Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, mondialisation et pauvreté

 | 
Christine Verschuur
, 
Fenneke Reysoo

2. Nouvelle division du travail et relations de genre

Nécessaire, suffisant ou insignifiant ? Femmes, salariat et rapports de pouvoir au sein du ménage

Naila Kabeer
Traduction de Odile Chazerand

Note de l’éditeur

Document de travail n° 25, septembre 1995, Institute of Development Studies, Sussex

Texte intégral

1La possibilité de percevoir un revenu modifie-t-elle la position des femmes dans les relations au sein du ménage ? Cette question a été beaucoup débattue, tant dans les milieux qui orientent l’action des pouvoirs publics que par les chercheurs en sciences sociales. Les observateurs de toutes sensibilités politiques – de l’école marxiste à la Banque mondiale – partagent l’hypothèse que dans les sociétés à économie de marché, les inégalités entre hommes et femmes sont essentiellement déterminées par la dépendance économique (Standing, 1991). La question suscite un regain d’intérêt alors que la croissance fondée sur la libéralisation des échanges a ouvert de nouveaux débouchés aux femmes dans les industries d’exportation de nombreuses régions du tiers-monde. Les défenseurs inconditionnels de la logique du marché ont une position assez prévisible sur le sujet. La Banque mondiale, par exemple, considère que l’industrie d’exportation d’articles de confection dans des pays à faible revenu tels que le Bangladesh, est un parfait exemple d’activité rentable à fort coefficient de main-d’œuvre, du type de celles qu’elle préconise pour réduire la pauvreté, avec en outre l’avantage qu’au Bangladesh, ce sont les femmes pauvres qui ont bénéficié des emplois ainsi créés (1990). Paradoxalement, les mouvements de travailleurs du Nord ont cherché à bloquer les importations de vêtements en provenance du tiers-monde pour cause d’exploitation des travailleurs et de concurrence déloyale. Ce nouveau protectionnisme « à visage humain » a abouti au contingentement des importations de vêtements en provenance du Bangladesh, dans le cadre de l’Accord multifibres (AMF) conclu en 1985 par les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada et la France, ce qui a engendré de nombreux licenciements économiques dans cette branche. Par ce genre d’action, les mouvements syndicaux du Nord considèrent qu’ils défendent les intérêts des travailleuses exploitées du tiers-monde tout en protégeant les emplois des travailleurs du Nord, censés être assurés par le libre jeu des forces du marché (pour un point de vue critique sur ce point, voir Kabeer, 1994a).

2Cette question ne fait pas non plus l’unanimité parmi les universitaires féministes. Certes, toutes reconnaissent que si les femmes sont devenues une main-d’œuvre privilégiée dans les entreprises d’exportation à forte intensité de main-d’œuvre du tiers-monde, c’est parce que leur position d’infériorité sur le marché du travail leur confère un avantage comparatif. En revanche, elles ont des points de vue divergents sur les conséquences réelles de ces nouveaux débouchés. Joekes, par exemple, affirme, à partir d’une étude générale de la situation des femmes dans l’économie mondiale, que l’évolution du marché mondial est à l’origine de l’un des grands changements dont ont bénéficié les femmes. Ainsi, la demande relativement forte de main d’œuvre féminine dans l’industrie a fait sensiblement évoluer l’emploi des femmes des pays en développement, auparavant cantonné dans l’agriculture. Les conséquences de cette évolution sont très importantes. Si l’on considère l’ensemble des travailleuses, il est probable que la situation économique des femmes se soit améliorée de façon déterminante (p. 136). Ces conséquences du travail salarié tiennent à ce que Joekes (1987, p. 21) considère comme la différence cruciale, sur les plans social et économique, entre un travail qui procure un revenu monétaire et un autre, indépendamment du fait que ce revenu soit ou non considéré comme convenable ou équitable. L’argent, moyen d’échange universel, acquiert encore plus d’importance avec la monétarisation de l’économie de toutes les sociétés, même les plus isolées et les plus démunies. Il n’est donc pas surprenant que la valorisation sociale, ou pour reprendre les termes de Sen (1985), la « contribution perçue » de l’effort de travail, repose (peut-être de plus en plus) sur son équivalent monétaire exprimé sous la forme d’une rétribution directe en argent. Selon Joekes, le potentiel d’autonomie que renferme le salaire monétaire réside dans l’effet positif de celui-ci sur le pouvoir de décision des femmes au sein du ménage, les moyens de pression qu’il offre dans la négociation à l’intérieur du ménage (les femmes ayant désormais quelque chose qu’elles peuvent menacer de supprimer), et l’affirmation du droit des femmes sur les ressources du ménage destinées à la consommation, ce qui améliore du même coup leur bien-être matériel. Joekes invoque à l’appui de ses arguments la corrélation positive entre la situation matérielle relative des femmes et leur taux d’activité, telle qu’elle ressort du décalage entre l’Afrique et l’Asie, l’Asie du Sud et l’Asie du Sud-Est, le Nord et le Sud de l’Inde.

3Lim (1983) défend elle aussi une position optimiste sur cette question. Tout en reconnaissant que les multinationales et les employeurs nationaux exploitent la faiblesse du pouvoir de négociation des femmes et tirent profit de la modicité de leurs salaires, elle affirme que la possibilité de travailler dans les entreprises multinationales et les usines d’exportation locales offre aux femmes la chance, limitée certes mais bien réelle, de sortir de la maison, de retarder l’âge du mariage et de la procréation, d’augmenter leur revenu et leur consommation, d’améliorer leur mobilité, de faire des choix autonomes et de conquérir leur indépendance (p. 83). Et elle ajoute que pour bien des femmes, travailler dans une usine – qu’elle soit entre les mains de capitaux nationaux ou internationaux – est préférable à d’autres situations telles que rester à la maison, se marier et avoir des enfants à un très jeune âge, travailler à la ferme ou dans le bâtiment, être employées de maison, se prostituer ou être au chômage, qui étaient auparavant les seules auxquelles elles pouvaient aspirer. En conséquence, bien que ces possibilités d’emploi soient conditionnées par l’infériorité des femmes sur le marché du travail rémunéré, condamner sans réserve le capital multinational comme le responsable des inégalités est hors de propos. Les inégalités sont ancrées dans les formes indigènes de patriarcat et rendues possibles par elles. Supprimer ces emplois ne ferait qu’affaiblir la position des femmes sur le marché du travail, qui seraient alors à la merci d’une plus grande exploitation par le capital local et ne pourraient s’affranchir de la subordination au patriarcat traditionnel.

4Elson et Pearson (1981) ont une vue plus nuancée et d’une manière générale plus pessimiste sur l’impact de ces nouveaux débouchés. Elles font remarquer que si l’intégration des femmes dans ces « usines mondiales » offre sans doute à celles-ci la base matérielle dont elles ont besoin pour s’opposer à leur propre subordination, le salariat n’induit pas en soi leur reconnaissance sociale en tant que soutiens de famille. En effet, un tel statut ne répond pas uniquement à des critères d’ordre économique, il reflète les liens tissés entre la famille et le reste de la société vis-à-vis de laquelle le soutien de famille doit aussi représenter la famille (Elson et Pearson, 1980 : p. 27). Selon ces auteurs, le rapport travail en usine/subordination féminine peut s’orienter dans trois directions : intensification des formes existantes de subordination femmes-hommes (par exemple, lorsque l’employeur cherche à reproduire la domination de type patriarcal sur les travailleuses), décomposition des formes existantes de soumission (aptitude à échapper au mariage précoce et négocié), et apparition de nouvelles formes de subordination (les filles de l’usine sont considérées comme peu « respectables » et par conséquent comme des candidates à l’exploitation sexuelle sur le lieu de travail). Elson (1988) est également en désaccord avec l’affirmation de Joekes selon laquelle le travail rémunéré représente toujours pour les femmes un moyen de prendre en main leur destin. S’appuyant sur de nombreuses études réalisées en Asie du Sud, elle fait observer qu’il existe une étroite corrélation entre l’entrée des femmes sur le marché du travail rémunéré et la pauvreté des ménages ; dans ces conditions, l’accroissement du taux d’activité des femmes peut être assimilé à une « vente à perte » : symptôme d’une détérioration – et non pas d’une amélioration – de la qualité de vie. En outre, compte tenu de la rigidité de la charge de travail domestique, ajouter à celle-ci un travail salarié ne fait généralement qu’augmenter le degré d’auto-exploitation des femmes. Cette perspective n’écarte pas le potentiel de transformation de l’accès au salariat mais elle est plus agnostique quant aux résultats concrets. […]

5Le pouvoir au sein du ménage est différent de toute autre forme de pouvoir. Très peu de relations de pouvoir offrent à la catégorie qui est subordonnée les incitations et les compensations que les relations de genre au sein du ménage offrent en principe aux femmes. Et elles sont rarement imprégnées à un tel degré des idéaux d’amour, d’affection et de réciprocité. La structure patriarcale crée une asymétrie dans la répartition des biens, des risques et des contraintes, qui nuit à l’autonomie des femmes mais qui leur garantit ressources et protection si elles en respectent les paramètres ; tel est le fondement de l’« accord patriarcal » (Kandiyotti, 1989). Et dans l’organisation interne des unités domestiques bangladeshis, où des impératifs culturels limitent la possibilité qu’ont les femmes de jouir de ressources et d’un pouvoir de décision plus ou moins séparés sinon indépendants, la quête de l’autonomie individuelle peut coûter très cher (Kabeer, 1994b : chapitre 5).

6Tous ces éléments expliquent pourquoi il est si difficile de dissocier choix et pouvoir au sein de la famille. Il est évident que concevoir le ménage comme une entreprise solidaire conduite dans l’intérêt de tous par un dictateur bienveillant, ne correspond pas aux ménages que nous avons étudiés. Un tel modèle se caractérise par l’altruisme et n’exclut pas la faculté de faire des choix alors que nous connaissons bien les moyens déguisés ou non et quelquefois violents par lesquels les hommes exercent leur pouvoir sur les femmes au sein de la famille. D’un autre côté, ériger en modèle un ménage essentiellement préoccupé par l’acquisition, la gestion et l’appropriation des ressources risque de privilégier indûment les composantes pouvoir et conflit là où il y a peut-être coopération et choix. Les ménages ne se composent pas de patrons, de travailleurs, d’actionnaires et de directeurs mais de mères, de pères et de frères et sœurs souvent unis par des liens d’amour. Certes, les personnes qui se reconnaissent dans une telle identité familiale peuvent exercer ou subir le pouvoir, mais pas de la même façon que des ouvriers et des patrons. C’est cet entrelacs d’égoïsme et d’altruisme, de coopération et d’opposition, qui rend le fonctionnement des relations de pouvoir au sein du ménage – et l’incidence du salaire des femmes sur celui-ci – si insaisissable et si difficile à appréhender.

7Néanmoins, les entretiens que nous avons réalisés nous amènent à conclure sans l’ombre d’un doute que le salariat a, à maints égards, transformé l’existence des femmes. Premièrement, la transformation est évidente au plan structurel – marché du travail, gestion des activités domestiques, pratiques matrimoniales et habitudes migratoires, par exemple – où le travail salarié des femmes a introduit une plus grande diversité dans le paysage social. Deuxièmement, une transformation a également eu lieu sur le plan individuel, qui se manifeste dans les différentes manières dont les femmes ont réagi aux possibilités nouvelles qui leur étaient offertes : certaines les ont mises à profit pour s’affirmer davantage dans le système de relations existant, certaines pour améliorer l’existence de leurs enfants, d’autres pour réaliser leurs rêves ou pour renégocier les modalités de relations insatisfaisantes et d’autres encore pour mettre un terme ou échapper à des relations qui entravaient de façon inacceptable leur liberté d’action. Dans la mesure où l’aptitude des femmes à réaliser leurs objectifs personnels et collectifs au sein du ménage a été améliorée, force est de considérer que ces salaires favorisent l’autonomie.

8Enfin, en dépit de la difficulté que nous avons éprouvée à cerner les tenants et aboutissants du pouvoir au sein des ménages, les enseignements à tirer de notre analyse, pour ce qui est de l’action des pouvoirs publics, sont évidents. Mis à part l’accès des femmes à l’autonomie, nos recherches démontrent que grâce au travail de celles-ci dans l’industrie du vêtement, les ménages ont pu subvenir à leurs besoins fondamentaux, jouir d’une plus grande sécurité économique et réduire leur endettement, scolariser leurs enfants et les filles en particulier. En outre, les femmes sont de moins en moins considérées comme des charges et de plus en plus comme des atouts économiques pour leur famille. Pour ce qui est de ceux qui, dans le Nord, voudraient bloquer les importations de biens produits par des femmes au motif que celles-ci sont exploitées, leur altruisme apparent doit être clairement dissocié de leur intérêt personnel. S’il s’agit de protéger les emplois du Nord, alors le protectionnisme est l’une des options envisageables bien que généralement peu efficace (Wood, 1994). Mais s’il s’agit de préserver les travailleurs du Sud de l’exploitation, alors leur retirer leurs emplois et restreindre leur liberté de choix n’est pas la solution. Il faut rechercher d’autres voies, qui ne se fondent pas sur un calcul à somme nulle.

Bibliographie

Elson D., 1988, « Review of Joekes’Journal of Development Studies ».

Elson D. and R. Pearson, 1981, « The subordination of women and the internationalization of factory production » in K. Young, C. Wolkowitz and R. McCullagh Of Marriage and the market. Women’s subordination in international perspective, London, CSE Books.

Joekes, S., 1987, Women in the World Economy, Oxford, Oxford University Press.

Kabeer ; N. (eds), 1994b, Reversed Realities, Verso : London.

Kabeer, N., 1994a, « The structure of the revealed preference : gender, race and community in the London garment industry », Development and Change, vol. 25 n° 2, April.

Kandiyotti, D., 1989, « Bargaining with patriarchy », Gender and Society, 2 (3) : 274-290.

Lim, L. Y. C., 1983, « Capitalism, imperialism and patriarchy : the dilemma of Third-world women workers in multinational factories », in J. Nash and M. P. Fernandez-Kelly (eds), Women, Men and the International Division of Labour, Albany : State University of New York Press.

Sen A. K., 1985, « Gender and cooperative conflicts », in I. Tinker (ed.) Persistent inequalities : Women and World Development, Oxford : Oxford University Press.

Standing, H., 1991, Dependence and Autonomy, Women’s Employment and the Family in Calcutta, London, Routledge.

Wood, A. 1994, North-South trade employment and equity, Changing Fortunes in a skilldriven world, Oxford, Oxford University Press.

World Bank, 1990, World Development Report 1990, Oxford, Oxford University Press.

Auteur

Odile Chazerand (Traducteur)

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable