Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre et économie : un premier éclairage

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

8. L'intégration du genre dans les politiques : quelques repères

Des éléments essentiels d’une politique de genre

“L’Empowerment” des femmes contre la viabilité ? (deuxième partie)

Linda Mayoux

Note de l’éditeur

In : Yvonne Preiswerk, (ed.), Annr Zwahlen (collab.)
Les silences pudiques de l’économie : Economie et rapports sociaux entre hommes et femmes Genève, Berne, IUED (Institut universitaire d’études du développement), Commission nationale suisse pour l’UNESCO, DDC (Direction du développement et de la coopération. Département des affaires étrangères), 1998, p. 73-97 (extraits)

Texte intégral

1[…]

Des éléments essentiels d’une politique de genre

2Institutionnalisation de lignes directrices tenant compte des questions de genre dans la politique dominante et déterminée par les hommes : pour augmenter l’accès, permettre aux femmes d’exprimer leurs aspirations et leurs besoins, et assurer l’égalité des genres dans la politique des programmes généraux :

  • examen de toutes les politiques avec une perspective de genre, en particulier des concepts de “foyer”, de “communauté”, et les conceptions sous-jacentes de la différence des genres en termes de droits, de responsabilités et de rôles, ainsi que les différences de possibilités et de contraintes qui existent selon les genres ;

  • engagement en faveur de l’égalité des genres dans le recrutement et la promotion du personnel, ce qui passe nécessairement par des changements dans la “culture institutionnelle” d’assistance au personnel féminin ;

  • des primes concrètes à l’égalité des genres dans la mise en œuvre des programmes, pour le personnel à la fois féminin et masculin, afin de s’assurer que les femmes profitent des programmes.

3Stratégies s’adressant aux femmes, dans le but de contrer les désavantages particuliers des femmes :

  • conditions de l’accord du micro-crédit, afin qu’elles soient flexibles et s’adaptent aux aspirations et aux stratégies des femmes ;

  • services complémentaires : pour qu’ils accordent une attention particulière au genre, notamment la formation/l’apprentissage réciproque selon le genre, afin que les femmes améliorent leurs capacités et développent leurs réseaux de façon à remettre en cause les inégalités de genre ; des services qui puissent réduire la charge de travail domestique non payé, défendre les femmes, et faire du lobbying aux niveaux local, national et international ;

  • structures de participation : venant des clientes, et dans la prise de décision et la détermination de stratégies, de manière à augmenter la contribution des groupes à l’empowerment ;

  • reconnaissance des divers besoins des femmes, et identification de ces besoins ;

  • mécanismes de représentation des femmes les plus pauvres, femmes ayant des relations difficiles, jeunes femmes, dans la prise de décision, en s’assurant qu’elles ne sont pas exclues du pouvoir.

4Stratégies s’adressant aux hommes : stratégies dont le but explicite est la redistribution du pouvoir et des ressources :

  • conscience des questions de genre pour les hommes, dans tous les aspects du programme, avec des primes à la “bonne pratique” ;

  • primes à l’enregistrement des biens au nom des femmes ou au nom des deux époux ;

  • stratégies visant à développer et à renforcer la responsabilité des hommes dans le bien-être du foyer, bien-être incluant celui des femmes et des filles ;

  • organisation du soutien des hommes au changement dans les relations de genre.

5Liens entre les organisations : afin d’augmenter l’impact et de réduire le coût des stratégies d’empowerment :

  • établissement de relations et de soutiens aux réseaux des femmes qui ont pour objectif le changement ;

  • collaboration en faveur d’une cohérence institutionnelle en faveur des genres au sein des organisations liées entre elles ;

  • collaboration entre organisations, dans le but d’augmenter la capacité à remettre en cause la subordination des femmes.

6Quelques questions-clés :

  • politiques dominantes déterminées par les hommes : des relations de genre équitables peuvent-elles être encouragées par des changements dans les “malestrean policies” (politiques dominantes et déterminées par les hommes) ? Que cela implique-t-il pour les conceptions communes et ancrées dans toutes les interventions de développement qui existent en matière de droits, responsabilités et rôles au sein des foyers et des communautés ?

  • affirmative action : les femmes ont-elles besoin d’un traitement différent de celui des hommes, ou préférentiel ? Jusqu’à quel point et de quelles façons les politiques peuvent-elles assister les femmes en situation de désavantage ou de vulnérabilité, sans créer de conceptions stéréotypiques négatives ni de “ghettos féminins” ?

  • coopération, conflit et changement : jusqu’à quel point et de quelles façons peut-on éviter des conflits et des souffrances inutiles pour les femmes sans pour autant compromettre le combat pour le changement ? Jusqu’à quel point peut-on attendre des femmes qu’elles endossent la responsabilité et les coûts de la lutte contre les subordinations des femmes ?

  • différences entre les femmes : existe-t-il une “norme féminine” pour la politique de genre ? Jusqu’à quel point et de quelles façons les besoins des femmes, différents et qui peuvent entrer en conflit, peuvent-ils s’adapter ?

  • politiques s’adressant aux hommes : quelles implications pourrait avoir le fait de diriger vers les hommes les politiques spécifiques de redistribution entre les genres, politiques qui ont pour but d’encourager les hommes à soutenir les changements positifs dans l’accès des femmes au pouvoir et aux ressources et/ou de contrer l’opposition des hommes au changement ?

7Premièrement, la politique de genre demande non seulement qu’on établisse des stratégies en faveur des femmes mais également qu’on considère toutes les politiques avec une perspective de genre. Ceci passe par un examen en détail de toutes les affirmations sous-jacentes de différences des genres en matière de droits, de responsabilités et de rôles, que l’on trouve dans les définitions et les politiques dirigées vers le “foyer”, la “communauté”, les “entrepreneurs”, les “agriculteurs”, pour inclure les problèmes des femmes dans les politiques dominantes et déterminées par les hommes (malestream policies). Ces conceptions affectent l’accès des femmes aux programmes, et le profit qu’elles peuvent en tirer. On cite souvent comme exemple le fait que les femmes doivent demander la signature de leurs maris pour accéder aux prêts alors que les hommes n’ont pas besoin de la signature de leurs femmes, même lorsqu’ils utilisent les biens de leurs épouses comme garantie.

  • 1 Le faible taux de réussite de AKRSP a été attribué au fait qu’on n’a pas employé ni formé de manièr (...)

8Des lignes directrices tenant compte des questions de genre doivent être établies dans le cadre du recrutement et de la promotion. Un lien évident existe entre la contribution à l’empowerment des femmes, et même l’accès des femmes au micro-crédit, et le taux de féminisation du personnel1. Cette question est extrêmement complexe, et elle ne se résout pas nécessairement grâce à des programmes qui s’adressent aux femmes seulement.

9Les femmes ne sont pas nécessairement plus conscientes des questions de genre que les hommes, et une formation sera également nécessaire pour les rendre conscientes des perspectives et des problèmes des femmes pauvres. Il ne suffit pas non plus d’établir des quotas numériques de personnel féminin.

10[…]

11Il ressort clairement des expériences des programmes qui participent à la recherche pilote que le fait de s’adresser aux femmes ne peut pas être pratiqué par les programmes comme un mécanisme pour surmonter “l’irresponsabilité” masculine dans l’épargne et le remboursement des crédits, et, simultanément, comme un moyen automatique d’empowerment des femmes. La perception selon laquelle les programmes d’épargne sont exclusivement une “affaire de femmes” pourrait conduire au déclin du sentiment de responsabilité des hommes envers le foyer, et faire augmenter la pression sur les femmes pour qu’elles épargnent tout revenu auquel elles ont accès, laissant les hommes libres d’utiliser leur propre revenu, généralement beaucoup plus important, pour leurs propres dépenses somptuaires. Le cas s’est produit même au Vietnam où les femmes ont plus de contrôle sur les programmes (Pairaudeau, 1996). Là où les prêts sont perçus comme étant plus facilement obtenus par les femmes que par les hommes, les résultats du projet pilote montrent que les hommes utilisent les femmes pour accéder aux prêts, créant ainsi des dettes enregistrées au nom des femmes, ce qui les rend très vulnérables dans les cas de séparation du couple (voir également Goetz et Sengputa, 1996). Les programmes doivent reconnaître les impacts potentiellement négatifs pour les relations de genre que peut avoir le fait de s’adresser exclusivement aux femmes ; ils doivent également se demander comment des programmes de micro-crédit pour les hommes peuvent être des mécanismes de remise en cause des inégalités de genre. On aurait là un moyen important d’augmenter la coopération et de calmer les conflits qui entourent les politiques de genre, notamment lorsque l’on s’appuie sur le propre désir de changement des hommes. Comme il est ressorti de façon évidente dans certains des cas évoqués, certains hommes soutiennent activement leurs femmes. On pourrait également stimuler le soutien des hommes en développant de nouveaux types de rôles, et en développant les réseaux masculins qui souhaitent le changement. Cet équilibre est évidemment difficile à atteindre, si l’on veut éviter de détourner les rares ressources et l’énergie des femmes et des réseaux de femmes. Tout cela doit être fait parallèlement à une reconsidération des “malestream policies”. […]

L’empowerment contre la viabilité ? Résolution des tensions

12Pour améliorer la contribution à l’empowerment des femmes, des changements et des fonds sont nécessaires à de nombreux niveaux, et on risque de faire naître des conflits. L’empowerment des femmes va donc certainement être intégré difficilement dans les programmes qui se basent sur le paradigme actuellement dominant de la viabilité financière. Ce paradigme est dominant actuellement pour la plupart des membres contributeurs au CGAP qui fournissent la plupart des fonds affectés aux programmes de micro-crédit. La viabilité est alors strictement financière, et le but est de développer des programmes de crédit viables et indépendants financièrement, qui arrivent à recouvrir les coûts de fonctionnement (dont les réserves de perte de remboursement), et le coût des fonds et de l’inflation, grâce aux charges des clients et aux intérêts. Pour que la viabilité commerciale soit atteinte, les programmes doivent également rapporter un bénéfice aux propriétaires et aux actionnaires. On doit pour ce faire recourir à des mécanismes bancaires, de façon à maximiser le revenu et minimiser les coûts des services financiers, notamment par des taux d’intérêt élevés, une croissance, une mobilisation de l’épargne, une responsabilité collective pour le remboursement, et une proposition de service minimale.

13Pourtant, des contradictions émergent dans le paradigme même de la viabilité parce que l’on n’accorde pas assez d’attention aux intérêts des clients. Le principe sous-jacent est que les coûts du développement peuvent être imputés aux groupes et aux clients, en partant de l’autre principe que ces clients vont être à la fois capables et désireux d’apporter la contribution nécessaire en temps, en capacités et en ressources pour avoir accès aux services proposés. On s’est souvent adressé aux femmes en partant du principe qu’elles sont plus dociles et soumises à la pression de leurs pairs et du personnel des programmes, ce qui expliquerait les meilleurs taux de remboursement de la part des femmes, même lorsqu’elles n’utilisent pas elles-mêmes l’argent du prêt. Néanmoins, de plus en plus, on peut constater que les femmes ne veulent pas (même si elles le peuvent) payer des taux d’intérêt élevés si elles ont d’autres solutions, et qu’elles ne restent pas passives lorsqu’elles deviennent moins vulnérables. Certains programmes sont en proie à de graves difficultés de développement et enregistrent de forts taux d’abandon parce que les femmes refusent de prendre la charge de la dette dans leur situation actuelle. L’exemple de la Grameen Bank montre que les membres font de plus en plus défaut au fur et à mesure que leur revenu augmente et que leurs possibilités de crédit se diversifient (Wiig, 1997). Dans le projet FINCA en Ouganda, on a vu que de nombreuses femmes protestaient à leur propre manière contre les taux d’intérêt élevés, et qu’elles formaient leurs propres groupes de participation une fois qu’elles avaient réuni le capital suffisant – ce qui est une preuve de succès et qui en même temps crée de sérieux obstacles à la progression du programme FINCA vers la viabilité et l’indépendance.

14De plus, la viabilité financière ne peut être atteinte qu’à un prix élevé, à la fois à court et à long terme. Dans le paradigme de la viabilité financière, la croissance rapide des programmes de micro-crédit en programmes plus vastes demande une expertise bancaire professionnelle, donc coûteuse, et ce de façon permanente. Elle nécessite également des systèmes de gestion de l’information élaborés, qu’il est coûteux de mettre en place, et du personnel qualifié en permanence. De tels systèmes ne sont utilisés que pour rassembler et traiter des données qui sont elles-mêmes difficilement calculables, et qui doivent être suivies de près afin d’être fiables.

15La mise en place de systèmes financièrement viables détourne une quantité considérable des ressources de l’appui institutionnel au personnel et aux organisations de clients. Comme nous l’avons vu, les données réunies ne sont pas forcément des indicateurs fiables de la réduction de la pauvreté et de l’empowerment. On peut se demander si la mise en place de tels programmes est effectivement partout le meilleur moyen d’utiliser les rares ressources des donateurs.

Viabilité financière : politiques, tensions et possibles liens avec l’empowerment

Viabilité financière : définition

16La viabilité financière est considérée comme atteinte en quatre étapes. Lors de la première étape, les fonds attribués aux prêts servent à couvrir les dépenses de fonctionnement, et un fonds d’emprunt tournant est établi. Pourtant, lorsque les programmes sont lourdement subventionnés et ont de mauvais résultats, la valeur des fonds attribués aux prêts diminue rapidement à cause des détournements et de l’inflation. Dans la deuxième étape, les programmes lèvent des fonds en empruntant à des taux proches, mais inférieurs, à ceux du marché. Les revenus des intérêts couvrent les coûts des fonds et une partie des dépenses de fonctionnement, mais des fonds sont encore nécessaires au financement de certaines opérations. Au troisième stade, la plupart des subventions disparaissent. Au quatrième stade, les programmes sont totalement financés par l’épargne des clients, et les fonds sont recueillis à des taux commerciaux auprès d’institutions financières officielles. Les charges des clients et les taux d’intérêt couvrent les coûts des fonds, la perte de réserves de fonds, les opérations courantes et le coût de l’inflation (Otero et Rhyne, 1994).

Les politiques relevant du paradigme de la viabilité financière :

17Réduction des coûts des programmes :

  • croissance du programme, de façon à faire des économies d’échelle ;

  • maintien des dépenses de personnel à un faible niveau en réduisant la taille du personnel ou en maintenant les salaires à un bas niveau ;

  • augmentation des contributions “volontaires” des clients et des groupes ;

  • baisse des coûts de transaction en simplifiant les procédures et en décentralisant de façon à rapprocher les services des clients ;

  • réduction des services.

18Augmentation des taux de remboursement :

  • introduction d’un système de gestion de l’information efficace pour suivre les clients et la performance financière ;

  • coercition négative avec le “bâton” : pénalité de non remboursement, et pression du groupe ;

  • primes positives au remboursement de type “carotte”, par exemple nouveaux prêts plus importants pour les clients qui remboursent bien.

19Augmentation du revenu du programme :

  • augmentation des taux d’intérêt et des charges attribuées aux services ;

  • mobilisation de l’épargne, en laissant une marge d’intérêt intéressante entre les prêts et l’épargne ;

  • investissement rentable des fonds du programme ;

  • vente de parts aux clients et/ou au secteur privé.

Des tensions inévitables dans ce paradigme

20Maintien des charges du programme à un faible niveau contre :

  • le besoin de personnel financier professionnel en compétition avec le secteur privé ;

  • les coûts de personnels nécessaires à l’expansion du programme ;

  • le devoir de fournir aux clients/membres des capacités pour le bon fonctionnement du programme.

  • volonté/possibilité des clientes pauvres de se joindre au programme et de rembourser (en d’autres termes une sélection du groupe cible efficace et une expansion du programme) contre :

  • des taux d’intérêt élevés ;

  • la nécessité de contributions volontaires ;

  • la réduction des services.

21Toutes ces tensions sont encore plus vives lorsque l’on veut combiner la viabilité financière avec la lutte contre la pauvreté et l’empowerment.

22[…]

23Au niveau des programmes, viabilité financière et viabilité institutionnelle ne peuvent pas être confondues. Comme l’ont écrit des critiques, dans le paradigme de la réduction de la pauvreté (par exemple Jonson et Rogaly, 1997), la viabilité institutionnelle à long terme peut être financièrement coûteuse à court terme. Nous devons chercher des alternatives au modèle des programmes financiers de lutte contre la pauvreté à grande échelle qui est implicite dans la plupart de la littérature du CGAP, notamment le modèle de la Banque mondiale, d’USAID et de DfID. Ces modèles alternatifs s’appuieraient sur une dynamique de la viabilité assez différente, mais dans bien des contextes ils apporteraient une contribution plus grande à la réduction de la pauvreté et à l’empowerment. Ces modèles alternatifs existent déjà, mais ils ont été marginalisés lors de la ruée vers les chiffres démontrables à laquelle se sont livrés la plupart des bailleurs de fonds à la suite du Sommet sur le micro-crédit ; ils ont également été marginalisés du fait de la domination de très grandes organisations dans ce domaine. Les modèles alternatifs comprennent des programmes qui associent la viabilité à la stimulation et au soutien de nombreux petits groupes de micro-crédit pour qu’ils deviennent indépendants, et par conséquent pour qu’ils cessent de contribuer à la poursuite du programme par le paiement des taux d’intérêt. C’est ce qui se passe avec les ROSCAs de femmes, qui sont viables à la fois institutionnellement et financièrement, sans soutien extérieur. De telles stratégies sont particulièrement fructueuses lorsqu’existe un secteur bancaire formel réceptif, comme en Inde. On peut supposer que même quand le contexte est moins favorable, les programmes qui développent des systèmes d’échange d’informations à la base, de façon à stimuler l’établissement de ROSCAs par les femmes elles-mêmes serait plus opportun que l’établissement par les ONG de programmes séparés. Alors, les efforts des ONG et des bailleurs de fonds se concentreraient, non plus sur le financement mais sur le lobbying en faveur d’une réforme du système bancaire formel et sur la création de services complémentaires. Là encore, ces stratégies font déjà l’objet d’une promotion, et sont soutenues même par des agences de financement, comme DfID-Royaume Uni, qui agissent dans le cadre du paradigme de la viabilité financière. Au niveau des programmes, et dans bien des contextes, il pourrait être moins coûteux à long terme de décentraliser et de simplifier les procédures bancaires, et de développer les capacités financières du personnel affecté à la lutte contre la pauvreté et à l’empowerment des femmes ; ce personnel serait vraisemblablement motivé, sur le long terme, par des primes non financières, ou même par de modestes encouragements financiers. La mise en place de systèmes de suivi des clients, de même que de systèmes d’échange d’informations qui pourraient leur être utiles pourrait également être une stratégie rentable à long terme, combinant l’appui institutionnel et l’empowerment avec un objectif de viabilité.

24Néanmoins, ces modèles doivent également être soumis à un examen critique, en cherchant à évaluer leur contribution à la réduction de la pauvreté et à l’empowerment plutôt qu’en s’arrêtant à ce qu’ils ont de supérieur à une approche bancaire supposée être purement matérialiste. Ces modèles doivent aussi, non plus être marginalisés, mais être complètement intégrés à une stratégie plus vaste visant à combiner viabilités financière et institutionnelle.

25Là où la contribution à l’empowerment et à la réduction de la pauvreté est prouvée, même dans l’approche de la viabilité financière, on doit laisser une place à la négociation en ce qui concerne le délai pour atteindre la viabilité ; quels coûts on doit inclure dans le calcul de la viabilité financière ; quels sont les services qui doivent être considérés comme permanents ou et ceux qui sont exceptionnels et financés séparément. Les bailleurs de fonds, comme DfID-Royaume Uni, qui suivent l’approche de la viabilité ont également soutenu les services complémentaires et ont pris, dans leur politique, des engagements en faveur de l’empowerment. Des programmes de micro-crédit comme la Grameen Bank, considérés comme des types idéaux de modèle de viabilité, ont continuellement recherché des stratégies pour donner du pouvoir aux femmes de diverses façons. Dans certains contextes, même si des services de micro-crédit pourraient contribuer utilement à l’empowerment et à la réduction de la pauvreté, il est difficile d’atteindre la viabilité financière en raison, par exemple, des distances qui séparent les populations, des problèmes qui empêchent le développement des marchés, de l’extrême dénuement ou du manque de capacités. Même si cela ne doit pas justifier que l’on relâche les exigences quant au remboursement et la rigueur financière, on peut se poser des questions sur la moralité de faire porter tous les coûts du développement sur les populations très démunies. L’expérience des programmes, relatée lors des ateliers lors de la phase pilote du projet, propose une variété de stratégies permettant de combiner l’empowerment des femmes et les objectifs de viabilité, comme on le montre dans l’encadré suivant, et comme on l’a déjà dit par ailleurs (Mayoux, 1998).

Empowerment et viabilité financière : quelques solutions pour réduire les incompatibilités

Dimensions liées d’une approche plu large de la viabilité

26Critères :

  • financiers : calculés en termes économiques, cherchant un équilibre entre les coûts et les revenus ;

  • institutionnels : établis en terme de durabilité des organisations mises en place et/ou de la contribution à une amélioration plus générale des capacités du personnel et des clients.

27Niveau organisationnel :

  • le programme ;

  • les groupes de prêts et d’épargne ;

  • membres individuels.

28Dynamique :

  • maintien du status quo du programme ;

  • mécanisme durable de croissance du programme ;

  • développement, par un programme à la base, d’organisations indépendantes ou par les membres ;

  • établissement de liens avec d’autres institutions pour un accès durable aux ressources et aux services, par exemple donateurs, banques, secteur informel, mouvements de femmes.

Contribution éventuelle de l’empowerment à la viabilité

  • empowerment économique (revenu augmenté, contrôle du revenu, et accès aux ressources), qui réduit les échecs dans la mesure où les femmes peuvent mieux rembourser ;

  • bien-être accru : les femmes ont plus de qualifications (par exemple l’alphabétisation), plus de temps (par exemple moins de perte de temps à cause du mauvais état de santé des femmes elles-mêmes et des enfants, possibilité d’acheter des appareils permettant de gagner du temps), et plus de ressources pour contribuer au programme et aux groupes ;

  • empowerment social et politique : développe l’empowerment politique et le bien-être, et permet aux femmes de plus s’engager (par exemple grâce aux moindres restrictions de leurs mouvements ou de leurs contacts avec les hommes, à leurs plus grandes capacités organisationnelles, et aux contacts avec des réseaux).

Quelques stratégies de résolution des incompatibilités

29Conditions de l’obtention d’un micro-crédit :

  • l’approche dite “de la carotte” pour le remboursement : primes au remboursement, par exemple accord de crédits plus importants, rabais sur les taux d’intérêt, dont des prêts à des conditions préférentielles pour des activités lucratives non traditionnelles ;

  • condition stipulant que tous les actifs issus du prêt doivent être officiellement enregistrés au nom de la femme ;

  • option “à choix multiple” basée sur une consultation participative ;

  • création d’un sentiment de propriété et d’engagement à la viabilité du programme en accordant un fort retour sur l’épargne et/ou un contrôle par les femmes d’au moins certains actifs du programme ;

  • consultation participe et transparence quant à l’utilisation des revenus du programme, d’où une “valeur de l’argent” naissant des taux d’intérêt élevés.

30Des groupes formés pour l’obtention d’un micro-crédit peuvent être développés comme :

  • points de départ pour la formation ;

  • un forum d’échange d’informations ;

  • une base pour l’action collective locale ;

  • un réseau informel d’échange d’informations/d’action collective, au-delà du niveau local ;

  • des groupes locaux rassemblés en fédérations et mouvements plus larges.

31Réduction des coûts des services complémentaires :

    • 2 Pour une présentation de certaines questions, voir Goetz, 1992 ; MacDonald et al., 1997.

    intégration complète des questions2 de genre et d’empowerment dans toutes les formations des clients/membres et du personnel ;

  • lancement et soutien d’une éducation mutuelle et collective, et autres prestations de services par les clients/membres ;

  • subventions croisées en faisant payer des charges pour certains services aux clients les plus aisés ;

  • paiement de certaines charges pour tous les clients une fois qu’ils ont atteint un certain niveau ;

  • collaboration entre les organisations ;

  • demande de fonds permanents séparés auprès des donateurs.

Bibliographie

Abdulahi, H., “Women’s Entrepreneurship in the Informal Sector : A Study of Some Markets in Addis Ababa”, Paper prepared for the Sixth Annual Conference on the Ethiopian Economy, December 1996 Addis Ababa, 1996

Ackerly, B. A., “Testing the Tools of Development : Credit Programmes, Loan Involvement and Womens’s Empowerment”, IDS Bulletin, Vol 26, No 3, July 1995, pp. 56-68, 1995

ACORD, Background material for East Africa Credit Workshop, Bakuba, Tanzania, 1996

ACORD-Dire-Dawa Annual Report, 1996

ACORD, Port Sudan Annual Report 1996 and “Programme Document 1996-1998, 1996

ACORD-Kassala, Annual Report, 1995

Ahimbisibwe, T., “Rural Development Promotion Programme. Annual Report for the ACORD-Mbarara Credit Scheme”, ACORD-Mbarara, 1993

Albee, A., “The Impact of Credit and Savings : Cam Xuyen District, VietNam”, SCF, 1996

Amin, S., Port Sudan and Red Sea Field Trip Report, 1993

Ardener, S. & S. Burman (eds) Money-Go-Rounds : The Importance of Rotating Savings and Credit Associationsfor Women, Berg, Oxford, Washington D.C., U.S.A., 1995

Am, A.L. & Lily, F. B., Evaluation Report of Saptagram Nari Swanirvar Parishad, Oxfam, Oxford, 1992

Bangui, C.& Miankeol, D., Les Groupements de Femmes à Caractère Lucratif à N’Djamena. Etude diagnostique en vue de la mise en place d’un projet d’appui, mimeo, Swiss Aid, 1995

Basnet, P., Trip Report to Bangladesh, SCF rnimeo, 1995

Batliwala, S., Empowerment of Women in South Asia : Concepts and Practices FAO, Rome, 1993

Beck, T. & Stelcner, M. Guide to Gender-sensitive Indicators, CIDA, 1995

Berger, M. & M. Buvinic, Women’s Ventures : Assistance to the Informal Sector in Latin America, Kumarian Press, Boulder, CO, 1989

Berger, M., “Giving women credit : The strengths and limitations of credit as a tool for alleviating poverty”, World Development, 17 (7), 1989

Berger, M. “Key Issues on Women’sAccess to and Use of Credit in the Micro-and Smallscale Sector” in Dignard, L and Have J (eds) Women in Micro-and Small-scale Enterprise Development, IT Publications, 1995

Buckley, G., “Financing the Jua Kali Sector in Kenya : The KREP Juhudi scheme and Kenya Industrial Estates Informal Sector Programme” in Hulme and Mosley (eds), pp. 271-332, 1996

Bundell, K., “Microcredit : Small Loans to Meet the Needs of the Poor”, Viewpoint 11, Christian Aid, London, 1996”

Burkey, S., People First : A Guide to Self-Reliant. Participatory and Rural Development, Zed Press, London, 1993

CARE-International, Women’s Economic Development CARE-Kenya, mimeo 1996

CGAP, Microcredit interest Rates, Occasional Paper N 1, 1996 “

Checkland, P. and Scholes, J.., Soft Systems Methodology in Action, Chichester, John Wiley and Sons, 1990

Chen M. A., (ed), Beyond Credit : A Subsector Approach to Promoting Women’s Enterprises, Agha Khan Foundation Canada, 1996

Copestake, J., “Gandhian and Neoclassical Insights into Group Lending : A Case Study from the Tamil Nadu Countryside”, Journal of Rural Development 15(1) : 31-50, NIRD, Hyderabad, 1996

Copestake, J.,“Poverty-oriented financial service programmes : room of improvement ?”, Savings and Development, N 4 pp. 417-435, 1995

Carr, M., Chen, M. & Jhabvala, R., Speaking Out : Women’s economic empowerment in South Asia, IT Publications, 1996

Dichter, T. W., Sustainable Banking with the Poor : Case Study-Care Kenya, mimeo, CARE-Kenya, Nairobi, 1996

Dwyer, D. & and Bruce, J. (éds), AHome Divided. Stanford University Press, Stanford, 1988 Ebdon, R., “NGO Expansion and the Fight to Research the Poor : Gender” “implications of NGO Scaling-Up in Bangladesh”, IDS Bulletin. Vol 26, N 3, Iuly 1995

Everett, I. & M. Savara, “Institutional Credit as a Strategy Toward Self Reliance for Petty Commodity Producers in India” in A. M. Singh and A. Kelles-Viitanen (éds), op. cit. pp. 207-228, 1987

Everett, l. & M. Savara, “Institutional Credit as a Strategy Toward Self-reliance for Pett Commodity Producers in India : ACritical Evaluation”, in Afshar, op. cit. pp. 239-259, 1991 Gaile, G. & Foster, Review of Methodological Approaches to the Study of the impact of micro-enterprise Credit Programmes, AIMS, Washington, 1996

Gasim et al., Port Sudan Annual Report, 1995

Getu, M. (n.d.) “World Vision Experience in Botswana and Zimbabwe” World Vision, Zimbabwe

Gibbons, D. S. (ed), The Grameen Reader. Grameen Bank Dhaka, 1992

Gibson, A., ACORD Kassala and Port Sudan Programmes Evaluation Report, ACORD-UK, 1995

Goetz, A.M. & R. Sen Gupta, “Who Takes The Credit ? Gender, Power and Control over Loan Use in Rural Credit Programmes in Bangladesh”, World Development. Vol 24, N 1 pp. 45-63, 1996

Hadjipateras, A., ACORD Gender Evaluation-Final report, ACORD, London, 1996

Harper, A., Providing women in Baltistan with access to loans-potential and, problems, AKRSP Pakistan, 1995

Harper, A., An evaluation of credit activities with women in Chitral-potential and. problems, AKRSP Pakistan, 1996

Hashemi, S., Schuler, S & Riley, Al, “Rural Credit Programs and Women’s Empowerment in Bangladesh”, World Development, Vol. 24, N 4, pp. 635-653, 1996

Holcombe, S., Managing to Empower : the Grameen Bank’s Experience of Poverty Alleviation, Zed Press, London and New Jersey, 1995

Hulme, D., “Impact Assessment Methodologies for Micro-Finance : A Review”, CGAP Working Group Impact Assessment Methodologies, Report of Virtual Meeting April 7-19, 1997

Hulme, D. & Montgomery, R., “Cooperatives, credit and the poor : private interest, public choice and collective action in Sri Lanka”, Savings and development, XVIII(3) 359-82, 1994

Hulme, D., and Moseley, P., (éds), Finance Against Poverty, Routledge, London, 1996

International Women’s Tribune Centre, “Women, money and credit”, 1981

Jain, D., Women’s Quest for Power. Vikas, Ghaziabad, 1980

Johnson, S., Gender and Microfinance : guidelines for best practice, Action Aid, UK, 1997

Johnson, S. & B. Rogaly, Financial Services and Poverty Reduction, Draft, Oxfam and Action Aid, 1996

Kabeer, N., Reversed Realities : Gender H,ierarchies in Development Thought Verso, London, New York, 1994

Kabeer, N. & Murthy, R. K., Compensating for Institutional Exclusion ? Lessons from Indian Government and Non-Government Credit Interventions for the Poor, IDS Discussion Paper N 356, Brighton, 1996

Kandiyoti, D., “Bargaining with Patriarchy”, Gender and Society, Vol 2 N 3 pp. 274-90, 1988

Karamagi, L., “UGAFODE Ltd : A Micro-Finance Programme for Women’s Empowerment”, paper presented to Addis Ababa Workshop, 1997

Kebede, T., “Self help credit and savings groups of Omshileko peasant villages (an overview and trend analysis)”, World Vision International, Ethiopia, paper presented to Addis Ababa Workshop, 1997

Khan, N. & Stewart, E., Insitution-building and Development in Three Women’s Village Organizations : Participation, Ownership and Autonomy, Dhaka BRAC, 1992

Lakshman, M. T., Participatory Assessment of the Benefits of Self-Help Income generating Activities of the Sucharita Women Society on Families and Children, SCF-UK, 1996

Mayoux, L., (éd.), AIl Are Not Equal : African Women in Cooperatives. Institute for African Alternatives, London, 1988

Mayoux, L., From Vicious to Virtuous Circles ? Gender and Micro-Enterprise Development, UNRlSD Occasional Paper N 3, Geneva, 1995a

Mayoux, L., “Beyond Naivety : Women, Gender Inequality and Participatory Development : Some Thorny Issues”, Development and Change, 26 :235-258, 1995b

Mayoux, L., “Impact Assessment and Women’s Empowerment in Micro-finance Programmes : Issues for a Participatory Learning and Action Approach” paper produced for CGAPvirtual meeting on Impact Assessment of Micro-Finance Programmes, 1997a

Mayoux, L., Avoiding the Black Hole ? : NGOs and gender policy, UNRIS9, 1997b, forth-coming

Mayoux, L. & Anand, S., “Gender Inequality, Revolving Credit Societies and Sectoral Employment Strategies : Some Questions from the South Indian Silk Industry”, in S. Ardener & S. Burman (éds.), op. cit., 1995, forthcoming

Mayoux, L. & Johnson, S., Micro-Finance and Women’s Empowerment : Strategies for Increasing Impact, Report of workshop held January 13th-15th, Addis Ababa, Ethiopia, Action Aid, London, 1997

Mayoux, L., (éd.), Micro-Finance and Women’s Empowerment : Strategies for Increasing Impact, Report of workshop held April 9th-11th, Bangalore, India, Action Aid, London, 1997 Mensink, M., Women and Finance in Uganda : Low-income women respected business partners, SNV, The Hague, 1995

Molyneux, M., “Mobilization without Emancipation ? Women’s Interests, the State and Revolution in Nicaragua”, Feminist Studies, 11(2) : 227-54, 1985

Montgomery, R., Bhattacharya, D. & Hulme, D., “Credit for the Poor in Bangladesh”, in Hulme and Mosley (eds.), op. cit. pp. 94-176, 1996

Montgomery, R., “Disciplining or protecting the Poor ? Avoiding the Social costs of Peer Pressure in Micro-Credit Schemes”, Journal of Development. Vol. 8, N 2, Wiley, UK, 1996

Negassi, L., “National Union of Eritream Women : Outline of the Credit and Saving Scheme for Woment in Eritrea”, paper presented to Addis Abeba Workshop, 1997

Nelson, N., “The Kiambu Group : A Successul Women’s ROSCA in Mathare Valley, Nairobi (1971 to 1990)”, in Ardener and Burman (éds), op. cit. pp. 49-70, 1985

Nelson, N & Wright, S., Power and Participatory Development : Theory and Practice, Intermediate Technology Publications, London, 1995

Ngajja, E., Beijuka, J. & de la Rive Box, J., Uganda Women’s Finance and Credit Trust : Evaluation Report 1991-1993, UWFCT, Kampala, 1993

Noponen, H., Loans to the Working Poor : Alongitudinal Study of Credit, Gender and the household Economy, PRIE Working Paper N 6, Rutgers University, New Brunswick, 1990

Oketch in Buckley in Hulme and Montgomery

Olsen, W., “The charging of Interest in Micro-Enterprise Finance”, paper presented to the Annual Conference of Development Studies Association, Sept 11-13th, University of East Anglia, UK, 1997

Otero, M. & E. Rhyne (éds), The New World of Microenterprise Finance : Building Healthy Financial Institutions for the Poor, IT Publications, London, 1994

Pairaudeau, N., Savings and Loan Use Survey and Gender Impact Assessment of Uong Bi savings and Credit Scheme ; Action Aid Vietnam, 1996

Porter, B., Evaluation of Ky Anh Credit and Savings Program of Oxfam/UK and Ireland, Oxfam, 1997

Phillips. S.P., National Union of Eritrean Women Rural Credit Programme for Barka and Gash/Setit Provinces : Programme Description, NUEW, Asmara, 1994

RESULTS, The Micro-credit Summit February 2-4, 1997 Declaration and Plan of Action, RESULTS, Washington DC. 1997

Rogaly, B., “Micro-finance Evange1ism, ‘destitute women’, and the hardsel1ing of a new anti-poverty formula”, Development in Practice, Vol 6 N 2 pp. 100-112, 1996

Rhyne, E. & Otero, M, “Financial Services for Micro-enterprises : Principles and Institutions”, in Otero and Rhyne, op. cit, 1994

Rose, K., Where Women are Leaders : The SEWAMovement in India, London : Zed 1993 Rowlands, J. (1997)

Rugasira, L, “Uganda Women’s Finance and Credit Trust (UWFCT) Ltd : Self-sustainability and Economic Empowerment of Low-income Women”, paper presented to Addis Ababa Workshop, 1997

Rutherford, S, Leaming to Lend : Informal Credit and Savings Schemes in Bangladesh, SCF, 1993

Rutherford. S. & Arora, S., Almirahs full of pass-books : financial services and the poor in Cochin : AVisit Report, ODA, 1996

Sattar in Montgomery et al BRAC in Hulme and Moseley

Schuler, S., Hashemi, S. & Riley, A., “The Influence of Women’s Changing Roles and Status in Bangladesh’s Fertility Transition : Evidence from a Study of Credit Programmes and Contraceptive Use”, World Development, Vol. 25, N 4, pp. 563-575, 1996.,

Schuler, S., Hashemi, S. & Riley, A., “Men’s Violence Against Women in Rural Bangladesh : undermined or exacerbated by Micro-credit programmes ?”, Paper presented at the 1997 Population Association of America Annual Meetings Washington DC, March, 1997

Scully, N. D. & Wysham, D., The World Bank’s Consultative Group to Assist the Poorest : Opportunity or Liability for the World’s Poorest Women ? A Policy Critique, Institute for Policy Studies, Washington, 1997

Sebstad, J., Neill, C., Barnes, C., Chen, G., Assessing the Impacts of Micro-enterprise Interventions : AFramework for Analysis, USAID, 1996

Sen, G. & Grown, K., Development, Crises and Alternative Visions : Third World Women’s Perspectives, Earthscan Publications, London, 1988

Stallard, D., Institutionalising Gender : Observations on ACORD’s Port Sudan Small-Scale Enterprise Project, Sudan, 1996

Todd, H., Cloning the Grameen Bank : Replicating a Poverty Reduction Model in India, Nepal and Vietnam. IT Publications, 1996

White, S., Arguing with the Crocodile : Gender and Class in Bangladesh. Zed Press, London, 1992

White, S., “Bangladesh”, in Riddell, R. C. & M., Robinson (éds.), Non-governmental organizations and rural poverty alleviation. ODI/Claredon Press Oxford, pp. 101-137, 1995

Wiig, A., “Credit Expansion in Microcredit Programmes : Dilemmas and Feasible Methods of Studying Them”, Paper presented to CGAP Working Group on Impact Assessment Methodologies, April, 1997

World Bank, Implementing the World Bank’s Gender Policies ; Progress Report N I, March, World Bank, Washington, 1996

Yunus, M., Extracts from speeches, in Booth (éd.), op. cit., 1992

Notes

1 Le faible taux de réussite de AKRSP a été attribué au fait qu’on n’a pas employé ni formé de manière adéquate le personnel féminin que l’on a recruté (Harper, 1995). Un réduction du personnel féminin dans le projet ACORD-Soudan semble également avoir contribué à la baisse spectaculaire de la participation des femmes (Stallard, 1996).

2 Pour une présentation de certaines questions, voir Goetz, 1992 ; MacDonald et al., 1997.

Auteur

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable