Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre et économie : un premier éclairage

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

8. L'intégration du genre dans les politiques : quelques repères

L’intégration transversale de la problématique genre et développement par la Banque mondiale

État d’avancement et recommandations

Caroline O. Moser, Annika Tornqvist et Bernice van Bronkhorst
Traduction de Emmanuelle Chauvet

Note de l’éditeur

Traduit de l’anglais. Texte original : Caroline O. Moser, Annika Tornqvist, Bernice van Bronkhorst Mainstream Gender and Development in the World Bank : Environmentally and Socially Sustainable Development, Progress and Recommendations Washington, The World Bank, 1999 (Work in progress for public discussion) (extraits).

This translation was not created by The World Bank and should not be considered an official World Bank translation. The World Bank shall not be liable for any content or error in this translation.

Texte intégral

Composantes possibles d’une analyse de genre

Composante

Description

Évaluation des besoins

– Quels sont les besoins prioritaires pour les hommes et les femmes ?
– Quelles sont les causes sous-jacentes du problème ?
– Comment peut-on traiter ces problèmes ?
– Quels sont les problèmes qui peuvent être résolus au niveau local ?
– Quels sont ceux qui demandent une intervention extérieure ?

Profil d’activités

Qui fait quoi ?
– Que font les femmes, les hommes et les enfants ?
– Quand le font-ils – quotidiennement ? de façon saisonnière ?
– Où cette activité est-elle menée ?
– Quel et le degré de flexibilité ou de rigidité de la division du travail ?

Profil de ressources, d’accès et de contrôle

– Quelles ressources sont disponibles pour que les hommes et les femmes mènent leurs activités ?
– À quelles ressources (terre, produits, connaissance, argent, outils, institutions) ont accès les hommes et les femmes (lesquelles utilisent-ils) ?
– Quelles ressources contrôlent-ils (elles), qui a le pouvoir de décider si une ressource est utilisée, comment elle est utilisée et comment elle est distribuée ?

Analyse des profits et motivations

– L’analyse des profits fait référence aux ressources, à l’accessibilité et au contrôle, et se prolonge vers une analyse du contrôle des produits et profits
– L’analyse des motivations puise dans les préférences des utilisateurs, les valeurs accordées aux produits, et les risques encourus, qui influencent la motivation
– Les facteurs de motivation comprennent : les goûts, le risque, la commodité, les économies de temps, la réduction des tensions, le potentiel de commercialisation, le prestige, les produits dérivés

Analyse institutionnelle (a) Dynamiques internes aux ménages

– Analyse de genre des institutions sociales
– Le ménage est un système de distribution des ressources
– Tous les membres d’un ménage ont des rôles, des compétences, des intérêts, des besoins, des priorités, un accès et un contrôle différent des ressources
– Toute intervention de développement qui concerne un des membres du ménage va affecter tous les autres membres positivement ou négativement
– Il est important de comprendre ces relations d’interdépendance – les droits, responsabilités, obligations et modèles d’interactions entre les membres du ménage

(b) Relations entre les ménages

– Individus et ménages appartiennent à des groupes plus larges (tels que des groupes professionnels ou religieux ou les familles élargies)
– Au sein de ces groupes ils s’engagent dans des échanges de main d’œuvre, des flux de produits et d’autres groupes unis autour des stratégies de survie
– Il est important de comprendre l’organisation sociale de ces réseaux élargis et les différences de rôles, de fonctions et d’accessibilité selon le genre

Contraintes et perspectives institutionnelles

– Les politiques, les lois, les réglementations et les procédures, du niveau des agences nationales au niveau communautaire
– L’organisation, la responsabilité, les activités, la formation, le genre, la mobilité et les compétences du personnel des agences
– Procédures de planification et d’évaluation

Sources : CEDPA (1996) ; Kabeer (1994) ; Derbyshire (1996) ; Moser (1989, 1993) ; Overholt (1985)

Vers un marché mondial intégré
Les transformations récentes du système économique mondial sont sujettes à différentes appellations, renvoyant à des interprétations voisines. Ainsi en est-il, dans le monde francophone, des termes de mondialisation de l’économie et de globalisation. Le premier renvoie plutôt à une vision en terme spatial l’expansion du système économique capitaliste aux limites de l’espace mondial tandis que le second insisterait plus sur le degré d’intégration des différents acteurs du système. Ces différences ne sont pourtant pas nettes et un auteur comme Jacques Adda, définissant la mondialisation de l’économie, évoque aussi bien “l’emprise du capitalisme sur l’espace mondial” et “l’intégration croissante des parties constituant le tout de l’économie mondiale” (J. Adda, 1996, 3-4). Au-delà des notions et de leurs usages, il est important de mettre à jour la nature et la signification des mutations à l’œuvre, d’analyser cette mondialisation, ou globalisation, comme un processus de contournement, de délitement et, pour finir, de démantèlement des frontières physiques et réglementaires faisant obstacle à l’accumulation du capital à l’échelle mondiale.
Généralisation des idées et des programmes de retour au marché (libéralisation, privatisation et déréglementation), intégration financière mondiale, croissance des firmes multinationales (fusions, pratiques managériales visant à réduire les effectifs, stratégies globales), innovations technologiques (révolution dans les domaines de l’information et de la communication), sont les principaux moteurs d’un nouveau capitalisme, libéré des entraves et des contraintes posées par les Etats et les collectivités.
In : Alternatives Sud, 1999, Comment se construit la pauvreté, CETRI-L’Harmattan, Paris

Auteurs

Emmanuelle Chauvet (Traducteur)

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable