Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre et économie : un premier éclairage

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

6. Luttes

“Maquila” et organisation syndicale en Amérique centrale

Roland Membreño et Elsa Guerrero
Traduction de Laure Calais-Oberson

Note de l’éditeur

Traduit de l’espagnol. Texte original : Roland Membreño, Elsa Guerrero. Maquila y Organización Sindical en Centro América Managua, Centro Editorial de la Mujer, 1994, p. 82-84 (extraits)

Texte intégral

Organisation syndicale dans une perspective de genre

1Les travailleuses de la “maquila“ se heurtent à des conditions difficile aussi bien dans leur travail qu’à travers le rôle traditionnel qu’elles tiennent dans leur milieu familial. Elles dénoncent cette situation inextricable sous forme de revendications, lors de réunions entre travailleuses. L’exploitation économique et l’oppression dont elles se plaignent et qu’elles subissent en tant que femmes à tous les niveaux, n’ont été ni entendues ni prises en considération par les syndicats traditionnels, prisonniers d’une vision manichéiste du monde où la vie professionnelle reste coupée de la vie familiale et communautaire. Ceci explique certainement l’enthousiasme suscité par l’association “Solidarismo“ qui répond en priorité aux requêtes soulevées par les travailleuses dans leur vie quotidienne et qui, pour le moment, offre en tant qu’organisation, un énorme avantage par rapport au syndicalisme de confrontation et de revendication.

Le syndicalisme en Amérique centrale du point de vue de la femme

2Aujourd’hui, les travailleuses d’Amérique centrale cherchent à consolider leur organisation syndicale en essayant d’y introduire leurs propres revendications. Dans la plupart de ces pays, des instances particulières pour encourager et faciliter le rapprochement avec le travail syndical font défaut. En effet, l’appel à une participation syndicale qui ne tient pas compte de la condition des femmes renforce leur exclusion.

3Dans les pays de cette région, les structures syndicales se différencient en fonction de leur histoire, de leurs traditions et de leur système judiciaire respectifs. Au Guatemala par exemple, certains syndicats possèdent des Comités de Femmes qui jouissent d’une représentation internationale mais qui sont dépourvus de structure à l’intérieur même du syndicat. Ainsi, le Comité des Femmes n’a pas réussi à rompre les structures en place puisque ses participantes sont exclues des prises de décision du syndicat ; alors que, paradoxalement, ce comité peut se féliciter d’être progressiste et démocratique et le montrer à la face du monde.

4Au Salvador et au Honduras, à l’exception de l’association FENASTRAS qui comporte un Secrétariat à la condition féminine et qui a commencé à élaborer un travail à partir de la perspective de genre, le syndicalisme ne dispose d’aucune instance consacrée à la protection féminine ou, si c’est le cas, celle-ci ne fonctionne pas dans une perspective de genre mais perpétue plutôt une vision traditionnelle en remplissant des fonctions protocolaires telles que la célébration de la Fête des mères, de la Journée de l’enfant ou encore des fêtes de Noël.

5Au Nicaragua, le Comité sandiniste des Travailleurs a mis en place un Secrétariat à la condition féminine à l’intérieur de sa structure syndicale, ce qui permet la présence d’au moins une femme lors de chaque assemblée de direction syndicale. Ce Secrétariat a pour principal objectif de répondre à la fois aux problèmes des femmes dans ce secteur, de promouvoir la participation syndicale, de développer la formation et la promotion des femmes aussi bien à un niveau technique que syndical.

6L’action consciemment décidée par le Secrétariat à la condition féminine de la Confédération textile face au phénomène de la “maquila“ au Nicaragua, met l’accent sur cette problématique à travers les médias et les réunions syndicales. Cependant, les dernières démarches entreprises par ce Secrétariat au Nicaragua, illustrent bien les difficultés rencontrées par les femmes à sortir des schémas traditionnels d’action syndicale.

Vers un nouveau modèle ?

7Les différents modèles expérimentés par les femmes se sont soldés par des frustrations et ont progressé lentement et péniblement. Tant que le syndicalisme n’acceptera pas que la classe ouvrière n’est pas homogène mais qu’elle est divisée en catégories qui distinguent les travailleurs manuels des travailleurs intellectuels, le secteur public du secteur privé, les hommes des femmes, les jeunes des plus âgés, avec la détermination sociale des rôles qui en découle, (comme c’est le cas dans la subordination ou la marginalisation des femmes dans les milieux professionnel et syndical), les efforts développés par celles-ci s’avéreront particulièrement difficiles. Une véritable intégration de la femme dans le milieu syndical exige donc de mettre un terme à cette pseudo dichotomie entre public et privé et requiert la participation des deux genres dans l’espace syndical.

8Les femmes qui, pour des raisons pratiques, dissocient dans leur vie quotidienne le milieu professionnel de celui de la vie communautaire et du foyer, mais dont la survie dépend de leur capacité à gérer ces différents domaines (résoudre seules les problèmes de garde d’enfants quand elles travaillent en trouvant une structure d’accueil, faire les courses alimentaires, s’occuper de l’hygiène et des services essentiels), vont exiger de nouveaux modèles d’organisation suffisamment efficaces pour répondre à leurs demandes. Il ne s’agit pas d’être pour ou contre le syndicalisme mais de soumettre une proposition visant à briser les schémas rigides et discriminatoires au profit d’un syndicalisme plus large et plus tolérant.

9Trouver, par exemple, un modèle syndical qui s’occupe à la fois des problèmes des travailleurs à l’intérieur et à l’extérieur de l’entreprise, et qui offre des réponses proches de celles apportées par la communauté à leurs enfants et à leur famille, pour tout ce qui concerne l’accès au service de base, à la santé et à l’éducation ; ou encore, un modèle d’organisation dont les propositions ne se limitent pas au nombre d’emplois ni à la productivité mais qui élargisse sa vision vers le développement de la communauté ; qui ne considère pas le nombre d’emplois que représente la “maquila“ seulement au niveau économique immédiat, mais comme une valeur non renouvelable de la force de travail résultant de ces rapports de production ; qui ne s'indigne pas seulement de la rentrée de salaires dérisoires et instables mais aussi de la pollution permanente de notre sol, etc.

10La femme employée dans une “maquila“ lance au syndicalisme un défi qui lui offre l’opportunité d’en sortir renforcé. Celui-ci ne peut continuer à ignorer que le combat mené par les travailleuses revêt une importance majeure, ni empêcher celles-ci de jouer un rôle dans les structures syndicales. Intégrer les revendications des travailleuses ne peut qu’approfondir et améliorer la lutte en général. Qui plus est, leur intégration pourrait apporter au syndicat la réponse à la reconstruction de sa force sociale.

11Quoiqu’il en soit, il est évident que la future action syndicale dans l’environnement croissant de la “maquila“, ne pourra être envisagée que dans une perspective de genre et à un niveau régional. Il est certain que l’Amérique centrale avance à pas de géant vers la “maquilisation“ et que de ce point de vue les femmes seront de plus en plus nombreuses ; or, si elles réussissent à s’organiser à des niveaux supérieurs à ceux actuels, nous nous trouverons sans aucun doute face à un nouveau défi essentiellement dans ce secteur, notamment si l’on y ajoute les progrès en matière d’intégration régionale. Au niveau économique et sur le marché du travail, tout est effectivement en train de changer. Il ne restera plus au syndicalisme d’Amérique centrale qu’à relever ce défi ou à disparaître.

Auteurs

Laure Calais-Oberson (Traducteur)

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable