Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre et économie : un premier éclairage

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

8. L'intégration du genre dans les politiques : quelques repères

Vers une meilleure intégration du genre dans les sciences économiques

Lourdes Benería
Traduction de Emmanuelle Chauvet

Note de l’éditeur

Traduction de l’anglais. Texte original : Gender and Macroeconomics World Development (London), 1995, vol. 23, n° 11, p. 1839-1850 (extraits).

Note de l’auteur

Communication préparée pour le deuxième colloque Genre, ajustement et modèles macroéconomiques, à Salt Lake City, les 25 et 26 juin 1994. Je tiens à remercier Nilüfer Çagatay, Diane Elson et Caren Grown pour leur initiative sur ce projet, leurs suggestions, leurs commentaires et leur bonne humeur. Merci infiniment également à Amy Lind et à une personne anonyme pour leurs utiles commentaires.

Texte intégral

1[…]

Genre et sciences économiques : vue générale

2L’analyse économique traite voilà longtemps des questions des femmes (à ne pas confondre avec l’analyse de genre), depuis la recherche, dans les années 1930, des raisons de l’existence de différences de salaires entre hommes et femmes, jusqu’à l’analyse de la production des ménages dans les années 1960 et 1970. La “controverse sur l’égalité des salaires” des années 1930 en Grande Bretagne, menée essentiellement par des économistes masculins, à l’exception notable de Joan Robinson, avait pour objet de comprendre les raisons qui expliquent les différences de salaires hommes/femmes. Cette question avait déjà été discutée en 1918 par Millicent Fawcett, féministe anglaise, et elle avait attiré des personnes telles que F. Y. Edgeworth, A. C. Pigou, J. R. Picks et R. F. Harrod entre autres (Madden, 1972). La controverse portait sur la détermination des niveaux de salaire dans des conditions de compétition imparfaites, laquelle, comme l’a montré Janice Madden, a été remplacée par le postulat de la compétition parfaite dans les modèles néoclassiques de discrimination juste après la Seconde guerre mondiale. Dans les deux périodes cependant, on retrouva une analyse des inégalités entre hommes et femmes se concentrant essentiellement sur la dynamique du marché plutôt que sur le rôle que le genre y joue. La notion de construction sociale du genre et ses liens avec l’analyse économique n’étaient pas encore nés.

3Dans les années 1950, les sciences économiques néoclassiques furent pionnières dans l’analyse de la participation des femmes à la main-d’œuvre. Les travaux de Jacob Mincer et d’autres économistes du travail voulurent expliquer pourquoi la participation des femmes à la main d’œuvre progressait à une période où le revenu des ménages augmentait (augmentation dont on supposait qu’elle était corrélée négativement avec la disponibilité de la main-d’œuvre) La réponse à cette énigme apparente fut trouvée dans l’effet de substitution découlant de la croissance des coûts d’opportunité du travail à la maison ; l’augmentation des salaires entretenue par la croissance économique de cette période avait créé une incitation économique pour que les femmes participent au travail rétribué. Il est intéressant de se rappeler que c’est au sujet de cette décennie que Betty Friedan écrivit son livre Feminine Mystique ; le gouffre existant entre sa description des coûts multiples, pour la femme au foyer, de l’activité domestique, et la description, dans le modèle de Mincer, des coûts d’opportunité strictement économiques était le symbole du travail qui restait à faire pour que les questions féministes soulevées par Friedan soient prises en compte dans l’analyse économique.

  • 1 Voir Lloyd et Niemi (1979) pour une discussion de ce travail.

4Le travail de Mincer marqua une transition, et on attacha ensuite un plus grand intérêt à l’utilisation de l’analyse économique dans la compréhension de la sphère du ménage. Ce processus s’intensifia dans les années 1960 avec les travaux de Gary Becker et d’autres théoriciens du capital humain. L’application que fit la Nouvelle économie du ménage de concepts et modèles orientés vers le marché à la production du ménage et à l’analyse de la distribution du temps fut utilisée pour expliquer la division sexuelle du travail et les comportements de marché des différents membres du ménage. Les asymétries dans la division du travail ainsi que les inégalités dans la distribution du travail domestique trouvèrent leur explication dans les choix individuels faits à partir du postulat de la maximisation de l’utilité et de l’harmonie des ménages. Cette analyse déboucha sur de nouvelles recherches empiriques et théoriques sur d’autres questions telles que l’économie du mariage et les choix de fertilité. De même, les années 1960 et 1970 virent les économistes du travail, parmi lesquels de nombreuses femmes, analyser les discriminations, ségrégations et segmentations sur le marché du travail induisant des débouchés différents selon le genre.1

5Avec l’émergence des mouvements de femmes, les économistes s’intéressant aux questions de femmes suivirent deux voies différentes. Une grande majorité continua à utiliser soit les modèles néoclassiques existants soit des variations plus critiques des conceptions économiques dominantes. Cette tentative s’intégra essentiellement dans l’analyse micro-économique, la Nouvelle économie du ménage y jouant un rôle central. D’un point de vue méthodologique, et même chez les femmes économistes, ce type de travail suivit essentiellement ce que Harding (1987) appela l’approche “ajouter les femmes et remuer” ; “piégée” par les contraintes établies par le cadre d’analyse et les postulats fondamentaux des modèles néoclassiques, cette approche ne menait pas à poser, et encore moins à répondre, au type de questions sur le genre et les relations de pouvoir asymétriques soulevées par les mouvements de femmes. Comme on l’a souvent remarqué, le postulat du ménage harmonieux n’aidait pas vraiment à comprendre les conflits d’intérêts et les relations de pouvoir entre les membres de la famille (Bruce et Dwyer, 1988) ; et le postulat de la maximisation de l’utilité commune impliquant l’agrégation des goûts et préférences individuels des membres de la famille posait problème (Folbre, 1988). De façon similaire, l’application de la théorie des avantages comparatifs et des modèles du capital humain à l’analyse de la spécialisation du travail domestique sur le marché était forcément statique : elle tenait pour acquise la distribution initiale des ressources entre les membres du ménage, telles que les compétences dépendant du genre dont les féministes remettaient en cause l’acquisition et la distribution. En outre cette théorie négligeait le processus de distribution et ne considérait pas comme une problématique les différences qui en découlaient en termes d’autonomie, de pouvoir et de capacité à maximiser le bien-être individuel des différents membres du foyer.

  • 2 Pour un résumé des écrits néoclassiques sur l’économie de la famille, voir Cigno (1994).

6Cette période vit également l’émergence de nouvelles analyses des questions de genre, avec l’application du travail de Gary Becker sur la discrimination raciale à la discrimination selon le genre, l’utilisation de la théorie du capital humain pour comprendre les choix liés au genre dans la scolarisation, et la recherche sur les différentiels de revenus et de salaires (Benham, 1974 ; Blau, 1976 ; Beller, 1979 ; Lloyd et Niemi, 1979). Pour autant, cette analyse n’induisait pas de transformation – dans le sens où elle ne rassemblait pas les questions les plus difficiles de l’inégalité de genres et des relations de genre pour les comprendre et les transformer. L’hégémonie de la Nouvelle économie du ménage se maintint dans les années 1980, le symbole en étant le rôle central joué par A Treatise on the Family (1981) de Becker dans les écrits néoclassiques sur le ménage, et malgré ses explications essentiellement sociobiologiques de la division sexuelle du travail domestique et sur le marché.2 À ce jour, les écrits économiques néoclassiques sur l’économie de la famille continuent à occulter la dimension de genre, et encore plus les questions féministes (Cigno, 1994).

7Néanmoins, les thèmes féministes furent souvent présents dans les travaux des femmes économistes, qui soulevèrent de nombreuses questions sur l’étroitesse des modèles standards, et les critiquèrent pour les postulats qu’ils utilisaient au sujet des préférences, de la capacité à faire des choix, et du rôle du marché lorsqu’il empêche les solutions optimales pour chacun (Ferber et Birnbaum, 1977 ; Sawhill, 1977). En utilisant les outils d’analyse les plus usuels, on construisit de nouveaux modèles afin d’expliquer les inégalités de genre sur le marché du travail (Bergmann, 1974). Mais dans les années 1980, les critiques des travaux néoclassiques se firent plus fortes, avec un accent souvent mis sur les conséquences négatives qu’a pour les femmes la traditionnelle division du travail, même lorsque ces modèles étaient au centre de l’analyse (Blau et Ferber, 1986). Une critique importante fut introduite avec Amartya Sen et son modèle de négociation, dont la notion de conflit de coopération tenait compte de la dynamique du ménage de façon nettement plus réaliste. La dynamique de négociation avait été discutée par les féministes (Benería et Roldán, 1987), mais l’application que fit Sen de la théorie du jeu au ménage, et sa vision de la famille comme lieu de conflits de coopération apporta une contribution novatrice et montra un progrès, se démarquant du modèle de l’harmonie et du choix rationnel. Son modèle était moins empreint des préjugés individualistes occidentaux, et il était formulé en liaison avec la littérature sur le genre et le développement. Pourtant, sa formulation n’était pas centrée sur les relations de genre même si elle menait à l’analyse des questions féministes ; elle a été utilisée par la suite par d’autres économistes dans une approche plus spécifiquement féministe (Sen, 1990 ; Agarwal, 1992 ; Seiz, 1991 ; Duggan, 1994).

8D’autres chemins alternatifs au modèle néoclassique furent suivis par des femmes économistes qui utilisèrent le cadre d’analyse marxiste ou institutionnel (ou les deux) à partir des années 1970. Notamment, l’accent mis par le marxisme sur l’exploitation, les inégalités et la tendance systémique du marché à créer des hiérarchies sociales semblait plus susceptible de répondre aux questions posées par les féministes que le cadre d’analyse néoclassique. Le cadre marxiste semblait également plus ouvert aux approches interdisciplinaires, et plus pertinent pour analyser les relations sociales et les inégalités de pouvoir liées au genre. Ainsi le débat de la fin des années 1960 et du début des années 1970 se concentra sur le travail domestique et ses fonctions dans le système économique en tant que source d’entretien et de reproduction de la main d’œuvre. Plus précisément, le débat se concentra sur la contribution du travail domestique non rétribué à la diminution des coûts d’entretien et de reproduction de la main d’œuvre (Himmelweit et Mohun, 1977). Ce débat servit à légitimer les questions des féministes dans le paradigme marxiste, mais il ne réussit pas à identifier et à analyser les relations de genre implicites dans le travail domestique et la division du travail au sein du ménage, ni à aborder des questions plus précises sur les inégalités de genre et la reproduction. Les critiques féministes de ce débat montrèrent également les limites de la traditionnelle conception marxiste de l’accumulation, qui ne tenait pas compte du rôle du travail reproductif dans le processus (Molyneux, 1979 ; Mackintosh, 1978).

9On utilisa une analyse semblable pour étudier le rôle du travail des femmes rurales dans les économies de subsistance, avec les hommes travaillant dans le secteur capitaliste “moderne” dans les pays en développement. Comme pour le travail domestique, la littérature insista sur la concentration des femmes dans les activités productives et reproductives non rétribuées dans des situations où les hommes se consacrent au travail rémunéré, soit localement, soit en émigrant (Deere, 1976). Cette analyse souligna la contribution cruciale du travail non rétribué des femmes à la reproduction sociale, et montra que les femmes constituent une source de travail bon marché pour les secteurs non capitalistes de l’économie. Comme le débat sur le travail domestique, cette analyse légitima l’introduction des questions de genre dans un cadre d’analyse marxiste orthodoxe ; et, comme la Nouvelle économie du ménage, elle représentait la nouvelle utilisation que l’on faisait de l’analyse économique dans les domaines auparavant occultés du travail non rétribué. Pourtant, compte tenu de leurs préjugés essentiellement andro-centriques, ces modèles ne permirent pas d’intégrer une compréhension de la dynamique des relations de genre et de la complexité des “conflits de coopération” dans les ménages et dans les économies de subsistance.

  • 3 Pour un résumé de cette littérature, voir Benería et Roldán (1987), pp. 1-16, et Tinker (1990), cha (...)

10Les féministes traitèrent ce problème, dans un premier temps, en démontrant les limitations du marxisme orthodoxe, et ensuite en insérant les catégories marxistes dans un cadre d’analyse féministe (Hartmann, 1979 et 1981 ; Folbre, 1982). À un niveau d’analyse plus large, une approche marxiste-féministe fut également utilisée dans les débats portant sur des questions plus systémiques, telles que le lien entre capitalisme et patriarcat, et entre patriarcat, ménage et marché du travail (Hartmann, 1976). Dans la littérature sur le développement, les féministes formulèrent une critique de la théorie de la modernisation, montrant que le développement avait eu un impact différent sur les hommes et sur les femmes, résultat à la fois de la division du travail s’appuyant sur des relations de genre asymétriques, et des structures hiérarchiques émanant des institutions capitalistes (Benería et Sen, 1981). Cette critique s’appuyait sur la reconnaissance par Boserup du rôle des femmes dans le développement économique ; elle montrait que le problème pour les femmes n’était pas tant un manque d’intégration dans le processus de développement que leur concentration fondamentale dans le cadre du ménage et leur participation au marché dans des conditions précaires et influencées par les considérations de genre. De même, les études du marché du travail se concentrant sur les questions de classe et de genre contribuèrent à faire entrer les considérations de genre dans l’analyse économique et cela dans les domaines de l'emploi, des migrations, des évolutions démographiques, de la dynamique des ménages, du marché informel et de la féminisation de la main d’œuvre, entre autres.3

  • 4 Les travaux de McCloskey sur la rhétorique de l’économie, par exemple, ont montré l’usage que l’on (...)

11Aux États-Unis, et certainement ailleurs, l’un des problèmes de l’utilisation d’un cadre d’analyse marxiste fut que celle-ci se trouva reléguée aux marges de la profession économique. Dès lors, elle se développa en entretenant des interactions et un dialogue très limités avec les autres économistes féministes. De façon plus importante peut-être, la critique postmoderne des “théories grandiloquentes” et la tendance de ces théories à rendre essentiel ce qui n’est pas universel paralysa son développement et son impact potentiel. Bien que cette critique s’applique également au modèle dominant, celui-ci y est resté relativement insensible, et même totalement indemne.4

12L’économie institutionnelle dégagea une autre voie pour l’analyse féministe, en se consacrant principalement au marché du travail. Par exemple, la critique du modèle du marché compétitif du travail, consubstantiel à la théorie de la segmentation, eut de nombreuses conséquences pour une analyse des inégalités de genre (Reich, Gordon et Edwards, 1980). Mais, ici encore, la théorie de la segmentation n’intégrait pas le genre comme une part entière du modèle ; au moins au début, les femmes furent “ajoutées” à l’analyse comme moyen de décrire le lieu et les conditions de leur participation au marché du travail plus que comme moyen d’expliquer en quoi la segmentation était liée au genre (Benería, 1987). Cependant, les féministes utilisèrent cette approche en dégageant les liens entre segmentation du marché du travail et ségrégation sexuelle, et en insistant sur la façon dont la ségrégation est liée aux processus de socialisation en dehors du lieu de travail (Hartmann, 1976 ; Strober, 1984). […]

Conceptualisation et visibilité du travail des femmes

13L’analyse économique traditionnelle avait tendance à occulter une grande partie du travail des femmes parce que l’activité économique y était directement ou indirectement associée au marché. Les activités lucratives étaient considérées comme du travail ; de même pour le “travail familial” agricole qui produisait des produits commercialisables (même lorsque le travail n’était pas rétribué). Pourtant, une grande variété d’activités non rétribuées, produisant des biens et services pour la consommation familiale, n’étaient pas considérées comme du travail d’un point de vue économique. Ces activités comprenaient le travail domestique, de même que le volontariat dans des institutions et communautés. Une grande proportion des femmes se concentrant dans ces activités, il en résulta une invisibilité économique et une sous-estimation statistique du travail des femmes. C’était également une illustration de ce qu’Elizabeth Minnich a appelé “la réalité éclipsée ou falsifiée”, conséquence d’une “généralisation incorrecte” (Minnich, 1990). C’est-à-dire que les activités économiques des femmes étaient (et sont) sous-évaluées parce que l’on voit le marché comme le critère central pour définir une “économie”.

14Les femmes ayant fait un travail de pression inlassable et cela à tous les niveaux, notamment dans les organisations des Nations unies et dans les cercles académiques, cette situation a considérablement évolué ces vingt dernières années. Le travail des femmes est devenu plus visible aux niveaux théorique et empirique. D’un point de vue théorique, les deux approches mentionnées précédemment ont beaucoup contribué à cette évolution. La Nouvelle économie du ménage appliquait des critères de marché à la distribution du temps, à la division du travail et aux choix individuels en matière de participation à la main d’œuvre, soulignant ainsi la signification économique de la production domestique et du travail des femmes. De même, le débat sur le travail domestique des années 1970 légitima de façon analytique bien des questions soulevées par les féministes. Ces formulations menèrent à des travaux ultérieurs empiriques et théoriques sur les inégalités de genre entre les différents membres de la famille inscrites dans le temps différencié selon le genre accordé aux activités des ménages, analyse qui eut des implications tant démographiques que macro-économiques (Folbre, 1982). De façon similaire, la division conceptuelle entre production et reproduction – et l’analyse du lien existant entre les deux – ouvrit de nouvelles voies pour une compréhension du rôle des femmes dans la reproduction sociale (Benería, 1979). Cette analyse a ensuite été utilisée pour des études sur le rôle du travail des femmes, et pour une analyse et des débats sur les politiques familiales et de protection sociale (Amott et Mathaei, 1991 ; Folbre, 1994).

  • 5 Dans le champ économique, cette tendance vers la convergence s’est matérialisée par la création de (...)

15L’invisibilité du travail des femmes, ainsi que la vision liée au genre que l’on a du rôle “convenable” des hommes et des femmes dans la société, menèrent aussi à la sous-estimation des activités des femmes (et de certains hommes). Cette question donne lieu à un débat depuis la fin des années 1970, et de grands progrès ont été faits en ce qui concerne les implications conceptuelles, méthodologiques et pratiques d’une amélioration des statistiques de main d’œuvre et d’une prise en compte du travail non rétribué dans les comptes de revenu nationaux. Les quatre domaines concernés – production de subsistance, secteur informel, travail domestique et volontariat – ont demandé un travail méthodologique et pratique, mais seuls les deux derniers, et surtout le travail domestique, ont également demandé une évolution dans la conceptualisation. La production de subsistance, tout en relevant du travail non rétribué, fut considérée comme productrice de biens commerciaux ; des estimations de cette production sont introduites dans de nombreux comptes nationaux de revenu depuis les années 1950.5 De même, le problème que l’on a avec le secteur informel n’est pas conceptuel – étant donné qu’il se compose d’activités rétribuées – mais il est lié à son caractère souterrain et au fait qu’il n’est enregistré nulle part.

16La situation est différente avec le travail domestique et le volontariat non rétribués, dont la prise en compte dans les statistiques comptables nationales a rencontré une forte résistance. Le travail domestique a été considéré essentiellement comme relevant de la sphère privée de la vie quotidienne des femmes, et il se détachait souvent de la sphère publique essentiellement masculine qu’est le marché ; les deux sphères étaient considérées comme séparées et incomparables parce que le “travail” était défini en liaison avec la sphère du marché (Benería, 1982 ; Folbre, 1989). L’idée d’introduire la production domestique non rétribuée dans les comptes du PNB semblait saugrenue pour beaucoup, même à la fin des années 1970 ; elle se heurta souvent à l’hostilité de ces mêmes cercles académiques et professionnels qui avaient contribué à développer les outils théoriques et pratiques nécessaires à cette comptabilisation. Cependant de gros progrès ont été faits depuis lors, non seulement dans l’acceptation idéologique de ce concept, mais aussi dans sa mise en application pratique.

17Ce progrès a eu lieu dans les cercles académiques et gouvernementaux de différents pays et dans les organisations internationales telles que le Bureau international du travail (BIT) et les Nations unies. Les résultats en ont été une réévaluation historique du travail des femmes (Ciancanelli, 1983 ; Folbre, 1991) ainsi qu’un travail de terrain indispensable pour l’amélioration du système de comptabilisation. Du point de vue conceptuel, la définition d’une population active économiquement a été élargie de façon à inclure la production non rétribuée Cette définition a également permis de réaliser que “une définition unique est moins susceptible d’être adaptée à tous les objectifs” (Dixon-Mueller et Anker, 1988). Ainsi, un système de définitions multiples pour des usages multiples a été suggéré, afin que plusieurs groupes de données soient regroupés selon des objectifs divers.

18Du point de vue méthodologique, des progrès substantiels ont été fait sur deux fronts. Le premier est celui de la collecte de statistiques au niveau national, dans le but de prendre en compte la participation des femmes à la main d’œuvre de façon plus précise que dans le passé. Ensuite, diverses méthodes ont été élaborées pour une estimation de la valeur de la production domestique. Les deux approches dominantes – une méthode par les entrées, qui part de l'imputation de valeurs monétaires au temps passé au travail domestique, et une méthode par les produits qui implique une liste et une évaluation des différents biens produits – sont prometteuses, même si certaines difficultés demeurent. Les travaux académiques et ceux des experts dans différentes institutions telles que la Commission statistique des Nations unies ont recommandé la construction d’une comptabilité annexe qui donne des estimations de la contribution au revenu national du travail domestique non rétribué. Dans ce but, des enquêtes sur la distribution du temps peuvent apporter les données systématiques nécessaires à mesurer toute forme de travail non rétribué. La mise en application de ces idées est désormais essentiellement une question de volonté politique, et, à cette fin, plusieurs pays ont déjà introduit des changements dans leurs enquêtes statistiques et dans leur législation.

19Des statistiques intégrant la perspective genre plus précises et conceptuellement avancées permettront non seulement d’établir des mesures quantitatives du travail des femmes et de le rendre plus visible ; elles permettront également une analyse plus précise de : (a) l’inégalité dans la distribution des loisirs et du travail domestique ; (b) des évolutions dans la productivité des activités non rétribuées ; (c) des évolutions dans le travail domestique et le bien-être des familles à la suite d’évolutions dans le revenu familial et dans les statuts d’emploi des membres du ménage ; et (d) de la mesure dans laquelle on peut éviter des mesures fictives de la croissance du PNB, comme dans le cas de transferts de production des ménages à la production pour la sphère marchande. Plus précisément, elles permettront une analyse plus rigoureuse et systématique, par exemple des effets des évolutions cycliques des revenus et de l’emploi sur la production des ménages et sur le travail des femmes/hommes, et des coûts sociaux d’une transition de la production des secteurs non marchands vers les secteurs marchands sous l'effet de l’ajustement structurel. De même, elles vont contribuer à la construction d’indicateurs décomposés selon le genre concernant les conditions sociales et économiques antérieures et accompagnant les processus d’ajustement, objectif qui a souvent été souligné dans la littérature sur les dimensions de genre de l’ajustement structurel. Tout ceci devrait apporter des informations plus systématiques et précises pour les politiques familiales et celles de la protection sociale, et cela devrait préparer le terrain pour des modèles macro-économiques et des décisions politiques intégrant la perspective de genre.

Les questions macroéconomiques relatives au thème genre et développement

  • 6 La littérature pertinente sur la question genre et développement est trop abondante pour qu’on en f (...)

20La publication en 1970 du livre de Boserup, Women’s Role in Economic Development, montra clairement que les politiques de développement ne sont pas forcément neutres en matière de genre. Le nombre important de recherches menées depuis lors a confirmé la thèse de Boserup et l’a dépassée. Dans les années 1970, une bonne partie des travaux sur les femmes et le développement se consacra à la “découverte” des dimensions de genre dans la littérature sur le développement auparavant dénuée de toute perspective de genre. L’analyse de Boserup s’appuyait sur son acceptation de la théorie de la modernisation ; elle était également typique de l’approche “ajouter les femmes et remuer”, ne soulevant pas de questions féministes, alors que la plus grande part de la littérature ultérieure se concentra sur une critique de la modernisation et sur l’introduction d’une analyse de genre parlant des relations et inégalités de genre (Pearson, 1992). Pendant toutes les années 1980, les économistes apportèrent une contribution importante à ce domaine par des études micro-économiques, souvent interdisciplinaires, sur diverses questions : la nature du travail des femmes, le marché et la division du travail selon les genres, des études sur le secteur informel, les questions d’emploi dans le développement international, la féminisation de la force de travail, genre et technologie, la crise de l’environnement, les migrations et autres questions démographiques, les ratios femmes/hommes et le problème des “femmes absentes”, entre autres.6

21Au moment de la conférence des Nations unies sur la Décennie des femmes à Nairobi, les féministes avaient commencé à porter une plus grande attention aux questions macro-économiques. Aussi identifièrent-elles les dimensions de genre des programmes d’ajustement structurel et de la dégradation environnementale. De même, la restructuration économique, le démantèlement virtuel des systèmes de protection sociale dans de nombreux pays, la féminisation et l’informalisation du marché de l’emploi, ainsi que les effets de la mondialisation de la production et de la libéralisation du commerce ont apporté de nouvelles preuves de l’importance d’une analyse tenant compte de la perspective de genre au niveau macro (Standing, 1989 ; Cohen, 1987 ; Elson et Pearson, 1989 ; Rowbotham et Mitter, 1994 ; MacDonald, 1993).

22La littérature sur le genre et l’ajustement structurel peut être divisée en deux branches : les études empiriques consacrées à la distribution inégale du poids de l’ajustement entre hommes et femmes, et les études qui mettent en cause la neutralité en matière de genre implicite dans les modèles théoriques et politiques eux-mêmes. Bien qu’on dise parfois le contraire, diverses études menées dans différents pays ont apporté des informations sur le coût social énorme de l’ajustement pour une grande partie de la population (Cornia, Jolly et Stewart, 1987 ; Secrétariat du Commonwealth, 1989 ; Moser, 1989 ; Benería et Feldman, 1992 ; Floro, 1994). Elles ont montré les effets distributifs de l’ajustement, qui ont entraîné une augmentation des inégalités de revenu, des tendances à la polarisation sociale, la recomposition des classes sociales, des modifications du contrôle des ressources, et les préjugés dans la distribution des coûts de l’ajustement à l’échelle des ménages. Ces études montrent l’existence de préjugés ethniques, de classe et de genre dans le processus d’ajustement, débouchant sur une mise en cause de la neutralité supposée des politiques macro-économiques (Elson, 1992 ; Blackden et Morris-Hughes, 1993). Les femmes en ont été affectées à la fois en tant que membres des ménages et de groupes sociaux précis, et en raison de la division du travail liée au genre. Les dimensions de genre des coûts de l’ajustement vont de l’intensification du travail des femmes, tant sur le marché qu’au sein du ménage, à l’interruption de l’éducation des enfants (l’éducation des filles notamment) et à l’augmentation des besoins en temps pour prodiguer les services de bases mais aussi pour les produire soi-même. En outre, il existe d’autres coûts – bien moins tangibles et bien plus difficiles à mesurer – tels que le stress et la violence domestique.

23Dans de nombreux pays, les PAS ont entraîné une augmentation de la pauvreté – comme en Amérique latine, où les “nouveaux pauvres” se sont ajoutés aux “pauvres structurels” du passé. Les politiques d’ajustement ont mené à la privatisation de la reproduction sociale, c’est-à-dire qu’on a transféré les coûts de reproduction du secteur public à la sphère privée des ménages. L’absence virtuelle de politique sociale, à laquelle s’ajoutent les coupes opérées dans les services sociaux, ont fait des familles/ménages les seuls refuges où l’on fait face quotidiennement aux effets dévastateurs de l’ajustement (Benería, 1992). Comme l’a affirmé Elson (1992), les politiques macro-économiques se sont appuyées sur l’hypothèse d’une endurance totalement élastique des personnes concernées, ainsi que d’une capacité à faire face à tout problème induit par le processus. Les transferts de distribution des ressources et les augmentations de productivité censées se produire grâce aux programmes d’ajustement structurel ne prennent pas en considération le transfert de coûts du marché vers les ménages : “le “acteur d’équilibre” implicite est la capacité des femmes à absorber les chocs des programmes de stabilisation par plus de travail et par “la débrouille” avec des revenus limités” (Elson, 1993, p. 241). Sachant que les familles pauvres ont été les plus affectées par ces évolutions, le poids spécial que portent les femmes n’indique pas que les hommes n’ont pas été affectés ; c’est une dimension à la fois de genre et de classe qui doit être soulignée. De plus, les études sur les PAS ont clairement montré combien les politiques économiques se concentrent sur le marché et sur la sphère de la production payante tout en ignorant les activités économiques non marchandes et la sphère de la reproduction.

24Malgré les reportages optimistes de la presse internationale au début des années 1990, selon lesquels la crise de la dette était terminée, l’accumulation prolongée de la dette et les politiques d’ajustement dans de nombreux pays, les coûts sociaux persistants induits par le modèle d’ajustement du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale, et notamment la récente crise financière au Mexique, rendent plus urgent le besoin de remettre en question les déficiences du modèle macro-économique orthodoxe – et les hypothèses implicites aux niveaux micro et meso sur lesquelles il s’appuie. Selon une perspective de genre, il est important d’élaborer des modèles et des politiques alternatifs et d'introduire l’analyse féministe transformatrice qui est implicite dans ces modèles. Mais ça n’est pas une tâche facile.

25L’un des problèmes qui se posent au niveau macro est que la complexité des divisions selon le genre pourrait être perdue en raison du fort niveau d ‘ agrégation employé. De même, dans la mesure où la théorie féministe se concentre sur l’utilisation des “lunettes du genre” et sur la compréhension des relations de pouvoir, il est très probable que les modèles macroéconomiques passeront à côté de la richesse d’informations disponibles à des niveaux d’analyse plus détaillés. Mais les modèles structuralistes de l’équilibre général calculable (CGE), en intégrant des facteurs structurels d’une manière très détaillée, permettent d’inclure certaines variables avec une dimension genre. Comme l’a résumé Nora Lustig :

  • 7 Cité dans Taylor (1990), p. 1.

“Parmi les facteurs structurels, on trouve la distribution du revenu et de la richesse, les modes de location de la terre, le type et le degré de spécialisation des productions destinées au commerce international, la densité des chaînes de production, le degré de concentration des marchés, le contrôle des moyens de production par divers acteurs (le secteur privé, l’Etat, le capital transnational), le fonctionnement des intermédiaires financiers et la pénétration du progrès technologique, de même que des facteurs socio-politiques associés au degré d’organisation de la classe ouvrière et d’autres secteurs influents de la population, la distribution géographique et sectorielle de la population, et son niveau de compétence.”7

26Chacun de ces facteurs peut être considéré comme ayant une dimension de genre qui peut être prise en compte à un niveau d’information plus détaillé que ceux des modèles orthodoxes. L’objectif est l’intégration des sources de différentiation selon le genre dans les modèles macro, tels que les flux de revenus internes aux ménages et les conséquences biaisées par le genre sur le marché de l’emploi, afin d’élaborer des politiques appropriées. La difficulté consiste à relier l’analyse macro à ses fondements meso et micro-économiques dont la dynamique, selon une perspective de genre, est mieux connue, et sur laquelle on peut plus facilement faire des recherches. Les études micro sont essentielles à l’intégration d’une perspective de genre dans la macro-économie ; on ne peut pas vraiment comprendre les marchés si on ne sait pas comment les familles et les ménages fonctionnent et comment ils évoluent dans le temps, alors que ceux qui construisent des modèles macro ont besoin de comprendre comment les marchés fonctionnent ou ne fonctionnent pas.

27De même, les mécanismes de redistribution horizontale (entre les ménages) et verticale (par exemple dans les systèmes de retraite par répartition dans le temps et entre les générations) sont affectés par les dynamiques familiales et les divisions de genre. Adelman et Robinson (1989) ont montré que, pour intégrer la distribution du revenu dans les modèles CGE, tant la structure institutionnelle que les comptes des ménages doivent être décomposés en plusieurs étapes, y compris les transferts internes aux ménages. De même les politiques fiscales et de subventions doivent être détaillées selon leur impact en terme de genre puisque les effets budgétaires et sociaux des interventions du gouvernement pour des raisons d’équité et d’efficacité vont dépendre, dans une large mesure, des réponses des ménages (réponses qui sont liées au genre). Une fois de plus, les politiques relatives à la pauvreté et aux besoins des enfants ne peuvent pas ignorer le fonctionnement des ménages. Par exemple, dans la mesure où les femmes utilisent une plus grande partie de leur revenu pour les besoins des enfants que les hommes (Benería et Roldán, 1987 ; ONU, 1984), les aides du gouvernement pour aider les enfants devraient être allouées aux mères plutôt qu’aux pères ou aux autres hommes apportant un revenu et ayant des responsabilités familiales.

28Même la Banque Mondiale (1990) a reconnu le besoin de réunir des données au niveau des ménages comme préalable “au développement des dimensions sociales de l’ajustement”, et elle a qualifié de “défi important” la tâche qui consiste à comprendre ce qui détermine les effets micro-économiques de ces dimensions sociales. En outre, la Banque a suggéré qu’une méthodologie de recherche qui combine une modélisation macro, meso et micro-économique serait utile ; cette méthodologie “impliquerait la combinaison de techniques de modélisation plus formelles afin de rechercher les liens macro-meso… avec une analyse meso-micro basée sur des enquêtes sur la protection sociale des ménages” (p. 81). On s’approche là des prémisses d’une analyse plus féministe de ces processus, puisque la recherche au niveau micro a montré que l’hypothèse néoclassique du ménage harmonieux est souvent infirmée (Benería et Roldán, 1987 ; Bruce et Dwyer, 1988). “L’unité” ménage devrait plutôt être décomposée pour comprendre la distribution et les flux de ressources qui y circulent, et pour comprendre les contraintes structurelles qui empêchent la maximisation de l'aide sociale, avec ses implications pour la politique macro-économique.

Intégrer les résultats des recherches féministes

29Si jusqu’à maintenant les recherches féministes se sont essentiellement consacrées à l’impact des politiques macro au niveau micro, les recherches inverses doivent également être menées pour intégrer une perspective genre aux politiques macro. À cet égard, la littérature féministe apporte diverses suggestions pour une modélisation et une définition de politique au niveau macro, comme le montre la liste suivante :

30Premièrement, les modèles alternatifs ne devraient pas admettre l’hypothèse selon laquelle les gens ont une capacité infinie à supporter les coûts de l’ajustement. De toute évidence, on atteint cette limite lorsque les gens ne peuvent survivre, mais en fait la littérature a montré l'immense endurance des gens concernés, au prix énorme de douleurs, de souffrances et d’épuisement des ressources humaines. Les politiques alternatives devraient avoir pour objectif de prévenir ces épreuves humaines et d’éviter les préjugés ethniques, de classe et de genre. Pendant la première décennie d’ajustement, l’insensibilité des décideurs politiques à ces questions était évidente, et elle a entraîné une accumulation de tensions sociales. Elle a aussi stimulé les tentatives actuelles d’ouverture d’un nouveau débat sur la politique sociale. Le virage à gauche lors des récentes élections dans plusieurs pays d’Amérique latine et d’Europe de l’Est subissant des programmes d’ajustement montre également le niveau de mécontentement que ressent la majorité de la population dans bien des pays. La crise financière au Mexique, depuis décembre 1994, a fait revenir le spectre des privations imposées par les nouvelles mesures, et cela même après 12 ans d’ajustement ; en conséquence, la question de savoir qui porte le fardeau va subsister. Nous pouvons ici faire un parallèle entre les modèles macro et micro. Les critiques féministes des modèles du choix rationnel, de la maximisation de l’utilité et de l’efficacité ont souligné les problèmes des hypothèses individualistes, du “soi indépendant”, implicites dans la micro-économie néoclassique. Comme l’affirme England (1993), ces modèles supposent l’existence d’un individu sans lien avec les autres, et dont le comportement ne laisse pas de place à l’empathie, ni à l’altruisme ni aux décisions relationnelles. De même, les modèles macro-économiques cherchent à atteindre les objectifs de l’efficacité macro et de la maximisation de la richesse des nations sans considération pour leurs aspects distributifs ou les liens et connexions qui existent entre ceux qui déterminent et mettent en œuvre les politiques et ceux qui en supportent les effets. Si on veut placer les êtres humains au centre du développement, ceci n’est plus acceptable.

31Deuxièmement, et plus précisément, les politiques alternatives devraient prendre en considération les coûts cachés de l’ajustement, qui sont démontrés dans diverses études, comme la détérioration des infrastructures, les discontinuités et interruptions dans la scolarité des enfants – notamment des filles – avec les pertes de productivité à long terme qui en découlent, l’intensification du travail domestique, et l’augmentation de la criminalité et de la violence. Dès 1987, l’étude novatrice de l’UNICEF sur les coûts de l’ajustement attirait l’attention sur la nécessité de politiques d’ajustement “à visage humain” (Cornia, Jolly et Stewart, 1987). Cependant, la poursuite de l’ajustement dans les années suivantes a renforcé les problèmes liés à l’approche de cette étude : bien qu’elle soulignât le besoin de stimuler la croissance afin de définir un ajustement à visage humain, elle ne s’attaquait pas aux facteurs structurels et, en particulier, à la division du travail et aux relations de genre asymétriques qui participent aux coûts de l’ajustement. Elle n’intégrait pas non plus les changements nécessaires à cette prise en compte. Ceci reste à faire dans les années 1990.

  • 8 Certains fonds sociaux d’investissement, tels que PRONASOLau Mexique, ont appliqué des expériences (...)

32Troisièmement, selon une perspective genre, les politiques d’ajustement doivent s’accompagner de deux types de politiques sociales. D’abord les mesures compensatoires à court terme répondant aux besoins les plus urgents et aux effets les plus négatifs de l’ajustement. Les seules mesures de ce type dans les programmes d’ajustement actuels sont liées à la création de fonds sociaux d’investissement qui ont souvent négligé les questions de genre et ont, dans une large mesure, été élaborés dans le but d’éviter les tensions sociales plutôt que comme des axes de politique sociale à long terme, traitant les préjugés de l’ajustement.8 Le second type de politique sociale inclut des mesures transformatrices qui induisent un changement à long terme, comme des politiques distributives consacrées aux droits de propriété et au revenu, aux changements dans la division du travail dans les productions rémunératrices et non rémunératrices, à la participation des femmes à la main d’œuvre rétribuée, aux programmes d’éducation et de remise à niveau afin de préparer les femmes aux exigences de l’évolution technologique, et aux augmentations de productivité dans les secteurs non marchands de l’économie. Même s’il n’est pas réaliste d’attendre que ces changements se produisent grâce aux politiques macro, les modèles structurels pourraient les intégrer en partant d'hypothèses alternatives.

33Quatrièmement, un objectif fondamental des modèles macro devrait être une reconnaissance claire des liens existant entre les secteurs marchand et non marchand de l’économie, ou entre les activités productives et reproductives. L’application des PAS a souvent accentué et rendu plus évidente la nature de ces liens : l’augmentation importante des activités lucratives des femmes alors que les revenus des hommes diminuent, l’intensification du travail domestique alors que les budgets de ménages se réduisent, les difficultés rencontrées par les femmes dans l’accès au marché, les effets des réductions budgétaires et de la privatisation des services sociaux sur les besoins en temps de certaines activités, entre autres. En particulier, la recherche féministe a souligné combien il est important de comptabiliser le temps et les ressources dépensés pour les activités reproductives, et elle a montré les besoins spécifiques des ménages dirigés par des femmes (Benería, 1992 ; Floro, 1994) Ce sont des questions cruciales si l’on doit considérer les modèles macro comme des moyens d’élaborer des politiques de satisfaction des besoins et de maximisation de la protection sociale plutôt que comme de simples moyens d’établir les bons prix ou de maximiser l’efficacité et la croissance économique.

34Cinquièmement, les modèles macro doivent prendre en considération le fait que l’évolution technologique induite par l’ajustement structurel peut ne pas être neutre en matière de genre. Certains éléments prouvent que, au moins dans certaines industries, les nouvelles technologies demandant une main-d’œuvre flexible pour une production à haute performance inversent le processus de la féminisation de la main-d’œuvre. De même, certaines régions industrialisées à forte proportion de main-d’œuvre féminine, voir la frontière nord-américano-mexicaine, vivent ce renversement de tendance depuis le milieu des années 1980 (Roldán, 1994 ; Benería, à paraître). Les raisons de cette déféminisation vont de la disparition des emplois peu qualifiés tenus par les femmes et leurs chances plus faibles de suivre une formation aux nouvelles technologies jusqu'aux changements d’horaires de travail. Cela appelle des politiques destinées à compenser ce préjugé, comme des subventions à des programmes de formation spécifiques pour les femmes. Dans la mesure où les PAS entraînent une profonde restructuration économique, ils accélèrent l’évolution technologique et intensifient ces processus. Il est donc important que les politiques macro les prennent en considération.

35Sixièmement, les études micro et meso ont largement prouvé que les individus, et les femmes en particulier, n’ont pas de choix, qu’ils ont des horizons et possibilités limités à cause de la pauvreté mais aussi des normes et traditions patriarcales. Par conséquent, les modèles alternatifs ne devraient pas présumer que les gens ont un large choix de maximisation de leurs comportements – comme les modèles orthodoxes l’assument. Au contraire, comme l’a dit Rebecca Blank (1993), l’hypothèse d’un individu doté de pouvoir selon les modèles économiques ne laisse pas de place au fait qu’une personne puisse “se sentir dominée, réprimée, passive, bloquée, malade, incertaine quant à ses capacités, ou ignorant des alternatives” (p. 141). La capacité des femmes à entrer sur le marché du travail, par exemple, est souvent entravée par la tradition, les normes et traditions sexistes qui, comme l’a avancé North (1994), sont des contraintes émanant des humains qui structurent les interactions humaines et affectent le fonctionnement du marché. Dans la mesure du possible, ces contraintes doivent être intégrées dans les modèles macro et doivent nourrir la politique économique :

“La théorie néoclassique est tout simplement un outil inapproprié pour l’analyse et la prescription de politiques qui vont induire le développement. Elle traite du fonctionnement des marchés, mais pas de leur façon de se développer. Comment peut-on prescrire des politiques quand on ne comprend pas comment l’économie se développe ?”(North, 1994, p. 359).

36Enfin, il est important d’avoir une discussion sur la manière dont les questions féministes peuvent, dans certains cas, interagir avec les objectifs macroéconomique. Par exemple, en orientant les politiques vers la demande, on ouvre la possibilité de prendre des mesures concernant certains des objectifs mentionnés dans cet article. Les politiques de lutte contre la discrimination, comme la mise en œuvre de lois sur les salaires égaux à travail égal, les fonds sociaux d’investissement, les politiques d’emploi en faveur des femmes, ou les politiques d’investissement stimulant la promotion des exportations dans les industries essentiellement féminines, sont des exemples de politiques qui, si elles sont appliquées de façon pertinente, peuvent atteindre des objectifs tant macro-économiques que féministes, montrant la compatibilité possible des deux objectifs. Cependant, de nouvelles recherches sur leurs liens sont nécessaires.

37Pour conclure et revenir aux questions initiales de cet article, il est difficile de ne pas terminer sur une mise en garde quant au degré de prise en considération du genre dans les modèles macro-économiques, et à leur contribution à la formulation de politiques macro alternatives. L’initiative novatrice que représente le projet Genre, Ajustement et Modèles Macro-économiques est certes encourageante, et elle doit être considérée comme le début d’un travail à long terme d’intégration de l’analyse féministe dans des modèles qui l’occultaient jusqu’à maintenant. Mais il est important de faire en sorte que les modèles soient utilisés pour faire évoluer la politique économique, de manière à éviter les préjugés liés au genre.

38Une autre question concerne la portée de la contribution de ce projet à la construction d’une économie plus humaine tournant autour de la satisfaction des besoins humains plutôt qu'autour de la rareté, de l’efficacité et de la maximisation de la croissance économique indépendamment de toute préoccupation humaine. De nombreuses féministes ont demandé cette modification des hypothèses et objectifs de l’analyse économique, mais elles ne sont pas seules dans ce combat. D’autres voix se sont élevées, par exemple, venant de plusieurs agences internationales de développement. Comme l’illustrent les rapports annuels sur le développement humain du PNUD ces dernières années, et comme on le voit dans les travaux menés à la suite du Sommet social des Nations unies de Copenhague en mars 1995, il est temps de placer les humains au centre du développement. Dans ce sens, l’économie féministe ne parle pas seulement de genre. Par exemple, dans la mesure où les préjugés liés au genre observés dans le cadre des PAS sont liés à d’autres facteurs tels que la classe, la race et la répartition des ressources, ainsi que d’autres sources d’inégalité, l’intégration de la perspective de genre dans les modèles macro implique que l’on prenne en charge les facteurs structurels qui sont l’origine de la pauvreté et de la répartition inégale des ressources. Ce message a souvent été perdu dans l’empressement des féministes à mettre l’accent sur le genre. L’analyse économique doit prendre en compte la perspective de genre et être transformée de manière fondamentale, mais la tâche serait incomplète si on considérait le genre comme une catégorie indépendante. Les préjugés constatés dans le cadre des PAS montrent que ça n’est pas le cas, et que les modèles alternatifs se doivent d’établir ces liens.

Bibliographie

Adelman, Inna and-Shennan Robinson, “Income distribution and development,” in H. Chenery and T. N. Srinivasan (Eds.), Handbook of Development Economics, Vol. Il (Amsterdam : Elsevier Science Publishers B. V., 1989), pp. 949-1003

Agarwal, Bina, “Gender relations and food security : Coping with seasonality, drought, and famine in South Asia,” in L. Beneria and S. Feldman (Eds.), Unequal Burden. Economic Crises, Household Strategies and Women's Work (Boulder, CO : Westview Press, 1992), pp. 181-218.

Amott LAmott and Lulie A. Matthaei, Race, Gender and Work. AMulticultural Economic History of the United States (Boston, MA : South End Press, 1991).

Anker, Richard and Catherine Hein (Eds.), Sex Inequalities in Urban Employment in Third World Countries (New York : St. Martin's Press, 1986).

Bakker, Isabella, The Strategic Silence : Gender and Economic Policy (London : Zed Books, 1994).

Blank, Rebecca, “What should mainstream economists learn from feminist theory ?,” in M. Ferber and J. Nelson (Eds.), Beyond Economic Man (Chicago : The University of Chicago Press, 1993), pp. 133-143.

Becker : Gary, ATreatise on the Family (Chicago : The University of Chicago Press, 1981).

Becker, Gary, “Atheory of the allocation of time,” in A. Amsden (Ed.), The Economics of Women and Work (New York : St. Martin's Press, 1980), pp. 52-81.

Beller, Andrea,.” The impact of equal employment opportunity laws on the male/female earnings differential :” in C. Lloyd et al. (Eds.), Women in the Labor Market (New York : Columbia University Press. 1979).

Beneria, Lourdes,.“Gender, technology and the feminization of the labor force,” forthcoming.

Beneria, Lourdes, “Accounting for women ‘ s work : The progress of two decades,” World Development, Vol. 20, No. 11 (1992), pp. 1547-1560.

Beneria, Lourdes, “Structural adjustment, the labor market and the household : The case of Mexico,” in G. Standing and V. Tockman (Eds.), Towards Social Adjustment (Geneva : ILO 1989), pp. 161-184.

Beneria, Lourdes, “Gender and the dynamics of subcontracting in Mexico City, “in Clair Brown and Joseph Pechman (Eds.), Gender and the Workplace (Washington, DC : The Brookings Institution, 1987), pp. 159-188

Beneria, Lourdes, “Accounting for women's work,” in L. Beneria (Ed.), Women and Development. The Sexual Division of labor in Rural Societies (New York : Praeger 1982), pp. 119-148

Beneria, Lourdes, “Reproduction, production and the sexual division of labor,” Cambridge Journal of Economics, Vol. 3, No. 3 (1979), pp. 203-225.

Beneria, Lourdes and Breny Mendoza, “Structural adjustment and social emergency funds : The cases of Honduras, Mexico and Nicaragua,” Paper prepared for UNRISO's project on Economic Restructuring and New Social Policies, European Journal of Development Research (Spring 1995).

Beneria, Lourdes and Shelley Feldman (Eds.), Unequal Burden : Economic Crises, Persistent Poverty and Women's Work (Boulder, CO : Westview Press, 1992).

Beneria, Lourdes and Martha Rold. 1n, The Crossroads of Class and Gender. Homework, Subcontracting and Household Dynamics in Mexico City (Chicago : The University of Chicago Press, 1987).

Beneria, Lourdes and Gita, Sen. “Accumulation, reproduction and women's role in economic development : Boserup revisited,” Signs, Vol. 7, No. 2 (1981), pp. 279-298.

Bergmann, Barbara, “Occupational segregation, wages and profits when employers discriminate by race and sex.” Eastern Economic Journal. Vol. I, Nos. I-2 (1974), pp. 103-110.

Benham. Lee. “Benefits of women's education within marriage :. Journal of Political Economy, Vol. 82. No. 212 (1974). pp. 557-571.

Berik. Giunseli. Women Carpet Weaver in Rural Turkey : Patterns of Employment, Earnings and Status (Geneva : ILO 1987).

Berik. Giunseli and Nilufer Cagaty, “Transition to exported growth in Turkey : is there a feminization of employment ?,” Capital and Class, No. 43 (Spring 1991), pp. 153-177.

Blackden, C. Mark and Elizabeth Morris-Hughes, “Paradigm Postponed : Gender and economic adjustment in sub-Saharan Africa” (Washington, DC : Technical Department. African Region, The World Bank. 1993).

Blau, Francine, “Longitudinal patterns of female labor force participation” Dual Careers, No. 4 (Washington, DC : U.S. Department of Labor. 1976).

Blau, Francine and Marianne Ferber, The Economics of Women, Men and Work (Englewood Cliffs, NJ : Prentice-HalI, 1986).

Boserup. E., Women’s Role in Economic Development (New York : St. Martin's Press, 1970).

Bruce. Judith and Daysy Dwyer (Eds.). AHome Divided. Women and Income in the Third World (Stanford. CA : Stanford University Press, 1988).

Clancanelli, Penelope. “Women’s transition to wage labor : Acritique of labor force statistics and reestimation of the labor force participation of married women in the United States, 1900-1930.” Ph. D. dissertation (New York : Department of Economics. The New School for Social Research. 1983).

Cigno, Allessandro. Economics of the Family (New York : Oxford University Press. 1994).

Cohen, Marjorie, Free Trade and the Structure of Women’s Work, (Ottawa : Garamond Press, 1987).

Commonwealth Secretariat. Engendering Adjustment for the 1990s (London : Commonwealth Secretariat. 1989).

Cornia, Giovanni. Richard Jolly and Francis Stewart (Eds.), Adjustment with a Human Face, Vol. I (New York : UNICEF/Clarendon Press. 1987).

Deere, Carmen Diana. Households and C/ass Relations : Peasants and landlords in Northern, Peru (Berkeley, CA : University of California Press, 1990),

Deere, Carmen Diana. “Rural women's subsistence production in the capitalist periphery,” RRPE. Vol. 8, No I (1976).

Dixon-Mueller, Ruth and Richard Anker, Assessing Women’s. Economic Contributions to Development, World Employment Programme, Paper No. 6 (Geneva : ILO, 1988).

Duggan. Lynn, “Agender theory of family policy : On the relevance of equal fall-back positions.” Paper presented at URPE/ASSAmeetings (Boston. MA : January 1994).

England. Paula, “The separate self : Andocentric bias in neo-classical assumptions,” in M. Ferber and J. Nelson (Eds.). Beyond Economic Man (Chicago : The University of Chicago Press, 1993), pp. 37-53.

EIson. Diane, Gender-aware analysis and development economics. “Journal of International Development. Vol. 5, No. 2 (! 993). pp. 237-247.

Elson, Diane. “From survival strategies to transformation strategies : Women's needs and structural adjustment. in LBeneria and S. Feldman (Eds.). Unequal burden (Boulder. CO : Westview Press, 1992). pp. 26-111.

Elson, Diane (Ed.), Male Bias in the. Development Process (Manchester : Manchester University Press, 1991).

Elson, Diane and Ruth Pearson (Eds.). Women’s Employment & Multinationals in Europe (London : Macmillan Press, 1989).

Ferber. Marianne and Bonnie Bimbaum, “The New Home Economics” : Retrospect’s and prospects, Journal of Consumer Research. Vol. 4 (June 1977), pp. 19-28.

Ferber, Marianne and Julie Nelson (Eds.), Beyond Economic Man (Chicago : The University of Chicago Press. 1993).

Floro. Maria. “Work intensity and women's time use : in G. Young and B. Dickerson (Eds.), Color, Class and Country. : Experiences of Gender (London : Zed Press, 1994), pp. 162-181.

Folbre. Nancy, Who Pays for the Kids ? Gender and Structures of Constraint (London and New York : Routledge, 1994).

Folbre, Nancy, “The unproductive housewife : Her evolution in nineteenth century economic thought,” Signs. : Journal of Women Culture and Society, Vol, 16. No, 3 (1991). pp. 463-484.

Folbre. Nancy, “The black four of hearts : Toward a new paradigm of household economics.” in I. Bruce and D. Dwyer (Eds.), A Home Divided (Stanford. CA : Stanford University Press. 1988), pp. 248-264.

Folbre. Nancy, “Exploitation comes home” :. Cambridge Journal of Economics, Vol. 6 (1982), pp. 317-329.

Grown, Caren and. Sebstad (Eds,), “Introduction : Toward a wider perspective on women's employment,” World Development, Vol. 17. No, 7 (1989), pp. 937-952.

Halding. Sandra (Ed.). Feminism and Methodology (Bloomington, IN : Indiana University Press. 1987).

Hartmann, Heidi. “The family as the locus of gender, class and political struggle : The example of housework.” Signs : Journal of Women, Culture and Society., Vol. 6. No. 3 (1981), pp. 366-394.

Hartmann, Heidi, “The unhappy marriage of Marxism and feminism : Toward a more progressive union.” Capital and Class. (Summer 1979), pp. 1-33.

Hartmann, Heidi, “'Capitalism. patriarchy. and job segregation by sex :. In M. Blaxall and B. Reagan (Edo.), Women and the Workplace : The University of Chicago Press. 1976), pp. 137-169.

Himmelweit, Susan and Simon Mohun. “Domestic labor and Capital.“ Cambridge Journal of Economics, Vol. 1 (March 1977). pp. 15-31.

Joekes. Susan, Women in the World economy (New York : Oxford University Press. 1987). Kabeer. Nail.. Reversed Realities. : Gender Hierarchies in Development Thought (London : Verso, 1994).

Lloyd. Cynthia and Beth Niemi, The Economics of Sex Differentials (New York : Columbia University Press, 1979).

MacDonald. Martha. “The empirical challenges of feminist economics : The example of economic restructuring.” Paper presented at the Out of the Margin Conference (Amsterdam : 1993).

MacKintosh. Maureen. “Domestic labor and the household,” in Annette Kuhn and Annemarie Wolpe (Eds,). Feminism and Materialism (London : Routledge. 1978).

MacKintosh. Maureen. Gender, Class and Rural Transition (London : Zed Books. 1989).

Madden. Janice. “The development of economic thought on the ‘ Woman Problem :” Special issue on The Political Economy of Women. The review of Radical Political Economic., Vol. 4, No. 3 (1972), pp. 21-38.

McClosky, Don. “Some consequences of a conjective economics.” in B. Nelson and M. Ferber (Eds.). Beyond Economic Man (Chicago : The University of Chicago Press. 1993), pp. 6-93,

McClosky. Don. If you are. So Smart : The Narrative of Economic Expertise (Chicago : University of Chicago Press. 1990).

Mincer. Jacob. “Labor force participation of married women.” in A. Amsden (Edo). Th. Economic. Of Women and Work (New York : St Martin's Press. 1980), pp. 41-51.

Minnich, Elizabeth. Transforming Knowledge. (Philadelphia. PA : Temple University Press. 1990).

Molyneux. Maxine. “Beyond the domestic labor debate :. The New left Review, No. 115 (July-August 1979).

Moser, Caroline. “The impact of recession and adjustment at the microlevel : Low income women and their households in Guayaquil. Ecuador,” The invisible Adjustment : Poor Women and the Economic Crisis (New York : UNICEF, 1989).

Nelson. Julie and Marianne Ferber. Beyond economic Man (Chicago : The University of Chicago Press. 1993).

North. Douglass. “Economic performance through time.” American economic Review, Vol. 84. No. 3 (1994), pp. 359-368.

Pearson, Ruth. “Gender matters in development,” in Allan and Thomas (Ed,.). Poverty and Development in the 1990's (Oxford University Press. 1992).

Reich, Michael, David Gordon and Richard Edwards. “A theory of labor market segmentation : in Alice Amsden (Ed.). Th. economic. of Women and Work (New York : St. Martin's Press, 1980), pp. 232-241.

Roldin, Martha. “Flexible specialization. technology and employment in Argentina : Critical just-in. time restructuring in “cluster context.” Working Paper WEP 2.22/WP. 240 (Geneva : International Labor office, 1994).

Rowbotham. Sheila and Swasti Mitter (Eds.). Dignity and Daily Bread : New Forms of economic Organization in the Third World and the First (London : Routledge. 1994).

Safa. Helen (Edo), Sex and Class in Latin America (New York : Praeger Publishers, 1976). Sawhill, Isabel, “Economic perspectives on the family :” Daedalus 106, No. 2 (1977), pp. 115-125.

Seiz. Janet, 'The bargaining approach and feminist methodology,” Review of Radical Political Economics, Vol. 23, Nos. 1 &. 2 (1991), pp. 22-29.

Sen, Amartya. “Gender and cooperative conflicts,” in LTinker (Ed.). Persistent Inequalities (New York Oxford University Press, 1990), pp. 195-223.

Sen, Gila and Caren Grown, Development Alternatives, Crises and Alternative Visions (New Delhi : DAWN Secretariat 1985).

Standing, Guy. “Global feminization through flexible labor,” World Development, Vol. 17, No. 7 (1989), pp, 1077-1095.

Strober, Myra. Towards a general theory of occupational sex segregation : The case of public school leaching. “in B. Raskin (Ed.), Sex Segregation in the Workplace : Trends, Explanation, Remedies (Washington. DC : National Academy Press, 1984), pp. 144-156.

Taylor, Lance (Ed.), Socially Relevant Policy Analysis : Structuralist Computable General Equilibrium Models for the Developing World (Cambridge, MA : MIT Press, 1990).

Tinker, Irene (Ed.), Persistent inequalities : Women and World Development (New York Oxford University Press. 1990).

United Nations, Improving Concepts and Methods for Statistics on the Situation of Women Series F, No, 33 (New York United Nations, 1984).

World Bank. Making Adjustment Work for the Poor : AFramework for Policy Reform. in Africa (Washington. DC : The World Bank. 1990).

Notes

1 Voir Lloyd et Niemi (1979) pour une discussion de ce travail.

2 Pour un résumé des écrits néoclassiques sur l’économie de la famille, voir Cigno (1994).

3 Pour un résumé de cette littérature, voir Benería et Roldán (1987), pp. 1-16, et Tinker (1990), chapitre 1.

4 Les travaux de McCloskey sur la rhétorique de l’économie, par exemple, ont montré l’usage que l’on faisait des métaphores et des “faits stylisés”, présentant une critique implicite de la pensée essentialiste/universaliste avec une perspective s’inscrivant dans le modèle dominant.

5 Dans le champ économique, cette tendance vers la convergence s’est matérialisée par la création de l’Association Internationale des Féministes Economiques (IAFFE), une organisation dans laquelle les économistes de différentes tendances ont trouvé un forum pour leurs débats et des buts communs.

6 La littérature pertinente sur la question genre et développement est trop abondante pour qu’on en fasse la liste ici et, compte tenu de sa nature souvent interdisciplinaire, il est difficile de séparer nettement les travaux des économistes et ceux des autres chercheurs en sciences sociales. Par exemple, voir Safa (1976) ; Benería (1982) ; Sen et Grown (1985) ; Anker et Hein (1986) ; Benería et Roldán (1987) ; Beik (1987) ; Joekes (1987) ; Deere (1990) ; Bruce et Dwyer (1988) ; Elson et Pearson (1989) ; Mackintosh (1989) ; Berik et Çagatay (1991) ; Elson (1991) ; Grown et Sebstad (1989) ; Tinker (1990) ; Kabeer (1994). À quelques exceptions près (dont Sen et Grown), ces travaux furent menés aux niveaux d’analyse micro et meso-économique, mais furent riches en implications de politique macro-économique.

7 Cité dans Taylor (1990), p. 1.

8 Certains fonds sociaux d’investissement, tels que PRONASOLau Mexique, ont appliqué des expériences intéressantes en décentralisant et démocratisant les politiques sociales, ce qui pourrait avoir un impact durable et pourrait être un modèle pour de futures expériences. Pourtant, leur utilisation partisane à des fins politiques par le parti au pouvoir a été le sujet de nombreuses critiques. Pour une discussion sur ce thème, voir Benería et Mendoza (1995).

Auteur

Emmanuelle Chauvet (Traducteur)

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable