Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, mondialisation et pauvreté

 | 
Christine Verschuur
, 
Fenneke Reysoo

2. Nouvelle division du travail et relations de genre

Organisation de nouvelles activités économiques des femmes et accès aux décisions : une étude à Santhiaba au Sénégal

Mohamadou Abdoul

Note de l’éditeur

In : François Hainard, Christine Verschuur (eds.), 2002, Femmes dans les crises urbaines, Relations de genre et environnements précaires, Karthala, Paris, 300 p., pp. 169-203. Adaptation par Christine Verschuur.

Texte intégral

1Au Sénégal, une recherche a été menée sur l’évolution des rapports sociaux entre hommes et femmes devant les changements économiques et les difficultés environnementales à Santhiaba. Santhiaba est situé dans la commune d’arrondissement de Thiaroye-sur-mer, qui elle-même fait partie de la ville de Pikine, constituée en 1952 comme la grande zone d’extension de Dakar. Cette commune est constituée aujourd’hui essentiellement de populations chassées des quartiers populaires et des bidonvilles de Dakar, ainsi que provenant du fort exode rural des années 70 et 80.

2C’est à l’origine un village traditionnel de pêcheurs Lebou, dont les habitants vivent principalement de la pêche (pêche en mer pour les hommes, transformation et commercialisation du poisson pour les femmes), du maraîchage urbain et des activités de l’économie populaire (secteur informel). L’héritage d’ancien village traditionnel se traduit par la survivance de formes d’organisation et de décision traditionnelles spécifiques au groupe Lebou.

3[…] Dans le secteur de la pêche, très dynamique, existent de nombreux groupements économiques de femmes ainsi que d’hommes. Les femmes sont organisées au sein de structures telles que Pencum Sénégal. Elles exercent dans le domaine de la transformation artisanale des produits halieutiques (fermentation, fumage, salage, séchage) et de leur commercialisation. Cette structure, qui regroupe 117 membres, emploie 98 personnes, dont 43 hommes payés à la tâche pour exécuter des travaux rudes. Pencum Sénégal est un regroupement formé de deux groupements d’intérêt économique (GIE) fédérés par un conseil d’administration. Les membres de ces GIE se regroupent sous les hangars selon les liens d’amitié et de parenté pour travailler ensemble, mais il n’y a pas de mise en commun des moyens de production et du capital. Chacune travaille pour son propre compte. La communauté d’intérêts concerne plus spécifiquement le partage et la gestion d’un espace et lieu de travail commun. D’autres GIE de femmes existent dans le quartier (micromareyage, petit commerce, restauration, couture) et font partie d’une fédération de 16 groupements de femmes (404 membres) de Thiaroye-sur-mer dénommée Réseau Lebougui. En plus de ces structures formelles, de nombreuses femmes sont impliquées à titre individuel dans des activités économiques sans installation fixe (commerçantes de tissus, chaussures, sacs, produits de beauté, encens, etc.).

4Les difficultés économiques rencontrées par les hommes, à qui est attribué le rôle d’assurer les dépenses de la famille, se traduisent par un accroissement important des activités économiques des femmes et de leur sortie de la sphère privée. Du point de vue des représentations, la structuration des statuts et la hiérarchie des rôles n’en sont pour autant remises en cause de façon directe et consciente : aucun mari ne semble considérer cette évolution comme une perte de pouvoir au sein du ménage et les femmes déclarent presque unanimement qu’elles « aident leur époux » en complétant les revenus de la famille et en prenant en charge leurs propres besoins. Mais une analyse plus fine montre que les effets conjugués des changements intervenus dans l’environnement urbain et des conséquences du travail extérieur de la femme modifient le contrôle patriarcal sur les personnes et sur les ressources, qui devient plus lâche. Il y a manifestement une crise des rôles masculins même si l’autorité des hommes n’est pas fondamentalement remise en question.

5La volonté d’autonomie se fait dans le respect de l’autorité maritale. Le travail à l’extérieur confère aux femmes un sentiment d’indépendance et une considération de la part de leur mari, des voisins, du quartier qui leur vouent respect et admiration. Ce sont là autant de facteurs qui les motivent davantage à développer leurs activités économiques et s’employer à dépasser le cadre strict de la subsistance de la famille et à renforcer leurs capacités de gestion. L’ empowerment des femmes est cependant très peu significatif chez les femmes menant des activités économiques très peu porteuses de bénéfices substantiels.

6Il est considéré aussi bien par les hommes que par les femmes que ce sont ces dernières qui doivent s’occuper des questions de salubrité. La collecte et la gestion des ordures ménagères sont, dans cette perspective, considérées comme une extension vers l’espace public de leur activité à l’intérieur des foyers. Les femmes sont donc majoritaires dans le projet de précollecte des ordures ménagères à Santhiaba. Leur implication dans ce projet a, sans aucun doute, prouvé aux hommes leur volonté de peser dans la décision concernant les activités et projets d’intérêt communautaire. En cela il a participé de leur empowerment, en leur donnant une plus grande visibilité dans les efforts d’amélioration du cadre de vie. De plus, elles disposent de mécanismes de participation dans les prises de décisions permettant de contourner le monopole quasi exclusif des hommes en la matière.

7Les autorités coutumières et religieuses, héritage d’une organisation politique de type villageois, même si elle n’est plus ce qu’elle était, arrivent à maintenir leur rôle de premier plan en continuant à se doter d’instances de décision bien structurées et de canaux de communication et de circulation d’information assez efficaces. Les femmes en sont totalement absentes. Par contre, dans le Conseil municipal de la commune d’arrondissement, résultat de la réforme de la loi sur la décentralisation, parmi les 36 membres élus on compte 6 femmes (deux habitant le quartier de Santhiaba).

8La participation des femmes aux instances de décision locales consiste, dans la plupart des cas, à faire part de leurs préoccupations aux structures de décision des hommes à travers un canal hiérarchique, mais ce ne sont pas elles qui arrêtent directement les décisions. Il est parfois fait appel aux femmes leaders (événements politiques par exemple) mais jamais dans le cadre de décisions relatives à la gestion des problèmes quotidiens. L’exercice du pouvoir par les femmes s’opère par l’activation des réseaux, le plaidoyer et le lobbying. Ce faisant, elles participent effectivement à la prise de décision. Mises à l’écart des organes de pouvoir et de décision formels, elles investissent les canaux familiaux et les réseaux sociaux, plus souples, fluides et éphémères, que ceux, rigides, des hommes. […]

L’empowerment des femmes

9L’empowerment économique des femmes se traduit par une reconnaissance sociale accrue. Cette dernière passe entre autres par davantage de participation à la prise de décision dans les ménages. Le travail à l’extérieur a ouvert à la femme des brèches d’une relative autonomie, notamment en ce qui concerne la gestion de son budget et la détention d’une parcelle de pouvoir. Écoutons plutôt cette femme mariée : « Le commerce m’a donné beaucoup de pouvoir dans les prises de décision dans le ménage. S’il y a par exemple une chose à faire ou à acheter, tant que je ne suis pas là, aucune décision ne sera prise par rapport à cela. Je suis devenue incontournable dans la famille. » Preuve que les habitudes évoluent et que les représentations sur les rôles et le statut respectifs des hommes et des femmes sont en décalage avec la réalité concrète.

10Car la réalité est que les femmes manifestent une volonté de ne plus dépendre entièrement des revenus de leur mari. La volonté d’autonomie, dans le respect de l’autorité maritale, est une réalité à Santhiaba. Elle est manifeste à travers des propos du genre : « une femme ne doit pas être totalement dépendante de son mari » ou encore « même si ton mari travaille, il faut lui montrer que tu peux te débrouiller toute seule ». Le travail à l’extérieur confère aux femmes un sentiment d’indépendance et une considération de la part de leur mari, des voisins, du quartier, qui leur vouent respect et admiration. Ce sont là autant de facteurs qui les motivent davantage à développer leurs activités économiques, à s’employer à dépasser le cadre strict de la subsistance de la famille et à renforcer leurs capacités de gestion. Cette jeune femme pas encore mariée affiche de grandes ambitions : « Je fais du commerce. Je pars en Gambie pour payer de la marchandise que je revends ici dans le quartier et cela me permet d’avoir des économies et de gagner honnêtement ma vie. Je souhaite développer mon capital commercial afin de satisfaire mes besoins et ceux de ma future famille avec l’aide ou non de mon mari. J’ai déjà commencé à épargner à la mutuelle de crédit et d’épargne du quartier, espérant pouvoir bénéficier ultérieurement d’un prêt qui me permettra de voyager en Turquie ou en Asie et de ramener des marchandises. » Que ce soit à titre individuel ou dans un cadre collectif, les femmes s’acheminent vers un changement d’échelle d’intervention économique. D’ores et déjà des voix s’élèvent pour exhorter à plus de solidarité entre les femmes ainsi que le conseille cette responsable de groupement : « … aux femmes, je voudrais qu’elles se réunissent et discutent entre elles pour voir ensemble comment elles peuvent faire pour développer leurs activités, surtout pour celles qui en ont déjà, et trouver des occupations pour celles qui n’en ont pas. » Ce conseil est entendu, car les groupements de femmes sont en pleine expansion dans le quartier et constituent les pôles économiques les plus dynamiques. Les femmes ont pris de l’avance sur les hommes en matière de regroupement économique et l’on assiste à l’éclosion de groupements d’hommes sur le même modèle.

11Mais elles se heurtent, le plus souvent, à des goulets d’étranglement comme le sont les contraintes de la subsistance et le manque de formation. Partant, on comprend aisément le dilemme de cette femme lorsqu’elle dit : « pour l’instant, à cause des charges familiales, je ne parviens pas à économiser de l’argent. Seule condition qui me permettra de développer mon commerce à l’avenir » et quand cette autre renchérit : « Je regrette de n’avoir pas fait les bancs car aujourd’hui, je suis incapable de lire, encore moins de faire des calculs en chiffres concernant mes recettes. Et pour le faire, je fais appel à mon fils et je suis obligée de lui confier des secrets. » En réalité, les femmes font preuve d’une capacité d’organisation et de prévision de plus en plus développée. Ce sont elles qui professent que « … les tontines doivent disparaître pour laisser la place aux mutuelles en nette progression dans le quartier ». Et ce sont encore elles qui se sont montrées pionnières dans les adhésions à la nouvelle mutuelle d’épargne et de crédit.

12Elles ont pris conscience de leur poids économique et de leurs possibilités et capacités à jouer un rôle déterminant dans la communauté. « Dans le quartier, dit ce jeune, les femmes sont très dynamiques et participent au développement économique du quartier. Elles sont plus actives que les hommes ; mais il faut reconnaître qu’elles sont toujours étouffées par l’orgueil des hommes. » […] Quand cette jeune gérante de télécentre estime que les femmes « devraient participer un peu plus, à la Municipalité, dans les conseils de quartier », une autre ajoute que « les hommes doivent informer les femmes de la tenue des réunions et les impliquer dans toute prise de décision » et une troisième exhorte les « … femmes à intégrer davantage les instances de décision et à ne plus laisser aux hommes le pouvoir de décider à leur place ». C’est parmi les filles et femmes qui sont allées à l’école que l’on trouve souvent un sens critique par rapport aux pesanteurs traditionnelles (notamment aux rapports hommes-femmes), des projets d’avenir, un désir d’accéder à un emploi plus stable, un engagement communautaire de type associatif.

13Les femmes ont pris conscience que l’épargne et leur organisation sous forme de groupements divers permettent non seulement de renforcer leurs capacités économiques mais aussi leur rôle et leur place dans la gestion des activités d’intérêt communautaire.

14Même si les apparences montrent que les femmes sont marginalisées dans les instances de décision et de gestion locale, il apparaît que des évolutions sont en cours aussi bien dans l’espace privé que dans les organisations et groupements communautaires.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable