Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, mondialisation et pauvreté

 | 
Christine Verschuur
, 
Fenneke Reysoo

1. Genre et mondialisation : exploration du débat

Genre et mondialisation : exploration d’un débat

Gerdien Steenbeek, Annelou Ypeij et Fenneke Reysoo

Note de l’éditeur

Article original, Amsterdam, 2002

Texte intégral

1Aucun sujet n’est autant à la une du débat politique et économique actuel que la question de la mondialisation. Mode ou pas, la réalité de la mondialisation semble incontournable. Une réalité qui se caractérise par une extension et une densification des relations à grande distance. Les gens sont de plus en plus intégrés dans des chaînes d’interdépendance mondiale. Des flux internationaux de personnes, de cultures, de symboles, d’images, de biens, d’argent et d’information s’intensifient. La montée des nouvelles technologies de l’information et de la communication, la libéralisation de l’économie mondiale, l’internationalisation du marché du travail, l’augmentation des flux migratoires, l’influence grandissante de la Banque mondiale et du FMI sur les économies des pays en voie de développement et des pays en transition, la venue des Etats supranationaux, l’importance croissante des grandes villes comme centres de contrôle des mouvements de capitaux et l’internationalisation des mouvements sociaux de base constituent autant d’exemples des processus de changement que l’on désigne par le terme de « mondialisation ».

2Cette mondialisation est en train de devenir un concept fourre-tout auquel politiciens, technocrates, bureaucrates, journalistes et intellectuels n’hésitent pas à recourir afin d’expliquer les changements survenus lors des dernières décennies. Kalb (2000) attire l’attention sur la complexité et le caractère multidimensionnel du terme « mondialisation ». Dans la réalité, il s’agit d’un processus qui implique une plus grande intégration des gens et des lieux géographiques dans les échanges de capitaux, de biens, d’informations, d’idées et de personnes. De plus, c’est une problématique socio-anthropologique que l’on étudie et sur laquelle on débat. C’est un discours politique et économique, une narration, qui justifie le principe du libre marché du néolibéralisme, le pouvoir croissant des entreprises transnationales et l’importance décroissante des Etats-nations (Kalb 2000 : 3). Le monde idéal présenté par ce discours est un monde sans frontières, où tous les pays sont intégrés dans une économie et où la gouvernance globale a remplacé les Etats-nations (cf. Ohmae 1990).

3Les fruits de la mondialisation se répartissent cependant d’une manière plus inégale que le discours néolibéral ne veut bien nous le faire croire. Le processus de mondialisation profite avant tout à un certain nombre de groupes dans le monde occidental. Selon Afshar et Barrientos (1999), les femmes – où qu’elles soient – ne tirent jamais le gros lot : « L'élite presque exclusivement masculine qui dirige les sociétés transnationales, et les bureaucrates nationaux et internationaux qui favorisent le processus ont été les principaux bénéficiaires du nouvel ordre mondial qu'ils ont accueilli avec enthousiasme. » (Afshar et Barrientos 1999 : 2).

4Différents auteurs argumentent que le processus de mondialisation s’accompagne d’inégalités grandissantes, aussi bien à l’intérieur des pays qu’entre les pays, mais aussi entre femmes et hommes (Afshar et Barrientos 1999 ; Dibaja 1997, Sklair 1994). Plus particulièrement pour les pays en voie de développement, les effets du processus de mondialisation sont multiples et opposés. Il s’accompagne d’inclusion aussi bien que d’exclusion, d’inégalité et de fragmentation. Le débat scientifique ne peut pas ignorer le revers de la médaille de la mondialisation. Le vécu quotidien des femmes, des minorités ethniques et religieuses, et des groupes marginalisés est d’une importance cruciale pour comprendre tous les aspects de la mondialisation. Du fait que les femmes sont de plus en plus intégrées dans les processus de production et de consommation mondiaux, poursuivent Afshar et Barrientos (1999 : 1-3), la mondialisation a un impact considérable sur la vie quotidienne des femmes, jusque dans les coins les plus reculés du monde. Cela nous incite à examiner la relation entre genre et mondialisation. Les femmes n’en sont-elles que les victimes ? Comment les processus politiques et économiques des deux dernières décennies structurent-ils la vie quotidienne des femmes, et comment le « genre » influence-t-il le processus de mondialisation ? Dans cet article nous distinguerons les dimensions économiques, politiques et culturelles de la mondialisation – qui s’influencent mutuellement – et nous nous pencherons en particulier sur la position des femmes dans les pays du Sud. Comme il existe peu de publications qui examinent de manière systématique les rapports entre genre et mondialisation dans ces différentes dimensions, nous nous référerons beaucoup à un nombre limité d’auteurs (Afshar et Barrientos 1999, Laurie et al. 1999, chapitre 2).

La dimension économique

5Dans le but de maîtriser la crise de la dette et de stimuler la croissance économique, le FMI et la Banque mondiale ont imposé leurs programmes d’ajustement structurel aux pays en voie de développement. Ces programmes d’ajustement, inspirés d’un modèle néolibéral, sont considérés comme les signes visibles des effets de la mondialisation dans le Sud. Les stratégies nationales d’éradication de la pauvreté ainsi que la promotion du développement économique par l’intervention de l’Etat et les substitutions des importations ont été remplacées par la libéralisation de l’économie, qui oblige les pays en voie de développement à suivre un modèle politique et économique qui favorise leur intégration dans l’économie mondiale (Afshar et Barrientos 1999 : 3 ; Afshar et Dennis 1992 ; Rajput et Lata Swarup 1994). Cette stratégie d’une économie ouverte et d’un marché libre doit entre autres attirer les entreprises transnationales.

6Avant même que le terme de « mondialisation » fût introduit, des recherches genre se penchaient déjà sur les entreprises transnationales et la nouvelle division internationale du travail. La dérégulation des marchés du travail, la fragmentation des processus de production, la désindustrialisation dans le monde occidental ont induit une demande exponentielle de main d’œuvre féminine dans les pays du Sud. Tout d’abord, les entreprises transnationales s’installèrent dans les zones franches, comme la région des maquiladores dans le nord du Mexique, limitrophe des Etats-Unis, ou la investment promotion zone au Sri Lanka (Fernández-Kelly 1983 ; Goonatilake et Goonesekere 1988). Les modalités des contrats et les conditions de travail dans ces zones ne connaissent qu’un minimum de régulation. A cause de toutes sortes de qualités féminines (prétendues ou vraies) légitimant les bas salaires, les entreprises employèrent surtout des femmes jeunes et célibataires (Elson et Pearson 1981). De nos jours, les entreprises transnationales ont implanté leurs usines également en dehors de ces zones économiques spéciales, elles concernent aussi l’agroalimentaire et recrutent des femmes de tous âges. De plus, le système de leasing crée un nombre croissant de travailleuses à domicile (ouvrières indépendantes et micro-entrepreneuses travaillant dans le secteur informel urbain) qui sont intégrées dans l’économie mondiale. Les industries nationales se voient confrontées à la politique économique des frontières ouvertes et sont obligées d’entrer en concurrence sur le marché mondial. Comme l’explique Stobbe (2000), la meilleure façon de réussir dans ce cas est l’importation d’un nouveau système de production et de gestion, connu sous le nom de lean production. Cette restructuration de l’industrie a des conséquences importantes pour les employé-e-s (Afshar et Barrientos 1999 ; Arizpe et Aranda 1986 ; Benería et Roldán 1987 ; Heyzer 1988 ; Mies 1982 ; Nash et Fernández-Kelly 1983 ; Roldán 1993 ; Safa 1981 ; Stobbe 2000 ; Ypeij 2000).

7Que signifient ces développements pour la vie quotidienne des femmes dans les pays en voie de développement ? Selon Afshar et Barrientos, la mondialisation représente une possibilité à la fois d’empowerment et de disempowerment des femmes (1999 : 5 ; cf. Ward 1990). Le démantèlement des services sociaux, suite aux programmes d’ajustement structurel, est pallié par les femmes. Elles sont obligées d’intensifier leurs tâches domestiques ainsi que leur participation dans les organisations de base et de quartier. Comme les marchés locaux du travail sont de plus en plus imbriqués dans l’économie mondiale, on assiste à de nouvelles opportunités de travail, mais il s’agit essentiellement de travaux mal payés et flexibles. Les ménages pauvres ne peuvent plus survivre avec un seul salaire, et les femmes entrent massivement sur le marché du travail, surtout comme ouvrières dans l’industrie. En même temps, les hommes résistent fortement face à cette inversion de la division sexuelle du travail et ne s’adonnent pas aux tâches domestiques. Enfin, les processus de migration de travail (nationaux et internationaux) induisent le départ des hommes de leurs foyers et l’augmentation du nombre des ménages avec une femme comme chef. Ces effets négatifs de la mondialisation sont conceptualisés par l’expression « féminisation de la pauvreté » ; le poids de la pauvreté repose avant tout sur les épaules des femmes (pour une critique de ce point de vue, voir Chant 1997 ; Davids et Van Driel 2001 ; Van Driel 1994 ; Marchand 1996 ; Marcoux 1997 ; Mencher et Okongwu 1993 ; Sen 1997). Cependant, celles-ci ne sont pas seulement représentées comme les victimes dans le débat sur la mondialisation. Paradoxalement, elles sont aussi considérées comme des instruments qui peuvent aider à trouver des solutions aux problèmes causés par la mondialisation (Davids et Van Driel 2001). L’ensemble de ces développements fait que les femmes inaugurent des stratégies de survie dans lesquelles elles combinent leur participation dans des associations de base, la génération de revenus multiples et les tâches domestiques et reproductives. La pression sur leur budget temps s’accroît (Afshar et Barrientos 1999 : 5 ; Benería et Feldman 1992 ; Moser 1992 ; Standing 1989).

8Parallèlement, l’arrivée massive des femmes sur le marché du travail industriel dans les pays en voie de développement leur offre de nouvelles opportunités. Elles obtiennent la possibilité de générer un revenu propre, ce qui pourrait accroître leur autonomie. Les ménages sont de plus en plus souvent dépendants des revenus des femmes, ce qui augmente le statut social et le pouvoir de négociation de ces dernières face aux autres membres de la famille (Afshar 1998 ; Kabeer 1994). Au fur et à mesure que les femmes sont massivement impliquées dans le processus de production mondial, leur potentiel d’organisation de nouvelles formes de résistance augmente. Cela est en relation avec leur travail dans les organisations de base, où elles créent des formes de solidarité, d’appui et de collaboration nouvelles. Cette tendance peut être renforcée par les contacts avec les ONG qui les épaulent dans le but de s’intégrer dans les réseaux de solidarité internationaux. La dimension politique de la mondialisation a fait que la création et l’influence des ONG ont pris un grand essor.

La dimension politique

9L’importance croissante des ONG a un lien direct avec le rôle changeant des Etats-nations. Au fur et à mesure que la mondialisation avance, les Etats-nations semblent disparaître. D’un côté, le pouvoir des Etats-nations est remplacé par celui des entreprises transnationales ; les régulations étatiques sont subordonnées à la dynamique de l’économie mondiale et du marché libre. De l’autre côté, les gouvernements nationaux se voient confrontés aux problèmes sociaux et économiques ancrés dans les processus mondiaux et dont l’impact dépasse la gouvernance locale et nationale ; il suffit d’évoquer la problématique des réfugié-e-s, les organisations criminelles internationales, l’épidémie du sida et la pollution environnementale. La coopération entre Etats-nations devient de plus en plus importante, comme la participation dans les organisations transnationales et la création d’Etats supranationaux telle l’Union européenne. Les organisations transnationales exercent une influence grandissante sur la gouvernance nationale. Les Nations unies, par exemple, exercent une pression spécifique dans le domaine des droits humains, la bonne gouvernance et la démocratie (Laurie et al. 1999 ; Leftwich 1993). Le FMI et la Banque mondiale donnent un appui économique à condition d’accepter la recette néolibérale de l’économie ouverte, du marché libre et de la privatisation des services sociaux.

10L’avancement de la mondialisation signifie que les Etats-nations s’internationalisent en même temps qu’ils se referment sur eux-mêmes. Les organisations de base et les ONG se développent dans le vide créé par le désistement de l’Etat. Elles ont la possibilité d’autogouvernance et de processus décisionnels démocratiques. Elles sont des sorties de secours (safety net) pour la protection sociale de l’individu, et un tremplin pour accéder aux réseaux internationaux. Elles ont des contacts avec les bailleurs de fonds et des organisations de coopération technique, elles canalisent des capitaux et des biens internationaux vers les pauvres (Afshar et Barrientos 1999 ; Castells 1997 ; Laurie et al. 1999 ; Escobar et Alvarez 1992). Ce sont surtout les femmes qui s’activent dans cette couche diffuse et intermédiaire de la gestion politique et des organisations de base. Elles y militent pour les droits humains et les droits des femmes, pour les questions environnementales, la paix, les infrastructures collectives, le logement, etc. Les ONG les soutiennent avec des moyens, du savoir et de l’expérience. Une stimulation pour réaliser une gouvernance démocratique passe ainsi du niveau local au niveau régional, puis national et international. On parle de nouveaux mouvements sociaux, qui appliquent des modes de fonctionnement démocratiques et dont les structures informelles contrastent avec les hiérarchies de la scène politique formelle (Afshar et Barrientos 1999 ; Laurie et al. 1999).

11Devons-nous nous réjouir de la montée de ces nouveaux mouvements sociaux ? Leurs résultats pour les femmes sont multiples et contrastés (Afshar et Barrientos 1999). Les ONG et les organisations de base entraînent une participation politique croissante des femmes, ce qui signifie un empowerment potentiel. L’articulation entre les organisations de base et les réseaux transnationaux suite à la mondialisation permet une plus grande communication entre les femmes au niveau mondial. Un exemple type est l’internationalisation du mouvement de la femme. Les organisations de femmes du Sud et du Nord ont intensifié leurs réseaux dans les années 1980 et 1990, ce qui a débouché sur l’intégration de la politique du genre dans l’agenda des Nations unies et, après Mexico (1975), sur la tenue des conférences de Copenhague (1980), de Nairobi (1985) et de Beijing (1995) (Laurie et al. 1999). L’étude de Prügl (1999) donne un autre exemple du caractère transnational des mouvements sociaux. Elle examine comment le lobby international du réseau mondial des syndicats de femmes a abouti en 1996 à la Convention de l’OIT sur le travail à domicile. Un troisième exemple est fourni par l’étude de Radcliffe, qui analyse la résistance contre la guerre sur la frontière entre le Pérou et l’Equateur en 1995. Les groupes d’Indiens et les groupes de femmes issus des deux pays ont fait connaître leur résistance grâce aux réseaux de solidarité internationaux, en utilisant les technologies du courrier électronique et du fax (Radcliffe 1998 ; Laurie et al. 1999). Pensez également aux e-mails que nous recevons régulièrement des groupes de femmes internationaux qui font appel au soutien et à la protestation. Qu’est-ce que cela signifie pour le mouvement de la femme ? Cela crée-t-il une sororité ou ne s’agit-il que d’une réalité virtuelle ? Est-ce que l’on échange des expériences, et cela produit-il de la connaissance ? Quelles sont les possibilités et quels sont les dangers de la mondialisation de la connaissance féministe ?

12La participation croissante des femmes dans les organisations de base ne favorise pas seulement les opportunités. Cette participation fait pression sur le nombre d’activités des femmes. A côté de leurs activités domestiques et reproductives, et leur travail rémunéré, elles portent des responsabilités politiques en tant que community members. Les gouvernements nationaux aussi bien que les ONG et les organisations internationales font de plus en plus souvent appel à elles. Est-ce le revers de la médaille de la reconnaissance de leur rôle dans les organisations de base qu’on les utilise comme instruments pour résoudre les problèmes sociopolitiques (Davids et van Driel, 2001) ?

La dimension culturelle

13La mondialisation est souvent conçue – d’une manière explicite ou implicite – comme une articulation économique et macropolitique. Elle est pourtant un processus non seulement économique et politique, mais également culturel. A une époque où la culture se dissocie des frontières territoriales, la signification des identités et des différences culturelles suscite un intérêt croissant, que reflètent les projets de recherche en sciences sociales actuellement en cours. On peut distinguer différentes visions théoriques à cet égard. La perspective néolibérale et moderniste conçoit que la dimension culturelle de la mondialisation n’est rien d’autre qu’une homogénéisation continue selon un modèle occidental. L’accent est mis sur l’impérialisme culturel et l’occidentalisation, représentés par Coca-Cola et les Big Mac. On nous prédit un monde où les différences culturelles locales disparaissent pour céder la place à des valeurs, normes et pratiques à l’occidentale, univoques et uniformes. La mondialisation amènerait-elle avec elle une homogénéisation de la culture ? Si oui, s’agit-il d’une américanisation, d’une macdonaldisation, avec des formes locales de production, de distribution et de consommation de plus en plus intensives en capitaux (Ritzer 1993 ; Davids et van Driel 2001 ; Kalb et van der Land 2000 : 278) ?

14A l’opposé, on trouve la vision selon laquelle la mondialisation induit des processus de protection et de sauvegarde des traditions locales. La mondialisation mènerait à des identités culturelles hétérogènes et diverses. Appadurai soutient que les messages transmis vers le niveau local par les processus de mondialisation sont interprétés de diverses manières. Plus d’une fois, ils sont assimilés comme de nouveaux éléments culturels, et intégrés dans des pratiques existantes. Appadurai affirme en conséquence que la mondialisation est la « production mondiale de la différence » (Appadurai 1990 ; Appadurai 1996 : 199 ; Warde 2000 ; Davids et Van Driel 2001 ; Verstraete 2000 ; Meyer et Geschiere 1999).

15La troisième vision, en relation avec la précédente, est défendue par les auteurs qui mettent l’accent sur un développement qui va simultanément dans les deux sens, prônant que les processus de mondialisation et de localisation sont étroitement imbriqués (Kloos 2000). On parle même de processus de « glocalisation ». Hannerz (1992, 1996) pense que les processus transnationaux créent des cultures hybrides et produisent des nouvelles localités et identités. En plus du terme « hybridation », on utilise parfois le mot « créolisation » pour désigner ce phénomène. Des groupes transnationaux qui forment une unité culturelle et identitaire tout en vivant éparpillés sur le globe, les prétendues diasporas, contribuent à la création de ces cultures hybrides. Les significations et valeurs ethniques spécifiques sont transférées et transformées vers de nouvelles localités et dans de nouveaux contextes, et induisent ainsi de nouvelles formes culturelles (Hannerz 1992, 1996 ; Kloos 2000 ; Laurie et al. 1999).

16Au sein du débat sur la dimension culturelle de la mondialisation, l’ethnicité est souvent présentée comme la caractéristique la plus importante de l’identité. La mondialisation est cependant un phénomène complexe où les différences raciales, ethniques, religieuses, de classe, de genre et de sexualité se rencontrent et se redéfinissent (Verstraete 2000). Les processus culturels de la mondialisation menacent-ils les relations de genre et leurs significations ? Va-t-on vers une image universelle de la femme, comme le présuppose la vision théorique de l’homogénéisation ? Ou bien la mondialisation produira-t-elle de plus grandes différences dans les positions et les rapports de pouvoir entre femmes et hommes ? Certaines études confirment que les migrations transnationales et la venue de diasporas renforcent les rôles traditionnels des femmes (Laurie et al. 1999). La mondialisation est parfois le détonateur de mouvements antimodernisation au niveau local qui glorifient les valeurs traditionnelles. Les identifications locales, l’ethnicité, les valeurs traditionnelles et les sentiments nationalistes seront mis en avant dans un tel processus.

17Ce sont parfois justement les femmes, en tant que gardiennes de la tradition et des valeurs morales, qui s’organisent pour défendre les conceptions traditionnelles de la féminité et revendiquent une identification avec la sphère domestique (Afshar et Barrientos 1999 : 10-11 ; Phalkey 1999). Parallèlement, la mondialisation peut donner de nouveaux signifiants aux relations et identités de genre. Bhachu décrit comment les femmes sikhs qui vivent en Angleterre ont transformé la signification de la dot et le système douaire. Dans le contexte britannique, la dot est un atout pour les femmes car elle leur assure une indépendance financière (Bhachu 1993 ; Laurie et al. 1999). Bien que les ménages avec une femme comme chef – très souvent associés à la dimension économique de la mondialisation et à la féminisation de la pauvreté – soient considérés comme problématiques, on peut se demander si les femmes sont mieux loties dans les ménages avec un homme à la tête (Davids et van Driel 2001, Chant 1997). Comme la matrifocalité dans les Caraïbes nous le montre, la maternité single ne signifie pas uniquement un risque de pauvreté, mais également le vécu d’autonomie et de pouvoir de décision sur sa propre vie (Wekker 1994).

18Il est clair que le débat sur les dimensions économiques, politiques et culturelles du processus de la mondialisation ne propose pas de réponses simples quant à leurs effets sur les rapports de genre. Les positions des femmes dans ces processus sont multiples et opposées. Les femmes sont inclues et exclues (Stobbe 2000, Afshar et Barrientos 1999). Elles ont de nouvelles opportunités par l’internationalisation des marchés du travail, les flux migratoires, les échanges d’informations et les mouvements sociaux internationaux ; en même temps, cela leur confère plus de responsabilités, de travail et d’obligations et une pression accrue sur leur budget temps. Les changements des significations de féminité et de masculinité et des rapports de genre peuvent aller dans des directions opposées : empowerment et disempowerment, autonomie et dépendance, innovations et revivification des moralités traditionnelles. Du fait que les processus de mondialisation sont étroitement liés à la vie quotidienne des femmes dans les quatre coins du monde, elles (et nous avec elles) sont de plus en plus contraintes à faire des choix qui affectent les sécurités existantes, mais ouvrent la voie vers de nouvelles possibilités et de nouveaux défis à relever (Afshar et Barrientos 1999).

Bibliographie

Afshar, H. (1998) (ed.) Women and Empowerment : The Politics of Development, Basingstoke : Macmillan.

Afshar, Haleh et Stephanie Barrientos (1999) « Introduction : Women, Globalization and Fragmentation » in : Haleh Afshar et Stephanie Barrientos (ed.) Women, Globalization and Fragmentation in the Developing World, Londres : Macmillan Press.

Afshar Haleh et C. Dennis (ed.) (1992) Women and Adjustment Policies in The Third World, Basingstoke : Macmillan.

Appadurai, Arjun (1990) « Disjuncture and Difference in the Global Cultural Economy », Theory Culture and Society, 7 : 23, pp. 295-310.
–, (1996)
Modernity at Large : Cultural Dimensions of Globalization, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Arizpe, Lourdes et Josefina Aranda (1986) « Women Workers in the Strawberry Agribusiness in Mexico » in : Eleanor B. Leacock et Helen I. Safa (ed.) Women’s Work, Development and the Division of Labor by Gender, Massachusetts : Bergin and Garvey.

Benería, Lourdes et S. Feldman (1992) (ed.) Unequal Burden, Economic Crises, Persistent Poverty, and Women’s Work, Boulder : Westview Press.

Benería, Lourdes et Martha Roldán (1987) The Crossroads of Class and Gender, Industrial Subcontracting, and Households Dynamics in Mexico-City, Chicago : The University of Chicago Press.

Bhachu, P. (1993) « Identities Constructed and Reconstructed : Representations of Asian Women in Britain » in : G. Buijs (ed.) Migrant Women : Crossing Boundaries and Changing Identities, Oxford : Berg.

Castells, Manuel (1997) The Power of Identity, Londres : Blackwell.

Chant, Sylvia (1997) Women Headed Households : Diversity and Dynamics in the Developing World, Basingstoke : Macmillan.

Davids, Tine et Francien van Driel (2001) « Globalization and Gender : Beyond Dichotomies » in : F. Schuurman Globalization and Development Studies, Challenges for the 21st Century, Londres : Sage.

Dibaja, Z. (1997) « Globalization : the Last Sky » The European Journal of Development Research 9 (1), juin.

Driel, Francien van (1994) Poor and Powerful : Female-headed Household and Unmarried Motherhood in Botswana, Nijmegen Studies 16, Saarbrücken : Verlag für Entwicklungspolitiek Breitenbach GmbH.

Elson, Diane et Ruth Pearson (1981) « The Subordination of Women and the Internationalization of Factory Production » in : Kate Young, Carl Wolkowitz et Roslyn McCullagh (ed.) Of Marriage and the Market, Women’s Subordination Internationally and Its Lessons, Londres, New York : Routledge.

Escobar, A. et S. Alvarez (ed.) (1992) The Making of Social Movements in Latin America. Identity, Strategy and Democracy, Boulder : Westview Press.

Fernández-Kelly, María Patricia (1983) For We Are Sold, I and My People, Women and Industry in Mexico’s Frontier, Albany : State University of New York Press.

Goonatilake, Hema et Savitir Goonesekere (1988) « Industrialization and Women Workers in Sri Lanka : Working Conditions Inside and Outside the Investment Promotion Zone » in : Noeleen Heyzer (ed.) Daughters in Industry. Work Skills and Consciousness of Women Workers in Asia, Kuala Lumpur : Asian and Pacific Development Centre.

Hannerz, Ulf (1992) Cultural Complexity, New York : Columbia University Press. –, (1996 ) Transnational Connextions : Culture, People, Places, Londres : Routledge.

Heyzer, Noeleen (ed.) (1988) Daughters in Industry. Work Skills and Consciousness of Women Workers in Asia, Kuala Lumpur : Asian and Pacific Development Centre.

Kabeer, Naila (1994) Reversed Realities, Londres : Verso.

Kalb, Don (2000) « Localizing Flows : Power, Paths, Institutions and Networks » in : Don Kalb, Marco van der Land, Richard Staring, Bart van Steenbergen, Nico Wilterdink (ed.) The Ends of Globalization. Bringing Society Back In, Lanham : Rowman et Littlefield.

Kalb, Don et Marco van der Land (2000) « Beyond the Mosaic : Questioning Cultural Identity in a Globalizing Age » in : Don Kalb, Marco van der Land, Richard Staring, Bart van Steenbergen, Nico Wilterdink (ed.) The Ends of Globalization. Bringing Society Back In, Lanham : Rowman et Littlefield.

Kloos, Peter (2000) « The Dialectics of Globalization and Localization » in : Don Kalb, Marco van der Land, Richard Staring, Bart van Steenbergen, Nico Wilterdink (ed.) The Ends of Globalization. Bringing Society Back In, Lanham : Rowman et Littlefield.

Laurie, Nina, Claire Dwyer, Sarah Halloway, Smithe Fiona (1999) Geographies of New Femininities, Harlow : Longman.

Leftwich, A. (1993) « Governance, Democracy and Development in the Third World », Third World Quarterly, 15 : 3.

Marchand, Marianne H. (1996) « Reconceptualising ‘Gender and Development’in an Era of ‘Globalisation’», Millennium, 32 : 3, pp. 577-603.

Marcoux, Alain (1997) The Feminisation of Poverty : Facts, Hypothese, and the Art of Advocacy, FAO Population Programme Service, < www.undp.org/popin/fao/womnpoor.htm >.

Mencher, Joan P. et Anne Okongwu (1993) Were Did All the Men Go ? Female headed/Female Supported Households in Cross-Cultural Perspective, Boulder Colorado : Westview Press.

Meyer, Birgit et Peter Geschiere (1999) Globalization and Identity. Dialectics of Flow and Closure.

Mies, Maria (1982) The Lacemakers of Narsapur : Indian Housewives Produce for the Worldmarket, Londres : Zed Press.

Moser, Caroline (1992) « Adjustment from Below : Low Income Women, Time and the Triple Role in Guayaqui, Ecuador » in : Haleh Afshar et C. Dennis (ed.) Women and Adjustment Policies in The Third World, Basingstoke : Macmillan.

Nash, June et María Patricia Fernández-Kelly (1983) Women, Men and the International Division of Labor, Albany : State University of New York Press.

Ohmae, K. (1990) The Borderless World, Power and Strategy in the Interlinked Economy, Londres : Fontana.

Phalkey, Jahnavi (1999) « Right-wing Mobilization of Women in India : Hindutva’s Willing Performers » in : Haleh Afshar et Stephanie Barrientos (red.) Women, Globalization and Fragmentation in the Developing World, Londres : Macmillan Press.

Prügl, Elisabeth (1999) The Global Construction of Gender, Home-Based Work in the Political Economy of the 20th Century, New York : Columbia.

Radcliffe, S. (1998) « Frontiers and Popular Nationhood : Geographies of Identity in the 1995 Ecuador-Peru Border Dispute », Political Geography, 17, pp. 273-293.

Rajput, Pam et Hem Lata Swarup (red.) (1994) Women and Globalization, Reflections, Options and Strategies, New Delhi : Ashish Publishing House.

Ritzer, G. (1993) The McDonaldization of Society, Thousand Oaks (Calif.) : Pine Forge.

Roldán, Martha (1993) « Industrial Restructuring, Deregulation and New JIT Labour Processes in Argentina ; Towards a Gender-Aware Perspective », IDS Bulletin, 24 : 2, pp. 42-52.

Safa, Helen (1981) « Runaway Shops and Female Employment : The Search for Cheap Labour », Signs, 7 : 2, pp. 418-433.

Sen, Gita (1997) « Globalization, Justice and Equity : A Gender Perspective » Development, 40 : 2, pp. 21-26.

Sklair, L. (1994) Capitalism and Development, Londres : Routledge.

Standing, G. (1989) « Global Feminization through Flexible Labor », World Development, 17 : 7, pp. 1077-1095.

Stobbe, Lineke (2000) In-and Exclusion in the Argentine Auto Components Industry. A Study of Industrial Restructuring, Gender and Power, Saarbrücke : Verlag für Entwicklungspolitik.

Verstraete, Ginette (2000) « Etniciteit, gender, seksualiteit en de verbeelding van globalisering », Krisis, 1 : 3, pp. 25-37.

Ward, K. (red.) (1990) Women workers and Global Restructuring, New York : ILR Press, Cornell University.

Warde, Alan (2000) « Eating Globally : Cultural Flows and the Spread of Ethnic Restaurants », in : Don Kalb, Marco van der Land, Richard Staring, Bart van Steenbergen, Nico Wilterdink (ed.) The Ends of Globalization. Bringing Society Back In, Lanham : Rowman et Littlefield.

Wekker, Gloria (1994) Ik ben een gouden munt, ik ga door vele handen, maar verlies mijn waarde niet. Subjectiviteit en seksualiteit van Creoolse volksklasse vrouwen in Paramaribo, Amsterdam : Vita.

Ypeij, Annelou (2000) Producing against Poverty, Female and Male Micro-entrepreneurs in Lima, Peru, Amsterdam : Amsterdam University Press.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable