Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre et économie : un premier éclairage

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

9. La conduite des projets : deux analyses critiques

Les femmes et l’économie informelle en Palestine : une critique féministe

Nahla Abdo
Traduction de Bernard Walter

Note de l’éditeur

Traduit de l’anglais. Texte original : Gender and Society, Palestine. Birzeit University, Palestine, 1995, (Working Papers n° 3), p. 31-46

Texte intégral

Introduction

1Dans cet article, j’espère contribuer au processus en cours de définition et d’articulation d’une approche féministe des femmes palestiniennes dans la société. Je vais le faire en commençant par mettre en lumière quelques-uns des traits caractéristiques des débats féministes sur les femmes dans les économies en développement. Puis je vais examiner la pertinence de la théorie appliquée à l’expérience palestinienne. Pour travailler sur le processus de la construction du genre et des relations de genre en Palestine, je vais me concentrer sur le concept de l’économie informelle au féminin, et en particulier sur le phénomène des projets générateurs de revenus (PGR).

2Cet article ne prétend pas fournir une analyse exhaustive de toutes les formes et structures de l’oppression du genre ; il n’en tente pas moins de fournir un cadre théorique pour la contextualisation des relations de genre et l’appréhension de la construction du genre. Les relations de genre vont être analysées à l’intérieur du cadre des forces sociales, économiques, politiques et idéologiques qui donnent et redonnent forme à ces relations. Je vais commencer par une critique en terme de genre des approches de développement utilisées dans les Territoires Occupés. Je vais émettre la thèse que l’approche libérale (FED-Femmes et Développement) au développement actuellement en vigueur est insatisfaisante et apporte plus de problèmes que de solutions au développement des femmes.

Femmes et développement : aspects du débat

  • 1 Women In Development (WID) se traduit par Femmes dans le Développement mais c’est l’acronyme FED, F (...)

3La littérature féministe sur le développement met en évidence trois approches principales quant à la question des femmes dans les économies en développement : WID (Femmes Dans le Développement), WAD (Femmes et Développement) et GAD (Genre et Développement)1. Ce sont là trois approches relativement nouvelles qui tirent leur contexte théorique général de trois approches féministes actuelles : libérale, marxiste et socialiste.

4Il est largement reconnu que l’œuvre fondatrice d’Ester Boserup Le Rôle des Femmes dans le Développement Economique (1970) a donné l’impulsion à l’émergence et au développement de l’approche WID. Suite aux critiques faites aux projets de développement élaborés dans les pays en développement, la plupart des agences internationales se sont mises à adopter le slogan de l’approche WID, lequel lie intégration des femmes dans l’économie au développement socio-économique (selon l’approche WID, les femmes doivent, pour parvenir à un stade de développement, être intégrées dans l’économie). Depuis les années 1970, les efforts concertés des organismes privés, de l’ONU et des ONG se sont centrés sur l’élaboration de plans, projets et schémas tendant à intégrer les femmes dans leurs économies respectives.

5L’approche WID a adopté la notion d’“augmentation de la plus-value”, liée à la théorie de la modernisation, laquelle cherche à promouvoir l’investissement de capitaux dans le Tiers Monde comme le seul moyen de son développement et de son intégration dans l’économie mondiale (capitaliste) de marché. Comme les programmes WID commencèrent à proliférer, mais avec des résultats maigres voire inexistants, les planificateurs et chargés de programmes ont cherché à changer leur stratégie et à en appeler à la participation/intégration des femmes à d’autres aspects de la vie sociale. A la fin des années 70 et au début des années 80, les planificateurs WID ont identifié différents obstacles sociaux et culturels pour une plus grande intégration des femmes. En conséquence, la plupart des projets WID furent assortis de recommandations de réformes institutionnelles.

6La panoplie des programmes visés par WID s’est étendue depuis à presque tous les domaines de la vie sociale : éducation, alimentation, planning familial, création de revenus, formation et emploi. Certains programmes WID se sont mis récemment à prendre en considération les “besoins vitaux”, ciblant ainsi les femmes pauvres. L’UNDP par exemple a insisté sur le fait que le “développement va se ralentir s’il n’y a pas une plus grande participation des femmes dans toutes les régions et à tous les niveaux… “(Maguire, 1984 : 21). On retrouve une semblable argumentation chez d’autres agences de l’ONU, dont la CNUCED (Vickers, 1991).

7Il n’en reste pas moins que l’approche WID, comme les critiques l’ont relevé, souffre de lacunes fondamentales. Cela concerne particulièrement la base idéologique ou théorique de WID. WID tire son fondement idéologique du féminisme libéral. Le libéralisme traditionnel ou la théorie de l’“équilibre” voit dans l’économie de marché capitaliste un système sain et en fait, idéal pour le développement humain. Pour que les nations en développement suivent le monde occidental, ainsi est-il argumenté, elles doivent s’engager dans la voie capitaliste de développement. L’idéologie libérale considère les problèmes ou contradictions qui peuvent surgir dans le système comme des aberrations ou des déviances. Résoudre ces problèmes par des mesures d’amélioration revient à rendre au système son état d’équilibre normal.

8Etant donné sa position idéologique, le féminisme libéral ne sait pas voir les contradictions comme inhérentes au système capitaliste. Il ne comprend pas les structures conflictuelles de genre, classe, race et nationalité comme endémiques dans une économie de marché ; c’est pourquoi, et la plupart des critiques l’ont relevé, cette approche est incapable de conceptualiser les structures d’oppression. (Stamp, 1989 ; Sen et Grown, 1987 ; Worldwatch, 1992).

9En dépit de ses tentatives pour intégrer les femmes dans les différents secteurs de la société et de son idée d’une diversification des rôles des femmes, WID voit ses efforts largement entravés par les prémisses mêmes de son approche théorique. Nous en trouvons l’exemple dans la philosophie de la plupart des agences internationales : les conglomérats multilatéraux (par exemple le FMI ou la Banque Mondiale) ; les sociétés bilatérales (par exemple CIDA au Canada, SIDA en Suède, NOVIB aux Pays-Bas), et les organismes de l’ONU (par exemple UNDP, UNCTAD). Toutes persistent à concevoir le développement en termes d’investissements, de coûts effectifs et d’ouverture au marché mondial. Dans un commentaire sur les changements de stratégies WID, la Banque Mondiale notait (1979a) : “… le fait d’ignorer les questions de justice et d’équité, le manque disproportionné d’éducation des femmes, avec ses conséquences sur leur faible productivité, ainsi que sur l’alimentation et la santé de leurs familles, a des effets négatifs sur l’économie dans son ensemble. “De semblables arguments utilisés pour diversifier les activités des femmes ont été réutilisés quatre ans plus tard dans un rapport de l’USAID de 1983, lequel prédisait que s’assurer le présence des femmes dans toute une panoplie de programmes de développement en ressources humaines” déboucherait en fin de compte sur un bilan critique positif, quant au bénéfice national d’une force de travail saine, qualifiée et productive.” (cité dans Maguire, 1984 : 22).

10Le libéralisme, centré sur l’individu et qui considère la société comme un agrégat de sujets atomisés, est incapable de fournir des solutions à des problèmes qui sont d’essence structurelle. Comme le suggèrent les rapports cités ci-dessus, l’intérêt du capital passe avant toute considération d’un changement et d’un développement véritables.

11Ayant pris conscience des problèmes inhérents à WID, et avec pour objectif de fournir d’autres approches à la question des femmes et du développement, deux approches se sont fait jour : WAD et GAD. WAD, connu aussi sous le nom de “Perspectives des Femmes du Tiers-Monde sur le développement “, est associé au groupe DAWN (Alternatives de Développement avec les Femmes pour une Ere Nouvelle). Les principes de cette approche sont exposés dans Développement, Crises et Visions Alternatives de Sen et Grown (1987). Dans cet ouvrage, les auteurs critiquent la théorie libérale du développement, qui, selon elles ignore les victimes principales, à savoir les pauvres, en particulier les femmes. L’incapacité de WID à en tenir compte réside selon elles dans son incapacité à considérer l’exploitation et les inégalités comme un phénomène mondial. Celles qui adhèrent à WAD voient les inégalités locales et nationales comme parties intégrantes du système international d’économie de marché dans lequel le Premier Monde domine et assujettit le Tiers-Monde. Selon elles, l’équité et la justice sociale ne sont possibles que si le système global d’exploitation est modifié.

12L’approche WAD est orientée vers le changement des relations internationales comme condition pour parvenir à une égalité des genres. Sen et Grown parlent de deux stratégies pour changer les conditions des femmes : une stratégie à long terme et une stratégie à court terme. La stratégie à long terme se préoccupe du “contrôle des multinationales… qui sont des instruments ayant détourné les ressources de leur fonction vitale pour en faire des objets de commercialisation, d’exportation et de militarisation.” (Sen et Grown, 1987 : 84). Elles en appellent à la nécessité de réorienter la planification économique pour répondre au besoin des pauvres. Ceci doit s’accompagner d’une “libération nationale de la domination coloniale et néo-coloniale, et de l’autosuffisance nationale, en tout cas pour les besoins de première nécessité tels que l’alimentation, l’énergie, la santé, l’eau et l’éducation.” (Sen et Grown, 1987 : 83).

13Pour l’approche WAD, la démilitarisation est une exigence essentielle pour alléger le fardeau fiscal et l’endettement de la plupart des pays du Tiers Monde. Ses adhérentes soulignent le rapport entre la militarisation, les régimes dictatoriaux, la suppression des libertés civiques et la poursuite de la subordination des femmes.

14Quant aux stratégies à court terme, WAD adopte l’approche reconnue par les adhérentes WID demandant des changements dans les “lois, codes civils, systèmes de droits de propriété, contrôle de nos corps, des codes de travail, et des institutions sociales et légales qui sous-tendent le contrôle et les privilèges masculins… “(Sen et Grown, 1987 : 81).

15L’approche WAD trouve son fondement théorique dans diverses approches marxistes. L’accent mis sur l’analyse de classe est un élément du marxisme traditionnel. Dans un article de Lourdes Beneria et Gita Sen (1982), les auteurs critiquent Boserup et les agences WID pour leur approche de la modernisation, laquelle masque les différences de classe entre les femmes. Pour leur part, Beneria et Sen insistent sur l’avantage de partir des femmes pauvres, en particulier pour des fins d’organisation.

16Cependant, à la différence du marxisme traditionnel, les adhérentes de WAD reconnaissent le rôle que les différentes cultures et les préoccupations nationales jouent dans la constitution des inégalités des sexes. Les partisans de WAD accordent également une attention spéciale au rôle de reproduction comme contribuant directement et indirectement au processus de production (voir Beneria et Sen, 1982). L’approche WAD repose aussi sur la théorie de la dépendance et d’une approche du système mondial. En fait, un examen plus approfondi de la conception du changement chez WAD rappelle les stratégies de développement de Samir Amin dans Delinking (1985). Il n’en reste pas moins que l’intérêt prépondérant de WAD pour la sphère internationale tend à occulter les dynamiques internes des contradictions sociales, en particulier celles liées à la division sexuelle du travail et à son rôle dans la forme que prend la vie des femmes.

17L’approche WAD est problématique sur deux fronts : premièrement en prétendant exprimer une “perspective du Tiers Monde”, WAD énonce une série de généralisations qui l’exposent aux pièges de l’eurocentrisme de WID, en remplaçant ce dernier par une sorte d’essentialisme du Tiers Monde ; en second lieu, les partisans de WAD se placent plus au niveau de l’organisation pratique des secteurs pauvres et ne font porter que peu ou pas du tout leur effort sur le développement d’un cadre conceptuel cohérent. Leur position sur des enjeux aussi cruciaux que le patriarcat, le capitalisme et le féminisme s’exprime en termes plus politico-idéologiques que sous une forme analytico-conceptuelle.

18Pareillement à WAD, l’approche GAD a aussi surgi à la fois comme critique et réponse à l’approche WID. Le cadre conceptuel de l’approche GAD est exprimé par Kate Young dans les propositions suivantes : “1. que les femmes sont incorporées dans le processus du développement, mais de façons très spécifiques ; 2. que se concentrer seulement sur les femmes est inadéquat pour comprendre les opportunités pour les femmes ou les agences ou le changement ; 3. que les femmes ne constituent pas une catégorie homogène, mais divisée par leur classe, leur couleur et leurs convictions ; 4. que toute analyse d’organisation sociale et de processus social doit tenir compte de la structure et de la dynamique des relations entre les sexes ; 5. que c’est la totalité des vies des femmes et des hommes qui doit être la cible de l’analyse, et non seulement leurs activités productives, ou leurs activités reproductives ; et 6. que les femmes ne sont pas des sujets passifs ou marginaux, mais actifs du processus social. “(Young, 1993 : 134).

19Tout en partant de l’affirmation que les relations entre les sexes – dans leur structure hiérarchique – constituent un frein au développement des femmes, Young considère la relation entre hommes et femmes comme un seul ensemble de relations de pouvoir (Young, 1993 : 135). Tout comme les partisans de WAD, les féministes de GAD refusent l’idéologie libérale sur laquelle se fondent les plans et projets actuels de développement. Dans son commentaire sur le concept de développement tel qu’il se pratique actuellement, Young note : “nous comprenons que le terme de développement est un miroir en raccourci du processus de changement social et économique inclus dans la création d’une économie de marché (mondiale) et d’une société de classes.” (Young, 1993 : 135). Et d’ajouter : “Le vrai développement est un processus complexe qui met en jeu l’amélioration sociale, économique, politique et culturelle des individus et de la société elle-même… Amélioration… signifie la capacité de la société à répondre aux besoins physiques, émotionnels et créateurs de la population à un niveau historiquement acceptable, et à libérer le temps de travail des humains de la mortelle routine de la production des besoins vitaux… Dans le cours de ce processus, les femmes et les hommes sont considérés comme des agents actifs et non des réceptacles passifs du développement…” (p. 136)

20En dépit de la prétention de GAD d’avoir une “approche holistique” du développement social, Young laisse un certain nombre de questions sans réponse. Par exemple, elle définit le genre comme une construction sociale reposant sur deux composantes : l’idéologie et les pratiques concrètes. Dans le même temps pourtant, elle soutient que “au centre de ces [relations sociales des sexes], il y a les notions culturelles spécifiques de masculinité et féminité, et autour de ces notions se trouvent construits socialement les comportements appropriés de chacun des sexes.” (Young, 1993 : 138). Young n’explique pas ce qu’elle entend par culture et n’explique pas non plus la relation entre idéologie et culture. Par ailleurs, l’approche GAD fait des concessions au contexte géopolitique à la fois aux niveaux régional et international. Ceci se vérifie particulièrement pour le Moyen-Orient, dont l’économie et la politique sont lourdement dépendantes des USA.

21Bien que j’aie présenté ces trois mouvements comme des approches séparées, ils ne sont pas des modes de stratégies devant nécessairement s’exclure mutuellement. Il y a au contraire un chevauchement entre WAD et GAD, tout au moins en ce qui concerne leur position politique et leur vision générale d’un changement social. Et même, et en dépit de la différence politico-idéologique entre ces deux tendances d’un côté et WID de l’autre, les partisans de WAD et de GAD acceptent des initiatives WID, en particulier les plus récentes qui appuient des réformes institutionnelles en mettant l’accent sur la formation et la conscience du genre. Tous deux voient ces efforts comme un pas utile en direction d’un changement structurel général au niveau de la société.

Les débats féministes : référence au contexte palestinien

22Dans la discussion qui suit, je vais essayer d’évaluer la pertinence de ces trois approches appliquées au contexte palestinien et je vais me centrer sur l’intégration des femmes palestiniennes dans le développement économique au travers de leur participation aux projets générateurs de revenus.

23L’engagement des femmes dans les projets économiques WID est passablement répandu en Palestine. Presque toutes les organisations de femmes en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, qu’il s’agisse des utur (comités de femmes affiliés aux partis et aux mouvements politiques) de la base, des centres “indépendants “de recherches féminines, et autres organisations charitables féminines, ont, sous une forme ou sous une autre, participé aux programmes WID contractés par diverses agences multinationales, d’Etat ou de l’ONU, comprenant UNRWA, UNDP, ASAID, NOVIB, et Save the Children. Bien que ces organisations se soient engagées de diverses manières, une bonne partie d’entre elles se sont occupées de projets générateurs de revenus (PGR) et d’autres projets économiquement liés, tels que établir des centres de crédit d’affaires (par ex., les projets de l’UNRWA) ou des “centres de crédit et de prêt” (par ex. NOVIB et les projets du Fonds Canadien). Une recherche approfondie est sans aucun doute nécessaire pour évaluer ces phénomènes. Dans l’optique de cet article, je vais utiliser les données disponibles pour apporter quelque lumière sur les réalisations de ces projets.

24Par le terme PGR, je me réfère à l’engagement des femmes dans une forme particulière d’activité productive. En tant que phénomène, ces activités ont essaimé durant l’Intifada, particulièrement les deux ou trois premières années. Celles-ci comprennent des coopératives féminines (opérant à l’intérieur ou à l’extérieur du ménage), des projets d’économie domestique, et des projets de petit commerce individu-groupe-voisinage. Toutes ces activités productives sont répertoriées comme faisant partie du secteur économique informel. Dans cet article, je ne prends pas en considération les projets de production menés sur des bases traditionnelles par des organisations charitables depuis longtemps installées. Une analyse féministe en profondeur des réalisations et dynamiques de ces dernières, bien qu’indispensable, n’est pas directement du domaine de cet article. Mon analyse, elle, est centrée sur les projets initiés, accomplis et gérés par les mouvements de femmes progressistes au travers des utur et des centres.

25Pour l’illustration de mon évaluation critique des PGR des mouvements de femmes palestiniennes, je vais utiliser l’étude préparée par Save the Children et Shu’un il-Mar’a, Gaza (juillet 1992) intitulée “Evaluation des projets féminins générateurs de revenus dans la bande de Gaza”, laquelle est une évaluation de 15 PGR dans la région de Naplouse et Tulkarem dirigée par Nadia Hamdan de Shu’un il-Mar’a, Gaza (1993), ainsi que “l’Intifada et le développement populaire” par Izzat Abdul-Hadi, directeur du Centre Bisan de recherche et développement (1992). A cela, j’ajouterai les résultats de mes propres recherches qui ont été présentés dans un rapport au Centre International de Développement et de Recherche (CIDR) en même temps que des rapports d’évaluation non publiés émanant de Bisan et des Etudes Féminines de Jérusalem-Centre.

26Toutes les informations disponibles semblent clairement indiquer la faiblesse ou plutôt la faillite de ces activités. L’étude dirigée par Hamdan tend à montrer que plus de 80 % de tous les PGR n’ont pas survécu, beaucoup d’entre eux ayant jeté l’éponge peu après leur constitution. La plupart des autres rapports arrivent à des conclusions semblables. Malgré cela, une analyse femmes-société approfondie du phénomène n’en est pas moins pertinente, particulièrement au moment où, comme maintenant, le secteur informel de la Palestine se révèle comme attirant diverses formes d’investissements de la part des bailleurs de fonds tels que l’ONU et d’autres ONG nationales et internationales, ainsi que des investissements privés comme l’industrie israélienne de sous-traitance.

27A part la très brève étude de Hamdan sur l’impact social des PGR sur les femmes, la plupart des études visant à réévaluer les PGR ont été menées avec l’approche WID. Elles tendent par conséquent toutes à adopter une analyse à un micro-niveau centrée sur les aspects de détail et techniques des projets. Qui plus est, puisque ces études/rapports ont été faits dans la perspective WID et l’idée de revitaliser, au moins dans le principe, l’idée des PGR, elles mettent avant tout l’accent sur les aspects économiques et techniques comme la formation, le marketing, le management et le financement, en omettant, et, en fait, en ignorant le contexte plus social et politique plus général du genre. Il n’est donc pas surprenant de voir que la plupart de ces rapports/études parviennent à des conclusions similaires et proposent par conséquent des recommandations similaires.

28Parmi les conclusions et recommandations de la plupart de ces rapports/études figurent souvent les besoins suivants :

29a. une meilleure coordination des objectifs entre l’agence donatrice et les managers du PGR ;

30b. une formation des femmes plus poussée ; c. une organisation et une gestion plus efficaces ;

31d une production et un contrôle de qualité corrects ;

32e. une meilleure supervision et encadrement ; et

33f. le besoin d’étendre le marché Ces recommandations correspondent directement à ce que les évaluateurs considèrent comme les points faibles ou difficiles de ces projets. La plupart des rapports et études sur les PGR sont de caractère essentiellement technique et d’approche descriptive ; ce n’est que du bout des lèvres qu’apparaissent des allusions aux questions du genre et aux questions sociales.

34Cette approche à un micro-niveau adoptée par la plupart des études/rapports fait apparaître le phénomène des PGR comme opérant dans un vide social. Nulle part, il n’y a de discussion – ne parlons pas d’analyse – du contexte socio-économique et politique entourant ces projets. Aune exception près, l’œuvre de Abdul-Hadi (1992) qui examine les PGR sous un angle plus large et les met dans le contexte de l’Intifada. Son étude, tout comme celles de Kuttab (1989 ; 1990) et Johnson et Giacaman (1990), ont mis en lumière le rôle des facteurs politico-idéologiques qui ont fait de ces projets des lieux de recrutement pour les groupes politiques. Ces études ont également perçu le rôle de ces activités comme promouvant le nationalisme, l’économie nationale, la conscience de l’identité nationale et la résistance nationale. La priorité accordée à la dimension nationale sur celle du genre caractérise la plupart de ces études.

35L’étude détaillée d’Abdul-Hadi est utile par son compte-rendu descriptif des diverses formes des PGR, de leurs caractéristiques rurales-urbaines, de l’affiliation masculine et féminine, et de la division du travail selon le genre, particulièrement dans les villages. Cependant, la nature descriptive de cette étude et son approche statique dans la description des différences entre les sexes ne permettent pas vraiment de comprendre pourquoi, par exemple, la division sexuelle du travail n’a pas changé, et quelles sont les forces qui contribuent à maintenir ou même reproduire les structures d’oppression du genre dans les villages, camps ou villes. En d’autres termes, cette étude ne fournit aucun cadre propre à éclairer les relations de genre et les inégalités de genre.

36Le bref compte-rendu analytique de Hamdan sur les raisons de l’échec de la plupart des PGR sur le plan social et celui du genre est un pas dans la bonne direction. Et pourtant, cette étude, qui passe en revue 15 PGR de femmes, dont six relevant d’organisations charitables, a également omis de mettre en lumière la relation entre structures d’oppression en général et formes d’oppression spécifiques à ces entreprises. Dans aucune des études ci-dessus mentionnées on ne trouve par exemple de définition du concept de “travail”. Toutes ces études utilisent le terme de “travail” dans le sens de travail salarié, de ce que les femmes font en dehors de leur sphère reproductive.

37Ce manque d’analyse du genre dans les études et rapports préparés sur les femmes dans l’économie informelle ne signifie pas de la part des femmes un manque d’intérêt ou de conscience concernant les questions du genre comme le prétendent certains rapports (cf. Street Peddlers juillet 1992 : Centre d’Etudes des Femmes). En fait, en 1992 déjà, aussi bien les femmes de la base que les leaders des mouvements de femmes avaient commencé à réévaluer leurs priorités dans le domaine social et celui du genre dans la lutte pour l’égalité. La conscience du genre figurait parmi les questions brûlantes traitées dans un atelier sur “Genre et Economie”, en été 1993. L’UNDP a par exemple cessé en 1992 de soutenir les PGR en général et a commencé à réorienter ses projets de recherches en direction des questions du genre. D’où l’accent mis sur de nouvelles approches promouvant des méthodes sensibles au genre telles que “consultation auprès des femmes de terrain”, mettant l’accent sur la recherche participative et déplaçant l’accent de la recherche du côté de la politique sociale.

38En dépit de cela, ainsi que nous allons le voir tout de suite, l’approche de la plupart des agences bailleuses de fonds (UNRWA, UNDP, NOVIB, Canada Fund, etc.) reste insatisfaisante pour exactement les mêmes raisons qui ont rendu l’approche WID stérile. Avant de poursuivre mon raisonnement, je voudrais répéter un point déjà mentionné ci-dessus, à savoir que les femmes engagées dans les divers PRG n’étaient pas nécessairement incapables d’articuler les problèmes sociaux et de genre qu’elles affrontaient lorsqu’elles s’attaquaient à un autre projet Tout au contraire, ces femmes, et deux exemples vont le démontrer, sont bien conscientes de la présence de structures oppressives qui entravent leur mouvement. Dans un atelier soutenu par l’UNRWA et mandaté pour débattre de l’établissement de centres économiques féminins pour les femmes engagées dans les PGR de la région de Naplouse, j’ai remarqué que les coordinateurs-organisateurs locaux défendaient essentiellement le principe du “centre”, ne portant que peu d’attention à quoi que ce soit d’autre.

39Les préoccupations des femmes, débattues durant des heures de discussions, étaient variées et très éclairantes. Et pourtant, le rapport issu de cet atelier (12 juin 1993) n’a fait pour l’essentiel que confirmer l’approche WID qui considère ces centres comme des tremplins pour la productivité des femmes et leur intégration dans l’économie. Comme ce rapport sur l’atelier ne signalait pas les préoccupations des femmes, je me suis dit : quelle perte de temps ! Ce rapport aurait pu être écrit sans s’embarrasser de consulter les femmes ce qui, à l’époque, risquait également d’entraîner les rétorsions d’Israël.

40Mais ceci n’est qu’un aspect de mon expérience. En fait, j’en suis venue à comprendre que ces ateliers peuvent fournir les bases d’un développement du cadre conceptuel et théorique du mouvement. Par exemple, lorsqu’une femme s’est plainte des attitudes masculines en disant : “même si je vais au marché, le commerçant ne me prend pas au sérieux et je ne vais pas arriver à acquérir du matériel aux prix compétitifs qu’un homme obtient”, elle a soulevé un problème conceptuel important. Cette femme mettait en question la sagesse du libéralisme WID, ou plutôt son absence de sagesse, lequel conçoit les femmes comme seuls agents de leur destinée et considère le genre comme un concept individuel, et non relationnel. Et lorsqu’une autre femme s’est écriée : “Je trouve difficile d’aller au marché et de quitter mes enfants même si mon mari est à la maison sans travailler !”, elle soulevait aussi une question théorique. Cette femme mettait en question la façon WID de prendre en compte surtout le domaine public et de négliger la sphère domestique ou familiale.

41Les centres de recherches féminins qui essayent de réaliser des projets désignés par les agences donatrices, qu’elles soient affiliées à l’ONU ou non, ne font pas que mettre de côté les questions du genre et les questions sociales. Dans certains cas, elles ne parviennent pas en fait à comprendre l’enjeu politique qu’il y a derrière ces projets. Par exemple, lors d’un atelier soutenu par l’UNRWA pour étudier la possibilité d’un centre de commerce féminin au Camp de Réfugiés d’Askar, les femmes du camp étaient résolument opposées à un tel projet. Elles mirent en question la démarche de l’UNRWA qui insistait non plus sur l’“aide” aux réfugiés du camp, mais sur un engagement à l’extérieur du camp dans des centres commerciaux. Pour cette raison entre autres, les femmes d’Askar ont répondu négativement à l’établissement d’un tel centre et ont décidé de ne prendre part ni au vote, ni à un quelconque comité de préparation pour planifier un tel centre. Mais, ô ironie, les organisateurs ont décidé, au lieu de respecter cette décision des femmes, de poursuivre sur leur lancée, en dépit du fait qu’une majorité de femmes avait voté contre le principe du centre. Pour justifier leur décision, les organisateurs écrivirent : “On a fait remarquer au meeting qu’elles [les femmes] avaient seulement voté sur leur engagement/représentation dans le centre, et que le centre se ferait quoi qu’il arrive.” (Centre d’affaires des femmes – Camp d’Askar Naplouse – 12 juin 1993, rapport préparé par le Centre Bisan). Les destinataires des PGR, soit les femmes pour qui ces projets sont mis en place, ne sont non seulement pas consultées, elles ne sont même pas prises au sérieux, et en fait certaines de ces activités se font plus au détriment du pouvoir des femmes qu’autre chose.

42Il y a un autre problème lié aux PGR, en particulier en ce qui concerne le mouvement coopératif qui a essaimé dans les premières années de l’Intifada. Il s’agit de la tendance à romantiser ces coopératives. Les coopératives ont été décrites comme le moyen de libération sociale, économique et politique des femmes. Cette romantisation, pourtant, passe à côté du fait que les PGR sont, au sein du secteur informel, le secteur de l’économie où l’exploitation est la plus forte. Elle omet en outre de situer la dépendance de l’économie palestinienne dans le contexte plus large de l’économie de marché du monde capitaliste. Comme ce secteur de l’économie repose sur les forces de travail bon marché et non organisées, il livre ses employés/travailleurs à la surexploitation, garantissant par là même des superprofits aux investisseurs, qu’ils soient privés ou affiliés à l’ONU.

43Une approche historique et dynamique de “genre et développement” permet de dépasser l’analyse étroite faite à un micro-niveau de “femmes et travail” en général, et de leur engagement dans les PGR, en particulier, au macro-niveau. Elle permet en outre de mettre en lumière l’histoire coloniale et ses effets de frein sur les différents aspects du développement. Dans le cas palestinien, une telle approche est cruciale. Car, après de nombreuses années de colonisation par la Jordanie, l’Egypte et, pour le pire, Israël – pour ne parler que de l’histoire récente de la Palestine –, les Territoires Occupés ont vu se réduire leurs ressources naturelles de base comprenant le sol, l’eau et l’énergie. Le statut socio-économique des Territoires Occupés a en outre été mis en ruines, comme conséquence de l’occupation israélienne qui a fait de la Cisjordanie et de Gaza un réservoir de force de travail bon marché, assujettissant la société palestinienne au marché de la consommation israélienne. (Hilal, 1975 ; Tamari, 1980 ; Samara, 1989).

44Mettre l’accent sur la dimension historique est d’autant plus important que l’impact du colonialisme ne cesse jamais avec la fin officielle de l’autorité coloniale. En Palestine, l’héritage colonial ne peut se résumer à n’être compris que comme de l’histoire passée. Les forces et les conditions mêmes qui ont conduit aux Accords d’Oslo, en produisant un ensemble d’où sont totalement absents les éléments de base d’une nation souveraine, portent en elles les germes de la future dépendance et du sous-développement de la Palestine. L’héritage du passé a toutes les chances de se reproduire, même si c’est sous d’autres formes.

45Enfin, une analyse historique dynamique de genre et développement ne peut se passer de rendre compte des inégalités régionales qui sont aussi caractéristiques de l’économie dépendante et sous-développée de la Palestine. Donnons pour exemple la dépendance totale des camps de réfugiés des services de l’UNRWA et l’absence de création d’emplois, de la présence relative de travail agricole au village ou de la présence relative d’emplois en ville. Les différences régionales se manifestent à d’autres niveaux également, comme dans les structures culturelles et socio-familiales qui peuvent faire obstacle au travail des femmes. (Geir Ovensen : FAFO, P. 186-187). Comme le montre l’exemple du Camp d’Askar mentionné ci-dessus, un projet qui pourra fonctionner à Naplouse par exemple, pourra ne pas être perçu comme nécessaire dans la région d’Askar. Les variations locales et régionales doivent être prises en considération à chaque fois que nous étudions l’engagement des femmes dans l’économie informelle.

46La discussion qui précède s’est centrée sur une très petite section du secteur économique. Dans ce secteur, défini par l’Etat comme informel, de telle sorte que le capital puisse y exploiter les forces de travail sans avoir à reconnaître leur existence, les femmes de la campagne en particulier se trouvent intégrées et participent sous de multiples formes aux activités productrices. Une de ces formes, sur laquelle de plus amples recherches sont nécessaires, c’est le domaine de la sous-traitance, étant donné que cette dernière place les femmes qui y sont engagées dans des formes très spécifiques d’oppression (sur les problèmes spéciaux des femmes travaillant dans le secteur de la sous-traitance, cf. Siniora, 1989 ; Rockwell, 1985).

47Bien qu’une étude exhaustive des différentes formes de travail féminin, en particulier dans les zones rurales, soit encore à faire, les données disponibles laissent fortement penser que les femmes sont engagées dans les différentes formes d’activités productrices. D’où il découle que l’enjeu clé est non d’intégrer les femmes pour obtenir leur égalité dans ce système d’exploitation, mais bien plutôt de se demander pourquoi, comment, et sous quelles conditions les structures d’oppression sont maintenues et reproduites. Ce que nous devons faire est d’essayer de trouver des moyens alternatifs aux structures existantes qui dévalorisent le travail des femmes, leur refusent toute reconnaissance et les empêchent de réaliser pleinement leur potentiel.

48Pour conclure, je dirais que la critique faite ci-dessus de la conception du genre face au développement en Palestine ne doit pas être prise comme un rejet catégorique de tous les projets de développement en cours. Tout en gardant à l’esprit que la nature descriptive et le caractère technique de la plupart des rapports d’évaluation empêchent une analyse significative des conditions des femmes, certains rapports WID peuvent présenter une réelle valeur. En particulier trois projets de développement viennent à l’esprit ; le premier concerne le travail entamé par le Comité Technique des Affaires Féminines qui est apparu plus tard sous la forme d’une Proposition UNDP intitulée : “Promotion du Rôle des Femmes dans la Société et l’Economie Palestiniennes” (Jérusalem, 1993) ; le deuxième se réfère au livre édité par Marianne Heiberg et Geir Ovensen (1993), “Palestinian Society in Gaza, West Bank and Arab Jerusalem : ASurvey of Living Conditions”, connu aussi comme le Rapport FAFO ; et le troisième est le rapport général le plus récent intitulé : “At the crossroads : Challenges and Choices for Palestinian Women in the West Bank and the Gaza Strip” (UNDP, 1994).

49En l’occurrence, et ce en dépit de l’absence d’un cadre analytique conceptuel, ces trois entreprises se sont révélées extrêmement utiles dans le domaine du recueil de données, du recueil de statistiques sur l’engagement des femmes dans l’agriculture (d’ordinaire totalement négligées), et en terme d’outil de connaissance de base dans des domaines de recherche non défrichés. Comme le démontrent les rapports sur le statut légal des femmes préparés par le Centre Féminin de Conseil et d’Aide Juridique (WCCLA), les recherches dans ce domaine sont indispensables à tout avis sur les réformes ou les changements dans le statut légal des femmes. De façon analogue, les rapports FAFO et UNDP peuvent servir d’information de référence pour la suite du travail analytique. En d’autres termes, tout en ayant besoin de données de base sur tous les aspects des relations sociales de sexe et de l’engagement des femmes dans la société au sens large – tâche accomplie par les rapports mandatés et les enquêtes –, nous avons également besoin d’une compréhension exhaustive et d’un cadre théorique pour remettre ces données dans leur contexte socio-économique, politique et idéologique.

Bibliographie

A. Livres

Amin, Samir. (1985) Delinking : Towards a Polycentric World, London : Zed Press.

Beneria, Lourdes and Gita sen. (1982) “Class and Gender Inequalities And Women’s Role in Economic Development : Theoretical and Practical Implications, Feminist Studies, 8 (1), Spring, pp. 157-176.

Boserup, Ester. (1970) Women’s Role in Economic Development, London : George Allen and Unwin.

Giacaman, Rita and Penny Johnson. (1990) “Palestinian Women : Building Barricades and Breaking Barriers”, in Zachary Lockman and Joel Beinen, eds., Intifada, Boston : South End Press.

Hilal, Jamil. (1975) The West Bank : Economic and Social Structure, 1948-1974. Beirut : Palestine Research Centre.

Kuttab, Eileen. (1989) “Community Development under Occupation : An Alternative Strategy,” Journal of Refugee Studies, Vol. 2 No 1.

(1990) “al-lntifada wa Ba’d Oadaya al-Mara’ al-Ijtima’iyyah”, in The Intifada and Some Women’s Social Issues. Ramallah : Bisan Centre.

Maguire, P. (1984) “Theoretical Basis for Women in Development” Women in Development : An Alternative Analysis. Amherst : Centre for International Education, pp. 3, 19-34.

Rockwell, Susan. (1985) “Palestinian Women Workers in the Israeli Occupied Gaza Strip”, Journal of Palestine Studies, 14, 2 (54), 114-136.

Samara, Adel. (1989), Iqtisad Taht al-Talab (Economy Under Demand). Jerusalem : al-Zahra’for Research and Studies.

Sen, G. and Caren Grown. (1987) Development. Crises. and Alternative Visions : Third World Women’s Perspectives. New York : Monthly Review Press.

Siniora, Randa. (1989) “Palestinian Labour in a Dependent Economy : Women Workers in the West Bank Clothing Industry. (Caîro Papers, Vol 12, Monograph 3, Fa”.

Stamp, P. (1989) Gender and Power in Africa Ottawa : IDRC, pp. 8-24.

Tamari, Salim. (1980) “The Palestinians in the West Bank and Gaza : The Sociology of Dependency”, in The Sociology of the Palestinians. ed. Khalil Nakhleh and Elia Zureik. London : St. Martin’s.

Vickers, Jeane. (1991) Women and the World Economic Crisis London : Zed Books.

Worldwatch Paper 110 “Gender Bias : Roadblock to Sustainable Development” by Jodi L. Jacobson. Sept. 1992 (Washington : Worldwatch Institute, 1992)

Young, Kate. (1993) Planning Development with Women : Making a World of Difference. London : Macmillan.

B. Rapports

Marianne Heiberg and Geir Ovensen, eds. (1993) Palestinian Society in Gaza, West Bank and Arab Jerusalem : ASurvey of Living Conditions. (FAFO-report 151).

At the Crossroads : Challenges and Choices for Palestinian Women in the west Bank and the Gaza Strip. (UNDP Report, 1994).

The Intifada and some Women’s Social Issues : Proceedings of A Conference Held in AI-Quds AI-Sharif/Jerusalem on December 14, 1990. prepared by Women’s Studies Committee/Bisan Centre.

Evaluation of Women’s Income-Generating Projects in the Gaza Strip Sponsored by Save the Children and Shu’un al-Mar’a, Gaza (July 1992).

Dirasah fi Mashari’a al-Mu’assasat al-Nisaiyyah fi Nablus wa Tulkarem (A Study of Women’s Organization’s Projects in Nablus and Talkarem), prepared by Nadia Hamdan, Shu’un al-Mar’a, Nablus/Gaza, 1993.

Women’s Business Centre, Nablus, Nablus 2-Workshop 1-Askar Camp-June 12th 1993, prepared by Bisan Centre.

Women’s Business Centre, Progress Report, May 17 1993, prepared by Bisan Centre. Credit and Loan Needs of Women Working in the Informal Palestinian Economy. prepared by Bisan Centre {n. d.).

Report on the Workshop : “Future Vision and Strategies of Palestinian Women Leaders : A Training Workshop on Mainstreaming Issues”, prerared by Consultant Dr. Sawsan El Messiri, August 1994.

A series of research papers prepared by the Women’s Studies Centre in Jerusalem including : ‘Amal al Mara’ al-Hamishi (Street Peddlers), July, 1992 ; and Tajarib fi al-Taswiq fi al-Mashari’al-Intajiyyah wa al-Ta’awuniyyah al-Nisaiyyah (The Marketing Experience of Women’s Productive and Cooperative Projects), October 1991.

Ba’d al-Athar al-Ijtima’iyyah lil-Intifada fi Mukhayyam al-Jalazon : al-Mar’a wa al-Zawaj al-’A’ila (Some Social Affects of the Intifada in Jalazon Refugee Camp : Women and the Family), prepared by Majdi al-Maliki, n.d.

Notes

1 Women In Development (WID) se traduit par Femmes dans le Développement mais c’est l’acronyme FED, Femmes et Développement, qui est employé en français, ou parfois IFED, Intégration des Femmes dans le Développement ; Women And Development (WAD) se traduit aussi par Femmes Et Développement. La traduction de Gender and Development (GAD), Genre et Développement (GED) est beaucoup employée en Afrique, mais les résistances au concept “genre” en France ont joué pour que l’on continue à y employer FED dans le sens de GED. Dans cet article, nous gardons les acronymes anglais

Auteur

Bernard Walter (Traducteur)

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable