Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre et économie : un premier éclairage

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

8. L'intégration du genre dans les politiques : quelques repères

Les apports du travail de Diane Elson : concepts et sources

M. A. de Ruyter van Steveninck et A. W. de Groot
Traduction de Emmanuelle Chauvet

Note de l’éditeur

Traduit de l’anglais. Texte original : M. A. de Ruyter van Steveninck, A. W. de Groot Gender and Economic Development : The Work of Diana Elson, The Hague, Ministry of Foreign Affairs, 1998 (extraits).

Texte intégral

1. Des objectifs contradictoires

1Les rapports sur la situation économique des pays en développement omettent les liens qui existent entre les modèles d’égalité de genre et les résultats en matière de croissance économique durable et de développement humain. Les inégalités de genre sont souvent abordées dans le cadre des évaluations des projets de développement, mais non comme obstacles au développement.

2Actuellement, la plupart des agences de développement essaient, simultanément, d’atteindre plusieurs objectifs à la fois, comme la réduction de la pauvreté, la conservation de l’environnement, la croissance économique, la stabilité macro-économique, et l’amélioration de la position des femmes. Ces variables sont en corrélation, à la fois négativement et positivement.

3Dans le premier cas, ces objectifs sont souvent contradictoires et on trouve des résultats secondaires négatifs. Cela signifie que les progrès dans un domaine vont se faire aux dépens d’un autre domaine. Un exemple bien connu est celui de la croissance économique qui se produit au détriment de l’environnement durable. Dans ce cas, on doit faire un choix, qui restera toujours en grande partie arbitraire.

4Dans le deuxième cas, les liens sont positifs. Par exemple, une recherche sur les petits cultivateurs de café et de bananes en Tanzanie a montré qu’une réduction du temps de travail des femmes peut faire augmenter les revenus en espèces du ménage de 10 %, la productivité de la main d’œuvre de 15 %, et la productivité du capital de 44 %. On peut trouver des liens similaires en matière d’éducation et de santé. Même lorsque ces liens positifs existent, l’agent de développement doit tout de même décider dans quel domaine il investit ses fonds, car il peut exister plus d’une voie vers l’amélioration à la fois du bien-être des femmes et d’autres indicateurs de développement.

5En général, il est utile de faire la distinction entre (1) les réformes économiques qui améliorent directement le bien-être des femmes et (2) celles qui le font indirectement. D’une part, des mesures peuvent être prises directement à l’intention des femmes, en ciblant les aides publiques ou les possibilités d’éducation, ou par la disponibilité du crédit, etc. spécialement pour les femmes. D’autre part lorsque les réformes économiques favorisent des hausses de revenu pour les familles, elles peuvent leur permettre, par exemple, de donner aux filles le même niveau d’éducation qu’aux fils.

6Pour pouvoir faire ces choix, il est important que les liens qui ont été évoqués plus haut soient identifiés. Le but de cet article est d’établir le modèle des moyens par lesquels le genre à la fois touche les autres variables de développement et est touché par elles, tant négativement que positivement. Par conséquent, les politiques économiques doivent aussi être jugées sur la base d’indicateurs sociaux.

2. De l’ignorance à la prise en compte des questions de genre

7Il existe quatre méthodes pour rendre compte des aspects de genre dans une structure économique : (1) rendre visible l’économie domestique (“care economy”) non rémunérée ; (2) désagréger les structures et les décisions selon les différences de genre ; (3) reconnaître les distorsions découlant du genre ; (4) reconnaître les préjugés institutionnels basés sur le genre.

2.1 L’économie non rémunérée

  • 1 Pour l’économie de biens marchands, les termes “économie productive” et “économie marchande” sont é (...)

8Dans ce cadre, on peut subdiviser l’économie en “économie de bien smarchands” (caractérisée par l’existence de transactions financières), dont la production est vendue sur les marchés et comme biens publics, et “l’économie domestique” (caractérisée par des activités non financières), dont la production n’est pas vendue sur les marchés mais reste au sein des familles et des communautés1. L’économie de biens marchands est prise en compte dans le système comptable national, alors que l’économie domestique ne l’est pas, ce qui la place sur le même plan que l’économie clandestine ou souterraine.

9L’essentiel du travail des femmes se déroulant dans l’économie domestique, une grande partie de ce travail est délibérément rendue invisible. Cela ne signifie pas que la production de l’économie domestique ne peut être mesurée (elle peut l’être, soit en temps, soit en argent), mais seulement qu’il va falloir consentir des efforts pour le faire. En fait, certains pays ont déjà commencé à produire des “comptes satellites” pour le travail non rétribué et communautaire.

10Il serait utile de présenter l’économie comme une structure influencée par le genre. L’intégration de l’économie domestique dans le cadre économique global a des conséquences aux niveaux macro, meso et micro-économique :

  • au niveau macro, bien qu’hommes et femmes travaillent dans les deux types d’économies, l’économie de biens marchands emploie relativement plus d’hommes et l’économie domestique est relativement plus dominée par les femmes ;

  • au niveau meso, les lois, les normes et les règles qui orientent les services publics et les marchés sont influencés par les questions de genre. Les hommes et les femmes ont des droits différents à bien des égards. Par conséquent, les hommes et les femmes ont un accès différencié aux possibilités offertes par les services et les marchés publics ;

  • au niveau micro, les hommes et les femmes, comme les garçons et les filles, ont des rôles et des responsabilités différents au sein des ménages.

Le genre dans les décisions économique

11À différents niveaux de prise de décision, on peut discerner des déséquilibres de genre :

  • au niveau macro, la politique économique est en général un domaine masculin ;

  • au niveau meso, les hommes ont souvent le monopole des rôles dirigeants, laissant aux femmes les activités de soutien ;

  • au niveau micro, des conflits entre hommes et femmes peuvent avoir lieu au sein des ménages.

Les préjugés induits par les questions de genre

12La discrimination contre les femmes peut prendre diverses formes :

  • marchés du travail. Des salaires plus bas parce qu’on sous-estime la productivité des femmes ;

  • marchés du crédit. Des taux d’intérêt plus haut parce qu’on surestime les risques (on sous-estime les bénéfices) des prêts aux femmes ;

  • discrimination due à l’absence de marché, tant pour les produits de l’économie domestique que pour ceux de l’économie de biens marchands. La plus grande part du travail des femmes n’étant pas rétribuée, son prix (ou son coût d’opportunité) semble être nul. Les préjugés de prix induits par le genre mènent à des économies erronées. Les décideurs économiques qui ont pour but d’améliorer l’efficacité économique globale devraient savoir que les coûts réels du travail des femmes (rétribué et non rétribué) sont souvent invisibles.

Les préjugés institutionnels

13Les préjugés institutionnels surgissent lorsque des institutions (telles que les écoles, les hôpitaux, les bureaux du gouvernement) fonctionnent de façon impropre en agissant de telle sorte qu’ils maximisent les bénéfices pour certains groupes d’intérêt, souvent ceux qui contrôlent ces institutions.

14Par exemple, des normes favorisant les hommes dans la distribution des emplois peuvent optimiser les bénéfices pour les employés masculins, mais ne maximisent pas la contribution de l’organisation à la société dans son ensemble, parce qu’elles débouchent sur le gaspillage des compétences des femmes. En général, les normes favorisant les hommes dans la distribution des dépenses publiques engendrent la reproduction et non la diminution des inégalités de genre. Ces modèles de dépenses publiques n’ont pas nécessairement à être planifiés pour favoriser les hommes ; ils découlent typiquement de normes favorisant des hommes en matière de priorités et de procédures.

15Sur de nombreux marchés, les normes définissant la façon de faire des affaires, avec qui il est opportun de négocier, d’échanger des informations et de conclure des contrats, débouchent sur l’exclusion ou la marginalisation des femmes.

16Les distorsions et préjugés évoqués précédemment ont pour conséquences :

  • une sur-utilisation relative du temps des femmes. Dans le plupart des pays en développement, les journées de travail des femmes pauvres sont bien plus longues que celles des hommes ;

  • un relatif sous-investissement pour l’amélioration de la productivité des femmes ;

  • un revenu des femmes trop faible en termes relatifs.

3. Quelles données sont nécessaires ?

17Des données supplémentaires sont nécessaires pour rendre opérationnel un cadre macro, micro et meso économique prenant en compte les questions de genre. Au niveau macro, la tâche la plus importante est de trouver des données relatives au secteur informel. Les thèmes les plus importants sont la composition de la main d’œuvre selon le genre dans la production de biens alimentaires et les exportations-clés. Le Rapport sur le développement humain du PNUD apporte des données sur l’utilisation du temps par les hommes et les femmes dans les économies incluant des biens marchands et sociaux, avec une sous-division urbain/rural.

18Au niveau meso, on a besoin de données tant sur les services publics que sur les marchés. C’est ici que se situent les questions pertinentes. Comment les hommes/femmes profitent-elles/ils des dépenses publiques, comme l’accès aux services et aux contrats de marchés publics ? Quels sont les coûts de ces services en termes d’argent et de temps ? En ce qui concerne les recettes publiques, comment le prélèvement des impôts affecte-t-il les hommes et les femmes ? En général, les impôts sur le revenu ont un plus fort impact sur les hommes alors que les impôts indirects tels que la TVAtouchent plus fortement les femmes.

19Des données sur le secteur privé (des marchés) sont également importantes, avec par exemple des questions relatives aux marchés de la main-d’œuvre, des biens et du crédit. Quelle est la part de l’acheminement vers le marché qui est prise en charge par les femmes ? Les hommes et les femmes ont-ils un accès égal à l’emprunt ? En général, les femmes sont-elles en position plus faible de négociation que les hommes ?

20Au niveau micro, les données nécessaires sont relatives aux entreprises, aux communautés et aux ménages. Comment se présentent, au sein des sociétés, la division du travail et de la propriété selon le genre ? Comment se présente la structure interne des ménages : les décisions de dépenses sont-elles prises conjointement, et le revenu est-il mis en commun ?

21À tous les niveaux, il est important de découvrir qui prend les décisions, et qui contrôle les institutions, les revenus et les dépenses.

4. Les aspects de genre des réactions aux politiques et le rôle de l’aide au développement

22Les agents économiques masculins et féminins répondent-ils différemment aux réformes ? Il est possible que les coûts à court terme des réformes soient transférés de l’économie de biens marchands à l’économie domestique. Par exemple, avec les réductions de personnel dans le secteur public, certains services que ce secteur produisait auparavant doivent désormais être pris en charge par les femmes dans l’économie domestique.

23Dans leurs politiques d’aide, les bailleurs de fonds ont en général accordé une grande attention à effacer divers types de distorsion de prix, mais ont négligé les préjugés liés au genre. On devrait introduire dans les dialogues sur la politique des discussions sur la signification qu’ont ces préjugés et sur les mesures pour les abolir. De cette façon, l’aide pourrait servir à soutenir les décideurs politiques du gouvernement et de la société civile qui cherchent à traiter les préjugés et les distorsions de genre limitant le développement durable. […]

Notes

1 Pour l’économie de biens marchands, les termes “économie productive” et “économie marchande” sont également utilisés et interchangeables. De même, pour “l’économie domestique”, les termes “économie reproductive” et “économie non marchande” sont utilisés. Toutes les classes de termes sont essentiellement les mêmes. Dans cet article, nous avons opté pour le terme “non marchande”.

Auteurs

Emmanuelle Chauvet (Traducteur)

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable