Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre et économie : un premier éclairage

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

5. Le travail en milieu urbain

Les femmes travaillent quel que soit le prix, quel qu’en soit le prix

Colette Galland

Note de l’auteur

Présentation synthétique réalisée à partir d’articles et d’ouvrages cités en bibliographie Paris, 2001.

Texte intégral

Salariat et sous-traitance en milieu rural

1Le système de sous-traitance offre souvent la seule possibilité de travail pour les femmes rurales. Encore faudrait-il améliorer considérablement les conditions de travail et les salaires comme le montrent les exemples suivants :

  • Le modèle de production de l’entreprise Keltron située à Trivanderum au Kerala (Inde) diffère à la fois de l’industrie électronique dans les zones franches destinées à l’exportation et de l’industrie nationale classique. Il s’agit en effet d’une entreprise publique, fabriquant des radios pour le marché national, qui fonctionne grâce à la sous-traitance avec une main-d’œuvre essentiellement féminine, recrutée surtout parmi les jeunes femmes célibataires, issues des milieux pauvres. Profitant de l’essor des petites unités de fabrications rurales, Keltron fournit les composants à des micro-entreprises, les unes organisées en coopératives, les autres gérées par des œuvres charitables. Keltron recueille ensuite les produits finis. La comparaison des conditions de travail entre les ouvrières de la maison mère et celles de la sous-traitance accuse pour les sous-traitantes un net déficit de protection. Là les lois du travail et la sécurité sociale n’existent pas, les salaires sont quatre fois inférieurs. L’insécurité du travail fait loi : l’employeur toujours à la recherche d’une main-d’œuvre moins chère peut délocaliser du jour au lendemain. Les ouvrières plus anciennes susceptibles de revendiquer de meilleures conditions de travail et de meilleurs salaires sont débauchées, tout comme celles qui se marient ou attendent un enfant. Par ailleurs l’autonomie réduite de ces travailleuses concernant les prix, la livraison des composants, la collecte des produits assemblés, opérations toutes contrôlées par l’entreprise publique, provoque une production irrégulière et une mauvaise organisation du travail, qui conduisent souvent à de lourdes pertes. (Sen ; Gulati, 1987).

    • 1 Medrano, Diana. - Efectos de los Procesos de Cambio Social Sobre la Condicion de la Mujer Rural”, G (...)

    En Colombie les ouvrières fleuristes de trois communes rurales situées près de Bogota, travaillent dans une exploitation agro-industrielle d’exportation. Les employeurs préfèrent une main d’œuvre féminine parce que, disent-ils, la tâche requiert beaucoup de soins et de délicatesse, sans pour autant nécessiter de gros efforts physiques. Sans compter qu’elles “sont beaucoup mieux adaptées aux travaux répétitifs et routiniers parce qu’elles ont la tête plus vide que les hommes”1. Loin d’améliorer leurs conditions de vie et de travail, elles sont désormais surexploitées. Leur journée de travail s’allonge au détriment de leur santé, car elles doivent aussi faire face aux travaux domestiques.

Exode rural et travail en milieu urbain

2Quand décidément il n’est plus possible de survivre à la campagne, la migration devient une forme de réponse. Les paysannes avaient déjà remplacé les hommes partis à la ville, assurant un surtravail et le rôle de chef de famille. Mais depuis les années 70, la migration des femmes est un phénomène qui prend de l’ampleur, au détriment de la cohésion et de la survie du groupe familial au village. Les migrantes sont soit des filles qui partent pour aider financièrement leur famille, soit des femmes chefs de famille qui n’arrivent plus à s’en sortir. Mais quel travail vont pouvoir faire des femmes ou des jeunes filles non qualifiées, peu ou pas scolarisées ? Elles vont parfois se trouver en concurrence avec les hommes comme à Guayaquil, la plus grande ville de l’Equateur, où vivent les Indiens guyas dans des conditions misérables. Le petit commerce de détail constitue un des moyens de survie, mais les hommes s’appuyant sur l’idéologie de domination masculine parviennent à exclure les femmes des secteurs de vente les plus rentables. Alors les femmes vont, pour la plupart, exercer des métiers dits féminins : dans le secteur informel des petits commerces (restauration de rue, marché, petite production marchande..), dans le secteur des services (domesticité) ou la sous-traitance du secteur secondaire, le travail invisible à domicile, voire la prostitution.

Restauration de rue

3Les femmes qui vendent des plats préparés aux salariés des petites et moyennes entreprises dans les villes africaines, asiatiques ou latino-américaines peuvent être considérées comme partie intégrante de l’entreprise. En effet avec la croissance urbaine, et l’augmentation des emplois qui en résulte, ce petit commerce procure une occasion de revenus non négligeables pour les femmes. Cette économie parallèle offre en fait un service gratuit aux PME.

4Les restauratrices d’Abidjan nous serviront d’exemple. De toute évidence les femmes cherchent à installer leur étal près de chez elles. Ce n’est pourtant le cas que pour 30 % d’entre elles. Leur activité commence avec l’approvisionnement sur les grands marchés de la ville, Treichville, Marcory, Yopougon où elles vont dès 5, 6 heures du matin et reviennent à pied. La préparation sans grand équipement s’effectue sur place pour les mets peu élaborés (bananes ou poissons frits). Les plats plus élaborés qui demandent plus de temps et un certain savoir faire sont effectués chez elles. Vers 10h30 ou 11h il faut transporter les plats en taxi (pour 54 % d’entre elles) ou en taxi bagages (15 %). Leurs frais de transports s’élèvent environ à 650 FCFA par jour. Elles ne quittent leur lieu de travail qu’après épuisement de leurs ressources, généralement 2 à 3 heures plus tard ; en laissant sur place assiettes et couverts confiés aux gardiens des usines ou dans les bureaux voisins ; elles ne remportent que leur matériel de transport (cuvettes et seaux).

5Avec une moyenne de 9 heures de travail par jour, elles fournissent une semaine de travail variant entre 47 et 57 heures et gagnent sensiblement moins que dans le secteur traditionnel. Les activités des commerçantes en textile, par exemple, bien que faibles sont plus rémunératrices.

6Leurs problèmes, en dehors de leurs lourdes heures de travail et de leur faible rémunération résident dans leur manque d’équipement et leurs conditions de travail ; la plupart travaillent en plein air, sans abri, sans poste d’eau. (Rambaud, 1981)

Les domestiques

  • 2 Hazard, Domitila, in : “profession Bonne à tout faire”, in Jeune Afrique, n° 1812, 1995/09, p. 42.

7“Je veux être bonne à Dakar parce que toutes mes amies le sont déjà. Et quand elles reviennent ici au village, pour la tabaski, elles portent de beaux habits et apportent des cadeaux à leur famille, cela me donne envie de faire comme elles”2. C’est ce que pense Seynabou, la Sénégalaise qui aura bientôt 10 ans ; dans trois ou quatre ans elle suivra ses aînées. Pour ces filles cela semble le seul moyen de se constituer un petit pécule avant de se marier, malgré l’extrême modicité des salaires et l’importance des tâches à fournir : elles travaillent plus de 10h par jour sept jours sur sept.

  • 3 Cité par Valérie Brunschwig in : “Bonne à tout faire” in Le Monde, 20 mars 1999.
  • 4 Idem

8Le même phénomène se répète en Amérique latine et en Asie. Depuis 1990, plus de 14 000 femmes venues des Philippines travaillent à Hong Kong comme employées de maison. Moins bien payées que les Chinoises, souvent exploitées 15 h par jour elles subissent le contrecoup de la crise asiatique : “Il faut réduire le salaire des étrangères de 20 % pour qu’elles partagent le fardeau de la crise avec les classes moyennes de Hong Kong”3 osait affirmer une conseillère municipale lors de sa campagne électorale de septembre 1998, avec en plus l’idée d’officialiser la journée de 16 h. L’association des employeurs surenchérissait en voulant réduire les salaires de 35 % “pour faire face à la montée des exigences des employées de maison”4. Devant ces menaces, les bonnes philippines n’ont pratiquement pas réagi, les rares manifestations ont à peine rassemblé quelques centaines d’entre elles. Elles savent que si elles arrivent à se regrouper et à manifester trop bruyamment, les jeunes Indonésiennes auront vite fait de les remplacer.

9Pourtant depuis 1995, des domestiques en Colombie, appuyées par les ONG, se sont de plus en plus mobilisées pour la défense de leurs droits et l’amélioration de leur statut. Pour les statistiques colombiennes les bonnes, bien que partie intégrante de la population active, ne bénéficient pas du même statut que les autres salariés : elles sont considérées comme travailleuses provisoires, leurs prestations sociales, obtenues récemment de haute lutte, sont inférieures à celles des autres. Les rapports entre employés et employeurs sont le plus souvent emprunts d’irrégularité. Les employées sont isolées dans leur travail, ignorées des syndicats. Le rôle des ONG est souvent important : elles leur apportent un soutien moral, leur redonnent de la dignité, leur fournissent un soutien juridique, leur apprennent leurs droits.

  • 5 Cardona, Lucy, in : Association pour le logement populaire, Bogota, 1995

10“Quelque soit le travail que l’on puisse envisager auprès des employés domestiques, il doit prendre en compte le fait que leurs revendications professionnelles sont indissociables de leur statut et du besoin de reconnaissance au sein d’une société qui les rejette à cause de leur sexe et de leur origine sociale”5.

Les zones franches

11Si les femmes occupent une place prépondérante dans le secteur informel, elles ne sont pas pour autant absentes dans le secteur secondaire, bien au contraire ; malgré le chômage masculin, l’industrie emploie un grand nombre (jusqu’à 70 % dans certains pays) de femmes jeunes, qui travaillent essentiellement dans la sous-traitance de produits manufacturés destinés au marché mondial. Les zones franches sont alors le lieu idéal de recrutement parce que ce sont des zones de non réglementation du travail.

12Profitant d’une main d’œuvre bon marché issue de l’exode rural, les zones franches devaient favoriser le secteur industriel de certains pays du sud en attirant des industries occidentales délocalisées qui cherchaient à augmenter leurs profits : les bas salaires et la détérioration des conditions de travail répondaient alors aux nécessités de baisse des coûts et de productivité.

13La sous-traitance des industries textiles et électroniques va massivement employer la force de travail féminine : les femmes aux mains agiles, sans grandes défenses parce que non syndiquées, étaient tout naturellement désignées pour répondre aux exigences des industries à forte main d’œuvre. C’est l’Asie (Hong Kong et Singapour notamment) qui recueille le maximum de délocalisations, suivie par l’Amérique latine et marginalement par l’Afrique.

14AMariveles, situé à 160 km de Manilles aux Philippines, se trouve une des usines qui fabriquent les poupées Barbie. 75 % des travailleurs sont des jeunes filles de 15 à 22 ans qui n’ont aucune sécurité d’emploi. Embauchées pour un contrat à durée déterminée de quelques mois, elles reçoivent un salaire de misère pour 10 à 16 heures par jour. A l’expiration de leur contrat, elles sont généralement débauchées. L’entreprise, sûre de trouver très vite une remplaçante, évitera ainsi une hausse de salaire.

15En plus des salaires manifestement trop bas, les ouvrières se plaignent des heures supplémentaires forcées qui peuvent être très nombreuses, des licenciements abusifs, des congés de maladie et de maternité trop courts, des conditions de travail pénibles (chaleur étouffante des ateliers, poussière et émanations chimiques), des heures irrégulières et insuffisantes des repas. Les conditions de vie sont infra humaines : elles logent dans des dortoirs surpeuplés, sales et chers dans la zone où règne l’insécurité, où les viols sont fréquents.

16Non seulement les ouvrières sont les principales victimes de la déréglementation du travail organisée par les transnationales souvent renforcés par des régimes autoritaires, mais les emplois exercés par les femmes sont considérés comme non qualifiés, alors que des emplois techniquement semblables tenus par des hommes sont classés comme qualifiés.

  • 6 Bisilliat, Jeanne ; Fieloux, Michèle, Femmes du Tiers-Monde. Paris, L’Harmattan, 1992, coll. Connai (...)

17“Le patronat choisit des femmes parce qu’elles se forment rapidement et qu’elles deviennent très vite hautement productives. Ce problème doit être placé au centre de la réflexion sur le travail féminin”6.

Le travail à domicile

18Le travail à domicile est une autre forme de travail industriel particulier aux femmes ; même marginalisé, il demeure associé au développement du capitalisme ; sa faculté d’adaptation en fait un appoint apprécié dans certaines productions manufacturières comme le textile. Ainsi le capital s’est approprié des activités jusqu’alors aux mains de petites productrices indépendantes, comme les couturières, sans pour autant détruire les formes de production antérieures en maintenant une certaine autonomie. En effet, la couturière, dans notre exemple, détient toujours une partie des moyens de production, sa machine à coudre, mais elle ne possède plus la matière première, encore moins la commercialisation. Elle ne contrôle le procès de travail que par sa force de travail, pour le reste, elle est devenue totalement subordonnée.

19Dans le Tamil Nadu, en Inde, les entrepreneurs de l’industrie des beedis (genre de petites cigarettes roulées à la main) engrangent d’énormes profits aux dépens des femmes, grâce à une mise de fonds minime en infrastructure ; en effet en réduisant ces Indiennes à travailler à domicile, sans pour autant diminuer leur charge domestique et les soins aux enfants, l’entrepreneur les réduit au rang d’esclaves obligées de travailler de longues heures pour atteindre la production assignée par l’employeur. (Gopal, 1999).

20A la fin des années 60, des fermiers indiens enrichis par la révolution verte ont décidé de réinvestir dans l’industrie de la dentelle déjà florissante depuis l’époque de la colonisation. La forte demande sur le marché mondial de produits bon marché favorisait d’autant ce processus.

21Dans l’Andhra Pradesh à Narsapur, des femmes pauvres produisent de la dentelle qui procure 90 % des produits artisanaux d’exportation. Les occidentales qui achètent des châles et broderies made in India se trouvent ainsi liées aux Indiennes pauvres qui les produisent par l’intermédiaire d’un réseau de commerçants et d’exportateurs dont certains ont fait fortune ; Pourtant les dentellières ne sont pas comptabilisées comme des ouvrières, mais simplement comme des ménagères, malgré les 6 à 8 heures de travail ajoutées aux tâches domestiques. Les commanditaires entretiennent l’illusion que ces femmes occupent leurs heures de loisir à faire de la dentelle. Comme elles ont elles-mêmes intériorisé cette idéologie et peut-être cette éthique du travail, (sans doute véhiculée par les missionnaires au temps de la colonisation), qui veut que même les loisirs doivent être productifs, leur situation ne risque pas de changer et leur exploitation tend à se renforcer. De plus non seulement le travail des dentellières est invisible, mais tout le processus de production, son organisation, son coût etc. appartiennent à ce que l’on pourrait appeler une économie immergée.

22Ce type de travail se caractérise également par l’organisation structurelle de la dispersion des ouvrières. Chaque femme ou fille au travail est seule comme l’employée de maison. Dans le même village, les ouvrières travaillent pour des agents différents et jusqu’à maintenant elles ont été incapables de s’unir autour d’une stratégie de défense de leurs intérêts. La production est individualisée et sciemment maintenue telle quelle par la division verticale du travail, par la compétition entre ouvrières et par l’idéologie de la femme au foyer. La solidarité, qui existait autrefois chez les paysannes, tend à disparaître.

  • 7 Mies, Maria. Housewives Produce for the World Market : the Lacemakers of Narsapur, Genève, BIT, 198 (...)

23On a parfois avancé l’idée que l’industrie à domicile était un moyen de fournir un revenu aux femmes tout en leur permettant de s’occuper de leur foyer. L’étude de Maria Mies7 prouve au contraire qu’une telle stratégie, en ne transformant pas les relations de production et de reproduction accentue la pauvreté des femmes et une certaine polarisation entre les classes sociales ainsi qu’entre les hommes et les femmes.

La prostitution, une autre forme d’exploitation

24Le discours religieux présente la prostituée comme une femme corruptrice et souillée ; le discours réaliste voit en elle une professionnelle consentante qui permet un certain équilibre sexuel aux hommes privés d’épouse et sauvegarde la morale familiale des hommes mariés ; le discours compatissant la traite en victime de la société, en cas social acculée par la misère. En vérité aucun de ces jugements ne répond correctement à la situation de la prostituée.

25La prostitution est l’émanation d’une société patriarcale qui commercialise la femme en la réduisant à un simple objet sexuel. L’Etat, qu’il soit capitaliste ou socialiste, profite d’une situation dans laquelle les relations de genre subsistent au profit de la domination masculine. Le Bangladesh, par exemple, Etat bourgeois et autoritaire n’échappe pas à cette règle : les femmes y sont en position de subordination, dépendantes des hommes qui règnent socialement, économiquement et politiquement sur leur vie. Cette domination s’étend tout naturellement sur leur vie sexuelle et les rend vulnérables.

26Dans les pays du Sud, beaucoup de jeunes filles pauvres et sans éducation n’ont guère de possibilité de mener une vie décente en dehors du mariage, même s’il ne représente pas forcément une panacée. Pour nombre d’entre elles, il n’existe souvent guère d’autre moyen que la prostitution pour survivre. Elles deviennent du coup totalement marginalisées dans la société, exploitées de manières diverses, quasi esclaves du proxénète.

27Les femmes auront d’autant plus de mal à s’en sortir que leur profession se trouve soutenue et entretenue par l’Etat qui y trouve son compte, (Rahman Khan, 1989) car à côté de la société patriarcale, vient se greffer, notamment en Asie, le phénomène du tourisme international qui encourage la prolifération de la prostitution et ses transformations. La prostitution se trouve alors classée dans le secteur tertiaire des services, plus particulièrement des loisirs.

28Le pays est intégré dans la division internationale du travail par la prostitution, en particulier aux Philippines et en Thaïlande à la suite des guerres. Dans le même temps, les représentants de l’Etat vont protéger, sinon favoriser, l’institution de la prostitution tout en la condamnant par le biais des lois morales. On peut alors craindre que l’oppression des femmes, loin de s’éteindre, ne s’aggrave sous diverses formes.

29Ce sujet tabou et dérangeant se révèle donc à la fois ordinaire et complexe : toutes les femmes pauvres ne se prostituent pas, mais dans la société urbaine et mercantile, la violence sexuelle exercée sur certaines femmes passe presque naturellement de la violence psychologique sexiste coutumière à l’inceste, au viol, à la prostitution. Pour d’autres dès le départ elles seront vendues encore petites filles, enfermées, torturées.

30Les femmes, mais aussi les enfants, sont exposés à l’exploitation, à la cruauté trop souvent bannies de la conscience de ceux qui en usent et en abusent. Cette cécité de la conscience se manifeste le plus souvent à travers une attitude de mépris envers les prostituées, voire de négation : le Bangkok Post de février 1984 rapportait le cas de prostituées battues à mort ou brûlées vives que l’on a enterrées clandestinement pour effacer toutes les traces du meurtre. La morale, qui voit dans les prostituées des coupables, coexiste fort bien avec les objectifs économiques (Thanh-dam Truong, 1990).

31Le même phénomène se répète désormais en Amérique Centrale. Ce ne sont plus seulement les paysages paradisiaques qui poussent les touristes vers le Guatemala, le Salvador, le Costa Rica ou le Nicaragua. L’essor de la prostitution des mineurs est autrement plus incitatif. Bien sûr dans des pays où la pauvreté jette des millions d’enfants dans les rues, le problème n’est pas nouveau, mais ce qui change c’est la clientèle ; autrefois essentiellement indigène, elle déferle maintenant en provenance de l’Amérique du Nord et de l’Europe. Car depuis que la Thaïlande et les Philippines, dénoncés par certaines ONG internationales, ont commencé à s’émouvoir devant ce fléau et adopté une législation plus contraignante, le tourisme sexuel s’est déplacé vers l’Amérique Centrale.

32Il arrive aussi que des femmes se livrent à une prostitution occasionnelle pour faire face aux difficultés de fin de mois. Enfin on ne saurait clore ces remarques sur la prostitution sans évoquer la traite des femmes en nette recrudescence, ainsi que le soulignent les récentes études de l’Organisation internationale des migrations (OIM) et le PNUD. On peut établir un parallèle entre le processus de mondialisation et l’augmentation de la migration internationale. Les femmes migrantes sont particulièrement vulnérables face à la violence et aux effets négatifs du déclin de l’économie dans certaines parties du monde. Le rapporteur des Nations unies prône pour une action collective afin de combattre ce type d’exploitation tout en estimant “qu’un équilibre doit être trouvé entre la liberté accordée aux femmes de choisir leur emploi et celles de ne pas devenir les victimes du crime organisé” (in : OIM Info s, n° 1, 1999).

Une imagination créatrice d’emplois

33Ces quelques exemples brossent un sombre tableau de la condition des femmes sur le marché de l’emploi à la campagne ou à la ville : revenus ou salaires misérables, conditions de travail infra humaines, droits syndicaux bafoués, chômage important... la liste peut s’allonger.

34Pourtant les femmes sont pleines de ressources, douées d’imagination et de vitalité. Elles ont donc investi dans de nouveaux secteurs de production, dans de nouveaux métiers.

35Elles sont devenues entrepreneuses dans de petites unités de transformation, couvreures, soudeuses, ou à la tête d’un service de transport.

36C’est ainsi qu’au Honduras des villageoises de San Juan Bosco ont créé une coopérative de compote de mangues. En s’appropriant peu à peu de nouvelles méthodes de plantation, de fabrication et de conservation, elles ont conquis le marché local et non sans mal, elles ont réussi à obtenir un statut légal et des prêts.

37Dans la province de Morobo en Papouasie-Nouvelle-Guinée, les femmes du village de Sifum ont monté une petite entreprise de bananes frites. Devant la réussite du projet, les hommes ont coopéré et ont investi dans leur usine, tandis que les jeunes émigraient moins vers la ville puisqu’ils trouvaient désormais du travail au village. Une belle satisfaction pour les femmes !

38Au Sri Lanka, les fibres du cocotier retiennent de plus en plus l’attention du gouvernement et des entreprise étrangères. Aussi assiste-t-on au regroupement des industries du coco dans la zone franche, ce qui ne fait pas l’affaire des milliers de femmes roulant les cordes là où se trouvent les cocotiers. Mais grâce au soutien d’un groupe hollandais, un projet de formation féminine pour le traitement des fibres de cocotier a permis aux Sri Lankaises de devenir entrepreneuses et d’exporter la majorité de leurs cordes, au grand dam des commerçants locaux.

39L’usine de savon Sepom, située à Markala, au Mali, n’arrivait pas à fournir la demande locale de savon et les importations revenaient trop chères. Aussi des Maliennes, membres d’une coopérative, ont pris les choses en main, appris la méthode de chauffage jusqu’à ébullition afin de fabriquer un savon de qualité et d’un prix abordable.

40Il arrive également que des femmes se risquent à pratiquer des métiers traditionnellement aux mains des hommes, c’est le cas de ces Kenyanes qui sont devenues couvreurs. Le district de Taita situé dans la corne sud-est du Kenya possède la seule fabrique de rouleaux de sisal aggloméré servant à recouvrir les toits et parmi les ouvriers on compte un bon nombre d’ouvrières.

41Toujours au Kenya les femmes Taita de Mraru faisaient du petit commerce au marché de Voi, la ville voisine,. Mais elles rencontraient beaucoup de difficultés pour transporter leurs articles à vendre. C’est alors que l’idée d’acheter un autobus a fait son chemin et s’est réalisée ; grâce aux économies communes et aux crédits obtenus de haute lutte, la dette a été remboursée en dix huit mois. La belle aventure a cessé lorsqu’il a fallu remplacer le bus. L’inflation avait fait monter le prix des nouveaux bus et les femmes, n’ayant plus de bus en état de marche, ne gagnaient plus d’argent (Carr, 1994).

42Un programme spécial soutenu par le gouvernement s’est mis en tête de d’apprendre la soudure et la menuiserie aux femmes pauvres de la Jamaïque. En dépit du fait que la route vers l’autonomie s’est révélée plus longue que prévue, le projet s’est montré utile, car il a prouvé que la formation à des métiers atypiques est non seulement possible mais bénéfique et peut transformer des femmes marginalisées en ouvrières qualifiées.

43Au Brésil, à Diadema dans la banlieue de Sao Paolo, la municipalité a organisé des cours ouverts aux femmes dans les domaines de la maçonnerie, de la peinture en bâtiments, de l’électricité. Cette offre était annoncée dans les autobus et dans tous les lieux publics. La réponse des femmes n’a pas cessé d’augmenter.

44On néglige souvent les capacités innovantes des femmes parce qu’elles sont le plus souvent appliquées à la sphère domestique ignorée et gratuite. Et pourtant l’esprit d’invention et de bricolage des Péruviennes de Las Americas, petit village à la périphérie de Tacna au sud du Pérou, offre un bel exemple d’innovation technologique. Les villageoises, soutenues par une ONG péruvienne, travaillaient dans le textile le soir à la fragile lueur de lampes défectueuses. En analysant le mécanisme d’un “mechero” au kérosène, elles ont inventé un modèle de lampe qui s’allume facilement, éclaire bien, dépense peu, offre davantage de sécurité. De plus elles ont pu commercialiser leur invention (Appleton, 1994).

45Ces brefs aperçus sont bien évidemment insuffisants à montrer, la diversité, la ténacité, l’invention des femmes pour améliorer les conditions de vie de leur famille. Mais ils donnent une idée du combat qu’elles doivent mener, des difficultés qu’il leur faut surmonter, des conditions le plus souvent déplorables qui leur sont faites quand elles trouvent un travail salarié, du mépris des hommes à leur égard et de l’agression de la société en général. Qu’elles déploient leurs activités dans le secteur informel ou comme salariées, leur travail est systématiquement sous-évalué ou tout simplement nié ; mais quand elles se regroupent et arrivent à surmonter les difficultés, elles apprennent à lutter, à remettre en question la violence, à faire valoir leurs droits, et tout compte fait à augmenter leur estime de soi.

Les maquiladoras
A la lisière du Mexique et des Etats-Unis, un mur court le long de la frontière et s’enfonce jusque que dans l’océan Pacifique, symbole de la démarcation entre la richesse du nord et la misère du Sud. Depuis plusieurs décennies, plus de trois mille usines d’assemblage, les maquiladoras, se sont implantées en bordure du Mexique et le rythme s’accélère depuis la signature de l’ALENA, l’Accord de libre-échange nord-américain, en 1992.
Dans certaines unités du Mexique, la chaîne de montage traverse la frontière et apporte à domicile les produits finis aux entreprises mères situées sur l’autre côté de la frontière aux Etats-Unis. Mais si les marchandises et les capitaux circulent librement, les Mexicains eux sont sévèrement contenus au Mexique.
Les conditions de travail sont là aussi épouvantables. Les Mexicaines, principales concernées, subissent une exploitation considérable avec des salaires très inférieurs à la norme, de très mauvaises conditions de travail, du harcèlement sexuel.
Les familles s’entassent dans des bidonvilles de carton, où des pollutions massives entraînent des maladies et des malformations chez les nourrissons. Les droits syndicaux et humains sont constamment bafoués. La plupart des entreprises refusent par exemple d’embaucher des femmes enceintes pour ne pas payer les congés de maternité. La première année les femmes nouvellement embauchées sont alors obligées de montrer chaque mois leurs serviettes hygiéniques usagées prouvant qu’elles ne sont pas enceintes (Bard, 1999). Ces pratiques sont pourtant interdites au Mexique, mais comme les maquiladoras jouent un rôle important dans l’économie du pays le gouvernement et les syndicats traditionnels peu enclins à prendre en compte les problèmes des femmes, ferment les yeux. Les Mexicaines ont dû s’organiser elles-mêmes, imaginer de nouvelles luttes syndicales en tenant compte des problèmes de genre. De nouvelles formes de solidarité locale, nationale et internationale ont vu le jour entre les travailleuses, les mouvements féministes, les écologistes, les anti-racistes (Valadez, 1998).
“Installer une maquiladora c’est facile : avantages fiscaux, tranquillité syndicale, salaires modestes, terrains accessibles à portée de main des Etats-Unis” (publicité dans une plaquette patronale).

Bibliographie

Les exemples cités dans ce chapitre sont tirés des ouvrages ou articles suivants :

Appleton, Helen-Technical Innovation by Women. - Applications for Small Enterprises. - in Enterprise Development, vol. 5 n° 1, mars 1994

Arzipe, Lourdes. - La participacion de la Mujer en el empleo y el desarrollo rural en America Latina y el Caribe. - Genève : BIT, 1981 (WEPWorking Papers)

Bard, Patrick. - L’enfer des maquiladoras.. - Quétigny, Alternatives Economiques, n° 172, juillet 1999

Bisilliat, Jeanne ; Fieloux, Michèle. - Femmes du Tiers Monde. - Paris, L’Harmattan, 1992 (coll. Connaissance des Hommes)

Brunschwig, Valérie. - Philippines de Hong Kong et bonnes à tout faire. - in Le Monde, 20 mars 1999

Cardona, Lucy. - Association pour le logement populaire. - Bogota, 1995

Carr, Marilin. - Blasksmith, Baker, Roofing-Sheet Maker. - Londres, Intermediate Technology Publications, 1985

Hankansson, Thomas. - Landless Gusii Women : a Result of Customary Land law and Modern Marriage Pattern. - Uppsala : African Study Programme, University of Uppsala, Department of Cultural Anthropology ; Working Papers in African Studies, n° 29, 1986

Hazard, Domitila. - Profession bonne à tout faire. - Jeune Afrique, n° 1812, 1995/09 Lecarme-Frassy, Mirelle. - Marchandes dakaroises entre maison et marché : approche anthropologique, Paris : L’Harmattan, 2001 (coll. Etudes Africaines)

Mies, Maria. - Housewives Produce for the World Market : the Lacemakers of Narsapur. - Genève : BIT, 1980 (WEPWorking Papers)

Commission des Nations Unies pour la Condition des Femmes : problèmes de santé des femmes migrantes. - in : OIM Infos, n° 1, 1999

Rahman Kha, Zarina. - Potita Nari, a Study on Prostitution in Bangladesh. - Dhaka, : Dana Publisher, 1989

Rambaud, Catherine. - La restauration de rue dans les zones industrielles et tertiaires modernes d’Abidjan. - Paris : multigr. 1981

Sen, Gita ; Gulati, Leela. - Women Workers in Kerala’s Electronic Industry. - Genève : BIT, 1987 (WEPWorking Papers)

Terpend, Marie-Noëlle. - Le cas Mattel : histoire et voyage de la poupée Barbie. - Paris, CCFD, 1983 (coll. Les Dossiers Faim et Développement)

Thanh-dam Truong. - Sex, Money and Morality : Prostitution and Tourism in South-East Asia. - Londres : Zed Books, 1990

Valadez, Carmen. - L’ALENA et les travailleuses de sous-traitance industrielle. - in Alternatives Sud, n° 4, 1998

Notes

1 Medrano, Diana. - Efectos de los Procesos de Cambio Social Sobre la Condicion de la Mujer Rural”, Genève, BIT, 1981 (Programme Mondial pour l’Emploi).

2 Hazard, Domitila, in : “profession Bonne à tout faire”, in Jeune Afrique, n° 1812, 1995/09, p. 42.

3 Cité par Valérie Brunschwig in : “Bonne à tout faire” in Le Monde, 20 mars 1999.

4 Idem

5 Cardona, Lucy, in : Association pour le logement populaire, Bogota, 1995

6 Bisilliat, Jeanne ; Fieloux, Michèle, Femmes du Tiers-Monde. Paris, L’Harmattan, 1992, coll. Connaissance des hommes

7 Mies, Maria. Housewives Produce for the World Market : the Lacemakers of Narsapur, Genève, BIT, 1980 (Working Paper)

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable