Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre et économie : un premier éclairage

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

8. L'intégration du genre dans les politiques : quelques repères

Les “budgets genre”

Gender Budgets

Patricia Alexander et Sally Baden
Traduction de Emmanuelle Chauvet

Note de l’éditeur

Traduit de l’anglais. Texte original : Gender Budget in: Patricia Alexander, Sally Baden. Glossary Gender and Macroeconomics Bridge (University of Brigton, Institute of development studies, en collaboration avec GTZ, Coopération technique allemande), février 2000 (extraits).

Texte intégral

1Les budgets genre, les budgets “intégrant une perspective genre” ou les “budgets pour les femmes”, font référence à divers processus et outils qui tentent d’évaluer l’impact des budgets gouvernementaux, essentiellement au niveau national, sur différents groupes d’hommes et de femmes en tenant compte des façons dont les relations de genre sous-tendent la société et l’économie. Les initiatives de budgets genre ou de budgets pour les femmes ne sont pas des budgets séparés à destination des femmes. Ils incluent l’analyse des dépenses affectées aux questions de genre (par exemple des programmes spécifiques pour les femmes) ; ils décomposent l’impact selon le genre des dépenses générales dans tous les secteurs et services ; et ils passent en revue les politiques d’égalité des chances et de distribution équitable au sein des services gouvernementaux. Le premier “budget pour les femmes” a été élaboré par le Gouvernement fédéral en Australie en 1984. En 1995, des parlementaires, des ONG et des chercheurs en Afrique du Sud lancèrent une initiative pour un budget des femmes et en 1997 le gouvernement sud-africain y donna suite. Des initiatives en faveur de budgets intégrant une perspective selon le genre, à la fois au sein et en dehors du gouvernement, sont en cours dans des pays aussi divers que le Canada, la Tanzanie, le Royaume-Uni et le Zimbabwe. Généralement, les tentatives pour influencer la distribution budgétaire des gouvernements en faveur d’une plus grande équité ont remporté plus de succès là où l’engagement politique en faveur de l’équité est le plus partagé, et là où les budgets intégrant une perspective genre ont des défenseurs au sein des gouvernements ou des parlements. Récemment des efforts ont été faits pour augmenter la connaissance populaire des processus budgétaires, y compris chez les femmes, dans le but de renforcer ces efforts (voir par exemple Hurt et Budlender).

2Un certain nombre d’outils utilisables pour l’analyse des budgets adaptés au genre a été identifié, dont : une estimation des politiques prenant en compte le genre ; une évaluation des bénéfices décomposée selon les genres ; une analyse de l’impact économique des dépenses publiques détaillée selon le genre (voir analyse de l’impact économique) ; une analyse de l’incidence fiscale décomposée selon les genres ; une analyse décomposée selon les genres de l’impact du budget sur l’utilisation du temps ; un cadre de politique économique à moyen terme qui tienne compte du genre ainsi que des spécifications budgétaires intégrant la perspective genre (Elson, 1997a).

3Jusqu’à maintenant, l’évaluation des politiques tenant compte des questions de genre est la principale technique adoptée. Elle implique d’identifier les questions de genre explicites ou implicites dans des secteurs ou programmes particuliers, d’identifier la distribution des ressources adoptée dans ces secteurs et d’estimer si la politique/distribution des ressources existantes va maintenir ou modifier les inégalités entre hommes et femmes. Par exemple, en Afrique du sud, une proportion plus forte de femmes que d’hommes est illettrée, ce qui suggère qu’une distribution plus large des ressources publiques en faveur de la formation des adultes mènera à une plus grande équité. De même, les femmes sont plus susceptibles de travailler dans le secteur informel que les hommes, ce qui implique d’accorder un soutien plus grand aux petites et microentreprises si on souhaite que les femmes bénéficient des budgets des départements du commerce et de l’industrie.

4L’analyse des budgets prenant en compte les questions de genre nécessite des données permettant d’évaluer les entrées (par exemple la répartition du budget ou du personnel), les produits (bénéficiaires) et les effets (par exemple une meilleure santé, une meilleure éducation ou une plus grande disponibilité du temps). Cela nécessite des données décomposées selon le genre, par exemple sur l’utilisation des services, sur l’utilisation du temps, l’état de santé, le niveau d’éducation et l’emploi.

5Actuellement, certains pays du Commonwealth conduisent des essais pilotes d’intégration de la perspective genre au sein du ministère en charge du budget, de telle sorte qu’un rapport des dépenses intégrant la perspective genre soit soumis aux autorités nationales en même temps que le budget. Un tel rapport impliquerait que le ministère rende compte de la part des dépenses dévolue à des objectifs d’égalité des genres ; qu’il indique quels sont les services publics identifiés comme susceptibles d’aider à réduire les charges qui pèsent sur les femmes ; qu’il rende compte de la part des dépenses qui est affectée à un ministère ou à une “administration” des relations de genre ; et qu’il présente un bilan des transferts prioritaires de revenu, de l’emploi dans le secteur public et de certains secteurs spécifiques.

La Pauvreté
– Plus du quart de la population des pays en développement continue à vivre dans la pauvreté. A peu près un tiers – 1 300 millions de personnes – vit avec un revenu inférieur à un dollar par jour.
– L’Asie méridionale détient le plus grand nombre de personnes vivant dans la pauvreté : 515 millions. En Asie méridionale, Asie orientale, Asie du sud-est et dans le Pacifique, vivent plus de 950 millions des 1300 millions de pauvres économiques dans le monde.
– L’Afrique au sud du Sahara a la plus importante proportion de personnes vivant dans la pauvreté et le taux le plus rapide d’augmentation de ce groupe. Quelque 220 millions d’habitants de la région sont pauvres économiquement. De plus, on estime qu’en l’an 2000, la moitié de l’Afrique subsaharienne vivra dans la pauvreté.
– En Amérique latine et dans la Caraïbe, la pauvreté économique affecte 110 millions de personnes et continue à croître.
– L’Europe orientale et les pays de la communauté des Etats indépendants (CEI) ont vécu la plus forte détérioration, au cours de ces 10 dernières années. La pauvreté économique s’est diffusée d’un secteur réduit de la population à environ un tiers de celle-ci : 120 millions de personnes sous la ligne de pauvreté des 4 dollars par jour.
– Dans les pays industrialisés, plus de 100 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté, établi sur base de la moitié du revenu moyen individuel. Plus de 37 millions sont sans emploi.
In : PNUD, 1997, Rapport sur le développement humain (extraits)
Outils d’intégration de la perspective de genre dans les budgets nationaux
Six outils et techniques ont été identifiés pour combler le déficit d’ information :
– Des évaluations des bénéfices détaillées selon les genres servent à évaluer les représentations des femmes et des hommes, en tant que bénéficiaires potentiels des dépenses publiques, sur les façons dont les formes actuelles de service répondent à leurs besoins.
– Une analyse du taux d’incidence des dépenses publiques détaillée selon les genres considère dans quelle mesure les hommes et les femmes, les filles et les garçons profitent des dépenses affectées aux services publics.
– Des évaluations détaillées selon les genres des politiques induites par les dépenses publiques donnent une évaluation des politiques sous-jacentes aux affectations budgétaires en terme d’impact potentiel sur les femmes et les hommes.
– Des documents budgétaires tenant compte des questions de genre montrent les effets escomptés des estimations de dépenses globales et par ministère sur les inégalités de genres.
– Une analyse détaillée selon les genres des interactions entre les budgets financiers et en temps montre les effets du budget national sur les budgets temps des ménages, afin de révéler les effets macro-économiques du travail non rétribué sur la reproduction sociale.
– Des scenarii de politique économique détaillés selon les genres et à moyen terme déterminent un cadre politique reconnaissant que les femmes et les hommes participent à l’activité économique de différentes manières, qu’ils contribuent de différentes façons aux résultats macro-économiques, et que les politiques macro-économiques ont des impacts différents sur eux en termes de coûts et de bénéfices.
In : World Bank, 1999, Technical Paper, n° 428
Traduit par Emmanuelle Chauvet

Auteurs

Emmanuelle Chauvet (Traducteur)

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable