Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre et économie : un premier éclairage

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

7. “Conflits autour du crédit”

Vers un nouveau paradigme dans les programmes de micro-crédit

“L’Empowerment” des femmes contre la viabilité ? (première partie)

Linda Mayoux

Note de l’éditeur

In : Yvonne Preiswerk (ed), Anne Zwahlen (collab.) Les silences pudiques de l’économie : Economie et rapports sociaux entre hommes et femme, Genève, Berne, IUED (Institut universitaire d’études du développement et de la coopération). Département des affaires étrangères),1998, p. 73-97 (extraits).

Note de l’auteur

Cette présentation s’appuie sur les résultats d’un projet de recherche pilote financé par le Small Enterprise Development Fund, DfID-UK, et coordonnée par Action Aid et un comité d’organisation d’ONG britanniques comprenant ACORD, CAFOD, CARE-International, Christian Aid, Friends of ASSEFA, Oxfam, Opportunity Trust, Save the Children, WOMANKIND et World Vision. Il résume un article plus long (Mayoux, 1998).

Texte intégral

  • 1 Consultative Group to Assist the Poorest est une importante initiative de collaboration internation (...)

1Le financement des programmes de micro-crédit au bénéfice d’un grande nombre de femmes va augmenter dans les années 1990, sous l’impulsion du CGAP1. La littérature préparée à l’occasion du sommet pour le micro-crédit, à Washington en février 1997, ainsi que de nombreuses propositions de crédits émanant des donateurs et des ONG présentent de façon très positive des programmes de micro-crédit. Ces programmes sont de plus en plus nombreux, touchent une population de plus en plus large, et sont souvent financièrement indépendants ; un grand nombre de femmes en sont les bénéficiaires, et ces programmes contribuent grandement à la réduction de la pauvreté et à l’empowerment (l’accès au pouvoir) des femmes. Pourtant, en parallèle, et souvent en marge de ce courant d’enthousiasme, certains chercheurs ont remis en cause ce constat selon lequel les femmes bénéficient des services de micro-crédit (Everett & Savara, 1991 ; Goetz & Sten Gupta, 1996 ; Mayoux, 1995a). Certains avancent en effet que les modèles actuels du microcrédit, qui placent au cœur de leur action la viabilité financière, concentrent les fonds aux dépens de stratégies qui seraient plus efficaces pour l’empowerment (Ebdon, 1995) et/ou la réduction de la pauvreté (Rogaly, 1996).

[…] L’empowerment des femmes et la micro-finance : éléments d’une stratégie de genre

2On sait que le concept d’empowerment suscite des débats. Il s’agit d’une expression fourre-tout qui a été adoptée dans des discours qui se basaient sur des compréhensions très différentes du développement. Dans la littérature sur la micro-finance, on donne à l’empowerment trois significations distinctes dans le cadre des paradigmes (voir l’encadré 1) :

Encadré 1 : Empowerment et viabilité : opinions et paradigmes
Opinions sur la relation entre empowerment et viabilité :
– optimisme quant à la possibilité d’un développement global des programmes de micro-crédit qui donnent du pouvoir aux femmes ;
– reconnaissance des limites des modèles existants, mais affirmation de la possibilité d’identifier des stratégies viables susceptibles de minimiser les conséquences négatives et d’améliorer la contribution à l’empowerment ;
– présentation des programmes de micro-finance viables financièrement comme importants par ce que stratégie possible pour la réduction de la pauvreté, et de l’empowerment comme une question qui doit être traitée par d’autres moyens ;
– accent mis sur le fait que les programmes de micro-finance reçoivent trop de fonds, au détriment de stratégies qui seraient plus efficaces pour l’empowerment.
Paradigmes sous-jacents :
Paradigme de la viabilité financière
– Origines et inspirations principales : prépondérant actuellement dans la plupart des agences donatrices, sous-jacent dans les modèles de micro-finance défendus dans les publications d’USAID et de CGAP, et principale inspiration du Sommet du Micro-crédit à Washington en février 1997. L’explication la plus détaillée de ce paradigme est donnée par Rhyne & Otero (1994).
– Motif du choix des femmes comme groupe cible : considérations d’efficacité grâce au haut taux de remboursement des femmes.
– Principal objectif de cette politique : mise en place des programmes de micro-finance viables, améliorant l’accès aux services de micro-crédit pour un grand nombre de démunis
Empowerment : empowerment économique, plus grandes possibilités de choix individuel et plus grande capacité d’indépendance financière.
– Viabilité : viabilité financière du programme.
Paradigme de la réduction de la pauvreté
– Origines et inspirations principales : programmes intégrés de lutte contre la pauvreté par le développement communautaire.
– Motif du choix des femmes comme groupe cible : parce que le taux de pauvreté est plus grand parmi les femmes, et parce que les femmes sont responsables du bien-être du foyer.
– Principal objectif de cette politique : la micro-finance comme partie d’un programme intégré de lutte contre la pauvreté et la vulnérabilité et pour l’amélioration du bien-être pour les foyers les plus pauvres.
Empowerment : bien-être accru, développement communautaire et autonomie (financière).
– Viabilité : mise en place d’institutions participatives au niveau local, dans un but d’autonomie communautaire à long terme et d’autodétermination pour les démunis.
Paradigme de l’empowerment des femmes
– Origines et inspirations principales : le mouvement international des femmes (Sen & Grown, 1988) est sous-jacent dans les politiques de genre de nombreuses ONG et dans les perspectives de certains consultants et chercheurs dans le domaine de l’impact des programmes de micro-crédit sur les genres (par exemple Johnson, 1997). Ce paradigme n’a pas été imposé par le Nord, mais il est au contraire solidement enraciné dans le développement de certains des premiers programmes de micro-crédit dans le Sud, en particulier SEWAet WWF en Inde.
– Motif du choix des femmes comme groupe cible : égalité entre hommes et femmes, et droits de l’homme.
– Principal objectif de cette politique : le micro-crédit comme point de départ pour l’empowerment économique, social et politique des femmes.
– Empowerment : transformation des relations de pouvoir dans toute la société.
– Viabilité :
développement d’organisations participatives et indépendantes de femmes, en relation avec un mouvement plus large des femmes, dans le but d’une transformation des relations entre les genres.

  • L’empowerment économique individuel : dans le paradigme de l’autonomie financière, on suppose que le fait d’augmenter l’accès des femmes aux programmes de micro-crédit financièrement viables va leur permettre d’augmenter leur revenu par la micro-entreprise, et d’accroître leur contrôle sur le revenu et les ressources. On suppose alors que cet empowerment contribue au bien-être des femmes et des enfants et donne aux femmes les moyens de stimuler les changements plus vastes qu’elles désirent, dans le domaine social et politique. On trouve en filigrane l’hypothèse que ces changements peuvent se produire sans que l’on apporte de soutien explicite aux femmes au sein du foyer ou pour des changements d’ordre social et politique plus vastes dans les relations de genre et de classe.

  • L’amélioration du bien-être : dans le paradigme de la réduction de la pauvreté, l’accès plus large des femmes au micro-financement est vu comme un moyen de leur donner un meilleur statut au sein du foyer et de la communauté ; ceci mène à une plus grande confiance, une part plus grande dans les dépenses de consommation et un rôle plus grand dans la prise de décision à l’intérieur du foyer. Par conséquent, on suppose que l’empowerment des femmes et la réduction de la pauvreté se renforcent mutuellement et de façon inévitable.

  • L’empowerment social et politique et la capacité de changer et de remettre en cause la subordination des femmes : dans le paradigme féministe de l’empowerment, la subordination des femmes est considérée comme un processus complexe, multidimensionnel et partout présent. Il affecte tous les aspects de la vie des femmes, et s’enracine dans de nombreux niveaux différents et qui s’entretiennent mutuellement : la conscience individuelle, le foyer, le travail, la législation, les structures étatiques et les systèmes économiques et politiques internationaux. L’empowerment des femmes dépasse alors le domaine économique, et il représente plus que l’amélioration du bien-être ; il s’attaque à des “intérêts stratégiques de genre”. Il est vu comme un processus de changement individuel interne (le pouvoir en), d’augmentation des capacités (le pouvoir de) et de la mobilisation collective des femmes, et des hommes quand c’est possible (le pouvoir avec), dans le but de remettre en cause et de changer la subordination liée au genre (le pouvoir sur). On suppose ici que les femmes ont des intérêts de genre communs et qu’elles vont souhaiter les défendre si on leur apporte un soutien suffisant, et que le micro-financement est un point de départ utile pour lancer ce processus.

  • 2 Une discussion détaillée de ces preuves, ainsi qu’une bibliographie, sont données dans Mayoux, 1998

3Les preuves solides d’un impact sur les questions de genre sont peu nombreuses, et on n’a pas fait de comparaison inter-culturelle et inter-organisationnelle systématique des impacts relatifs de différents modèles et de différentes stratégies2.

4[…]

5Par conséquent, il n’est pas possible, au point où nous en sommes, de dégager des conclusions sur les mérites relatifs des différentes approches, au-delà de l’identification de tensions qui pourraient apparaître et de moyens de progresser.

6Pour autant, en dépit de ces défauts, des preuves laissent penser que tous les liens supposés entre l’accès au micro-crédit et l’empowerment doivent être remis en question et vont certainement être limités par les dimensions diverses qui se renforcent mutuellement, de la subordination des femmes telles qu’indiquées dans l’encadré 1. Les programmes de micro-crédit peuvent contribuer à l’empowerment des femmes dans toutes ses dimensions, et l’ont déjà fait dans certains programmes pour les femmes. Dans certains cas, l’empowerment a résulté des stratégies de changement des femmes elles-mêmes. Dans d’autres cas, il a été le résultat de politiques stratégiques pour l’empowerment. Cela indique que les hommes peuvent être aussi bien un soutien important du processus de changement qu’un obstacle significatif.

7Néanmoins, il est clair, d’abord, que les indicateurs financiers de l’accès au micro-crédit – l’adhésion des femmes aux programmes, le nombre et le montant des prêts et les données sur le remboursement – ne peuvent être utilisés comme des indicateurs définitifs de l’accès réel au micro-crédit ou comme des indicateurs indirects de l’empowerment. Le fait que les femmes soient enregistrées comme membres ne signifie pas qu’elles contrôlent l’utilisation du prêt, et dans certains cas, ne prouve même pas qu’elles participent à la décision de candidature au prêt. Il n’existe pas de rapport évident entre le rôle des femmes dans la prise de décision sur l’utilisation des prêts, si elles décident de les utiliser dans leur propre intérêt ou de les donner aux hommes, si elles sont impliquées dans l’activité pour laquelle le prêt a été consenti et si elles contrôlent le revenu qui en résulte. Dans certains cas, les revenus ont beaucoup augmenté, et il existe de nombreuses études de cas de femmes entrepreneurs qui ont réussi. Cependant, même lorsque les taux de remboursement sont bons, les quelques études statistiques dont on dispose sur les emprunteurs féminins (par exemple Everett et Savara, 1987, 1991) ou sur les emprunteurs féminins et masculins (Hulme et Montgomery, 1994 ; Montgomery et al., 1996), révèlent de très faibles augmentations du revenu pour un grand nombre d’emprunteurs. C’est seulement dans un très faible nombre de cas que les augmentations du revenu sont importantes. Il est clair que le choix des femmes de l’activité et leur capacité à faire augmenter le revenu sont sérieusement limités, le plus souvent, par leur faible accès aux autres ressources d’investissement, par leur responsabilité dans la subsistance du foyer, par leur manque de temps, par leur faible mobilité qui limitent leur accès au marché dans de nombreuses cultures.

8En second lieu, l’augmentation du revenu des foyers n’implique pas nécessairement que les femmes en profitent ou que les inégalités en soient remises en question au sein du foyer. En réaction à la hausse du revenu des femmes, les hommes pourraient tout à fait retirer une partie de leur contribution au profit de leurs dépenses somptuaires personnelles. La répartition des dépenses des femmes pourraient aller dans le sens de l’inégalité entre les sexes au lieu de la contrecarrer, et continuer à désavantager les filles. En l’absence de solution pour que quelqu’un s’occupe des enfants, des personnes âgées et des impotents, et en l’absence de services qui permettent de réduire la charge de travail domestique, de nombreux programmes ont révélé les effets pervers sur les enfants et les personnes âgées du travail des femmes à l’extérieur du foyer (Mayoux et Johnson, 1997). Les femmes elles-mêmes accordent beaucoup d’importance à la possibilité qui leur est offerte d’apporter une plus grande contribution au bien-être du foyer, elles en retirent une plus grande confiance, et une meilleure estime d’elles-mêmes. Une surcharge de travail pourrait être le prix à payer pour un accès un peu meilleur au revenu du foyer. Certaines femmes font face à de grandes difficultés pour pouvoir rembourser les prêts, elles se privent de nourriture et d’autres biens de consommation. Bien que dans de nombreux cas la plus grande contribution des femmes au bien-être du foyer ait considérablement amélioré les relations domestiques, dans d’autres cas elle intensifie les tensions.

9Troisièmement, il n’existe pas de lien obligatoire entre le micro-crédit et l’empowerment social et politique. Des changements positifs sont apparus dans la perception du rôle des femmes, au sein du foyer et de la communauté comme au niveau individuel. On a vu des changements importants même dans les sociétés où le rôle des femmes est très limité. Il est également probable que les changements aux niveaux individuels, du foyer et de la communauté, sont liés, et que des femmes qui individuellement gagnent le respect dans leur foyer deviennent alors des modèles pour d’autres et mènent à un processus de changement dans les perceptions de la communauté et dans la volonté des hommes à accepter le changement (Laksham, 1996). Pourtant, on ne sait pas dans quel contexte ces tendances apparaissent, et on ne connaît pas le nombre de femmes pour qui ces changements se produisent. Dans de nombreux programmes, en particulier en Inde, le micro-crédit a donné une base à l’organisation de lutte contre d’autres problèmes tels que la violence domestique, l’alcoolisme masculin et le système de dot. Néanmoins, dans la plupart des programmes on n’essaie pas vraiment de faire le lien entre le micro-crédit avec des activités plus largement sociales et politiques, et en l’absence de mesures spécifiques pour encourager ces activités, on n’a que peu de preuves quant à une contribution importante du micro-crédit. On peut au contraire trouver des faits qui prouvent que le micro-crédit et le revenu des femmes peuvent les tenir à l’écart d’autres activités sociales et politiques, et que les groupes de micro-crédit soumettent les réseaux existants à de lourdes pressions lorsque le remboursement pose un problème.

10Il existe des différences nettes dans les stratégies des femmes selon les sociétés, par exemple au Vietnam, au Bangladesh et en Ouganda, et selon que les femmes sont pauvres ou plus à l’aise. Dans bien des cas, les contraintes à tous les niveaux, et liées à l’environnement des femmes, ont empêché ces dernières d’accéder aux programmes, d’augmenter ou de contrôler les revenus, ou de contester leur subordination. La contribution du micro-crédit seul sera certainement très limitée pour les femmes les plus pauvres ou les plus désavantagées. Tout porte à penser que celles-ci vont être exclues de façon explicite par les programmes et les groupes de femmes où le remboursement est la principale considération et/ou le plus gros de l’action est dirigé vers les micro-entrepreneurs qui existent déjà. Le micro-crédit peut tout à fait réduire le pouvoir de certaines femmes, les appauvrir, les isoler, et rendre leurs relations avec les réseaux de femmes tendues. Cela pourrait arriver en particulier lorsque des réseaux de soutien n’ont pas explicitement été planifiés et mis en place.

11[…]

12La nature forcément complexe et potentiellement conflictuelle de l’empowerment lui-même implique que le “succès total “n’existera jamais pour toutes les femmes, et toute politique de genre est vouée à être contestée à la fois par les femmes et par les hommes. Comme on l’a vu plus haut, les femmes au niveau individuel profitent d’échanges, il existe des différences et des conflits d’intérêt entre les femmes, de même que les inégalités de ressources et de pouvoir entre les femmes et les hommes à tous les niveaux. Pour autant, en dépit des complexités inévitables, on peut légitimement penser, sur la base de preuves, qu’il existe des éléments critiques d’une politique de genre, qui pourraient faire que le micro-crédit donne plus de pouvoir aux femmes […].

13N. B. : la bibliographie mentionnée dans cet article se trouve à la suite du deuxième article de Linda Mayoux dans le chapitre 8.

Notes

1 Consultative Group to Assist the Poorest est une importante initiative de collaboration internationale, née suite à la conférence de 1993 sur les Actions pour réduire la faim dans le monde, et qui est officiellement née en 1995. Les 9 membres qui la financent sont le Canada, la France, les Pays-Bas, les Etats-Unis, la Banque Africaine de Développement, la Banque Asiatique de Développement, le Fonds International pour le Développement Agricole, le Programme des Nations unies pour le féveloppement/le Fonds des nations unies pour le développement du capital et la Banque mondiale, auxquels se sont joints l’Australie, la Finlande, la Norvège, le Royaume-Uni et la Banque inter-américaine de développement. Environ 200 millions de US$ (comprenant les participations au budget) ont été engagés dans des programmes de micro-finance pour les groupes les plus pauvres dans les pays à faible revenu, notamment pour les femmes (Banque mondiale, 1996). En réalité, les sommes dépensées par les membres individuels sont bien plus importantes.

2 Une discussion détaillée de ces preuves, ainsi qu’une bibliographie, sont données dans Mayoux, 1998.

Auteur

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable