savoir le travail occasionnel ou dans le secteur informel – ou ne sont pas appliquées. D’autres stratégies sont nécessaires pour lutter contre la discrimination courante. Des recherches plus approfondies sont elles aussi nécessaires sur le lien entre l’activité des femmes dans d’autres formes de travail rémunérateur, d’une part, et leur statut et leur pouvoir de négociation au sein de la famille, d’autre part.

16Lorsque les femmes gagnent un revenu à l’extérieur de la maison, la discrimination concernant la répartition des ressources au sein de la famille a tendance à diminuer. Dans le cas des ménages monoparentaux dirigés par une femme, souvent caractérisé par un fort taux d’activité féminine, les effets sur les enfants varient selon les gains de la mère : ils ne sont véritablement positifs qu’au-delà d’un seuil de revenu minimum.

17La « féminisation de la population active », dans les années 1980, a engendré un gonflement du secteur parallèle et, partant, la fragilisation et la paupérisation de l’ensemble des travailleurs, femmes et hommes. Les femmes sont considérées comme étant particulièrement vulnérables sur les marchés du travail en raison des secteurs dans lesquels elles sont confinées, en raison de leur statut social et en raison de leur situation au regard de l’emploi. Toutefois, la démonstration empirique est là encore peu probante du fait de la pénurie de données fondées sur des séries chronologiques pour de nombreux pays ; il est particulièrement difficile de démontrer que les femmes ont accès à des emplois auparavant réservés aux hommes. Il semble que dans les pays en développement, les femmes soient davantage touchées par le chômage et le sous-emploi que les hommes. Dans certains cas, la crise économique a contraint les femmes à se retirer du marché du travail plutôt qu’à y entrer.

18Le concept de vulnérabilité est beaucoup utilisé également dans le contexte des catastrophes. Il se superpose alors à celui de pauvreté tout en étant différent. En effet, certaines mesures de lutte contre la pauvreté peuvent accroître la vulnérabilité. Les femmes sont souvent répertoriées dans la catégorie des « personnes vulnérables », mais une telle généralisation présente l’inconvénient de ne pas dissocier les caractéristiques de la vulnérabilité qui sont liées au sexe et donne lieu à des interventions axées sur la protection. Une analyse par sexe, inspirée de l’approche par les droits, considère l’exposition au risque, la capacité de faire face à l’adversité et l’aptitude à s’en remettre, comme des composantes sexuées de la vulnérabilité face aux catastrophes. Des facteurs tels que la mobilité restreinte des femmes et les différences de niveau nutritionnel des hommes et des femmes, par exemple, font que les femmes sont souvent plus vulnérables face aux catastrophes mais cela varie d’un contexte à l’autre et d’un groupe de femmes à un autre. La capacité des femmes à faire valoir leurs droits et donc à faire face aux situations d’urgence, dépend également de leur degré d’autonomie. Certaines stratégies de survie (vente des biens des femmes pour la consommation, dispersion de la famille, par exemple) peuvent, à long terme, réduire le potentiel de réadaptation des femmes.

19Bien que l’on admette de plus en plus que la pauvreté et la réduction de la pauvreté sont des questions d’ordre politique, les liens entre les handicaps liés au rôle dévolu par la société aux hommes et aux femmes, la gestion des affaires publiques et la pauvreté n’ont pas été étudiés de façon explicite. A l’évidence, des recherches complémentaires sont nécessaires et la conduite à tenir doit être reconsidérée.

Bibliographie

Chambers, R., 1994, « Poverty and Livelihoods : Whose Reality Counts ? », an overview paper prepared for the Stockholm Roundtable on Global Change, 22-24 July.

Dasgupta, P., 1993, An Inquiry into Well-being and Destitution, Clarendon Press, Oxford.

Davies, S., 1994, « Are coping strategies a cop out ? », IDS Bulletin, vol.24 No. 4, October.

Greeley, M., 1994a, « Measurement of Poverty and Poverty of Measurement », IDS Bulletin, vol. 25, No. 2, April.

Greeley, M., 1994b, « Poverty and Well-being in Bangladesh : Impact of Economic Growth and Rural Development » in Poverty Reduction and Development Co-operation, Report from a Conference in Copenhagen, 23-25 February, 1994, Centre for Development Research, Copenhagen, CDR Working Paper 94.6.

IDS, 1994b, « Poverty Assessment and Public Expenditure : A Study for the SPAWorking Group on Poverty and Social Policy », Country Field Studies, September.

Kabeer, N., 1994, « Not All Women Are Poor, not All the Poor Are Women: Conceptual, Methodological and Empirical Issues in the Analysis of Gender and Poverty » (mimeo).

Kabeer, N., 1992, « Women and Poverty : A Review of Concepts and Findings », prepared for Seminar on Women in Extreme Poverty : the Integration of Women’s Concerns in National Development Planning, Vienna, 9-12 November.

Lipton, M., Maxwell, S., Edstrom, J., and Hatashima, H., 1992, « The New Poverty Agenda: An Overview, » IDS Discussion Paper, No. 306, August.

World Bank, 1993, Implementing the World Bank’s Strategy to Reduce Poverty : Progress and Challenges, IBRD, Washington.

World Food Programme, 1992, The Invisibility of Refugee Women,vol. 19, pp. 17-20.

Notes

1 Expression apparue dans les années 1970 aux États-Unis dans le cadre du débat sur les mères célibataires et la protection sociale.

Auteurs

Odile Chazerand (Traducteur)

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable