Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, mondialisation et pauvreté

 | 
Christine Verschuur
, 
Fenneke Reysoo

1. Genre et mondialisation : exploration du débat

Mondialisation, emploi et droits des femmes

Shahra Razavi
Traduction de Odile Chazerand

Note de l’éditeur

Présentation au colloque de l’iuéd « Economie mondialisée et identités de genre », Genève 2002. Cet exposé est un résumé des idées présentées dans : Razavi, S. (2001) Globalization, Employment and Women’s Empowerment, Background paper prepared for the Division for the Advancement of Women (DAW), Expert Group Meeting, 26-29 November 2001, New Delhi, India < http://www.un.org/womenwatch/daw >.

Texte intégral

1Le but général de mon exposé est de montrer l’incidence du phénomène dénommé « mondialisation » depuis le début des années 1980, sur l’existence des femmes et des hommes des pays les plus divers. Plus précisément, j’essaierai de déterminer en quoi les politiques que nous associons à la « mondialisation » ont influé sur l’accès des femmes à l’emploi et sur leurs droits sociaux. Je pense que la question mérite d’être étudiée pour deux grandes raisons.

2Premièrement, alors que les effets des politiques de stabilisation et d’ajustement structurel sur les femmes pauvres du Sud ont été sévèrement critiqués, l’impact de la libéralisation des échanges sur l’emploi des femmes est considéré d’un œil plus favorable. En effet, l’un des arguments très souvent invoqués en faveur de la mondialisation (et de la libéralisation des échanges en particulier) est que celle-ci a permis de créer des emplois dans les pays en développement en déplaçant les usines du Nord vers le Sud. Par conséquent, dans ces pays, les femmes auraient été incontestablement les grandes « bénéficiaires ». Pour reprendre les termes récemment employés par un économiste, ce serait-là la « grâce salvatrice de la mondialisation ».

3Cet argument est, à mon sens, discutable et je me propose de démontrer pourquoi.

4Deuxièmement, un argument complémentaire qu’il faut, à mon avis, examiner de très près est celui du lien entre l’emploi et les droits sociaux des travailleuses. Cet argument, très souvent implicite dans les travaux, dit en substance ceci : comme les femmes pauvres des pays pauvres avaient peu de droits avant l’ère du néolibéralisme – pendant le fameux « âge d’or » du capitalisme, durant lequel les stratégies de remplacement des importations par l’industrialisation ont créé des emplois pour une élite de travailleurs de sexe masculin – rien ne sert de reprocher à la mondialisation de créer pour elles des emplois qui ne leur garantissent guère de droits sociaux. Etant donné que de toute façon, les femmes avaient peu de droits auparavant, il n’y a pas eu de régression en ce qui les concerne. Puisqu’elles ont maintenant des emplois grâce à la mondialisation, soyons satisfaits et cessons de nous plaindre. Cet argument est tout aussi discutable que le premier et je m’efforcerai également de le démontrer.

5Avant toute chose, il importe de définir ce que l’on entend par mondialisation. En effet, le terme de mondialisation est devenu un terme fourre-tout pour de si nombreux courants de pensée que nous devons faire très attention de ne pas l’utiliser en manquant de rigueur intellectuelle. Dans le présent exposé, je m’intéresserai à la « mondialisation économique », au sens d’ouverture des économies nationales au commerce international et à la mobilité des capitaux, c’est-à-dire la libéralisation commerciale et financière.

6Je commencerai par faire une mise au point sur certains faits essentiels afin de nuancer certaines grandes idées couramment invoquées en faveur de la mondialisation, et je réfuterai d’autres affirmations carrément inexactes.

7Premièrement, bien que les économies se soient beaucoup ouvertes ces vingt dernières années, grâce notamment à la réduction massive des droits de douane, nous savons que d’un point de vue historique, l’actuelle phase de mondialisation (de 1980 à nos jours) n’est absolument pas inédite. En effet, l’intégration économique mondiale a été, à maints égards, plus intense entre les années 1880 et la première guerre mondiale qu’elle ne l’est aujourd’hui. A l’époque, par exemple, les migrations internationales de travailleurs étaient d’une tout autre ampleur.

8Deuxièmement, alors que selon les partisans de la mondialisation, les flux des échanges, de la production et des investissements engloberaient la planète entière, ces flux sont en réalité très restreints et se limitent principalement aux pays riches de l’OCDE et à une poignée de pays en développement. La plupart des pays en développement, eux, sont exclus de l’économie dite « mondiale ».

9Troisièmement, partisans et adversaires de la mondialisation affirment que celle-ci a réduit les Etats nationaux à l’impuissance. Là encore, je pense qu’il faut être plus nuancé. D’une part, tous les Etats n’ont pas les mêmes moyens, de sorte que certains sont beaucoup mieux en mesure que d’autres de s’adapter aux mutations de l’économie internationale et d’en tirer avantage. D’autre part, des différences existent aussi selon les domaines dans lesquels s’exerce l’action des pouvoirs publics. Une chose est sûre, c’est que la libéralisation financière a considérablement restreint les options en matière de politique macroéconomique : les politiques de déflation et de rigueur budgétaire sont devenues la règle, ce qui réduit évidemment dans une très large mesure la marge de manœuvre des gouvernements dans d’autres sphères. Cependant, dans le domaine de la politique sociale où cette marge de manœuvre est plus grande, la situation demeure extrêmement variable d’une région et d’un pays à l’autre. Par exemple, les Etats-providence sont loin d’avoir abandonné leur système institutionnel de protection sociale comme les néolibéraux l’avaient présumé ou avaient espéré qu’ils le fassent sous la pression de la mondialisation. Dans des régions comme l’Asie de l’Est, certains pays (la Corée du Sud et Taïwan, par exemple) ont cherché à mettre en place un Etat-providence de type plus universaliste, précisément pour compenser les difficultés posées par la mondialisation. Pour beaucoup d’autres régions, en revanche, comme l’Amérique latine et l’Europe de l’Est, dans lesquelles existaient depuis fort longtemps d’autres formes de protection sociale, les perspectives sont plutôt sombres – de fortes pressions les poussent vers une politique sociale plus parcellaire, fondée sur des mécanismes tels que le « ciblage », les « filets de sécurité », etc. Mais là non plus, la situation n’est pas homogène et même au sein de ces blocs régionaux, il existe des différences notables.

10Alors non, l’Etat-nation n’est pas mort – ses prérogatives sont, certes, restreintes, surtout pour ce qui est de la politique macroéconomique, mais il a encore des choix politiques à faire. Les gouvernements ne devraient pas tirer prétexte de la mondialisation pour justifier des mesures impopulaires. Leur champ d’action est sans doute plus ample que beaucoup ne le prétendent.

11Le quatrième et dernier point sur lequel je tiens à insister porte sur le bilan décevant de la croissance de ces vingt dernières années. Les nombreux individus et organisations qui critiquent les effets de l’ajustement structurel et d’autres potions néolibérales (aggravation des inégalités, de la pauvreté et de l’exclusion sociale, entre autres), s’entendent immanquablement répondre que les « coûts sociaux » sont le prix à payer pour que tout le monde finisse par bénéficier de la croissance qui résultera et, d’ailleurs résulte déjà, de la libéralisation économique.

  • 1 Razavi, S. (2001) Globalization, Employment and Women’s Empowerment, Background paper prepared for (...)

12Or il est de plus en plus manifeste qu’il s’agit là d’une promesse vide de sens pour de nombreuses régions du monde. Outre l’échec lamentable des politiques néolibérales sur le plan social, force est de constater que dans un très grand nombre de pays en développement, ces politiques n’ont pas non plus fait décoller la croissance ! La comparaison des taux de croissance régionaux pour la période allant de 1960 à 1980, c’est-à-dire quand les pays en développement appliquaient la politique très décriée de substitution de productions locales aux importations, avec ceux de la période 1980-2000, où cédant à la pression du FMI et de la Banque mondiale, ils se sont « ouverts » aux marchés mondiaux, laisse plus que perplexe quant aux vertus de la libéralisation, tant vantées par les néolibéraux. Je ne reviendrai pas sur les chiffres car ils sont cités dans mon article1. Je rappellerai simplement que la croissance a énormément ralenti dans une grande partie de l’Amérique latine et de l’Afrique subsaharienne et qu’en Asie – à l’exclusion de la Chine – les perspectives ne sont guère plus encourageantes. […]

13Attention, je ne veux pas dire que la croissance économique est une fin en soi, loin de là. Néanmoins, je pense qu’il faudrait être inconscient pour nier la difficulté de réduire la pauvreté et d’élever le niveau de vie des gens avec des taux de croissance anémiques. Bien sûr, nous avons tous à l’esprit les grandes réussites du XXe siècle : le Kerala, Cuba, le Vietnam et quelques autres qui sont parvenus à améliorer les conditions d’existence de leur population malgré des taux de croissance et des PNB très bas. Mais ce sont des cas exceptionnels. Dans le climat politique actuel, qui interdit toute stratégie de redistribution réelle, de tels exploits sont devenus pratiquement impossibles. Donc, en un sens, je suis d’accord avec Mark Weisbrot et d’autres lorsqu’ils disent que la « croissance peut être une bonne chose pour les pauvres », mais j’ajoute que les politiques de la Banque mondiale et du FMI n’ont pas été une bonne chose pour la croissance.

14Cela m’amène au cœur de ma démonstration, qui se fonde essentiellement sur trois arguments interdépendants.

15Premièrement, je conteste la thèse des décideurs et de certaines fractions de l’opinion publique du Nord, selon laquelle la libéralisation des échanges se serait traduite depuis une vingtaine d’années par un déplacement notable de la production mondiale de biens manufacturés du Nord vers le Sud, qui aurait créé beaucoup d’emplois dans le Sud en faisant augmenter le chômage et baisser les salaires des travailleurs non qualifiés du Nord. Je démontre dans mon article, en m’appuyant sur plusieurs études récentes de la CNUCED et un très riche rapport élaboré par Ajit Singh et Ann Zammit pour le South Center, que si l’inquiétude générale concernant la détérioration des salaires et de l’emploi dans le Nord est, certes, fondée, il est en revanche très difficile d’attribuer cette détérioration à l’accroissement somme toute marginal des échanges avec le Sud – la balance des exportations de produits manufacturés du Nord vers le Sud demeurant en tout état de cause excédentaire. Qui plus est, même si le commerce Nord-Sud tend à être préjudiciable aux travailleurs non qualifiés, cette tendance pourrait être neutralisée par l’effet d’entraînement d’une croissance économique plus rapide. Nous en revenons donc à la question des politiques macroéconomiques déflationnistes, qui ont paralysé la recherche de solutions aux problèmes de l’emploi dans le Nord.

16Deuxièmement, et cela est plus important, je conteste l’affirmation courante selon laquelle les échanges Nord-Sud et la libéralisation du commerce des produits manufacturés auraient fortement stimulé l’emploi dans le Sud. A ce propos, deux points méritent d’être soulignés.

171. En réalité, les relations commerciales entre le Nord et le Sud n’ont évolué qu’avec un petit nombre de pays – le fameux Groupe des 13 (pour reprendre la terminologie d’Ajit Ghose, économiste du travail au BIT). Là encore, l’impact est circonscrit, même si font partie de ce groupe des pays tels que la Chine et l’Inde dont le poids démographique au sein du monde en développement n’est pas à démontrer. Dans les autres pays en développement, l’essentiel des exportations est toujours constitué de produits de base et non de produits finis.

182. Dans ce petit groupe de pays en développement, la croissance de l’emploi imputable à la réorientation des échanges Nord-Sud est assez modeste. L’économiste Jayati Ghosh fait observer qu’au cours de la période étudiée, l’emploi a certes connu un essor spectaculaire dans quatre pays, à savoir la Malaisie, la Chine, l’Indonésie et la Thaïlande, mais a très peu progressé chez certains exportateurs très dynamiques comme la Corée du Sud et a même enregistré une croissance négative, au cours des années 1990, dans plusieurs grands pays semi-industriels tels que le Brésil, l’Argentine et l’Afrique du Sud. A noter qu’il s’agit ici de la croissance nette de l’emploi, c’est-à-dire de la croissance due aux exportations moins les licenciements dus à la concurrence des importations. En effet, les obstacles tarifaires et non tarifaires ayant été divisés par deux en Amérique latine et en Asie de l’Est, il y a un revers à la médaille et c’est la montée de la concurrence des importations en provenance du Nord. Par conséquent, c’est bien à la croissance nette de l’emploi que nous devons nous intéresser.

19Troisièmement, l’étude de l’emploi des femmes en particulier appelle des observations complémentaires. Là encore, je résumerai les principaux éléments qui se dégagent des textes.

20Pour commencer, je voudrais revenir sur la première analyse d’économistes féministes telles que Susan Joekes et d’autres, qui ont démontré, preuves à l’appui, que le processus d’industrialisation né de la mondialisation, s’est appuyé autant sur les femmes que sur les exportations. Passionnante révélation qui a bien entendu retenu beaucoup d’attention. Je dirais que dès le début des années 1990, et peut-être même avant, cette analyse faisait l’unanimité et que le développement du commerce international était alors considéré comme favorable, dans l’ensemble, à l’emploi rémunéré des femmes. Bien que des éléments non négligeables de cette analyse demeurent valables aujourd’hui, il me semble que l’évolution subséquente de la structure de l’emploi des pays en développement soulève des questions qui commandent une certaine réserve.

21Premièrement, je pense que l’enthousiasme suscité par la perspective de voir les femmes constituer la nouvelle main-d’œuvre industrielle, nous a fait sous-estimer quelque peu (et ne pas étudier suffisamment) un autre phénomène nouveau : parallèlement au développement des industries d’exportation et à la croissance de l’emploi dans ces industries, d’autres branches du secteur manufacturier supprimaient des emplois, étouffées qu’elles étaient par l’afflux de produits d’importation bon marché, résultant des mesures qui accompagnent l’ouverture des marchés (comme la réduction des droits de douane). C’est là un aspect sur lequel la recherche a été, à mon sens, insuffisante. Or, l’accélération de la libéralisation, à laquelle nous assistons actuellement, rend plus que jamais nécessaire un examen plus minutieux. Il ne suffit pas de dire que les industries victimes de la libéralisation sont celles qui emploient une élite masculine. Dans mon article, je donne deux exemples, l’un pris en Chine et l’autre au Bangladesh, desquels il ressort que beaucoup de femmes sont concernées par les suppressions d’emplois. Pour ce qui est de la Chine, les faits parlent d’eux-mêmes car les réductions d’effectifs dans les entreprises d’Etat ont déjà touché un grand nombre de femmes, situation qui, compte tenu des restructurations à venir dans le secteur public, est appelée à s’aggraver. Dans le cas du Bangladesh, les données sont moins éloquentes mais il y a tout lieu de penser que les licenciements dans les entreprises du secteur informel des zones urbaines et rurales touchent aussi bon nombre de femmes qui n’apparaissent pas dans les statistiques car elles sont comptabilisées dans la catégorie des travailleurs familiaux non rémunérés. C’est là une importante raison de se montrer prudent à propos de la libéralisation des échanges.

22La deuxième raison découle d’une observation que j’ai faite plus haut mais qui, à mon sens, a également beaucoup à voir avec les rôles sociaux des hommes et des femmes. Il s’agit du ralentissement de la croissance de l’emploi dans de nombreux pays, y compris ceux qui réussissent à accroître leurs exportations, comme la Malaisie, l’Indonésie et le Chili, dans lesquels commencent à se manifester les signes inquiétants de ce que les économistes appellent la « détérioration des termes de l’échange ».

La femme chinoise n’est plus « la moitié du Ciel »
[…] L’heure du féminisme volontariste de l’ère Mao est bel et bien révolue. Si une poignée de femmes parvient à s’imposer à la tête d’entreprises privées, la majorité d’entre elles doit batailler contre un contexte adverse où se combinent jeu du marché et retour de la tradition… En milieu urbain, elles sont davantage victimes de licenciements que les hommes. Selon le Quotidien des ouvriers, un groupe de dix salariées de l’administration hydroélectrique du Guanxi n’a pas trouvé d’autre recours que de réclamer le divorce afin de sauver leur emploi menacé : la loi sur le travail protège en effet davantage les célibataires en cas de licenciement. Vaine démarche : la demande de divorce a été refusée par les autorités. Et quand les femmes conservent leur emploi, leur salaire est en moyenne de 30 % inférieur à celui des hommes, précise le quotidien anglophone China Daily.
La régression est encore plus brutale en milieu rural, où le suicide des femmes atteint d’alarmantes proportions : la Chine abrite un cinquième de la planète mais concentre à elle seule 56 % des suicides de femmes.
[…] Les articles abondent sur l’approfondissement des inégalités entre les sexes. Le statut des femmes ne s’améliore pas forcément avec le développement économique, rappelle le Journal des femmes de Chine en rendant compte d’une enquête réalisée dans la province du Guandong, l’une des plus riches du pays. L’écart de revenus entre hommes et femmes y a augmenté de 16,1 % en dix ans, contre 7,4 % au niveau national. La même enquête révèle que les préjugés s’affermissent : 59,9 % des Cantonais et 61,3 % des Cantonaises pensent que « l’homme doit s’occuper de la société et la femme de la famille ». Dix ans plus tôt, ces taux étaient près de 14 points inférieurs.
[… Des étudiantes] ont exprimé leur exaspération […] « on dirait que l’homme est le Ciel de la femme et la femme une étoile de l’homme parmi bien d’autres étoiles ».
Source : Le Monde, 14 mai 2002

23Plus simplement, cela signifie que les prix des produits manufacturés que les pays du Sud exportent vers le Nord ont baissé par rapport à ceux des importations en provenance du Nord et que, par conséquent, les pays du Sud doivent exporter davantage pour acheter la même quantité de produits du Nord. Selon la CNUCED et plusieurs économistes asiatiques indépendants qui ont étudié la question de près, les exportations de produits manufacturés du Sud (vêtements, chaussures, etc.) ont de plus en plus tendance à se comporter comme les produits agricoles traditionnels. La CNUCED impute cette tendance au fait que les prix à l’exportation n’ont pas augmenté en raison du faible contenu technologique et salarial des produits dans lesquels les pays du Sud se spécialisent. Ainsi, comme l’affirme Gita Sen, dans la mesure où elles ont permis à ces pays de maintenir les salaires à un niveau très bas, les inégalités hommes-femmes et la discrimination fondée sur le sexe ont renforcé les disparités structurelles entre le Sud et le Nord.

24La troisième raison qui doit inciter à la prudence a été analysée dans le rapport intitulé « Enquête mondiale sur le rôle des femmes dans le développement », que l’ONU a publié en 1999 : je veux parler de la dé-féminisation de l’emploi industriel dans plusieurs pays d’Asie de l’Est. En d’autres termes, depuis la fin des années 1980, la demande de main-d’œuvre féminine dans les industries d’exportation de nombreux pays à revenu intermédiaire a diminué au fur et à mesure que le niveau des compétences exigées et l’intensité du capital augmentaient. Les auteurs du rapport citent à ce propos les exemples de Singapour, de Taïwan, de la Corée du Sud et des maquiladoras du Mexique. En Corée du Sud notamment, la composition de la main-d’œuvre du secteur de l’électronique a évolué en faveur des travailleurs de sexe masculin, lorsque ce secteur s’est orienté vers la fabrication de produits très élaborés dans le domaine de l’information et de la communication.

25Je ne reviendrai pas ici sur la description détaillée du phénomène de la dé-féminisation, que l’on trouvera dans mon article. Je ferai simplement observer que si les faits sont plus ou moins connus, dans le sens où l’on sait que ce phénomène existe dans des pays aussi différents que la Corée du Sud, Taïwan, Singapour, la Malaisie et le Mexique, les mécanismes, eux, sont loin d’être transparents. Des hypothèses contradictoires ont été émises sur les raisons pour lesquelles les femmes perdraient leur emploi au profit des hommes mais aucune n’est très convaincante. Voilà une autre question qui mériterait d’être étudiée de manière plus approfondie.

26Toutes ces raisons expliquent donc pourquoi il faut, à mon sens, se montrer extrêmement prudent avant de vanter les créations d’emplois résultant, dans le Sud et pour les femmes du Sud en particulier, de la libéralisation des échanges. Le dernier aspect sur lequel je voudrais dire quelques mots est le lien entre l’emploi et les droits sociaux des femmes.

27Beaucoup voient dans la politique sociale une auxiliaire de l’industrialisation, considérant que l’Etat subventionne en réalité les salaires en prenant en charge les coûts de main-d’œuvre des employeurs, y compris les exportateurs, via les allocations de nourriture et de logement, divers services sociaux (santé, éducation, formation, garde des enfants, etc.) et la protection contre les risques de chômage, maladie et vieillesse, etc., dans le cadre des régimes d’assurance sociale. Il y a tout lieu de penser que, dans la période qui a suivi leur accession à l’indépendance, les Etats d’Asie de l’Est, d’Asie du Sud et d’Amérique latine, ont rempli, avec plus ou moins de bonheur, une fonction de ce type.

28Aujourd’hui, la critique féministe de cette période (en ce qui concerne non seulement le Sud mais aussi certains des tout premiers Etats-providence européens), consiste à dire en gros que les femmes ne jouissaient alors d’aucune considération sur le plan social et étaient traitées comme les personnes à charge des hommes soutiens de famille. Les travailleurs du secteur structuré qui avaient des droits sociaux étaient en majorité des hommes, les femmes, elles, bénéficiant indirectement de quelques-uns de ces droits en leur qualité d’épouses ou d’enfants à charge. Dans les branches d’activité à prédominance féminine, les droits étaient beaucoup moins développés – il suffit de se remémorer les fameux dortoirs destinés aux ouvrières des usines de certaines zones d’exportation d’Asie de l’Est – et les contrats étaient souvent précaires.

29Au début des années 1980, ces politiques sociales sélectives, inéquitables et discriminatoires ont été qualifiées d’élitistes et considérées comme des échecs. Reste à savoir comment elles ont été par la suite réformées et restructurées. Assistons-nous à l’émergence d’un modèle de politique sociale plus respectueux de l’égalité entre les sexes et davantage « citoyen » ? Les nouvelles politiques sont-elles mieux conçues et plus viables financièrement ? Certaines idées en vogue concernant la réforme des retraites et de l’assurance maladie, que j’évoque brièvement dans mon article, sont loin d’être encourageantes. Certes, l’ancien archétype de l’homme soutien de famille disparaît ici ou là sous les effets de la privatisation et de la marchandisation en cours de la politique sociale, l’emploi des hommes devenant plus « flexible », pour reprendre un argument fréquemment avancé. Mais il n’est pas remplacé par un régime public garantissant aux hommes et aux femmes des droits égaux pour les services de nature différente, qu’ils rendent à la société. Au contraire, on assiste dans une grand nombre de pays à la réduction radicale des prestations de l’Etat et à leur remplacement par des systèmes de services sociaux marchands, individualisés, destinés à une minorité (hommes et femmes) qui peut se les offrir, et de vagues « filets de sécurité » pour la grande majorité de ceux qui ne le peuvent pas.

Exposition aux pesticides et conséquences sur la reproduction
Traduit par Emmanuelle Chauvet
90 % des 350 millions de fleurs coupées importées tous les ans aux Etats-Unis poussent en Colombie. L’industrie de la floriculture, relativement jeune, emploie de nombreux Colombiens. Les employés de la floriculture risquent une exposition à 127 types différents de pesticides. Une étude a été menée parmi 8867 employés de 58 entreprises qui avaient travaillé durant les six mois précédents dans la floriculture industrielle pour évaluer la fréquence de l’apparition de certaines manifestations en matière de reproduction humaine parmi des personnes exposées durant leur travail à divers pesticides, et pour évaluer les rapports entre des phénomènes négatifs en matière de reproduction et cette exposition.
[…]
Cette étude et des études plus anciennes devraient être considérées comme les approches préliminaires d’un problème très complexe qui demande une vaste recherche. Des recherches plus poussées sont urgentes pour deux raisons. D’abord, l’utilisation de pesticides – notamment dans les pays en développement – augmente rapidement et souvent sans contrôle. Ensuite, dans cet exemple, deux tiers des employés interrogés étaient des femmes en âge reproductif, qui représentent une large population à risque.
Résumé de : Restrepo, M. et al., « Prevalence of adverse reproductive outcomes in a population occupationally exposed to pesticides in Colombia », Scandinavian journal of work, environment and health, 1990, 16 : 232-238.
Source : Women, Health and Environment, An Anthology, compiled by J. Sims, OMS, Genève, 1994, p. 122-126.

Notes

1 Razavi, S. (2001) Globalization, Employment and Women’s Empowerment, Background paper prepared for the Division for the Advancement of Women (DAW), Expert Group Meeting, 26-29 November 2001, New Delhi, India, voir : < http://www.un.org/womenwatch/daw >.

Auteur

Coordinatrice de recherche à l’UNRISD

Odile Chazerand (Traducteur)

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable