Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre et économie : un premier éclairage

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

8. L'intégration du genre dans les politiques : quelques repères

Genre, croissance et lutte contre la pauvreté

C. Mark Blackden et C. Banu
Traduction de Emmanuelle Chauvet

Note de l’éditeur

Traduit de l’anglais. Texte original : World Bank, 1999 (Technical paper n° 428) (extraits).

This translation was not created by The World Bank and should not be considered an official World Bank translation. The World Bank shall not be liable for any content or error in this translation.

Texte intégral

Principaux thèmes, implications pour les orientations politiques, axes d’orientations politiques

Principaux thèmes

Implications politiques

Axes politiques

– les inégalités de genre subsistent dans l’accès et le contrôle des biens économiquement productifs nécessaires à la croissance

– les inégalités de genre limitent directement et indirectement la croissance économique dans les pays d’Afrique subsaharienne
– la plus grande vulnérabilité des femmes et leur plus grande peur du risque
– la question de l’égalité en elle-même
– la “pauvreté des investissements” plus forte pour les femmes
– l’importance de l’engagement politique en faveur de l’égalité de genre

– plus grande part des femmes dans la prise de décisions à tous les niveaux
– éducation et alphabétisation des femmes, développement de leurs compétences
– investissement dans des biens directement productifs pour les femmes : services financiers, technologie et intrants agricoles
– intégrer les droits de propriété/usage durable pour les femmes dans la réforme légale

– hommes et femmes ont des rôles structurels différents dans les économies des pays d’Afrique subsaharienne
– hommes et femmes ne sont pas également répartis dans les secteurs économiques

– “les modèles de croissance sectorielle induisent des demandes différentes pour le travail des hommes et des femmes et ont des implications différentes sur la division du travail et du revenu selon le genre” (D. Elson)

– cibler les secteurs où travaillent les femmes pauvres pour la croissance et l’amélioration de la productivité : assurer une plus grande attention aux secteurs “non marchands”, notamment l’agriculture de subsistance et le secteur informel urbain

– les économies “de marché” et “des ménages” coexistent et sont inter dépendantes
– il existe une marge de progrès considérable pour la productivité du travail tant dans l’économie de marché que dans celle des ménages

– risque à court terme de concessions intersectorielles et intergénérationnelles au sein des ménages démunis de biens et soumis à des contraintes de travail, par exemple entre la croissance (l’augmentation des revenus) et le développement humain (l’investissement dans l’ éducation)
– contraintes de temps (“double journée de travail pour les femmes)
– nécessité d’équilibrer les investissements à la fois dans l’économie de marché et dans l’économie des ménages (externalités)

– définir des priorités dans les investissements sectoriels afin d’améliorer la productivité
– approvisionnement en eau/ équipement sanitaire
– technologies de substitution au travail humain, essentiellement dans le traitement et la transformation des aliments
– moyens de transport intermédiaires
– énergie domestique

– des questions de données, dont celle de “l’invisibilité” de la plus grande partie du travail des femmes, limitent l’analyse et la compréhension des interactions genre/pauvreté
– la complexité des structures et relations des ménages limite l’analyse au niveau des ménages dans le suivi de la pauvreté et l’analyse des tendances

– une représentation “incomplète” de toute l’activité productive masque les interactions dynamiques et les potentielles synergies inter-sectorielles
– les ménages menés par des femmes ne sont pas forcément les plus pauvres
– les ménages les plus nombreux ne sont pas forcément les plus pauvres

– inclure le travail extra système comptable national dans l’analyse par pays
– développer des budgets temps pour hommes et femmes spécifiques à chaque pays
– développer les initiatives budgétaires des femmes
– analyse du taux de bénéfice des dépenses publiques
– décomposition des données et de l’analyse de la pauvreté en fonction du genre

Matrice des actions politiques-clés

Domaine politique

Actions-clés

Principaux acteurs

Principaux instruments

– participation active des femmes et des hommes dans la définition et la mise en œuvre des politiques de lutte contre la pauvreté

– direction et engagement politique en faveur de l’égalité des genres
– mise en œuvre des “initiatives de budget pour les femmes” suivant les axes du modèle sud-africain
– développement des compétences
– en insistant sur l’alphabétisation, le développement de compétences pour des organisations communautaires
– conscientisation et développement des compétences en matière de genre pour les décideurs politiques et les responsables de la mise en application
– développement d’instruments de réduction des inégalités de genre

– chefs de gouvernements
– donateurs : dia logue
– partenariats ONG/gouvernements/donateurs
– ONG, formation à la gestion à la base

– formulations de politiques, processus de dépenses publiques/budget
– mise en application de la Plateforme Afrique, des engagements des conférences de Pékin et du Caire, CEDAW
– “budgets pour les femmes”
– programmes de formation à la gestion pour la base

– améliorer la productivité du travail dans l’économie des ménages en réduisant la charge en temps du travail domestique ; ce qui aura un impact positif sur les investissements simultanés dans l’éducation et la santé

– investissement dans l’économie des ménages en accordant une priorité bien plus grande aux investissements destinés à réduire la charge en temps du travail domestique : approvisionnement en eau et équipement sanitaire, technologie de substitution au travail humain, énergie domestique, moyens de transport intermédiaires, promotion d’un meilleur équilibre homme-femme dans l’initiative des tâches domestiques
– améliorer l’accès des femmes et des hommes pauvres aux biens productifs tels que la terre, le crédit, l’information et les services

– gouvernements, axe d’action politique
– donateurs : secteurs et finance ment stratégiques
– organisations de développement communautaire – privilégiant la communauté – et infrastructure au niveau des ménages

– contrôle des dépenses publiques
– programmes de réforme légale/réglementaire
– réforme foncière

– éducation primaire pour tous
– alphabétisation fonctionnelle pour les femmes
– services de soins primaires et reproductifs

– soutien à l’investissement dans les services d’éducation et de santé de base

– gouvernement et donateurs
– partenariat avec le secteur privé
– ONG/société civile

– répartition des dépenses publiques

– soutien aux stratégies rurales de subsistance et amélioration de la productivité du travail humain dans ce secteur

– donner la priorité au secteur (“non marchand”) de l’alimentation en insistant sur la sécurité alimentaire des ménages dans la recherche et l’extension agricole, et dans les programmes sectoriels agricoles (meilleur équilibre avec la promotion des exportations)
– faciliter l’accès des femmes et des hommes pauvres à la technologie appliquée à la production et aux services financiers appropriés
– réforme légale intégrant les questions de genre et insistant sur l’amélioration de la sécurité foncière et des droits de propriété des femmes

– ministères de l’Agriculture
– partenariats des donateurs
– ONG/organisations communautaires
– institutions des donateurs et des pays se consacrant au développement et à diffusion de la technologie
– système judiciaire/loi coutumière
– système bancaire, institutions financières formelles et informelles

– réforme du système financier et programmes de (micro) crédit
– programmes de réforme légale
– program mes de réforme foncière

– intégration de la perspective de genre dans les statistiques par la prise en compte du travail non rétribué et domestique dans les comptes nationaux, et dans le suivi et l’analyse de la pauvreté

– modules de genre dans les enquêtes ménages
– inclusion de l’économie des ménages dans le système de comptes nationaux (SNA)
– budgets temps spécifiques à chaque pays

– offices nationaux de la statistique en partenariat avec les donateurs
– réforme des systèmes de compte nationaux étendue à tout le système des Nations unies
– instituts de recherche locaux

– systèmes de suivi de la pauvreté
– développer et appliquer des modules de genre dans les prochaines enquêtes en Afrique subsaharienne
– analyse du taux de bénéfice des dépenses publiques

Auteurs

Emmanuelle Chauvet (Traducteur)

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable